Navigation – Plan du site
Monuments commémoratifs

Les monuments aux morts de 1914-1918 érigés par le sculpteur Paul Dardé

Bernard Derrieu

Résumés

Originaire d’un village de l’Hérault, près de Lodève, Paul Dardé (1888-1963) commence une vie paysanne avant de suivre les cours du soir de l’école des beaux-arts de Montpellier. Produisant très tôt des sculptures remarquées, ayant vu l’Italie grâce à une bourse attribuée à « l’élève le plus méritant », il est accueilli à Paris par Armand Dayot, directeur du journal L’art et les artistes. Il accède à la célébrité lorsqu’il reçoit, en 1920, le Prix national des arts. Délaissant la capitale, Dardé revendique la liberté de travailler dans son pays natal, où il entreprend la réalisation de plusieurs monuments aux morts. Ces œuvres, ignorées des Salons, expriment par des manières inattendues le tempérament contrasté de l’artiste.

Haut de page

Texte intégral

Paris/Province

1La notoriété nationale du sculpteur Paul Dardé se fonde sur sept expositions parisiennes, dont une seule individuelle : galerie Devambez (1919), Salon des Artistes français (1920, 1930, 1934), Salon des Jeunes au Jeu de Paume (1920), Exposition internationale des arts décoratifs (1925), galerie Danthon (1929). S’étant distingué en désertant le cours d’Injalbert (École nationale des beaux-arts), puis l’atelier de Rodin, le sculpteur atteint la gloire dès sa première entrée au Grand Palais, avec une Tête aux serpents en gypse (musée d’Orsay), et une grande statue de Faune en pierre d’Euville (Lodève, dépôt de l’État).

2En dépit de ce succès, l’intention de Dardé est de s’installer en Languedoc pour y faire « de la décentralisation artistique ». Il compte s’y établir comme architecte-sculpteur de monuments, spécialiste de la pierre mais ne dédaignant pas le plâtre, ni le béton.

3De forte corpulence, il fait montre d’une facilité toute particulière dans l’exercice de la taille directe, c’est-à-dire sans copier une maquette par le système de la mise aux points.

4Dès 1913, il reçoit commande d’un monument célébrant Jeanne d’Arc, à ériger pour l’évêché de Montpellier. Le sculpteur ne se limite pas à la livraison d’une statue de « pastourelle » : il lui confectionne un socle richement orné, qu’il place sur un podium avec entourage de bas-reliefs, le tout établi après d’importants travaux de terrassement. Cette réalisation, interrompue par la guerre, sera continuée après l’Armistice.

5Deux autres commandes s’ensuivent, pour des sépultures privées : des pleureuses (cimetière Saint-Lazare, Montpellier), et une vestale (cimetière du Père-Lachaise, Paris).

6Il aborde la problématique du monument aux morts de la guerre après avoir vécu lui-même quelque temps sur le front, comme brancardier. Ce séjour apocalyptique lui inspirera quelques dessins très réalistes. En avril 1919, il présente une maquette à l’exposition de la Victoire, galerie Devambez : un nu féminin dans l’attitude de la marche, brandissant des rameaux de laurier. Cette figure se singularise par son socle : un amoncellement de ruines gothiques, sur lesquelles s’affaire encore l’aigle de la guerre.

7C’est au cours des années 1920 que Dardé obtient l’essentiel de ses commandes publiques, ministérielles ou communales. Dans cette seconde catégorie se rangent les monuments aux morts (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Situation géographique des monuments aux morts érigés en Languedoc par Paul Dardé.

© B. Derrieu, 2013.

  • 1 - Archives nationales, F 21-4123 (chemise 2).

8Le 8 avril 1921, Dardé, de Soubès, écrit au ministère : « C’est Dardé, un pénitent, qui se met à vos pieds et vous prie de l’excuser de ne pas vous avoir répondu de toute urgence, à votre avis d’avoir à rejoindre l’Italie, pour user de mon prix national. Je suis ici à Soubès, dans le silence et en plein travail au milieu des blocs, des bétons, des figures ébauchées, et des plans, devis, etc. C’est la vie, sans tintamarre, mais intense. Je n’ai pu aller en Italie, où je voudrais aller bien tranquille ; et en ce moment je ne le pourrais pas. J’ai trop de travail sur les bras. J’ai cinq chantiers d’ouverts »1.

Le monument aux morts de Soubès

9Le village de Soubès se trouve à 4 km au nord de Lodève, au pied du causse du Larzac, sur une butte formée par les dépôts calcaires dits tuf, ou travertin.

  • 2 - SAUZET, J.A. L’Écho de Soubès, n°20, 20 avril 1918.

10Pendant la guerre, « des fleurs et des couronnes sont déposées à la croix principale du cimetière », à mesure que s’allonge la liste des « enfants de Soubès morts pour la patrie »2. Le projet d’un monument commémoratif existe depuis 1914 : la commission de ravitaillement garde, à cet effet, les bénéfices réalisés sur le fonctionnement du four municipal. La paroisse, quant à elle, recueille des offrandes. Le conseil municipal, enfin, concède un emplacement à l’entrée du cimetière, vote un budget et ouvre une souscription.

  • 3 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).
  • 4 - SAUZET, op. cit.

11Après avoir envisagé de confier l’ouvrage à l’agent voyer, « un Soubésien dont le fils est tombé au champ d’honneur », la municipalité prend contact avec Dardé, « un Lodévois », lequel signe son engagement le 29 janvier 19193. D’après l’esquisse fournie, l’édicule doit consister « en une stèle monumentale, en pierre de Lens, des carrières de Fons (Gard). La face avant représente, sculpté dans la pierre, un poilu étendu à terre, auprès duquel une femme en deuil, une Soubésienne, pleure. À l’arrière-plan se dessine vaguement la silhouette du clocher de Soubès, se projetant dans l’horizon (fig. 2). Les deux faces latérales portent, gravés dans la pierre, les noms des enfants de Soubès morts pour la France. La quatrième face, vers Soubès, comporte des insignes militaires, enveloppés dans les plis d’un drapeau. Le tout, de style grec, est surmonté d’une croix et entouré d’une grille »4.

Figure 2

Figure 2

Monument aux morts de Soubès. Entrée du cimetière. Cénotaphe de plan rectangulaire en pierre de Lens ; face principale ouverte sur un groupe en haut-relief représentant un soldat étendu au sol, veillé par une jeune femme pleurant. Dimensions : 4m/h, 2,68m/la, 2m/prof. Inscriptions gravées : dédicace sur la face principale (« Aux enfants de Soubès / morts pour la France / Guerre de 1914-1918 »), noms des morts sur les faces latérales, épitaphe sur la face arrière (« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie / Ont droit qu’à leur tombeau la foule vienne et prie »). Œuvre réalisée en 1919.

© B. Derrieu, 2013.

  • 5 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

12Le contrat précise que cette grille « n’est pas comprise, mais M. Dardé en effectuera la pose, de façon à l’harmoniser avec son œuvre »5. En fait, cette grille ne sera posée que plus tard, puis sera retirée lors de la restauration de 2004.

13Comme en témoigne la description ci-dessus, le projet intègre la vue sur le village de Soubès. On y insiste : « ce monument est construit [...] sur les rochers de tuf qui se dressent en vue de Soubès ». Le souci de Dardé est manifestement de concevoir l’œuvre à partir des caractéristiques du site.

14Son choix de figurer un soldat mort a d’abord valeur de témoignage : c’est une image du front. Sans emphase, le sculpteur montre la guerre sous les traits d’une victime, dans la simple dimension de son humanité. C’est l’image qu’il reproduira dans plusieurs autres monuments aux morts, en déplaçant le point de vue, changeant aussi le regard des personnages veillant le cadavre. Pour le monument de Soubès, Dardé part du pur modèle de la pleureuse antique, sur une architecture classique, et dans un paysage méditerranéen. La « modernité » tient seulement à la tenue vestimentaire du gisant : uniforme, casque (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Monument aux morts de Soubès (détail).

