Navigation – Plan du site
Les moulages, autres regards, autres pratiques

Moulages et collections, moulages et vestiges mésoaméricains, un dialogue ?

Plaster casts and collections, plaster casts and mesoamerican remains, a dialogue?
Fabienne de Pierrebourg

Résumés

Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, les explorateurs européens découvrent, au Mexique et dans le nord de l’Amérique centrale, les vestiges des cités préhispaniques. Ils prennent l’empreinte des monuments abondamment décorés par des images et une écriture pas encore déchiffrée afin de les reproduire dans les musées. À partir des cent douze moulages conservés au musée du quai Branly, nous essaierons de comprendre le contexte historique de ces répliques et leur place aux XXe et XXIe siècles.

Haut de page

Texte intégral

Communication présentée lors des journées d’étude « Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporains » organisées par la Cité de l’architecture et du patrimoine et le musée du quai Branly, les 14 et 15 novembre 2012.

  • 1 - LOPÉZ LUJÁN, Leonardo, FAUVET-BERTHELOT, Marie-France. Aztèques, la collection de sculptures du m (...)

1Les moulages conservés au musée du quai Branly dont il sera question ici datent de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce siècle est celui des progrès techniques, de l’accumulation d’objets, de la soif de classement et de comparaison, c’est aussi celui de la naissance de l’américanisme. L’accumulation n’épargne pas les collections d’objets d’origine américaine qui sont complétées par des photographies et des moulages dont la prise d’empreinte, dans des régions tropicales et des lieux éloignés de toutes villes et de tous villages, a été facilitée grâce à la méthode mise au point par Lottin de Laval vers 1844. Parallèlement aux nouvelles techniques mises au service des explorateurs, le regard européen porté à l’Amérique se transforme. Il ne s’agit plus de découvrir de nouvelles populations  elles ont été décimées par la colonisation et leur situation de vaincus ne s’adapte pas au romantisme du XIXe – mais, au contraire, de découvrir des cités qui semblent avoir été abandonnées lors de leur apogée, de comprendre qui les avait construites et habitées. Ces questions conduisent les voyageurs européens, rejoints par ceux venant des États-Unis et du Canada, en Bolivie, au Pérou, au Mexique et au Guatemala qui, indépendants depuis peu, ouvrent leurs frontières. Des milliers d’objets préhispaniques s’accumulent au Louvre où est créé, en 1850, le musée des Antiquités mexicaines qui prendra le nom de musée des Antiquités américaines. Dans une perspective comparatiste, on cherchait à mettre en relation le Mexique et l’Égypte1. Son existence a été éphémère ; ses salles sont fermées en 1870. Les collections s’accumulent également à la Bibliothèque nationale, au Muséum national d’histoire naturelle, et dans les locaux du ministère de l’Instruction publique jusqu’à la création du musée d’Ethnographie du Trocadéro, en 1878.

2C’est dans cette histoire que s’inscrit celle des moulages conservés aujourd’hui au musée du quai Branly, héritier du musée de l’Homme et du musée d’Ethnographie du Trocadéro, et celles d’autres musées européens ou nord-américains. Parmi les pays qui ont attiré les explorateurs du XIXe siècle, le Mexique et le Guatemala sont ceux qui ont fourni le plus grand nombre de moulages. Ceci est probablement dû aux riches représentations et à l’écriture (pas encore déchiffrée à cette époque) qui ornent les monuments de Mésoamérique, grande aire culturelle qui couvre les trois-quarts sud du Mexique et le nord de l’Amérique centrale. Mais cette histoire qui se poursuit jusqu’à nos jours n’est pas uniforme : l’image du moulage dans les collections comme le moulage en tant qu’image d’un original se transforment dans le temps en fonction du savoir, des demandes, et aussi de l’évolution d’un original qui a subi les intempéries d’une région tropicale pendant plus d’un siècle. Ce sont ces dialogues entre le moulage et le monument original, entre les moulages et la communauté scientifique ou le public que nous suivrons tout au long de cette brève histoire. Nous nous limiterons aux moulages de monuments mésoaméricains, mais nous serons amenée à faire de brèves incursions dans d’autres musées.

Des débuts difficiles : 1850-1880

  • 2 - Quelques photographies ont été intégrées à ce texte mais l’ensemble des moulages peuvent être vus (...)

