Navigation – Plan du site
Constitution des collections, études historiques

Bertelot et Kulikowski au Luxembourg. Conservation d’un exceptionnel ensemble de moulages

Bertelot and Kulikowski at the Luxembourg. Conservation of an exceptional group of plaster casts
Emily Rawlinson-Mazeri

Résumés

L’acquisition récente par le musée des Monuments français/Cité de l’architecture et du patrimoine d’un ensemble de douze moulages de sculptures monumentales du palais du Luxembourg attribuées à Guillaume Bertelot (1580-1648) est l’occasion d’analyser le rôle joué et les débats suscités par le moulage dans une restauration d’édifice emblématique à la fin du XIXe siècle. La question se pose également du statut de ces moulages, précieux témoins archéologiques d’œuvres du XVIIe siècle aujourd’hui disparues.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur de cet article tient à remercier très sincèrement MM. Daniel Ergmann et Laurent Delrieu à la direction de l’Architecture, du Patrimoine et des Jardins du Sénat pour leur contribution en faveur de la conservation et de la valorisation des moulages des œuvres de Bertelot.

Contribution complémentaire aux Actes des journées d’étude « Le moulage. Pratiques historiques, regards contemporains » (Cité de l’architecture et du patrimoine/musée du quai Branly, 14 & 15 novembre 2012).

1Le musée des Monuments français/Cité de l’architecture et du patrimoine a acquis en 2013, par don du Sénat, un ensemble de douze moulages de sculptures du XVIIe siècle représentant de grandes figures allégoriques provenant du palais du Luxembourg. Les statues originales, aujourd’hui disparues, sont attribuées à Guillaume Bertelot, sculpteur français actif au début du XVIIe siècle qui reçut notamment, en 1620, le titre de sculpteur ordinaire de Marie de Médicis au palais du Luxembourg. Ces sculptures, dont huit ornaient le dôme du pavillon d’entrée et quatre la façade de la cour d’honneur du palais, sont déposées à la fin du XIXe siècle en raison de leur état dégradé. Elles sont moulées pour être remplacées en 1907 et 1910 par des copies en pierre. En l’absence des œuvres originales, les moulages, dont l’exécution a été confiée au sculpteur-décorateur Florian Kulikowski (1849-1934), en sont l’unique témoignage archéologique et historique. L’histoire de cet ensemble – dépose, moulage et restitution – fait apparaître d’intéressants débats sur les politiques et les pratiques de la restauration de la sculpture monumentale à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Détail de La Force, statue réalisée par Charles Filleul (1907) d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1622) ; dôme d’entrée du palais du Luxembourg, rue de Tournon.

Phot. Butet, G. © Sénat.

Guillaume Bertelot, sculpteur privilégié de Marie de Médicis

  • 1 - LA MOUREYRE, Françoise de. « Guillaume Bertelot (1583-1648). Les années romaines et la restaurati (...)
  • 2 - Ibid, p. 131.

2Les douze sculptures de figures allégoriques dont témoignent les moulages sont attribués au sculpteur d’origine normande, Guillaume Bertelot (Le Havre, 1580-Paris, 1648). Sa formation en France, probablement à Rouen, et les conditions de son départ en Italie sont malheureusement peu documentées1. C’est en 1610, lorsqu’il travaille à Rome dans l’atelier de sculpture sur bois de Giovanni Languilla aux côtés des meilleurs sculpteurs, qu’il commence à se faire connaître auprès de commanditaires ecclésiastiques et princiers influents, comme la famille Borghese. Le pape Paul V lui commande, entre autres, les modèles de deux anges en bronze pour le retable de l’autel de la chapelle Pauline à Sainte-Marie-Majeure ainsi qu’une Vierge colossale, surmontant la colonne érigée sur le parvis. Il réalise également un crucifix en bois pour le maître-autel de l’église Santa Maria in Vallicella, une statue de saint Pierre pour la loge d’Urbain VIII au palais du Quirinal, une autre de saint Paul, pour l’entrée du palais de Monte-Cavallo ainsi qu’un ange ornant la Scala Regia de ce même palais. Françoise de La Moureyre, qui a récemment attribué à Bertelot la restauration de la statue antique du Gladiateur Borghese, insiste sur le prestige de ces commandes romaines à un sculpteur français, prestige qui attirera naturellement l’attention de la Cour française2.

