Navigation – Plan du site
Les premiers sites de villégiature : bilans et nouveaux regards

Le domaine des Trois Moulins de la Valmasque (Valbonne) : un patrimoine en paradoxe

Yves Cranga et Marie-Françoise Cranga

Résumé

Le domaine méditerranéen des Trois Moulins de la Valmasque a été récemment découvert, protégé puis acquis par une collectivité territoriale. La réécriture au xxe siècle des structures hydrauliques et agraires de cette ancienne propriété rurale, tout comme les références culturelles mobilisées, en font une œuvre artistique globale et complexe dont la qualité esthétique et paysagère s’est mise au service d’un site historique remarquable. La compréhension d’un tel espace, patrimoine naturel et culturel, à la fois transitoire et immuable, est le gage de sa pérennisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Le domaine est implanté dans un secteur demeuré à l’état naturel, malgré la proximité de grands a (...)
  • 2 - Le dossier de protection a été établi par Jean Marx, chargé d’études documentaires à la Conservat (...)

1Le domaine des Trois Moulins de la Valmasque, « oasis » territoriale inespérée et préservée1 aux marges de la riviera méditerranéenne, entité historique et économique transformée de 1935 à 1990 en résidence d’agrément entourée de jardins, a bénéficié le 22 février 2010 d’une inscription en totalité au titre des monuments historiques2. Cette protection était obtenue tant pour les équipements techniques d’une meunerie en état de fonctionnement que pour une écriture paysagère originale.

2L’analyse in situ, approfondie et interprétative, favorisée par des traces signifiantes, offre en effet l’exemple démonstratif de l’appropriation symbolique d’un territoire. Une création, ex nihilo et somme toute convenue, représentative du jardin de style méditerranéen, s’est transformée progressivement en une illustration singulière du mythe solaire revisité.

  • 3 - Cette notion est désormais prise en compte dans la réflexion appliquée à la conservation et la re (...)

3Cette spécificité qui a justifié une proposition de classement émise à l’unanimité par la commission nationale des Monuments historiques révèle cependant les limites de la protection, dans cette nécessaire et contradictoire volonté de préserver aussi bien la forme la plus aboutie d’un anthroposystème3 que les manifestations matérielles et immatérielles d’un mysticisme pulsionnel.

4Le domaine est situé dans les Alpes-Maritimes, au sud-est de la technopole de Sophia-Antipolis, au cœur d’un paysage de collines boisées qui alternent avec des vallons arrosés de petits cours d’eau au débit irrégulier, et dont les marqueurs – à savoir les ouvrages d’art nécessités par la construction au ier siècle de l’aqueduc romain qui devait alimenter la ville d’Antipolis et une succession de moulins au fil de l’eau avérée depuis le xviiie siècle – témoignent d’une histoire continue. Son implantation territoriale (fig. 1) a donc été dépendante d’une topographie assez contraignante, faiblement encaissée et en bordure du val parcouru par deux ruisseaux confluents, le Gao et la Valmasque. Dès l’origine, une dérivation était opérée, en amont sur la rive gauche de la Valmasque, pour permettre la productivité d’un moulin à farine qui changera d’affectation dans la seconde moitié du xixe siècle.

Figure 1

Figure 1

Détail cartographique, montrant trois moulins au fil de la Valmasque et deux ponts aqueducs antiques, 1788. Un seul moulin subsiste, en aval de la confluence des deux ruisseaux.

Collection particulière. Repro. Cranga,Yves.

  • 4 - Le domaine actuel a une superficie réduite à cinq hectares et demi, répartie sur les communes de (...)
  • 5 - Il s’agit des vestiges du pont à deux arches sur la Valmasque, inscrits sur l’inventaire suppléme (...)
  • 6 - Par testament du 9 juin 1993, elle léguait la propriété en indivision à son avocat, à un centre n (...)

5La mutation du site est consécutive à la vente du 8 décembre 1933. La propriété rurale acquise à usage de résidence d’été consiste alors en une douzaine d’hectares de bois, de landes et de prés4, des ruines romaines5, ainsi qu’un moulin à huile, son canal et son bassin d’alimentation en eau. Les nouveaux propriétaires sont Roger Abry, médecin et biologiste antibois, et Kitty Aloyse Saint Clair Holbrook, installée dans le Mentonnais, que R. Abry rencontra en 1932 et qu’il épousa en 1935. Cette Anglaise flamboyante (fig. 2), fille d’un ancien lieutenant-colonel de l’armée des Indes, et dont les aptitudes aux plaisirs mondains se révèlent indissociables du sens de la lignée, va s’investir totalement dans la réappropriation des lieux. Après le suicide de son mari en 1961, elle resta sur place jusqu’à son décès survenu en 19996.

