Navigation – Plan du site
Première partie : Les patrimoines générés par l'histoire du cheval
Des sources inédites pour de nouvelles questions

Archéozoologie et patrimoine ostéologique du cheval. Les os des chevaux provenant des fouilles archéologiques : sujets de recherche et archives du sol

Sébastien Lepetz et Pauline Hanot

Résumés

L’étude des ossements mis au jour lors des fouilles archéologiques constitue une source de connaissances primordiales pour l’histoire du cheval et de son implication dans les activités économiques et cultuelles des sociétés du passé. Les restes ostéologiques permettent aussi d’aborder la question de la diversité variétale aux périodes anciennes. Cette contribution insiste donc sur la valeur patrimoniale des ossements et la nécessité de les conserver et les protéger de

Haut de page

Texte intégral

« Parler des anciennes espèces chevalines d’un pays, c’est fort bien ; les connaître, les étudier, c’est mieux encore ». Ephrem Houel, Inspecteur général honoraire des Haras « Le Cheval normand au moyen âge ». 1881.

1Les sources de connaissances de l’histoire du cheval sont variées et nombreuses et proposent chacune dans leur catégorie une multitude d’approches et d’angles pour comprendre la place de cet animal dans les sociétés passées et, par là-même, dans nos sociétés contemporaines. Certaines sont particulièrement sollicitées, parce que plus accessibles, tel le patrimoine écrit, immobilier ou mobilier, d’autres, pour des raisons liées à l’histoire de la recherche, l’ont moins été.

2Les fouilles archéologiques menées sur le territoire national livrent ainsi un abondant matériel d’étude, constamment enrichi par les opérations archéologiques nouvelles, et largement étudié par les archéologues. Parmi les artefacts mis au jour, sont souvent présents des restes osseux d’animaux, vestiges d’activités la plupart du temps liées à la découpe de la viande, à sa consommation mais aussi aux activités artisanales ou aux pratiques religieuses ; parmi eux, les os d’équidés. Présents sous la forme de squelettes entiers, de parties de corps ou d’os isolés, leur analyse est prise en charge au même titre que les restes d’autres espèces domestiques, par les archéozoologues. Lorsque les conditions de conservation sont bonnes, il est possible d’effectuer un certain nombre d’observations relatives à l’âge, au sexe, aux pathologies des bêtes. En outre, les vestiges fournissent la possibilité de définir leur taille, leur gracilité ainsi que d’autres caractères morphométriques.

  • 1 - VIGNE, J.-D. « Faciès culturels et sous-systèmes techniques de l’acquisition des ressources anima (...)

3Ces travaux contribuent à la description des sous-systèmes techniques d’exploitation des animaux en lien avec les autres systèmes : système d’exploitation des végétaux, systèmes sociaux, symboliques, et la modification et l’évolution de ces systèmes dans le temps1. Le cheval n’est pas exclu de ces activités interdépendantes constituant les chaînes opératoires partant de l’animal sur pieds et aboutissant au rejet des os. Sacrifiés chez les Gaulois dans le cadre des pratiques religieuses, consommés aux Ages du fer ou au contraire exclus des tables des romains, utilisés pour le transport dans les cités antiques, évacués, une fois morts, dans de grands charniers à la sortie des villes, utilisés comme matière première à toutes les époques par les artisans de l’os, du poil, du crin, du cuir, les équidés étaient intégrés aux dispositifs économique et cultuel.

4Il convient donc de considérer les ossements d’animaux archéologiques non seulement comme des vestiges biologiques, émanations triviales de cadavres d’animaux employés de leur vivant, mais surtout comme une source incomparable de connaissance historique, à même de nous amener sur le champ des pratiques zootechniques, des systèmes agro-pastoraux, économiques et culturels.

Les ossements animaux : pour une contribution à l’histoire de l’hippophagie

  • 2 - Pour cette époque et cette question voir : LIZET, B. Le cheval dans la vie quotidienne – Techniqu (...)

5Le 9 juillet 1866, date de l’ouverture de la première boucherie chevaline aux alentours de la place d’Italie, et un mois après la promulgation de l’ordonnance de police réglementant sa commercialisation, la vente de la viande de cheval est autorisée à Paris. Sous l’impulsion de E.-F. Decroix et I. Geoffroy Saint Hilaire qui n’eurent de cesse de promouvoir cette viande, la pratique hippophagique se développe dans la capitale. Ce long combat découlait dans le même temps d’une volonté de régulariser une pratique qui s’était développée pendant les XVIIIe et XIXe siècles dans les basses couches sociales de la population et la volonté affirmée des partisans de l’hippophagie qui voyaient dans la consommation de cette viande une possibilité de lutter efficacement contre la malnutrition, un débouché naturel à la réforme des équidés employés dans les villes, des qualités gustatives et hygiéniques2.

  • 3 - POPLIN, F. « Le cheval, viande honteuse ». Ethnozootechnie, 1992, p. 23-34.

6Il est certain que la viande de cheval a actuellement encore une place particulière dans la liste des produits consommables3 ne serait-ce que parce qu’elle est vendue dans des boucheries exclusivement consacrées à cet animal. Liée à des habitudes familiales, sociales ou sociétales, l’hippophagie est éminemment culturelle et sa pratique a varié en Europe depuis que le cheval est apparu dans le cortège des animaux domestiques. La perception historique que l’on peut en avoir passe par l’analyse des textes, des règlements de police, des ouvrages de cuisine spécialisés, des images mais force est de constater que pour les périodes anciennes les sources sont peu nombreuses, peu précises et qu’elles ne rendent pas compte de la diversité possible des usages.

7L’archéozoologie est alors à même de produire des informations inédites sur cette question à travers l’analyse des traces de découpes présentes sur les os, des traces de feu, attestant la cuisson, ou l’analyse de la répartition anatomique des restes trouvés dans les structures archéologiques.

  • 4 - MENIEL, P. Les chevaux découpés du village d’Acy-Romance et l’hippophagie en Gaule septentrionale (...)