  • 3 - GALLETTI, Sara. Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis 1611-1631. Paris : Picard, 2012, p. 1 (...)
  • 4 - Il est intéressant de noter qu’un programme analogue des vertus morales qui caractérisent la rége (...)
  • 5 - Description du travail de Bertelot par Peiresc dans une lettre de janvier 1623. Voir GALLETTI, Sa (...)

3De retour à Paris en août 1618, Guillaume Bertelot reçoit le titre de sculpteur ordinaire de la reine Marie de Médicis qui se fait alors construire son palais au Luxembourg dans un style italianisant par l’architecte Salomon de Brosse. Le sculpteur, chargé « doresnavant [de] luy servir et faire les figures et inrichissemens dependans de sondit art qu’il conviendra faire ez niches et autres endroicts de son pallais » est logé sur place3. C’est en 1622 que la régente commande au sculpteur huit statues pour orner le dôme du pavillon d’entrée du palais. Un débat s’ouvre alors sur le programme de cet ensemble. La reine souhaite représenter des femmes illustres ; l’un de ses conseillers, chargé de définir les sujets du décor du palais, lui propose de célébrer les figures féminines régnantes de l’Antiquité et du Moyen Âge comme Olympie, mère d’Alexandre le Grand ou Livie, épouse d’Auguste ou encore Berthe, mère de Charlemagne. Mais ce sont finalement des figures allégoriques, jugées plus neutres dans un contexte politique sensible, qui remplacent les sujets historiques4. Bertelot « ayant la main habile et rapide5 » a déjà bien engagé le travail sur les sculptures lorsqu’il est avisé du changement de programme. Ainsi la Justice, la Charité, la Prudence, la Sagesse, la Force, l’Abondance, et deux autres vertus théologales et cardinales moins facilement identifiables (la Tempérance et la Foi ?) prennent place sur le pourtour du dôme.

  • 6 - La Force et la Prière, commandées à Bertelot par Marie de Médicis vers 1625 pour la chapelle du p (...)

4Il exécute de nombreuses autres statues pour le palais6 dont les quatre muses de la façade de la cour d’honneur en 1623 – l’Astronomie, la Poésie lyrique, l’Éloquence et l’Histoire – et plusieurs ouvrages en bronze pour les fontaines du jardin. Le sculpteur réside au palais du Luxembourg jusqu’en 1630.

  • 7 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 143 : « Que Guillaume Bertelot ait été le sculpteur préfé (...)
  • 8 - COURAL, Jean. « Notes sur Guillaume Bertelot ». La Revue des Arts et des Musées de France, juin 1 (...)
  • 9 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 143.

5Bertelot poursuit sa carrière au-delà du Luxembourg. Il sculpte pour l’église de la Sorbonne, à Paris, des figures d’apôtres et d’évangélistes. Il reçoit plusieurs commandes importantes du cardinal de Richelieu qui le tient en favori7, dont une statue en marbre du roi Louis XIII. On lui attribue aussi des monuments funéraires comme celui de Charles de Choiseul, marquis de Praslin, conservé à Troyes, et le mausolée du cardinal Richelieu lui-même qu’il ne peut qu’entamer avant sa propre mort en 16488. Si l’œuvre de Guillaume Bertelot est peu connue, à l’inverse de celle de ses contemporains tels Jacques Sarazin ou Gérard Van Opstal, c’est qu’il ne subsiste, en France, qu’une infime partie de son œuvre sculptée9.

  • 10 - Supra note 6.
  • 11 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 150.
  • 12 - Ibid., p. 153.