3La découverte fortuite à Mexico de la Grande Coatlicue, de la Pierre de Tizoc et de la Pierre du Soleil entre 1790 et 1791, trois grandes sculptures majeures de la culture aztèque (fig. 1), et celle du site maya de Palenque en 1780 marquent les débuts de l’archéologie mexicaine2. Ces découvertes sont connues en Europe grâce à quelques écrits et attisent l’intérêt des voyageurs, car tout reste à découvrir. Édouard Henri Théophile Pingret, qui avait migré au Mexique en 1851 pour faire valoir ses dons de peintre et faire fortune, est un de ceux-là.

Figure 1

Figure 1

Moulage de la Coatlicue dans le couloir du musée d’Ethnographie du Trocadéro. Anonyme, musée du quai Branly, fonds de l’iconothèque, PP0024580.

© Musée du quai Branly.

  • 3 - Voir à ce sujet FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, LOPÉZ-LUJÁN, Leonardo. « Édouard Pingret, un cole (...)
  • 4 - FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, LÓPEZ-LUJÁN, Leonardo. « La Piedra del Sol ¿en París? ». Arqueolo (...)

4Durant son séjour, entre 1851 et 1854, Édouard Pingret rassembla une collection de plus de 3 000 pièces qu’il n’arrivera jamais à vendre au Louvre à son retour en France3. Il n’a pas plus de chance avec les répliques des trois monolithes préhispaniques découverts une soixantaine d’années plus tôt qu’il souhaitait faire réaliser pour le nouveau musée des Antiquités mexicaines4. Il exprime sa déception et tente de défendre sa position auprès de Napoléon III en ces termes :

Mais dans quel but gardez-vous au musée les plâtres des chefs-d’œuvre grecs que les alliés ont repris en 1814 ? Parce que vous n’avez plus les originaux. L’utilité des copies est donc indispensable.

5Il cite plusieurs exemples de commandes d’œuvres de grands maîtres reproduites que possèdent Rome, Madrid ou Florence. Il signale la copie de la colonne Trajane en cours, le commerce de plâtres gréco-romains, et poursuit :

  • 5 - Deuxième essai des Notes sur les antiquités mexicaines de M. Pingret, 1855, Paris, musée du quai (...)

Qu’avez-vous à répondre ? Les copies, les moulages des antiquités aztèques, faute d’avoir les originaux, ne sont pas indignes de l’observateur […] Je pourrais multiplier les exemples, pour prouver que même des surmoulages, en fait d’antiquités mexicaines, pays encore inexploré, pourrait piquer l’attention de l’administration du Louvre5.

6La bataille menée et perdue par Pingret reflète certes sa personnalité arrogante et conflictuelle, mais aussi la dichotomie entre le monde classique et le monde américain qui existe déjà malgré la création de l’éphémère musée des Antiquités mexicaines. En 1887, la collection archéologique américaine rejoindra les collections ethnographiques du nouveau musée d’Ethnographie du Trocadéro.

7Entre 1862 et 1867, Léon Méhédin qui, en pleine gloire à la cour de Maximilien empereur du Mexique, participe à la commission scientifique du Mexique, n’a pas beaucoup plus de chance. De retour en France, sa collection de creux et de moulages, tout comme sa vie, rencontrera obstacles et malheurs successifs.

  • 6 - L’Estafette, 17 août 1865, dans GERBER, Frédéric, NICAISE, Christian, ROBICHON, François. Un aven (...)
  • 7 - Lettre du 11 avril 1865, ibid. p. 37.

8Arrivé au Mexique depuis peu et ayant connaissance de l’ouverture du musée des Antiquités mexicaines, Méhédin commande un second estampage de la Pierre du Soleil alors adossée à la cathédrale de Mexico, dans le but de l’envoyer en France. Il en vante les avantages, précisant que cet estampage est beaucoup plus léger et beaucoup moins coûteux que le précédent commandé par le marquis de Montholon, ministre de France au Mexique6. En effet, Méhédin utilise la méthode mise au point par Lottin de Laval, consistant à prendre des empreintes à l’aide de feuilles de papier humide. Lors de sa visite à Teotihuacan, dont « la plus grande pyramide, qui rivalise avec celles d’Égypte, n’a jamais été ouverte », il remarque : « deux échantillons de sculptures sont les seuls témoins aujourd’hui de cet art sur l’emplacement de l’ancienne cité. L’une représente une idole d’environ 5 m de hauteur, l’autre une est une tête colossale dont je chercherai le tronc. Tous deux méritent le moulage »7 (fig. 2, fig. 3).

