Navigation – Plan du site
Le moulage, un art de la transmission

La collection de moulages de l’université de Bordeaux, première gypsothèque universitaire française ?

The collection of plaster moulds at the University of Bordeaux, France’s first university gypsothèque?
Soline Morinière

Résumés

Le 17 janvier 1886, l’université de Bordeaux inaugurait un musée d’un genre encore nouveau en France. Dans une cour intérieure du « palais des Facultés » flambant neuf, Pierre Paris avait installé des copies en plâtre de statues et sculptures architecturales grecques et romaines issues des plus grandes collections européennes et des plus beaux sites archéologiques. Ce jeune professeur, ancien élève de l’École française d’Athènes, avait été chargé du cours d’archéologie, une discipline universitaire récente inaugurée à Bordeaux, en 1876, par Maxime Collignon. Dans la France de cette époque, la réforme de l’enseignement supérieur menée par le ministère de l’Instruction publique sur le modèle allemand avait conduit à l’appropriation de ces nouveaux sujets d’étude et à la constitution de collections scientifiques jugées indispensables. Leur caractère obligatoire avait été démontré par Maxime Collignon dans un rapport qu’il avait rédigé à la suite d’une mission dans l’Empire allemand en 1882. Mais dans les faits, les universités mirent plus longtemps à rassembler de tels outils, par manque de place, d’argent et de motivation. L’université de Bordeaux fut la première à se doter, officiellement, d’un véritable « musée de moulages » alors qu’ils étaient en gestation dans d’autres universités. L’étude de cette collection permet de comprendre la diffusion de cette idée de musée de moulages à la fin du XIXe siècle sur le sol français, son appropriation par les universités et les différentes étapes de son processus d’installation au cœur de l’enseignement.

Haut de page

Texte intégral

1La création de collections de moulages dans les universités françaises est effective à partir de 1876, année où l’on introduit dans l’enseignement universitaire des sujets d’archéologie. Quelques villes de France sont les heureuses élues de cette nouvelle discipline : Paris, Toulouse, Bordeaux et Lyon. Mais à cette date, seules les universités de Paris et de Bordeaux font l’acquisition de moulages en plâtre, en un nombre réduit car le manque de place dont souffrent toutes les facultés ne permet pas la constitution de collections de grande envergure.

Premiers moulages à Bordeaux et Paris

  • 1 COLLIGNON, Maxime. « Cours d’archéologie de la Faculté des Lettres de l’Université de Paris ». Revu (...)
  • 2 Université de France, Académie de Bordeaux. Rentrée Solennelle des facultés de théologie, des scien (...)

2En 1901, Maxime Collignon (1849-1917), professeur d’archéologie à la Sorbonne, revenait sur l’origine de la collection de Paris dans la séance d’ouverture de son cours à la faculté des lettres : « L’amphithéâtre Gerson, où les premiers moulages de bas-reliefs avaient jadis fait leur apparition, avec le nouvel enseignement, n’est plus qu’un souvenir déjà lointain ; pour beaucoup d’entre vous, il appartient à une histoire qu’ils n’ont point connue »1. Les moulages intègrent donc au départ un espace déjà fonctionnel, l’amphithéâtre, ce qui ne permet pas d’étendre la collection et conditionne également le choix des œuvres. Pour ces raisons matérielles, les bas-reliefs sont privilégiés aux rondes-bosses. De plus, l’utilité de collections de ce genre n’est pas encore une certitude dans tous les esprits. À Bordeaux pourtant, on insiste dès 1878, dans la séance solennelle de rentrée, sur le rôle des moulages dans l’enseignement : « L’examen des monuments conservés, d’après les moulages, devait tenir ici une grande place. [...] Avec l’école de Phidias, les monuments conservés deviennent plus nombreux. Le professeur a étudié, d’après les moulages, la décoration sculpturale du Parthénon »2. Mais elle est la seule université à cette date à exprimer ce besoin.

3C’est au début de la décennie suivante que l’on commence à prendre conscience du caractère utilitaire de ces collections dans l’enseignement supérieur.

Les collections de moulages au XIXe siècle, un phénomène de mode

  • 3 VIOLLET-LE-DUC, Eugène-Emmanuel. Musée de la sculpture comparée appartenant aux divers centres d’ar (...)

