Navigation – Plan du site
Patrimoine monumental : des collèges aux palais et aux campus

Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922

Claude Laroche

Résumés

Édifice public majeur du Bordeaux des débuts de la Troisième République, la faculté de médecine et de pharmacie est construite de 1880 à 1888, après concours (1876), par l’architecte Jean-Louis Pascal (1837-1920). Une extension est réalisée à partir de 1902 par le même architecte. Emblématique de la politique volontariste de la République en matière d’enseignement supérieur et objet de cristallisation des rapports complexes entre la Ville et l’État, le bâtiment de Pascal résulte d’une conception extrêmement savante qui a su intégrer les acquis des différents courants ayant traversé le xixe siècle architectural.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Une première version de cet article a été précédemment éditée sous ce même titre par la Société a (...)

1Portant ses pas place de la Victoire, dans les quartiers sud de Bordeaux, le promeneur attentif peut se faire le témoin d’une sorte de joute silencieuse entre deux puissances tutélaires réputées opposées, deux mythes, deux grandes dames indifférentes aux passants et occupées à perpétuer leur éternelle antithèse. La Nature et La Science sont là depuis plus d’un siècle, sculptures placées en frontispice d’un monument méconnu, peut-être l’édifice public majeur du Bordeaux de la fin du xixe siècle, la faculté de médecine et de pharmacie1 (fig. n°1). Pour être disposées symétriquement par rapport à l’entrée de l’édifice, les deux figures n’en sont pas pour autant sur un pied d’égalité. En l’occurrence, établir une parité eût été avouer son impuissance face à l’ordre éternel des choses. Il y aura donc soumission de l’une à l’autre des effigies et La Nature se dévoilant devant la Science – puisque tel est le titre de ce groupe biparti – devra exprimer avec force la foi d’une époque dans le progrès universel. Hiérarchie, dialectique, tension entre deux entités qui, à bien observer le groupe, paraissent s’ignorer quelque peu : dès ces prolégomènes sculptés, la faculté semble annoncer les difficultés que sa mise en place a rencontrées, la somme de conciliation entre les différents acteurs, la synthèse de leurs divergences que son édification a nécessitées.

Figure 1

Figure 1

Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, bâtiment initial, Jean-Louis Pascal architecte, 1876-1888, élévation sur la place de la Victoire. Au premier plan, La Nature, Louis-Ernest Barrias sculpteur. À l’arrière-plan, La Science, Pierre-Jules Cavelier sculpteur.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.

2La question de la politique des différents régimes du xixe siècle, et notamment de la Troisième République, en matière d’éducation est un champ de connaissance assez bien exploré. Le choc de la défaite de 1871, imputée à la faiblesse des élites, a souvent été souligné et l’on sait qu’à compter de cette date l’enseignement supérieur, focalisé sur l’exemple allemand, va devenir un enjeu national considérable – le cas de l’université de Strasbourg le prouve suffisamment, dotée à chacune des annexions ou restitutions du territoire des meilleurs professeurs, des meilleurs équipements, afin d’en faire la vitrine de ce que chacune des deux nations française et allemande peut et veut faire de mieux en la matière. On sait aussi que la République, incertaine à ses débuts et se consolidant politiquement à la fin des années soixante-dix et dans les années quatre-vingt du xixe siècle, va chercher dans la formation d’élites si possible dévouées à sa cause une source d’affermissement. Mais si les enjeux nationaux de la mise en place des équipements universitaires en province sont bien définis, les motivations locales sont encore relativement floues. Ainsi de Bordeaux qui, politiquement en phase avec la République dès ses débuts, va jusqu’à la fin des années quatre-vingt entreprendre un important programme de constructions universitaires. Bien sûr, parmi les principales explications de l’engagement des villes, viennent en premier lieu les questions de rivalité avec les autres cités – pour Bordeaux, avec celles du grand Sud-Ouest et naturellement avec Toulouse –, les questions d’image de métropole régionale qu’un équipement universitaire d’importance ne peut que renforcer. Mais l’analyse montre que pour être fort, l’engagement n’est jamais univoque et qu’il s’accompagne bien souvent de frilosités et d’argumentations paradoxales, la ville donnant bien souvent l’impression de jouer contre son propre camp. La question est considérable, touche à tous les domaines de la vie de la cité et est indissociable du problème général des rapports entre les villes et l’État pour la période considérée. Ces quelques lignes, centrées sur la question architecturale posée par la faculté bordelaise, ne peuvent qu’esquisser le traitement du sujet.

  • 2 - Louis Liard (1846-1917) arrive à Bordeaux en 1874 comme chargé de cours à la faculté des lettres. (...)

3Politiques et économiques, les enjeux des constructions de facultés sont aussi bien sûr pédagogiques. En même temps qu’elle lui donne une impulsion nouvelle, la République cherche à redéfinir l’enseignement supérieur. Celui-ci se détermine par rapport à l’exemple allemand et tend à affirmer une relative vocation professionnelle ; il consacre le rôle du laboratoire au détriment du cours magistral, dans le cas des facultés des sciences ou de médecine et, pour cette dernière discipline, il cherche à définir ses relations avec l’hôpital. Bien que débattus au plan national, ces enjeux ne seront pas absents du débat bordelais, notamment du fait de la personnalité de l’un des conseillers municipaux, Louis Liard, qui, après être intervenu de façon essentielle dans la définition des programmes et dans la mise en œuvre des bâtiments des deux principales facultés bordelaises, jouera, dans le cadre de l’administration centrale, un rôle important dans la politique de la République en matière d’enseignement supérieur2.

  • 3 - Voir LOYER, François. « L’Architecture de la Sorbonne, entre culture et modernité ; le débat arch (...)
  • 4 - La descendance de l’Opéra de Paris, par exemple, pourra, indépendamment des programmes, être auss (...)

4Les enjeux des bâtiments universitaires relèvent également des rapports entre politique et architecture, politique et urbanisme. La cohérence de l’action républicaine dans le domaine de l’éducation – englobant dans un système logique l’ensemble des échelons, du primaire au supérieur – trouve-t-elle une traduction architecturale ? Une même pensée régit-elle les bâtiments d’enseignement depuis les écoles « Jules-Ferry » jusqu’aux palais universitaires3 ? De façon plus générale, l’architecture du xixe siècle évolue-t-elle de façon autonome, indépendamment des changements politiques dont le siècle est prodigue ou au contraire est-elle tributaire de ces changements de régime ? Bien qu’il soit difficile de trancher en l’état actuel des connaissances, l’hypothèse peut être avancée d’une relative autonomie du débat architectural, tempérée par la dépendance des programmes aux politiques mises en œuvre. Pas d’expression architecturale républicaine, mais des types d’édifices républicains, au sujet desquels on peut toutefois commencer à poser quelques questions d’ordre architectonique : les spécificités des programmes sont-elles déterminantes dans le choix des solutions architecturales adoptées ? Ou bien les édifices publics de ces années-là ne sont-ils pas avant tout tributaires de quelques édifices phares parisiens – le Palais des études de l’École des beaux-arts de Duban, l’Opéra de Garnier, le Palais de justice de Duc4 – qui ont imposé leur évidence typologique à une nombreuse descendance ? Qu’apporte la génération des architectes nés autour de 1840 au débat engagé par leurs aînés ? Que signifie la suprématie du thème du palais que le dernier quart du siècle aura semble-t-il imposé pour la majorité de ses édifices publics ? Comment ce thème cohabite-t-il avec la rationalité instrumentale qu’exige de plus en plus le programme de ces édifices – et notamment celui d’une faculté de médecine ?

  • 5 - Sur les longues hésitations municipales quant à l’emplacement de certains de ces équipements, voi (...)

5Les enjeux urbains ne sont pas moins intéressants. La mise en place des équipements publics peut être l’occasion de grands desseins d’aménagement, l’occasion d’amorcer de nouveaux quartiers ou de restructurer l’existant et de faire sauter d’anciens verrous, d’organiser de larges artères ou de vastes places dont les points forts seront les monuments en question. Force est de constater, en première analyse, que le Bordeaux du dernier quart du xixe siècle aura manqué ce rendez-vous édilitaire. Cherchant les emplacements propices à l’établissement des nombreux équipements éducatifs ou culturels dont elle se dote, la ville ne concevra d’autre politique pour cette période que celle des « chaises musicales » : quelques sites disponibles, en nombre insuffisant, accueillent tour à tour de provisoires décisions d’implantation. Ainsi de quelques emplacements des abords de la cathédrale (parmi lesquels celui de l’ancienne caserne municipale de la rue Vital-Carles), sur lesquels tourneront un temps les avant-projets des facultés, bibliothèque, musée, école des beaux-arts, etc., jusqu’à ce que le coup de sifflet annonçant la fin de la partie révèle l’impossibilité d’y faire tout tenir5...

  • 6 - La Nouvelle Sorbonne ne sera sur ce point pas forcément mieux lotie que ses sœurs provinciales (C (...)

6Loin de la politique urbaine ambitieuse du xviiie siècle, loin même de la confrontation grandiose de l’hôpital Saint-André et du palais de justice, quelques décennies plus tôt – loin aussi des desseins d’Haussmann conçus lors de son éphémère passage bordelais – la ville ne semble avoir d’autre ambition urbaine en cette fin de siècle que de combler des vides ou de réutiliser des emplacements désaffectés. Les facultés bordelaises se ressentiront au premier chef de cette situation. Aucun des trois édifices construits alors – droit, médecine et pharmacie, sciences et lettres – ne bénéficiera d’un emplacement un tant soit peu avantageux, aucun n’aura droit à la perspective frontale que réclame le système architectural dont il relève6. Si l’on ajoute à cela, pour ce qui concerne la faculté de médecine et de pharmacie, les hésitations sur le programme même de l’édifice, sur la scission ou au contraire le regroupement de ses différentes composantes, le manque d’une grande vision, à la fois volontaire et prospective, est patent. Faut-il mettre en regard ce constat avec la modification des compétences respectives des villes et de l’État, avec le moindre contrôle de ce dernier, au fur et à mesure que le siècle avance, sur les politiques urbaines municipales ? Le problème reste posé, que seules pourront résoudre des études comparatives sur les différentes politiques menées à cette époque dans les grandes villes de France.

  • 7 - Cité par POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER (...)
  • 8 - POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtr (...)

7Pourtant, si la traduction urbaine de ses équipements éducatifs et culturels s’avère décevante, Bordeaux se devait d’afficher – et affichera – une volonté sans faille quant à leur institution. La concurrence entre les métropoles régionales est alors très vive et l’un des aspects de ces rapports complexes entre les villes et l’État est justement la prise en compte par ce dernier, lors d’éventuels arbitrages entre des villes candidates à l’accueil d’une institution, de la volonté réelle de celles-ci et des moyens qu’elles comptent apporter. Paul Bert, qui prendra, à l’Assemblée, une part importante à la création de la faculté bordelaise de médecine, résume bien ce rapport Ville/État : « Si l’intérêt général commandait impérieusement de placer en telle ville déterminée une faculté d’État, il faudrait en prendre le parti, dût-on n’obtenir aucun appui de la ville ! Mais [...] ces offres ne sauraient être négligées7. » C’est ainsi que Bordeaux s’engage, au moment de la décision concernant la faculté de médecine, à pourvoir « à toutes les dépenses annuelles de réparation et d’entretien du futur bâtiment, bâtiment qu’elle s’engageait à fournir et à approprier aux besoins de l’enseignement (mobilier, bibliothèque)8 ».

  • 9 - POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtr (...)
  • 10 - Alfred Daney, discours prononcé lors de l’inauguration de la faculté de médecine, cité par PÉRY, (...)

8Ainsi, même si le choix des emplacements donne lieu à de longues hésitations, la période de 1870 à 1890 verra-t-elle à Bordeaux la mise en place résolue de nombreux équipements éducatifs et culturels, la plupart encore en place. À cet égard, est significatif l’important emprunt que la Ville souscrit en 1876 pour financer, entre autres, deux facultés, un lycée, un observatoire et nombre d’écoles primaires9. Ces constructions s’ajoutent à celle de la faculté de droit (1872-1874) et seront suivies de celles de la bibliothèque municipale (1886-1891), de l’École principale du service de santé de la Marine (1890-1895) et de l’école des beaux-arts (1890). Ainsi le maire peut-il dresser un bilan positif de l’instruction publique à Bordeaux, lors de l’inauguration de la faculté de médecine en 1888. Tout en soulignant le rôle moteur du gouvernement républicain, il peut valoriser l’œuvre municipale « née de cette nécessité imposée aux sociétés démocratiques qui veulent vivre, non seulement de répandre partout et de développer l’instruction à tous les degrés, mais aussi d’en élever le niveau, afin d’en faire surgir, au service de la nation, une élite d’hommes et de citoyens capables de la diriger et de la préserver des écueils redoutables du despotisme et de l’anarchie10 ».