8À la période gauloise, l’implication du cheval dans l’alimentation est très contrastée4. Sur quelques sites, l’animal fournit une quantité importante de viande. Ainsi, à Acy-Romance (dans les Ardennes) par exemple c’est l’animal le plus consommé après le bœuf, et devant le porc. Il semble possible que certains individus soient élevés exclusivement pour servir d’animaux de bouche puisqu’une large part d’entre eux est en effet tuée avant 4 ans, soit bien avant l’âge auquel sont abattus les animaux de réforme ; mais on peut aussi imaginer une pratique différente consistant à choisir, au fur et à mesure des besoins, des bêtes jeunes dans un troupeau qui n’est pas forcément destiné uniquement à fournir de la viande. On pourrait envisager un modèle similaire à celui observé chez certains peuples cavaliers (on peut penser par exemple aux peuples altaïques ou mongols) dont les chevaux ne sont pas tous montés et pas tous in fine abattus et consommés. Les règles qui gouvernent la possession et la gestion d’un troupeau de chevaux ne sont évidemment pas toujours et uniquement orientées vers la recherche d’une quelconque rentabilité économique. En tout état de cause, à Acy-Romance, la découpe est assez classique pour l’époque : les épaules et les cuisses sont levées, la viande est prélevée au couteau ou à l’aide d’un outil un peu plus lourd, les os sont brisés afin d’en récupérer l’intérieur, la tête est fendue, la cervelle consommée. Malgré tout, des niveaux aussi élevés de consommation du cheval sont rares. Dans la majorité des cas, les ossements de solipèdes représentent moins de 5 % des assemblages fauniques récoltés. Dans d’autres cas, cette viande ne semble même pas consommée, révélant des situations originales selon les régions et dont l’origine est à rechercher dans les spécificités culturelles des populations gauloises. Le statut particulier du cheval à cette époque se perçoit par ailleurs par son absence dans les dépôts alimentaires mis en place dans les tombes à côté des défunts.

  • 5 - LEPETZ, S. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord ». Revue Archéologique d (...)
  • 6 - Oribase, éd. Daremberg I, p. 178-179.
  • 7 - LEPETZ, S. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord ». Revue Archéologique d (...)

9Le monde romain, comme le monde grec, a quant à lui globalement rejeté la consommation de viande de cheval. Nombreux sont les textes relatant des épisodes de famines ou de campagnes militaires qui indiquent que cette viande n’était consommée qu’en dernière extrémité5 et à contrecœur. Mais Oribase nous apprend que manger des solipèdes, c’est agir tout à fait comme les esclaves6 et on peut en déduire que s’il existe des réserves d’ordre social, il n’y a pas d’interdit formel, ni de tabou et que des pratiques hippophagiques pouvaient donc s’observer en marge des usages communs. La confrontation des cultures gauloises et romaines dans ce domaine s’est cependant soldée par une interruption de l’habitude et les os découpés sont devenus très rares dans les assemblages archéo-ostéologiques ; l’influence romaine est très nettement perceptible. Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre la place des produits carnés équins (viande et graisse) durant la période romaine en Gaule. On ne peut que constater l’existence de cas où indéniablement le cheval a été mangé (fig. n°1) et il semble que ces exemples proviennent plutôt des périodes tardives de l’antiquité ; on a pu envisager, s’appuyant sur l’absence de regain de la cynophagie à la même époque, que l’influence germanique fût à l’origine de ce retour7. De manière semblable, le haut Moyen Âge livre des témoins archéologiques indiscutables du prélèvement de la viande équine et de sa consommation, ce qui est le cas aussi pour le Moyen Âge central alors qu’à cette époque les hommes continuent à manifester un mépris pour ce produit.

Figure 1

Figure 1

Traces de découpe et traces de feu relevées sur des incisives supérieures et un radius de cheval (Jouars-Pontchartrain – Yvelines, IIe siècle ap. J.-C.).

© S. Lepetz.

Le cheval source de matière première

10Qu’il ait été abattu ou qu’il soit mort naturellement au bout d’une longue vie de labeur, le cheval n’en demeure pas moins une formidable source de matière première. Loin d’avoir fait l’objet du même ostracisme que sa viande, les produits divers qu’il peut fournir ont largement été extraits de sa carcasse, transformés, utilisés. La description que fait Parent-Duchatelet (1827) de la multitude de ces produits et de leur récupération systématique au XIXe siècle révèle l’intérêt économique, manufacturier et financier du travail effectué par les équarisseurs (fig. n°2).

Figure 2

Figure 2

Représentation du clos d’équarrissage de Montfaucon au XIXe siècle. On perçoit les restes de cadavre de chevaux, les peaux de chiens clouées sur les murs et les tendons en train de sécher. D’après Parent-Duchatelet, 1827.

11Une fois le cheval mort, on récupère sa peau destinée aux tanneurs, son crin pour les bourreliers et les tapissiers, les sabots pour le cornetier ou l’artisan de la colle, la graisse est employée par les hongroyeurs et les bourreliers ; les muscles peuvent alimenter les animaux (chiens, bêtes des ménageries), une fois séchés et broyés, ils peuvent être utilisés comme engrais, comme le sang d’ailleurs qui est par ailleurs employé au raffinage du sucre. Bien sûr on tire du traitement des boyaux et des tendons des liens très solides. Les os quant à eux sont très recherchés par les artisans de l’os (tourneurs, couteliers, éventaillistes) et producteurs de collagène. Un traitement particulier de la chair permet même par ailleurs la production d’asticots destinés aux pêcheurs et à nourrir les basse-cours, les faisans, les jeunes volailles.

12L’analyse des ossements animaux issus des sites d’époque romaine illustre pour partie l’exploitation des cadavres d’équidés (fig. n°3). Les os canons étaient fort recherchés pour fabriquer des charnières de meuble, des épingles ; les radius, les diaphyses de tibia étaient bien souvent exploités. On reconnaît aisément cette activité de récupération par les traces de scie laissées sur les os. Seul l’artisan de l’os utilise cet outil, le boucher, à cette époque n’employant que le couteau ou le couperet. Certains os d’équidés étaient particulièrement recherchés comme les radius utilisés au XVIe siècle comme écorçoir, ou comme les métapodes utilisés comme patins à glace au haut Moyen-Âge. D’autres sont sélectionnés, comme au Louvre au XVe siècle par le patenôtrier et les déchets ont été retrouvés en très grande quantité dans des fosses dépotoirs.

