Navigation – Plan du site
Études

Contribution de l’Inventaire général du patrimoine culturel au corpus des peintures murales françaises

Isabelle Duhau

Résumé

L’inventaire général, après avoir étudié la peinture murale dans le cadre d’une thématique nationale au cours des années 1990, continue ce travail de recensement lors d’enquêtes régionales, topographiques ou thématiques. La base de données nationale du ministère de la Culture traitant des objets mobiliers Palissy s’est enrichie de 1 445 notices de signalement ces dix dernières années. Dans le même temps, les services chargés de l’Inventaire ont été transférés aux Régions. Parallèlement, la chaîne documentaire a connu de véritables bouleversements dus aux évolutions technologiques. Aujourd’hui, grâce à la production de contenus directement numériques, aux possibilités infinies de diffusion d’Internet et à la volonté des collectivités territoriales de communiquer très rapidement le résultat des recherches, les publications – qu’elles soient électroniques ou imprimées – se sont multipliées et diversifiées. Elles interviennent parfois avant la réalisation même des dossiers d’inventaire électronique et le plus souvent avant le référencement de ces derniers dans la base Palissy. Pour connaître l’ensemble des œuvres repérées par les services d’Inventaire, il convient donc, outre Palissy, de consulter également les dernières publications des services (recensées dans le répertoire dapapub) et les sites des conseils régionaux ou de leurs partenaires, tous accessibles depuis l’annuaire du site de l’Inventaire général. De mieux en mieux moissonnées par les moteurs de recherche, ces données contribuent ainsi, parmi la multitude d’autres ressources de la « toile », au catalogue national virtuel des peintures murales françaises.

Haut de page

Texte intégral

1Les peintures murales ne font plus l’objet d’une thématique nationale, comme cela a été le cas dans les années 1990, au sein de l’Inventaire général du patrimoine culturel1. Depuis une dizaine d’années, ces œuvres sont le plus souvent étudiées dans le cadre d’inventaires topographiques ou d’opérations thématiques régionales. Mais, exactement de la même manière qu’auparavant, le fruit de ces recherches est informatisé et mis en ligne dans les bases de données documentaires nationales. Celles-ci constituent le premier moyen pour le service d’assurer la diffusion des connaissances réunies, les publications imprimées représentant la seconde voie incontournable. Cependant, la production directement numérique de l’information, allant du dossier électronique aux publications multimédia tend à réduire les spécificités de ces deux modes opératoires. Désormais, de manière complémentaire, les équipes d’inventaire explorent les nouvelles possibilités du web et proposent de multiples produits éditoriaux sur leurs sites Internet. La recherche sur un lieu ou un édifice précis s’en trouve simplifiée grâce aux moteurs de recherche et les travaux sur de vastes corpus nécessitent d’exploiter toutes les ressources de « la toile ».

Les bases de données nationales du ministère de la Culture et de la Communication

2La base Palissy recense le patrimoine mobilier français, étudié par l’Inventaire général ou protégé au titre des Monuments historiques, dans toute sa diversité. Elle documente ainsi des peintures monumentales, c’est-à-dire celles exécutées sur les parois intérieures ou extérieures d’édifices. Il s’agit essentiellement d’œuvres couvrant murs, voûtes ou plafonds, mais également certains éléments d’architecture, tels les poutres et ce, quelle que soit la technique utilisée. Début 2013, Palissy comprenait 4 827 notices de peintures monumentales dont 4 172 réalisées selon la technique de la peinture murale. 3 444 appartiennent au domaine Inventaire de la base et 1 383 au domaine Monuments historiques. Sur ces 4 827 notices, 1 873 d’entre elles sont illustrées dans la base d’images Mémoire et 909 offrent même la possibilité de consulter en ligne le dossier complet d’inventaire. La base Palissy s’est enrichie de 1 445 notices de peintures monumentales ces dix dernières années (fig. n°1). Si la base s’était beaucoup étoffée durant les années 1990, grâce aux enquêtes initiées dans le cadre de la thématique nationale, ce simple nombre permet de confirmer que le corpus continue de croître, dans d’autres cadres d’étude.

Figure 1

Figure 1

Nombre cumulé de notices versées dans Palissy entre 2003 et 2012.