  • 11 - La faculté de droit, instituée par décret du 15 décembre 1870, est installée dans un bâtiment au (...)
  • 12 - Voir essentiellement DUSSOL, Dominique, LAROCHE, Claude. « Un exemple provincial : les facultés d (...)
  • 13 - RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987.

9Au début de la Troisième République, la mise en place à Bordeaux d’une « université complète » (couvrant les domaines de la théologie, des lettres, des sciences, du droit, de la médecine et de la pharmacie) vient à l’appui de ce bilan de l’action conjointe de la Ville et de l’État. D’autant que cette entité se concrétise, pour la même période, par une série de bâtiments neufs : la faculté de droit construite donc entre 1872 et 1874 par Charles Burguet11, la faculté de médecine et de pharmacie, dont la commande est remportée par l’architecte Jean-Louis Pascal après un concours organisé en 1876, enfin la faculté de théologie, des sciences et des lettres, édifiée par Charles Durand entre 1880 et 188612. Au moment où Paris entreprend le chantier universitaire majeur du moment, la reconstruction de la Sorbonne, que l’architecte Paul-Henri Nénot va mener à partir de 188213, Bordeaux a déjà défini les programmes et étudié les types architecturaux de son projet universitaire.

Les étapes

  • 14 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit. p. 46 et suiv. La loi crée une faculté de m (...)
  • 15 - LASSERRE, Charles, DURU, Raymond. « L’Amphithéâtre de chirurgie de Saint-Cosme de la rue de Lalan (...)
  • 16 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 75 et suiv. Sur l’hospice des Incurable (...)

10La première faculté de médecine, créée à Bordeaux dès le xve siècle, devait disparaître à la Révolution, pour réapparaître en 1829 sous la forme d’une école de pharmacie et de médecine. Les seules villes de Paris, Strasbourg et Montpellier étant dotées de facultés en cette matière, la concurrence sera vive entre les postulantes à la fin du Second Empire ou au début de la Troisième République et il faudra attendre la loi du 8 décembre 1874 pour voir la transformation de l’école bordelaise en faculté mixte de médecine et de pharmacie14. Par la suite, les étudiants sont logés provisoirement dans les locaux de la caserne Saint-Raphaël, derrière l’hôpital Saint-André et dans l’ancienne école de médecine, aménagée en 1852 par l’architecte de la ville Charles Burguet autour de l’ancien amphithéâtre Saint-Cosme, lequel avait été bâti vers 1753 rue de Lalande pour les maîtres chirurgiens de la ville15. Consciente du développement que va prendre la nouvelle institution, la municipalité envisage la construction d’un important bâtiment et s’engage donc à pourvoir aux dépenses. Commence alors une longue discussion sur l’emplacement. Trois lieux sont en balance : chacun des deux sites provisoires de la faculté (caserne Saint-Raphaël et école de médecine) auxquels s’ajoute le terrain de l’ancien hospice des Incurables à Saint-Julien, désaffecté du fait de son récent déménagement vers le site des hospices de Pellegrin, terrain ouvrant sur le côté nord-est de la place d’Aquitaine (aujourd’hui place de la Victoire), entre la rue Bigot (rue Paul-Broca) et la rue des Incurables (rue Élie-Gintrac)16.

  • 17 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit, p. 78. L’avant-projet de Burguet est conser (...)
  • 18 - Sur la différence de statut entre la faculté de médecine et de pharmacie, mise au concours, et la (...)

11Si l’avant-projet que donne Charles Burguet le 20 avril 1875 n’est pas retenu, il permet du moins de militer en faveur de ce dernier site en démontrant sa capacité à accueillir le nouveau bâtiment. Aux yeux du ministre de l’Instruction publique, l’avant-projet ne garantit pas suffisamment d’aération, de lumière et d’espace. Mais il a le souci de développer sur la place une façade qui reprend parfaitement, par ses proportions et son décor, l’ensemble ordonnancé de la place du xviiie siècle. En fait, cet avant-projet joue surtout le rôle d’étude de faisabilité permettant notamment de donner des éléments chiffrés pour le lancement de l’emprunt de 187617. Quoi qu’il en soit, le conseil municipal décide, le 25 février 1876, de mettre au concours la construction de la nouvelle faculté18.

Le concours

  • 19 - Programme du concours de 1876, A.C. Bordeaux, 6872 M 24.

12Le concours est ouvert le 4 avril 1876 à tous les architectes français. Le programme, qui insiste sur l’aération des locaux et la distribution de la lumière indispensable aux laboratoires, énumère les différentes sections qui devront s’organiser sur une superficie de 9 425 m2 : les sections d’anatomie, de physiologie, de physique, de chimie, d’histoire naturelle, de pharmacie et de toxicologie, d’anatomie pathologique et d’histologie. Outre les logements de fonction des bibliothécaires, concierge, appariteur et jardinier, le bâtiment devra accueillir un musée d’anatomie, une bibliothèque, un grand amphithéâtre et deux plus restreints, de nombreux laboratoires et salles d’étude, un jardin botanique de 2 500 m2, comprenant deux serres, une chaude et une froide. Les deux services de médecine et de pharmacie devront être séparés, sans cependant que cette séparation soit absolue, les élèves pouvant suivre les cours dans l’une ou l’autre faculté. De plus, le programme stipule que « tous les laboratoires doivent être en communication directe avec les cours ; les salles de dissection complètement isolées ; les laboratoires de chimie et de pharmacie doivent avoir des cours spéciales19 ». Les concurrents peuvent, s’ils le désirent, créer une nouvelle voie, séparant la faculté des maisons mitoyennes qui sont implantées à l’extrémité de la parcelle. La clôture du concours est prévue pour le 15 septembre 1876.

Figure 2

Figure 2

Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet d’Alfred Leclerc, deuxième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.

Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.

Figure 3

Figure 3

Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Théodore Dauphin, troisième prix ex æquo, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.

Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.

Figure 4

Figure 4

Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Jean-Louis Pascal, troisième prix ex æquo, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.

Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.

  • 20 - Publication du programme, des résultats du concours et des plans des lauréats : BOUTONNET, L. « C (...)

13Le jury se compose de deux membres du Conseil général des bâtiments civils : Louis-Joseph Duc et Léon Ginain (qui va réaliser l’extension de l’école de médecine de Paris), du doyen et d’un professeur de la faculté de Paris, du directeur et d’un professeur de l’école de médecine de Bordeaux ainsi que de deux membres du conseil municipal. Les concurrents sont au nombre de cinquante-deux. Le jury ne décerne pas le premier prix – qui impliquait automatiquement l’exécution du projet – mais accorde un deuxième prix (fig. n°2) à Alfred Leclerc (1843-1915, architecte de l’hôtel de ville de Limoges). Le troisième prix ex æquo (fig. n°3 et 4) est attribué à Théodore Dauphin (1849-1917) et à Jean-Louis Pascal, le cinquième (fig. n°5) à Ferdinand Dutert (1845-1906, coauteur de la Galerie des machines de l’Exposition universelle de 1889), le sixième (fig. n°6) à Albert Ballu (1849-1939, architecte des monuments historiques et architecte diocésain, fils de Théodore Ballu). Des mentions sont accordées à Jean-Eugène Rouyer (1827-1901), Mathurin-Eugène Calinaud (1843-1907) et Pierre-Édouard-Julien Héneux (1844-1909). Ces projets lauréats sont les seuls dont on ait une idée, du fait de la publication de leur seul plan20.

Figure 5

Figure 5

Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Ferdinand Dutert, quatrième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.

Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.

Figure 6

Figure 6

Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet d’Albert Ballu, cinquième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.

Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.

14Le concours de Bordeaux, portant sur un édifice d’une certaine importance – matérielle et symbolique – est de ceux qui auront un réel écho, dépassant très largement le cadre local. Les lauréats viennent de tous horizons en termes de géographie, mais non pas en termes de formation ou de génération. Comme il est courant pour des concours de ce niveau, ayant bénéficié d’une large publicité et comportant au jury des personnalités architecturales de grande envergure et très intégrées aux institutions (Duc et Ginain), la quasi-totalité des lauréats sont issus de l’École des beaux-arts. Et comme souvent, ils sont jeunes. Les concours fournissent un espoir de percer pour ceux qui, ayant suivi un cursus honorable, n’ont toutefois pas reçu les principales distinctions. Ils permettent également, tout en présentant des conditions auxquelles les jeunes architectes de l’École sont parfaitement rompus – programme d’édifice public de grande ampleur, exercice en temps limité, examen par un jury et importance du « rendu », pour emporter l’adhésion du jury – de les confronter à des données réelles, lesquelles sont souvent absentes de l’enseignement dispensé à l’École ou dans les divers ateliers.

15La communauté de formation des lauréats, de même que le poids des contraintes imposées par la forme trapézoïdale et l’exiguïté du terrain, expliquent la similitude de la plupart des plans. Deux concurrents seulement, parmi les lauréats, (Dutert et Calinaud) ouvrent l’édifice sur le côté sud, dans l’étroite rue des Incurables (Élie-Gintrac) et de ce fait proposent un plan barlong. Tous les autres concurrents primés orientent l’édifice selon des séquences est-ouest, développant la façade principale sur le petit côté, celui donnant sur la place d’Aquitaine. Dans la majorité des cas, on pénètre dans la faculté par une cour d’honneur ou un large vestibule, selon les projets, qui se prolonge par un deuxième espace distribuant latéralement deux petits amphithéâtres et, dans l’axe, un grand amphithéâtre commun à toutes les sections. Les laboratoires de dissection sont rejetés à l’arrière, dans des constructions plus ou moins isolées, aérées et à proximité du jardin botanique qui marque l’extrémité du terrain. Parfois, le jardin botanique devance l’édifice et devient alors un espace d’agrément qui accompagne la façade (projets de Pascal et de Rouyer).

  • 21 - « Il n’est pas exact de prétendre que M. Pascal, dans le concours, a été l’objet d’une faveur au (...)

16En l’absence de véritable vainqueur au concours, il semble que le choix, dans le courant de l’année 1877, de Jean-Louis Pascal, qui n’était pourtant pas le mieux placé, soit dû à son estimation du coût restant dans les limites fixées par le programme (1 500 000 francs)21. Rassurant, l’âge de Pascal, jeune encore (trente-neuf ans au moment du concours), mais moins que la plupart de ses concurrents, notamment les mieux placés (Leclerc, trente-trois ans ; Dauphin, vingt-sept ans...) peut aussi expliquer cette décision.

L’architecte : Jean-Louis Pascal

  • 22 - Sur Jean-Louis Pascal, voir WIDOR, Charles-Marie. Notice sur la vie et les travaux de M. Jean-Lou (...)
  • 23 - Dont, la même année (1862), la grande médaille d’émulation, le prix Rougevin (pour un « monument (...)

17Jean-Louis Pascal est né à Paris le 4 juin 183722. Élève, vers 1854, du peintre William Bouguereau (1825-1905), avec lequel il restera très lié, il entre à peu près à la même époque dans l’atelier de l’architecte Émile-Jacques Gilbert (1795-1874). Il est admis en 1855 à l’École des beaux-arts de Paris où il obtient de nombreuses récompenses scolaires23. À partir de 1859, il est élève de Charles-Auguste Questel, successeur de Gilbert. De 1861 à 1866, Pascal est dessinateur puis inspecteur pour le chantier de l’Opéra de Paris de Charles Garnier. Six fois logiste au concours pour le Prix de Rome (deuxième Grand Prix en 1859 – « Un palais pour une cour de cassation » – et en 1864 – « Un hospice dans une des hautes montagnes des Alpes »), il remporte enfin le Premier Grand Prix en 1866 avec « Un hôtel à Paris pour un riche banquier » (on voit par quel biais l’institution académique aborde le plus souvent le programme de l’habitation...). Ses envois de Rome comprennent entre autres des relevés de Pompéi et du stade romain du Palatin, la « Palestre palatine ». Il rentre en France en 1870 et, à partir de 1871, devient inspecteur du chantier d’Hector Lefuel pour le Louvre. En 1872, il reprend la direction de l’atelier de son ancien maître, Questel et formera nombre d’architectes (comme Henri-Paul Nénot, 1853-1934, Henri Sauvage, 1873-1932 ou le Franco-Américain Paul Cret, 1876-1945), parmi lesquels une proportion notable d’étrangers (par exemple l’Écossais John James Burnet, 1857-1938, ainsi que de nombreux Américains). L’atelier de Pascal, réputé, sera une pépinière de Grands Prix. Il est nommé architecte diocésain de Valence en 1875 et d’Avignon en 1888. À la mort d’Henri Labrouste, en 1875, Pascal lui succède comme architecte de la Bibliothèque nationale, poste qu’il occupe jusqu’en 1912. Il participe, dans les années 1870, à plusieurs concours comme ceux de l’hôtel de ville de Paris (1872-1873), de l’église du Vœu national au Sacré-Cœur à Paris (1874) avant celui de Bordeaux. Il devient membre du jury de l’École des beaux-arts en 1878 et, cette même année, remporte une médaille à l’Exposition universelle de Paris. Pascal est élu membre de l’Institut en 1890. Il meurt à Paris le 16 mai 1920.