6Les douze statues dont les moulages ont récemment été acquis par le musée des Monuments français appartiennent donc à une période importante de la carrière de Bertelot, celle où il réside, pendant plus de dix ans, au palais du Luxembourg en tant que sculpteur attitré de Marie de Médicis. Avec trois statues en marbre réalisées pour la chapelle du palais en 162510, ces douze figures sont les seules qui subsistent – sous la forme de moulages et de statues reconstituées – sur la trentaine commandées au sculpteur par la régente pour le décor de son palais11. Comme le souligne Françoise de La Moureyre : « Ce sont en réalité ces moulages qui nous renseignement le mieux sur le style de Bertelot pour la grande statuaire aux façades des édifices, qui eut la faveur de Marie de Médicis puis de Richelieu »12. La longueur des cous, des bras et des doigts des personnages – en partie due à leur situation élevée sur l’édifice –, associée à une certaine lourdeur des corps et des drapés, est représentative du style maniériste empreint de monumentalité romaine qui caractérise ses œuvres. Les douze figures seront restaurées par le sculpteur Louis Boizot en 1795, à la demande de l’architecte Jean-François Chalgrin, au moment de l’installation du Directoire.

Dépose des quatre statues de la façade de la cour d’honneur (1899)

  • 13 - Archives nationales F/21/21/2340 : Rapport de L. H. G. Scellier de Gisors, architecte du palais d (...)
  • 14 - Ce devis du 31 juillet 1899 dressé par L. H. G. Scellier de Gisors est particulièrement intéressa (...)

7À la fin du XIXe siècle, les quatre statues de Bertelot ornant la façade de la cour d’honneur se trouvent dans un état alarmant et nécessitent une intervention urgente (fig. 2). « Des fragments en pierre se détachent fréquemment et rendent dangereuse l’entrée du palais »13 écrit en 1898 Louis H. G. Scellier de Gisors, architecte du palais. Suivant ses conseils, la façade est mise sous échafaudage dès 1898. Le 31 juillet 1899, il dresse un devis détaillé pour la restauration des statues en indiquant, pour chacune d’entre elles, les parties à refaire ou à compléter : « faire un doigt en ciment à la main droite », « faire en pierre la main gauche avec partie du flambeau14 », etc.

Figure 2

Figure 2

Façade principale de la cour d’honneur du palais du Luxembourg présentant, au niveau de l’attique, les quatre statues réalisées vers 1910 d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1623).

Phot. Hofman, J.-M. © CAPA/MMF.

  • 15 - Rapport de Roger Bellu, inspecteur des Beaux-Arts, au ministre de l’Instruction publique et des B (...)

8Mais en octobre 1899, sur le conseil de l’inspecteur des Beaux-Arts, l’architecte Blanchard, habitué de « ces sortes de travaux15 » est consulté pour examiner les quatre statues et la possibilité de les restaurer in situ. Son constat va à l’encontre des propositions de restauration de Scellier de Gisors :

  • 16 - Lettre de Blanchard à Scellier de Gisors datée du 7 octobre 1899 (AN F/21/2340).

Après un attentif examen des figures, je ne vois pas la possibilité de les restaurer en pierre d’une façon durable. On peut certainement remettre les principales parties manquantes ; mais, ce qui serait impossible de restaurer en pierre ce sont les grandes parties rongées par la pluie et effritées presque partout ; pour cela, je ne vois que le ciment métallique, et, pour une restauration provisoire. Je vous ferai remarquer […] que ces statues ont déjà été restaurées à plusieurs reprises ; les goujons en fer employés se sont oxydés et ont attaqué la pierre […]. Je crois qu’il serait préférable de faire pour cette restauration ce que la Ville de Paris m’a demandé pour la colonne du Palmier place du Châtelet : un estampage des figures, une restauration du plâtre de cet estampage et la réfection complète des statues sur ce modèle16.

  • 17 - Devis de Blanchard, octobre 1899 (AN F/21/ 2340).

9Le devis estimatif de Blanchard s’élève, par figure, à 1 000 francs pour le moulage, 500 francs pour la restauration du plâtre et 4 000 francs pour l’exécution de la pierre17.

10Missionné en octobre 1899 par le ministère en tant que conseiller sur cette affaire, Julien A. Guadet, inspecteur général des Bâtiments civils, se déclare également en faveur de la réalisation de copies en pierre des quatre statues à partir de moulages. Il déconseille une restauration in situ des originaux, qui de toute façon ne peut avoir lieu dans les délais restreints imposés par la questure du Sénat avant l’ouverture de la session suivante :

  • 18 - Rapport de l’inspecteur général des Bâtiments civils J. A. Guadet à M. le ministre de l’Instructi (...)