4Au XIXe siècle, la France connaît plusieurs projets de musées ou collections de moulages qui attestent une large pratique d’utilisation de cette technique comme moyen de duplication et de diffusion. Ces copies en plâtre prennent place dans les musées, pour combler les lacunes des collections permanentes, mais peuvent aussi constituer des ensembles cohérents (la salle de moulages du musée du Louvre). Ce phénomène connaît son apogée avec la création d’un musée public intégralement dédié aux moulages : le musée de Sculpture comparée, œuvre d’Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, ouvert en 1882 mais dont le projet remonte à 18553 (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Médéric Mieusement : le musée de sculpture comparée (carte postale), Paris, entre 1883 et 1886.

© Cité de l’architecture et du Patrimoine.

  • 4 Archives nationales, Fonds de l’École des beaux-arts, AJ/52/445 et AJ/52/446.
  • 5 À raison de deux jours par semaine. Voir « Gazette des arts ». Gazette des Lettres, des Sciences & (...)

5Dans l’enseignement artistique, les écoles des beaux-arts sont, depuis longtemps déjà, dotées de collections de moulages. Elles fournissent aux élèves des modèles tridimensionnels célèbres pour l’enseignement du dessin « d’après la bosse ». Les envois de copies depuis Rome pour l’Académie royale de peinture et de sculpture sont à l’origine de cette pratique. Le projet d’un « musée des Études » à l’École des beaux-arts de Paris prend forme par décret du 17 septembre 18344 : composé de moulages et de pièces originales d’art égyptien, grec, romain, et de la Renaissance, il était destiné aux élèves mais ouvre également ses portes au grand public à partir de 18775 (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Henri Olivier : École nationale des beaux-arts. Salle de sculptures (moulages), antiques : colonnes du Temple de Castor et Pollux et vue d’ensemble de la salle, 1913.

© Ministère de la Culture et de la Communication, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

Le modèle universitaire allemand

6Cependant, la formation de collections de moulages dans les établissements universitaires puise davantage ses origines dans l’Empire allemand. En effet, presque toutes les universités y enseignent l’archéologie depuis longtemps, parfois depuis près d’un siècle, et la plupart ont formé pour cet enseignement des gypsothèques dont la plus importante est Bonn et la plus proche, Strasbourg (fig. 3). Le ministère français de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dépêche plusieurs universitaires pour des missions de reconnaissance outre-Rhin.

Figure 3

Figure 3

Le musée des Moulages de l’université de Strasbourg.

© Musée des Moulages de l’université de Strasbourg, Fonds Michaelis.

  • 6 COLLIGNON, Maxime. « L’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans (...)
  • 7 id. Il est notamment cité par Christian Pfister, professeur d’histoire à la faculté des lettres de (...)

7C’est le voyage de Maxime Collignon, alors chargé du cours d’archéologie à l’université de Bordeaux, et en mission pour le compte du ministère de l’Instruction publique, qui révélera en France en 1882 l’utilité de ces collections et leur caractère indispensable comme support d’enseignement et de recherche. De sa visite des universités de Munich, Berlin et Halle, le professeur revient avec « la conviction que, sur un point, l’exemple de l’Allemagne pourrait être utilement suivi en France. Au point de vue des collections archéologiques destinées à l’enseignement universitaire, on ne saurait nier que ce pays ait sur le nôtre une singulière avance »6. Son rapport au ministère de l’Instruction publique aura un impact considérable, d’une part sur le directeur de l’Enseignement supérieur, Louis Liard (1846-1917), qui orchestrera depuis Paris la création des musées de moulages dans les facultés de lettres, et d’autre part sur ses collègues universitaires grâce à la diffusion d’un extrait de ce rapport dans la Revue internationale de l’enseignement de 18827.

Bordeaux, première gypsothèque française ?

  • 8 PARIS, Pierre. Catalogue méthodique des moulages des œuvres de sculpture grecque. Bordeaux, 1892, p (...)
  • 9 DE LA VILLE DE MIRMONT, Henri, PARIS, Pierre. « Le Musée des moulages de Bordeaux ». Revue internat (...)

8Dire que Bordeaux est la première gypsothèque universitaire française est un fait unanimement reconnu par les écrits de la fin du XIXsiècle. En 1892, dans l’introduction du catalogue des moulages, Pierre Paris (1859-1931), successeur de Maxime Collignon à l’université de Bordeaux, rappelait que Bordeaux avait encore le privilège de ce genre de collection8. De même en 1899, « lors de l’inauguration du Musée de moulages de l’Université de Lyon, M. le Directeur de l’Enseignement supérieur [rappelait] que le premier en date des Musées Universitaires était celui de Bordeaux »9.