18Il est l’auteur, entre autres, de bâtiments publics d’importance, outre la faculté bordelaise : à la Bibliothèque nationale à Paris(<lien vers notice Mérimée PA00086009>), les ailes nord (1878) et est (1885) de la cour d’honneur et le « carré Vivienne » (Manuscrits, Périodiques, « Salle ovale », cabinet des Médailles, 1883-1936, travaux poursuivis après le départ de Pascal en 1912 par son élève Alfred-Henri Recoura, 1864-1939) ; la mairie-école d’Ablon-sur-Seine (Val-de-Marne, 1883, <lien vers notice Mérimée IA00088187>). Il eut aussi une clientèle privée, comme en témoignent le château d’Escurès à Commes (Calvados, 1869, <lien vers notice Mérimée IA00121817>), le château de Maubuisson à Clairefontaine (Yvelines), l’hôtel particulier et l’atelier de Bouguereau, 75 rue Notre-Dame-des-Champs à Paris (1866-1868), l’immeuble du 105 de la même rue (1880), l’immeuble du 197 boulevard Saint-Germain à Paris (1882), l’hôtel particulier pour la famille Königswarter, 12 rue de Prony à Paris (1883), la villa Béatrix à Billère (Pyrénées-Atlantiques, 1895), le château du Doux à Altillac (Corrèze, 1904-1906). Il réalise de nombreux monuments et tombeaux : monument à Henri Regnault dans la cour du Mûrier de l’École des beaux-arts à Paris (1872-1876, en collaboration avec l’architecte Ernest Coquart et le sculpteur Henri Chapu) ; tombeau de Michelet (cimetière du Père-Lachaise, Paris, 1882) ; tombeau du sculpteur Charles Degeorge (cimetière du Père-Lachaise, 1889) ; monument à Garnier près de l’Opéra de Paris (1902). Il dirige également des travaux de décoration, notamment pour la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle (par exemple chapelle de la Vierge, 1873-1883, peintures de Bouguereau).

La construction

19(fig. n°7)

Figure 7

Figure 7

Bâtiment principal en cours de construction, détail de l’avant-corps central, élévation sur la place d’Aquitaine (place de la Victoire), A.C. Bordeaux, V M 68.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

  • 24 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire de Bordeaux, 26 octobre 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 24.
  • 25 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit, p. 115 et suiv.
  • 26 - Id., p. 120 et suiv.
  • 27 - Lettre de Jean-Louis Pascal à l’adjoint Baysselance, 7 février 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 26. La (...)

20Aussitôt après avoir été choisi et sur la demande de l’administration, Jean-Louis Pascal doit apporter quelques corrections à son projet, la principale étant la suppression du jardin botanique devant l’édifice. Il doit le rejeter à l’arrière du bâtiment, ce qui entraîne un « glissement » de l’ensemble du plan vers la place d’Aquitaine. Les rues adjacentes n’étant pas parallèles, cette translation entraîne une légère déformation du plan. Pascal ne s’aligne cependant pas sur la place et réserve « un grand trottoir, une sorte de parvis, assez large pour faciliter la sortie des élèves24 ». Le 12 décembre 1877, les plans sont approuvés par le ministre. L’année suivante, ils sont intégrés à l’Album du ministère de l’instruction publique réalisé à l’occasion de l’Exposition universelle. Mais, malgré cela, Pascal est peu après obligé de reconsidérer sensiblement son projet. En effet, en créant une nouvelle faculté de médecine à Toulouse et en réduisant la circonscription de l’établissement bordelais (arrêté du 22 juillet 1878), l’État bouleverse les données et menace l’équilibre financier de l’équipement de Bordeaux. On s’interroge alors longuement, on tergiverse25. Faut-il regrouper tous les services à Saint-Raphaël et abandonner l’idée même de la future construction ? Ou bien, au contraire, tout rassembler à Saint-Julien ? Ou encore scinder les services et les répartir en ces deux lieux ? C’est cette dernière solution que l’on retient, en décidant d’installer définitivement dans l’aile gauche de Saint-Raphaël les sections de pharmacie, de physique, de chimie et d’histoire naturelle. La nouvelle donne fait l’objet, après de longues négociations, d’une convention signée entre la Ville et l’État le 15 octobre 1879 et précisant leurs engagements respectifs26. Le bâtiment que doit construire Pascal se résume donc pour l’instant à une faculté de médecine stricto sensu. Une faculté qui voit son programme amputé du grand amphithéâtre, flanqué de deux courettes, qui devait occuper le centre du bâtiment. La scission de l’équipement en deux lieux explique cet abandon qui permet surtout une économie de 191 320 francs sur le devis primitif. Pascal remplace donc l’amphithéâtre par une cour d’honneur, sachant, dit-il, « qu’on sentira toujours un raccommodage dans la partie centrale27 ». Il signe le projet définitif en novembre 1879.

Figure 8

Figure 8

La Nature, Louis-Ernest Barrias sculpteur.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.

Figure 9

Figure 9

La Science, Pierre-Jules Cavelier sculpteur.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.

  • 28 - Les entrepreneurs Peyré et Lacoume, chargés de la direction des travaux, seront remplacés en 1885 (...)
  • 29 - Séance de conseil municipal, A.C. Bordeaux, 6872 M 47. Barrias donnera en 1899 une version très c (...)
  • 30 - Séance de conseil municipal, A.C. Bordeaux, 6872 M 47.
  • 31 - Il s’agit des sculpteurs Aury (pour le médaillon de Bouillaud), Chappuy (pour Parrot, initialemen (...)

21Les travaux commencent le 12 mai 1880. Deux ans plus tard, les premières assises en élévation sont posées, l’année suivante, les maçonneries du rez-de-chaussée sont en place. Les trois pavillons destinés aux laboratoires sont achevés en 188528. Enfin, le 28 avril 1888, la faculté de médecine est inaugurée en présence du Président de la République et de plusieurs ministres qui sont accueillis en grande pompe dans la cour d’honneur. La même année, on décide de concrétiser l’idée de Pascal d’élever devant la façade le groupe biparti en marbre représentant La Nature se dévoilant devant la Science. Le ministère désigne les deux sculpteurs. Louis-Ernest Barrias (1841-1905) exécute, à gauche, La Nature (fig. n°8) « sous les traits d’une femme soulevant de ses deux bras, d’un geste lent et comme à regret, les voiles dont elle était enveloppée29 ». C’est au plus âgé des deux, Pierre-Jules Cavelier (1814-1896), que l’on confie tout naturellement la représentation de la vieille Science (fig. n°9) : « drapée de longs plis dans l’attitude de la réflexion et de l’attention30 ». Réalisées à Paris, les statues sont définitivement mises en place le 20 novembre 1893. Dès 1887, on décide de représenter en buste cinq personnalités du monde de la médecine pour orner l’avant-corps central de la façade, dans l’entrecolonnement du premier étage. Le ministère de l’Instruction publique participe pour moitié aux dépenses et fournit le marbre à condition qu’il ait un regard sur le choix des artistes. Les Parisiens Gustave Michel, Camille Lefebvre et Charles Gauthier sont choisis par le ministère, les Bordelais Edmond Prévot et Pierre Granet par la municipalité. On placera donc, de gauche à droite, les bustes de Jussieu, Laennec, Bichat, Dupuytren et Lavoisier, c’est-à-dire le représentant de l’Anatomie au centre, assisté de la Médecine et de la Chirurgie, avec, aux extrémités, les sciences jugées plus accessoires de la Botanique et de la Chimie. Enfin, quatorze effigies en médaillon doivent décorer la cour d’honneur (fig. n°10). Le conseil de la faculté choisit les sujets et le ministère les artistes, qui reçoivent mille francs par médaillon31.

Figure 10

Figure 10

Cour (avec les médaillons sculptés), ensemble depuis le sud-ouest.

Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.

  • 32 - Sur la statuaire de la faculté, voir RICHARD-BAZIRE, Anne. « La Faculté de médecine et de pharmac (...)
  • 33 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 188 et suiv.
  • 34 - Id., p. 176 et suiv.
  • 35 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire, 21 août 1885, à propos du choix de Hamel, chargé de la scul (...)
  • 36 - Elles ne sont plus dans le grand escalier et l’on ignore pour l’instant leur sort.
  • 37 - RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal (1837-1920) architecte. Thèse sous la direction de Jean-M (...)
  • 38 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 195 et 216.

22Le choix des figures n’avait pas été sans discussions entre les autorités centrale et locale32. Cette dernière n’aura pas réussi à imposer des figures régionales en frontispice du bâtiment ; l’administration municipale n’obtiendra de faire figurer celles-ci que dans les seuls médaillons de la cour – visibles seulement pour qui aura franchi l’enceinte de l’édifice – après avoir donné toutefois les noms de certaines d’entre elles aux rues entourant la faculté33. Sûr de sa justesse de vues dans le domaine artistique, et se méfiant des compétences locales, trouvant aussi par là une occasion de diffuser en province ce qu’il juge être le meilleur de l’art actuel, l’État conditionne sa participation financière au choix des artistes. Et la municipalité bordelaise aura le plus grand mal à imposer deux ou trois sculpteurs locaux34. Pour des raisons approchantes, la méfiance envers les capacités locales sera partagée par le Parisien Pascal. Si la question de la statuaire lui échappe quelque peu, il est très attentif à la réalisation de la sculpture décorative : « Je jugeais indispensable que l'étude des modèles se fît sous mon contrôle à Paris même35. » La sculpture d’ornement sera donc parisienne (fig. n°11), comme certains éléments du second-œuvre. De même, l’architecte suit de près la décoration intérieure. Il est en rapport avec Édouard Gerspach, directeur des Gobelins, pour les tapisseries de la Bibliothèque nationale, et ce dernier offre l’exécution de deux panneaux symbolisant la Médecine et la Pharmacie pour le grand escalier de la faculté, à charge pour la municipalité de payer les cartons exécutés par Pierre-Victor Galland. Les tapisseries sont achevées en 1890 et mises en place le 24 mai 189236. Le décor de la salle des actes est confié aux deux décorateurs du théâtre de Bordeaux, Pierre-Gustave Artus et Gustave Lauriol, tandis qu’on y place, en 1892, un tableau offert par l’État : La Consultation à l’hôpital de Saint-Cloud, peint par Édouard Dantan en 1888. La ville, de son côté, finance pour moitié une grande composition du même artiste représentant La Remise solennelle de la faculté à M. le Président de la République. Le décor du sol est réalisé entre 1888 et 1889 par le célèbre Giandomenico Facchina, mosaïste de l’opéra de Paris et collaborateur de Pascal pour le monument à Regnault à l’École des beaux-arts37. La mosaïque dessine, au milieu du sol du vestibule, la devise Pro Scientia Urbe et Patria qui avait été choisie par Pascal comme pseudonyme au moment du concours (fig. n°12). La maxime résonne désormais comme le dénouement des rapports parfois difficiles entre le ministère et la municipalité. Malgré les conflits, l’image laissée aux générations futures est donc celle d’une entente, scellée par l’art du mosaïste, entre l’État et la Ville en faveur de la Science38.

Figure 11

Figure 11

Modèles pour la sculpture ornementale (notamment pour la bibliothèque), Hamel sculpteur, août 1886, photographiés par A. Terpereau, A.C. Bordeaux, V M 68.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

Figure 12

Figure 12

Vestibule.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

L’extension

  • 39 - Voir notamment PERRENS, Jean-Jacques-Jules. De l’installation définitive de la faculté de médecin (...)
  • 40 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 208.
  • 41 - Id., p. 210.

23Pas plus qu’à la suppression du grand amphithéâtre, Pascal ne s’était vraiment fait à l’idée de la scission de l’établissement en deux parties, dont l’une à Saint-Raphaël. Aussi, par anticipation, commence-t-il dès 1885 à faire des esquisses dans le sens d’un regroupement sur place de l’ensemble des services. Il est vrai que depuis la convention de 1879, et singulièrement depuis 188439, on dénonce régulièrement les inconvénients du partage de la faculté en deux sites. Le « pari de Pascal » sera donc de croire à l’inéluctable victoire de ces arguments en faveur du retour au programme initial d’une faculté mixte de médecine et de pharmacie regroupée sur un seul site. Pari gagné puisque finalement, après de longues discussions et un projet intermédiaire, abandonné, d’extension sur le cours Saint-Jean (actuel cours de la Marne)40, la logique des commanditaires rejoindra celle de l’architecte. La partie est de l’îlot, jusqu’à la rue Leyteire, sera achetée par la Ville, en vue du regroupement des services, en 1899, date à laquelle une nouvelle convention est signée entre la Ville et l’État41. Pascal donne les plans définitifs de cette extension le 28 janvier 1902 (fig. n°13).

