Navigation – Plan du site
Héritage : Moyen Âge et Renaissance

Découverte de peintures murales médiévales dans l’église de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz

Jacques Lapart

Résumés

En 2006, une découverte fortuite mit au jour des peintures murales de la fin du Moyen Âge dans l’église de Saint-Antonin-Pont d’Arratz construite au XVe siècle par l’ordre des Antonins pour accueillir les pèlerins allant à Saint-Jacques de Compostelle. La peinture représente des scènes de la vie de saint Blaise : convocation du saint par le gouverneur païen, miracle du porc rendu à la pauvre veuve, emprisonnement de saint Blaise, puis son martyre. L’originalité vient de la présence de légendes en occitan qui racontent les scènes. Vers le bas apparaît une peinture plus ancienne figurant saint Georges luttant contre le dragon.

Haut de page

Texte intégral

1En novembre 2006, des travaux non contrôlés ont mis au jour des peintures murales médiévales de grand intérêt sur la deuxième travée du mur nord.

2Une visite sur place avec M. Olivier Poisson, inspecteur général des Monuments historiques, M. Bertrand Ducourau, conservateur du patrimoine (Direction régionale des affaires culturelles de Midi-Pyrénées) et M. Dupuy, maire de la commune, eut lieu le mercredi 6 décembre 2006. Il fut convenu de demander à trois restaurateurs reconnus de passer sur les lieux pour examiner et chiffrer les mesures de conservation et de restauration. Avant ces interventions, il est néanmoins possible de proposer une lecture et une interprétation des peintures ainsi dégagées.

L’histoire du village de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz1

  • 1 - CODORNIU, C. « Notice sur Saint-Antoine de Pont d’Arratz ». Revue de Gascogne, 1895, p. 81-89 et (...)

3La commune actuelle, qui recouvre environ 1 000 hectares, comprend sur la rive gauche, la vallée de la rivière Arratz et un terroir de collines peu élevées (fig. n°1).

Figure 1

Figure 1

Plan cadastral du village de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz.

Phot. Lapart, J. © Jacques Lapart.

  • 2 - MONDIN, Marie-Line. L’occupation du sol au Moyen Âge dans le canton de Miradoux (Gers). Mémoire d (...)

4Le peuplement ancien est rare ou mal connu. Au sud-ouest du village, près de la ferme Saint-Martin, une étudiante a recueilli des tessons de céramiques rouges et noires ainsi que des ossements considérés comme humains, mais aussi une tradition orale qui situerait là une chapelle, un cimetière et un hameau2. Aucune datation précise n’est fournie. Le même auteur signale qu’une chapelle aurait existé au lieu-dit Saint-Jean entre Perroulin et Routole.

  • 3 - LAPART, Jacques et PETIT, Catherine. Carte archéologique de la Gaule 32-le Gers. Paris : Académie (...)

5Plus sûrement, un établissement antique a été signalé autrefois par Mary Larrieu-Duler au lieu-dit Béraud, à environ 1,5 km au nord-ouest du village, sur le versant d’un coteau, dans une parcelle appelée Pelou3.

  • 4 - LOUBÈS, Gilbert. « Routes de la Gascogne médiévale ». Dans L’homme et la route en Europe occident (...)

6Avant le milieu du Moyen Âge, le secteur semble avoir été peu habité. La traversée de la région par les pèlerins a modifié la situation. Ils suivaient la via podensis venant de Moissac et Auvillar vers Lectoure et Condom. À distance régulière, des gîtes d’étape offraient une paillasse et un peu de soupe parfois tous les cinq kilomètres4. En Gascogne, le franchissement des rivières souvent grossies par les intempéries de l’hiver et du printemps, pouvait présenter quelques risques.

  • 5 - LOUBÈS, Gilbert. « Aspects religieux du Moyen Âge gascon ». Dans FERA, Pierre Léon (dir.). Pays d (...)

7Vers la fin du XIIe siècle, les Antonins auraient créé un petit hôpital près d’un pont sur la rivière Arratz. Un siècle avant, l’ordre religieux de Saint-Antoine de Viennois avait été fondé pour lutter contre l’ergotisme, intoxication alimentaire provoquée par l’ergot du seigle appelée « mal des ardents » ou « feu de saint Antoine ». Les religieux de l’ordre accueillirent les malades puis les pèlerins. Ils s’installèrent à Toulouse puis en région gersoise, à Pujaudran, à Monlezun-Pardiac, sur le chemin de pèlerinage appelé voie de Provence et à Saint-Antoine sur la voie du Puy5. L’ordre est composé de laïques et la paroisse est desservie par des vicaires nommés par l’évêque de Lectoure.