  • 10 Liste de moulages demandés pour la faculté des lettres de Bordeaux, 11 janvier 1877. Archives des m (...)
  • 11 Le premier achat répertorié par Florence Rionnet dans son étude de l’atelier de moulages du musée d (...)

9La réalité semble cependant plus complexe. Si l’on prend seulement en compte les premiers achats de moulages, on ne peut dire qui de Paris ou Bordeaux fut réellement la première, bien que l’introduction de l’archéologie dans les programmes soit pour Paris antérieure de quelques mois à Bordeaux (décrets du 6 mars et du 31 octobre 1876). Les archives les plus anciennes conservées signalent une commande de plâtres pour Bordeaux en janvier 187710. Mais aucun document n’a été retrouvé sur les premiers achats de moulages faits par Georges Perrot (1832-1914), titulaire de la chaire créée à la Sorbonne11. Quant aux mentions proclamant l’université de Bordeaux comme la première, elles font en réalité référence au musée des moulages qui fut organisé en 1886 par Pierre Paris (fig. 4), c’est-à-dire à la formation d’une collection d’assez grande envergure, de plusieurs centaines de pièces, considérée alors comme un « musée ».

Figure 4

Figure 4

Mariano Benlliure : buste de Pierre Paris, 1932, plâtre patiné.

Phot. Neble, Armand. © Université Bordeaux-Montaigne.

  • 12 Sur la création du Musée archéologique de l’université de Bordeaux : Marion Lagrange et Florent Mia (...)
  • 13 Lettre du ministre de l’Instruction publique au maire de Bordeaux. Citation incluse dans la lettre (...)
  • 14 Pour une histoire de la collection de moulages de l’université de Bordeaux, voir MORINIÈRE, Soline. (...)

10C’est en effet à ce moment-là, grâce à la reconstruction des bâtiments universitaires, ce « palais des Facultés » tel qu’on l’appelait à l’époque, situé sur le cours Pasteur, que l’on réserve un espace pour installer une collection de moulages12. Et encore, c’est sur la demande expresse de Louis Liard, également professeur honoraire de la faculté des lettres de Bordeaux, que cela est inclus dans le projet en cours de réalisation. Une salle est alors réservée au premier étage. Le jour de l’inauguration cependant, le ministre de l’Instruction publique en personne réclame un espace plus vaste ; le bâtiment étant achevé, il demande que la cour de la faculté des lettres soit couverte à cet effet. Et si la municipalité prend en charge les travaux, le ministère finance l’acquisition des plâtres13 (fig. 5). La collection souffrira longtemps de l’exiguïté de ce lieu – problème qui apparaît dès 1887 et qui limite l’expansion de la collection – et, ultérieurement, de la dégradation des conditions de conservation (poussière, humidité, salpêtre)14.

Figure 5

Figure 5

Alphonse Terpereau : le Musée archéologique de la faculté des lettres de Bordeaux, ca. 1886.

© Université Bordeaux-Montaigne.

11Cette place de première revendiquée par l’université de Bordeaux est-elle fondée ? Bien que sa reconnaissance soit acquise, il est nécessaire de se pencher davantage sur le phénomène d’ensemble des créations de gypsothèques universitaires pour saisir les liens entre elles et leur filiation au ministère central. Il est clairement visible que c’est le directeur de l’Enseignement supérieur Louis Liard qui ordonna la prise en compte de ces collections dans les projets de réaménagement des constructions universitaires de l’époque. Il est fréquent que la première mention de ces collections trouvée dans les archives soit dans des lettres écrites de sa main. Cela ne minimise en rien l’implication des professeurs qui ont œuvré à la constitution des principales collections de moulages universitaires : Maxime Collignon et Pierre Paris à Bordeaux, Georges Perrot et Maxime Collignon à Paris, Félix Dürrbach à Toulouse, Ferdinand Castets et André Joubin à Montpellier, Maurice Holleaux et Henri Lechat à Lyon, Gustave Fougère et François Benoît à Lille, Paul Perdrizet à Nancy. La chronologie de ces collections semble assez claire : après quelques achats isolés à la fin des années 1870, on voit apparaître dans la décennie suivante des musées de moulages à Toulouse (1884-1886), Bordeaux (1886) et Montpellier (1889-1890). Ensuite, se formeront les collections de Paris, de Lille (1895) et de Lyon (1893-1899), puis au début du XXe siècle, celle de Nancy (1903-1905).