Figure 2

Figure 2

Moulage de Méhédin de la Pierre du Soleil. Musée du quai Branly, 71.1882.64.3.

© Musée du quai Branly.

Figure 3

Figure 3

Moulage de Méhédin de la Déesse de l’eau. Musée du quai Branly, 71.1882.64.1.

© Musée du quai Branly.

  • 8 - Ibid., p. 60, et DEMEULENAERE-DOUYÈRE, Christiane. « Le Mexique s’expose à Paris : Xochicalco, Lé (...)

9De nombreux explorateurs sont passés à Xochicalco avant Méhédin, il est, cependant, le premier à libérer des décombres la façade du temple qu’il restaure pierre par pierre, photographie, dessine en couleur et estampe dans sa totalité. Le moulage de ce temple devait être présenté à Paris, à l’Exposition universelle de 1867, mais le projet est rapidement abandonné, le ministre de l’Instruction publique ne souhaitant probablement pas raviver le souvenir d’un échec colonial récent et cuisant de la France au Mexique. Méhédin reprend alors, à son propre compte et à ses frais, le projet de montrer sur le Champ-de-Mars la pyramide de Xochicalco qu’il transforme. Le grand escalier, très raide dans le monument original, a été adouci pour faciliter l’accès des visiteurs. La terrasse sur laquelle le temple repose est utilisée pour une exposition des objets que Méhédin a rapportés de ses missions au Mexique, et aussi de ses missions en Crimée, en Égypte et en Italie. Les parois intérieures du salon sont tapissées de moulages égyptiens rapportés de Thèbes en 18608. Il y avait aussi les moulages de la Pierre du Soleil, de la déesse de l’eau de Teotihuacan et de la Coatlicue aztèque.

10Par la suite, avec la chute de l’Empire, Méhédin perd ses appuis politiques ; en 1870, les bombardements détruisent les deux tiers de ses estampages. En 1873, un rapport indique qu’une grande partie des creux sont inutilisables, soit à cause des bombardements subis, soit parce qu’ils ont déjà été utilisés pour l’Exposition universelle. Les moulages et estampages restants sont transférés en 1881 au dépôt des marbres. En 1882, huit moulages entrent au musée d’Ethnographie du Trocadéro. Et en 1893, Méhédin en demande le prêt pour l’exposition de Madrid qui commémore les 400 ans de la découverte de l’Amérique. C’est peut-être à cette occasion que la Pierre de Tizoc et un Quetzalcoatl ont disparu.

  • 9 - RIVIALE, Pascal. « La science en marche au pas cadencé : les recherches archéologiques et anthrop (...)
  • 10 - Musée du quai Branly 71.1882.64.6.

11Cette triste histoire est certes le résultat des aléas politiques et de la malchance qui se sont acharnés sur Méhédin et sa collection, elle est aussi un des aspects de l’échec constaté par Riviale de l’expédition au Mexique : la dispersion de la plupart des collections et des données recueillies9. Quoi qu’il en soit, sur des centaines de creux à tirer et de moulages, seulement huit moulages entrent au musée d’Ethnographie du Trocadéro ; trois sont aujourd’hui dans les réserves du musée du quai Branly : la déesse de l’eau de Teotihuacan, la Pierre du Soleil et la « Croix des serpents10 ».

L’âge d’or des moulages (1880-1930)

12Peu de temps après, Désiré Charnay entreprend d’importantes missions et envoie en France une très riche collection d’objets (1722), de photographies (près de 3000) et une centaine d’estampages que le musée d’Ethnographie du Trocadéro accueillera. Jusqu’alors, le souhait de nos deux voyageurs, l’un artiste, l’autre politicien et aussi espion, avait été de faire connaître quelques sites choisis de manière aléatoire. Avec Désiré Charnay s’opère un premier changement. Bien que son œuvre, résultat de visites dans de nombreux sites et régions, nous semble aujourd’hui disparate, elle répond à une problématique nouvelle qui va à l’encontre d’un diffusionnisme explicite ou implicite qui tentait d’expliquer le nouveau monde par les connaissances acquises sur l’aire méditerranéenne. Charnay exprime clairement sa pensée dans les Anciennes villes du Nouveau Monde :

  • 11 - CHARNAY, Désiré. Les Anciennes Villes du Nouveau-Monde. Voyages d’exploration au Mexique et dans (...)