Figure 13

Figure 13

Jean-Louis Pascal, projet d’extension est, plan au rez-de-chaussée figurant les parties existantes et les parties à construire, 28 janvier 1902, A.C. Bordeaux, 6872 M 57.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

  • 42 - Les architectes suppléants de Pascal seront Paul Mialhe, de nouveau, au début du chantier et Erne (...)

24Suivant un système de constructions pavillonnaires sur plans oblongs, Pascal installe de part et d’autre d’une nouvelle cour, côté rue Paul-Broca (côté nord) : le laboratoire de médecine expérimentale, l’Institut Pasteur et colonial et le laboratoire d’anatomie pathologique ; côté rue Élie-Gintrac (côté sud), un bâtiment est consacré au laboratoire de médecine légale et à la morgue, un autre au laboratoire de physique biologique. Enfin, en façade sur la rue Leyteire s’étendent les bâtiments de pharmacie. Le coût des opérations prévues (soit plus de deux millions de francs) doit être pris en charge moitié par la ville, moitié par l’État et l’université de Bordeaux. Les travaux, qui ne commencent qu’en 1908, se poursuivent jusqu’en 1914 et reprennent, notamment pour la décoration, après la guerre, pour s’achever en 1922, après la mort de l’architecte42.

Portrait d’un édifice

Figure 14

Figure 14

Coupe transversale, extraite de L’Architecture, 1895.

Figure 15

Figure 15

Vestibule.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 16

Figure 16

Escalier principal.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 17

Figure 17

Escalier principal.

Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.

Figure 18

Figure 18

Salle des actes.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 19

Figure 19

« Atrium ».

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 20

Figure 20

Amphithéâtre Gintrac. La forte pente permet une bonne vision de la table de dissection par l’ensemble de l’assistance.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

  • 43 - La position peu évidente de cette salle à l’importance pourtant consacrée par la décoration dont (...)
  • 44 - Pascal accorde à la partie bibliothèque et musée une importance toute particulière et cite en exe (...)

25Après l’achèvement de l’extension, le bâtiment de Pascal, s’étendant désormais sur la totalité de son îlot, s’organise à peu près symétriquement suivant l’axe longitudinal de ce dernier. L’édifice initial (fig. n°14) en occupe donc la partie ouest et s’agence en corps de bâtiments disposés autour d’une cour trapézoïdale. Au rez-de-chaussée, le corps de bâtiment en façade sur la place abrite un imposant vestibule (fig. n°15) qui donne accès à gauche au grand escalier (fig. n°16 et 17), sous lequel on doit passer pour atteindre la salle des actes (fig. n°18)43. En reprenant l’axe longitudinal du bâtiment et après une galerie transversale qui distribue divers services, on arrive dans un vestibule carré que Pascal nomme « atrium » (fig. n°19) et qui donne accès aux amphithéâtres Gintrac (côté nord, fig. n°20) et Pitres (côté sud, fig. n°21). Vient en suivant la grande cour trapézoïdale (fig. n°22) (voir fig. n°46) sur le pourtour de laquelle s’ouvre un portique (fig. n°23) bordant, sur les côtés, des salles de cours et d’examen. Au fond, formant l’institut anatomique, les trois laboratoires de dissection sont placés, au-dessus d’un étage de soubassement (fig. n°24), perpendiculairement à ce portique qui les distribue. En dehors des salles de cours et autres locaux divers, l’étage est plus particulièrement réservé à la bibliothèque (fig. n°25 à 28) – qui occupe une position privilégiée, en façade, au-dessus du vestibule – et aux collections, lesquelles sont présentées tout au long des principaux couloirs44. La bibliothèque a conservé son beau et sobre décor ainsi que ses principaux dispositifs techniques (fig. n°29). L’extension du début du xxe siècle, complétant l’îlot sur l’arrière, s’organise quant à elle en un grand corps de bâtiment, aligné sur la rue Leyteire et à ressauts sur sa façade côté cour. Ces ressauts sont implantés en prolongement des bâtiments isolés dont on a décrit plus haut la fonction.

Figure 21

Figure 21

Amphithéâtre Pitres.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 22

Figure 22

Cour, ensemble depuis le nord.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 23

Figure 23

Aile de l’institut anatomique, portique donnant sur la cour.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 24

Figure 24

Aile de l’institut anatomique, ensemble depuis l’est.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 25

Figure 25

Bibliothèque, ensemble.

Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.

Figure 26

Figure 26

Bibliothèque, ensemble.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 27

Figure 27

Bibliothèque, détail.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 28

Figure 28

Bibliothèque, détail.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 29

Figure 29

Bibliothèque, monte-livres.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

26Sur la place d’Aquitaine, la façade (fig. n°30) est dominée par un avant-corps, correspondant donc au vestibule et à la bibliothèque et qui, sur un premier niveau à bossages percé par cinq baies à jambages inclinés, développe à l’étage un ordre colossal ionique dont la corniche est surmontée d’un attique. Chaque travée de l’étage est percée d’une grande baie à l’allège suffisamment haute pour servir d’appui aux rayonnages de la bibliothèque et pour isoler visuellement l’étudiant du monde extérieur. Devant chacune de ces cinq baies se place l’un des bustes évoqués plus haut, disposé sur un socle orné d’une guirlande. De part et d’autre du corps central, couronné par un toit brisé percé d’œils-de-bœuf, trois travées se développent sur trois niveaux. Au-dessus d’un rez-de-chaussée à bossages et au-dessous d’un niveau de faible hauteur, l’étage est percé de fenêtres à balustrade, encadrées de colonnes toscanes engagées supportant un entablement. Sept travées de cette même ordonnance sont reprises, après une chaîne d’angle en bossage, sur chacune des rues latérales.

Figure 30

Figure 30

Élévation sur la place de la Victoire.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.

  • 45 - Cet ordre est comparable, par son chapiteau, à celui que Pascal utilise, avec Coquart, pour leur (...)

27Le vestibule est traité de façon simple, rythmé par un ordre ionique. L’« atrium » mérite moins son nom que dans le projet de concours de Pascal, où il aurait été semble-t-il une véritable cour à péristyle interne. Il est scandé par un ordre ionique à entablement à ressauts, entre les colonnes duquel sont ménagés les escaliers des amphithéâtres, et sur lequel repose une charpente apparente portant un toit en pavillon à terrasse faîtière vitrée. Un nouvel ordre ionique, à coussinet convexe cette fois45, marque les points forts du portique du rez-de-chaussée de la grande cour (voir fig. n°39), portique surmonté, sur trois côtés, d’un étage où alternent baies et trumeaux. Ces derniers sont ornés des médaillons en bas-relief mentionnés précédemment et qui rappellent ceux que Charles Laisné venait de placer sur les façades de la cour de son école de pharmacie parisienne, avenue de l’Observatoire (1881).

Figure 31

Figure 31

Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, extension est, Jean-Louis Pascal architecte, 1902-1922, élévation sur la rue Leyteire.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

28La façade sur la rue Leyteire de l’extension vers l’est de la faculté (fig. n°31) se développe, au-dessus d’un étage de soubassement, sur deux niveaux et un étage de combles, l’ensemble formant, avec ses retours sur les rues adjacentes, un bloc haut et continu faisant pendant à celui de la place d’Aquitaine. Les deux blocs encadrent une partie moins élevée et, on l’a vu, plus discontinue. La partie la plus récente est traitée avec les mêmes matériaux, la même mise en œuvre que la partie ouest et en reproduit de nombreux détails architecturaux, assurant l’unité d’une œuvre sur la totalité d’un îlot urbain (voir fig. n° 31) (fig. n°32 à 37). En effet, malgré quelques problèmes d’articulation sensibles depuis les étroites rues latérales (où les élévations ont probablement plus été conçues en géométral qu’en fonction de cette vision perspective), l’œuvre présente désormais un rassurant caractère de complétude.

Figure 32

Figure 32

Extension est, entrée depuis la rue Leyteire.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 33

Figure 33

Extension est, vestibule.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 34

Figure 34

Extension est, vestibule, galerie-haute.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 35

Figure 35

Extension est, escalier principal.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 36

Figure 36

Extension est, escalier principal.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 37

Figure 37

Extension est, amphithéâtre Clément-Sigalas.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

  • 46 - BERGONIÉ, Jean. « La Faculté future ». Journal de médecine de Bordeaux, 6 décembre 1908, n° 49.
  • 47 - La faculté de médecine finira, cinquante ans après l’achèvement de l’extension de la rue Leyteire (...)

29Le contexte de cette extension – harmonisation avec un édifice préexistant – et sa lente mise en place – les premières études datent de 1885 et l’achèvement intervient vingt ans après l’établissement, en 1902, des projets définitifs – sont probablement les raisons de la quasi-absence d’évolution architecturale entre les deux parties, entre 1876 et 1920. On pourrait accuser le Grand Prix de Rome qu’est Pascal d’archaïsme et d’inadaptation au monde qui change s’il n’avait pas, aileurs, largement prouvé qu’il était capable de renouvellement. Il est d’ailleurs intéressant d’observer que cette constance de l’architecture de Pascal s’agissant de son bâtiment bordelais peut trouver son pendant dans une relative sclérose, dans le même temps, des programmes qu’elle traite. Dès le début de l’extension, il ne manque pas en effet de voix pour estimer qu’« on ne peut apprendre aujourd’hui la médecine qu’à l’hôpital46 » et que les futurs locaux correspondent à une conception de l’enseignement qui, novatrice au début de la Troisième République, commence donc à se périmer47.

D’une faculté l’autre

30Un programme comparable, des dates de construction voisines et surtout quelques similitudes typologiques – par exemple la bibliothèque au-dessus du vestibule, l’ensemble placé en avant-corps central : tout semble rapprocher la faculté de médecine de l’autre grand bâtiment universitaire bordelais de l’époque, la faculté des sciences et des lettres construite par Charles Durand de 1880 à 1886 (fig. n°38), à l’angle du cours des Fossés (actuels cours Pasteur et Victor-Hugo). Pourtant, les deux bâtiments divergent sur bien des points, tant par leur gestation que par leur architecture.

Figure 38

Figure 38

Faculté des sciences et des lettres de Bordeaux, Ch. Durand architecte, 1880-1886, élévation sur le cours Pasteur, état ancien (vers 1886), A.C. Bordeaux, VIII R 168.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

  • 48 - La différence d’autorité des deux maîtres d’œuvre apparaît notamment quand il s’agit pour l’un et (...)

31Contraste tout d’abord par le type de commande : en effet, ce qui n’est sûrement pas sans influer sur l’architecture, grande est la différence entre une commande directe – celle dont a bénéficié Charles Durand en tant qu’architecte des constructions municipales, assez facilement soumis, par définition, aux désirs des édiles – et une commande après concours où l’architecte est en principe plus libre d’imposer ses vues48. L’écart est cependant atténué ici par le fait que, le prix d’exécution du concours n’ayant pas été attribué, Pascal n’a dû d’être choisi qu’à une estimation du coût plus basse que celle d’Alfred Leclerc, ce que ne manquera pas de rappeler l’administration municipale au moment des traditionnels dépassements de devis. Il n’en reste pas moins que la différence de statut entre Durand et Pascal est très sensible, et ce d’autant plus qu’il s’agit là de deux personnalités dissemblables, aux cultures inégales. Leur biographie est en effet éloquente : d’une part, l’architecte formé en province par un père néo-classique et qui n’a pas connu le creuset – le moule, dira Viollet-le-Duc – de l’École des beaux-arts, historien et archéologue à l’occasion, mais sur les seuls monuments de Bordeaux et de sa région ; d’autre part, le Grand Prix de Rome de 1866, l’ancien collaborateur de Garnier, qui, alors que Durand se contente de réparer le Palais Gallien bordelais, restituera, « restaurera », pour reprendre la terminologie de l’époque, la Palestre palatine au cours de son séjour romain.

  • 49 - Composition optimale à partir de très fortes contraintes : la démarche est à comparer avec celle (...)