12La collection de Toulouse n’apparaît pas dans les ouvrages de la fin du XIXe siècle qui énumèrent les grands musées de moulages universitaires français. On s’aperçoit pourtant dans les archives que dès 1884 apparaît la volonté de créer une salle d’archéologie qui contiendrait des copies de sculpture antique ; elle est ouverte aux étudiants en 1886 et présente des plâtres envoyés par l’école des beaux-arts de la ville. Autre privilège de Toulouse, c’est elle qui la première dépasse le simple stade d’un musée de moulages d’antiques (ce qui fut le cas dans les autres universités jusqu’aux années 1900) en faisant l’acquisition, dès 1888, de reproductions de sculptures modernes puis médiévales.

13Dans l’état actuel des recherches sur le sujet, il n’est pas possible de trancher avec certitude qui de Toulouse ou Bordeaux fut la première à inaugurer un véritable musée de moulages. Est-ce réellement utile de le savoir ? Je dirais que oui car ce n’est sans doute pas sans raison que la collection de Bordeaux fut élevée au rang de modèle et celle de Toulouse oubliée. Le terme d’« inauguration » est d’ailleurs peut-être important, puisque le « palais des Facultés » bordelais est inauguré le 16 janvier 1886, précédant de six années l’inauguration de la nouvelle faculté des lettres toulousaine, le 17 septembre 1892.

Bordeaux, un modèle pour les collections universitaires françaises

14L’étude approfondie des collections universitaires met en évidence non seulement les liens de ces collections avec le pouvoir central qui a œuvré pour leur création, mais aussi les liens entre elles. Des déplacements des professeurs et des correspondances en attestent. À Lyon, le professeur Maurice Holleaux avait visité la collection de Strasbourg et le professeur Henri Lechat avait été le conservateur de la collection de Montpellier avant son arrivée à l’université lyonnaise. Il entretenait également des liens étroits avec Adolf Michaelis, professeur à Strasbourg, des écrits duquel il s’est inspiré pour la rédaction des catalogues de la collection. À Nancy, le doyen de la faculté des lettres s’était rendu à Lyon au moment où il songeait à la création du musée de moulages de son université (fig. 6). Cependant, si Lyon est un modèle à partir de 1900, date à laquelle elle reçut une médaille d’or à l’Exposition universelle, le premier modèle reste Bordeaux.

Figure 6

Figure 6

Relations interuniversitaires, état des recherches 2015.

Infographie Morinière, Soline. © Soline Morinière.

  • 15 Pour Montpellier, discours de Ferdinand Castets, doyen de la faculté des lettres de Montpellier au (...)

15C’est tout d’abord un modèle financier. En effet, l’université bordelaise a bénéficié de 50 000 francs pour la création du musée de moulages, provenant moitié de l’État et moitié de la municipalité. Montpellier et Lyon revendiqueront ce fait pour obtenir de leur côté pareille libéralité de la municipalité15.

  • 16 Lettre de Pierre Paris à Maxime Collignon, Bordeaux, le 22 février 1891. Fonds Maxime Collignon, IN (...)

16Ce fut aussi un exemple intellectuel à suivre, notamment dans la manière de constituer la collection, le choix des œuvres et des ateliers de moulages auprès de qui les acquérir. Une lettre de Pierre Paris à Maxime Collignon est, sur ce point, très intéressante16. Elle répond à une missive du professeur de la Sorbonne qui demandait conseil pour la création de son propre musée et nous informe par la même occasion que Pierre Paris avait aussi répondu à une requête similaire provenant de Ferdinand Castets, fondateur de la collection de Montpellier (fig. 7, fig. 8).

Figure 7

Figure 7

Le musée d’Art ancien de la Sorbonne. NÉNOT, Henri-Paul. Monographie de la Nouvelle Sorbonne. Paris : Impr. nationale, 1903, pl. XXXVII.

Repro. Morinière, Soline. © Soline Morinière.

Figure 8

Figure 8

Musée des moulages de la faculté des lettres de Montpellier, ca. 1890-1904.