Figure 2

Figure 2

Kitty, photographiée avec sa Bugatti type 49, offerte par Roger Abry en mai 1932.

Collection particulière. Repro. Cranga, Yves

  • 7 - Le moulin à huile, dont l’activité a perduré jusque vers 1970, a conservé tous ses éléments : gra (...)
  • 8 - Pour les spécificités du patrimoine écologique, voir les relevés des botanistes Robert Salanon et (...)

6Si l’affectation des bâtiments intègre au décor de plaisance des éléments de meunerie, tout en maintenant l’état technique de la machinerie7, l’aménagement de l’espace, quant à lui, relève d’une création gagnée sur le relief naturel puis enclose. Il s’agit de la construction évolutive d’un micropaysage, pensé, préparé, remodelé, terrassé, structuré par des cheminements, des stations de repos et des fabriques. Le circuit hydraulique déjà en place s’organise par rapport à la dérivation du réservoir sommital qui alimente par gravitation divers petits jeux d’eau. Le canal d’échappée du moulin pérennise le dispositif ingénieux qui contredit le progressif abandon des prairies humides. L’irrigation permanente d’un grand pré toujours vert, au nord de la propriété, contribue à développer une flore spécifique, dont la richesse est avérée par les inventaires de plusieurs botanistes soulignant par ailleurs la juxtaposition dans un espace réduit de biotopes différents8. La palette végétale utilisée, caractérisée par l’absence de végétaux exotiques tropicaux, oppose aux chênes verts et à quelques feuillus endémiques les prégnantes et sombres verticales des ifs et des cyprès, judicieusement positionnées le long du canal ou autour des fabriques signifiantes. Ainsi, au terme de plus d’un demi-siècle d’occupation et d’une mise en œuvre aboutie, ces caractéristiques hydrauliques et végétales ont-elles permis l’implantation d’un écosystème justifiant protection et préservation, mais à l’équilibre fragile (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Vue générale du moulin, depuis la prairie humide, juin 2008.

Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.

7La visite des lieux révèle une composition imposée par les contraintes naturelles et historiques du site, mais aussi complexifiée par des interventions continues et progressives. L’accès au moulin qui longe le vallon d’irrigation conduit vers deux espaces clos, proches de l’habitation (fig. 4) et organisés autour des eaux domestiquées d’un bassin et d’une fontaine à arcade. Le réservoir, transformé en étang aux berges minéralisées et jardinées, partage l’espace en deux entités distinctes. À l’est, le terrain pentu, traité en terrasses successives bordées de restanques, se structure par rapport à la fabrique identitaire des lieux en forme de petit temple. En contrebas, des axes secondaires déterminent des cheminements mettant en scène le buste de la propriétaire, un mausolée à la mémoire de son époux et une grande jarre canine. À l’ouest, le terrain est plat, gagné sur une nature qui s’est depuis couverte de bois et de taillis. Il comporte un jardin funéraire canin où sont juxtaposées une dizaine de tombes avec des représentations figurées des animaux défunts. Deux installations concentrent le regard : un calvaire monumental en bordure de l’eau et une roue forgée dressée sur une colonnette de pierre (fig. 5).

Figure 4

Figure 4

Vue du petit jardin et de l’habitation, juin 2008.

Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.

Figure 5

Figure 5

Vue générale, depuis l’ouest, comportant la roue sur colonnette, une sépulture canine, le calvaire monumental, l’étang et le petit temple en contrebas, avril 2009.

Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.

8La transformation en résidence d’agrément du domaine des Trois Moulins n’est pas documentée. Les propriétaires ont disparu sans descendance et n’ont pas laissé d’archives. On ne peut s’appuyer que sur quelques photographies anciennes et plusieurs vues aériennes, sur l’observation attentive des décors, et sur les nombreuses dates et inscriptions, gravées continûment de 1940 à 1988, et qui permettent de repérer aisément les étapes d’aménagement des jardins.

  • 9 - Il s’agissait de Pan et de Diane, dont les effigies ont depuis disparu.
  • 10 - Conçue à l’origine pour agrémenter le puits de la ferme du domaine de Castille, et mise en péril (...)