8En 1204, la femme de Gaillard d’Ascor leur donne sa seigneurie de Cazals jouxtant l’hôpital. C’est donc à partir de ce moment-là qu’un petit village va se structurer et se développer avec l’établissement d’une commanderie, d’une église, d’un hôpital et le regroupement de la population qui en 1493 comptait une cinquantaine de familles.

  • 6 - Longtemps propriété de Roland Bierge (Boucau-1922-Saint-Antoine-1991) peintre de nus, de paysages (...)

9Le village semble s’être organisé le long d’une rue centrale unique. Au nord, elle aboutissait à une porte fortifiée qui s’appuie toujours sur la commanderie, aujourd’hui propriété privée6, qui est un ensemble imposant et bien conservé. Les maisons suivent ensuite l’alignement de la muraille et leur mur extérieur participait à la défense, mais à l’intérieur du petit village l’église, dont le mur nord semble porter encore des traces de crénelage, devait être également fortifiée.

L’église de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz

  • 7 - En 1888, la chapelle du Nord était dite de saint Joseph ou de saint Blaise, autrefois de saint Ma (...)

10L’église a un plan rectangulaire partagé en six travées terminé par un chevet plat avec deux chapelles latérales dédiées à la Vierge et à saint Blaise7. C’est semble-t-il, le plan d’origine. À l’extérieur, on remarque un bel appareil moyen de pierre de taille, très homogène au nord, à l’ouest et au sud, mais à l’est il y a eu des reprises et notamment sur les contreforts. Au nord, une petite porte devait donner l’accès au cimetière.

11À l’ouest, la première travée a été isolée postérieurement et partagée en trois parties, une entrée, une chapelle des fonts baptismaux et une remise.

  • 8 - MESPLÉ, Paul. « L’église Saint-Antoine-de-Pont-d’Arratz ». Sites et Monuments du Lectourois. Auch (...)

12Si le mur ouest présente un clocher-mur traditionnel, le portail d’entrée est assez exceptionnel avec des voussures en plein cintre de tradition romane et un tympan découpé de lobes outrepassés marqués par les souvenirs de l’art arabe du nord de l’Espagne8. De part et d’autres, les chapiteaux correspondent par leurs feuillages réalistes à des productions plus classiques de l’époque gothique.

  • 9 - BALAGNA, Christophe. L’architecture gothique religieuse en Gascogne centrale. Thèse de doctorat s (...)

13Pour Christophe Balagna, « la nef et les chapelles sont relativement homogènes. Les supports sont des pilastres prismatiques qui reçoivent la retombée du doubleau et des nervures aux angles abattus9 ». Le décor sculpté se retrouve sur les tailloirs et sur les culots avec des motifs géométriques, végétaux ou des personnages.

  • 10 - LASSURE, Jean-Michel. « L’architecture gothique dans le Gers ». Dans Pays du Gers, cœur de la Gas (...)
  • 11 - Très bel exemple de peintures murales de même époque. Voir LASSURE, Jean-Michel. « Les peintures (...)
  • 12 - BALAGNA, Christophe. « Quelques remarques sur l’apparition des formes de la Renaissance dans l’ar (...)

14À partir d’un plan d’origine, l’édifice a fait l’objet de travaux dans la seconde moitié du XVe siècle soit l’édifice n’était pas terminé soit il avait subi des dégâts durant la guerre de Cent Ans. De la seconde moitié du XVe siècle au début du siècle suivant avant les guerres de Religion, les édifices religieux sont partout en Gascogne l’objet d’importants travaux de reconstruction10 et/ou d’embellissements11 et notamment en Lectourois12.

  • 13 - CAZAURAN, Abbé. Monographies paroissiales, manuscrit, archives diocésaines. Auch, exemplaire dact (...)

