Navigation – Plan du site
Le cheval en images. Art et société
Catégories chevalines, catégories sociales

Le cheval sculpté à Versailles : une image du pouvoir ?

Alexandre Maral

Résumés

Alors que les représentations sculptées du cheval comme partie d’un groupe équestre ou comme thème du décor des bâtiments d’écurie ont fait l’objet de nombreuses études pour les XVIIe et XVIIIe siècles, tout un domaine iconographique n’a pour l’instant jamais été abordé au sein des commandes royales : le cheval représenté pour lui-même. Pourtant, les exemples les plus connus de cette thématique – les deux groupes latéraux de la grotte de Téthys à Versailles et les célèbres groupes de Coustou pour l’abreuvoir de Marly – figurent parmi les chefs-d’œuvre de la sculpture française. Dans la mesure où elle se réalise sur les chantiers des résidences royales, cette « libération » du cheval traduit aussi une certaine réflexion sur l’image du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1À l’instar de l’effigie du souverain, à laquelle elle est souvent associée, la représentation sculptée du cheval est, à Versailles, moins fréquente qu’on ne pourrait l’imaginer. Pour une demeure royale habitée par un souverain passionné de chasse à courre et d’équitation, cette situation semble assez paradoxale. Elle est peut-être l’indice d’une iconographie parfaitement contrôlée. Elle invite en tout état de cause à examiner avec attention le corpus – jamais étudié en tant que tel – des représentations équestres, composé de sculptures assez diverses mais toujours de grande qualité.

Préambule

Le Char d’Apollon

  • 1 - MARAL, Alexandre. Achille, Apollon, Diane, Jupiter, Vénus… Parcours mythologique dans les jardins (...)

2Réalisé entre 1668 et 1670, le groupe sculpté ornant le bassin d’Apollon (fig. 1) est probablement l’œuvre la plus connue des jardins de Versailles, dont il occupe la grande perspective1.

Figure 1

Figure 1

Jean-Baptiste Tuby, Le Char d’Apollon, groupe, plomb, 1668-1670. Versailles, jardins du château, bassin d’Apollon.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

  • 2 - LOUIS XIV. Mémoires pour l’instruction du dauphin, éd. Pierre Goubert. Paris : Imprimerie nationa (...)

3Louis XIV y est représenté sous le voile d’Apollon, s’apprêtant ici à répandre ses bienfaits au moment du lever du Soleil. Ce groupe de plomb doré fut le premier à illustrer, à cette échelle, la célèbre devise de Louis XIV, Nec pluribus impar. Sur cette dernière, le souverain lui-même a donné de précieuses explications, consignées à l’année 1662 des Mémoires pour l’instruction du dauphin2 :

On choisit pour corps le soleil, qui, dans les règles de cet art, est le plus noble de tous, et qui, par la qualité d’unique, par l’éclat qui l’environne, par la lumière qu’il communique aux autres astres qui lui composent comme une espèce de cour, par le partage égal et juste qu’il fait de cette même lumière à tous les divers climats du monde, par le bien qu’il fait en tous lieux, produisant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action, par son mouvement sans relâche, où il paraît néanmoins toujours tranquille, par cette course constante et invariable, dont il ne s’écarte et ne se détourne jamais, est assurément la plus vive et la plus belle image d’un grand monarque. Ceux qui me voyaient gouverner avec assez de facilité et sans être embarrassé de rien, dans ce nombre de soins que la royauté exige, me persuadèrent d’ajouter le globe de la terre, et pour âme Nec pluribus impar : par où ils entendaient ce qui flattait agréablement l’ambition d’un jeune roi, que, suffisant seul à tant de choses, je suffirais sans doute encore à gouverner d’autres empires, comme le soleil à éclairer d’autres mondes, s’ils étaient également exposés à ses rayons.

4Dû au sculpteur d’origine romaine Jean-Baptiste Tuby, le groupe fait référence à la fameuse composition peinte par Guido Reni à la voûte du casino dell’Aurora, à l’origine une dépendance du palais Borghèse, qui appartint ensuite au cardinal Mazarin et à sa famille. Le casino est tout proche des célèbres groupes des Dioscures du Quirinal.

5Pour peu que sa course soit tranquille, constante et invariable, pour reprendre les termes de Louis XIV, le Soleil de Versailles est porteur de toutes sortes de bienfaits. Le char du dieu royal est tiré par quatre chevaux bondissant et hennissant. Leur énergie permet au char de s’élancer dans l’azur, mais ils sont soigneusement maîtrisés par le dieu qui tient les rênes.

6La Fontaine eut sans doute l’occasion de voir le groupe aux Gobelins, lorsqu’il était en cours d’élaboration. Dans son poème Les Amours de Psyché et de Cupidon, publié en 1669, il a noté la collaboration des chevaux à l’action vivifiante du Soleil :

Les coursiers de ce dieu, commençant leur carrière,

À peine ont hors de l’eau la croupe tout entière.

Cependant, on les voit impatients du frein,

Ils forment la rosée en secouant leur crin. 

7Installée parmi les premières dans les jardins, cette sculpture, l’une des plus insignes de Versailles, devait donner au cheval une place tout à fait importante : son énergie débordante était ainsi requise au service d’un projet rationnel, celui de l’exercice du pouvoir souverain.

Le cheval au service du souverain

8Roi de guerre, Louis XIV reçut une éducation équestre soignée, qui lui permit de prendre part aux campagnes militaires et, jusqu’à la fin de son règne, de passer en revue ses troupes. Même si le caractère administratif de la monarchie devait désormais prévaloir, l’image traditionnelle du souverain à cheval s’imposa donc encore pour signifier l’exercice du pouvoir. Cette image fut du reste proposée dans le cadre de fêtes éphémères : le célèbre carrousel de 1662 aux Tuileries, mais également le carrousel des Galants Maures, organisé en juin 1685 à Versailles, à l’arrière de la Grande Écurie.

Le Passage du Rhin

  • 3 - MARAL, Alexandre. « Apollon servi par les nymphes ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicola (...)

9Commandé en 1666 aux sculpteurs François Girardon et Thomas Regnaudin, qui conclurent un contrat d’association en février 1667, le groupe d’Apollon servi par les nymphes (fig. 2) fut destiné à garnir la niche centrale de la grotte de Téthys3. Inspiré d’un court passage du livre II des Métamorphoses d’Ovide, il devait illustrer le repos du dieu solaire, à partir du crépuscule, dans l’antre de la déesse de la mer, épouse du dieu Océan.

Figure 2

Figure 2

François Girardon et Thomas Regnaudin, Apollon servi par les nymphes, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1866.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

10Ce chef-d’œuvre de la sculpture française est formé de sept figures – Apollon et six nymphes –, il montre l’aptitude des artistes issus des rangs de l’Académie royale de peinture et de sculpture à concevoir et réaliser des compositions ambitieuses, rivalisant avec les modèles antiques du Taureau Farnèse ou des Niobides Médicis. Réalisé en marbre de Carrare, le groupe d’Apollon servi par les nymphes devait inaugurer à Versailles un âge du marbre, marqué par de nombreuses réalisations de grande qualité – un ensemble sans précédent dans l’histoire de la sculpture française. Par son thème solaire, le groupe participe d’un dispositif d’écriture des jardins, ponctués de plusieurs autres sculptures se rapportant au mythe d’Apollon, du bassin d’Apollon à celui du Dragon, en passant par le groupe de Latone et ses enfants, placé au centre de la grande perspective.

11Avant même l’achèvement du groupe, livré en 1675, La Fontaine en fit la description dans son poème déjà cité, Les Amours de Psyché et de Cupidon, rédigé en 1668 et publié l’année suivante :

 Quand le Soleil est las, et qu’il a fait sa tâche,

Il descend chez Téthys, et prend quelque relâche.