9Il apparaît que les premières réalisations se sont concentrées naturellement à l’est de la pièce d’eau. Les deux jardins secrets se placent dès l’origine sous l’invocation de divinités de l’Antiquité classique en accord avec la proximité du monde sauvage9. Le petit temple à l’antique (fig. 6), élévation nodale qui entre en résonance avec les ruines romaines proches, est en fait un remploi provenant du parc pittoresque du domaine languedocien de Castille (à proximité d’Uzès, dans le Gard), créé au tournant des xviiie et xixe siècles par Gabriel de Froment-Fromentes d’Argilliers, baron connu pour son goût immodéré de la colonne10. Son remontage initial intervient vers 1935, le buste en pierre de Kitty Abry est en place dès la fin de la guerre, et c’est nécessairement après le décès de Roger Abry en 1961 qu’est édifié son mausolée. Puis le « temple romain », selon une appellation traditionnelle renvoyant à une histoire recomposée, va générer, vers 1965, un axe de jardin « mithraïque » dont les décors témoignent de nouvelles évocations en accord avec les obsessions mystiques évidentes de la propriétaire : en effet, une allée gravée de médaillons zodiacaux met en correspondance l’édicule « cultuel » avec les scènes dédicatoires solaires d’une cour réinvestie. L’aménagement conceptuel de l’ouest de la pièce d’eau est tout aussi évolutif. Si le calvaire d’inspiration celtique a été édifié en 1954, l’implantation des tombes canines s’échelonne de 1942 à 1990, et c’est après 1960 qu’apparaissent de nouveaux décors orientalisants inspirés directement de bas-reliefs achéménides encore en place sur le site iranien de Persépolis.

Figure 6

Figure 6

Le temple dit de Mithra, fabrique remployée provenant du domaine languedocien de Castille, juin 2008.

Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.

  • 11 - Plusieurs œuvres de Numa Patlagean enrichissent les jardins : le buste en pierre de la propriétai (...)
  • 12 - L’épingle à nourrice, dressée sur colonnette, était à l’origine titrée ready to use.

10L’intérêt du domaine des Trois Moulins vaut par le nombre et la variété des éléments du décor, juxtaposition de remplois et d’installations originales. Leur mise en œuvre relève d’ailleurs d’une synergie d’interventions de la part d’un cercle rapproché de connaissances comme d’artisans et artistes commandités par la propriétaire. Ainsi le sculpteur art déco Marcel Bouraine (1866-1946), installé et actif à Biot de 1939 à 1945, le sculpteur et ami Numa Patlagean (1888-1972), lié pour un temps à l’école orientaliste de Chicago et reconnu pour son goût d’un « art d’expression »11 (fig. 7). L’attribution à Marc Chagall d’un médaillon gravé représentant une scène de tauroctonie n’a pas été confirmée par les experts. Et le nom de Marcel Duchamp a été avancé pour une installation métallique12 qui n’est qu’une libre inspiration des ready-made de l’artiste.

Figure 7

Figure 7

Buste en pierre de Kitty Abry, par Numa Patlagean, avril 2009.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

11Cependant, la singularité essentielle réside dans l’appropriation culturelle du territoire et le marquage symbolique de l’espace. Une évolution stylistique s’impose. Si le couple s’implique dans les premiers aménagements antiquisants, si Roger Abry a pu inspirer un répertoire de tradition judéo-chrétienne, son épouse, devenue veuve en 1961, est désormais seule responsable du programme décoratif. Kitty Abry a puisé tout d’abord dans le répertoire classique, se réappropriant sans doute connaissances livresques, achats antiquaires et créations originales, puis elle s’est tournée délibérément vers les formes de la Perse antique, imitées ou revisitées par les artistes qu’elle fréquentait. Les caractéristiques décoratives de l’art achéménide sont aisément reconnaissables : utilisation de la technique de l’émail animant la figuration, de la polychromie traditionnelle des enduits et des laves émaillées. Mais surtout, certains motifs iconographiques mis en scène sont des stéréotypes décoratifs réinvestis d’une charge sacrée (fig. 8). Kitty Abry, en effet, dans cette intimité qui la lie à sa maison et ses jardins, charge le décor de vertus apotropaïques, garantes d’une protection qui s’assure par un véritable « bouclier magique » de signes, de marques et d’objets. C’est un langage à déchiffrer, et qui s’exprime diversement aux Trois Moulins, qu’il s’agisse du pouvoir de signes solaires répétitifs, de la vertu talismanique du métal précieux et des nombreux fers de bonne fortune, de la force d’intercession de statuettes relevant du culte des morts et de l’eau, ou de la signifiance active des marqueurs du bâti.

Figure 8

Figure 8

Détail d’une sépulture canine, avec la croix de vie égyptienne, symbole d’éternité, avril 2009.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 13 - Les effigies mazdéennes essentielles, à savoir Ahura-Mazda, le dieu suprême, Mithra, le héros sol (...)