© Musée des Moulages de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3.

Bordeaux, un modèle limité

  • 17 id.

17La collection de moulage de l’université de Bordeaux est une des plus importantes de France par son histoire : elle révèle les enjeux de l’époque face à l’introduction d’une nouvelle discipline et de nouvelles méthodes d’apprentissage. Bordeaux est l’une des deux premières facultés de lettres, avec Paris, à affirmer la complémentarité des collections et de l’enseignement en faisant l’acquisition de quelques moulages et des deux, elle est la première à constituer un véritable « musée archéologique », qui rayonnera dans toute la France comme modèle pour la création de collections similaires dans les autres facultés de lettres. Cependant, l’antériorité de la collection de Bordeaux constitua aussi un handicap. Si ses consœurs l’ont prise pour modèle, elles ont eut dès le départ l’envie de la dépasser et de faire mieux. Pierre Paris se déclarait jaloux de la collection de Montpellier, constituée seulement trois ans après Bordeaux17. Et la collection de Lyon fut plus importante encore, avec près de 1 300 moulages en 1923, égalant presque celle de Strasbourg (fig. 9).

Figure 9

Figure 9

Carte postale du musée des Moulages de la faculté des lettres de Lyon.

© Collection particulière.

Biographie

18Diplômée d’une licence d’histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et d’un 1er cycle d’histoire de l’art à l’École du Louvre, spécialités archéologie grecque et archéologie étrusque, italique et romaine, Soline Morinière a poursuivi ses recherches en 2e cycle à l’École du Louvre en s’intéressant aux collections de moulages universitaires de Montpellier puis de Bordeaux. Elle a intégré en 2011 le programme de recherche sur le patrimoine artistique de l’université de Bordeaux dans le cadre duquel s’inscrit sa thèse, en cours, sur la création et le rôle des collections de moulages créées à la fin du XIXe siècle pour l’enseignement de l’archéologie et de l’histoire de l’art dans les Facultés de lettres françaises. Lauréate du concours de chargé d’études documentaires, elle travaille en parallèle depuis 2012 au service régional de l’Archéologie d’Alsace.

Haut de page

Notes

1 COLLIGNON, Maxime. « Cours d’archéologie de la Faculté des Lettres de l’Université de Paris ». Revue internationale de l’enseignement. Paris : Société de l’Enseignement supérieur, 1901, vol. 41, p. 97.

2 Université de France, Académie de Bordeaux. Rentrée Solennelle des facultés de théologie, des sciences, des lettres et de l’école préparatoire de médecine et de pharmacie, 25 novembre 1878. Bordeaux : Vve Cadoret, 1878. p. 81-82.

3 VIOLLET-LE-DUC, Eugène-Emmanuel. Musée de la sculpture comparée appartenant aux divers centres d’art et aux diverses époques. 1er rapport. Paris : impr. de Bastien et Brondeau, 1879. Préambule.

4 Archives nationales, Fonds de l’École des beaux-arts, AJ/52/445 et AJ/52/446.

5 À raison de deux jours par semaine. Voir « Gazette des arts ». Gazette des Lettres, des Sciences & des Arts, 1, 1er janvier 1877, p. 12-13.

6 COLLIGNON, Maxime. « L’enseignement de l’archéologie classique et les collections de moulages dans les universités allemandes ». Extrait d’un rapport au ministère de l’Instruction publique. Revue internationale de l’Enseignement. Paris : Société de l’Enseignement supérieur, 1882, p. 270.

7 id. Il est notamment cité par Christian Pfister, professeur d’histoire à la faculté des lettres de Nancy, dans son discours sur les collections archéologiques de cette faculté. Voir PFISTER, Christian. « Collections archéologiques ». Annales de l’Est, 1887, p. 404-407.

8 PARIS, Pierre. Catalogue méthodique des moulages des œuvres de sculpture grecque. Bordeaux, 1892, p. 5.

9 DE LA VILLE DE MIRMONT, Henri, PARIS, Pierre. « Le Musée des moulages de Bordeaux ». Revue internationale de l’Enseignement. Paris : Société de l’Enseignement supérieur, 1899, p. 513.

10 Liste de moulages demandés pour la faculté des lettres de Bordeaux, 11 janvier 1877. Archives des musées nationaux, Y13.