Pour étudier sainement l’histoire de la civilisation en Amérique, il faut se borner aux pièces originales du procès, c’est-à-dire, aux moments et aux citations historiques qui s’y rapportent ; il faut faire table-rase des opinions reçues, ignorer tous les commentaires, échapper à toute influences, et, puisque la photographie et les moulages nous apportent pour la première fois des documents irrécusables, puisque les originaux sont sous nos yeux […] nous n’aurons plus alors qu’à rapprocher les ruines et les édifices des provinces diverses, pour les comparer entre eux et réunir les liens de parenté qui les unissent11.

  • 12 - Réédité par Pascal MONGNE sous son titre original Le Mexique, 1858-1861, souvenirs et impressions (...)

13Cette position explique son hypothèse d’une grande civilisation mésoaméricaine, la civilisation toltèque, qui se serait étendue sur le Mexique et le Guatemala. Elle explique également l’énorme collection qu’il a constituée au cours de ses séjours. Il sillonna le Mexique et le nord de l’Amérique centrale, en particulier la région maya, et les hautes terres du centre du Mexique. Il entreprend des fouilles à Teotihuacan et sur le volcan Popocatepetl, visite le musée de Mexico. Son ouvrage Cités et ruines américaines12, et ses photographies exposées à Londres et à Paris relatant son premier voyage (1857-1861) eurent un grand succès et contribuèrent à le faire connaître au grand public. C’est lors de son second voyage (1880-1881) que Charnay envisage de ramener en France des estampages dont il pourrait tirer les moulages qui, pour la plupart, sont aujourd’hui conservés au musée du quai Branly. Il prend l’empreinte de quelques pièces à Mexico, mais la majorité des moulages que nous devons à Désiré Charnay reproduisent des monuments mayas dressés en pays tropical et particulièrement difficiles d’accès :

  • 13 - CHARNAY, Désiré, op. cit., p. 180.

De San Juan à Palenque, on ne compte en ligne directe que 30 ou 35 lieues, mais c’est par la route de terre, à laquelle nous ne pouvons songer ? Nous avons 70 grands colis à transporter ! Combien de mules et de chevaux nous faudrait-il pour emmener tout ce bagage ? C’est assurément un matériel ridicule à traîner par de tels chemins. Je le sais et j’aurais certainement préféré une simple valise qui m’eût permis de me mouvoir à ma guise sans trop m’inquiéter du temps et de la route. Mais… que de mais dans la vie ! mais nous allions faire des moulages : il nous fallait donc cuvettes, papier, colle, farine etc. ; nous sommes photographes : il nous fallait des appareils et des produits chimiques ; mais il fallait un matériel d’ingénieur pour lever des plans ; mais, et par-dessus tout, il fallait manger dans ces ruines où nous allions vivre deux mois en pleine forêt13.

14Il rend cependant hommage à Lottin de Laval,

  • 14 - CHARNAY, Désiré, op. cit., p. 215.

inventeur de ce procédé merveilleux qui permet, avec quelques rames de papier, d’obtenir en des lieux qui seraient inaccessibles aux lourds et dispendieux procédés du moulage, les reproductions si précieuses de l’art et de l’industrie humaine. J’ai calculé que les inscriptions et bas-reliefs que j’ai rapportés, et qui pesaient à peine 250 kilogrammes, en auraient pesé plus de 15 000 si j’avais employé le plâtre ; je me serais donc butté à une impossibilité14.