Figure 3

Figure 3

Types de traces relevées sur les os d’équidés. Des traces de scie (en haut) liées au prélèvement des diaphyses des os et les traces de couteau (en bas) qu’a laissé le couteau au moment du prélèvement des tendons.

© S. Lepetz.

13Mais un autre type de site indique que depuis la période romaine une activité de récupération était organisée. À Évreux, Paris, Mâcon, Châlons-en-Champagne, Chartres, Amiens, d’énormes dépôts d’os d’équidés ont été mis au jour (fig. n°4). Il s’agit de zones, en périphérie de la cité, où étaient concentrés les restes des animaux utilisés dans les villes et morts à la tâche. On perçoit sur ces restes de cadavres des traces de découpe pour le prélèvement de la peau, des tendons, des crins et même de la viande. Ces activités ne doivent pas être très éloignées de celles décrites pour le XIXe siècle. On les perd de vue au haut Moyen Âge mais au bas Moyen Âge et à la période moderne, ces dépôts sont de nouveau très présents dans la moitié Nord de la France (Épinal, Vaucouleurs, Beauvais). Il faut dire que l’activité, si elle n’était pas très ragoutante, était très rémunératrice.

Figure 4

Figure 4

Dépôt d’équarrissage équin dans une zone de la nécropole antique d’Evreux (IIe – IIIe siècle).

© S. Lepetz.

Des inhumations de chevaux : rites, sacrifices… ou pas

14Au-delà de l’utilisation du cheval vivant ou de l’emploi des produits qu’il fournit, l’animal a parfois joué un rôle dans des pratiques particulières, parfois rituelles. Mais il faut bien avouer que les motivations pouvant pousser les hommes à enfouir les chevaux sont nombreuses et qu’elles sont parfois difficiles à comprendre. Cette faculté est malgré tout rendue possible grâce à l’analyse du type de contexte archéologique dans lequel a été découvert le squelette. Dans certains cas, il peut s’agir de restes d’un animal enterré à la suite de sa mort naturelle et il faut définir alors s’il y a intentionnalité dans le choix du lieu du dépôt : simplement en bordure de champs, dans un trou creusé à cet effet, dans une fosse dépotoir ou un silo, déjà existant, dans une zone réservée aux cadavres d’animaux, à proximité des habitations ou au contraire éloigné d’elles. On doit aussi pouvoir analyser certains gestes qui ont accompagné cette mise en terre. On a pu en effet souhaiter récupérer la peau, le crin ou les tendons, si l’on n’a pas récupéré une partie de la viande.

  • 8 - ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris (...)

15Mais dans d’autres cas, il y a association de restes humains et d’équidés. Se pose alors la question d’une part de l’intentionnalité du dépôt et d’autre part de l’intentionnalité de la mort de l’animal et de l’humain. Y a-t-il eu sacrifice ? C’est ainsi par exemple que P. Méniel8 a bien montré que les inhumations de chevaux et d’hommes effectuées aux Ve et IVe siècle avant notre ère dans des silos n’étaient pas strictement simultanées et qu’en outre rares étaient les cas où des traces sur les crânes pouvaient attester une mise à mort ; en revanche, des manipulations avec des prélèvements de crâne pouvaient intervenir. Ces pratiques funéraires prennent d’autres formes au IIIe siècle, puisque les squelettes humains et ceux de chevaux, parfois avec d’autres espèces, sont plus étroitement associés. Mais généralement, il faut reconnaître que mis à part ces exemples, l’animal est peu impliqué dans les rituels funéraires de l’Âge du fer et de la période romaine. Très souvent, dans les parties septentrionales des Gaules, des morceaux de viande sont déposés aux côtés des défunts (qu’il s’agisse d’inhumation ou d’incinération) ; des demi-têtes de porcs, des cuisseaux sont mis en place sur le bûcher et brûlés, ou déposés au fond des tombes. Mais le cheval n’y est jamais présent sous cette forme. On ne dépose pas de viande de cheval dans les tombeaux. Si cela est peu surprenant pour la période romaine, époque à laquelle le cheval n’est pas consommé, cela l’est plus pour la période gauloise, puisque, nous l’avons vu, il y est très habituellement mangé.

  • 9 - GAUDEFROY, S. et LEPETZ, S. Le dépôt sacrificiel de Longueil-Sainte-Marie « L’Orméon » : un culte (...)

16L’animal s’observe en revanche dans d’autres pratiques cultuelles de La Tène. Associés à des ossements humains et des armes, plusieurs sites de Picardie (Ribemont-sur-Ancre, Gournay-sur-Aronde) livrent des restes d’équidés sans doute en lien avec des batailles ou tout au moins des pratiques guerrières et ayant un certain temps été exposés à l’air libre. À la période romaine, on trouve parfois des chevaux complets dans des sites cultuels ; certains sont des sanctuaires avérés (Vertault), d’autres ne le sont pas (Longueil-Sainte-Marie « L’Orméon »9).

Taille, morphotypes, diversité variétale des chevaux aux périodes protohistoriques et historiques : perspectives de recherche ostéologique

  • 10 - Voir pour l’Antiquité : VIGNERON, P. Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine (Des guerres médiqu (...)
  • 11 - MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004. DI (...)

17Si la place du cheval dans les sociétés des deux derniers millénaires est largement étudiée et sans doute bien connue, notamment en Europe10 on ne sait presque rien des chevaux eux-mêmes. Et pour cause, les textes sont finalement peu prolixes pour les périodes antiques et médiévales et s’ils sont plus prompts à les décrire à partir du XVIe siècle, on reste encore démunis pour comprendre l’étendue de la variété des formes et l’influence anthropique réelle sur cette diversité, même si des recherches anthropologiques et historiques ont été depuis longtemps engagées en ce sens11.

  • 12 - DUVAL, C., LEPETZ, S. et HORARD, M.-P. « Diversité des cheptels et diversification des morphotype (...)
  • 13 - BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin p (...)
  • 14 - FRÈRE, S. et YVINEC, J.-H. Elevage et alimentation carnée en Île-de-France durant le haut Moyen  (...)
  • 15 - LIZET, B. La bête noire. À la recherche du cheval parfait. Paris, 1989.