C’est ainsi que Louis s’en va se délasser

D’un soin que tous les jours il faut recommencer. 

12Outre le parallèle entre la journée de l’astre solaire et celle de Louis XIV, toutes deux garantes de l’ordre du monde, La Fontaine exalte la maîtrise de soi d’Apollon-Louis XIV, qualité gouvernementale par excellence :

 Parmi tant de beautés, Apollon est sans flamme :

Celle qu’il s’en va voir seule occupe son âme. 

13La Fontaine rédigea sa description à partir d’un modèle du groupe. À l’intérieur même de la grotte, une version d’attente en plâtre fut disposée à une date inconnue, antérieure à avril 1672, date à laquelle elle est attestée par le Mercure galant. C’est cette version que vit l’ambassadeur de Venise Francesco Michieli lors de sa visite de Versailles en novembre 1672.

14Après juin 1672, Girardon inséra dans cette composition intemporelle une allusion à un événement historique du règne de Louis XIV : le Passage du Rhin, sculpté en relief sur l’aiguière d’une des deux nymphes agenouillées aux pieds du dieu (fig. 3). Malgré la petite taille du relief et son caractère anecdotique – un simple décor d’aiguière –, sculpter ainsi le Passage du Rhin visait à immortaliser un épisode de la guerre de Hollande qui pouvait faire penser à l’exploit de Jules César ou à celui d’Alexandre le Grand traversant le Granique. Pour ce relief qui offre une lecture explicitement politique du groupe, Girardon choisit de représenter Louis XIV vêtu et casqué à l’antique, mais coiffé d’une ample perruque moderne et tenant un bâton de commandement. Son cheval est cabré, mais le roi le maîtrise parfaitement, comme l’attestent les rênes, fermement tenues.

Figure 3

Figure 3

François Girardon, Le Passage du Rhin, détail de la nymphe agenouillée du groupe précédent.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

Le monument de 1679

  • 4 - MARAL, Alexandre. « Le monument de 1679 ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.), (...)

15L’idée de concevoir un grand monument indépendant se manifesta, pour la première fois, autour de 1680, au moment où Versailles fut appelé à devenir une résidence d’État, lieu de séjour permanent de la Cour et du gouvernement – une nouveauté au regard de l’exercice traditionnel du pouvoir, jamais associé à un lieu fixe jusque-là. En mars 1679, comme l’attestent les registres comptables des Bâtiments du roi, les sculpteurs François Girardon et Gaspard Marsy travaillaient chacun à un modèle de monument équestre du roi, destiné à être traduit en bronze4. Sur la base de ce premier modèle, le travail de Girardon fut agréé : il reçut en 1680 la somme de 1 500 livres pour plusieurs autres modèles de statue équestre et, en 1682, il fut encore rétribué, à hauteur de 4 000 livres, pour un modèle, vraisemblablement à grandeur. Ce dernier avait été réalisé dans un atelier aménagé à l’intérieur de la salle du jeu de paume du Louvre, au milieu de la Cour carrée. En 1683, sept gros blocs de marbre furent livrés à Girardon, vraisemblablement pour ce monument, qui correspond au « grand groupe » en cours d’exécution au Louvre la même année.

16Plusieurs dessins issus de Charles Le Brun et de son entourage peuvent être mis en rapport avec cet étonnant projet, ainsi qu’un dessin d’ensemble conservé à Stockholm, qui, quoique de qualité médiocre, constitue le document le plus complet sur ce monument. Selon la description de Nicodème Tessin, qui en vit le modèle en 1687, Louis XIV était représenté à cheval, au sommet d’une montagne de rochers, foulant à ses pieds les allégories de l’Envie et de la Discorde. Sous forme de fleuves et accompagnés d’animaux symboliques, quatre allégories de puissances étrangères, en proie à l’effroi, étaient placées sur les flancs de la montagne. L’ensemble réalisé eût atteint une hauteur de trente-six pieds (près de douze mètres), dont la moitié pour l’effigie équestre du roi, prévue en bronze.

17Selon Nivelon, le biographe de Le Brun, cette montagne était initialement prévue pour Paris, à l’emplacement de l’hôtel de Soissons, qui avait été détruit pour permettre l’ouverture d’une place publique non loin du Louvre. Dans un second temps, Colbert, surintendant des Bâtiments du roi, proposa de l’installer dans la cour du château de Versailles ouvrant vers la ville. Selon le projet de Colbert, l’ensemble, devenu fontaine, aurait pris place au centre d’un bassin octogonal. Ce bassin figure sur un plan général du château qui peut être daté de 1679 et ses traces archéologiques ont été identifiées au centre de la Cour royale lors de la campagne de fouilles du printemps 2006. Nivelon rapporte que la mort de Colbert, en septembre 1683, mit fin à ce projet. De fait, peu après sa nomination comme surintendant des Bâtiments, Louvois se rendit à la salle du jeu de paume du Louvre pour y voir le modèle de Girardon et il en critiqua notamment la masse rocheuse, qui rendait invraisemblable la présence du roi à cheval à son sommet.

Le médaillon du salon de la Guerre

  • 5 - MARAL, Alexandre. « Le salon de la Guerre ». Château de Versailles : de l’Ancien Régime à nos jou (...)

18Si le projet de Colbert, Le Brun et Girardon pour un monument équestre ne fut jamais réalisé dans la Cour royale, Versailles accueillit un relief d’inspiration comparable et de grande dimension. Dû à Antoine Coysevox, qui travailla d’après un projet de Le Brun, le relief de la cheminée du salon de la Guerre fut réalisé en 1681-16825. Il met en scène Louis XIV équestre, couronné par l’allégorie de la Victoire et foulant les ennemis terrassés (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

Antoine Coysevox, Louis XIV équestre, couronné par l’allégorie de la Victoire et foulant les ennemis terrassés, relief, stuc, 1681-1682. Versailles, château, salon de la Guerre.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

19Cette composition ambitieuse est traitée sur un mode pictural, fondé sur l’exploitation de plusieurs plans de relief, la tête du cheval étant traitée en ronde-bosse. Elle résume en quelque sorte le programme déployé dans la Grande Galerie mitoyenne – et, pour les visiteurs entrant dans la galerie par le salon de la Guerre, elle en annonce le propos. Malgré son riche encadrement de marbre de la Sainte-Baume, ce relief ne fut exécuté qu’en stuc blanc, un matériau en principe employé pour les sculptures des parties hautes, visibles de loin. Ce n’est qu’à la fin du règne, en 1715, qu’il fut prévu de le remplacer par une version en marbre, pour laquelle Coysevox conçut un nouveau modèle en plâtre, rétribué en 1716. On ne sait si ce nouveau modèle, que Coysevox ne fut jamais chargé de traduire en marbre, reprenait la composition de 1681 : il a disparu sans laisser aucune trace. Curieusement, soit que le modèle de Coysevox n’ait pas plu, soit qu’il ait été transmis à son neveu Nicolas Coustou, ce dernier reçut en 1715 la commande d’un relief de marbre pour le salon de la Guerre. Achevé seulement en 1738 et par Guillaume Coustou, le frère de Nicolas, le grand médaillon de marbre illustre le Passage du Rhin. Cette dernière composition, différente de celle, générique, de 1681, ne comporte aucun cheval : le souverain est à pied, conformément à l’iconographie de la voûte de la Grande Galerie. Le relief des Coustou ne parvint à Versailles qu’au XIXe siècle. Il ne remplaça pas alors le médaillon de stuc du salon de la Guerre, mais fut placé au vestibule bas de la chapelle royale.

