Navigation – Plan du site

Editorial

Renaud Benoit-Cattin et Jannie Mayer

Texte intégral

1Le deuxième numéro de la revue In Situ a pour thème la monographie d'architecture. L'exercice ne date pas d'hier ; Montfaucon, au XVIIe siècle, s'y était livré sur plusieurs grands édifices de la monarchie française avec les moyens de l'époque. Les sociétés savantes et leurs membres ont, depuis la première moitié du XIXe siècle, et avec plus ou moins de bonheur, rédigé d'innombrables monographies dont certaines conservent une réelle utilité malgré l'évolution des méthodes d'analyse et l'irruption de la photographie. Le Congrès archéologique de France, et il n'est pas le seul, perpétue cette tradition. Par ailleurs, nombre de travaux universitaires portent sur la monographie d'architecture.

2L'Inventaire général n'est pas resté insensible à cette approche, et ceci dès sa création. Mais ses concepteurs l'ont replacée dans un contexte plus général, consistant à analyser des familles d'édifices, les relations - spatiales, historiques, fonctionnelles, etc. - existant entre les œuvres ainsi que les objets mobiliers contenus dans ces édifices, notamment les églises. Ainsi, l'élaboration d'une monographie n'était-elle plus un exercice isolé, coupé de tout contexte, mais s'intégrait dans un chaîne d'analyse allant du territoire à l'entité bâtie. En témoigne encore aujourd'hui le Livret d'architecture, rédigé par Jean-Marie Pérouse de Montclos, fruit d'une réflexion commune et diffusé en 1978 à l'ensemble des services régionaux de l'Inventaire ; la façon d'analyser la monographie d'architecture s'y trouve traitée de façon précise et rigoureuse, mais articulée à une problématique plus globale.

3La refonte des textes méthodologiques de l'Inventaire général entreprise depuis quelques années dans la collection Documents & Méthodes, où système descriptif et thesaurus s'articulent autour du texte de Principes, méthode et conduite de l'Inventaire, offrira l'opportunité d'accueillir à la fin 2002 le texte consacré à la monographie d'architecture inclus dans le livret de 1978, revu et mis à jour, qui restera ainsi intégré dans un ensemble théorique cohérent.

4Quatre journées d'études ont eu lieu en 2000 sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos. Elles étaient organisées autour de la présentation d'expériences qui ont bien montré les diverses problématiques auxquelles sont confrontés les auteurs de monographies. Ce sont quelque unes de ces communications qui forment le corps de ce numéro.

5Si la méthode se doit d'être rigoureuse, il faut cependant qu'elle soit adaptée à l'objectif poursuivi. Ainsi, les monographies écrites par les recenseurs des Monuments historiques - dont on trouvera deux exemples ici - ont pour but premier de servir de support à une procédure juridique visant à déboucher sur une protection et à donner l'état des lieux d'un édifice à ce moment précis ; néanmoins, s'il est construit avec rigueur, ce type de monographie possède en outre une réelle valeur documentaire.

6D'autres exemples illustrent les principes selon lesquels la monographie doit être conçue, distinguant l'historique de la description, la conclusion étant la synthèse des deux, c'est-à-dire, pour parler simplement, la confrontation de ce que l'on sait avec ce que l'on voit pour en tirer des conclusions, qu'il s'agisse d'hypothèses soigneusement étayées ou de certitudes. Ces exemples montrent aussi comment la description se déroule du général au particulier et la façon dont elle s'articule avec l'illustration - photographique ou graphique - dont le texte doit être le complément et non la paraphrase ; l'illustration, toujours nécessaire, doit être sélective et organisée de manière à rendre compte de ce que le texte descriptif ne peut restituer de l'observation in situ.

7Un exemple lyonnais montre par ailleurs que la frontière est parfois ténue entre analyse collective des œuvres et étude monographique de chacune d'entre elles, et que divers facteurs doivent être pris en considération pour choisir avec pertinence l'une ou l'autre solution. La monographie d'architecture contemporaine, si elle ne diffère pas par essence de celle rendant compte d'édifices plus anciens, pose quelques problèmes spécifiques, tels l'abondance - voire la surabondance - des sources et la plus grande complexité de formes que permettent les matériaux contemporains.

8Les exemples choisis ne prétendent pas faire le tour du sujet mais offrir un certain nombre de cas de figure destinés à montrer que la diversité des approches n'empêche nullement d'utiliser une méthode rigoureuse mais exempte de rigidité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Benoit-Cattin et Jannie Mayer, « Editorial », In Situ [En ligne], 2 | 2002, mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/1171

Haut de page

Auteurs

Renaud Benoit-Cattin

Conservateur régional de l'Inventaire, DRAC du Nord-Pas-de-Calais Hôtel Scrive 1, rue du Lombard 59800 Lille. renaud.benoit-cattin@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Jannie Mayer

Conservateur en chef du patrimoine, Responsable du Centre de recherche sur les monuments historiques, Palais de Chaillot 1, place du Trocadéro 75116 Paris. jannie.mayer@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page