3Parallèlement, la base de données Mérimée qui recense le patrimoine monumental français (étudié par l’Inventaire général ou protégé au titre des Monuments historiques) contient 6 150 notices, c’est-à-dire peu ou prou autant d’édifices pour lesquels on signale la présence de décors peints. Les plus significatifs d’entre eux (souvent figuratifs) sont décrits dans Palissy (fig. n°2). Mais il conviendrait, dans une perspective d’exhaustivité, de tenir compte aussi de ceux qui ne sont pas étudiés en tant que tels et dont l’existence est simplement signalée lors de descriptions architecturales.

Figure 2

Figure 2

Peinture monumentale réalisée par André Tondu en 1960, dans le cadre du 1 % culturel, à l’école professionnelle (collège puis lycée Toussaint Louverture) de Pontarlier (Doubs). La notice d’inventaire a été réalisée en 2012 par Laurent Poupard.

Phot. Sancey, Yves, 2012. ©. Région Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, ADAGP.

4L’Inventaire général a été décentralisé en 2004 et les services transférés aux Régions. Ce nouveau contexte administratif a eu pour conséquence d’accélérer la modernisation des outils informatiques et de privilégier une diffusion de proximité. Pour autant, tous les services continuent de produire des données conformes aux normes édictées par le ministère de la Culture et de la Communication. Ces données sont d’abord mises en ligne sur les portails régionaux avant d’être agrégées dans Palissy ou Mérimée. Temporairement, les recherches les plus récentes sont donc d’abord consultables sur ces sites Internet.

Les bases de données patrimoniales régionales

5Avant même la décentralisation, les services de Bretagne et de Rhône-Alpes avaient créé des sites patrimoniaux afin de rendre accessible, non seulement des notices d’œuvre, telles qu’on peut les trouver dans Palissy, mais aussi des dossiers d’inventaire complets (textes, images, bibliographie, cartographie, etc.), entièrement électroniques. Ainsi le portail de la région Bretagne2 compte actuellement 80 dossiers de peintures monumentales ou celui de Rhône-Alpes3 39 dossiers (fig. n°3). Depuis, d’autres régions ont adopté ces nouvelles modalités de diffusion, la Picardie4 (24 dossiers), les Pays de la Loire5 (160 dossiers) ou encore Midi-Pyrénées6 (278 dossiers).

Figure 3

Figure 3

La Cène (détail de la tête du deuxième apôtre à la gauche du Christ). Peinture monumentale de la première moitié du XVe siècle, située dans les bâtiments conventuels du prieuré Saint-Sébastien et Saint-Domnin à Champdieu (Loire). Le dossier d’inventaire a été établi par Caroline Guibaud en 2003.

Phot. Dessert, Éric, 2003. © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - ADAGP.

6Dans le cadre de collaborations, les dossiers peuvent également être consultables sur le site de l’un ou l’autre des partenaires. L’inventaire des objets mobiliers conservés dans les églises de la Haute-Marne, co-financé par la région Champagne-Ardenne, la Direction régionale des Affaires culturelles et le Conseil général, est d’ores et déjà disponible sur le site du département et contient 120 dossiers de peintures monumentales7. Autre exemple, le Conseil général du Lot s’est vu récemment confier par la Région Midi-Pyrénées des missions d’étude et d’inventaire du patrimoine de son territoire ; 15 édifices comprenant des peintures monumentales sont actuellement signalés sur le site patrimonial de cette collectivité territoriale8.

7L’ensemble des dossiers de ces bases infra nationales n’étant pas encore systématiquement signalé dans Palissy, le chercheur doit consulter ces différentes ressources pour reconstituer un corpus national. La tâche est moins difficile qu’il n’y paraît à première vue. Tous les portails des services sont accessibles depuis le site de l’Inventaire général grâce à un annuaire tenu à jour9 et ces portails renvoient eux-mêmes le plus souvent sur d’autres espaces Internet de leur propre aire géographique.

8En complément de la mise en ligne de ces informations normalisées, le développement de l’édition électronique incite les services à étoffer leur portail et à proposer de multiples publications afin de répondre aux attentes diversifiées et renouvelées du public.