Quant à la proposition qu’avait faite Monsieur Scellier de Gisors d’une réparation en quelque sorte provisoire, je ne suis pas d’avis de la conseiller. L’emploi du ciment métallique est toujours un ingrédient regrettable lorsqu’il ne s’agit pas de simples menues réparations, et l’état de la pierre est en bien des endroits fort précaire. Sous un calcin superficiel, la pierre se désagrège en poussière […]. Il reste donc l’hypothèse de remplacement de ces statues par des répliques, seul travail vraiment sérieux […]. En profitant de l’échafaudage qui existe encore, on descendrait avec soin les assises composant ces statues (chacune est en trois assises). Ces morceaux seraient rangés dans un local clos […]. Lorsqu’un crédit serait ouvert à cet effet, les morceaux seraient transportés du magasin dans tel atelier qu’il conviendrait où se feraient le moulage, les reprises de modelage et, enfin, l’exécution18.

11Conformément aux conclusions de ce rapport, les quatre statues sont déposées en 1899 et sont entreposées dans une réserve du Sénat. Elles seront moulées huit ans plus tard, en même temps que les statues du dôme.

Dépose, moulage et restitution en pierre des huit statues du dôme du pavillon central (1907)

12Six ans après la dépose des quatre statues de la façade de la cour d’honneur, la question se pose pour les huit statues qui décorent le dôme du pavillon central et qui présentent un état dégradé (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Dôme du pavillon d’entrée du palais du Luxembourg, rue de Tournon, présentant les huit statues réalisées vers 1907 d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1623).

Phot. Butet, G. © Sénat.

13L’inspecteur général des Bâtiments civils, J. A. Guadet, est à nouveau missionné pour l’établissement d’un rapport sur l’état de ce deuxième ensemble de statues en novembre 1906. Il propose une solution originale et pédagogique pour les moyens d’exécution des copies et préconise le type de pierre à utiliser :

  • 19 - Rapport de l’inspecteur général des Bâtiments civils J. A. Guadet à M. le sous-secrétaire d’État (...)

Ces statues sont en mauvais état […] et je pense qu’il est préférable de les refaire : une réparation donnerait des résultats très incertains […] et n’assurerait pas la durée qu’on peut attendre d’une réfection. Je crains seulement que la pierre de Lavoux [qui est proposée] ne soit pas en harmonie avec la tonalité générale de la façade et je crois que moyennant l’emploi d’une pierre appropriée de la vallée de l’Oise, on pourrait obtenir des résultats plus satisfaisants […]. En ce qui concerne les moyens, je me permets de vous soumettre une proposition […]. Il s’agit simplement d’une exécution conforme après moulage c’est-à-dire d’une simple mise au point et d’une reproduction identique. Or il y a, à l’École des beaux-arts, un atelier de sculpture pratique sous la direction de Monsieur Peters, professeur, où sont exercés précisément ce genre de travaux19

  • 20 - Lettre du 8 août 1907 de Florian Kulikowski annonçant que les moulages des statues seront terminé (...)

14Cette dernière proposition n’est pas retenue, le directeur de l’École des beaux-arts estimant que le travail est trop important pour ses élèves. Les statues de Bertelot sont déposées en 1907 et les moulages confiés à l’entreprise Florian Kulikowski et Cie20.

  • 21 - Note pour le bureau des travaux d’art des Bâtiments civils et palais nationaux du 11 juillet 1907 (...)
  • 22 - AN F/21/6265 ; Dans une lettre datée du 21 décembre 1907, M. Deruaz, architecte du palais du Luxe (...)