© B. Derrieu, 2013.

15Sur la face arrière, au-dessus d’un bas-relief de drapeaux succinctement taillés, sont gravés les célèbres vers de Victor Hugo : « Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie / Ont droit qu’à leur tombeau [au lieu de cercueil] la foule vienne et prie ».

  • 6 - Archives départementales de l’Hérault (monuments commémoratifs ; documents non classés au moment (...)

16La pierre était arrivée en juin, pour une inauguration fixée au 31 août. Le comité n’avait oublié qu’une chose : la procédure administrative. On s’empressa de s’y conformer, jusqu’à l’obtention de la dernière approbation préfectorale, le 2 août 19196.

Le monument aux morts de Lodève

  • 7 - Selon le journaliste Corbière, Dardé aurait « imposé l’emplacement le moins adéquat pour le monum (...)

17L’emplacement choisi, devant l’ancien parc des évêques, devenu promenade publique, présente quelques marches descendant sur l’axe central aménagé, autrefois, en jardin à la française7.

  • 8 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

18Dardé établit le projet comprenant la sculpture d’un groupe, et la fourniture de quatre plaques de marbre avec inscriptions, pour un montant de 30 000 francs. Le croquis du 5 juillet 1919, joint au devis, montre un soldat mort, une femme agenouillée et ployée sur sa droite, deux femmes debout à sa tête, deux enfants près de son pied gauche. La préfecture donne son approbation le 8 octobre 1919. Les travaux devront être terminés en août 19218.

19Dès le 31 janvier 1920, le journal lodévois L’Indépendant se fait l’écho d’une campagne de protestation contre le retard pris dans l’exécution du monument. À cette époque, le sculpteur travaille dans son atelier parisien, sur le grand Faune, qui lui vaudra la gloire en juin. Sa vie s’en trouve perturbée : il doit ensuite réaliser un Laocoon monumental pour la Ville de Paris.

  • 9 - L’Indépendant, Lodève, 26 novembre 1921.

20Début avril 1921, Dardé entreprend les travaux de terrassement du monument de Lodève. En juin, il en prépare les statues dans son atelier de plein air de Soubès. Mi-novembre, on enferme le piédestal du monument de Lodève « dans une haute cage en bois, pour permettre au sculpteur de mettre à point son œuvre pendant la saison d’hiver »9. La veille de Noël, les statues ébauchées à Soubès arrivent à Lodève.

  • 10 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).
  • 11 - Lettre à Corbière, L’Indépendant, Lodève, 2 juillet 1922.

21En mai 1922, le conseil municipal examine un projet de Dardé consistant à entourer le monument d’une balustrade, pour la somme de 15 000 frs. Ce projet sera détaillé un mois plus tard, avec la mention de deux murs à élever sur les côtés (qui porteront les noms des morts), et d’une grille en fer forgé (fig. 4). Le sculpteur s’engage à exécuter la totalité des travaux dans un délai de deux mois10. Un simple grillage a remplacé les planches, et les premiers visiteurs commencent à poser des questions. Le 2 juillet, le journal local publie les explications que son directeur vient de recevoir de Dardé : « Il y a deux éléments qui dictent impérieusement les grandes lignes du monument [...] : la lumière directe du soleil et la disposition du terrain objectif [...]. Les quatre figures du fond sont la contre-partie des casernes et de la mairie, auxquelles elles sont parallèles. Elles sont une onde issue des corps de ces deux bâtiments. Les deux enfants placés côte à côte en sont une réminiscence. Par contre, les branches de lauriers que tiennent les enfants formeront une onde qui sera parallèle aux allées du Parc. J’ai dû adopter les grandes lignes du cadre et les répéter dans l’œuvre, afin qu’il y ait harmonie. La question de la lumière est très importante. C’est elle qui fait jouer la perspective, qui la détruit ou l’accentue. Pour qu’elle ne soit pas détruite, cette perspective, il faut que les parties qui la constituent résistent elles-mêmes ; il faut qu’elles possèdent une forte ossature, une masse qui ne soit pas déchiquetée par la lumière. D’où la disposition de ces quatre figures, sur lesquelles viendront battre les rayons du soleil [...]. Ainsi disposé, l’ensemble prendra un beau caractère d’intimité ; extérieurement, les lignes enrichiraient un peu le Parc, et l’œuvre aurait un cadre approprié11 ».

Figure 4

Figure 4

Monument aux morts de Lodève, allées de la Résistance. Socle de plan rectangulaire à triple emmarchement supportant un groupe en pierre de Lens. Le groupe représente un soldat couché sur le dos, quatre femmes debout à sa tête, une femme agenouillée et ployée à sa droite, deux enfants debout déposant des gerbes de laurier à ses pieds. Entourage architectural avec balustrade et fontaines ornées de masques en pierre. Grille en fer forgé. Dimensions totales : 3,20m/h, 42m/la, 24m/prof (groupe seul : 2,30m/h, 2,60m/la, 3,30m/prof). Signature et date gravées à la base du groupe, face latérale droite : « Paul Dardé 1930 » ; noms des morts gravés sur les stèles composant l’entourage. Œuvre réalisée de 1921 à 1930, classée MH (29 mars 2005).

© B. Derrieu, 2013.

22Certains observateurs croiront voir, dans les femmes debout, la représentation des classes sociales, que Dardé aurait donc fixées au nombre de quatre, sans pour autant figurer l’ouvrière, ni la paysanne. Cette lecture s’accommode du fait qu’une femme s’emmitoufle dans un lourd manteau, tandis qu’une autre semble à son aise dans une robe légère. Par le témoignage de l’épouse du sculpteur, nous savons que ces quatre statues symbolisent les saisons, dressées contre l’oubli (le temps passe, le souvenir reste). Heureusement, le plaisir de développer des formes prévaut sur l’allégorie conventionnelle. De plus, en donnant à l’été les traits de sa jeune épouse, Dardé montre la plénitude allant avec la simplicité (fig. 5). De l’une à l’autre de ces figures, les variations sur le thème vestimentaire se déploient, à outrance. Dans un premier état, la femme à terre porte un énorme ruban noué sur les reins : ainsi la voit-on sur une première édition de carte postale, avant suppression de cet accessoire.

Figure 5

Figure 5

Monument aux morts de Lodève, Les quatre femmes debout.

© B. Derrieu, 2013.

  • 12 - GIROU, Jean. Sculpteurs du Midi. Paris : Librairie Floury, 1938, p. 114-115.

23« Toutes ces femmes, parées de coques, de rubans, de dentelles, de tissus modernes, de sacs à main, sont bien à la mode de 1920 ; le monument signale sa date par le costume ; c’est ce qu’a voulu Dardé : l’Égypte et la Grèce habillaient bien leurs statues du costume de l’époque. Dardé a donné à la pierre trop blanche la patine bistre avec des acides, et le monument apparaît avec une belle rouille, comme un bronze doré ; la pierre, attaquée par l’acide, est pénétrée de cette couleur jusqu’à deux centimètres12. »

  • 13 - L’Indépendant, Lodève, 4 mai 1924.
  • 14 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

24Sur le chantier de Lodève, les visiteurs peuvent apercevoir des pierres destinées aux monuments de Lunel et du Bousquet-d’Orb. Pendant l’hiver 1923-1924, le sculpteur réalise le monument de Limoux. Celui de Lodève prend ainsi du retard. Au printemps 1924, Dardé mène deux équipes d’ouvriers : l’une à Clermont-l’Hérault, l’autre à Lodève. Il fait exécuter, d’après son dessin, la grille en fer forgé du monument de Lodève, et il se rend sur le parc « tous les matins, dès cinq heures », travaillant parfois à la lueur d’une lampe pour vérifier les ombres de sa sculpture. – « Cette fois, c’est la bonne », déclare la presse locale, annonçant que le monument sera peut-être terminé avant l’été13… Mais le 22 juillet, Dardé présente au conseil municipal un nouveau « projet d’embellissement » du monument, consistant à prolonger sa balustrade jusqu’à la création de deux fontaines. Le conseil adopte le devis, qui s’élève au prix forfaitaire de 10 000 frs. L’approbation préfectorale suit immédiatement14.