32Cette différence de statut et de culture est trop marquée pour ne pas apparaître fortement dans les bâtiments des facultés : elle y est sensible à tous les niveaux de la conception architecturale. Dès la prise en compte des contraintes du programme et du site, l’approche est différente. D’un côté opère la méthode de composition en plan bien rôdée de l’habile Pascal : d’un terrain ingrat – biais, exigu et ne présentant un semblant de dégagement que sur son petit côté – il tire pourtant le meilleur parti, distribuant et hiérarchisant au mieux les services, dégageant une façade suffisamment imposante et s’accommodant des biais qui introduisent une tension tempérant ce que l’organisation pourrait avoir de systématique49. De l’autre côté, la composition de Durand, bien que tout à fait honorable, semble entachée d’une erreur d’approche assez fondamentale : en effet, l’image obsessionnelle du monument isolé, qui est alors l’archétype du bâtiment public de quelque importance, amène Durand à un parti dont l’autonomie s’allie mal à un contexte très présent (îlot déjà partiellement bâti, obligation de conserver quelques éléments de l’ancien lycée).

  • 50 - FOUCART, Bruno. « La Modernité des néo-grecs ». Dans Paris - Rome - Athènes ; le voyage en Grèce (...)

33Le même type de confrontation pourrait se faire à propos de l’expression architecturale proprement dite. Du côté de la faculté de médecine, le « système des Beaux-Arts » opère de la plus heureuse façon : un vocabulaire aux références soigneusement choisies et avec ce qu’il faut de convention et d’originalité dans l’utilisation, une syntaxe impeccable et de grandes subtilités comme, par exemple, de la façade à la cour intérieure, en passant par le vestibule et l’« atrium », toute une gamme de déclinaisons de l’ordre ionique (fig. n°39 à 41) – jusqu’au ionique « parlant » incluant entre ses volutes un pot à pharmacie et qui orne la porte d’entrée de l’extension sur la rue Leyteire (voir fig. n°32 et 40). Le choix de cet ordre n’est pas innocent : signifiant raison, mais aussi sensibilité et sensualité, son utilisation cristallisera la différence entre les « néo-grecs » de la seconde moitié du siècle et les néo-classiques de la première, plus volontiers tournés quant à eux vers le dorique50.

Figure 39

Figure 39

Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, élévation sur la cour, détail.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Figure 40

Figure 40

Jean-Louis Pascal, projet d’extension est, détails de sculpture, 4 avril 1913, A.C. Bordeaux, 6872 M 65.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

Figure 41

Figure 41

Modèles pour la sculpture ornementale, Hamel sculpteur, avril 1886, photographiés par A. Terpereau, A.C. Bordeaux, V M 65.

Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.

34Faite de subtiles interprétations personnelles d’un système par ailleurs parfaitement maîtrisé, cette originalité discrète contraste avec celle de Durand, procédant quant à elle de transgressions de la norme d’un bonheur inégal. De même, l’application du Bordelais contraste-t-elle avec l’aisance du Parisien au moment d’aborder des problèmes architecturaux similaires. Le traitement de la juxtaposition, sur une même façade, des échelles très différentes du corps central (forcément monumental avec les deux vaisseaux du vestibule et de la bibliothèque) et des ailes aux simples étages carrés ou entresolés, est l’un de ces problèmes communs aux deux édifices. Alors que la solution proposée par Durand sent quelque peu l’effort, le problème est résolu sans ambiguïté par Pascal à la faculté de médecine, où les colonnes, qui sur les côtés de la façade encadrent les fenêtres de l’étage, ne sauraient entrer en concurrence avec l’ordre colossal de l’avant-corps central.

  • 51 - Lettre de Jean-Louis Pascal à l’adjoint au maire de Bordeaux, 7 février 1879, A.C. Bordeaux 6872  (...)

35Ceci n’est d’ailleurs qu’un aspect de la grande science des échelles dont est doué l’architecte parisien et dont il donne une bonne démonstration avec son bâtiment bordelais, maîtrisant non seulement les proportions, mais dosant également la décoration et l’effet architectural en fonction de l’importance de l’édifice. Le traitement du vestibule et de l’« atrium », qui ne sont pas immenses, est accordé parfaitement et sans démesure à leurs dimensions. Quant à la grande cour, ce que Pascal en dit au moment du sacrifice du grand amphithéâtre montre bien que ce souci de la convenance des échelles était chez lui conscient et permanent : « Les proportions des entrecolonnements, les hauteurs des étages avaient, rappelle-t-il, été combinées en vue de petites cours et se présentaient avec une échelle très suffisante, qui deviendra forcément mesquine et maigre lorsqu’elle entourera une cour immense [...]. Pourtant je ne changerai pas cette échelle parce qu’il me paraîtra utile de laisser la possibilité d’intercaler plus tard, après moi, le grand amphithéâtre que nous supprimons. » Et Pascal de conclure, non sans une certaine coquetterie d’artiste : « Mais je ne me fais pas illusion sur l’appréciation que l’on fera de l’architecte en regardant les parois de cette grande cour, parce que l’habillement en paraîtra peu proportionné avec l’ampleur du vide.51 »

  • 52 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire de Bordeaux, 26 octobre 1879, A.C. Bordeaux 6872 M 24.
  • 53 - HAUTECŒUR, Louis. Histoire de l’architecture classique en France. T. 7. La Fin de l’architecture (...)
  • 54 - Dans GROMORT, Georges, FONTAINIAS, André, VAUXCELLES, Louis. Histoire générale de l’art français. (...)

36Alors que Durand, suivant en cela l’exemple de Charles Burguet, son prédécesseur dans ses fonctions municipales, est volontiers tributaire de modèles locaux – l’ordonnance de la Place royale de Gabriel inspire celle de la faculté des sciences et des lettres – Pascal se placerait quant à lui peut-être plus volontiers en décalage. Sur une place d’Aquitaine se conformant à un programme de façades uniformes conçu au milieu du xviiie siècle, il n’est jamais tenté par le mimétisme, contrairement à Burguet dans son avant-projet de 1875. Cette rupture par rapport à l’ordonnance de la place, rupture nettement marquée tant par l’échelle que par l’implantation de la faculté, est d’ailleurs tout à fait revendiquée par Pascal qui avait, dans son projet de concours, passablement reculé sa façade « afin, disait-il, de l’éloigner des maisons à type symétrique de la Place d’Aquitaine52 ». Tout au plus pourrait-on voir dans quelques détails – ferronnerie de l’escalier (fig. n°42) ou traitement par bossages en rez-de-chaussée et chaînes d’angle, qui trouvent à Bordeaux une expression privilégiée – un discret et lointain clin d’œil au « siècle d’or » bordelais ; ou dans tel contraste des textures ou telle référence antique une mise en résonance avec le néo-classicisme local. Louis Hautecœur, l’historien monumental de l’architecture classique française, serait plus tranché ; pour lui, le choix du vocabulaire est lié au contexte : « En cette ville classique, Pascal voulut s’adapter au style général53. » Volonté d’adaptation, peut-être, mais les modèles, s’ils sont classiques, n’ont vraiment que bien peu de racines locales et seraient à chercher plutôt dans le savoir et les acquis d’un « artiste dont le talent consciencieux était singulièrement stimulé, affiné par une culture étendue », selon les termes de Georges Gromort54, qui, professeur de théorie à l’École de 1937 à 1940, savait parfaitement décortiquer les références et analyser le système de l’architecture des Beaux-Arts. Pascal aura peut-être voulu s’accorder au paysage autochtone, mais sans chercher à parler la langue du pays ; son architecture, conçue à Paris et inscrite dans les grands courants nationaux voire internationaux, dépasse toute contingence régionale.

Figure 42

Figure 42

Escalier principal, départ de rampe.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

  • 55 - Voir COUSTET, Robert. « Charles Burguet et l’historicisme bordelais ». Dans Culture et création d (...)
  • 56 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 94.
  • 57 - Voir COUSTET, Robert, SABOYA, Marc. Bordeaux, le temps de l’histoire ; architecture et urbanisme (...)

37Burguet55 et Durand d’un côté, Pascal de l’autre : décidément, de la même manière que les rapports Ville/État sont au centre des discussions quant aux décisions politiques concernant la faculté bordelaise, la relation province/Paris est à prendre en compte quand on analyse l’architecture de ces années-là. Contrôle des projets publics d’importance par des organismes centraux, comme le Conseil général des bâtiments civils ; centralisation de la formation, à l’École des beaux-arts, des architectes qui comptent ; tutelle de l’Académie des beaux-arts sur l’enseignement de l’École ; contrôle de la procédure des concours – le jury de celui de la faculté de médecine de Bordeaux se réunit à Paris...56 ; utilisation par l’État du levier des subventions pour demander des garanties artistiques, pour imposer le plus souvent les artistes de son choix... Voilà pour le côté institutionnel auquel s’ajoute un aspect culturel : la diffusion en province, notamment par les revues et les recueils, des modèles parisiens. Et il est finalement assez remarquable que malgré cette pression, le milieu bordelais ait su faire entendre une voix différente, notamment par le biais des deux principaux architectes municipaux de la seconde moitié du xixe siècle, Burguet et Durand donc, architectes certes inscrits dans leur temps, certes utilisant à l’occasion des modèles allogènes, ceux de la grande culture classique, mais très attentifs au contexte et dont l’originalité profonde, le côté « hors norme » compense les quelques faiblesses57.

Une rationalité tempérée

38À côté d’eux, Pascal ne fait pas pour autant figure de dogmatique, et son architecture, comme du reste la plupart de celles de son époque, transcende les clivages et les oppositions de doctrines. Académique, rationaliste et éclectique : la faculté de médecine de Pascal est tout cela à la fois et affronte de façon pragmatique l’ensemble des données du programme. Comment, tout d’abord, pourrait-elle ne pas marquer une nette rationalité ? Les discussions préparatoires, de 1874 à 1879, ne cessent en effet de mettre en avant les thèmes de la bonne circulation de l’air et de la lumière, préoccupation logique pour un édifice conçu selon un programme paramédical qui le rapproche d’autant plus de la logique hospitalière que les salles d’expérience y sont plus nombreuses. Le sort fait aux laboratoires de dissection, dont on exige dès le programme du concours qu’ils soient isolés afin de limiter la propagation des germes, illustre bien ce rapprochement.

  • 58 - L’hôpital Saint-André de Bordeaux, construit par Jean Burguet en 1826-1829, est une étape importa (...)
  • 59 - « Faculté de médecine et de pharmacie à Bordeaux ; architecte : M. J.-L. Pascal ». L’Architecture (...)

39Dès lors, le bâtiment pourra refléter par certains de ses aspects l’hygiénisme empirique en vigueur depuis le début du siècle, théorie principalement axée sur les questions de ventilation – que bousculera passablement, dans les années 1880, la reconnaissance des théories de Pasteur, donnant tout leur poids aux nouvelles notions d’asepsie et d’antisepsie. On pense notamment à la partie médiane de l’îlot où les bâtiments présentent un caractère pavillonnaire directement issu du type de l’hôpital à plan en peigne, défini à la fin du xviiie siècle par l’Académie des sciences et généralisé au cours du xixe siècle58, avec en particulier les salles de dissection isolées, reliées simplement à leur extrémité par une circulation transversale (voir fig. n° 24). Aussi, lorsque, en 1895, la revue L’Architecture publie la faculté, une grande part de l’article est-elle consacrée à décrire les systèmes très sophistiqués de ventilation et d’évacuation de l’air vicié, rien n’ayant été épargné « pour que le séjour des étudiants dans cette partie de l’établissement [les laboratoires de dissection] fût aussi salubre que le comporte la dangereuse besogne qu’on y pratique59 ».

  • 60 - « Jean-Louis Pascal va innover pour la construction des escaliers principaux de la faculté qui ét (...)

40Au milieu de ces préoccupations de salubrité et de rationalité, Pascal n’a peut-être pas oublié qu’il fut élève de Gilbert, un des meilleurs interprètes de la logique carcéro-hospitalière du siècle, architecte de l’hospice de Charenton et, à Paris, de l’Hôtel-Dieu (en collaboration avec son gendre, Arthur-Stanislas Diet). Une autre filiation a pu être soulignée chez Pascal, principalement à cause de son travail, de 1875 à sa mort, à la Bibliothèque nationale : celle de Labrouste, son prédécesseur à ce poste. Le rationalisme de ce dernier – rationalisme à l’antique – pourrait bien trouver son prolongement à Bordeaux dans maints aspects de la faculté de médecine, notamment par le souci d’expression vraie que dénotent la charpente apparente de l’« atrium » ou le limon métallique du grand escalier (voir fig. n° 16 et 17), dont les tôles rivetées sont laissées en évidence60 (un escalier qui pourtant – personne n’est parfait... – passe au milieu des fenêtres de la façade). Sont peut-être encore plus « labroustiens » certains éléments, comme les superbes motifs avec têtes des consoles de la bibliothèque (voir fig. n° 11, 27 et 28) – motif alors fort en vogue et que quelqu’un comme Duc, de qui Pascal peut aussi être rapproché, utilise parfois. Ou le garde-corps à volute et claustra des escaliers des amphithéâtres (fig. n°43), qui est comme un écho atténué de tel détail de la bibliothèque Sainte-Geneviève construite par Labrouste quelque quarante ans auparavant.

