Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Archives : sources pour les patrimoines et patrimoines écrits

    Thérèse Charmasson (éd.). Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement. Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, in-8°, 391 p.

    Christian Hottin

    Texte intégral

    1Quinze contributions d’auteurs différents et six textes réglementaires sont réunis dans cet ouvrage, précédés d’une concise introduction de Thérèse Charmasson, à qui l’on doit également, seule ou en collaboration, quatre des articles sélectionnés.

    2L’objectif affiché est de rassembler sous une même couverture des informations d’ordinaire dispersées et peu accessibles : publiés dans différentes revues ou actes de colloques, les articles voisinent avec des circulaires administratives et des introductions d’instruments de recherche, textes généralement peu lus, ou en tout cas peu cités, et qui accèdent ainsi à une plus grande visibilité. L’échantillon est également très dispersé dans le temps (de 1935 pour l’« Introduction à la sous-série F17 Instruction publique » de Paul Marichal aux « Archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 » de Guy Thuillier, daté de 2000), l’espace ou le champ institutionnel couvert : à côté de réflexions prospectives et programmatiques (« Histoire administrative et archives de l’enseignement »de Guy Thuillier, 1974) se trouvent des synthèses intéressant l’échelon national (« La mission des Archives nationales auprès des ministères de l’Éducation et des Universités », par Paule René-Bazin en 1981) ou des présentations portant sur un secteur institutionnel particulier (« Les sources de l’histoire de l’enseignement agricole », dû à Thérèse Charmasson ou « Les archives des écoles normales primaires », bilan d’une enquête réalisée par le Service d’histoire de l’éducation).

    3L’ensemble paraîtrait hétéroclite si Thérèse Charmasson ne prenait soin d’indiquer qu’il s’organise en cinq parties : des présentations de sources par période historique (Marie-Henriette Jullien de Pommerol et Jacques Monfrin pour les temps médiévaux, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia pour la période moderne, Guy Thuillier et Thérèse Charmasson pour la période contemporaine), des introductions d’inventaires (avec celui de René Gandhilon pour la série T de la Marne en contrepoint du texte de Paul Marichal), des textes réglementaires, des descriptions de services (les archives du rectorat de Paris et celles du ministère de l’Éducation nationale) et enfin des bilans d’enquêtes ou de versements (en 1967 par Marie-Louise Marchand et Michel Duchein ou en 1983 par Hélène Benrekassa et Thérèse Charmasson).

    4Reste que l’ensemble est, selon nous, trop hétérogène et trop disséminé dans le temps pour offrir une introduction à l’histoire de l’enseignement, tout particulièrement « pour ceux qui débutent une recherche dans ce domaine » comme le souhaiterait Thérèse Charmasson. Elle-même reconnaît que les informations données sont parfois périmées (par exemple dans « Les archives de l’enseignement en France », publié en 1967), tandis que des localisations de fonds ont été modifiées (ainsi les archives des constructions et des instituts de l’Université de Paris, jadis à la mission du Rectorat et désormais à Fontainebleau, où elles constituent les versements 2003 0410 et 2001 0498). Certes, en dépit de cela, beaucoup de données ont une valeur pérenne, en particulier les circulaires et les cadres de classement.

    5Si certains faits sont caducs, l’intérêt pourtant évident de l’ouvrage est ailleurs. Il ne s’agit plus, dès lors, de critiquer l’obsolescence de plusieurs textes, mais de considérer leur historicité. Du coup, cette compilation apparaît moins comme une introduction à l’histoire de l’enseignement que comme une réunion d’éléments servant à l’historiographie de l’histoire de l’enseignement. À travers les sources sélectionnées et les moyens proposés pour les mettre en œuvre s’esquisse l’évolution des méthodes et des problématiques de l’histoire de l’enseignement. On retrouve, par exemple, dans le texte de Dominique Julia (« Les sources de l’histoire de l’éducation et leur exploitation », daté de 1974), le primat accordé aux approches quantitatives, sérielles (« statistiques et enquêtes globales »), l’importance donnée à la prosopographie (« Le recrutement des maîtres ») ou encore l’émergence des problématiques relatives aux mentalités (« La vision de l’enseignement par ses usagers »). Contemporain mais d’une orientation apparemment toute différente apparaît l’article de Louis Thuillier « Histoire administrative et archives de l’enseignement » : il semblerait imprégné d’un positivisme planificateur (« fins » ou « principes » de l’histoire, « utilité » de l’histoire administrative) si ne s’y nichaient des remarques nombreuses sur les représentations et mentalités (« les traditions de chaque corps » ou « l’histoire des coutumes » de l’administration).

    6Autre piste que le lecteur peut tenter d’explorer, s’il ne craint pas les va-et-vient incessants d’un texte à l’autre, celle des relations entre histoire et archives. Moins d’un point de vue épistémologique que pour s’intéresser à l’économie des échanges entre ce qu’offrent les archivistes et ce que demandent les historiens ou considérer la distorsion existant entre programmes de collecte et résultats obtenus. Depuis les premières circulaires jusqu’à l’institutionnalisation des services d’archives (au ministère ou au rectorat) on peut ainsi suivre l’histoire des relations entre l’institution archivistique et celle de l’enseignement.

    7Cette histoire ne saurait pourtant être uniquement événementielle et administrative. Alors que diverses remarques sont faites sur la mauvaise conservation des archives universitaires ou administratives, on trouve a contrario des mentions de types d’institutions attachées à la conservation des leurs, tels que les anciens collèges ou les écoles normales (« Le caractère hautement symbolique de cette institution (…) a conduit les chefs d’établissements à en conserver pieusement les archives plutôt que de les verser, comme la loi en fait obligation, aux dépôts départementaux »). Écart entre norme légale et pratique de l’archive, diversité du rapport à l’archive suivant le contexte institutionnel : deux constats qui permettent d’écarter les explications trop rapides sur le désintérêt des structures de productions pour leurs documents (Guy Thuillier reprenant le mot de Julien Caïn pour qui les Français étaient « par nature un peuple destructeur », ou trouvant trois causes aux destructions : « désintérêt traditionnel, surmenage administratif, scepticisme ») et qui sont une invitation pour les archivistes à s’engager dans une étude critique de la relation des producteurs à leurs archives.

    Haut de page

    Table des illustrations

    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1082/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 280k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Christian Hottin, « Thérèse Charmasson (éd.). Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement. Paris : Comité des travaux historiques et scientifiques, 2005, in-8°, 391 p. », In Situ [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 13 mars 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/1082

    Haut de page

    Auteur

    Christian Hottin

    Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture et de la Communication christian.hottin@culture.gouv.fr

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page