12Cette mise en forme artistique de croyances, de pratiques, de rituels, puise à diverses sources traditionnelles. Mais Kitty Abry va plus loin, affichant un mysticisme inhérent à la pulsion de vie et de mort. C’est alors aux fondements théologiques du mazdéisme et à son avatar cultuel en la personne de Mithra qu’il faut se référer pour comprendre certaines figures décoratives qui apparaissent dans les jardins après 1961. Le mazdéisme, religion des anciens Perses, attestée dès le IIe millénaire avant J.-C. puis réformée par Zoroastre, est fondée sur le principe d’une lutte éternelle entre le bien et le mal, tout comme le mithraïsme, courant religieux sotériologique plus tardif, caractérisé par la vénération de Mithra Sol invictus. Dans le jardin de l’ouest, les représentations gravées d’Ahura Mazda et de l’affrontement du lion et du taureau, inspirées de bas-reliefs encore en place à Persépolis, ne sont que l’émanation du combat primordial que se livrent les forces de la lumière et des ténèbres. De la même manière, la reconsidération, dans le jardin de l’est, du temple dédié à Mithra, qui entre en correspondance axiale avec le médaillon d’invocation au « Soleil invaincu » garanti par le sacrifice du taureau de l’allée zodiacale (fig. 9), célèbre-t-elle la victoire cosmique de la vie sur la mort13.

Figure 9

Figure 9

Médaillon de l’allée zodiacale, au pied du temple, représentant la tauroctonie mithraïque, et parfois attribué à Marc Chagall, novembre 2008.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 14 - Les ancêtres paternels de Kitty Abry, originaires de Portsmouth, étaient officiers de marine de l (...)

13Cette pensée syncrétique réappropriée, relevant de l’animisme, du paganisme et du christianisme, du mazdéisme et des cultes à mystère du mithraïsme, s’accompagne d’une démarche esthétique très personnelle. En effet, les « installations mémorielles » du jardin mettent en œuvre le jeu des représentations symboliques. L’objet, exhibé en tant que pure forme, conduit le regard du spectateur à s’y intéresser, et il se charge alors de significations diverses pouvant aider à la compréhension d’un jardin crypté comme celui des Trois Moulins. Ainsi la roue, figure décorative récurrente, à la fois symbole très ancien de la lumière et du soleil, image de la course du temps, et allusion possible à des éléments de Bugatti, par référence à l’attachement de Kitty Abry à sa voiture, évocatrice de vie heureuse et qu’elle conserva jusqu’en 1973. Un langage et des images poétiques, de tradition anglo-saxonne14, se mettent au service d’un véritable jardin d’écriture, « gravé » sans doute de la main de la propriétaire. Chaque élément en situation prend date, par rapport au temps qui passe, et à la mémoire qui sélectionne. Chaque inscription donne sens, selon des pensées ou des souvenirs convoqués lors de parcours répétitifs et dans le cadre de scénographies souvent élégiaques et compulsives (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Inscription dans une allée, gravée sans doute de la main de Kitty Abry, novembre 2008.
Je ne puis dire que les amours sont venues et s’en sont allées
Je sais seulement que l’été a chanté en moi
Un court instant et qu’il ne chantera plus.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 15 - Notamment par la réécriture des structures hydrauliques et agricoles, les ajouts continuels, la m (...)
  • 16 - Kitty Abry a servi de modèle au peintre à plusieurs reprises, notamment en 1931 et 1932.
  • 17 - Les relations de Kitty Abry et Russell Page sont connues, mais il n’est pas possible de détermine (...)

14Ce lieu exutoire doit être rapporté à un art des jardins consommé. Il s’inscrit dans la continuité des réalisations anglaises depuis le xviiie siècle15. Les aménagements du domaine des Trois Moulins sont en conformité avec les caractéristiques essentielles du jardin méditerranéen qui, depuis la fin du xixe siècle, mêle, à la manière anglaise, provençale ou italienne, dans un environnement de terrasses, de jarres et de bassins, la rigueur de la ligne à l’exubérance d’une végétation indigène ou fantasmée. Il est légitime de prendre en compte des réalisations justifiant peut-être d’une possible influence. Ainsi les jardins cannois de la villa Fiesole, indissociables du génie créateur d’Odette Maugendre et de Jean-Gabriel Domergue, dont les relations avec Kitty Abry sont avérées16. Ainsi les jardins de Grasse conçus par Charles de Noailles, ami de Russell Page qui opérait alors dans le Midi de la France, réaménageant le domaine de Saint-Jacques du Couloubrier ou influençant sans doute, aux Trois Moulins, la conception du petit jardin rond contigu à la demeure17.

  • 18 - Il est par ailleurs fort tentant d’établir un corollaire entre les « vanités paysagères » du parc (...)

15Cependant l’œuvre transcende le modèle culturel, qu’il soit anglais ou méditerranéen. Kitty Abry a généré avec l’aide de sculpteurs, de ferronniers d’art, de laveurs émailleurs, tout un décor participant de l’ordre du monde. Dans cette quête d’harmonie cosmique, elle donne à voir son propre destin. Cette retraite qui confine à l’enfermement est l’expression de l’image qu’elle se fait de sa vie, selon sa propre culture et ses références. Le refuge se transforme en un espace mémoriel, avec des marqueurs visant à conserver le souvenir d’objets, d’événements ou d’êtres chers et disparus — une collection de bagues à intailles gravée dans une allée, un mausolée édifié à la mémoire de l’époux, un banc remonté à la mémoire du père (fig. 11). Espace vécu, le jardin transcrit une véritable autobiographie paysagère18.