18Les travaux en cours sur la taille des équidés antiques en Gaule (Lepetz, à paraître) révèlent une forme de régionalisation des formats de chevaux dès cette époque, à l’image de ce qui a pu être démontré pour le bœuf12. Au IIIe siècle, ils sont par exemple plus grands en Picardie qu’en Normandie ou que dans le Mâconnais, plus robustes en Champagne que dans la vallée du Rhône. Pour le haut Moyen-Âge, l’examen des textes permet de déceler dès le XIe siècle des zones où l’élevage du cheval devait être plus intense ; c’est le cas notamment dans l’Ouest de la France (Anjou, Perche, Bretagne, Poitou, Normandie)13. Les données archéozoologiques ont, quant à elles, clairement mis en évidence une zone d’intense élevage équin dans le Pays de France à la période Carolingienne14. Bien entendu il serait abusif pour ces époques d’envisager l’existence de races, telles qu’on pourra les voir apparaître au XVIIIe siècle et se fixer au XIXe15, mais il est sans doute possible de percevoir dès cette époque des variétés, des morphotypes, des phénons selon les régions d’élevage ; régions ou systèmes d’élevages qui pourraient alors être liés à une demande économique et sociale qui se spécialiserait ?

  • 16 - BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin p (...)
  • 17 - ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris (...)
  • 18 - MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004, p. (...)

19Les textes nous disent aussi que c’est à la fin du XIIe siècle qu’intervint un tournant dans l’élevage des chevaux : la mise en place par Philippe le Bel de haras royaux et l’importation (notamment des Pays-Bas, d’Allemagne mais surtout d’Italie, au début du XIVe siècle) de chevaux robustes provenant de Frise et de Westphalie, de grandes quantités de grands chevaux étrangers, qui font défaut au royaume16. Bien sûr le produit des grands haras ou des importations demeure minoritaire par rapport aux produits de l’élevage local, mais sans doute faut-il insister aussi sur les progrès considérables qu’ont enregistré les campagnes du nord et de l’ouest de la France au XIIIe siècle dans le domaine de l’élevage. C’est donc de tous points de vue que le XIIIe siècle se trouve être une période charnière pour l’histoire de l’élevage des chevaux même si les données ostéologiques collectées et pour partie synthétisées17 n’ont pas permis de mettre en évidence des changements importants à cette époque, sans doute parce que l’échelle d’analyse n’était pas adaptée. Des investigations précises, poussées, doivent donc être menées afin de définir les réelles influences de ces importations ou de ce qui a parfois été interprété comme une révolution agricole sur la taille et la forme des chevaux. Le XVIe siècle constitue un autre tournant pour l’élevage équin. Du fait du développement des armes à feu, l’emploi du cheval dans les batailles ne cesse de décliner et la naissance de l’équitation académique a donné lieu à une nouvelle donne. Mais la France continue à importer en grand nombre des chevaux pour pallier la médiocrité de l’élevage « en forêt », un élevage « sauvage » sur des landes18.

20On perçoit donc bien que la taille, la forme, un morphotype est susceptible de refléter un niveau zootechnique qu’aurait atteint une société d’éleveurs ou de révéler le niveau d’adaptation d’une forme ou de la stature de l’animal aux conditions techniques, économiques ou environnementales d’une société. Définir ces caractéristiques morphométriques, c’est donc contribuer à la description de ces sociétés, et, par-là, mettre en évidence d’éventuelles modifications, changements, évolutions, adaptations ; c’est essayer de comprendre les origines des transformations qui frappent ces cultures, les influences que les peuples peuvent subir, exercer ou échanger à travers l’adaptation des techniques nouvelles, d’importation de bêtes ou de savoir-faire.

21À ces questions, les os peuvent apporter des éléments de réponse, et l’ostéométrie s’avère être un outil privilégié. Afin de décrire la diversité des morphologies de populations anciennes, il est dès lors nécessaire de les comparer à des formes actuelles. La première étape consiste donc à mettre en place un référentiel d’étude construit à partir des données fournies par des squelettes d’équidés actuels de race connue.

La caractérisation ostéologique des morphotypes actuels

Figure 5

Figure 5

Spécimens de race connue intégrés à l’étude.

© S. Lepetz et P. Hanot.

Figure 6

Figure 6

Estampe de C. Hailey, conservée au Château-Musée de Saumur représentant Flying-Fox.

© Château-Musée de Saumur.

22Certains musées, muséums d’histoire naturelle ou écoles vétérinaires disposent dans leurs collections de squelettes complets d’équidés, conservés à des fins pédagogiques ou patrimoniales. La volonté de mettre en place le référentiel a d’abord consisté à entamer un recensement de ces pièces ostéologiques. Ainsi, un ensemble de treize squelettes de chevaux de races connues a été localisé en France (fig. n°5). Chevaux sauvages et ânes domestiques y trouvent également leur place à titre de comparaison. Les collections ont parfois permis d’associer, aux spécimens les plus célèbres, des données archivistiques apportant des informations complémentaires à celles fournies par le squelette lui-même. Il s’agit généralement de la description de l’animal vivant (robe, mensurations) ou de documents ayant trait à son histoire (nom, origine, dates de naissance et de mort, ascendance, performances, prix d’achat…). Certains chevaux intégrés à cette étude présentent ainsi une histoire relativement bien documentée grâce à la renommée internationale qu’ils ont pu acquérir sur les hippodromes. C’est le cas du Pur-sang anglais Flying-Fox (fig. n°6), né en 1896 d’Orme et Vampire dans les écuries du duc de Westminster, maintes fois victorieux et notamment de la Triple Couronne britannique en 189919. Vendu aux enchères à un prix record (984 375 Francs) et ramené aux haras de Jardy, il engendra une descendance qui s’illustra à son tour sur les champs de course. Après sa mort en 1911, son squelette fut offert au Musée du cheval à Saumur où il est encore visible (fig. n°7). D’autres cas peuvent être cités, tel le cheval Rock Sand20 (né en 1900 de Sainfoin et Roquebrune, et mort en 1914), vainqueur de nombreuses courses et dont le squelette est monté dans la galerie d’Anatomie comparée du Muséum national d’histoire naturelle à Paris (fig. n°8, n°9).