  • 15 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

25À cette époque, Dardé aménage le grand atelier d’où sa Cheminée monumentale partira pour l’Exposition internationale des arts décoratifs de 1925. En dépit des énormes risques qu’il prend dans la gestion de ses affaires, il continue à bénéficier d’une sympathie générale. Au mois de décembre 1925, la Société des Lodévois de Paris organise une soirée récréative avec concert et bal, dont les bénéfices de 100 francs sont transmis au profit du monument aux morts de Lodève15.

  • 16 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

26Le maire, Joseph Maury, écrit au sculpteur le 10 mai 1927 : « Mon cher M. Dardé, c’est avec le plus vif plaisir que j’ai reçu votre lettre m’annonçant votre intention de terminer bientôt notre monument aux morts. Il est certain qu’une œuvre de cette importance n’aura acquis sa réelle beauté qu’après son achèvement, et je puis vous assurer que tous nos compatriotes en seront très heureux. Dès que vous aurez jugé le moment opportun, je serai très heureux d’être fixé. Donc à bientôt et cordialement à vous, Dr J. Maury16 ».

  • 17 - Archives départementales de l’Hérault ; fonds personnel Paul Vigné d’Octon.

27Une lettre de Dardé, du 18 avril 1929, signale : « Je vais achever, avant la fin du mois, le monument de Lodève, et ensuite je serai libre pour aller à Paris ». Avec ce post-scriptum de son épouse : « Il est parti aujourd’hui pour Paris »17.

  • 18 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

28Le 27 février 1930, le conseil municipal décide, à l’unanimité, d’accorder à Dardé 10 000 francs à titre d’indemnité pour l’achèvement du monument aux morts. Le lendemain, le maire en fait part à Dardé, précisant qu’un certain nombre de conseillers ont déclaré : « Dardé est nôtre, c’est à nous qu’il appartient de le soutenir »18.

29Le 2 mai 1930, Dardé signe un engagement pour nettoyer le monument, le retoucher et le patiner, ajouter huit masques dans les deux massifs qui portent les plaques, et deux macarons sur les fontaines, pour le prix de 10 000 frs, à régler après la réalisation de ces travaux. Le monument est enfin signé : « Dardé 1930 » (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Monument aux morts de Lodève (après nettoyage), Le soldat gisant.

© B. Derrieu, 2013.

  • 19 - L’Indépendant, Lodève, 26 mai, 1er juin, 8 juin 1930.

30Le dimanche 8 juin, alors que Dardé se trouve à Paris, le ministre Germain Martin procède, à Lodève, à l’inauguration du monument. Sont en même temps honorés les nouveaux locaux de la poste, et une grande foire-exposition où s’impose, dans la section beaux-arts, une réplique en plâtre de l’Homme préhistorique, œuvre nouvelle dont Dardé présente l’original au Salon des Artistes français19.

  • 20 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

31Le 28 août 1930 a lieu la réception définitive20.

Le monument aux morts de Saint-Maurice

32Devançant la subvention de l’État, une souscription publique réunit 3 200 francs au printemps 1920. Le devis, fourni le 6 septembre 1920, est approuvé par le maire quatre jours plus tard. Sur un prix total de 4 000 francs, le quart est dévolu à la sculpture. Celle-ci ne consiste qu’en un modeste bas-relief, mais comprend aussi la gravure des inscriptions « en caractères romains ». L’essentiel de la dépense porte sur du terrassement, le transport de 78 m3 de pierres, et autres travaux de mise en place.

33Le lieu de provenance des pierres est la Jasse Nove, à quatre kilomètres à l’est de Saint- Maurice. Les vestiges de plusieurs dolmens entourent ce site. Avec les moellons qui jonchent le sol, Dardé construit une cabane en pierres sèches, couverte d’un dôme de lauzes. Il dégage là une dalle de 4 mètres de long, 1,90 de large et 0,30 d’épaisseur, pesant six tonnes. Hélas, pendant le transport, une cassure en diminuera la dimension.

34Le premier souci du constructeur est que « le caractère du monument soit conçu à seule fin de posséder des qualités de robustesse, de force et de durée ». Dardé avoue : « Saint-Maurice est un pays de dolmens ; j’ai voulu rester dans cette belle note monumentale ».

35Pour cela, il établit une « sorte de tumulus [...], afin de montrer que par la disposition systématique des pierres plates, employées de champ (en long et en large), on parvient à obtenir une masse compacte et qui ne peut subir aucun tassement ». En outre, « seront plantés de jeunes buis et de jeunes ormes qui, à l’avenir, apporteront le double intérêt de leur beauté et de leur utilité en contribuant à retenir les divers matériaux du tumulus ». Dardé prévoit de couvrir ce socle de dalles de trente centimètres d’épaisseur, maçonnées, et de disposer enfin, en guise de stèle, une pierre « telle qu’elle aura été extraite, afin de conserver au monument son caractère robuste local ». L’appui de cette dalle sera assuré, contre la face arrière, par un gros bloc de calcaire dolomitique (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Monument aux morts de Saint-Maurice, route départementale (devant la mairie). Stèle monolithe en calcaire local, posée sur un socle bâti de pierre sèche. Profil de soldat taillé en relief sur la face principale. Hauteur totale : 4,15m (monolithe seul : 3,50m/h, 2,63m/la, 0,30m/prof). Inscriptions gravées sur la face principale de la stèle : noms des morts, et dédicace (« Aux poilus de la commune de Saint-Maurice »). Œuvre érigée en 1922.

© B. Derrieu, 2013.

  • 21 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 277-25).

36La préfecture donne son approbation le 10 février 1921. La fin des travaux sera enregistrée le 3 mai 192221.

  • 22 - Article non signé, titré « Le sculpteur Paul Dardé s’est inspiré de la préhistoire pour réaliser (...)

37On verra, dans ce monument, à la fois l’imitation des pierres plantées préhistoriques, et une référence aux stèles funéraires antiques qui affichaient, sur le bord d’un chemin, l’aimable effigie d’un défunt. Ici, « les traits sont ceux d’un authentique caussenard de l’endroit »22.

Le monument aux morts du Bousquet-d’Orb

38Prévu pour s’élever en applique sur la façade des écoles, l’ouvrage sera finalement construit en bordure de la place, contre le mur de soutènement du chemin de Saint-Martin.

39Le 15 mars 1921, le comité « pour l’érection d’un monument aux morts pour la patrie » présente au maire les souscriptions qu’il a recueillies, d’un montant de 14 496,10 francs. Le 5 avril, le conseil municipal adopte plans et devis de Dardé, lequel s’engage à réaliser le travail en six mois, pour la somme totale de 25 000 francs, dont 15 000 pour le « monument proprement dit », le reste pour un mur à construire à l’arrière, le long du chemin de Saint-Martin. Le projet est approuvé en préfecture le 16 juin.

40L’édicule, en maçonnerie et pierre de taille (grès de Joncels, pierre de Faugères en clé), porte un médaillon en pierre de Lens représentant, de profil, une tête de soldat. L’encadrement circulaire de ce portrait, orné de lauriers en bas-relief, est rehaussé par le rouge de quelques briques (fig. 8).

Figure 8

Figure 8

Monument aux morts du Bousquet-d’Orb, place Pierre Masse. Grande stèle bâtie en pierre de taille, ornée d’un médaillon sur la face principale, représentant le profil d’un buste de soldat casqué. Dimension approximative : 5m/h (médaillon seul : 60 cm/diamètre). Inscriptions gravées : « 1914-1918 » sur la pierre, et noms des morts sur plaques de marbre blanc. Œuvre érigée en 1921.

© B. Derrieu, 2013.