Le cheval au service du héros

20Du fait de l’abandon du projet du monument de la Cour royale après 1683, la représentation sculptée du souverain à cheval se résume donc, à Versailles, à seulement deux occurrences : la petite aiguière du groupe d’Apollon servi par les nymphes, le relief provisoire du salon de la Guerre. C’est sous une autre forme, associé non pas directement au souverain mais à une figure héroïque, que le cheval s’est véritablement imposé à Versailles. Là encore, le corpus des œuvres est assez réduit, mais il s’impose par sa qualité et sa monumentalité.

Alexandre et Bucéphale

  • 6 - SAULE, Béatrix (dir.). Versailles, décor sculpté extérieur. Paris : Réunion des Musées nationaux, (...)

21À partir de 1679, en face du château, les deux bâtiments des écuries royales furent entrepris sous la direction de l’architecte Hardouin-Mansart. Celui de la Petite Écurie, destiné à abriter notamment les voitures de la Maison du roi et les chevaux de trait, reçut une ornementation sculptée assez surprenante6. Ainsi, encadrant le portail central, deux grands trophées d’armes antiques sont composés avec un certain désordre et leurs cuirasses sont affaissées, comme si la gloire antique était désormais dépassée. Sur le fronton arrière, qui dominait alors le jardin de l’hôtel de Conti, Girardon fut chargé de sculpter le grand relief d’Alexandre domptant Bucéphale (fig. 5).

Figure 5

Figure 5

François Girardon, Alexandre domptant Bucéphale, relief, pierre, vers 1680-1685. Versailles, Petite écurie du roi.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

22Il en reçut le paiement en décembre 1685. Selon le guide de Piganiol de La Force, publié en 1701, l’œuvre fut réalisée d’après un dessin d’Hardouin-Mansart. De fait, l’œuvre, outre son caractère exceptionnel, devait marquer une étape importante dans l’évolution même de la conception du relief. Composé de figures se détachant sur un fond lisse, ce dernier pouvait désormais être pleinement intégré à l’architecture et traité comme une émanation de la paroi – une formule riche d’avenir, non seulement à Versailles, mais aussi aux Invalides, autre chantier d’Hardouin-Mansart. L’épisode représenté par Girardon est tiré de Plutarque : le roi Philippe de Macédoine a promis de donner un cheval à son fils, à condition que ce dernier s’en rende maître. Le relief représente deux hommes et deux chevaux. Le cheval libre est cabré, non encore maîtrisé mais sur le point de l’être par Alexandre : la composition évoque le célèbre groupe des Dioscures du Quirinal. L’autre cheval est parfaitement maîtrisé : il est chevauché par un compagnon d’Alexandre, qui aide ce dernier dans sa rude tâche, mais il peut représenter aussi, en une sorte de vision cinétique, l’étape suivante de l’histoire d’Alexandre et Bucéphale.

Louis XIV, sous les traits de Marcus Curtius

  • 7 - MARAL, Alexandre. « Louis XIV et le Bernin ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir. (...)

23En août 1665, alors qu’il séjournait à Paris, le Bernin proposa le projet d’une statue équestre de Louis XIV, destinée à être disposée sur une place entre le Louvre et les Tuileries7. Il en reçut officiellement la commande en 1667, après son retour à Rome. L’année suivante, Colbert envisagea un nouvel emplacement parisien, sur le Pont-Royal, qui venait d’être achevé. Le Bernin fut aidé par les sculpteurs pensionnaires de l’Académie de France, qui travaillèrent sous la direction du maître entre 1671 et 1673. Seule la tête de Louis XIV fut entièrement sculptée par le Bernin. La configuration initiale de ce groupe équestre est connue par le bozzetto en terre cuite de la galerie Borghèse à Rome, ainsi que par un dessin postérieur, probablement de 1672, du Museo civico de Bassano del Grappa. Ce dernier porte l’annotation « Per ardua » : selon le concetto du Bernin, Louis XIV gravissait la montagne de la Vertu. L’œuvre fut achevée dès 1677, mais, curieusement, elle resta à Rome jusqu’en 1684. Elle parvint à Paris en mars 1685 et, curieusement aussi, fut transférée à Versailles au mois d’août suivant. Louis XIV la découvrit à l’intérieur de l’Orangerie, le 14 novembre 1685 et, selon le marquis de Dangeau, « il trouva que l’homme et le cheval étoient si mal faits qu’il résolut non seulement de l’ôter de là, mais même de la faire briser ». En fait, dès le 1er octobre 1685, Louvois avait demandé à Girardon de transformer la statue, jugée « si vilaine qu’il n’y a point d’apparence, quand le roi l’aura vue, qu’il la laisse subsister comme elle est » : loin d’être due à la surprise, la réaction de colère du roi avait été prévue. La raison du rejet de Louis XIV n’a pas été explicitée. Le style du Bernin ne pouvait lui déplaire, le célèbre buste de 1665 ayant été transféré en 1684 de Paris à Versailles pour être installé, en position d’honneur, dans le salon de Diane. En revanche, dans la mesure où l’œuvre s’inspirait de près du Constantin équestre du Vatican – en 1669, Colbert avait pourtant reçu l’assurance du contraire de la part du Bernin –, elle ne pouvait qu’être mal perçue à l’heure où les relations avec la papauté étaient extrêmement tendues.

24Par ailleurs, du fait de la posture contournée et indocile du cheval, cette représentation équestre est assez atypique : le roi fut peut-être dérouté par le rôle de véritable protagoniste donné à la monture, qui n’est pas vraiment dominée. Loin d’être détruite, l’œuvre fut toutefois placée dans un premier temps sur le parterre de l’Orangerie. Il fut peut-être même envisagé de lui donner comme soubassement la montagne de la Vertu qui figure sur le dessin de Bassano : dans son testament, daté de 1689, le peintre Pierre Mignard devait en effet mentionner « le desseing du rocher que j’avois fait pour l’orangerie de Versailles ». Ce projet, qui rappelle celui de la Cour royale, n’eut aucune suite. C’est probablement à l’occasion de son transfert au bassin de Neptune, à l’automne 1686, qu’elle fut transformée en statue équestre de Marcus Curtius – comme l’atteste Tessin en septembre 1687 lors de sa visite à Versailles – un héros de l’histoire de Rome dont la vie est rapportée par Tite-Live. Rétribué seulement en 1688, Girardon fut ainsi chargé de remplacer la chevelure du roi par un casque antique et, sous le cheval, de transformer les rochers et les étendards en flammes (fig. 6). Le récent bassin de Neptune, à l’extrémité duquel l’œuvre fut installée, signifiait à la fois le gouffre dans lequel le héros romain s’apprête à se précipiter et le lac qui en prend la place grâce au sacrifice de sa vie. Si l’hypothèse d’un rejet motivé par la posture du cheval est avérée, on peut considérer que cette dernière fut à l’origine, dans une certaine mesure, de la transformation de l’œuvre : effrayé par le gouffre de flammes dans lequel son cavalier le force à se jeter, le cheval adopte, dès lors qu’il est surmonté par Marcus Curtius, une attitude bien plus compréhensible que s’il s’agissait de Louis XIV.

Figure 6

Figure 6

Gian Lorenzo Bernini, dit le Bernin, et François Girardon, Louis XIV sous les traits de Marcus Curtius, statue équestre, marbre, 1671-1677 et 1688. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1758.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

25L’œuvre du Bernin fut certes quelque peu maltraitée, mais non son concetto : la transformation d’un portrait du souverain en représentation d’un héros de l’ancienne Rome reflétait, en quelque sorte, une politique de mise à profit, par le pouvoir royal, de la charge idéologique véhiculée par l’héroïsme antique.

26En 1702, l’œuvre fut de nouveau transférée, à l’extrémité de la pièce d’eau des Suisses, parfois désignée par les sources anciennes comme « lac des Suisses ». Quoique désormais beaucoup plus éloignée du château, elle continuait à fournir une clé de lecture pertinente de son environnement, au service de la gloire du souverain.

