Navigation – Plan du site

Le Patrimoine dans la Grande Guerre

Éditorial
Jean-Charles Cappronnier, Elsa Marguin-Hamon et Paul Smith

Texte intégral

1En ce début de l’année 2014, à l’heure où de très nombreuses initiatives contribuent à commémorer la Première Guerre mondiale en France et dans le monde1, la direction générale des Patrimoines au ministère de la Culture et de la Communication se devait d’initier une réflexion sur le patrimoine et ce conflit, sous la double interrogation du patrimoine dans le conflit – la cathédrale de Reims, par exemple – et le patrimoine généré et légué par le conflit, comme les monuments aux morts. Le succès remporté par l’appel à contributions sur ces deux thèmes lancé au printemps 2013 a permis la publication d’un numéro de la revue In Situ intitulé « Le Patrimoine dans la Grande Guerre ». Ce premier numéro sera suivi d’un second consacré, lui, au patrimoine produit par la guerre, à sa valeur et à sa portée mémorielle.

2Il s’agit donc dans un premier temps de cerner l’impact singulier de la guerre sur le patrimoine, compris dans le sens le plus large : paysages, sites, bâtiments, patrimoine mobilier et œuvres d’art, archives écrites, images, institutions… Nous l’envisageons sous l’aspect des destructions ou des dommages que ce patrimoine subit, mais aussi des mesures de protection et de prévention mises en œuvre durant la période même, sous l’égide de l’administration française, mais aussi à l’initiative des autorités allemandes.

Figure 1

Figure 1

Chauny (Aisne), clocher de l’église Saint-Martin.

Phot. Cuville, Fernand. © ECPAD. 24 septembre 1917. Réf. AUL 429.

3Notons, sans prétendre en embrasser la totalité dans cet éditorial, la variété des champs explorés. Se trouvent ainsi mises en lumière les méthodes adoptées et l’œuvre accomplie par des archéologues allemands en Alsace durant le temps du conflit, allant jusqu’à la publication scientifique des découvertes. Du côté français, pilotées par l’administration centrale et dans le souvenir des pertes subies en 1870, des mesures sont prises par les archivistes pour sauver les fonds réputés les plus précieux dans les différents dépôts des zones proches du front.

4Aux Archives nationales, un fonds peu connu, celui du Séquestre général des biens restitués par les Allemands, jette une lumière nouvelle sur le pillage des œuvres d’art et des objets mobiliers dans les régions occupées. Les œuvres et les monuments « suppliciés » deviennent très vite un outil de propagande, accréditant l’image d’un ennemi barbare, et se trouvent de ce fait tout particulièrement valorisés au sein du musée de Sculpture comparée (l’actuel musée des Monuments français). Le rôle et l’initiative de Camille Enlart, directeur du musée, sont à cet égard déterminants, et il sait largement recourir à la photographie pour susciter le recueillement et la ferveur de visiteurs dont le sentiment patriotique doit sortir raffermi. Aux photographies du musée d’Enlart vient s’ajouter, lors de l’exposition du Petit Palais en 1916, le spectacle des vestiges mutilés, manifestation organisée par Paul Ginisty, journaliste et directeur de théâtre, sous le patronage du sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts : cette opération de grande ampleur est dans sa totalité destinée à dénoncer les « atrocités allemandes ».

5Du conflit émerge, sur le plan international, une conscience patrimoniale inédite, dont témoignent les débats parfois vifs qui opposent, sous l’égide de la Société des Nations, les experts de l’Office international des Musées, défenseurs d’un patrimoine partagé et mondial, à protéger par tous, aux nationalistes d’une part et, d’autre part, aux tenants d’un cadre juridique minimal s’appliquant aux seules destructions de guerre. Dès le début des hostilités, d’ailleurs, ces destructions de guerre provoquent un débat sur la préservation d’un patrimoine en ruine, des monuments mutilés chargés de témoigner, après la guerre, de la « barbarie allemande ». Se pose également la question « d’un tourisme » de guerre, de la patrimonialisation de certains vestiges significatifs des champs de bataille. Les quatre années du conflit mettent à rude épreuve toutes les doctrines des Monuments historiques.

6Soulignons, enfin, l’importance de la photographie, qui, grâce à des appareils de poche, est dorénavant à la portée des soldats eux-mêmes, nous léguant un patrimoine d’images personnelles des plus variées. Du côté officiel, le fonds de la section photographique et cinématographique de l’armée peut offrir un inventaire en images du patrimoine picard détruit lors du repli des troupes allemandes en 1917, inventaire qui nourrit la propagande mais qui a aussi son utilité pour les travaux de restauration de l’après-guerre. Ce même fonds permet également de documenter un aspect crucial du conflit, l’effort patriotique des usines de guerre...

Figure 2

Figure 2

Usine Vedovell, Priestley et Cie (ateliers de construction électrique, 160 rue Saint-Charles, Paris). Vérification du volume intérieur des obus.

Phot. Ribar. © ECPAD, janvier 1916, Réf. SPA 3 R 26.

  • 2 - L’équipe d’In Situ tient à remercier très vivement Catherine Gros pour sa relecture des articles (...)

7Toutes ces contributions dressent un tableau aussi divers que riche du patrimoine pendant la Première Guerre mondiale. C’est un patrimoine blessé, sauvé, sanctuarisé, mais aussi instrumentalisé au service de la propagande. En caractérisant la barbarie d’un ennemi vite assimilé au Vandale des temps anciens, par opposition à la civilisation latine et chrétienne que représenterait la France éternelle, cette propagande fait le lit des nationalismes et de l’esprit de revanche qui triomphe à Versailles en 1919, et, en définitive, participe d’une conception de la guerre où l’identification de l’adversaire au mal absolu autorise la totalisation du conflit et dessine les contours d’un siècle de sang2.

Haut de page

Notes

1 - Voir le portail officiel de la Mission du centenaire 14-18 : http://centenaire.org/fr.

2 - L’équipe d’In Situ tient à remercier très vivement Catherine Gros pour sa relecture des articles de ce numéro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Chauny (Aisne), clocher de l’église Saint-Martin.
Crédits Phot. Cuville, Fernand. © ECPAD. 24 septembre 1917. Réf. AUL 429.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 2
Légende Usine Vedovell, Priestley et Cie (ateliers de construction électrique, 160 rue Saint-Charles, Paris). Vérification du volume intérieur des obus.
Crédits Phot. Ribar. © ECPAD, janvier 1916, Réf. SPA 3 R 26.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/10972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Cappronnier, Elsa Marguin-Hamon et Paul Smith, « Le Patrimoine dans la Grande Guerre », In Situ [En ligne], 23 | 2014, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://insitu.revues.org/10972

Haut de page

Auteurs

Jean-Charles Cappronnier

conservateur du patrimoine, directeur-adjoint des archives départementales de Meurthe-et-Moselle jccappronnier@cg54.fr

Articles du même auteur

Elsa Marguin-Hamon

conservateur du patrimoine, direction des archives nationales, direction des publics, département de l’action culturelle et éducative Musée des Archives nationales elsa.marguin@culture.gouv.fr

Paul Smith

ingénieur d’études, chercheur au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, Direction générale des patrimoines paul.smith@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page