15Il choisit d’entrer en pays maya par la voie fluviale et arrive avec son équipe à Palenque où il entreprend durant deux mois un relevé photographique et de nombreuses empreintes en dépit de moult difficultés et découragements. L’humidité retarde le séchage des estampages et il doit allumer d’immenses bûchers pour combattre les torrents d’eau qui noyaient les moules. Le 26 janvier, plus de 1 000 m² d’estampages qui séchaient près d’un feu de camp et trois semaines de travail ont été anéantis par les flammes. Son découragement n’ayant d’égale que son opiniâtreté à ramener en France un témoignage fidèle de ce qu’il a vu, il se remet à la tâche. De ce site il ramène de nombreuses empreintes de grands panneaux ornés de textes (fig. 4) et, plus encore qu’un témoignage de ce qu’il a rencontré et vu, certaines d’entre elles permettent, au musée du Trocadéro, de retrouver une réalité qui avait disparu sur le site. Par exemple, le grand panneau qui orne le mur postérieur du temple de la Croix était divisé en trois parties : une était restée dans le temple, une autre se trouvait dans la cour de la mairie d’un village proche de Palenque et la troisième à la Smithsonian Institution, à Washington. De plus, les linteaux qui ornaient les deux côtés de l’accès du temple, après avoir séjourné chez des vieilles dames du village de Santo Domingo, décoraient les murs de l’église de ce même village proche de Palenque.

Figure 4

Figure 4

Photographie d’un moulage de Désiré Charnay du panneau du temple du Soleil pris par lui-même. Musée du quai Branly, PP0029468.

© Musée du quai Branly.

  • 15 - MONGNE, Pascal, op. cit., p. 63.

16En 1881, Charnay poursuit sa visite de l’aire maya dans une région moins éloignée des grandes villes mexicaines, mais dépourvue de fleuve. Il se rend à Chichen Itza, Kabah et Uxmal, au Yucatán. En fin de voyage, il entreprend de réaliser ce qui lui tenait le plus à cœur : découvrir une cité maya. Il s’enfonce dans la forêt à dos de mulet tout en suivant les fleuves. Après un mois de voyage, il aperçoit un site sur l’autre rive de l’Usumacinta, il s’agit de Yaxchilan. Mais Alfred Percival Maudslay, explorateur anglais qui, sur les traces de Stephens et Catherwood, voulait photographier ce que ses prédécesseurs avaient dessiné, l’avait devancé de quelques jours. Les deux explorateurs partagent le site. L’entente semble cordiale dans un premier temps et Désiré Charnay apprend à Maudslay comment réaliser les moules en papier mâché des monuments maya et comment, à partir de ces moules, extraire des répliques en plâtre à Paris. Le périple de Charnay se poursuit vers Tikal qu’il atteint après huit jours de marche dans la jungle. Il lui faudra quatre semaines supplémentaires pour rejoindre Veracruz, avant de rentrer en Europe. En 1882, Charnay, qui a compris l’intérêt des moulages, obtient une mission en Europe. Il copie plusieurs originaux conservés par les musées de Bâle et Berlin15. En 1886, il retourne au Mexique et réalise quelques moulages au Yucatán.

  • 16 - Ibid., p. 63-66.

17Comme le résume Mongne16, entre 1881 et 1882 et en 1886, Désiré Charnay a réalisé plus de 140 estampages. Des dizaines de stèles, bas-reliefs, panneaux sculptés, fragments d’architecture, statues et même des poteries furent copiés d’après les originaux qui se trouvaient dans les musées de Mexico et de Mérida, sur des sites localisés sur les pentes du Popocatepetl, à Tula, Palenque, Yaxchilan, Acanceh, Uxmal, Ake. Les estampages étant très fragiles, il fallait procéder à leur copie définitive peu de temps après leur arrivée à Paris. Pour des raisons financières, le travail de Charnay ne fournira que 90 moulages sur 140 estampages ; quelques-uns ont été donnés à la Smithsonian Institution à Washington et Charnay a vendu lui-même au Peabody Museum of Archaeology and Ethnology de l’université de Harvard les bas-reliefs de la Pierre de Tizoc et ceux de deux linteaux de Yaxchilan.

  • 17 - MATHEWS, Peter. Pilot study of the Maudslay cast in the British Museum. 1998, [document électroni (...)

18Très tôt, Alfred Maudslay a compris l’importance de ces moules et de leur plâtres pour l’étude des anciens monuments préhispaniques mexicains et centraméricains. Contrairement à Charnay, il ne se disperse pas, mais se concentre sur l’aire maya. Durant les dix ans qui ont suivi cette première rencontre, il s’engagea dans plusieurs expéditions durant lesquelles il prend quelque quatre cents empreintes. Il affine la méthode apprise par Charnay et réalise de nombreux petits moules pour une seule pièce. Par exemple, le moulage de la sculpture que l’on appelle la « tortue » de Quirigua qui est, en réalité, une image du monde souterrain maya, a été faite de 600 moules. Avec l’aide de Giuntini, mouleur, il supervise le processus de fabrication des moulages. Il apparaît que les estampages faits par Maudslay permettent la réalisation de plusieurs jeux. Un ensemble complet est destiné au Victoria and Albert Museum, un autre au Musée archéologique de Cambridge, comme nous l’avons vu, les pièces les plus importantes sont dupliquées et envoyées à Paris et au Museum of Natural History de New York17. Creux et moulages sont aujourd’hui conservés au British Museum avec les instructions de montage.