Figure 11

Figure 11

Banc en pierre, avec dédicace gravée au père de Kitty, novembre 2008.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 19 - LE BRIS, Michel. Le Paradis perdu. Paris : éd. Grasset et Fasquelle, 1981, p. 248-249.
  • 20 - Mithra, eau-forte gravée par André Masson en 1936 et représentant une tauroctonie, illustre un li (...)

16Mais cette manifestation de l’intime, preuve irréfutable que « les jardins ne sont pas innocents19 », s’inscrit dans une autre perspective. Dans sa manière bien à elle de revisiter l’imaginaire solaire, Kitty Abry, en prenant toute sa place dans l’expression artistique de reviviscence d’un mythe, participe malgré elle à la construction intellectuelle de la « méditerranéité ». Elle reste étrangère à la résurgence, dans les années trente, d’un imaginaire violent et transgressif associant un soleil « pourri »20 au rituel sacrificiel de la corrida méditerranéenne. Alors qu’à Santo Sospir (Saint-Jean Cap Ferrat), villa dont les murs sont tatoués par Jean Cocteau en 1950 de peintures murales inspirées de la mythologie grecque, l’adoration solaire s’incarne dans le mythe apollinien, le domaine des Trois Moulins invoque quant à lui un autre soleil, relevant de la pulsion freudienne de vie et de mort. Il s’agit pour Kitty Abry de conjurer la Mort en convoquant le Soleil de la Vie (fig. 12).

Figure 12

Figure 12

Meule de moulin montée en table, avec mosaïque de laves émaillées multicolores à décor rayonnant, août 2009.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 21 - Notamment des inventaires de jardins et des publications récentes. Seuls un agent immobilier angl (...)
  • 22 - Cette valorisation devra néanmoins composer avec la vulnérabilité de l’écosystème en place.
  • 23 - Les importants travaux de restauration des bâtiments et d’entretien des jardins lui ont valu en 2 (...)
  • 24 - Kitty Abry, préoccupée du devenir du domaine après sa disparition, sollicitait le 7 novembre 1976 (...)

17De telles spécificités ont forgé une identité du lieu qui n’est pas sans engager une réflexion stimulante sur son avenir. Assorti d’un projet de réappropriation de la part d’une collectivité locale ayant usé de son droit de préemption, le domaine, jusqu’à présent peu connu21, s’apprête à aborder une nouvelle étape structurante de son histoire. L’implantation d’une ferme pédagogique associée à un moulin remis en marche permettrait d’explorer les potentialités d’un agropastoralisme orchestré autour d’un paysage encore préservé22. Cette valorisation relaierait une reprise en main intervenue en 1999, lors de la disparition de la propriétaire, et qui, jusqu’en 2011, aura vu s’illustrer le rôle primordial de passeur dévolu à l’un des légataires (fig. 13). Sans en trahir le sens, assumant à sa mesure préservation, sauvegarde et transmission, Robert Chiapello, aidé d’amis et de volontaires acquis, s’est attaché à maintenir les dispositions du site23. À son initiative était relancée en 2008 une procédure de protection demeurée sans effet suite à la première demande émanée de Kitty Abry en 197624.

Figure 13

Figure 13

Robert Chiapello, près du mausolée de Roger Abry, juin 2008.

Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.

18Le dossier de 1977, inabouti et affecté au seul moulin, ne revenait pas sur un site consacré par une protection sectorielle au titre des abords et par celle, plus large, d’une bande côtière de Nice à Théoule. Engagée il y a plus de trente ans, l’approche négligeait l’intérêt majeur du paysage élaboré autour de bâtiments de meunerie et en liaison avec des vestiges archéologiques très prégnants. À l’évidence, le sens du jardin n’avait pas été perçu, à savoir l’inscription dans une portion de territoire de ce que dictait une conscience diffuse, pétrie de croyances et servie par des artistes ralliés. Certes, les documents font défaut, ce qui est d’autant plus frustrant que la mise en place des parcours est relativement récente. Cependant, à la manière d’un parchemin déroulé à même le sol (fig. 14), tout semble se lire, au fil des motifs gravés, des épigraphies, des installations, des statues et des fabriques. Un discours savant se révèle sur fond d’architecture mentale. La protection réactualisée se devait de prévenir l’indifférence, les incompréhensions et les malentendus préjudiciables. Par une approche globalisante, il fallait prendre en compte l’interaction évidente entre les éléments constitutifs historiques et leur environnement végétal. Une maîtrise affirmée de la ressource en eau devait assurer la pérennité du moulin et des jardins. Il fallait enfin consacrer un discours personnel et syncrétique surajouté aux élans créatifs originels.