Figure 7

Figure 7

Squelette de Flying-Fox, exposé au Château-Musée de Saumur.

© Château-Musée de Saumur.

Figure 8

Figure 8

Rock-Sand de son vivant. Voir la note 20.

Figure 9

Figure 9

Squelette de Rock-Sand exposé dans la galerie d’Anatomie comparée du MNHN.

© P. Hanot.

  • 21 - EISENMANN, V. « Comparative Osteology of Modern and Fossil Horses, Halfasses and Asses ». Dans ME (...)

23La taille des chevaux peut être analysée à partir de la longueur de leurs os longs mais la morphologie ne peut être décrite qu’en prenant en compte leur gracilité, c’est-à-dire la largeur de ces os. Ainsi, chacun des spécimens de référence a fait l’objet d’une série d’environ deux cents mesures portant sur les os des membres, antérieurs et postérieurs (suivant la méthode élaborée par V. Eisenmann)21. Des mesures ont également été effectuées sur le crâne et la mandibule afin d’accéder à la forme de la tête.

24Ce système permet d’obtenir pour chaque os long (humérus, radius, métacarpe, fémur, tibia, métatarse) –fig. C leur longueur (maximale, latérale) et plusieurs mesures de largeur et d’épaisseur (proximale, diaphysaire, distale). Pour chacun, la longueur, la largeur et l’épaisseur les plus significatives ont été sélectionnées selon trois critères principaux : l’accessibilité de la mesure (sur des squelettes montés et sur du matériel archéologique), sa bonne corrélation avec l’ensemble des mesures, et sa variabilité (témoignant de son potentiel à distinguer les individus entre eux).

  • 22 - SIMPSON, G. G. « Large Pleistocene Felines of North America ». American Museum Novitates, 1136, 1 (...)
  • 23 - La formule appliquée pour calculer le Log Size Index (LSI) est la suivante : LSI = log10 (x/y).
  • 24 - La gracilité est évaluée grâce à l’estimation d’un indice de gracilité calculé ainsi : (largeur d (...)

25Le but était de construire pour chacun des individus un profil ostéométrique. Les mesures présentant des échelles variées, l’usage du logarithme est apparu comme un moyen de les faire figurer sur un même graphique. Ainsi, la méthode employée fut celle du Log Size Index22 consistant en un calcul de la différence entre le logarithme décimal des mesures de l’individu que l’on cherche à étudier et le logarithme décimal des mesures d’un individu standard23. L’individu standard doit présenter une morphologie intermédiaire au sein de l’échantillon. Prisme, un cheval anglo-arabe conservé au Musée de la Cavalerie de Saumur, se présente pour cette raison comme le candidat idéal car ses os sont d’une gracilité proche de la moyenne de l’échantillon24.

26Le diagramme obtenu pour chacun des spécimens figure l’écart entre l’individu étudié et le standard (Prisme), incarné par l’axe des abscisses. Cette méthode rend possible la comparaison entre les diagrammes de différents individus en considérant que deux profils parallèles correspondent à des spécimens de proportions similaires et que l’écart entre eux indique une différence de stature (fig. n°10). Les similitudes entre les différents profils ont permis de mettre en évidence trois groupes morphologiques à partir des treize individus de référence.

Figure 10

Figure 10

Profils logarithmiques des équidés actuels et archéologiques (avec Prisme pour standard). Les mesures sélectionnées sont les longueurs maximales (L), les largeurs distales (l) et les épaisseurs diaphysaires (ep.) pour les humérus, radius, tibia, les épaisseurs proximales (tête de fémur) ou les épaisseurs distales (quille du métacarpe, condyle latéral du métatarse).

© S. Lepetz et P. Hanot.

27Le premier (type A) correspond à un groupe de chevaux dont les proportions sont semblables à celles du standard (Prisme). Il regroupe, autour de cet anglo-arabe, les trois Pur-sang anglais (Rock-Sand, Flying-Fox et Alcantara II), le Selle français (École Vétérinaire de Nantes) et le cheval de race arabe 1927/235 du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. Un deuxième groupe (type B) peut être défini autour des Percherons et Boulonnais du Muséum national d’Histoire naturelle (respectivement 1890/1178 et 1891/107). Leurs os sont de taille légèrement supérieure à celle des chevaux du groupe précédent mais surtout ils sont plus robustes. Le dernier groupe (type C) se caractérise par des spécimens dont les os présentent une réduction plus harmonieuse des proportions du type A mais avec des segments qui semblent légèrement plus épais. Il s’agit du cheval de Przewalski conservé au Musée-Château de Saumur et du cheval Konik du Centre de Recherches Archéologiques de la Vallée de l’Oise (Compiègne).

28Nous avons ainsi pu constater que la répartition morphologique correspondait à une approche fonctionnelle avec un type A qui regroupe des chevaux de selle, un type B qui réunit des chevaux de trait, et un type C de chevaux de type « rustique à sauvage ».

29Des profils logarithmiques ont également été construits à partir de dix-neuf mesures crâniennes sélectionnées. Ils mettent en évidence trois groupes regroupant les mêmes individus. Enfin, l’étude bivariée des données (une longueur sur une largeur) crâniennes et mandibulaires confirme cette répartition (fig. n°11).

Figure 11

Figure 11

Analyse bivariée des mesures crâniennes (largeur basi-occipitale en fonction de la longueur maximale du crâne).

© S. Lepetz et P. Hanot.

L’analyse des morphotypes anciens

30Fort de cette première série de références, il est possible de proposer une première approche de la forme des types d’équidés anciens. Des spécimens d’équidés entiers archéologiques sont en effet conservés dans les réserves archéologiques (services des collectivités territoriales, bases INRAP…). Trente-neuf spécimens (archéologiques ou issus de collections ostéologiques mais dont la race reste inconnue) ont ainsi été testés (fig. n°12, n°13, n°14). La portée méthodologique de l’approche justifie la souplesse des bornes chronologiques : du second Âge du Fer à l’époque contemporaine. Ils ont été soumis à la même série de mesures que les squelettes de référence, auxquelles a été appliquée la méthode du Log Size Index. L’approche s’est avérée concluante : par comparaison aux profils construits à partir des équidés de référence et sur les trente-neuf profils logarithmiques obtenus, vingt-huit ont pu être rattachés à l’un des trois groupes morphologiques, les onze restants étant généralement trop incomplets pour être intégrés à l’un d’entre eux avec fiabilité. Bien sûr, l’effectif est encore trop faible pour déterminer les proportions de ces différentes formes pour chacune des époques, mais il est intéressant de constater l’existence d’une diversité.