  • 18 - List of casts for Paris, archives du musée du quai Branly, D002870/40654.
  • 19 - Lettre du duc de Loubat du 12 novembre 1895 à Hamy, musée du quai Branly D002870/40655.

19Joseph Florimon Loubat, dit duc de Loubat, riche mécène franco-américain, commence alors à distribuer sa fortune au bénéfice de nombreuses fondations culturelles et scientifiques, en particulier à des institutions françaises liées à l’Amérique. Il participe ainsi, comme ses prédécesseurs, à la circulation des moulages entre les musées d’Europe et des États-Unis, qui se calque presque parfaitement à celle des objets qui s’est opérée à la fin du XIXe siècle. Il achète pour le musée d’Ethnographie du Trocadéro des moulages de Maudslay provenant de monuments mayas de Copan (Honduras) et de Quirigua (Guatemala) dont la fameuse « tortue » et la stèle E de Quirigua qui atteint presque 8 m de hauteur et une douzaine d’autres moulages au Peabody Museum18. Il semble également que le duc de Loubat ait organisé et financé la reproduction de moulages de Charnay pour New York19. Enfin, les prises d’empreintes et les collections de moulages ne sont pas une exclusivité européenne. Durant les premières expéditions du Peabody Museum dans l’aire maya, les prises d’empreintes étaient une priorité et, comme nous l’avons vu, des doubles traversèrent l’Atlantique dans un sens comme de l’autre. Ainsi, une des particularités des moulages réside dans leur reproduction qui relie musées, explorateurs et chercheurs.

  • 20 - DIAS, Nélia. Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro : 1878-1908 : anthropologie et muséologie en Fr (...)

20Les moulages sont exposés aux États-Unis et en Europe. Par exemple, des moulages étaient présentés au Muséum ethnographique des Missions scientifiques, musée éphémère qui a précédé le musée d’Ethnographie du Trocadéro entre 1877 et 187820. Il s’agissait très probablement des moulages des Andes réalisés par Wiener ; les moulages de Médéhin étaient déjà en France, mais ils n’ont pas laissé de trace de leur exposition dans ce musée. Des moulages des missions Charnay, et aussi des missions André et Wiener dans les Andes, sont installés dans le long couloir qui longe la galerie américaine du musée d’Ethnographie du Trocadéro. Au même moment sont exposés à Londres, au Victoria and Albert museum, les moulages de Maudslay. Puis après un court moment d’oubli, ils seront exposés au British Museum en 1920. En 1893, Frederick Putnam, de Harvard, offre au public la possibilité de comparer la civilisation aztèque et la civilisation maya.

  • 21 - Distinguished cast, Peabody Museum, Harvard University, Cambridge, 3 octobre 2001-30 octobre 2007 (...)

21À partir des années 1930, les moulages sont entassés dans les réserves des musées. Ils se fragilisent, se détériorent, certains disparaissent. Le musée de l’Homme échappe à cette règle, même si certains, prêtés à un autre musée, ont disparu dans un incendie. Mais à la fin du XXe siècle, l’intérêt porté au moulage réapparaît. Les exemples les plus notables sont d’une part l’inventaire des moulages et estampages conservés au British Museum établi par Peter Mathews et, d’autre part, les expositions qui ont eu lieu au Peabody Museum et au musée du quai Branly21.