Effigies royales équestres des appartements privés du souverain

27L’abandon du projet de monument dans la Cour royale, le refus de traduire dans le marbre le grand médaillon de Coysevox au salon de la Guerre, la transformation du Louis XIV équestre du Bernin en Marcus Curtius témoignent d’une certaine réticence du souverain à admettre à Versailles sa représentation sculptée. Pour une part, cette prise de distance fut contemporaine du mouvement d’implantation, à partir de 1685, d’importantes effigies royales équestres dans plusieurs villes du royaume.

L’appartement de collectionneur du roi

  • 8 - MARAL, Alexandre. « Les sculptures en bronze de Louis XIV » et « Un sanctuaire du bronze ». Dans (...)

28Dans la sphère privée de son appartement de collectionneur, Louis XIV accueillit toutefois trois effigies équestres de lui-même8. Ces œuvres en bronze, de taille réduite, lui furent offertes. La première correspond à la réduction (fig. 7) de la statue commandée par le duc de Richelieu au sculpteur Thomas Gobert en 1685 : elle était destinée à orner le jardin de sa résidence de Rueil mais elle ne dépassa jamais le stade de la version en plâtre, préparatoire à un grand bronze.

Figure 7

Figure 7

Thomas Gobert, Louis XIV équestre, statuette, bronze, vers 1685. Paris, Musée du Louvre, Département des sculptures, inv. MR 3263, en dépôt au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

29Lors de sa visite à Versailles en 1687, Tessin eut l’occasion de découvrir la réduction de l’œuvre de Rueil. Elle était alors disposée dans l’antichambre précédant les cabinets des tableaux, à l’emplacement de la moitié ouest de l’actuel salon de la Pendule. L’inventaire de 1707 la localise dans le cabinet des Médailles. Correspondant au no308 des Bronzes de la Couronne, cette réduction de la statue équestre de Rueil, due également à Gobert, montre le roi revêtu d’un costume contemporain – un parti iconographique assez exceptionnel au regard de l’image, habituelle, d’un Louis XIV à l’antique, dont la seule marque de modernité réside dans la perruque. Dans la mesure où le cheval ne prend appui que sur les deux jambes postérieures, l’œuvre représente un tour de force technique, qui explique peut-être pourquoi le grand bronze ne fut jamais exécuté. Gobert avait probablement vu la statue équestre du Bernin et il en a retenu l’allure générale, mais pas la violence de la monture. Cette dernière se dresse sur des membres postérieurs qui sont alignés sur un même plan : il s’agit de la courbette, une figure de dressage pleinement maîtrisée par le cavalier.

30Du fait d’une intervention de Quentin-Claude Pitoin, l’exemplaire de Louis XIV a malheureusement été privé de sa terrasse rocailleuse en 1777. Seule la réplique de 1689, conservée à l’Académie des beaux-arts de Copenhague depuis 1754, permet d’avoir une vision complète de l’état d’origine de l’œuvre.

Le salon Ovale

  • 9 - CASTELLUCCIO, Stéphane. Les collections royales d’objets d’art de François Ier à la Révolution. P (...)

31En 1693, au sein de son appartement de collectionneur, Louis XIV fit aménager par Hardouin-Mansart une pièce supplémentaire, le salon Ovale, entièrement dévolue à la présentation de sculptures en bronze des collections de la Couronne. Outre les deux célèbres chenets de l’Algarde, deux réductions de groupes d’Enlèvements y prirent place : L’Enlèvement d’Orithye par Borée de Gaspard Marsy et Anselme Flamen et L’Enlèvement de Proserpine par Pluton de Girardon, quatre pièces majeures disposées dans des niches. Mise en valeur par la forme ovale du cadre architectural et la présence ?, une statuette équestre en bronze du souverain fut placée au centre de la pièce, devenue ainsi une sorte de place Royale domestique au cœur de l’appartement privé de Louis XIV. Comme Stéphane Castelluccio l’a établi, il s’agissait d’une réduction liée au projet pour la place Royale de Dijon9. Ce dernier devait précéder tous les projets d’effigies équestres en province : contemporain de celui de la place des Conquêtes à Paris, il avait été mis en œuvre dès juin 1685 en vertu de la décision des États de Bourgogne et, en mai 1686, un marché était conclu à Versailles, dans l’appartement d’Hardouin-Mansart, entre les élus des États de Bourgogne et le sculpteur Étienne Le Hongre. Autant que l’implication du Premier architecte du roi, probablement recommandé par son client le prince de Condé, gouverneur de Bourgogne, la date précoce du projet a pu favoriser l’accès au salon Ovale de la réduction en bronze de la statue équestre, qui n’était toujours pas parvenue à destination en 1693.

32Des sept réductions en bronze de la statue de Dijon qui ont été publiées, seulement deux, conservées dans des collections particulières, pourraient correspondre, par leur taille, au n° 311 des Bronzes de la Couronne, ainsi que celle qui a été récemment acquise par le musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (fig. 8).

Figure 8

Figure 8

France-XVIIe siècle, d’après Étienne Le Hongre, Louis XIV équestre, statuette, bronze, vers 1690. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9151.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

La Petite Galerie

33Après 1695, Gobert offrit à Louis XIV une variante de sa première création, où le roi était désormais héroïsé à l’antique. Constituant encore un exercice de style sur la figure du cheval cabré, cette seconde réduction est signalée par l’inventaire de 1707 dans la Petite Galerie, parmi les œuvres les plus précieuses de la collection royale. Quoique correspondant au n° 311 des Bronzes de la Couronne, elle fut offerte par Louis XIV à son allié et ami Maximilien-Emmanuel, électeur de Bavière. Les États de ce dernier ayant été envahis lors de la guerre de Succession d’Espagne, Louis XIV l’accueillit en France et l’hébergea au château de Saint-Cloud. Après la conclusion du traité de Rastadt de 1714, qui rétablit l’électeur de Bavière dans ses États, Maximilien-Emmanuel prit congé de Louis XIV en mars 1715. C’est peut-être à cette occasion que le roi lui fit don de la statuette équestre de Gobert, aujourd’hui conservée à la Residenz de Munich. Le geste s’intègre dans la tradition des présents diplomatiques, mais il peut signifier aussi la réticence du souverain, déjà constatée, à abriter à Versailles des représentations sculptées de lui-même, fussent-elles équestres.

Louis XV équestre

  • 10 - SCHERF, Guilhem. « Les monuments à Louis XV » et « D’après Edme Bouchardon, Louis XV à cheval ». (...)

34À partir de 1738, l’appartement de collectionneur de Louis XIV fut démantelé par son successeur. Dans ses appartements privés, ce dernier respecta toutefois la tradition de présenter quelques effigies équestres de lui-même, en rapport avec l’aménagement contemporain de nouvelles places Royales10. Louis XVI ne remit pas en question ce principe. Ainsi, l’inventaire de 1785-1787 signale, dans la salle à manger des retours de chasse, la présence d’un Louis XV équestre, réduction de la statue de Jean-Baptiste Lemoyne fondue en bronze par Pierre Varin en 1743 et destinée à la place Royale de Bordeaux. L’œuvre semble inspirée du modèle de Le Hongre pour Dijon, le souverain tenant un bâton de commandement et chevauchant un cheval passant, parfaitement maîtrisé.

35De même, le salon de la Pendule accueillit une réduction en bronze de la célèbre statue équestre de Louis XV par Edme Bouchardon, fondue par Pierre Gor en 1758 pour la place Louis XV à Paris. La réduction en bronze fut offerte au roi par la Ville de Paris après 1764 : Bouchardon étant décédé depuis 1762, le sculpteur Louis-Claude-Antoine Vassé fut chargé d’en réaliser le modèle et la fonte. Là encore, le souverain tient un bâton de commandement et monte un cheval passant.