Figure 12

Figure 12

Localisation des provenances des équidés archéologiques. (Source : www.base-sillon.com).

Figure 13

Figure 13

Squelette de cheval provenant de la tombe 44b du cimetière de « Neuville-sur-Escaut » reconstitué dans le musée municipal de Denain.

© P. Hanot.

Figure 14

Figure 14

Spécimens archéologiques et de race inconnue intégrés à l’étude.

© S. Lepetz et P. Hanot.

31Cette variabilité s’exprime en termes de taille et de gracilité mais également en termes de conformation. En effet, outre le type « rustique à sauvage » (type C), présent depuis l’Âge du Fer et jusqu’aux périodes les plus récentes, il semblerait que le type A existe également bien avant que ne soient standardisées les races de selle (fig. n°15). Ainsi, les deux équidés du site d’époque romaine d’Épiais-les-Louvres présentent une morphologie de type A correspondant à des os plus robustes et à une hauteur au garrot supérieure à celles des autres individus gallo-romains dont la morphologie s’apparente davantage à celle des chevaux de l’Âge du Fer. Des animaux très robustes côtoient donc des chevaux minces mais il faut néanmoins attendre l’époque contemporaine pour qu’émergent les chevaux « lourds » et que cette apparition s’accompagne d’une morphologie nouvelle dite type « trait » (type B).

Figure 15

Figure 15

Évolution chronologique de la fréquence des classes de hauteur au garrot, de gracilité et des morphotypes A, B, C.

© S. Lepetz et P. Hanot.

Un patrimoine à conserver

32L’étude ostéologique menée ici a conduit à s’interroger sur la variabilité des formes des chevaux domestiques pour des périodes antérieures au XVIIIe siècle ; l’objectif est de poursuivre ce travail afin de mieux cerner la diversité variétale entre la période gauloise et la période moderne et de confronter cette réalité aux idées, plus ou moins reçues, conférant à certaines races le prestige d’une existence très ancienne. Mais, naturellement, et de même que le corpus de référence doit être élargi afin de représenter au mieux la variabilité inter et intra-raciale, l’extension à un échantillon archéologique plus large et plus homogène est nécessaire. On le voit, le champ d’étude sur lequel nous amènent les os d’animaux archéologiques est vaste et riche, autant que le travail restant à mener. Une condition doit cependant être remplie : celle de la conservation des restes osseux et de leur accessibilité.

33Pour ce faire, une base de données « Sillon » (« Système Informatisé de LocaLisation des spécimens Ostéo-archéozoologiques de France ») permettant le recensement des squelettes de chevaux complets (archéologiques et modernes) disséminés en France dans des réserves de Musées, des réserves archéologiques, des laboratoires de recherche, chez des particuliers, a été mise en ligne (www.base-sillon.com). Cette base de données s’adresse à tout acteur de la recherche ou de la conservation susceptible de la consulter ou d’y contribuer. À une localisation des spécimens peut s’adjoindre une description de l’individu, de sa provenance et de ses conditions de conservation.

34L’objectif est aussi d’assurer la protection des pièces remarquables et des squelettes de chevaux en danger de destruction ou qui ne sont pas stockés dans des conditions qui assurent leur pérennité. Dans un certain nombre de cas, il est en effet avéré que des squelettes sont en danger parce que les conditions de conservation sont très défavorables, ou que les propriétaires ou les dépositaires de ces pièces ne souhaitent pas les garder (avec un risque de destruction).

35Dans d’autres cas, il existe un souhait d’attribuer aux pièces remarquables un statut patrimonial garant de la pérennité de leur conservation et offrant la possibilité d’études futures. Le service des collections du Muséum national d’Histoire naturelle à Paris intègre désormais ces pièces aux collections patrimoniales du Muséum. Ces squelettes reçoivent un numéro d’inventaire national et sont inscrits au catalogue. Il n’y a plus de raison à l’avenir que ces vestiges uniques et irremplaçables disparaissent.

Haut de page

Bibliographie

ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris : Errance, 2002.

BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin philologique et historique, 9, 1978, p. 75.

BOUCHET, G. « Le cheval à Paris de 1850 à 1914 ». Mémoire et documents de l’École des Chartes, 37. Genève, Paris, 1993.

BRAUNER, A. « Materialy k poznaniudomashnikhzhivotnykhRossii.1. Loshad’kurgannykhpogrebenijTiraspol’skagouezda, Khersonskojgub. Equusgoschkewitchi, mihi ». Mémoires de la société Impériale d’agriculture de la Russie méridionale, 86 (1), 1916, p. 49-184.

DIGARD, J.-P. L’homme et les animaux domestiques. Paris : Fayard, 1990.

DIGARD, J.-P. Une histoire du cheval. Arles : Actes sud, 2007.

DUVAL, C., LEPETZ, S. et HORARD, M.-P. « Diversité des cheptels et diversification des morphotypes bovins dans le tiers Nord-Ouest des gaules entre la fin de l’Âge du fer et la période romaine ». Gallia, 69-2, 2012, p. 40-65.

EISENMANN, V. « Comparative Osteology of Modern and Fossil Horses, Halfasses and Asses ». Dans MEADOW, R.H. et UERPMANN, H.P. Equids in the ancient world. Wiesbaden : BeiheftezumTübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe A, 1986, p. 67-116.

EISENMANN, V. et al. Studying Fossil Horses. WOODBURNE, M. & SONDAAR, P. (éd). Collected papers after the « New York International Hipparion Conference, 1981 », vol. I : Methodology, 1988.

FRÈRE, S. et YVINEC, J.-H. Élevage et alimentation carnée en Île-de-France durant le haut Moyen Âge. L’habitat rural du haut Moyen Âge. 2e supplément au BAVF, 2008, p. 13-22.