41Fin décembre 1921, le mur longeant le chemin n’est pas achevé. Il devrait comprendre six arcs en tuf, « sur lequel on ferait grimper soit du lierre, soit de la vigne vierge, soit de la glycine. » À la place de ces arcs seront finalement installés des demi-cerceaux métalliques.

  • 23 - L’Indépendant, Lodève, 11 novembre 1922.

42Début novembre 1922, « deux plaquettes destinées au monument du Bousquet-d’Orb, sur lesquelles on grave des noms », se trouvent encore sur le chantier du monument de Lodève23.

La demande du monument aux morts de Laon

  • 24 - Archives communales de Laon. Communication par Mme C. Souchon, directrice des archives départemen (...)

43Le 29 avril 1921, Léon Nanquette, maire de Laon, écrit à Dardé pour savoir si la commande d’un monument aux morts l’intéresserait. Le 15 mai 1921, Charles Abella, architecte du projet, s’adresse à son tour à Dardé, dans l’espoir d’une réponse. Le 31 mai 1921, le maire reçoit la réponse de l’artiste : « Voulez-vous m’indiquer, approximativement, les sommes que vous voudriez affecter au monument, les lieux de l’emplacement envisagé, etc., tous renseignements utiles [...]. Je me préoccupe surtout de l’adaptation des monuments au milieu auquel ils sont destinés. Il ne suffit pas de faire un projet quelconque et de le placer n’importe où ! La question de l’emplacement et de l’adaptation à cet emplacement est une question primordiale. Il faut envisager ce point de vue avant tout. Monsieur Abella vient de m’écrire. Je lui fais réponse en même temps qu’à vous [...]. J’espère que ce désir, exprimé brutalement [...], ne va pas heurter vos sentiments [...]. C’est dans l’intérêt de l’œuvre elle-même, et par conséquent pour la véritable satisfaction de tous que je l’impose24 ».

  • 25 - Lettre du 10 novembre 1921. Abella sollicite alors « la charge et l’honneur de semblable mission  (...)

44Le 10 juin 1921, le conseil municipal de Laon décide de ne pas organiser de concours et de confier l’exécution du monument aux morts directement à l’architecte Abella, et à Dardé, que le maire tient pour « un de nos plus grands sculpteurs modernes [...], considéré, par les critiques et par le public, comme la révélation artistique de cette époque ». Décision en est communiquée au sculpteur le 28 juin. Le budget (ville et souscription) atteint 80 000 francs. Invitation est faite à Dardé de venir choisir l’emplacement. Dardé restant muet, l’architecte promet au maire de se rendre à Soubès en septembre, ajoutant : « D’ici là, je ferai encore une tentative auprès du grand homme ». L’ironie se devine, de même que l’on imagine l’impossibilité, pour Dardé, de se placer sous le contrôle d’un architecte. Aucun des deux n’est dupe, et lorsqu’il devient clair que Dardé déclare forfait, Abella s’emploie à rassurer le maire : « Ce sculpteur, grisé par un succès de Salon, n’aurait pas, je le crains, vu autre chose qu’un morceau de sculpture, de qualité sans doute, mais difficile à subordonner à un ensemble architectural25 ».

Le monument aux morts de Limoux

  • 26 - Archives départementales de l’Aude, Série O, Limoux, Monument aux morts.

45L’emplacement ayant été fixé au printemps 1922, le sculpteur signe son engagement le 1er juillet, établit un devis le 17 juillet, et envoie le 14 août les dessins de son projet (fig. 9) : obélisque portant, sur la face principale et en haut-relief, un soldat gisant dans une fosse, avec à ses pieds un aigle renversé26.

Figure 9

Figure 9

Monument aux morts de Limoux. Dessin du projet initial, par Paul Dardé (Arch. dép. Aude, Série O, Limoux, 1922).

© Archives départementales de l’Aude, 1992.

  • 27 - GIROU, Jean. Sculpteurs du Midi. Paris : Librairie Floury, 1938, p. 115-116.

46Reçu le 25 août en préfecture de Carcassonne, le projet est jugé « inacceptable » par le rapporteur chargé de préparer le travail de la commission départementale. Celle-ci confirme le refus, le 17 novembre, à cause de la représentation du mort, à moitié encastré dans l’obélisque. Selon le témoignage de Jean Girou, « ce gisant mort et debout » apparaissant en retrait, « l’aigle prenait une importance symbolique trop grande, et le Comité n’a pu admettre de donner une telle valeur à l’aigle vaincu27 ».

  • 28 - Georges Grappe, représentant la Société du droit d’auteur aux artistes, écrit le 24 avril 1923 au (...)
  • 29 - Le directeur de cette société est Georges Regnault, le commanditaire du Faune, qui accepta de céd (...)

47Suite aux interventions de plusieurs personnalités en faveur de Dardé28, l’autorisation est finalement accordée le 5 mai 1923, sous condition de donner au soldat beaucoup plus de relief. Le chantier commence en juin, avec les travaux de fondations. Le mois suivant, Dardé entre comme collaborateur dans la Compagnie Granitière, à Paris, « pour tous travaux d’art et sculpture [...], monuments funéraires, commémoratifs ou tous autres29 ». C’est par ce fournisseur que les pierres des assises du monument arrivent, par chemin de fer, à Limoux (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Monument aux morts de Limoux, avenue Fabre d’Églantine. Emmarchement de plan carré en granit supportant socle et obélisque en pierre de Lens ; figure sculptée en haut-relief sur la face principale de l’obélisque, représentant un soldat mort et un aigle à ses pieds. Hauteur totale approximative : 5,50 m. Inscriptions gravées : dédicace sur la base de l’obélisque, face principale (« Aux enfants de Limoux ») ; signature (en bas à droite du soldat). Œuvre réalisée en 1923.

© B. Derrieu, 1992.

  • 30 - Lettres des 4 et 15 janvier 1924, à Léonce Bénédite. Archives nationales, fonds L. Bénédite.

48Le monument de Limoux est réalisé en automne et hiver. Début janvier 1924, Dardé écrit : « La pluie gêne tous les travaux. À cause d’elle, le monument est en cours d’érection mais n’est pas encore achevé [...]. J’ai une équipe d’ouvriers sur les bras, et en déplacement ici [...]. Ma femme est venue me rejoindre [...]. Nous sommes sept ouvriers. À 28 francs par jour, assurance en plus, 20 francs de pension et frais de déplacement. C’est inouï, les conditions dans lesquelles on doit travailler ! Je fais mon carême, comme besogne. Mais avec quelle joie, ensuite, je vais sculpter à ma guise [...]. Avec les dispositions que je prends, je pourrai, dans deux ou trois ans, être littéralement indépendant matériellement [...]. Au printemps j’achèverai Lodève et Clermont, et ce sera fini des monuments30 ».

49Le travail se poursuit jusqu’aux premiers jours de février, pour être reçu le 17. L’inauguration, initialement prévue pour le début du mois de novembre 1922, a lieu le dimanche 24 février 192431. Après une veillée du souvenir, les cérémonies commencent par une messe chantée, avant le rendez-vous devant le monument. Le chroniqueur Gérard Jean racontera : « La neige tombant à gros flocons, le Comité décida qu’en raison de l’excessive rigueur de la température, la cérémonie au Monument consisterait simplement à la remise de ce dernier à la Ville, à sa réception par Monsieur le Maire et à l’appel des morts, et qu’elle se terminerait au théâtre où seraient prononcés la plupart des discours ». Mené par le préfet de l’Aude, les députés et autres élus, les militaires, avec deux formations musicales jouant des marches funèbres, le cortège se rend devant le monument, près duquel des places sont réservées aux familles endeuillées et aux enfants des écoles. Les gymnastes d’une association locale forment, au garde-à-vous, une haie d’honneur. Lorsque le drap tricolore dévoile l’obélisque, la Marseillaise retentit. C’est ensuite le moment de remettre le monument au maire. M. Tisseyre, président de l’association des Mutilés, déclare notamment : « Au ciseau de M. Dardé, nous devons l’exécution de cette œuvre. Je voudrais savoir traduire tout ce que, à mon sens, elle a de beau, de particulier, soit dans sa conception, soit dans sa sévère exécution. Oui, nous avons abattu l’aigle. Il est renversé, vaincu, terrassé, il roule aux pieds de son vainqueur, mais combien de morts sous nos yeux le dominent. Le caractère sévère et robuste de cette œuvre en fait toute sa beauté32 ».