36Ces deux réductions équestres ne sont plus localisées depuis la fin du XVIIIe siècle. Le Louis XV équestre qui occupe depuis le XIXe siècle le centre du salon de la Pendule est une autre version, due à Jean-Baptiste Pigalle et offerte par la Ville de Paris à Mesdames, filles de Louis XV, qui la firent placer dans leur château de Bellevue.

Le cheval sans maître

37Comme on l’a vu, dans le domaine de la sculpture, Versailles ne devait guère favoriser l’iconographie du souverain équestre. Curieusement, c’est au sein de la sphère privée de l’appartement de collectionneur de Louis XIV, puis des petits appartements de Louis XV et de Louis XVI, que ce type de représentation s’imposa, illustré par de très belles réalisations en bronze. Par une sorte de convention non écrite, mais conforme à ce qui se pratiquait en France pour des lieux publics, seul le souverain – ou un héros antique auquel il pût être assimilé – fut appelé à monter un cheval sculpté à Versailles. Le souverain étant réticent, on l’a constaté, à se faire représenter en sculpture à Versailles, la seule manière de sculpter le cheval fut de le figurer seul, pour lui-même, sans cavalier. Cette voie plutôt inédite, qui conduisit en quelque sorte à libérer le cheval, devait donner naissance à de véritables chefs-d’œuvre.

Les Chevaux du Soleil

  • 11 - MARAL, Alexandre. « Des chefs-d’œuvre de la sculpture restaurés : le bosquet des Bains d’Apollon (...)
  • 12 - PERRAULT, Charles. Mémoires de ma vie, éd. Paul Bonnefon. Paris : H. Laurens, 1909, rééd. Paris : (...)
  • 13 - NIVELON, Claude. Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, éd. critique et (...)

38Tandis que la niche centrale de la grotte de Téthys fut destinée à accueillir le groupe d’Apollon servi par les nymphes, dont il a déjà été question, deux groupes de Chevaux du Soleil furent commandés, également en 1666, pour les deux niches latérales11. Les sculpteurs mentionnés par les comptes des Bâtiments du roi furent, dans un premier temps, Gilles Guérin et Thibaut Poissant. Sans que la raison en soit connue, ce dernier fut remplacé, au plus tard en juillet 1667, par Gaspard Marsy, associé à son frère Balthasar, comme le révèle un contrat de décembre 1667. Comme on l’a vu, avant d’être livrées en 1675, les œuvres en marbre (voir fig. 9, fig. 10) furent précédées par des versions en plâtre, dont la présence à l’intérieur de la grotte est attestée en avril 1672 par le Mercure galant. La conception des sculptures de la grotte a été attribuée à Claude Perrault par son frère Charles, qui écrit à propos des deux groupes12 : « Dans les deux niches des côtés, il représenta les quatre chevaux du Soleil, deux dans chacune niche, qui sont pansés par des tritons. » De son côté, Nivelon revendique pour son maître Le Brun un rôle similaire, celui de la conception des « deux autres groupes […], les chevaux du Soleil auxquels des tritons donnent de l’ambroisie dans de grandes coquilles de marbre »13. On ne peut conclure qu’à une maîtrise d’œuvre collégiale, le rôle des sculpteurs ne devant pas être négligé non plus.

39Au livre II des Métamorphoses, Ovide indique que les chevaux du char solaire, qui boivent l’ambroisie, sont au nombre de quatre. Ils sont même nommés : Pyroïs l’Ardent ou l’Indomptable, Eoüs l’Oriental, Aeton le Brûlant ou le Rapide et Phlégon le Brillant ou l’Étincelant.

40Dans son poème déjà cité, Les Amours de Psyché et de Cupidon, La Fontaine mentionna ces chevaux :

 Les coursiers de Phébus, aux flambantes narines,

Respirent l’ambroisie en des grottes voisines.

Les tritons en ont soin : l’ouvrage est si parfait

Qu’ils semblent panteler du chemin qu’ils ont fait. 

  • 14 - PERRAULT, Charles. Le Siècle de Louis le Grand, poème. Paris : Jean-Baptiste Coignard, 1687, p. 1 (...)

41De même, en 1687, Charles Perrault devait faire l’éloge du naturalisme des chevaux des Marsy dans son Siècle de Louis le Grand14 :

 Ces chevaux du Soleil qui marchent, qui bondissent

Et qu’au rapport des yeux on croirait qu’ils hannissent

Sont l’ouvrage immortel des deux frères Gaspards. 

Figure 9

Figure 9

Balthasar et Gaspard Marsy, Chevaux du Soleil pansés par des tritons, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 2044.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

  • 15 - FÉLIBIEN, André. Description de la grotte de Versailles. Paris : Imprimerie royale, 1679, p. 10.

42André Félibien, qui publia en 1672, 1674 et 1679 la célèbre Description de la Grotte de Versailles, ne manqua pas de commenter les groupes des chevaux15. Ainsi, à propos de celui des Marsy (fig. 9),

on diroit à voir ces chevaux que, commençant à se délasser du travail de la journée et à se ressentir de la fraischeur du lieu et du bon traitement qu’on leur fait, ils ne demandent plus qu’à s’égayer. Car celuy qui est le plus avant dans la niche baisse la teste et, serrant les oreilles, mord la croupe de son compagnon d’une manière enjouée. Ce qui fait que l’autre cheval plie les jambes de derrière et, se cabrant à demy, tourne la teste, dresse les oreilles et semble hanir. Le triton qui le pense lève le bras gauche comme pour le retenir […]. Quant à l’autre triton, il est dans une attitude toute contraire à celle que je viens de repsésenter. Il porte une grande coquille où est l’ambroisie, dont les poètes disent que les chevaux du Soleil sont nourris.

Figure 10

Figure 10

Gilles Guérin, Chevaux du Soleil s’abreuvant, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 1873.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

43Et, à propos du groupe de Guérin (fig. 10) :

Les deux autres chevaux d’Apollon sont dans l’autre niche et dans une disposition toute différente des autres. Ils sont veux par les costez et ont aussi deux tritons pour les panser. Dans toutes ces figures on voit avec combien d’art et de science les ouvriers y ont travaillé.

44L’édition de 1679 de la Description de la Grotte de Versailles fut ornée de somptueuses gravures, notamment une vue générale de l’intérieur de la grotte par Jean Lepautre et une vue du groupe d’Apollon servi par les nymphes de Gérard Édelynck, mais aussi de représentations des groupes des Marsy, par Bernard Picart, et de Guérin, par Étienne Baudet. De fait, les groupes des Chevaux du Soleil enrichissent le sens du groupe central. Ce dernier met notamment en scène, on l’a vu, la parfaite maîtrise de soi d’Apollon, insensible aux charmes des nymphes qui l’entourent. De part et d’autre, les groupes de chevaux illustrent, à l’inverse de l’exaltation de la maîtrise de soi, le déchaînement des appétits pulsionnels : soif à étancher immédiatement dans le groupe de Guérin (voir fig. 10), désir irrépressible de liberté, que traduisent admirablement les audacieuses diagonales du groupe des Marsy (voir fig. 9). Cette exaltation d’Apollon-Louis XIV, jusque dans le déchaînement contraire des passions animales, confère à ces dernières une importance tout à fait remarquable, soulignée par la qualité et la diversité stylistiques des deux groupes des Chevaux du Soleil.

  • 16 - DENIS, Claude. Explication de toutes les grottes, rochers et fontaines du chasteau royal de Versa (...)

45Considérés en eux-mêmes, ces groupes ont été également susceptibles d’une lecture symbolique. Ainsi, comme l’écrit le fontainier Claude Denis, auteur vers 1675, d’une description versifiée de Versailles16 :

 On voit aux deux costés, dans de fort belles niches,

Les chevaux d’Apollon, superbes, pompeux, riches,

Qui ronflent la lumière et forment des esclairs

Plus vifs que ceux qu’on voit esclater dans les airs.