GAUDEFROY, S. et LEPETZ, S. Le dépôt sacrificiel de Longueil-Sainte-Marie « L’Orméon » : un culte de tradition locale sous l’Empire ? Dans VAN ANDRINGA, W. (éd.). Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine. Mémoire du centre Jean-Palerne, Mémoires XXII, Saint-Étienne : 2000, p. 157-192.

HAU, F. « Les collections du Musée du cheval ». 303 Arts, Recherches et Création, 29, 1991, p 53-63.

LEPETZ, S. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord ». Revue Archéologique de Picardie, n° spécial 12, Amiens, 1996.

LEPETZ, S., MENIEL, P. Des sacrifices sans consommation : les dépôts d’animaux non consommés en Gaule romaine. Dans Lepetz, S. & VAN ANDRINGA, W. (éd.). Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine – Rituels et pratiques alimentaires, Archéologie des plantes et des animaux – II, Montagnac : Monique Mergoil éditions, 2008, p. 147-156.

LIZET, B. Champ de blé, champ de course. Nouveaux usages du cheval de trait en Europe. Paris : Jean-Michel Place, 1996.

LIZET, B. Le cheval dans la vie quotidienne – Techniques et représentations du cheval de travail dans l’Europe industrielle. Espace des hommes. Paris : Berger-Levrault, 1982.

LIZET, B. La bête noire. À la recherche du cheval parfait. Paris, 1989.

LIZET, B. « Des chevaux de trait pour ménager la nature ». Dans BONNAIN-DULON, R., CLOAREC, J. et DUBOTS, F. (éd.). Ruralités contemporaines. Paris : L’Harmattan, 2011, p. 191-218.

MENIEL, P. Les chevaux découpés du village d’Acy-Romance et l’hippophagie en Gaule septentrionale. Anthropozoologica, 1994, p. 55-68.

MENIEL, P. « Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle – Âge du fer ». Vestigia, 2008.

MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004.

PARENT-DUCHATELET, A. J.-B. Recherches et considérations sur l’enlèvement et l’emploi des chevaux morts, et sur la nécessité d’établir à Paris un clos central d’écarissage, tant pour les avantages de la salubrité publique que pour ceux de l’industrie manufacturière de cette ville. Paris : Bachelier, Librairie-éditeur des annales mensuelles de l’industrie manufacturière et des beaux-arts, 1827.

PIERRE, E. « L’hippophagie au secours des classes laborieuses ». Communications, 74, 2003, p. 177-200.

POPLIN, F. « Le cheval, viande honteuse ». Ethnozootechnie, 1992, p. 23-34.

ROCHE, D. La culture équestre de l’Occident, XVIe-XIXe siècle, l’ombre du cheval, volume 1, le cheval moteur. Fayard, 2008.

VIGNE, J.-D. « Faciès culturels et sous-systèmes techniques de l’acquisition des ressources animales. Application au Néolithique ancien méditerranéen ». Dans D’ANNA, A. et BINDER, D. (dir.). Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes 2e rencontres méridionales de Préhistoire Récente (Arles, 8-9 novembre, 1996), APDCA. Antibes, 1998, p. 24-45.

VIGNERON, P. Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine (Des guerres médiques aux grandes invasions). Nancy : Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université de Nancy, 1968.

SIMPSON, G. G. « Large Pleistocene Felines of North America ». American Museum Novitates, 1136, 1941, p. 1-27.

Haut de page

Notes

1 - VIGNE, J.-D. « Faciès culturels et sous-systèmes techniques de l’acquisition des ressources animales. Application au Néolithique ancien méditerranéen ». Dans D’ANNA, A. et BINDER, D. (dir.). Production et identité culturelle. Actualité de la recherche. Actes 2e rencontres méridionales de Préhistoire Récente (Arles, 8-9 novembre, 1996), APDCA. Antibes, 1998, p. 24-45.

2 - Pour cette époque et cette question voir : LIZET, B. Le cheval dans la vie quotidienne – Techniques et représentations du cheval de travail dans l’Europe industrielle. Espace des hommes. Paris : Berger-Levrault, 1982. ; BOUCHET, G. « Le cheval à Paris de 1850 à 1914 ». Mémoire et documents de l’Ecole des Chartes, 37. Genève, Paris, 1993. Ou PIERRE, E. « L’hippophagie au secours des classes laborieuses ». Communications, 74, 2003, p. 177-200.

3 - POPLIN, F. « Le cheval, viande honteuse ». Ethnozootechnie, 1992, p. 23-34.

4 - MENIEL, P. Les chevaux découpés du village d’Acy-Romance et l’hippophagie en Gaule septentrionale. Anthropozoologica, 1994, p. 55-68. ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris : Errance, 2002, p. 54-59.

5 - LEPETZ, S. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord ». Revue Archéologique de Picardie, n°spécial 12, Amiens, 1996, p. 132.

6 - Oribase, éd. Daremberg I, p. 178-179.

7 - LEPETZ, S. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord ». Revue Archéologique de Picardie, n°spécial 12, Amiens, 1996, p. 135.

8 - ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris : Errance, 2002, p. 70-74. MENIEL, P. « Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle – Âge du fer ». Vestigia, 2008.

9 - GAUDEFROY, S. et LEPETZ, S. Le dépôt sacrificiel de Longueil-Sainte-Marie « L’Orméon » : un culte de tradition locale sous l’Empire ? Dans VAN ANDRINGA, W. (éd.). Archéologie des sanctuaires en Gaule romaine. Mémoire du centre Jean-Palerne, Mémoires XXII, Saint-Etienne : 2000, p. 157-192. LEPETZ, S., MENIEL, P. Des sacrifices sans consommation : les dépôts d’animaux non consommés en Gaule romaine. Dans Lepetz, S. & VAN ANDRINGA, W. (éd.). Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine – Rituels et pratiques alimentaires, Archéologie des plantes et des animaux – II, Montagnac : Monique Mergoil éditions, 2008, p. 147-156.

10 - Voir pour l’Antiquité : VIGNERON, P. Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine (Des guerres médiques aux grandes invasions). Nancy : Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université de Nancy, 1968. Pour la période médiévale : BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin philologique et historique, 9, 1978, p. 75. Pour l’Ancien Régime : MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004. ROCHE, D. La culture équestre de l’Occident, XVIe-XIXe siècle, l’ombre du cheval, volume 1, le cheval moteur. Fayard, 2008.