  • 33 - Midi-Libre, 31 octobre 2012. La Dépêche du Midi, 2 novembre 2012.

50En 2012 est évoquée la possibilité de transférer le monument près du lycée, afin de remédier aux inconvénients de sa situation en bordure d’une route à grande circulation, la départementale 11833.

  • 34 - Lettre de Jean Taillefer à Paul Dardé, le 24 avril 1930. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds (...)

51Une maquette de l’œuvre, que Dardé aurait confiée à Jean Taillefer (entrepreneur à Limoux)34, séjournera longtemps en mairie et sera finalement versée dans les collections du musée Petiet.

Le monument aux morts de Lunel

  • 35 - L’Indépendant, Lodève, 11 novembre 1922.

52Début novembre 1922, « un bloc de pierre destiné au monument de Lunel » se trouve sur le chantier de Lodève, ébauché par « un ouvrier sous les ordres du sculpteur Dardé »35.

  • 36 - L’Écho du Vidourle, Lunel, 25 mars 1923, et suivants.
  • 37 - Lettre du 23 mai 1923, à René Quinton. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).
  • 38 - ALBRIC, Louis. « Monument aux morts ». L’Écho du Vidourle, Lunel, 10 juin 1923.

53À la mi-mars 1923 s’ouvre le chantier de Lunel, avec « trois ou quatre ouvriers »36. Au mois de mai, Dardé étudie le projet d’un monument Guynemer à ériger à Paris : dans un courrier au savant René Quinton, qui suit cette initiative, le sculpteur signale que « le monument de Lunel est fini »37. L’inauguration a lieu le dimanche 24 juin 192338.

Figure 11

Figure 11

Monument aux morts de Lunel. Vue partielle.

© B. Derrieu, 1991.

  • 39 - Les « rayons symboliques » (l’appellation est de Dardé) se retrouvent dans plusieurs autres œuvre (...)
  • 40 - ALBRIC, Louis. « Monument aux morts ». L’Écho du Vidourle, Lunel, 10 juin 1923.

54Le bas-relief de ce monument s’inspire des scènes du front, dont Dardé a fait quelques dessins (fig. 11). La stèle qui le porte, sous une frise à couronnes de lauriers, est elle-même finement dessinée, découpée en ogive et griffée de « rayons symboliques39 ». La coupe latérale, biaisée (fig. 12), semble inscrire l’édicule dans une perspective en diagonale, commandée par un certain aménagement du jardin public, « dans un cadre de verdure et de fleurs40 ».

Figure 12

Figure 12

Monument aux morts de Lunel, parc municipal Jean-Hugo. Stèle en pierre de Lens ornée d’un bas-relief représentant deux soldats morts sur le champ de bataille, contre des barrières de fil de fer barbelé ; fumées à l’horizon à gauche, meules de foin à droite. Au-dessus : frise représentant cinq couronnes de laurier. Hauteur totale : 5 m (bas-relief seul : 70cm/h, 193cm/la). Inscriptions gravées : signature (à droite) ; dédicace sur base de la stèle (« À la mémoire glorieuse des enfants de Lunel / 1914 1918 / 1939 1945 / AFN TOE »). Œuvre réalisée en 1923.

© B. Derrieu, 1991.

  • 41 - Discours de M. du Cambon, président du Comité pour le monument de Lunel, cité dans L’Écho du Vido (...)
  • 42 - Ibidem.
  • 43 - L’Écho du Vidourle, Lunel, 29 avril 1923.

55Les articles de la presse locale offrent de beaux témoignages, d’une part sur les difficultés du public à comprendre l’œuvre « gréco-latine » (« son orientation, l’asymétrie de ses différents plans ont paru étranges »41), et sur la grande considération portée à l’artiste, non seulement illustre », mais « admirable tailleur de pierre42 ». On ne manque pas non plus d’apprécier le personnage : « Dardé est un humble. Ses ouvriers sont pour lui des camarades. Comme eux, il met la main à la pâte. Tour à tour manœuvrier de l’outil, de la grue, du chariot ; habile terrassier ou savant compagnon du ciseau, il veille à tout, instruit, dirige, conseille et juge d’un coup d’œil : l’œil du maître. Dardé est un sage. Il aime son métier pour ce qu’il a de noble et de grand. Il garde la fierté de ses origines et ne s’est pas laissé tourner la tête par les louanges d’une critique qui voulut le monter au pinacle de l’art. Le talent et le génie ne l’ont pas éloigné de ces milieux populaires d’où il est issu. Comme il partage leurs efforts journaliers, Dardé ne dédaigne pas de boire, à la même cruche que ses compagnons de labeur, la généreuse lampée de vin stimulatrice, qu’il sait accompagner d’une spirituelle galéjade43 ».

Le monument aux morts de Clermont-l’Hérault

  • 44 - Archives départementales de l’Hérault, 2 O 79-44.

56Un premier monument est érigé au cimetière, fourni par les Marbreries générales de Paris. Selon un vœu datant de 1914, il est commandé en 1920 et immédiatement livré44. Mais il ne suffit pas à la municipalité en place qui, dans le même temps, s’emploie à demander le déclassement d’un terrain dépendant de la Compagnie des chemins de fer du Midi, afin d’y élever un autre monument (fig. 13).

Figure 13

Figure 13

Monument aux morts de Clermont-l’Hérault, square des anciens combattants. Socle de plan carré à emmarchement supportant un cénotaphe en pierre de Lens, abritant un groupe en haut-relief représentant un soldat couché veillé par une femme allongée. Ensemble architectural sur large terrasse formant square, grille en fer forgé. Hauteur totale : 7 m. Inscriptions gravées : « 1914-1918 » et noms des morts sur plaques de marbre, faces latérales. Œuvre réalisée en 1924-1928, classée MH (29 mars 2005).

© B. Derrieu, 2013.

  • 45 - Le Troubadour, Clermont-l’Hérault, Noël 1921.

57Dardé soumet un projet en 1921. Le dessin en est publié en décembre, avec ces précisions : « Hauteur totale 11 m, largeur 21 m. Le motif principal (une victoire ailée penchée sur un soldat) a 3 m de haut. L’ensemble du monument se dresse sur un fond de verdure formé par des troènes au milieu d’un square45.

  • 46 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives (...)

58Après l’acquisition de parcelles supplémentaires en 1922 et 1923, un crédit est ouvert alors que Dardé semble déjà à l’œuvre. Dans une lettre qu’il adresse en janvier 1924 à Léonce Bénédite, le sculpteur déclare son intention d’achever le monument de Clermont au printemps. Une photographie de son atelier, prise vers cette époque, montre le bas-relief exécuté. Cependant, mi-février 1924, Dardé annule une commande de pierres destinées à Clermont. Un an plus tard, on apprend que les 95 000 francs que coûte le monument ne sont qu’en partie couverts par 63 000 francs réunis par le comité responsable. Le maire, Ronzier-Joly, fait alors voter la somme de 25 000 F, fixée par Dardé pour l’achèvement des travaux. Le Lodévois livre la partie sculptée, tandis que Coste, de Montpellier, fait tailler « toute la partie architecture dans ses ateliers46 ».

  • 47 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives (...)