Figure 14

Figure 14

Allée de jardin, en contrebas du temple, gravée d’une suite de blasons et de devises armoriées, avril 2009.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 25 - Charte de Florence. Article 5.
  • 26 - Voir CRANGA, Yves. « Le jardin historique : un patrimoine malgré tout. Libres propos sur les prob (...)

19En sa qualité de monument historique, le jardin relève d’une manière générale des dispositions du Code du patrimoine, et si la charte de Venise adoptée en 1965 fonde l’approche déontologique en matière d’immeubles, la charte de Florence, relative aux jardins historiques et consacrée en 1982, définit les réflexions appropriées à cet espace pluriel. « Expression des rapports étroits entre la civilisation et la nature, lieu de délectation, propre à la méditation ou à la rêverie, le jardin prend ainsi le sens cosmique d’une image idéalisée du monde, un “paradis” au sens étymologique du terme, mais qui porte témoignage d’une culture, d’un style, d’une époque, éventuellement de l’originalité d’un créateur25. » Transcripteur de la dimension immatérielle du patrimoine, le jardin, qui s’est souvent assimilé étroitement à un courant circonscrit de l’histoire de l’art, est d’une nature composite, par essence évolutive car impliquée dans la durée – ce temps qui le fonde, l’embellit, le nourrit, le détruit, lui confère son existence profonde. Protéger un jardin avec dessein de le conserver relève de l’oxymore : si cristalliser une architecture même résiduelle et lacunaire emporte l’adhésion, figer un jardin n’a de sens que par la prise en compte de cette diachronie26 (fig. 15).

Figure 15

Figure 15

Inscription gravée dans une allée, proche de la roue sur colonnette, novembre 2009.
Et cueille le temps
Les heures ne sont-elles pas
Les pommes d’or tombées du soleil.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

  • 27 - Dans ce cas précis, toute restauration ou création se doit de chercher à préserver le génie du li (...)

20Fallait-il abdiquer d’une procédure compatible avec une entité patrimoniale transitoire et périssable ? Oser un acte juridique fondateur qui conditionne toute approche future, au risque de fragilité et d’inopérance ? La commission régionale du patrimoine et des sites relevait le défi le 3 décembre 2009, officialisant une reconnaissance de plus en plus affirmée, et la commission nationale des Monuments historiques optait à l’unanimité le 2 mai 2011 pour un classement, accréditant la prescience d’une conceptrice qui avait constitué au fil du temps un paysage en vanité. Étaient engagées de ce fait toutes les problématiques à venir constitutives de ce site de mémoire en attente d’être préempté par la collectivité territoriale : monument vivant, générateur d’identité locale et de médiation sociale, espace public, soucieux de respect de l’environnement et de développement durable… Pour finir et en vue d’une reconsidération critique et créative, cet espace codifié, qui avait conservé intacte sa force d’interpellation, interrogeait les acteurs du patrimoine sur leur capacité à en accompagner la transmission. À l’évidence, la protection au titre des Monuments historiques en constituait le gage tout autant qu’elle imposait un surcroît de réflexion et de vigilance27 (fig. 16).

Figure 16

Figure 16

Vue de l’« axe mithraïque », depuis le médaillon d’invocation au soleil, novembre 2008. Les médaillons et inscriptions, peu à peu redécouverts, donnent du sens à l’ensemble du jardin.

Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.

Haut de page

Notes

1 - Le domaine est implanté dans un secteur demeuré à l’état naturel, malgré la proximité de grands axes de circulation, le surplomb du péage autoroutier d’Antibes et un environnement en pleine urbanisation.

2 - Le dossier de protection a été établi par Jean Marx, chargé d’études documentaires à la Conservation régionale des monuments historiques (Direction régionale des Affaires culturelles de PACA). Voir le site : http://www.paca.culture.gouv.fr/banqueImages/imago/. Voir dans la base Mérimée : notice PA06000041.

3 - Cette notion est désormais prise en compte dans la réflexion appliquée à la conservation et la restauration des jardins historiques. Voir BRUNON, Hervé. « Les vrais paradis sont les paradis qu’on a perdus », Rencontres européennes du Patrimoine. Colloque des 6 et 7 octobre 2011.

4 - Le domaine actuel a une superficie réduite à cinq hectares et demi, répartie sur les communes de Valbonne et de Vallauris.

5 - Il s’agit des vestiges du pont à deux arches sur la Valmasque, inscrits sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 25 juillet 1936, tout comme ceux du pont à cinq arches sur le Gao, en limite du domaine.