11 - MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004. DIGARD, J.-P. L’homme et les animaux domestiques. Paris : Fayard, 1990. LIZET, B. « Des chevaux de trait pour ménager la nature ». Dans BONNAIN-DULON, R., CLOAREC, J. et DUBOTS, F. (éd.). Ruralités contemporaines. Paris : L’Harmattan, 2011, p. 191-218.

12 - DUVAL, C., LEPETZ, S. et HORARD, M.-P. « Diversité des cheptels et diversification des morphotypes bovins dans le tiers Nord-Ouest des gaules entre la fin de l’Âge du fer et la période romaine ». Gallia, 69-2, 2012, p. 40-65.

13 - BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin philologique et historique, 9, 1978, p. 28-35.

14 - FRÈRE, S. et YVINEC, J.-H. Elevage et alimentation carnée en Île-de-France durant le haut Moyen Âge. L’habitat rural du haut Moyen Âge. 2e supplément au BAVF, 2008, p. 93-20.

15 - LIZET, B. La bête noire. À la recherche du cheval parfait. Paris, 1989.

16 - BAUTIER, R.-H. et BAUTIER, A.-M. « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge ». Bulletin philologique et historique, 9, 1978, p. 62.

17 - ARBOGAST, R.-M., CLAVEL, B., LEPETZ, S., MENIEL, P. et YVINEC, J.-H. Archéologie du cheval. Paris : Errance, 2002, p. 70-74.

18 - MULLIEZ, J. Les chevaux du Royaume. Aux origines des haras nationaux. Belin, 1983, rééd. 2004, p. 16.

19 - HAU, F. « Les collections du Musée du cheval ». 303 Arts, Recherches et Création, 29, 1991, p 53-63.

20 - La figure 8 est extraite du site : http://thevaulthorseracing.wordpress.com/author/thevaulthorseracing/page/8/.

21 - EISENMANN, V. « Comparative Osteology of Modern and Fossil Horses, Halfasses and Asses ». Dans MEADOW, R.H. et UERPMANN, H.P. Equids in the ancient world. Wiesbaden : BeiheftezumTübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe A, 1986, p. 67-116. EISENMANN, V. et al. Studying Fossil Horses. WOODBURNE, M. & SONDAAR, P. (éd). Collected papers after the « New York International Hipparion Conference, 1981 », vol. I : Methodology, 1988.

22 - SIMPSON, G. G. « Large Pleistocene Felines of North America ». American Museum Novitates, 1136, 1941, p. 1-27.

23 - La formule appliquée pour calculer le Log Size Index (LSI) est la suivante : LSI = log10 (x/y).

24 - La gracilité est évaluée grâce à l’estimation d’un indice de gracilité calculé ainsi : (largeur du métacarpe/longueur du métacarpe) × 100.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Traces de découpe et traces de feu relevées sur des incisives supérieures et un radius de cheval (Jouars-Pontchartrain – Yvelines, IIe siècle ap. J.-C.).
Crédits © S. Lepetz.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2
Légende Représentation du clos d’équarrissage de Montfaucon au XIXe siècle. On perçoit les restes de cadavre de chevaux, les peaux de chiens clouées sur les murs et les tendons en train de sécher. D’après Parent-Duchatelet, 1827.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 3
Légende Types de traces relevées sur les os d’équidés. Des traces de scie (en haut) liées au prélèvement des diaphyses des os et les traces de couteau (en bas) qu’a laissé le couteau au moment du prélèvement des tendons.
Crédits © S. Lepetz.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 4
Légende Dépôt d’équarrissage équin dans une zone de la nécropole antique d’Evreux (IIe – IIIe siècle).
Crédits © S. Lepetz.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 5
Légende Spécimens de race connue intégrés à l’étude.
Crédits © S. Lepetz et P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 6
Légende Estampe de C. Hailey, conservée au Château-Musée de Saumur représentant Flying-Fox.
Crédits © Château-Musée de Saumur.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 7
Légende Squelette de Flying-Fox, exposé au Château-Musée de Saumur.
Crédits © Château-Musée de Saumur.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 8
Légende Rock-Sand de son vivant. Voir la note 20.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 9
Légende Squelette de Rock-Sand exposé dans la galerie d’Anatomie comparée du MNHN.
Crédits © P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 10
Légende Profils logarithmiques des équidés actuels et archéologiques (avec Prisme pour standard). Les mesures sélectionnées sont les longueurs maximales (L), les largeurs distales (l) et les épaisseurs diaphysaires (ep.) pour les humérus, radius, tibia, les épaisseurs proximales (tête de fémur) ou les épaisseurs distales (quille du métacarpe, condyle latéral du métatarse).
Crédits © S. Lepetz et P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 11
Légende Analyse bivariée des mesures crâniennes (largeur basi-occipitale en fonction de la longueur maximale du crâne).
Crédits © S. Lepetz et P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 12
Légende Localisation des provenances des équidés archéologiques. (Source : www.base-sillon.com).
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 13
Légende Squelette de cheval provenant de la tombe 44b du cimetière de « Neuville-sur-Escaut » reconstitué dans le musée municipal de Denain.
Crédits © P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 14
Légende Spécimens archéologiques et de race inconnue intégrés à l’étude.
Crédits © S. Lepetz et P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 15
Légende Évolution chronologique de la fréquence des classes de hauteur au garrot, de gracilité et des morphotypes A, B, C.
Crédits © S. Lepetz et P. Hanot.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10512/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lepetz et Pauline Hanot, « Archéozoologie et patrimoine ostéologique du cheval. Les os des chevaux provenant des fouilles archéologiques : sujets de recherche et archives du sol », In Situ [En ligne], 18 | 2012, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/10512 ; DOI : 10.4000/insitu.10512

Haut de page

Auteurs

Sébastien Lepetz

UMR 7209 / USM 303, Archéozoologie, Archéobotanique, Sociétés, pratiques et environnements, CNRS - Muséum national d’Histoire naturelle, USM 303, Département Écologie et gestion de la biodiversité lepetz@mnhn.fr

Pauline Hanot

Etudiante en Archéozoologie pauline_hanot@hotmail.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page