59Dardé racontera : « Je fis mettre des bandages neufs à mon tracteur de façon à transporter, sans transbordement, de Montpellier à Clermont, toute la pierre ainsi prête (environ 50 tonnes). Le maire devait faire verser des acomptes directement à M. Coste, au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Seulement voilà : la caisse municipale était vide [...]. Quand la somme de 25 000 frs y tomba [...], j’ai demandé au secrétaire de la mairie de placer cet argent hors budget [...]. Hélas, le secrétaire refusa, et ce qui devait arriver arriva. L’arriéré de plusieurs mois des employés municipaux fut payé sur cette somme, [ainsi que] les petites réparations de quartier. Pendant ce temps [...], l’on avait donné le branle aux travaux du monument, cela donnait le change à la population clermontaise, et Dardé pouvait attendre [...]. Inutile de vous dire que devant cette si grave inconséquence, j’ai tout laissé tomber47 ».

  • 48 - Extraits des délibérations du conseil municipal de Clermont-l’Hérault, séance du 18 mai 1927. Pub (...)

60Le 18 mai 1927, lors d’une séance houleuse du conseil municipal de Clermont-l’Hérault, le conseiller Balestier s’exclame : « Avait-on besoin, je vous le demande, d’un second monument aux morts ? Le sculpteur Dardé prétend qu’il ne le finira pas. Pourquoi ? [...] J’exige que Monsieur Dardé soit assigné et comparaisse à la barre du Conseil municipal pour y être confondu, ou nous confondre si nous le méritons ». Réponse du maire : « Monsieur Balestier demande quelles sont les raisons qui ont empêché M. Dardé de continuer le monument aux morts ? La raison très simple en est que le maire, président du Comité, a refusé de donner à M. Dardé de nouveaux acomptes sans que les pierres soient amenées et sans un travail effectif48. »

  • 49 - Ronzier-Joly, maire, ne semblera pas tenir rigueur à Dardé de ses propos. En 1932, il lui annonce (...)
  • 50 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives (...)

61Le samedi 18 juin 1927, Dardé se rend à une réunion publique, où est évoquée la question du monument. Aussitôt après, il entreprend de rédiger une « lettre ouverte » aux Clermontais, qui restera à l’état de manuscrit. Il en profite pour argumenter contre les politiciens qui bafouent l’idéal républicain49, et expose sa conception de l’art : « J’ai préféré revenir parmi vous, et travailler à l’illustration de notre beau pays »50.

  • 51 - Lettre du 10 décembre 1930. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

62Le monument de Clermont semble n’avoir été terminé qu’après celui de Lodève, puisque dans une lettre de décembre 1930, Dardé le cite encore parmi les « vieilles histoires » dont il compte être « délié51 ».

63Toutefois les relations avec Clermont ne restent pas à ce point exécrables, puisque l’artiste laisse à la bibliothèque municipale un exemplaire dédicacé de sa Chanson de Roland illustrée, et à la mairie une belle statuette en pierre, d’homme primitif.

64Indépendamment de ces péripéties, la perplexité saisit souvent le visiteur qui, ayant franchi la grille du square et gravi les degrés mal commodes du monument, se confronte à l’étonnante sculpture que Dardé y a enfermée. Derrière des barreaux métalliques décorés de croissants de lune, un soldat gisant est veillé par une femme nue, alanguie, parée de plumes et de bijoux comme une danseuse de cabaret (fig. 14, 15). On sait que Dardé ne se privait pas de stigmatiser la « vie parisienne » qui, pendant la guerre, continuait. Le portrait allégorique de la France victorieuse donnerait-il ici l’image d’une prostituée ? Ou bien cette nouvelle vestale prendrait-elle l’attitude d’une cruelle sphinge, dévoreuse d’hommes ?... En plaçant côte à côte ces deux personnages couchés, Dardé s’est efforcé de contenir, dans le silence de la pierre, le vacarme de sa pensée.

Figure 14

Figure 14

Monument aux morts de Clermont-l’Hérault. Vue rapprochée sur le groupe sculpté.

© B. Derrieu, 2013.

Figure 15

Figure 15

Monument aux morts de Clermont-l’Hérault. Vue rapprochée sur le groupe sculpté.

© B. Derrieu, 2000.

Un monument aux morts, à Béziers

  • 52 - Dix ans plus tôt, Dardé avait déjà utilisé le ciment de manière manifeste dans la restauration du (...)
  • 53 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).
  • 54 - Courrier du trésorier, adjoint au maire, du Comité siégeant au Café Bages, 56 avenue G. Clemencea (...)

65En 1936, Dardé entame une nouvelle vie. Il songe à la construction de son atelier de Saint-Maurice, dont l’entrée doit s’orner de la copie, en ciment, d’une porte médiévale. Le ciment, comme les stucs, compte pour lui parmi les matériaux prometteurs d’expériences nouvelles52. Il écrit, le 10 mars 1936, aux Ciments Lafarge, dont il reçoit la réponse suivante : « Nous serons très heureux de nous entretenir avec vous de vos suggestions [...] et, en attendant, nous demandons à notre agent, M. B..., à Béziers, de se mettre en relation avec vous pour cette affaire »53. Peut-être l’affaire en question touche-t-elle le monument dont on discute alors le projet, et que le sculpteur réalisera l’année suivante. En mai 1937, le Comité d’entente des associations d’anciens combattants et victimes de guerre des arrondissements de Béziers-Saint-Pons, alloue à Dardé 6 000 francs, représentant la moitié du prix forfaitaire consenti « pour l’édification d’une stèle au cimetière neuf, suivant plan et dessin acceptés54 ».

  • 55 - Lettre du 9 septembre 1937, à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

66Sans doute Dardé prépare-t-il à Saint-Maurice les moules des quatre masques destinés au monument de Béziers. De fin août à octobre, il réside essentiellement dans cette ville, pour y réaliser l’ouvrage. Outre l’emploi du ciment, la pratique du moulage l’intéresse beaucoup (fig. 16), car il a l’intention, depuis très longtemps, d’éditer lui-même des reproductions de ses œuvres : « Je suis en rapport avec Beaucaire, pour faire un taureau », écrit-il à son épouse le 9 septembre. « Des fois, ça pourrait réussir. Surtout pour l’édition »55.

Figure 16

Figure 16

Monument aux morts de Béziers, cimetière neuf. Socle de plan cruciforme supportant un obélisque à haut-relief en ciment moulé, aujourd’hui recouvert d’un enduit blanchâtre. Représentation : quatre masques mortuaires (hommes). Dimensions : 3m/h, 1,9m/la, 1,9m/prof (chaque masque : 35cm/h, 30cm/la). Inscription : « Passant souviens-toi 1914 1918 ». Œuvre réalisée en 1937.

© B. Derrieu, 1995.

  • 56 - Lettre des 19 et 20 septembre 1937, à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé- (...)
  • 57 - Lettres d’octobre 1937 (jours non indiqués) à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fond (...)

67Le 19 septembre 1937, il finit de « couler la moitié du monument » (mi-hauteur ?). Il prévoit que la seconde moitié, sans doute celle qui comprend les quatre masques, sera « plus délicate mais moins pénible56 ». Les jours qui suivent, plusieurs lettres attestent de la continuité du travail, et de l’épuisement de Dardé : « Tu parles si je suis content que ça se tire », « Aujourd’hui, j’ai encore coulé du béton. Et demain ce sera le dernier jour. Jamais je n’aurais cru que cela dure si longtemps [...]. Dimanche je serai encore ici : le démoulage des têtes étant délicat » ; « J’en mets un coup pour terminer dimanche, afin que lundi le chantier soit libre. Tu trouveras un article de L’Éclair, édition de Béziers, sur la coupure que je t’envoie. Il est bien fait. J’ai tout démoulé, sans accident, et tout va bien. Il n’y a que quelques retouches, par-ci par-là, à donner » ; « Les échafaudages sont en bas [...], le monument est patiné à moitié. J’ai trouvé une patine naturelle : du béton qui imite le bronze, à en faire baver Rudier [fondeur]. Je suis content, mais fatigué57 ».

68L’inauguration est signalée par la presse le 1er novembre 1937 (fig. 17).

Figure 17

Figure 17

Monument aux morts de Béziers.

© B. Derrieu, 1995.

  • 58 - Discours du Dr G. Schaeffer au nom du Comité d’entente, cité dans L’Éclair, 2 novembre 1937.