Leur face est animée et leur mine est si fière

Que l’on y voit parestre une fureur guerrière.

Ils semblent et hannir et bondir et sauter

Pour s’échapper du bras qui veut les arrester,

Simbole ravissant, figure qui nous marque

Le miracle que fit un auguste monarque

Un de nos plus grands roys, illustre en piété

Et dont le Ciel soustient la générosité

Quand, pour rendre l’Eglise en France triomphante,

Il soumit à ses loix une roche insolente

Et par son bras puissant que Dieu seul fit armer

Enchaîna les chevaux de Neptune et la mer. 

  • 17 - JEANNERET, Michel. Versailles, ordre et chaos. Paris : Gallimard, 2012.

46En marge, l’auteur précise que le miracle dont il est question est la prise de La Rochelle par Louis XIII en 1628. Par leur fougue non encore maîtrisée, les chevaux symboliseraient ainsi le désordre, y compris dans sa dimension politico-religieuse. Pour reprendre une analyse récemment appliquée à l’ensemble des jardins de Versailles par Michel Jeanneret, la mise en scène des forces chaotiques, ici associées aux pulsions chevalines, aurait ainsi une fonction conjuratoire, au service du souverain et de son action régulatrice17.

Le parterre d’Eau

  • 18 - MARAL, Alexandre. « Le premier peintre et la sculpture ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, N (...)

47Une grande pièce d’eau fut aménagée à partir de 1672 dans la grande perspective et au pied de la façade occidentale de l’enveloppe de Le Vau18. De forme quadrilobée, elle devait donner son nom au parterre d’Eau. Selon Nivelon, le biographe de Le Brun qui en attribue la paternité à ce dernier,

  • 19 - NIVELON, Claude. Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages. Florence : Bibl (...)

dans le milieu de la grande pièce d’eau devoit estre un rocher percé de quatre costez, sur lequel devoient estre placées les neuf muses en marbre blanc, nommée la fontaine des arts et des muses. D’un costé, sur le haut du rocher, se voient Apollon et toutes ses filles de Mémoire, disposées selon leurs élévations et degrez, et, de l’autre costé, le cheval Pégaze, qui s’élève en faisant sortir du rocher la fontaine Hippocrène, dont l’eau, tombant entre les fentes de ce rocher et au-devant des quatre ouvertures comme une glace ou cristail, laisse voir au travers de ce miroir le fleuve Hélicon, accompagné de ses nymphes, assis, et, ensemble sous le rocher, plusieurs enfants y sont meslez, jouant des signes, jettans de l’eau, et des dragons dans le bas et les fentes du rocher. Quelques nymphes reçoivent de l’eau de cette fontaine pour figurer ces sçavants personnages, tels que la renommée Sappho, qui s’est rendu si recommandable par ces ouvrages poétiques. Cette masse ainsi représentée est une figure en corps des effets et des vertus du Soleil, lequel préside et domine sur les neuf cercles figurez par les neuf muses, et par ces jets d’eau la distribution ou inflexion qui se fait de leurs influences dans toute la masse universelle19.

48Même si l’abandon du projet semble avoir été précoce, il n’est pas impossible que le monument de la Cour royale ait été envisagé pour constituer un pendant à celui du parterre d’Eau. Quoi qu’il en soit, les deux compositions rocheuses étaient destinées à accueillir, sur leur sommet, des chevaux : un cheval monté par Louis XIV côté ville, un cheval sans cavalier, libre, côté jardin. Ce dernier devait être doté d’ailes, attribut de Pégase. Dans la mesure où il devait faire jaillir, de son sabot, l’eau de la source Hippocrène, le cheval divin devait même être au principe de toute la composition. Le rocher fut en fait conçu pour être occupé par deux protagonistes, placés en quelque sorte à égalité : au sommet du mont Hélicon, Pégase faisant jaillir la source Hippocrène, symbole de l’inspiration poétique, d’un côté et, de l’autre, au sommet du mont Parnasse, Apollon régnant sur les muses. Connu par deux gravures de Claude Chastillon, la double montagne prévue par Le Brun ne fut jamais réalisée, mais elle fut à l’origine de la Grande Commande de 1674 : vingt-quatre statues et huit groupes allégoriques de marbre illustrant les effets du Soleil sur le monde.

Figure 11

Figure 11

Pierre Mazeline, L’Europe, statue, marbre, 1674-1683. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 2050.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

Figure 12

Figure 12

Pierre Mazeline, L’Europe, détail du bouclier.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

  • 20 - SOUCHAL, François, avec la collaboration de Françoise de La Moureyre et d’Henriette Dumuis. Frenc (...)

49Parmi les statues allégoriques des Quatre parties du monde, celle de L’Europe (fig. 11, fig. 12), due à Pierre Mazeline, comporte aussi un cheval sans cavalier, sculpté en relief sur le bouclier de la figure féminine20. Selon l’Iconologie de Ripa, le cheval est en effet l’attribut de l’Europe :

  • 21 - RIPA, Cesare. Iconologie. Trad. Jean Baudoin. Paris : Mathieu Guillemot, 1644, seconde partie, p. (...)

Cette partie du monde qui excelle par-dessus toutes les autres est figurée par une dame royalement vestue […]. Un cheval est remarquable auprès d’elle, avec quantité de trophées et d’armes de toutes sortes […]. Par le cheval et les armes qui se voyent à l’entour d’elle, il est dénoté qu’elle a tousjours emporté le prix en matière des plus nobles connoissances et des exercices de guerre21.

  • 22 - SAULE, Béatrix (dir.). Versailles, décor sculpté extérieur. Paris : Réunion des Musées nationaux, (...)

50Plus tard, en 1687, Pégase fut sculpté au sommet du pilier oriental des premières Cent-Marches22. Dû à Pierre Legros, le groupe de pierre de Céphale et Aurore (fig. 13) met en scène un épisode tiré du livre VII des Métamorphoses d’Ovide. Le cheval ailé, symbole solaire, y est associé à la déesse de l’Aurore.

Figure 13

Figure 13

Pierre Legros, Céphale et Aurore, groupe, pierre, 1687. Versailles, jardins du château, Orangerie.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

Le Cocher du cirque

  • 23 - Ibid., Vdse 867.

51De façon moins inattendue, le motif du cheval orne les façades des deux écuries royales, dont la construction, sous la direction d’Hardouin-Mansart comme on l’a vu, fut entreprise à partir de 1679. Ainsi, les porches de la Grande Écurie donnant sur l’avenue de Saint-Cloud et sur l’avenue de Paris, ainsi que celui de la Petite Écurie donnant sur l’avenue de Paris furent ornés, à la clé de l’arcade, du motif de la tête de cheval23. Deux équipes se partagèrent le travail en 1680-1681 : Pierre Granier, un élève de Girardon, et Jean Raon à la Grande Écurie, Marc Arcis, Louis Le Conte, Laurent Magnier et Jean Raon à la Petite Écurie. Réalisée en 1680, la composition (fig. 14) la plus célèbre est celle qui surmonte le portail de la Petite Écurie.

Figure 14

Figure 14

Louis Le Conte, Le Cocher du cirque, groupe, stuc, 1680. Versailles, Petite Écurie du roi.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

  • 24 - THOMASSIN, Simon. Recueil des statues, groupes, fontaines, termes, vases et autres magnifiques or (...)