Figure 43

Figure 43

« Atrium », accès à l’amphithéâtre Pitres.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Le « système » des Beaux-Arts

  • 61 - ÉPRON, Jean-Pierre. Comprendre l’éclectisme. Paris : Institut français d’architecture, Norma édit (...)

41La faculté bordelaise serait-elle pour autant comme un manifeste du rationalisme architectural ? Certes non. De même que chez Labrouste, déjà, près de deux générations auparavant, la volonté rationnelle n’était jamais exclusive de richesse expressive, rien ne saurait être simple et univoque chez un Pascal tenu de traduire les besoins d’une société devenue de plus en plus complexe et devant témoigner d’un horizon culturel sans cesse élargi. Car face au besoin de diversité de son époque, l’architecte n’est pas sans munitions : Pascal appartient à cette génération qui a pu digérer les apports de ses prédécesseurs, faire son miel, hors de tout esprit de chapelle, des différents courants qui ont traversé le siècle, des différents rationalismes, des multiples historicismes. Cette place faite à la complexité, ce refus du dogme peut être qualifié d’éclectisme, au sens le plus riche du terme61 et on peut l’observer en considérant l’œuvre entier de Pascal. À l’opulence de l’« hôtel pour un riche banquier » – son Grand Prix de Rome de 1866 – répond par exemple la rationalité de la faculté bordelaise – rationalité tempérée, qui, sur le plan de l’expression architecturale, se traduit par l’économie de moyens et par la distribution discrète et raisonnée de la décoration (fig. n°44) bien plus que par une exhibition de la structure et des matériaux. L’éclectisme, compris comme la capacité à moduler l’expression en fonction du programme à traiter, pourrait s’observer à l’intérieur même de l’édifice bordelais. On y observe en effet que le plan hygiéniste des parties arrière se combine, au sein d’une composition ramassée et réduisant autant que possible les galeries de circulation, avec l’organisation typiquement « Beaux-Arts » de la partie administration-vestibules-amphithéâtres. Celle-ci n’est d’ailleurs pas sans rappeler les dispositions adoptées par les lauréats du concours pour le Prix de Rome de 1870, dont le sujet était précisément une école de médecine.

Figure 44

Figure 44

« Atrium », grille d’aération de l’amphithéâtre Pitres.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

42Mais est-il légitime de procéder à cette dichotomie ? De trancher dans un édifice conçu comme un organisme, comme une unité où chaque partie est soumise à l’obligation, à la dure loi du tout ? Distinguer dans cet ensemble une partie plus proprement « Beaux-Arts » serait probablement réducteur à l’endroit d’un système de conception architecturale – celui enseigné à et autour de l’École – plus souple, moins caricatural qu’on pourrait le croire. Ce serait oublier que ce mode de composition en grille, formé de quadrilatère(s) greffé(s) à un corps principal antérieur, est l’une des figures favorites du système architectural académique et qu’elle permet justement la répartition entre les différents types de fonctions. Mais à Bordeaux, cette grille – ce gril – n’est que la figure théorique sous-tendant la composition en plan. La grille idéale, à la géométrie parfaitement orthogonale, n’aura pas été possible eu égard aux contraintes du terrain. On voit bien que c’est à regret que Pascal renonce à une application qu’il aurait probablement préférée complète et sans concessions de ce schéma. Quelque parti qu’il ait pu tirer des servitudes, sa composition se résigne mal à ce renoncement. L’abandon du grand amphithéâtre, qui aurait occupé l’une des positions-clés de ce dispositif mental, n’en sera que plus douloureusement ressenti par son concepteur.

  • 62 - GUADET, Julien. Éléments et théorie de l’architecture. Paris : Librairie de la Construction moder (...)

43D’autres parties de l’édifice gardent encore l’empreinte de quelques regrets. La façade – plus étroite encore que sur le projet de concours, du fait de l’abandon du jardin botanique – voudrait être plus large, déployer plus à son aise le nombre probablement excessif de ses travées. Pascal n’a pas la chance qu’aura un peu plus tard Ginain qui, bénéficiant d’une large façade le long du boulevard Saint-Germain, pourra faire jouer à sa bibliothèque de l’école de médecine parisienne le registre de la sérénité. Malgré ces remords, ces imperfections, malgré quelques parties plus faibles aussi, Pascal domine assez magistralement des contraintes auxquelles on pourrait croire que sa formation l’a peu préparé. Car, si les sujets des grands concours proposés à l’École des beaux-arts ont pour cadre des situations idéales, peu contraignantes, comme probablement le futur architecte n’en retrouvera pas dans sa carrière, le but est bien d’acquérir une gymnastique face à un ensemble de données, gymnastique qui doit permettre de se confronter à toutes les situations. Et comme pour infirmer l’accusation de dogmatisme, l’institution elle-même va amorcer un renouvellement certain au moment où Pascal achève son bâtiment. Julien Guadet, son presque contemporain, enseigne la théorie à l’École des beaux-arts à partir de 1894 et publie peu après son cours ; les pages qu’il consacre aux facultés sont très « instrumentales », insistant longuement sur l’importance des laboratoires, décrivant en détail les dispositions de ceux, pour les facultés de médecine, où l’on pratique la dissection ; et c’est précisément en terminant ce chapitre-ci que Guadet énonce le plus clairement son principal credo : « Rien n’est beau que le vrai62 ! »

  • 63 - RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal... Op. cit., p. 111-117.

44Que la conception architecturale de cette époque soit tout sauf simple, l’œuvre – et la personnalité – de Pascal le montrent à l’envi. Pur produit de l’enseignement de l’École des beaux-arts, dont il fut un très brillant élève, Pascal est une figure non pas conformiste, mais plutôt complexe et riche de contradictions. Sa participation active, aux côtés, justement, de Julien Guadet, au mouvement qui conduit au relatif échec de la réforme de l’École des beaux-arts, réforme tentée en 1863 et inspirée par Viollet-le-Duc, ne l’empêche pas d’user parfois, quand le programme l’y invite (mairie-école d’Ablon-sur-Seine) d’un rationalisme presque viollet-le-ducien. La science classique de la composition dont le Grand Prix de Rome fait preuve dans la mise au point du plan du château du Doux ne lui interdit pas d’y intégrer certains acquis de l’architecture anglaise (un hall parfaitement caractérisé en commande la distribution en même temps qu’il fait office de séjour). Sa grande connaissance de l’architecture savante, notamment des ordres classiques, ne lui interdit pas non plus de faire de ce même château une œuvre quasi régionaliste, preuve de l’apport des élèves de l’École des beaux-arts à un mouvement néo-régional dont les fondements ne sont pas seulement anti-académiques. Enfin, les diatribes de Pascal contre l’éclectisme63 ne l’empêchent pas d’adopter, à l’échelle de son œuvre, une attitude fondamentalement éclectique, celle qui consiste à utiliser selon le programme à traiter, non seulement le style, mais surtout, plus profondément, le type architectural et le mode de conception les mieux admis, les plus adaptés.

  • 64 - Il a notamment été missionné par le gouvernement français pour observer l’enseignement de la méde (...)

45Bref, toute l’architecture de Pascal tend à démontrer que les débats qui ont agité la scène architecturale du milieu du xixe siècle n’ont, trente ans plus tard, plus de raison d’être et que la seule attitude sensée est d’en accepter l’héritage. Fondre en un tout le meilleur de chacun des courants de pensée qui s’étaient précédemment affrontés sera une tâche partagée par plusieurs des architectes du moment. Chez Pascal, cet assemblage, rendu cohérent par la science de la composition apprise aux Beaux-Arts, s’enrichira de la grande culture et de l’ouverture d’esprit d’un homme qui aura, entre autres destinations et outre l’Italie, voyagé en Grande-Bretagne64 et aux États-Unis.

  • 65 - Voir la synthèse la plus complète et la plus récente traitant du système des Beaux-Arts : LUCAN, (...)

46Mode de composition, choix des modèles, analyse et synthèse des différents éléments, normes et transgressions de ces normes : l’exemple du bâtiment de Pascal montre que l’on est encore loin d’être en mesure de comprendre l’architecture savante de cette époque, d’en saisir toutes les implications. La plupart des références nous échappent, de même que leur syntaxe et l’ensemble du corps de règles tacites apprises au long des années passées en atelier65... La réussite de ces compositions implique une épaisseur de savoir, une science dont même le plus petit élément de l’édifice de Pascal nous donne la mesure. Ainsi la façade de la faculté de médecine de Bordeaux obéit-elle à une règle, tacite elle aussi mais bien réelle, celle de la nécessaire présence d’un élément dénotant l’édifice de qualité, d’un motif, pour reprendre le terme utilisé alors par certains exégètes du « système » des Beaux-Arts. Le motif, c’est ce qui signe l’édifice, élément pouvant être légitimé par des modèles mais qui doit transcender les conventions, dépasser le stade du poncif. À la faculté de médecine, le motif sera l’étonnant thème des bustes et de leurs piédestaux qui ornent en façade les allèges des cinq fenêtres de la bibliothèque (fig. n°45). Relief accusé mais en même temps finement détaillé, modénature soignée : l’élément en question est en effet impeccablement dessiné, parfaitement maîtrisé – et tout à fait original. Sans lui, la composition de la façade serait habile, solide, conforme, mais certainement perdrait-elle toute dynamique, et, peut-être, avec son originalité, perdrait-elle tout son sens...

Figure 45

Figure 45

Bâtiment principal, détail de l’avant-corps central, élévation sur la place de la Victoire.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.

  • 66 - Faculté de droit, des sciences et des lettres de Grenoble, par Honoré Daumet (vers 1882), faculté (...)
  • 67 - Voir TOULIER, Bernard. « De l’usage des modèles pour l’édification des écoles primaires ». Histoi (...)

47À voir les grandes similitudes typologiques des deux facultés bordelaises de Durand et de Pascal ainsi que d’autres bâtiments universitaires français de la même époque – il faudrait mettre en regard les palais universitaires de Grenoble ou de Lyon66, entre autres – on pourrait penser que la République aura défini l’architecture de son université comme elle définira, à force de règlements et de plans-types, celle de son école primaire, l’école primaire « Jules-Ferry », à la clarté typologique et à la netteté d’expression si accusées67. Est-ce si sûr ? Programme univoque, programme de masse que les architectes servent sans états d’âme au plus près des besoins, au plus près des exigences premières des matériaux et des mises en œuvre, au plus près des budgets : l’école primaire est le plus souvent cela. Quant au nouvel élan donné à un enseignement supérieur formant les élites, à l’autre bout du dispositif éducatif républicain, aussi précieux fût-il, il ne pouvait présenter le même caractère de modernité révolutionnaire que le principe de l’instruction primaire pour tous. L’architecture en rendra nécessairement compte et, certes rationnelle, elle sera loin du rationalisme presque militant qui s’exprime dans les écoles de quartier ou de campagne. Le programme des facultés – mais aussi des musées, des bibliothèques... – est fondamentalement ambivalent. Laboratoire et palais, équipement et monument, la faculté est de plus conçue par un homme écartelé, tiraillé entre diverses tendances. L’architecte élève de l’École des beaux-arts navigue en effet sans cesse entre plusieurs rives, plusieurs tentations, il s’efforce constamment de concilier des contraires. Concilier, d’une part, la tentation de l’architecture vue comme une discipline autonome au langage autarcique et, d’autre part, la nécessité de tenir compte des contraintes. Concilier l’universalité des lois de la composition et la spécificité des données des programmes. Concilier la tentation de la singularité et l’exigence de la soumission aux types reconnus, consacrés. À l’évidence, toutes ces tensions travaillent le projet de Pascal. La culture, le métier, le talent du Grand Prix de Rome lui permettent de triompher des contradictions et de donner ce qu’il faut bien appeler un chef-d’œuvre de l’architecture de la Troisième République. Pour la plus grande gloire de la Science, de la Ville et de la Patrie...

48(fig. n°46)

Figure 46

Figure 46

Cour, monument aux morts, Paul Landowski sculpteur, détail.

Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.

Haut de page

Notes

1 - Une première version de cet article a été précédemment éditée sous ce même titre par la Société archéologique de Bordeaux, que nous remercions d’avoir bien voulu autoriser cette publication électronique (LAROCHE, Claude. Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922. Revue archéologique de Bordeaux, 1992, t. 83, p. 137-173). La plupart des illustrations proviennent de campagnes photographiques menées en 1991 et 1993 par le service régional de l’Inventaire général. Ce texte est également redevable à Dominique Dussol : il s’appuie en effet sur des recherches menées en collaboration avec ce dernier à l’occasion de la célébration du centenaire de la construction de la nouvelle Sorbonne (DUSSOL, Dominique, LAROCHE, Claude. « Un exemple provincial : les facultés de Bordeaux ». Dans RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987, p. 199-222). Sur la construction des facultés bordelaises, voir POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Guillaume. Bordeaux : université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1993. Sur l’histoire de la construction de ce bâtiment, voir RICHARD-BAZIRE, Anne. « La Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922) ». Livraisons d’histoire de l’architecture et des arts qui s’y rattachent, 1er semestre 2007, n° 13, p. 105-120. Ainsi que RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal (1837-1920) architecte. Thèse sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Paris : École pratique des hautes études, 2009, p. 186-202.