69Sans chercher dans cette œuvre un sens caché, on pourrait émettre l’hypothèse d’une certaine évocation symbolique, par quatre portraits de caractères différents, des peuples de l’Ouest, de l’Est, du Nord et du Sud. Lors de l’inauguration, les masques de ce monument « sobre et superbe » furent officiellement présentés ainsi : « Ne voyez là aucune allégorie. Nous avons simplement décidé, avec Dardé, qu’ils rappelleraient quatre visages de ces pauvres poilus tombés pour la défense de la patrie, quatre faces glorieuses de camarades comme nous en avons, hélas, trop vues, sur le front des armées avant de les glisser dans leur dernière enveloppe [...]. Nous serions infiniment touchés si nous pouvions entrevoir que chacun chercherait à retrouver, dans ces physionomies, quelques traits d’un des siens58 ».

Conclusion

70En 1924, alors qu’il projetait de fonder une société d’exploitation de son œuvre sculptée par l’édition de reproductions, Dardé n’hésita pas à sélectionner plusieurs détails de ses monuments de Lodève, Lunel, Limoux, le Bousquet-d’Orb, Saint-Maurice.

71Dans le nombre extraordinaire des monuments commémoratifs de la Grande Guerre, les monuments aux morts de Paul Dardé forment un ensemble particulier, étranger à la production industrielle. Comparables ou dissemblables, ils s’inscrivent tous dans le projet artistique général d’un sculpteur-architecte original, et pour ce motif ils sont regardés comme des œuvres à part entière : « monuments de Dardé » autant que monuments aux morts.

72D’abord catégoriquement disqualifiés par les historiens de l’art contemporain, étudiés ensuite au titre du patrimoine, ils ont été classés pour deux d’entre eux au titre des Monuments historiques (Lodève et Clermont-l’Hérault), et peuvent désormais faire l’objet d’un programme de restauration.

Haut de page

Bibliographie

Les informations, concernant les monuments aux morts réalisés par Paul Dardé, se trouvent d’une part dans les archives publiques (départementales, communales), d’autre part dans les collections privées, au premier rang desquelles se place le fonds personnel du sculpteur, dont l’accès nous a été très aimablement ouvert par Mme Alice Dardé, puis par son neveu M. Michel Caubel. Ce fonds a fait l’objet d’un inventaire particulier, dans le cadre d’une étude que nous avons effectuée en 1990-1993, intitulée « La sculpture de plein air sous la IIIe République en Languedoc-Roussillon » (ministère de la Culture, DRAC-Languedoc-Roussillon).

Sur la vie et les œuvres de Paul Dardé, abondamment médiatisées, nous n’énumérons ici que les principales monographies.

DERRIEU, Bernard. Paul Dardé, sculpteur : Entretiens composés. Montpellier : O.D.A.C. et Ville de Lodève, 1985. Préface d’André Benedetto, présentation de Frédéric-Jacques Temple.

ERHARDT, Hans-Martin, CARDENAS, Raphaël. Le monument aux morts de Lodève, par Paul Dardé. Karlsruhe : Centre culturel français, 1988, catalogue d’une exposition de photographies.

MERCADIER, Jean. Un grand sculpteur languedocien : Paul Dardé, tailleur de pierre. Montpellier : Imprimerie Dehan, 1967.

PUECH, Christian. Paul Dardé. Montpellier : chez l’auteur, 1992.

VALLAT, Henri et Jacqueline. Paul Dardé, sculptures, dessins et peintures. Montpellier : Les Presses du Languedoc et J. Guilhem, 1993. Préface de Xavier Déjean.

Haut de page

Notes

1 - Archives nationales, F 21-4123 (chemise 2).

2 - SAUZET, J.A. L’Écho de Soubès, n°20, 20 avril 1918.

3 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

4 - SAUZET, op. cit.

5 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

6 - Archives départementales de l’Hérault (monuments commémoratifs ; documents non classés au moment de la consultation).

7 - Selon le journaliste Corbière, Dardé aurait « imposé l’emplacement le moins adéquat pour le monument qui encombre désormais le parc. » (L’Indépendant, Lodève, 6 février et 4 septembre 1927).

8 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

9 - L’Indépendant, Lodève, 26 novembre 1921.

10 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

11 - Lettre à Corbière, L’Indépendant, Lodève, 2 juillet 1922.

12 - GIROU, Jean. Sculpteurs du Midi. Paris : Librairie Floury, 1938, p. 114-115.

13 - L’Indépendant, Lodève, 4 mai 1924.

14 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

15 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

16 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

17 - Archives départementales de l’Hérault ; fonds personnel Paul Vigné d’Octon.

18 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

19 - L’Indépendant, Lodève, 26 mai, 1er juin, 8 juin 1930.

20 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 142.2).

21 - Archives départementales de l’Hérault (2 O 277-25).

22 - Article non signé, titré « Le sculpteur Paul Dardé s’est inspiré de la préhistoire pour réaliser une œuvre très importante », paru dans Le Méridional-La France, Marseille, 23 janvier 1964.

23 - L’Indépendant, Lodève, 11 novembre 1922.

24 - Archives communales de Laon. Communication par Mme C. Souchon, directrice des archives départementales de l’Aisne (1992).

25 - Lettre du 10 novembre 1921. Abella sollicite alors « la charge et l’honneur de semblable mission », promettant de « se plier à toutes les exigences », et proposant comme sculpteur Marcel Gaumont, « un de mes camarades d’école, 1er Grand Prix de Rome ». La « Minerve » de Laon sera inaugurée le 10 octobre 1926. Archives communales de Laon. Communication par Mme C. Souchon, directrice des archives départementales de l’Aisne (1992).

26 - Archives départementales de l’Aude, Série O, Limoux, Monument aux morts.

27 - GIROU, Jean. Sculpteurs du Midi. Paris : Librairie Floury, 1938, p. 115-116.

28 - Georges Grappe, représentant la Société du droit d’auteur aux artistes, écrit le 24 avril 1923 au président de la Commission départementale : « Nous serions désireux de ne pas être obligé de nous adresser aux tribunaux pour faire régler une question qui semble pouvoir se résoudre très simplement ». (Arch. dép. Hérault, Limoux, série O). Le député de la Seine, Charles Bertrand, secrétaire général de l’Union nationale des combattants, serait également intervenu « vigoureusement auprès du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, pour infléchir l’inique décision ». Voir JEAN, Gérard. http://limoux.pagesperso-orange.fr/rue21.htm.

29 - Le directeur de cette société est Georges Regnault, le commanditaire du Faune, qui accepta de céder cette œuvre à l’État (1920). Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

30 - Lettres des 4 et 15 janvier 1924, à Léonce Bénédite. Archives nationales, fonds L. Bénédite.

31 - Journal de Limoux, 17 et 24 février, 2 mars 1924.

32 - JEAN, Gérard. http://limoux.pagesperso-orange.fr/rue21.htm.

33 - Midi-Libre, 31 octobre 2012. La Dépêche du Midi, 2 novembre 2012.

34 - Lettre de Jean Taillefer à Paul Dardé, le 24 avril 1930. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Caubel).

35 - L’Indépendant, Lodève, 11 novembre 1922.

36 - L’Écho du Vidourle, Lunel, 25 mars 1923, et suivants.

37 - Lettre du 23 mai 1923, à René Quinton. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

38 - ALBRIC, Louis. « Monument aux morts ». L’Écho du Vidourle, Lunel, 10 juin 1923.

39 - Les « rayons symboliques » (l’appellation est de Dardé) se retrouvent dans plusieurs autres œuvres du sculpteur.

40 - ALBRIC, Louis. « Monument aux morts ». L’Écho du Vidourle, Lunel, 10 juin 1923.

41 - Discours de M. du Cambon, président du Comité pour le monument de Lunel, cité dans L’Écho du Vidourle, Lunel, 1er juillet 1923.

42 - Ibidem.

43 - L’Écho du Vidourle, Lunel, 29 avril 1923.