52Elle est intitulée Le Cocher du cirque par Simon Thomassin, qui la grava pour son recueil publié en 169424. Sculptée par Le Conte dans une sorte de stuc – composé d’un mélange de poudre de pierre, de plâtre et de chaux –, elle montre trois chevaux bondissants, mais domptés par un personnage intemporel, simplement vêtu d’un drapé. Assis à cru sur le cheval central, ce dernier tient un fouet et conduit avec ses rênes les trois montures. Les deux chevaux latéraux, relativement libres, ont tendance à s’écarter de la direction qui leur est indiquée. Le déchaînement des forces sauvages est encore plus évident au portail de la Grande Écurie, sculpté dans le même matériau, en 1680-1681, par Granier, Raon et, selon le guide de Piganiol de La Force, publié en 1701, Simon Mazière – un artiste lié à Hardouin-Mansart. Comme à la grotte de Téthys, le groupe de Trois Chevaux bondissant (fig. 15) semble exalter la libération de l’énergie animale. Cette vision surmonte l’accès à la salle du Manège, le lieu où, par le dressage, la nature se transforme en art.

Figure 15

Figure 15

Pierre Granier et Jean Raon, Trois chevaux bondissant, groupe, stuc, 1680-1681. Versailles, Grande Écurie du roi.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

La chapelle royale

  • 25 - MARAL, Alexandre. La Chapelle royale de Versailles. Le dernier grand chantier de Louis XIV. Paris (...)

53En 1709-1710, l’allégorie de l’Europe fut également sculptée, à deux reprises, dans le vestibule de la chapelle royale25. Pour cette ultime représentation du règne de Louis XIV, le cheval fut ainsi appelé à symboliser un continent devenu terre d’élection du christianisme. Avec l’allégorie de l’Asie, berceau de la religion chrétienne, celle de l’Europe, qui en a été le principal terrain d’expansion, est placée du côté de la chapelle.

Figure 16

Figure 16

Jean Lepautre et Jean Thierry, L’Europe, relief, plâtre, vers 1709. Versailles, château, vestibule haut de la chapelle royale.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

54À l’angle sud-est de la voûte, le centre du relief de plâtre de Jean Lepautre et Jean Thierry (fig. 16) est composé d’un grand médaillon où figure une allégorie féminine debout, revêtue d’un sceptre et d’un diadème, placée devant un cheval couché. Sous la forme de trophées allégoriques, les deux continents figurent encore sous les deux grandes niches des parois latérales du vestibule : celui de l’Europe (fig. 17), dû à Guillaume Coustou, montre un cheval sans cavalier, couvert seulement d’une draperie, la crinière au vent.

Figure 17

Figure 17

Guillaume Coustou, L’Europe, relief, pierre, 1709-1710. Versailles, château, vestibule haut de la chapelle royale.

Phot. Maral, A. © A. Maral.

Images du pouvoir

  • 26 - GABORIT, Jean-René (dir.). Musée du Louvre. Département des sculptures du Moyen-Âge, de la Renais (...)

55Au terme de cette recension des chefs-d’œuvre commandés – ou, dans le cas des petites sculptures de bronze, acceptés – par le roi et son administration des Bâtiments, force est de constater le nombre relativement réduit des sculptures représentant le cheval à Versailles, la rareté de l’iconographie du souverain équestre et, au contraire, l’épanouissement, assez inattendu, de la représentation du cheval sans cavalier, voire sans rênes, comme libéré de toute maîtrise humaine, rendu à son énergie propre. Avec un certain décalage dans le temps, cette évolution s’observe aussi, de façon encore plus nette, à Marly, la résidence satellite de Versailles. Réalisé en 1698, l’Abreuvoir accueillit dès l’année suivante les modèles de deux groupes équestres, livrés en marbre en 1702, Mercure monté sur Pégase et La Renommée montée sur Pégase, tous deux dus à Coysevox26. Les deux groupes de Coysevox constituent un commentaire allégorique de la gloire de Louis XIV, fondée sur la prospérité, le bon gouvernement, les lettres, les arts et la paix. Tandis que le Pégase chevauché par Mercure est bridé par des rênes, celui de la Renommée est libre.

  • 27 - SOUCHAL, François. Les frères Coustou, Nicolas (1658-1733), Guillaume (1677-1746), et l’évolution (...)

56Après le transfert, en 1719, des groupes aux Tuileries, les deux socles de l’Abreuvoir de Marly accueillirent de nouvelles compositions, commandées en 1739 à Guillaume Coustou, neveu de Coysevox, et installées en 174527. Coustou proposa de réaliser des compositions proches de celles de son oncle, Castor et Pollux devant monter des « chevaux coursiers », ou bien « deux chevaux échappés retenus par des hommes palefreniers ». C’est cette dernière proposition qui fut retenue, sans doute inspirée des groupes des Dioscures du Quirinal, mais d’un esprit tout différent. Selon François Souchal, ces « scènes tirées de l’état de nature, d’une nature brute et sauvage », illustrant la lutte entre l’instinct et l’intelligence, auraient été inconcevables à l’époque de Louis XIV. Elles constituent en fait l’aboutissement d’un mouvement né dans la grotte de Téthys quelque soixante ans auparavant.

  • 28 - FUMAROLI, Marc. L’École du silence. Le sentiment des images au XVIIe siècle. Paris : Flammarion, (...)

57Même si ces visions du cheval libéré et fougueux semblent éloignées du discours allégorique et de ses codes sophistiqués, le message est toujours susceptible d’une lecture symbolique, rendue certes délicate et difficile. À cet égard, il est tentant de rapprocher l’image du cheval libre de la devise gravée par François de Poilly vers 1655, récemment commentée par Marc Fumaroli28. Ce dernier a vu dans ce superbe cheval, piaffant devant la corde qui le retient d’entrer dans une arène dont la perspective est close par un arc de triomphe et une montagne, un portrait proposé au jeune Louis XIV, souverain doté d’un héroïsme prometteur. « Plausu fortior ibit » (sous les applaudissements il ira plus vaillamment) : le motto constitutif de la devise gravée par Poilly, qui résume l’attente des sujets à l’orée du règne personnel de Louis XIV, n’accompagne certes plus les superbes chevaux sculptés de Versailles et de Marly, mais ces derniers pourraient fort bien continuer à désigner cet aspect de la politique royale qui revendique toujours, au milieu du XVIIIe siècle, son indépendance, son caractère héroïque et sa singularité.

Haut de page

Notes

1 - MARAL, Alexandre. Achille, Apollon, Diane, Jupiter, Vénus… Parcours mythologique dans les jardins de Versailles. Paris : Artlys, 2012, p. 66-71.

2 - LOUIS XIV. Mémoires pour l’instruction du dauphin, éd. Pierre Goubert. Paris : Imprimerie nationale, 1992, p. 136-137.

3 - MARAL, Alexandre. « Apollon servi par les nymphes ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.). Louis XIV : l’homme et le roi. Paris/Versailles : Skira-Flammarion/Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, 2009, p. 185-186 ; « Des chefs-d’œuvre de la sculpture restaurés : le bosquet des Bains d’Apollon à Versailles ». L’Estampille-L’Objet d’art, no 457, mai 2010, p. 48-55 ; « Les jardins du premier Versailles. Le règne d’Apollon ». Dossier de l’art, no 198, juillet-août 2012, Les sculptures des jardins de Versailles, p. 14-29 ; Achille, Apollon, Diane, Jupiter, Vénus… Parcours mythologique dans les jardins de Versailles. Paris : Artlys, 2012, p. 108-115.

4 - MARAL, Alexandre. « Le monument de 1679 ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.), op. cit., p. 187-188.

5 - MARAL, Alexandre. « Le salon de la Guerre ». Château de Versailles : de l’Ancien Régime à nos jours, no 3, octobre-décembre 2011, p. 62-68.

6 - SAULE, Béatrix (dir.). Versailles, décor sculpté extérieur. Paris : Réunion des Musées nationaux, 2005 [en ligne]. Voir le site : http://www.sculpturesversailles.fr/.