15Par la suite, son histoire est particulièrement mal connue en dehors de réparations importantes réalisées à l’église et au clocher en 1623 et qui ont peut-être affecté le chevet et les contreforts. Mais il s’agit peut-être d’un travail plus tardif : dans sa monographie manuscrite écrite en 1889, l’abbé Cazauran écrit, mais sans donner de références, que le chevet date du XVIIIe siècle et répète deux fois la date de 176213. Cette période de travaux est surprenante car la commanderie est alors en pleine décadence et en 1776 l’ordre est supprimé par le pape et les biens confiés aux chevaliers de Malte.

Les peintures murales de l’église Saint-Antoine-Pont d’Arratz

16En entrant dans l’édifice, on remarque un grand décor peint réalisé à la fin du XIXe siècle sur l’ensemble des murs avec notamment de grandes surfaces ocre rouge striées de coupes de fausses pierres.

17Les peintures découvertes en novembre 2006 se situent sur le mur nord de la nef, en entrant à gauche dans la troisième travée. Sur le même côté, dans la travée précédente, l’installation d’un grand décor encadrant le monument aux morts 1914-1918 a probablement détruit le décor ancien. En face, il est probable que le mur sud porte aussi des décors peints anciens ainsi que les deux chapelles. Dans le chevet, sous le décor peint du XIXe siècle qui s’écaille, on voit apparaître des peintures murales figurant de grandes draperies appartenant sans doute au siècle précédent.

18En l’état actuel de leur dégagement et en attendant consolidation, fixation et restauration qu’on souhaite rapide, la description ci-dessous veut aider à la compréhension du décor visible en attendant des recherches complémentaires notamment dans le domaine stylistique lorsque la lecture sera plus précise.

19Au premier abord, on constate, ce qui est original et assez rare, l’existence de deux couches de peintures murales. La plus récente, sans doute de la seconde moitié ou de la fin du XVe siècle, occupe les deux tiers de la partie haute tandis que la plus ancienne, attribuable au XIVe siècle, peut se voir dans la partie inférieure là où le dernier registre du XVe siècle semble avoir été gratté.

Description de la peinture la plus récente, sans doute de la fin du XVe siècle

20Cette peinture, conservée sur les deux tiers supérieurs de la paroi, divisée en panneaux et en trois registres superposés, illustre la vie de saint Blaise auquel la chapelle nord de l’église était autrefois dédiée. On retrouve des scènes décrites dans la Légende dorée.

Figure 2

Figure 2

Vue d’ensemble des peintures.

Phot. Moulin, Pascal. © Pascal Moulin.

213e niveau supérieur, en haut : partie difficile à photographier, encore assez sale et sombre (fig. n°2 vue générale) :

22Encadrée par deux écoinçons où figurent des anges, la scène montre la comparution de Blaise devant le gouverneur ; au temps de la persécution de Dioclétien, il arrive entouré de fidèles.

  • 14 - Merci à M. l’abbé Georges Passerat, professeur à l’Institut Catholique de Toulouse, pour l’aide t (...)

23Le texte en occitan indique14 : COM LEMPERADO MADEOSIEN FENC BOTA SAN BLASI EN PRESO PERCO QUE NO BOLOC SENSA (CENPSA) LA FE

24...l’empereur Madeosien (?) veut mettre saint Blaise en prison parce qu’il ne oulait pas renoncer à sa foi.

25au 2e niveau, dans la moitié gauche (voir fig. n°2), belle représentation de la scène bien connue du pourceau restitué : une veuve n’avait pour seule richesse qu’un pourceau qu’un loup dévora. Saint Blaise intervint et le loup rendit le jeune porc.

26COM LOLOP EM PORTABO LOU PORC A UNO FEMNO... SANT BLASI COMMANDEC A LOLOP QUE LENTORNEC

27... le loup emportait le porc d’une femme... saint Blaise lui commande de le rendre...

28Ensuite à droite (voir fig. n°2)), saint Blaise est emprisonné par le gouverneur. La veuve sacrifie son animal et offre au saint dans sa prison, la tête de l’animal déposée sur un plateau en guise de nourriture.

29Inscription :

30(manque) QUE SAN BLASI ERO EN PRESO E LO PORTEC LO CAP DEL PORC

31... saint Blaise est en prison et elle lui porte la tête du porc

32au 1er niveau : (voir fig. n°2) le martyre des peignes de fer : le saint, à moitié nu, est attaché à un arbre ; un bourreau va lacérer ses chairs avec un peigne de fer. Deux autres hommes s’apprêtent à en faire autant.