44 - Archives départementales de l’Hérault, 2 O 79-44.

45 - Le Troubadour, Clermont-l’Hérault, Noël 1921.

46 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives privées, A. Poujol.

47 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives privées, A. Poujol.

48 - Extraits des délibérations du conseil municipal de Clermont-l’Hérault, séance du 18 mai 1927. Publication en deux brochures (par Ronzier-Joly, et par J. Balestier), imprimerie Rambal.

49 - Ronzier-Joly, maire, ne semblera pas tenir rigueur à Dardé de ses propos. En 1932, il lui annoncera « amicalement » le versement d’une subvention demandée pour Olmet, en précisant : « J’ai pu obtenir le maximum parce que je présidais la commission ». Quatre ans plus tard, il intercèdera encore pour Dardé, auprès du sénateur Mario Roustan, ancien ministre (Fonds Dardé-Caubel).

50 - Manuscrit d’une « Lettre ouverte aux habitants de Clermont », par Dardé (24 juin 1927). Archives privées, A. Poujol.

51 - Lettre du 10 décembre 1930. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

52 - Dix ans plus tôt, Dardé avait déjà utilisé le ciment de manière manifeste dans la restauration du retable médiéval de Parlatges.

53 - Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

54 - Courrier du trésorier, adjoint au maire, du Comité siégeant au Café Bages, 56 avenue G. Clemenceau, Béziers. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

55 - Lettre du 9 septembre 1937, à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

56 - Lettre des 19 et 20 septembre 1937, à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

57 - Lettres d’octobre 1937 (jours non indiqués) à Alice Dardé. Archives de l’atelier Paul Dardé (Fonds Dardé-Caubel).

58 - Discours du Dr G. Schaeffer au nom du Comité d’entente, cité dans L’Éclair, 2 novembre 1937.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Situation géographique des monuments aux morts érigés en Languedoc par Paul Dardé.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2
Légende Monument aux morts de Soubès. Entrée du cimetière. Cénotaphe de plan rectangulaire en pierre de Lens ; face principale ouverte sur un groupe en haut-relief représentant un soldat étendu au sol, veillé par une jeune femme pleurant. Dimensions : 4m/h, 2,68m/la, 2m/prof. Inscriptions gravées : dédicace sur la face principale (« Aux enfants de Soubès / morts pour la France / Guerre de 1914-1918 »), noms des morts sur les faces latérales, épitaphe sur la face arrière (« Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie / Ont droit qu’à leur tombeau la foule vienne et prie »). Œuvre réalisée en 1919.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 3
Légende Monument aux morts de Soubès (détail).
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4
Légende Monument aux morts de Lodève, allées de la Résistance. Socle de plan rectangulaire à triple emmarchement supportant un groupe en pierre de Lens. Le groupe représente un soldat couché sur le dos, quatre femmes debout à sa tête, une femme agenouillée et ployée à sa droite, deux enfants debout déposant des gerbes de laurier à ses pieds. Entourage architectural avec balustrade et fontaines ornées de masques en pierre. Grille en fer forgé. Dimensions totales : 3,20m/h, 42m/la, 24m/prof (groupe seul : 2,30m/h, 2,60m/la, 3,30m/prof). Signature et date gravées à la base du groupe, face latérale droite : « Paul Dardé 1930 » ; noms des morts gravés sur les stèles composant l’entourage. Œuvre réalisée de 1921 à 1930, classée MH (29 mars 2005).
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 5
Légende Monument aux morts de Lodève, Les quatre femmes debout.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 6
Légende Monument aux morts de Lodève (après nettoyage), Le soldat gisant.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 7
Légende Monument aux morts de Saint-Maurice, route départementale (devant la mairie). Stèle monolithe en calcaire local, posée sur un socle bâti de pierre sèche. Profil de soldat taillé en relief sur la face principale. Hauteur totale : 4,15m (monolithe seul : 3,50m/h, 2,63m/la, 0,30m/prof). Inscriptions gravées sur la face principale de la stèle : noms des morts, et dédicace (« Aux poilus de la commune de Saint-Maurice »). Œuvre érigée en 1922.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 8
Légende Monument aux morts du Bousquet-d’Orb, place Pierre Masse. Grande stèle bâtie en pierre de taille, ornée d’un médaillon sur la face principale, représentant le profil d’un buste de soldat casqué. Dimension approximative : 5m/h (médaillon seul : 60 cm/diamètre). Inscriptions gravées : « 1914-1918 » sur la pierre, et noms des morts sur plaques de marbre blanc. Œuvre érigée en 1921.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9
Légende Monument aux morts de Limoux. Dessin du projet initial, par Paul Dardé (Arch. dép. Aude, Série O, Limoux, 1922).
Crédits © Archives départementales de l’Aude, 1992.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 10
Légende Monument aux morts de Limoux, avenue Fabre d’Églantine. Emmarchement de plan carré en granit supportant socle et obélisque en pierre de Lens ; figure sculptée en haut-relief sur la face principale de l’obélisque, représentant un soldat mort et un aigle à ses pieds. Hauteur totale approximative : 5,50 m. Inscriptions gravées : dédicace sur la base de l’obélisque, face principale (« Aux enfants de Limoux ») ; signature (en bas à droite du soldat). Œuvre réalisée en 1923.
Crédits © B. Derrieu, 1992.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 11
Légende Monument aux morts de Lunel. Vue partielle.
Crédits © B. Derrieu, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 12
Légende Monument aux morts de Lunel, parc municipal Jean-Hugo. Stèle en pierre de Lens ornée d’un bas-relief représentant deux soldats morts sur le champ de bataille, contre des barrières de fil de fer barbelé ; fumées à l’horizon à gauche, meules de foin à droite. Au-dessus : frise représentant cinq couronnes de laurier. Hauteur totale : 5 m (bas-relief seul : 70cm/h, 193cm/la). Inscriptions gravées : signature (à droite) ; dédicace sur base de la stèle (« À la mémoire glorieuse des enfants de Lunel / 1914 1918 / 1939 1945 / AFN TOE »). Œuvre réalisée en 1923.
Crédits © B. Derrieu, 1991.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 13
Légende Monument aux morts de Clermont-l’Hérault, square des anciens combattants. Socle de plan carré à emmarchement supportant un cénotaphe en pierre de Lens, abritant un groupe en haut-relief représentant un soldat couché veillé par une femme allongée. Ensemble architectural sur large terrasse formant square, grille en fer forgé. Hauteur totale : 7 m. Inscriptions gravées : « 1914-1918 » et noms des morts sur plaques de marbre, faces latérales. Œuvre réalisée en 1924-1928, classée MH (29 mars 2005).
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 14
Légende Monument aux morts de Clermont-l’Hérault. Vue rapprochée sur le groupe sculpté.
Crédits © B. Derrieu, 2013.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 15
Légende Monument aux morts de Clermont-l’Hérault. Vue rapprochée sur le groupe sculpté.
Crédits © B. Derrieu, 2000.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 16
Légende Monument aux morts de Béziers, cimetière neuf. Socle de plan cruciforme supportant un obélisque à haut-relief en ciment moulé, aujourd’hui recouvert d’un enduit blanchâtre. Représentation : quatre masques mortuaires (hommes). Dimensions : 3m/h, 1,9m/la, 1,9m/prof (chaque masque : 35cm/h, 30cm/la). Inscription : « Passant souviens-toi 1914 1918 ». Œuvre réalisée en 1937.
Crédits © B. Derrieu, 1995.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 17
Légende Monument aux morts de Béziers.
Crédits © B. Derrieu, 1995.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/11713/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Derrieu, « Les monuments aux morts de 1914-1918 érigés par le sculpteur Paul Dardé », In Situ [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/11713 ; DOI : 10.4000/insitu.11713

Haut de page

Auteur

Bernard Derrieu

animateur du patrimoine, Communauté de communes du Lodévois et Larzac, Hérault bderrieu@lodevoisetlarzac.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page