2 - Louis Liard (1846-1917) arrive à Bordeaux en 1874 comme chargé de cours à la faculté des lettres. Son succès lui vaut la fonction d’adjoint au maire délégué à l’instruction publique entre 1877 et 1880. À ce titre et pour ces années, il a la charge des dossiers des facultés bordelaises. De 1884 à 1902, il est directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique et prépare les décrets Goblet de 1885 ainsi que la loi du 10 juillet 1896 qui crée une université par académie. Il termine sa carrière comme vice-recteur de l’académie de Paris. Voir LIARD, Louis. Universités et facultés. Paris : Armand-Colin, 1890. LIARD, Louis. L’Enseignement supérieur en France. T. 2, 1789-1893. Paris : Armand-Colin, 1894.

3 - Voir LOYER, François. « L’Architecture de la Sorbonne, entre culture et modernité ; le débat architectural des années 1880 ». Dans RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987, p. 85-97. Sur la question des rapports entre politique et architecture pour ces années-là, voir ÉPRON, Jean-Pierre. Comprendre l’éclectisme. Paris : Institut français d’architecture, Norma éditions, 1997, p. 191-226.

4 - La descendance de l’Opéra de Paris, par exemple, pourra, indépendamment des programmes, être aussi bien assurée par le Grand-Théâtre de Genève que par l’hôtel de ville de Poitiers, la nouvelle Sorbonne ou le musée des beaux-arts de Nantes... Sur la diffusion de ces grands modèles dans l’architecture provinciale, voir LAROCHE, Claude. « À propos de quelques architectures de musées en Pays de la Loire ». 303, arts, recherches et créations.1989, n° 23, p. 42-77.

5 - Sur les longues hésitations municipales quant à l’emplacement de certains de ces équipements, voir par exemple CHAILLOLAUD, F. Travaux d’édilité et de voirie ; études sur les différents emplacements propres à la construction des édifices que la ville de Bordeaux fait élever en ce moment, ou se propose de faire élever dans l’avenir. Bordeaux : A. Bellier, 1878. LEGER, Élizabeth. « La Bibliothèque municipale de Bordeaux (1886-1891) ». Revue archéologique de Bordeaux, 1994, t. 85, p. 133-147. Sur l’architecture et l’urbanisme à Bordeaux au xixe siècle, voir COUSTET, Robert, SABOYA, Marc. Bordeaux, le temps de l’histoire ; architecture et urbanisme au xixe siècle (1800-1914). Bordeaux : Mollat, 1999.

6 - La Nouvelle Sorbonne ne sera sur ce point pas forcément mieux lotie que ses sœurs provinciales (CHÂTELET, Anne-Marie. « Où construire l’université ? ». Dans RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987, p. 65-71).

7 - Cité par POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Guillaume. Bordeaux : université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1993, p. 54. Voir AZAM, Eugène. De la décentralisation universitaire et pourquoi Bordeaux doit avoir son université. Paris-Bordeaux : Féret, 1871.

8 - POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Guillaume. Bordeaux : université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1993, p. 55.

9 - POUX, Ludovic. La Construction des palais universitaires de Bordeaux au xixe siècle. TER de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction de Pierre Guillaume. Bordeaux : université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, 1993, p. 81 et suiv.

10 - Alfred Daney, discours prononcé lors de l’inauguration de la faculté de médecine, cité par PÉRY, Dr G. Histoire de la faculté de médecine de Bordeaux et de l’enseignement médical dans cette ville, 1441-1888. Paris : O. Doin, 1888, p. 348.

11 - La faculté de droit, instituée par décret du 15 décembre 1870, est installée dans un bâtiment au programme moins ambitieux que celui des deux autres futures facultés. L’élément central du plan est un grand amphithéâtre : c’est encore, comme le programme le commande, la conception du cours magistral qui domine et qui fixe l’économie du bâtiment (voir COUSTET, Robert. « Charles Burguet et l’historicisme bordelais ». Dans Culture et création dans l’architecture provinciale de Louis XIV à Napoléon III, actes de colloque. Aix-en-Provence : Université de Provence, 1983, p.  221-236 ; SABOYA, Marc. « La Revue générale de l’architecture et des travaux publics et l’architecture bordelaise entre 1856 et 1890 ». Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux. 1986, t. 77, p. 131-139).

12 - Voir essentiellement DUSSOL, Dominique, LAROCHE, Claude. « Un exemple provincial : les facultés de Bordeaux ». Dans RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987. Le financement public des facultés de théologie étant supprimé en 1885, le projet définitif n’abritera que les sciences et les lettres.

13 - RIVÉ, Philippe [sous la dir. de]. La Sorbonne et sa reconstruction. Paris : La Manufacture, 1987.

14 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit. p. 46 et suiv. La loi crée une faculté de médecine et de pharmacie dans les villes de Bordeaux, Lille et Lyon. Voir également MÉTADIER, A.-P. Rapport présenté au conseil municipal dans la séance du 26 février 1872 [...] au sujet de la transformation de l’école préparatoire de Bordeaux en faculté de médecine. Bordeaux : Gounouilhou, 1872. GIROU, M. Contribution à l’histoire de la faculté de médecine de Bordeaux, un centenaire : l’hôpital Saint-André, un cinquantenaire : la faculté de médecine de Bordeaux. Bordeaux, imprimerie Y. Cadoret, 1931.

15 - LASSERRE, Charles, DURU, Raymond. « L’Amphithéâtre de chirurgie de Saint-Cosme de la rue de Lalande ». Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux. 1979-1981, t. 72, p. 61-77.

16 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 75 et suiv. Sur l’hospice des Incurables, voir GUILLAUME, Pierre. Les Hospices de Bordeaux au xixe siècle [1796-1855]. Bordeaux : Éditions Les Études hospitalières, 2000.

17 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit, p. 78. L’avant-projet de Burguet est conservé aux archives communales (A.C.) de Bordeaux, 6872 M 27.

18 - Sur la différence de statut entre la faculté de médecine et de pharmacie, mise au concours, et la faculté des sciences et des lettres, donnée en commande directe à l’architecte des constructions municipales, et sur les raisons de cette différence, voir POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit, p. 118, 139, 172 et suiv.

19 - Programme du concours de 1876, A.C. Bordeaux, 6872 M 24.

20 - Publication du programme, des résultats du concours et des plans des lauréats : BOUTONNET, L. « Concours de la faculté de médecine de Bordeaux, 1876 ». Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1876, n° VI, f° 6 ; n° X, f° 3 ; 1877, n° VIII, f° 1 à 5 ; 1878, n° IV, f° 4.

21 - « Il n’est pas exact de prétendre que M. Pascal, dans le concours, a été l’objet d’une faveur au détriment de ses concurrents. Le premier prix ne fut pas décerné parce que le projet [d’Alfred Leclerc] s’écartait par trop des conditions du programme. Le jury décida, à l’unanimité, que l’administration municipale restait libre de confier l’étude d’un projet définitif à un architecte de son choix, et c’est ainsi que M. Pascal fut choisi par le maire. » (Jean-Jacques Valleton, lors de la séance du conseil municipal du 30 décembre 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 24).

22 - Sur Jean-Louis Pascal, voir WIDOR, Charles-Marie. Notice sur la vie et les travaux de M. Jean-Louis Pascal, 4 juin 1837 – 16 mai 1920. Paris : Institut de France, Firmin-Didot, 1920. LAROCHE, Claude. Pascal Jean-Louis (1837-1920) [document électronique]. Paris : Encyclopædia universalis (cédérom) 2001. En ligne : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-pascal/ [16/11/11]. RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal (1837-1920) architecte. Thèse sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Paris : École pratique des hautes études, 2009.

23 - Dont, la même année (1862), la grande médaille d’émulation, le prix Rougevin (pour un « monument à Goujon ») et le prix Albert-Blouet.

24 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire de Bordeaux, 26 octobre 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 24.

25 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit, p. 115 et suiv.

26 - Id., p. 120 et suiv.

27 - Lettre de Jean-Louis Pascal à l’adjoint Baysselance, 7 février 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 26. La cour d’honneur accueillera, après la Première Guerre mondiale, un monument aux morts dû au sculpteur Paul Landowski (voir fig. n°22 et 46).

28 - Les entrepreneurs Peyré et Lacoume, chargés de la direction des travaux, seront remplacés en 1885 par l’entreprise Lamire frères. En 1881, Paul Mialhe remplace Coëque Verdier comme inspecteur des travaux, représentant de Pascal sur le chantier (A.C. Bordeaux, 6872 M 26).

29 - Séance de conseil municipal, A.C. Bordeaux, 6872 M 47. Barrias donnera en 1899 une version très célèbre de ce même thème, une Nature se dévoilant à la Science, figure unique d’une femme au vêtement plus présent qu’à Bordeaux, vêtement qui permettra à Barrias de jouer avec la polychromie des marbres et de l’onyx d’Algérie (musée d’Orsay, <lien vers http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/sculpture/commentaire_id/la-nature-se-devoilant-a-la-science-3.html?tx_commentaire_pi1[pidLi]=842&tx_commentaire_pi1[from]=729&cHash=6253ab9a53> ; une version en marbre blanc orne le vestibule de la faculté de médecine de Paris).

30 - Séance de conseil municipal, A.C. Bordeaux, 6872 M 47.

31 - Il s’agit des sculpteurs Aury (pour le médaillon de Bouillaud), Chappuy (pour Parrot, initialement attribué à Barthélemy), Basset (pour Dufour), Beylard (Gratiolet), Bourgeois (Cruveilher), Choppin (Broca), Chrétien (Gintrac), Paraill (Larrey), Granet (Magendie), Hexamer (Bert), Leclaire (Baudrimont), Leroux (Depaul), Mengin (Lesson), Prévot (Clémot) (A.C. Bordeaux, 6872 M 40).

32 - Sur la statuaire de la faculté, voir RICHARD-BAZIRE, Anne. « La Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922) ». Livraisons d’histoire de l’architecture et des arts qui s’y rattachent, 1er semestre 2007, n° 13, p. 114-118. Sur la question des bustes dans les universités, voir l’exemple parisien : HOTTIN, Christian. « Le Décor sculpté des établissements d’enseignement supérieur : les collections de bustes ». Dans HOTTIN, Christian (sous la dir. de). Universités et grandes écoles à Paris : les palais de la science. Paris : Action artistique de la ville de Paris, 1999, p. 69-75.

33 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 188 et suiv.

34 - Id., p. 176 et suiv.

35 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire, 21 août 1885, à propos du choix de Hamel, chargé de la sculpture décorative, « artiste supérieur et fort désireux de faire cette affaire sous ma direction », A.C. Bordeaux 6872 M 33.

36 - Elles ne sont plus dans le grand escalier et l’on ignore pour l’instant leur sort.

37 - RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal (1837-1920) architecte. Thèse sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Paris : École pratique des hautes études, 2009, p. 154.

38 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 195 et 216.

39 - Voir notamment PERRENS, Jean-Jacques-Jules. De l’installation définitive de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux. Bordeaux : Gounouilhou, 1884. POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 205 et suiv.

40 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 208.

41 - Id., p. 210.

42 - Les architectes suppléants de Pascal seront Paul Mialhe, de nouveau, au début du chantier et Ernest Lacombe à la fin.

43 - La position peu évidente de cette salle à l’importance pourtant consacrée par la décoration dont elle fait l’objet doit pouvoir trouver son origine dans son absence du programme initial, où seule était prévue une salle de réunion des professeurs, à la moindre importance symbolique.

44 - Pascal accorde à la partie bibliothèque et musée une importance toute particulière et cite en exemple (lettre à l’adjoint, 16 février 1879, A.C. Bordeaux, 6872 M 26) l’École des beaux-arts de Paris, en notant l’heureuse influence sur le travail des étudiants de la présence de son Palais des études (lui aussi musée et bibliothèque), bâti de 1832 à 1839 par Félix Duban. Le musée se consacre au départ à la « pathologie exotique » et aux « études coloniales ». Suite à l’arrivée massive d’objets d’ethnographie (principalement du fait de dons d’anciens élèves de l’École principale de Santé de la Marine ayant suivi des cours à la faculté et ayant été en poste dans les colonies), il deviendra un « musée d’Ethnographie et d’Études coloniales ». Après une complète transformation, il a rouvert en 2010 (dans des locaux aménagés au sein de l’extension de 1902-1922) sous le nom de musée d’Ethnographie de Bordeaux 2 (MEB). Les collections couvrent l’ensemble du monde extra-européen, avec une prépondérance asiatique <lien vers http://www.meb.u-bordeaux2.fr/index.htm>. Sur le pouvoir de séduction de ces collections dans leur ancienne présentation, voir SARGOS, Jacques. Bordeaux. Bordeaux : L’Horizon chimérique, 1992, p. 66-67.