15Sur les huit moulages réalisés, quatre d’entre eux sont pris en charge par le ministère des Beaux-Arts et transportés la même année dans les ateliers respectifs des sculpteurs Charles Filleul (La Force), Pierre Granet (Femme à la gerbe avec une couronne de laurier), Alfred Riffard (La Charité) et Charles-Émile Jonchéry (La Sagesse) pour la création en 1907, à partir des moulages, de nouvelles statues en pierre de Tercé. Les sculpteurs sont rémunérés 2 000 francs chacun21. Les quatre autres statues – La Justice, L’Abondance, La Prudence et Femme drapée – sont réalisées par Kulikowski lui-même aux frais du Sénat22.

Les moulages – et certaines copies en pierre – confiés à Florian Kulikowski (1907)

  • 23 - Archives départementales et communales de Paris. Registre des successions DQ739287 (1930-1939) / (...)
  • 24 - La Construction moderne, 16 juillet 1892 : « La partie sculpturale qui joue un si grand rôle dans (...)

16Pierre Florian Albert Kulikowski a fondé son entreprise Florian Kulikowski et Cie en 1893. Installée au 3 rue Montyon dans le 9e arrondissement jusqu’en 191223, l’entreprise de décoration et sculpture ornementale en stuc et staff était réputée au tournant du XXe siècle comme en témoignent plusieurs articles de La Construction Moderne et autres revues spécialisées de l’époque24.

17Florian Kulikowski est notamment intervenu sur la décoration ornementale des façades du Grand Palais en 1899 (où il a également réalisé de nombreux moulages par les techniques de moulage à creux perdu et à la gélatine), sur les décors de la gare et de l’hôtel d’Orsay (notamment tout le travail de sculpture autour des horloges) ainsi que de la Cour de cassation, sur le décor du pont de l’Île Saint-Denis et de nombreuses maisons particulières et immeubles à Paris.

  • 25 - Voir le dossier F. Kulikowski au Centre de documentation du musée d’Orsay.

18Les archives conservées au Sénat révèlent que Kulikowski a travaillé au palais du Luxembourg en 1897 et qu’il est par conséquent déjà connu des sénateurs25. Il semble que son activité de sculpteur d’œuvres figuratives soit cependant restée marginale et les copies de sculptures commandées par le Sénat, en plus des moulages pour le palais du Luxembourg, représentent une exception dans sa carrière. Elles témoignent des rapports de confiance qu’il entretenait depuis près de dix ans avec le palais.

Quatre « nouvelles » statues pour la façade de la cour d’honneur (1910)

  • 26 - Rapport de Henry Harvard du 14 mai 1909 (AN, F/21/6264).

19En 1909, Henry Havard, inspecteur général des Beaux-Arts, examine les moulages réalisés deux ans plus tôt des statues de la façade de la cour d’honneur, en vue de faire réaliser de nouvelles sculptures en pierre. Il approuve les moulages de Kulikowski qu’il estime être de qualité très satisfaisante26.

  • 27 - Devis du 5 avril 1909 de l’architecte du palais du Luxembourg au sous-secrétaire d’État des Beaux (...)

20Le devis dressé par l’architecte du palais en 1909 s’élève à 13 369 francs27 :

21- 2 000 F pour le transport des 4 moulages aux ateliers (aller-retour), le transport des nouvelles statues, leur mise-en-place et les travaux d’échafaudage.

22- 1 369 F pour la fourniture et le transport des blocs de pierre chez les statuaires

23- 10 000 F pour la réalisation des statues neuves.

  • 28 - Extrait du procès-verbal de la séance du comité consultatif du ministère de l’Instruction publiqu (...)
  • 29 - Rapport de Henry Harvard du 14 mars 1909 (AN, F/21/6264).

24La correspondance entre les différents architectes et inspecteurs révèle un nouveau débat sur le type de pierre à utiliser pour cette restitution. La pierre de Tercé, utilisée trois ans plus tôt pour les statues du dôme, est initialement proposée, mais l’inspecteur des Beaux-Arts estime que la pierre de Lavoux, plus résistante au froid et au gel, serait préférable28. Henri Havard pense par ailleurs qu’il faut patiner les statues neuves de façon à les harmoniser avec le reste de la façade et éviter, de ce point de vue, le contraste des statues du dôme réinstallées en 190729. Ce sont finalement des blocs de pierre de Tercé de 2,95 m2 chacun qui sont livrés chez les sculpteurs chargés des copies ; les statues neuves ne semblent finalement jamais avoir été patinées.