Faire connaître, comprendre, oublier, redécouvrir

22Les moulages sont un reflet de l’américanisme et de sa rapide évolution qui s’est opérée durant la seconde moitié du XIXe siècle. Pingret et Méhédin ont voulu montrer un art inconnu dans sa réelle grandeur et en trois dimensions quitte, dans le cas de Méhédin, à se permettre quelques fantaisies lors de la reconstitution. Dans ce cas, le moulage ne remplace pas le dessin, mais adopte ses travers, résultats d’un regard inexpérimenté et d’une imagination égocentrée ou ethnocentrée, selon les cas. Ayant cherché à comprendre comme à faire comprendre les antiques cités mésoaméricaines et les civilisations qui les ont créées et à les comparer toujours dans un esprit généraliste, Charnay a vu dans le moulage un moyen objectif de représenter l’original, un moyen permettant de se défaire des préjugés qui affectent le dessin. Ils ont été un moyen de reproduction exacte qui ne pouvait être atteint par le dessin dirigé par l’œil encore novice des explorateurs influencés par les canons de l’Antiquité égyptienne, grecque ou romaine, et par ceux qui ont traversé les siècles en Europe jusqu’au style propre du XIXe siècle. Les éléments iconographiques, alors indéchiffrables, et les glyphes d’une écriture encore inconnue étaient transformés. Certes, la photographie pouvait pallier partiellement ce défaut, mais des détails demeuraient dans l’ombre ou, pire encore, certains panneaux, comme ceux situés sur le mur postérieur des temples de Palenque, ne pouvaient pas être photographiés dans leur totalité.

  • 22 - MATHEWS, Peter, op. cit., page 7.

23Le détail apparaît avec Maudslay, il ne s’agit plus de comprendre mais de déchiffrer l’écriture et toutes les traces laissées par les anciens Mayas. En effet, comme le remarque Mongne, la rencontre de Charnay et Maudslay à Yaxchilan marque la frontière entre deux générations de chercheurs : l’ancienne, dont Désiré Charnay était l’un des derniers représentants, avait privilégié la découverte, la simple description et les théories généralistes ; la nouvelle, dont Maudslay annonçait la venue, au contraire, devait favoriser l’étude méticuleuse des faits et les fouilles qui marquaient le début d’une archéologie scientifique22. Maudslay effectue un travail intensif durant dix ans dans la région maya et ses moulages n’ont plus comme objectif de démontrer des théories généralistes. Par conséquent, les moulages issus des estampages qu’il a rapportés de la forêt maya ont représenté un véritable trésor pour l’archéologie et l’épigraphie naissante. C’est à partir des travaux de Maudslay et de la constitution de sa collection de moulages que l’on a commencé à comprendre l’iconographie maya et que le long travail des épigraphistes a vraiment débuté.

  • 23 - Ibid., fig. 10-1 à 10-5.

24Aujourd’hui encore, les moulages du British Museum permettent de réviser, sans se déplacer, et dans le calme du laboratoire, le corpus des hiéroglyphes mayas et remarquer des erreurs dans la transcription de certaines stèles jusqu’ici passées inaperçues23. Dans ce cas, le moulage ne dépasse pas le dessin, mais le complète. Dans certains cas, un moulage du XIXe siècle est l’unique témoignage d’un texte ou d’une image qui, exposés aux intempéries du climat tropical, ne sont plus visibles aujourd’hui. En effet, extraire un monument de ses décombres protecteurs fait prendre le risque d’une détérioration future. Le simple contact avec l’air est susceptible de détériorer la couleur d’un monument même s’il est protégé des intempéries. Ainsi, les couleurs des moulages des bas-reliefs de Chichén Itza sont peut-être plus réelles que celles visibles aujourd’hui sur le site (fig. 5). Cette réflexion nous amène à un nouveau dialogue, le moulage explique ou complète l’original et nous pouvons envisager son utilité dans le travail de restauration des sites. Leur rôle primordial pour l’épigraphiste apparaît clairement dans l’énorme travail d’inventaire des moulages du British Museum entrepris par Peter Mathews, lui-même épigraphiste.

Figure 5

Figure 5

Moulage de Désiré Charnay d’une partie d’un bas-relief du temple inférieur du terrain de jeu de balle de Chichen Itza. Musée du quai Branly, 71.1882.17.6.6.

© Musée du quai Branly.

  • 24 - LOPÉZ LUJÁN, Leonardo et FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, op. cit., p. 30.