6 - Par testament du 9 juin 1993, elle léguait la propriété en indivision à son avocat, à un centre niçois de recherche sur le cancer et à Robert Chiapello, le fils d’amis intimes qui en assura la préservation jusqu’à l’acquisition par la municipalité de Valbonne en décembre 2011.

7 - Le moulin à huile, dont l’activité a perduré jusque vers 1970, a conservé tous ses éléments : grande roue, pistes et meules en pierre, pressoirs, engrenages, scourtins…

8 - Pour les spécificités du patrimoine écologique, voir les relevés des botanistes Robert Salanon et Jean-Michel Riha, et les études de l’architecte paysagiste Christian Dental.

9 - Il s’agissait de Pan et de Diane, dont les effigies ont depuis disparu.

10 - Conçue à l’origine pour agrémenter le puits de la ferme du domaine de Castille, et mise en péril par le dépeçage systématique des décors par le nouveau propriétaire des lieux dans les années trente, cette fabrique aurait été récupérée par le couple Abry lors d’un séjour touristique en Languedoc. Pour la connaissance du parc de Castille, voir l’étude de Catherine Chomarat. CHOMARAT-RUIZ, Catherine. Le jardin et le parc de Castille. Concevoir l’espace, approcher les lieux. Paris : éd. de l’Imprimeur, 2005. Voir dans la base Mérimée : notice PA00102961.

11 - Plusieurs œuvres de Numa Patlagean enrichissent les jardins : le buste en pierre de la propriétaire, la statuette en terre cuite proche du réservoir de l’étang, et celle de saint Dominique dans l’arcade de l’oratoire recomposé des « Âmes du Purgatoire », à l’entrée du domaine. Deux sculptures de Marcel Bouraine, volées en 2000, étaient mises en scène dans la composition des jardins secrets : une Diane chasseresse bandant son arc, qui s’allongeait sous l’arcade d’une fontaine probablement construite pour elle, et un petit faune jouant de la flûte de Pan, perché sur un monolithe.

12 - L’épingle à nourrice, dressée sur colonnette, était à l’origine titrée ready to use.

13 - Les effigies mazdéennes essentielles, à savoir Ahura-Mazda, le dieu suprême, Mithra, le héros solaire et Anahita, la déesse des eaux et de la fécondité, sont bien présentes dans les jardins. Et la vénération zoroastrienne du chien s’accorde au culte rendu à des compagnons inséparables de Roger comme de Kitty Abry, dont le domaine offre les innombrables manifestations d’une présence vigilante et protectrice continue. Le jardin funéraire ne pouvait ignorer le rôle important que les Achéménides accordaient au chien, dans les usages sociaux et les rites liés à la mort. En témoigne la citation de Zarathoustra gravée sur la stèle d’Ura : Le monde existe par l’intelligence du chien.

14 - Les ancêtres paternels de Kitty Abry, originaires de Portsmouth, étaient officiers de marine de la Royal Navy. L’un de ses ancêtres maternels, médecin antiquaire, avait publié une histoire versifiée de la ville portuaire. SLIGHT, Henry. A Metrical History of Portsmouth. Portsmouth : Hollingsworth & Price, 1820.

15 - Notamment par la réécriture des structures hydrauliques et agricoles, les ajouts continuels, la multiplicité des inscriptions.

16 - Kitty Abry a servi de modèle au peintre à plusieurs reprises, notamment en 1931 et 1932.

17 - Les relations de Kitty Abry et Russell Page sont connues, mais il n’est pas possible de déterminer le niveau d’influence du grand paysagiste anglais. Certains aménagements lui sont sans doute redevables. Les pépinières Dental, installées à Mougins, lui fournissaient les buis qu’il destinait aux Trois Moulins. L’idéal d’harmonie recherché par Page et véhiculé par le « milieu mystique » qu’il fréquentait – il était l’époux depuis 1947 de la fille du gourou caucasien Georges Gurdjieff – a pu entrer en correspondance avec les préoccupations spirituelles de la propriétaire.

18 - Il est par ailleurs fort tentant d’établir un corollaire entre les « vanités paysagères » du parc de Castille et les installations mémorielles du jardin des Trois Moulins. Lors de la récupération du « puits de la ferme », Kitty Abry a pu visiter le parc languedocien, notamment le « bois des tombeaux ».

19 - LE BRIS, Michel. Le Paradis perdu. Paris : éd. Grasset et Fasquelle, 1981, p. 248-249.

20 - Mithra, eau-forte gravée par André Masson en 1936 et représentant une tauroctonie, illustre un livre de Georges Bataille pour qui le soleil regardé s’identifie à un homme qui égorge un taureau. Voir BATAILLE, Georges, MASSON, André. Sacrifices. Paris : GLM, 1936.