11 Le premier achat répertorié par Florence Rionnet dans son étude de l’atelier de moulages du musée du Louvre, pour l’université de Paris, date de 1891. Mais les archives sont incomplètes, et l’université a aussi bien pu acheter ses plâtres à l’atelier de moulages de l’École des beaux-arts. RIONNET, Florence. L’Atelier de moulages du Musée du Louvre (1794-1928). Paris : éditions de la Réunion des musées nationaux, 1996. Annexe 5, p. 354-357.

12 Sur la création du Musée archéologique de l’université de Bordeaux : Marion Lagrange et Florent Miane, « Le Musée archéologique de la faculté des lettres de Bordeaux (1886) », In Situ [En ligne], 17 | 2011, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 08 mars 2016. URL : http://insitu.revues.org/920 ; DOI : 10.4000/insitu.920.

13 Lettre du ministre de l’Instruction publique au maire de Bordeaux. Citation incluse dans la lettre du recteur de l’académie de Bordeaux au maire de cette ville. Bordeaux, le 22 janvier 1886. Archives municipales de Bordeaux, correspondances, 6889 M 8.

14 Pour une histoire de la collection de moulages de l’université de Bordeaux, voir MORINIÈRE, Soline. « La collection de moulages de la Faculté des Lettres de Bordeaux ». [en ligne : site internet Patrimoine artistique de l’Université de Bordeaux. URL : http://patrimoine-artistique.u-bordeaux3.fr/] [consulté 08/03/2016] ; MORINIÈRE, Soline. « Les moulages d’antiques de l’Université de Bordeaux : une collection au service de l’enseignement » (titre provisoire). Revue archéologique de Bordeaux [à paraître].

15 Pour Montpellier, discours de Ferdinand Castets, doyen de la faculté des lettres de Montpellier au conseil municipal. Voir MORINIÈRE, Soline. Le musée des Moulages de la Faculté des Lettres de Montpellier : origine et développement d’une collection universitaire (1890-1904). Histoire de l’art. École du Louvre, Mémoire de muséologie, 2010, p. 22. Pour Lyon, voir les articles des journaux dans Courrier, 12 juillet 1893 et Salut Public, 22 juillet 1893.

16 Lettre de Pierre Paris à Maxime Collignon, Bordeaux, le 22 février 1891. Fonds Maxime Collignon, INHA, Archives 057.

17 id.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Médéric Mieusement : le musée de sculpture comparée (carte postale), Paris, entre 1883 et 1886.
Crédits © Cité de l’architecture et du Patrimoine.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 2
Légende Henri Olivier : École nationale des beaux-arts. Salle de sculptures (moulages), antiques : colonnes du Temple de Castor et Pollux et vue d’ensemble de la salle, 1913.
Crédits © Ministère de la Culture et de la Communication, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 3
Légende Le musée des Moulages de l’université de Strasbourg.
Crédits © Musée des Moulages de l’université de Strasbourg, Fonds Michaelis.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 4
Légende Mariano Benlliure : buste de Pierre Paris, 1932, plâtre patiné.
Crédits Phot. Neble, Armand. © Université Bordeaux-Montaigne.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 5
Légende Alphonse Terpereau : le Musée archéologique de la faculté des lettres de Bordeaux, ca. 1886.
Crédits © Université Bordeaux-Montaigne.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 6
Légende Relations interuniversitaires, état des recherches 2015.
Crédits Infographie Morinière, Soline. © Soline Morinière.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 7
Légende Le musée d’Art ancien de la Sorbonne. NÉNOT, Henri-Paul. Monographie de la Nouvelle Sorbonne. Paris : Impr. nationale, 1903, pl. XXXVII.
Crédits Repro. Morinière, Soline. © Soline Morinière.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 8
Légende Musée des moulages de la faculté des lettres de Montpellier, ca. 1890-1904.
Crédits © Musée des Moulages de l’université Paul-Valéry-Montpellier 3.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 9
Légende Carte postale du musée des Moulages de la faculté des lettres de Lyon.
Crédits © Collection particulière.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soline Morinière, « La collection de moulages de l’université de Bordeaux, première gypsothèque universitaire française ? », In Situ [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/12552 ; DOI : 10.4000/insitu.12552

Haut de page

Auteur

Soline Morinière

Doctorante en histoire de l’art contemporain, université Bordeaux Montaigne, Chargée d’études documentaires, service régional de l’Archéologie, DRAC Alsace soline.moriniere@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page