Les publications imprimées ou électroniques

9Ces publications numériques permettent de diffuser des connaissances très rapidement et devancent souvent la rédaction de dossiers d’inventaire. Richement illustrées, elles présentent ici une découverte fortuite ou le fruit d’une restauration, là un focus sur un élément remarquable ou bien une galerie d’images. Ainsi le portail patrimoine de Midi-Pyrénées comprend un onglet spécifique consacré au patrimoine pictural monumental. La chercheuse spécialiste, Sylvie Decottignies, qui poursuit depuis plusieurs années un recensement systématique des peintures murales des huit départements de la région, y présente l’actualité des opérations de restauration ainsi que des découvertes, telle celle des peintures murales romanes dans l’église d’Ourjout en Ariège révélées à l’occasion de la restauration d’un retable. L’année dernière, le service de Poitou-Charentes a publié sur son site un article sur les peintures murales réalisées par le peintre et décorateur suédois Rudolf Gowenius à Poitiers et à Mignaloux-Beauvoir, en 1934 et 1935. Le service d’Ile-de-France a, quant à lui, mis en ligne récemment une galerie d’images recensant des œuvres peintes relevant du « street art » à Vitry-sur-Seine.

  • 10 - BRU, Nicolas (dir.), SERAPHIN, Gilles, SCELLÈS, Maurice, CZERNIAK, Virginie, DECOTTIGNIES, Sylvie (...)
  • 11 - Voir l’article : DAVY, Christian. « Le cheval et son cavalier dans la peinture murale des XIe-XII (...)
  • 12 - Région Pays de la Loire, direction de la culture et des sports, service du patrimoine. À la décou (...)
  • 13 - LEDUC-GUEYE, Christine. Décors peints. Pays de Haute-Sarthe et d’Alençon. Sarthe. Inventaire géné (...)
  • 14 - http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapub_fr.

10Parallèlement à cette politique éditoriale rendant compte de l’actualité des opérations, les services poursuivent leur effort de diffusion des connaissances par le biais d’outils davantage structurés, articles de revues ou publications dans des collections bien identifiées. Sylvie Decottignies a publié en 2005 un article dans la revue électronique des patrimoines In Situ, présentant un point d’étape de son travail de recensement thématique régional qui faisait déjà état de plus de 350 ensembles documentés. Le partenariat entre le service régional d’inventaire de Midi-Pyrénées et le Conseil général du Lot a abouti en 2011 à la publication d’un ouvrage de synthèse sur les églises du Moyen Âge de ce département dans lequel la peinture murale occupe une large place10. Le service projette actuellement une publication sur le corpus des Hautes-Pyrénées. La prospection systématique conduite par le service des Pays de la Loire11 sur ses cinq départements a permis de recenser pas moins de 3 600 peintures murales présentées dans un rapport d’étude fin 201112. Un Parcours du Patrimoine sur les décors peints du Pays de la Haute-Sarthe et d’Alençon a d’ores et déjà été édité13. Plus généralement, les publications même à caractère topographique des services d’inventaire mettent fréquemment en lumière des peintures murales remarquables. Le répertoire national de ces publications14, qu’elles appartiennent aux collections nationales, qu’il s’agisse de collections régionales ou encore d’ouvrages hors collection, signale 34 titres pour lesquels ces œuvres constituent un des éléments patrimoniaux marquants du territoire.

11Bien souvent un décalage inévitable intervient entre la date d’édition de ces travaux et la mise en ligne des données dans les bases documentaires régionales puis nationales. Une recherche d’échelle nationale nécessite également, pour être complète, de dépouiller les publications les plus récentes.