7 - MARAL, Alexandre. « Louis XIV et le Bernin ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.), op. cit., p. 378-381.

8 - MARAL, Alexandre. « Les sculptures en bronze de Louis XIV » et « Un sanctuaire du bronze ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.), op. cit., p. 304-309 et p. 310-313 ; « Les bronzes de Louis XIV à Versailles ». Château de Versailles : de l’Ancien Régime à nos jours, no 8, janvier-mars 2013, p. 24-30.

9 - CASTELLUCCIO, Stéphane. Les collections royales d’objets d’art de François Ier à la Révolution. Paris : Les Éditions de l’Amateur, 2002, p. 80.

10 - SCHERF, Guilhem. « Les monuments à Louis XV » et « D’après Edme Bouchardon, Louis XV à cheval ». Dans BRESC-BAUTIER, Geneviève et SCHERF, Guilhem (dir.). Bronzes français de la Renaissance au Siècle des Lumières. Paris : Somogy/Musée du Louvre, 2008, p. 432-437 et p. 438-441.

11 - MARAL, Alexandre. « Des chefs-d’œuvre de la sculpture restaurés : le bosquet des Bains d’Apollon à Versailles ». L’Estampille-L’Objet d’art, no 457, mai 2010, p. 48-55 ; « Les jardins du premier Versailles. Le règne d’Apollon ». Dossier de l’art, n° 198, juillet-août 2012, Les sculptures des jardins de Versailles, p. 14-29 ; Achille, Apollon, Diane, Jupiter, Vénus… Parcours mythologique dans les jardins de Versailles. Paris : Artlys, 2012.

12 - PERRAULT, Charles. Mémoires de ma vie, éd. Paul Bonnefon. Paris : H. Laurens, 1909, rééd. Paris : Macula, 1993, p. 209.

13 - NIVELON, Claude. Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, éd. critique et introd. par Lorenzo Pericolo. Genève : Droz, 2004, p. 418.

14 - PERRAULT, Charles. Le Siècle de Louis le Grand, poème. Paris : Jean-Baptiste Coignard, 1687, p. 15-16.

15 - FÉLIBIEN, André. Description de la grotte de Versailles. Paris : Imprimerie royale, 1679, p. 10.

16 - DENIS, Claude. Explication de toutes les grottes, rochers et fontaines du chasteau royal de Versailles. Paris : BnF, département des manuscrits, français 2348.

17 - JEANNERET, Michel. Versailles, ordre et chaos. Paris : Gallimard, 2012.

18 - MARAL, Alexandre. « Le premier peintre et la sculpture ». Dans MARAL, Alexandre et MILOVANOVIC, Nicolas (dir.). La galerie des Glaces : Charles Le Brun maître d’œuvre. Paris : Réunion des Musées nationaux, 2007, p. 51-58.

19 - NIVELON, Claude. Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages. Florence : Bibl. Laurenziana, ms Ashburnham 1723, f. 185.

20 - SOUCHAL, François, avec la collaboration de Françoise de La Moureyre et d’Henriette Dumuis. French Sculptors of the 17th and 18th centuries. The reign of Louis XIV. Illustrated catalogue. Oxford/Londres : Faber and Faber, 4 vol., 1977-1993, vol. III, M-Z, p. 97-98.

21 - RIPA, Cesare. Iconologie. Trad. Jean Baudoin. Paris : Mathieu Guillemot, 1644, seconde partie, p. 8-9.

22 - SAULE, Béatrix (dir.). Versailles, décor sculpté extérieur. Paris : Réunion des Musées nationaux, 2005 [en ligne], Vdse 1310. Voir le site : http://www.sculpturesversailles.fr/

23 - Ibid., Vdse 867.

24 - THOMASSIN, Simon. Recueil des statues, groupes, fontaines, termes, vases et autres magnifiques ornements de château et parc de Versailles. Paris : Simon Thomassin, 1694, pl. 85.

25 - MARAL, Alexandre. La Chapelle royale de Versailles. Le dernier grand chantier de Louis XIV. Paris : Arthéna, 2011, p. 112-119.

26 - GABORIT, Jean-René (dir.). Musée du Louvre. Département des sculptures du Moyen-Âge, de la Renaissance et des Temps modernes. Sculpture française. II. Renaissance et Temps modernes. Paris : Réunion des Musées nationaux, 2 vol., 1998, vol. 1, Adam-Gois, p. 172 ; MAROTEAUX, Vincent. Marly. L’autre palais du Soleil. Genève : Vögele Édition, 2002, p. 139-140.

27 - SOUCHAL, François. Les frères Coustou, Nicolas (1658-1733), Guillaume (1677-1746), et l’évolution de la sculpture française du Dôme des Invalides aux Chevaux de Marly. Paris : E. de Boccard, 1980, p. 225-232 ; GABORIT, Jean-René. Op. cit., p. 161.

28 - FUMAROLI, Marc. L’École du silence. Le sentiment des images au XVIIe siècle. Paris : Flammarion, p. 460-461.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Jean-Baptiste Tuby, Le Char d’Apollon, groupe, plomb, 1668-1670. Versailles, jardins du château, bassin d’Apollon.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 2
Légende François Girardon et Thomas Regnaudin, Apollon servi par les nymphes, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1866.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 3
Légende François Girardon, Le Passage du Rhin, détail de la nymphe agenouillée du groupe précédent.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 4
Légende Antoine Coysevox, Louis XIV équestre, couronné par l’allégorie de la Victoire et foulant les ennemis terrassés, relief, stuc, 1681-1682. Versailles, château, salon de la Guerre.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 5
Légende François Girardon, Alexandre domptant Bucéphale, relief, pierre, vers 1680-1685. Versailles, Petite écurie du roi.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 6
Légende Gian Lorenzo Bernini, dit le Bernin, et François Girardon, Louis XIV sous les traits de Marcus Curtius, statue équestre, marbre, 1671-1677 et 1688. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. MR 1758.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 7
Légende Thomas Gobert, Louis XIV équestre, statuette, bronze, vers 1685. Paris, Musée du Louvre, Département des sculptures, inv. MR 3263, en dépôt au Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 8
Légende France-XVIIe siècle, d’après Étienne Le Hongre, Louis XIV équestre, statuette, bronze, vers 1690. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9151.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 9
Légende Balthasar et Gaspard Marsy, Chevaux du Soleil pansés par des tritons, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 2044.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 10
Légende Gilles Guérin, Chevaux du Soleil s’abreuvant, groupe, marbre, 1667-1674. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 1873.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Figure 11
Légende Pierre Mazeline, L’Europe, statue, marbre, 1674-1683. Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MR 2050.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 12
Légende Pierre Mazeline, L’Europe, détail du bouclier.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 13
Légende Pierre Legros, Céphale et Aurore, groupe, pierre, 1687. Versailles, jardins du château, Orangerie.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 14
Légende Louis Le Conte, Le Cocher du cirque, groupe, stuc, 1680. Versailles, Petite Écurie du roi.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 15
Légende Pierre Granier et Jean Raon, Trois chevaux bondissant, groupe, stuc, 1680-1681. Versailles, Grande Écurie du roi.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 16
Légende Jean Lepautre et Jean Thierry, L’Europe, relief, plâtre, vers 1709. Versailles, château, vestibule haut de la chapelle royale.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 17
Légende Guillaume Coustou, L’Europe, relief, pierre, 1709-1710. Versailles, château, vestibule haut de la chapelle royale.
Crédits Phot. Maral, A. © A. Maral.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12009/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Maral, « Le cheval sculpté à Versailles : une image du pouvoir ? », In Situ [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://insitu.revues.org/12009 ; DOI : 10.4000/insitu.12009

Haut de page

Auteur

Alexandre Maral

Conservateur en chef du patrimoine, chargé des sculptures, château de Versailles alexandre.maral@chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page