21 - Notamment des inventaires de jardins et des publications récentes. Seuls un agent immobilier anglais et l’architecte paysagiste antibois Alain Goudot avaient attiré l’attention sur la qualité du lieu. « Sleeping Beauty ». Country Life, 23 mars 2000, p. 138-139 ; Le domaine des Trois Moulins et ses jardins dessinés et racontés par Alain Goudot. GOUDOT, Alain. La Gazette des Jardins. Novembre 2006, p. 5-6.

22 - Cette valorisation devra néanmoins composer avec la vulnérabilité de l’écosystème en place.

23 - Les importants travaux de restauration des bâtiments et d’entretien des jardins lui ont valu en 2004 l’attribution d’un prix au concours Patrimoine historique.

24 - Kitty Abry, préoccupée du devenir du domaine après sa disparition, sollicitait le 7 novembre 1976 le classement de son « vieux moulin à huile », du jardin et de tous les terrains environnants.

25 - Charte de Florence. Article 5.

26 - Voir CRANGA, Yves. « Le jardin historique : un patrimoine malgré tout. Libres propos sur les problèmes liés à la protection, la conservation et la restauration des jardins historiques ». Polia, 5, 2006, p. 129-142.

27 - Dans ce cas précis, toute restauration ou création se doit de chercher à préserver le génie du lieu – matérialisé in situ par la réinterprétation décorative du culte domestique des dieux lares. Cette prise en compte sous-entend d’en pérenniser tous les marqueurs inscrits dans les murs du bâti et les allées des jardins.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Détail cartographique, montrant trois moulins au fil de la Valmasque et deux ponts aqueducs antiques, 1788. Un seul moulin subsiste, en aval de la confluence des deux ruisseaux.
Crédits Collection particulière. Repro. Cranga,Yves.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 2
Légende Kitty, photographiée avec sa Bugatti type 49, offerte par Roger Abry en mai 1932.
Crédits Collection particulière. Repro. Cranga, Yves
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3
Légende Vue générale du moulin, depuis la prairie humide, juin 2008.
Crédits Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4
Légende Vue du petit jardin et de l’habitation, juin 2008.
Crédits Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 5
Légende Vue générale, depuis l’ouest, comportant la roue sur colonnette, une sépulture canine, le calvaire monumental, l’étang et le petit temple en contrebas, avril 2009.
Crédits Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 6
Légende Le temple dit de Mithra, fabrique remployée provenant du domaine languedocien de Castille, juin 2008.
Crédits Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7
Légende Buste en pierre de Kitty Abry, par Numa Patlagean, avril 2009.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 8
Légende Détail d’une sépulture canine, avec la croix de vie égyptienne, symbole d’éternité, avril 2009.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 9
Légende Médaillon de l’allée zodiacale, au pied du temple, représentant la tauroctonie mithraïque, et parfois attribué à Marc Chagall, novembre 2008.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 10
Légende Inscription dans une allée, gravée sans doute de la main de Kitty Abry, novembre 2008.Je ne puis dire que les amours sont venues et s’en sont alléesJe sais seulement que l’été a chanté en moiUn court instant et qu’il ne chantera plus.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 11
Légende Banc en pierre, avec dédicace gravée au père de Kitty, novembre 2008.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 12
Légende Meule de moulin montée en table, avec mosaïque de laves émaillées multicolores à décor rayonnant, août 2009.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 13
Légende Robert Chiapello, près du mausolée de Roger Abry, juin 2008.
Crédits Phot. Cranga, Yves. © Yves Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 14
Légende Allée de jardin, en contrebas du temple, gravée d’une suite de blasons et de devises armoriées, avril 2009.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 15
Légende Inscription gravée dans une allée, proche de la roue sur colonnette, novembre 2009. Et cueille le tempsLes heures ne sont-elles pasLes pommes d’or tombées du soleil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 16
Légende Vue de l’« axe mithraïque », depuis le médaillon d’invocation au soleil, novembre 2008. Les médaillons et inscriptions, peu à peu redécouverts, donnent du sens à l’ensemble du jardin.
Crédits Phot. Cranga, M.-F. © M.-F. Cranga.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11044/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Cranga et Marie-Françoise Cranga, « Le domaine des Trois Moulins de la Valmasque (Valbonne) : un patrimoine en paradoxe », In Situ [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 09 juillet 2014, consulté le 15 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/11044 ; DOI : 10.4000/insitu.11044

Haut de page

Auteurs

Yves Cranga

conservateur des monuments historiques, Direction régionale des affaires culturelles, Conservation régionale des monuments historiques de Provence-Alpes-Côte-d’Azur yves.cranga@culture.gouv.fr

Marie-Françoise Cranga

historienne yves.cranga@orange.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page