  • 30 - Lettres d’engagement du 10 juillet 1910 des sculpteurs Charles Filleul et Pierre Granet (archives (...)

25Ainsi, la copie de l’Éloquence est confiée en juillet 1910 à Pierre Granet (le sculpteur Fernand Dubois achèvera cette statue au décès de Pierre Granet le 15 août 1910 et réalisera aussi celle de l’Histoire). La Poésie lyrique et l’Astronomie sont quant à elles confiées au sculpteur Charles Filleul. Les sculpteurs sont rémunérés 2 500 francs par figure30.

26Comme pour les statues du dôme, cette nouvelle opération fait l’objet d’un partage financier entre le Sénat et le service des Bâtiments civils. Les quatre figures allégoriques, copies des statues de Bertelot, sont réalisées et installées sur la façade en 1910.

Un précieux ensemble de moulages « passeurs »

27Les moulages des douze statues de Bertelot présentent un intérêt historique indéniable en tant qu’unique témoignage archéologique de statues du XVIIe siècle. En raison de l’état très dégradé des œuvres originales, les copies en pierre des statues réalisées à partir des moulages en plâtre ont fait l’objet d’interprétations par les différents sculpteurs qui les ont exécutées (fig. 4, 5, 6).

Figure 4

Figure 4

Moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1907) de la statue La Force de Guillaume Bertelot (1622).

Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.

Figure 5

Figure 5

Détail de certaines parties refaites par Charles Filleul sur le moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) de la statue La Force de Guillaume Bertelot (1622).

Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.

Figure 6

Figure 6

Détail du moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1910) de la statue L’Astronomie de Guillaume Bertelot (1623), comportant clous de report et croix de mise au point.

Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.

  • 31 - Rapport de Roger Ballu au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du 1er septembre 1 (...)

28Les parties manquantes, en particulier les visages, les mains et les attributs portés par les figures allégoriques, ont été complétées directement sur le moulage au plâtre, au ciment, au plâtre ou à la résine en 1907 et 1910 ; certains visages dessinés par Bertelot ont ainsi été en partie réinterprétés. Il ne s’agit pas de « raccommodages » mais bien de « réparations artistiques » écrit Roger Ballu en 189931. Véritables patchworks sculptés, parsemés de clous de report et de croix de mise au point, les moulages complétés forment aujourd’hui un curieux ensemble. Ils témoignent d’une étape de métamorphose rarement conservée, à la fois épreuve en plâtre de l’œuvre du XVIIe siècle, et modèle original d’une nouvelle œuvre du début du XXe siècle.

  • 32 - LA MOUREYRE, Françoise de. « Le sculpteur de prédilection de Richelieu : Guillaume Bertelot (1583 (...)

29En tant que premier musée de moulages en France, le musée des Monuments français a choisi d’intégrer ces œuvres dans ses collections, exauçant le vœu exprimé par Françoise de La Moureyre qui s’inquiétait pour « ces précieux moulages qui n’ont pas trouvé à ce jour un lieu digne d’exposition32 ». La grande majorité des moulages du musée ont été conçus comme une anthologie à but pédagogique et comme un conservatoire archéologique des formes menacées. La collection comporte, par ailleurs, d’autres œuvres en plâtre chargées du même statut de « passeur », c’est-à-dire des œuvres qui s’inscrivent dans le processus de restitution et de restauration des œuvres originales. C’est le cas notamment du moulage du groupe de La Danse de Carpeaux, dont l’estampage avait été commandé en 1932 par le musée lorsque l’original se dégradait. Le moulage a servi trente ans plus tard à Paul Belmondo pour la création d’une nouvelle statue pour la façade de l’Opéra.

30Les moulages des sculptures de Bertelot répondent à cette double vocation des collections du musée des Monuments français. La conservation de l’ensemble des douze moulages, même ceux partiellement dégradés, constitue un précieux guide pour la restauration future des copies qui ornent aujourd’hui le palais du Luxembourg (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Détail du moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1910) de la statue La Poésie lyrique de Guillaume Bertelot (1623), comportant clous de report et croix de mise au point.

Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.

31Biographie

32Diplômée d’un Master en histoire de l’architecture de l’Institut Courtauld (Londres), Emily Rawlinson-Mazeri est depuis dix ans attachée de conservation à la Cité de l’architecture et du patrimoine où elle est plus spécifiquement chargée des moulages de la période Renaissance-Temps modernes.

Haut de page

Notes

1 - LA MOUREYRE, Françoise de. « Guillaume Bertelot (1583-1648). Les années romaines et la restauration du Gladiateur Borghese ». Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 2003, p. 123.

2 - Ibid, p. 131.

3 - GALLETTI, Sara. Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis 1611-1631. Paris : Picard, 2012, p. 110. Comme de nombreux autres artistes qui travaillaient au Luxembourg, Bertelot avait son atelier dans la basse-cour du palais.

4 - Il est intéressant de noter qu’un programme analogue des vertus morales qui caractérisent la régente est adopté pour les décors peints à l’intérieur du palais. Voir LA MOUREYRE, Françoise de. « Le sculpteur de prédilection du cardinal : Guillaume Bertelot ». Dans Richelieu, patron des arts sous la direction de BOYER, Jean-Claude, GAEHTGENS, Barbara et GADY, Bénédicte. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009, p. 152.

5 - Description du travail de Bertelot par Peiresc dans une lettre de janvier 1623. Voir GALLETTI, Sara. Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis 1611-1631. Paris : Picard, 2012, p. 116.

6 - La Force et la Prière, commandées à Bertelot par Marie de Médicis vers 1625 pour la chapelle du palais, sont aujourd’hui conservées à l’hôpital d’Aligre et Marie-Thérèse à Lèves en Eure-et-Loir. Une troisième statue (sur les quatre statues en marbre commandées pour la chapelle), Le Silence, est conservée au palais du Luxembourg.

7 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 143 : « Que Guillaume Bertelot ait été le sculpteur préféré du cardinal de Richelieu, il ne faut pas en douter ».

8 - COURAL, Jean. « Notes sur Guillaume Bertelot ». La Revue des Arts et des Musées de France, juin 1953, p. 274.

9 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 143.

10 - Supra note 6.

11 - LA MOUREYRE, Françoise de, op. cit., p. 150.

12 - Ibid., p. 153.

13 - Archives nationales F/21/21/2340 : Rapport de L. H. G. Scellier de Gisors, architecte du palais du Luxembourg, 1899.

14 - Ce devis du 31 juillet 1899 dressé par L. H. G. Scellier de Gisors est particulièrement intéressant puisqu’il permet de comprendre les parties qui ont été refaites ou complétées sur les moulages en vue de la restitution en pierre (AN F/21/ 2340).

15 - Rapport de Roger Bellu, inspecteur des Beaux-Arts, au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du 1er septembre 1899 : « Je sais que Monsieur Blanchard a l’habitude de ces sortes de travaux ; à ma connaissance il a procédé à des réparations à plusieurs occasions » (AN, F/21/ 2340).

16 - Lettre de Blanchard à Scellier de Gisors datée du 7 octobre 1899 (AN F/21/2340).

17 - Devis de Blanchard, octobre 1899 (AN F/21/ 2340).

18 - Rapport de l’inspecteur général des Bâtiments civils J. A. Guadet à M. le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 27 octobre 1899 (AN F/21/2340).

19 - Rapport de l’inspecteur général des Bâtiments civils J. A. Guadet à M. le sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts du 25 novembre 1906 (AN F/21/ 6265).

20 - Lettre du 8 août 1907 de Florian Kulikowski annonçant que les moulages des statues seront terminés le 13 août et que les sénateurs pourront venir les voir à partir de cette date à l’atelier (archives du Sénat).

21 - Note pour le bureau des travaux d’art des Bâtiments civils et palais nationaux du 11 juillet 1907 (AN F/21/4312 – Dossiers d’artistes : Pierre Granet).