33Dans la partie droite (voir fig. n°2) figure une procession composée de deux femmes, les mains jointes, saint Blaise, un autre homme. Il s’agit peut-être d’une scène dans laquelle le saint et des femmes sont conduits vers un lieu de sacrifice.

34Il manque le dernier martyre de saint Blaise qui devait se trouver au-dessous ; il ne reste qu’une petite partie de l’inscription :

35.......................COM.FEC COSE SAN BLASI E LO SEGNEC...

36 comment il a fait cuire saint Blaise et l’a saigné

Description de la peinture la plus ancienne, sans doute du XIVe siècle

37Conservée en partie basse, au centre de la paroi, c’est la peinture la plus fragile, la plus mal conservée, parfois en partie effacée : (voir fig. n°2).

38Il est possible néanmoins d’identifier le combat de saint Georges contre le dragon. La scène se serait passée à Sicha en Libye. Un dragon caché dans un étang exigeait des habitants en guise de repas la remise de brebis puis celles-ci venant à manquer, les jeunes gens de la ville. Un jour le sort tomba sur la fille du roi. Effrayée, elle se trouvait au bord du lac lorsque saint Georges passant à proximité lui conseilla de s’enfuir tandis qu’il attaquait de sa lance le dragon sortant de l’eau. Il demanda ensuite à la jeune fille de passer sa ceinture au cou du dragon qui par miracle se mit à la suivre comme un petit chien.

39Malgré les usures, on reconnaît la fille du roi, superbement vêtue qui tient le dragon en laisse. Georges et le cheval sont un peu moins visibles. À l’arrière, apparaît un important décor architecturé avec la ville et le palais d’où les habitants et notamment le roi assistent à la scène.

40Entre les deux registres, à droite figure une petite scène (voir fig. n°2) peu lisible dont on ne sait à quelle vie de saint elle appartient.

41Si elle se rattache à la vie de saint Blaise, il s’agit peut-être du passage dans lequel les femmes demandent que les statues des dieux païens soient lavées dans un étang où elles périssent par miracle.

42Si c’est une peinture plus ancienne, il s’agit de la scène précédant l’intervention de saint Georges, dans laquelle des jeunes gens sont emportés dans le fond de l’étang par le dragon.

43La restauration permettra certainement de trancher cette hésitation.

44En dessous des peintures, se trouve un aménagement en creux dans le mur (voir fig. n°2) correspondant vraisemblablement à un enfeu dont le fond porte encore des traces anciennes de peintures murales.

45Après les interventions des restaurateurs, il conviendra d’examiner en détail les peintures pour entreprendre une étude stylistique et rechercher des comparaisons avec les autres peintures murales connues à ce jour en Aquitaine.

46Sur les piliers et les nervures se trouve encore le décor peint à l’huile de couleurs vives de la fin du XIXe siècle (voir fig. n°2).

47En bas, sur plus d’un mètre de hauteur, un enduit au ciment a été appliqué à la fin du XXe siècle (voir fig. n°2).

48En l’état actuel de la recherche, les peintures découvertes à Saint-Antoine-Pont-d’Arratz constituent un ensemble spectaculaire et passionnant par la superposition de deux décors peints d’époques différentes mais aussi par le bel état de conservation de la partie la plus récente figurant la vie de saint Blaise. Les tracés sont le plus souvent bien conservés et la palette chromatique d’une grande richesse. La découverte de nouvelles peintures murales anciennes sur le mur d’en face et dans les chapelles paraît tout à fait probable. Le décor sans doute plus récent du chœur mériterait lui aussi dégagement et restauration.

49Outre l’intérêt historique, l’ensemble pourrait constituer un bel attrait touristique pour ce beau village en cours de réhabilitation.

Haut de page

Notes

1 - CODORNIU, C. « Notice sur Saint-Antoine de Pont d’Arratz ». Revue de Gascogne, 1895, p. 81-89 et p. 339-354 ; LAMAZOUADE, Abbé. « La commanderie de Saint-Antoine Pont-d’Arratz d’après des documents inédits ». BSAG, 1908, p. 27-34 ; DUPUY, Jean. « Monographie de Saint Antoine ». Dans COURTES, G. (dir.). Communes du département du Gers, tome 2 arrondissement de Condom. Auch, 2004, p. 282-283.