45 - Cet ordre est comparable, par son chapiteau, à celui que Pascal utilise, avec Coquart, pour leur célèbre monument à Henri Regnault (cour du Mûrier de l’École des beaux-arts).

46 - BERGONIÉ, Jean. « La Faculté future ». Journal de médecine de Bordeaux, 6 décembre 1908, n° 49.

47 - La faculté de médecine finira, cinquante ans après l’achèvement de l’extension de la rue Leyteire, par rejoindre l’hôpital (campus de Carreire, associé au Centre hospitalier universitaire de Bordeaux). Après ce transfert, l’édifice de Pascal abritera encore près d’une vingtaine d’années la section de pharmacie. Depuis 1991, celle-ci a rejoint la médecine. Le bâtiment de la place de la Victoire a conservé sa vocation universitaire en abritant principalement les formations en sciences de l’Homme et en sciences et modélisation de l’université Bordeaux Segalen-Bordeaux 2.

48 - La différence d’autorité des deux maîtres d’œuvre apparaît notamment quand il s’agit pour l’un et l’autre d’imposer leurs idées en matière de sculpture (voir POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 179-183).

49 - Composition optimale à partir de très fortes contraintes : la démarche est à comparer avec celle que Paul-Henri Nénot mettra en œuvre un peu plus tard à l’occasion de la reconstruction de la Sorbonne (1882-1897).

50 - FOUCART, Bruno. « La Modernité des néo-grecs ». Dans Paris - Rome - Athènes ; le voyage en Grèce des architectes français aux xixe et xxe siècles. Paris : École nationale supérieure des beaux-arts, 1982, p. 48-60.

51 - Lettre de Jean-Louis Pascal à l’adjoint au maire de Bordeaux, 7 février 1879, A.C. Bordeaux 6872 M 26.

52 - Lettre de Jean-Louis Pascal au maire de Bordeaux, 26 octobre 1879, A.C. Bordeaux 6872 M 24.

53 - HAUTECŒUR, Louis. Histoire de l’architecture classique en France. T. 7. La Fin de l’architecture classique (1848-1900). Paris : Picard, 1957, p. 433.

54 - Dans GROMORT, Georges, FONTAINIAS, André, VAUXCELLES, Louis. Histoire générale de l’art français. L’Architecture et la sculpture en France de la Révolution à nos jours. Paris : Librairie de France, [1922], p. 109.

55 - Voir COUSTET, Robert. « Charles Burguet et l’historicisme bordelais ». Dans Culture et création dans l’architecture provinciale de Louis XIV à Napoléon III, actes de colloque. Aix-en-Provence : Université de Provence, 1983, p. 221-236.

56 - POUX, Ludovic. La Construction des palais... Op. cit., p. 94.

57 - Voir COUSTET, Robert, SABOYA, Marc. Bordeaux, le temps de l’histoire ; architecture et urbanisme au xixe siècle (1800-1914). Bordeaux : Mollat, 1999.

58 - L’hôpital Saint-André de Bordeaux, construit par Jean Burguet en 1826-1829, est une étape importante dans la diffusion de ce type.

59 - « Faculté de médecine et de pharmacie à Bordeaux ; architecte : M. J.-L. Pascal ». L’Architecture, 4 mai et 21 décembre 1895. L’Architecture avait publié une vue de la façade avant son achèvement complet dans son numéro du 18 février 1888.

60 - « Jean-Louis Pascal va innover pour la construction des escaliers principaux de la faculté qui étaient prévus en pierre de Montbron. L’usage ayant démontré les inconvénients des escaliers en saillie avec simple encastrement dans le mur, Pascal pensa qu’il était prudent et économique de substituer un mode de construction mixte, fer et pierre, à celui prévu. Pour éviter le déversement d’escaliers à grande portée, tel l’escalier d’honneur de deux mètres quatre-vingt-dix de large, Pascal préconise un système qui consiste à établir en fer l’ossature de l’escalier : marches, contremarches, paliers et limons, à hourdir le tout en béton de mâchefer et à recouvrir simplement le dessus, de marches ou de plaquettes en pierre très dure. » (RICHARD-BAZIRE, Anne. La faculté de médecine... Op. cit., p. 113).

61 - ÉPRON, Jean-Pierre. Comprendre l’éclectisme. Paris : Institut français d’architecture, Norma éditions, 1997.

62 - GUADET, Julien. Éléments et théorie de l’architecture. Paris : Librairie de la Construction moderne, 1901-1904, t. 2, p. 326.

63 - RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal... Op. cit., p. 111-117.

64 - Il a notamment été missionné par le gouvernement français pour observer l’enseignement de la médecine en Grande-Bretagne (PASCAL, Jean-Louis. « Les Bibliothèques et les Facultés de médecine en Angleterre ; rapport au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts ». Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1884, p. 53-62, 97-108, 155-163, 207-218, 260-289. RICHARD-BAZIRE, Anne. Jean-Louis Pascal et la salle des périodiques de la Bibliothèque nationale. Mémoire de DEA sous la direction de Jean-Michel Leniaud. Paris : École pratique des hautes études, 1999, p. 69).

65 - Voir la synthèse la plus complète et la plus récente traitant du système des Beaux-Arts : LUCAN, Jacques. Composition, non-composition ; architecture et théories, xixe-xxe siècles. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009. Voir également VAN ZANTEN, David. « Le Système des Beaux-Arts ». L’Architecture d’aujourd’hui, novembre-décembre 1975, n° 182, p. 97-106. DREXLER, Arthur (sous la dir. de). The Architecture of the École des Beaux-Arts. Londres : Decker and Warburg, 1977. MIDDLETON, Robin (sous la dir. de). « The Beaux-Arts (recueil d’articles) ». AD Profiles 17. Architectural Design, 1978, vol. 48, n° 11-12 (notamment COLQUHOUN, Alan. « Le plan Beaux-Arts », p. 60-65. Republié dans COLQUHOUN, Alan. Recueil d’essais critiques : architecture moderne et changement historique. Liège-Bruxelles : Mardaga, 1985, p. 169-176). MIDDLETON, Robin (sous la dir. de). The Beaux-Arts and nineteenth-century French architecture. Londres : Thames and Hudson, 1982. ÉPRON, Jean-Pierre. Comprendre l’éclectisme. Paris : Institut français d’architecture, Norma éditions, 1997, notamment p. 169-189. Une mise au point bibliographique sur la question est donnée par JARRASSÉ, Dominique. « Le Retour à l’École des beaux-arts ». Dans Universalia 1984. Paris : Encyclopædia universalis, 1984, p. 428-430.

66 - Faculté de droit, des sciences et des lettres de Grenoble, par Honoré Daumet (vers 1882), faculté de médecine et de pharmacie de Lyon, par Abraham Hirsch (1876-1886), faculté de droit et de lettres de Lyon, également par Abraham Hirsch (1888-1896).

67 - Voir TOULIER, Bernard. « De l’usage des modèles pour l’édification des écoles primaires ». Histoire de l’éducation, déc. 1982, n° 17, p. 1-29. Repris dans : TOULIER, Bernard. « De l’usage des modèles ». Dans CHÂTELET, Anne-Marie (sous la dir. de). L’École primaire à Paris 1870-1914, catalogue d’exposition (1985 : Paris, mairies des IIe et XVe arrondissements). Paris : Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, 1985, p. 43-50. LOYER, François. « L’École dans la ville éclectique ». Dans CHÂTELET, Anne-Marie (sous la dir. de). L’École primaire à Paris. Op. cit., p. 54-58. CHÂTELET, Anne-Marie (sous la dir. de). Paris à l’école, « qui a eu cette idée folle... ». Paris : Éditions du Pavillon de l’Arsenal, Picard, 1993.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, bâtiment initial, Jean-Louis Pascal architecte, 1876-1888, élévation sur la place de la Victoire. Au premier plan, La Nature, Louis-Ernest Barrias sculpteur. À l’arrière-plan, La Science, Pierre-Jules Cavelier sculpteur.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 2
Légende Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet d’Alfred Leclerc, deuxième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.
Crédits Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 3
Légende Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Théodore Dauphin, troisième prix ex æquo, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.
Crédits Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 4
Légende Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Jean-Louis Pascal, troisième prix ex æquo, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.
Crédits Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 5
Légende Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet de Ferdinand Dutert, quatrième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.
Crédits Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 6
Légende Concours pour la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876, projet d’Albert Ballu, cinquième prix, plan, extrait de Croquis d’architecture ; Intime-Club, 1877.
Crédits Phot. Laroche, Claude. © Claude Laroche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 7
Légende Bâtiment principal en cours de construction, détail de l’avant-corps central, élévation sur la place d’Aquitaine (place de la Victoire), A.C. Bordeaux, V M 68.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 8
Légende La Nature, Louis-Ernest Barrias sculpteur.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 9
Légende La Science, Pierre-Jules Cavelier sculpteur.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 10
Légende Cour (avec les médaillons sculptés), ensemble depuis le sud-ouest.
Crédits Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 11
Légende Modèles pour la sculpture ornementale (notamment pour la bibliothèque), Hamel sculpteur, août 1886, photographiés par A. Terpereau, A.C. Bordeaux, V M 68.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 12
Légende Vestibule.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 13
Légende Jean-Louis Pascal, projet d’extension est, plan au rez-de-chaussée figurant les parties existantes et les parties à construire, 28 janvier 1902, A.C. Bordeaux, 6872 M 57.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 14
Légende Coupe transversale, extraite de L’Architecture, 1895.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 15
Légende Vestibule.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 16
Légende Escalier principal.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 17
Légende Escalier principal.
Crédits Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 18
Légende Salle des actes.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 19
Légende « Atrium ».
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 20
Légende Amphithéâtre Gintrac. La forte pente permet une bonne vision de la table de dissection par l’ensemble de l’assistance.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 21
Légende Amphithéâtre Pitres.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 22
Légende Cour, ensemble depuis le nord.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Figure 23
Légende Aile de l’institut anatomique, portique donnant sur la cour.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 24
Légende Aile de l’institut anatomique, ensemble depuis l’est.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 25
Légende Bibliothèque, ensemble.
Crédits Phot. Barroche, Adrienne. © Région Aquitaine, Inventaire général, 2010.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 26
Légende Bibliothèque, ensemble.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 27
Légende Bibliothèque, détail.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 28
Légende Bibliothèque, détail.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 29
Légende Bibliothèque, monte-livres.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 30
Légende Élévation sur la place de la Victoire.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Figure 31
Légende Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, extension est, Jean-Louis Pascal architecte, 1902-1922, élévation sur la rue Leyteire.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 32
Légende Extension est, entrée depuis la rue Leyteire.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 33
Légende Extension est, vestibule.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 34
Légende Extension est, vestibule, galerie-haute.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Figure 35
Légende Extension est, escalier principal.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 36
Légende Extension est, escalier principal.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 37
Légende Extension est, amphithéâtre Clément-Sigalas.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 38
Légende Faculté des sciences et des lettres de Bordeaux, Ch. Durand architecte, 1880-1886, élévation sur le cours Pasteur, état ancien (vers 1886), A.C. Bordeaux, VIII R 168.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 39
Légende Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, élévation sur la cour, détail.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 40
Légende Jean-Louis Pascal, projet d’extension est, détails de sculpture, 4 avril 1913, A.C. Bordeaux, 6872 M 65.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 41
Légende Modèles pour la sculpture ornementale, Hamel sculpteur, avril 1886, photographiés par A. Terpereau, A.C. Bordeaux, V M 65.
Crédits Phot. Rakotomanga, Bernard. © Archives municipales de Bordeaux.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 42
Légende Escalier principal, départ de rampe.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 43
Légende « Atrium », accès à l’amphithéâtre Pitres.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 44
Légende « Atrium », grille d’aération de l’amphithéâtre Pitres.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 45
Légende Bâtiment principal, détail de l’avant-corps central, élévation sur la place de la Victoire.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1993.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 46
Légende Cour, monument aux morts, Paul Landowski sculpteur, détail.
Crédits Phot. Chabot, Bernard. © Région Aquitaine, Inventaire général, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1126/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Laroche, « Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922 », In Situ [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/1126 ; DOI : 10.4000/insitu.1126

Haut de page

Auteur

Claude Laroche

Chercheur. Service chargé de l’inventaire général du patrimoine culturel, Région Aquitaine claude.laroche@aquitaine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page