22 - AN F/21/6265 ; Dans une lettre datée du 21 décembre 1907, M. Deruaz, architecte du palais du Luxembourg, déclare qu’un échafaudage a été posé pour la mise en place des nouvelles statues du dôme. Celles-ci ont donc dû être installées à la toute fin de l’année 1907 ou dans les premiers jours de 1908 (archives du Sénat).

23 - Archives départementales et communales de Paris. Registre des successions DQ739287 (1930-1939) / Bottins du commerce 1893 à 1912. Voir aussi Archives commerciales de la France n°65, 16 août 1893 pour l’annonce de la fondation de la société Florian Kulikowski et Cie.

24 - La Construction moderne, 16 juillet 1892 : « La partie sculpturale qui joue un si grand rôle dans cette décoration [de la Cour de cassation] est due aux habiles artistes MM. Hamel et Kulikowski » ; La Construction moderne 16, 1900-1901, p. 198, à propos de l’hôtel du palais d’Orsay : « exécution de la sculpture ornementale et de la décoration par MM. Florian Kulikowski et Cie qui avait déjà participé à la décoration de la Gare ». Voir aussi RAGUENET, A. Documents et matériaux d’architecture. 1902-1903, vol. 7, n°368.

25 - Voir le dossier F. Kulikowski au Centre de documentation du musée d’Orsay.

26 - Rapport de Henry Harvard du 14 mai 1909 (AN, F/21/6264).

27 - Devis du 5 avril 1909 de l’architecte du palais du Luxembourg au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts (AN, F/21/6264).

28 - Extrait du procès-verbal de la séance du comité consultatif du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du 22 avril 1909 (AN, F/21/6264).

29 - Rapport de Henry Harvard du 14 mars 1909 (AN, F/21/6264).

30 - Lettres d’engagement du 10 juillet 1910 des sculpteurs Charles Filleul et Pierre Granet (archives du Sénat).

31 - Rapport de Roger Ballu au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du 1er septembre 1899 : « on obtiendrait ainsi non des raccommodages mais des réparations artistiques […] » (AN F/21/2340).

32 - LA MOUREYRE, Françoise de. « Le sculpteur de prédilection de Richelieu : Guillaume Bertelot (1583-1648) ». Dans BOYER, Jean-Claude, GAEHTGENS, Barbara, GADY, Bénédicte et al. (dir.). Richelieu patron des arts. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2009, p. 153.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Détail de La Force, statue réalisée par Charles Filleul (1907) d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1622) ; dôme d’entrée du palais du Luxembourg, rue de Tournon.
Crédits Phot. Butet, G. © Sénat.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 2
Légende Façade principale de la cour d’honneur du palais du Luxembourg présentant, au niveau de l’attique, les quatre statues réalisées vers 1910 d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1623).
Crédits Phot. Hofman, J.-M. © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 3
Légende Dôme du pavillon d’entrée du palais du Luxembourg, rue de Tournon, présentant les huit statues réalisées vers 1907 d’après l’œuvre originale de Guillaume Bertelot (1623).
Crédits Phot. Butet, G. © Sénat.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 4
Légende Moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1907) de la statue La Force de Guillaume Bertelot (1622).
Crédits Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5
Légende Détail de certaines parties refaites par Charles Filleul sur le moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) de la statue La Force de Guillaume Bertelot (1622).
Crédits Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6
Légende Détail du moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1910) de la statue L’Astronomie de Guillaume Bertelot (1623), comportant clous de report et croix de mise au point.
Crédits Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 7
Légende Détail du moulage en plâtre réalisé par Florian Kulikowski (1907) et retravaillé par Charles Filleul (1910) de la statue La Poésie lyrique de Guillaume Bertelot (1623), comportant clous de report et croix de mise au point.
Crédits Phot. Rawlinson, E. © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12594/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emily Rawlinson-Mazeri, « Bertelot et Kulikowski au Luxembourg. Conservation d’un exceptionnel ensemble de moulages », In Situ [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 11 mars 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://insitu.revues.org/12594 ; DOI : 10.4000/insitu.12594

Haut de page

Auteur

Emily Rawlinson-Mazeri

Attachée de conservation, musée des Monuments français, Cité de l’architecture et du patrimoine erawlinson@citechaillot.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page