12De prime abord, il pourrait sembler difficile de s’y retrouver dans ce foisonnement. Il ne faut pas perdre de vue qu’Internet met instantanément à portée du chercheur des quantités d’informations qu’il ne pouvait pas espérer réunir auparavant. Le moteur de recherches sémantiques Collections15, qui interroge toutes les bases de données documentaires du ministère de la Culture et de la Communication et de nombreuses autres, produites par des institutions partenaires, affiche des milliers de réponses à la recherche « peinture monumentale »16. Le défi réside désormais moins dans la collecte d’informations que dans leur exploitation. Le choix d’origine de l’Inventaire général de normaliser sa production documentaire afin d’en faciliter la compréhension et l’utilisation se révèle plus pertinent que jamais. Les Régions ont pleinement conscience de ces enjeux puisqu’elles se sont associées pour développer une application web commune, baptisée Gertrude17, qui permettra de produire les dossiers d’inventaire (respectant des normes nationales) et de les diffuser en ligne. L’outil, en cours de déploiement dans les services, facilitera en outre le référencement de ces contenus, à l’échelle nationale, dans Mérimée et Palissy. C’est aujourd’hui une évidence, la constitution d’une base de données spécialisée unique, quel que soit le sujet, n’est plus d’actualité pour des raisons techniques autant que de moyens. En revanche la capacité des moteurs de recherches à moissonner des données réparties sur la toile, ainsi que les possibilités infinies du web collaboratif à mettre en réseau connaissances et internautes nous rapprochent plus que jamais de ces utopiques corpus exhaustifs. Et, grâce aux évolutions de ses outils et à la poursuite de ses recherches sur le terrain, l’Inventaire général conserve une place incontournable dans l’élaboration de ces catalogues nationaux, tel celui des peintures murales.

Haut de page

Notes

1 - http://www.inventaire.culture.gouv.fr/, choisir « approches thématiques » puis « peintures murales ».

2 - http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp

3 - http://sdx.rhonealpes.fr/sdx/sribzh/main.xsp

4 - http://inventaire.picardie.fr/s/accueil.html

5 - http://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/inventaire-du-patrimoine/

6 - http://patrimoines.midipyrenees.fr/

7 - http://www.haute-marne.fr/patrimoine/consultation-bases-documentaires.html

8 - http://www.patrimoine-lot.com/index.asp

9 - http://www.inventaire.culture.gouv.fr/, choisir « annuaires » puis « services régionaux ».

10 - BRU, Nicolas (dir.), SERAPHIN, Gilles, SCELLÈS, Maurice, CZERNIAK, Virginie, DECOTTIGNIES, Sylvie et al. Archives de pierre. Les églises du Moyen Âge dans le Lot. Milan : Silvana Editoriale Spa, 2011.

11 - Voir l’article : DAVY, Christian. « Le cheval et son cavalier dans la peinture murale des XIe-XIIIe siècles ». [http://insitu.revues.org/9728]. In Situ, revue des patrimoines, n°18. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, 2012.

12 - Région Pays de la Loire, direction de la culture et des sports, service du patrimoine. À la découverte des peintures murales des Pays de la Loire. Novembre 2011.

13 - LEDUC-GUEYE, Christine. Décors peints. Pays de Haute-Sarthe et d’Alençon. Sarthe. Inventaire général du patrimoine culturel, Région Pays de la Loire. Nantes : éditions 303, arts, recherches, créations, 2012. (Parcours du patrimoine, ISSN 1956-0346 ; 377).

14 - http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapapub_fr.

15 - http://www.culture.fr/Ressources/Moteur-Collections.

16 - 3 201 occurrences en Midi-Pyrénées, 2 869 en Bourgogne, 2 652 en Auvergne, 2 575 en Centre, 2 500 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2 459 en Île-de-France, 2 288 à Paris, 1 993 en Rhône-Alpes, etc.

17 - Groupe d’étude, de recherche technique, de réalisation et d’utilisation du dossier électronique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Nombre cumulé de notices versées dans Palissy entre 2003 et 2012.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2
Légende Peinture monumentale réalisée par André Tondu en 1960, dans le cadre du 1 % culturel, à l’école professionnelle (collège puis lycée Toussaint Louverture) de Pontarlier (Doubs). La notice d’inventaire a été réalisée en 2012 par Laurent Poupard.
Crédits Phot. Sancey, Yves, 2012. ©. Région Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, ADAGP.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 3
Légende La Cène (détail de la tête du deuxième apôtre à la gauche du Christ). Peinture monumentale de la première moitié du XVe siècle, située dans les bâtiments conventuels du prieuré Saint-Sébastien et Saint-Domnin à Champdieu (Loire). Le dossier d’inventaire a été établi par Caroline Guibaud en 2003.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Duhau, « Contribution de l’Inventaire général du patrimoine culturel au corpus des peintures murales françaises », In Situ [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/10785 ; DOI : 10.4000/insitu.10785

Haut de page

Auteur

Isabelle Duhau

Conservatrice en chef du patrimoine, mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, service du patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication isabelle.duhau@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page