2 - MONDIN, Marie-Line. L’occupation du sol au Moyen Âge dans le canton de Miradoux (Gers). Mémoire de maîtrise, Toulouse, 1991-1992, p. 115.

3 - LAPART, Jacques et PETIT, Catherine. Carte archéologique de la Gaule 32-le Gers. Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, ministère de la Culture, 1993, p. 249.

4 - LOUBÈS, Gilbert. « Routes de la Gascogne médiévale ». Dans L’homme et la route en Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps modernes. Deuxièmes Journées internationales d’Histoire (20-22 sept. 1980). Auch : Centre culturel de l’abbaye de Flaran, 1982, p. 33-55.

5 - LOUBÈS, Gilbert. « Aspects religieux du Moyen Âge gascon ». Dans FERA, Pierre Léon (dir.). Pays du Gers, cœur de la Gascogne. Pau : SNDRE, 1988, tome 1, p. 353 et 365.

6 - Longtemps propriété de Roland Bierge (Boucau-1922-Saint-Antoine-1991) peintre de nus, de paysages et de natures mortes, lithographe figuratif postcubiste puis abstrait ; chef des décors de la Comédie française, il exécute le plafond de l’Opéra de Paris d’après une maquette de Chagall. Voir Bénézit, 1999, t. 2, p. 301 ; Le Gers, dictionnaire biographique de l’Antiquité à nos jours, COURTÈS, G., dir. Auch : Société archéologique du Gers, nouvelle édition, p. 57.

7 - En 1888, la chapelle du Nord était dite de saint Joseph ou de saint Blaise, autrefois de saint Maur et de saint Blaise. Voir CAZAURAN, Abbé. Monographies paroissiales, manuscrit, archives diocésaines. Auch, exemplaire dactylophié, p. 725.

8 - MESPLÉ, Paul. « L’église Saint-Antoine-de-Pont-d’Arratz ». Sites et Monuments du Lectourois. Auch, 1974, p. 320-321.

9 - BALAGNA, Christophe. L’architecture gothique religieuse en Gascogne centrale. Thèse de doctorat sous la direction de Michèle Pradalier-Schlumberger, Université de Toulouse-Le-Mirail, 2000, dactylographié, p. 680-685.

10 - LASSURE, Jean-Michel. « L’architecture gothique dans le Gers ». Dans Pays du Gers, cœur de la Gascogne. Pau : SNDRE, 1988, tome 2, p. 866-868.

11 - Très bel exemple de peintures murales de même époque. Voir LASSURE, Jean-Michel. « Les peintures murales de l’église de Mont-d’Astarac (Gers) ». Revue de Comminges, 1977, p. 107-112.

12 - BALAGNA, Christophe. « Quelques remarques sur l’apparition des formes de la Renaissance dans l’architecture religieuse de la région de Lectoure et de Miradoux ». Actes de la 23e journée des Archéologues gersois (Miradoux, 2001). Auch, 2002, p. 83-107.

13 - CAZAURAN, Abbé. Monographies paroissiales, manuscrit, archives diocésaines. Auch, exemplaire dactylographié, p. 724-725.

14 - Merci à M. l’abbé Georges Passerat, professeur à l’Institut Catholique de Toulouse, pour l’aide très importante apportée si aimablement à la transcription et à la traduction du texte. Le fait que les inscriptions soient en gascon est particulièrement intéressant. Des inscriptions de ce type se rencontrent sur des peintures de la même époque. Voir SUAU, Jean-Pierre et GABORIT, Michelle. Peintures murales des églises de la Grande Lande. Parc naturel régional des Landes de Gascogne, 1998, p. 69, 124, p. 134 pour l’église de Suzan (40) où « les légendes peintes en caractères gothiques étaient probablement rédigées en dialecte gascon »...

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan cadastral du village de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz.
Crédits Phot. Lapart, J. © Jacques Lapart.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2
Légende Vue d’ensemble des peintures.
Crédits Phot. Moulin, Pascal. © Pascal Moulin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Lapart, « Découverte de peintures murales médiévales dans l’église de Saint-Antoine-Pont-d’Arratz », In Situ [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 28 octobre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/10677 ; DOI : 10.4000/insitu.10677

Haut de page

Auteur

Jacques Lapart

Conservateur des antiquités et objets d’art du Gers jacques.lapart@free.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page