25Les moulages dialoguent aussi avec les collections et leur histoire, avec l’archéologie et le public. Si les moulages des œuvres de l’Antiquité méditerranéenne sont bien installés au Louvre, les moulages de Pingret et de Méhédin n’y trouvent pas leur place. C’est aussi le cas de toute la collection américaine. Après un moment de gloire, le musée des Antiquités américaines sera sans cesse déménagé dans des lieux de plus en plus exigus du Louvre, jusqu’à sa fermeture en 187024. Et tout comme la collection à laquelle les moulages sont associés qui n’a pas été jugée digne du Louvre, ils trouvent leur place dans le nouveau musée d’Ethnographie du Trocadéro. Le choix qui a consisté à reproduire essentiellement des monuments mayas ou aztèques reflètent également un intérêt certain pour les « grandes civilisations ».

26À partir des années 30, alors que l’archéologie se définit en tant que discipline scientifique, que les méthodes de terrain et de laboratoire se mettent en place, les moulages sont oubliés jusqu’à la fin du XXe siècle, jusqu’à ce que les musées se rénovant, les réserves soient revisitées et que les conservateurs et les archéologues se penchent sur l’histoire des collections et de leur discipline. Des expositions montrent les anciens moulages, par exemple au Peabody Museum et au musée du quai Branly où ils sont exposés pour leur propre statut et intérêt. Dans le prolongement du XIXe siècle, le moulage est encore utilisé pour montrer des éléments architecturaux inamovibles comme la grande frise d’El Mirador reproduite dans l’exposition « Maya, de l’aube au crépuscule » (musée du quai Branly, 2011). Enfin, les rôles s’inversent successivement : nous avons vu que le moulage en meilleur état de conservation que l’original pouvait devenir la référence. Pour ne plus en arriver là, des moulages remplacent souvent désormais sur les sites les originaux qui sont conservés et montrés dans les musées (c’est, par exemple, le cas à Tikal et Palenque). Enfin, alors que la dure tâche nécessaire au relevé d’empreintes est, aujourd’hui, limitée à des contextes archéologiques demandant un relevé exact (sépultures, aires d’activité, par exemple), il est facile d’imaginer que d’ici quelques années, les impressions en trois dimensions poursuivront ce dialogue.

27Biographie

28Spécialiste des cultures du Mexique et de l’Amérique centrale, Fabienne de Pierrebourg, après un doctorat à Paris I, a continué ses recherches dans l’aire maya dans le cadre de différents projets archéologiques et ethnographiques. Aujourd’hui responsable de collections au musée du quai Branly, elle a particulièrement en charge les collections mexicaines et centraméricaines.

Haut de page

Notes

1 - LOPÉZ LUJÁN, Leonardo, FAUVET-BERTHELOT, Marie-France. Aztèques, la collection de sculptures du musée du quai Branly. Paris : Musée du quai Branly, 2005.

2 - Quelques photographies ont été intégrées à ce texte mais l’ensemble des moulages peuvent être vus sur le site du musée du quai Branly : www.quaibranly.fr.

3 - Voir à ce sujet FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, LOPÉZ-LUJÁN, Leonardo. « Édouard Pingret, un coleccionista europeo de mediados del siglo XIX ». Arqueología Mexicana, 2012, 19 (114), p. 66-73.

4 - FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, LÓPEZ-LUJÁN, Leonardo. « La Piedra del Sol ¿en París? ». Arqueología Mexicana, 2011, 18 (107), p. 16-21.

5 - Deuxième essai des Notes sur les antiquités mexicaines de M. Pingret, 1855, Paris, musée du quai Branly (PA000182), p. 35-36.

6 - L’Estafette, 17 août 1865, dans GERBER, Frédéric, NICAISE, Christian, ROBICHON, François. Un aventurier du Second Empire : Léon Méhédin 1828-1905. Rouen : Bibliothèque municipale de Rouen, 1992, p. 46.

7 - Lettre du 11 avril 1865, ibid. p. 37.

8 - Ibid., p. 60, et DEMEULENAERE-DOUYÈRE, Christiane. « Le Mexique s’expose à Paris : Xochicalco, Léon Méhédin et l’exposition universelle de 1867 ». Histoire(s) de l’Amérique latine, 3, 2009.

9 - RIVIALE, Pascal. « La science en marche au pas cadencé : les recherches archéologiques et anthropologiques durant l’intervention française au Mexique (1862-1867) ». Journal de la Société des Américanistes, 1999, n° 87, p. 307-341.

10 - Musée du quai Branly 71.1882.64.6.

11 - CHARNAY, Désiré. Les Anciennes Villes du Nouveau-Monde. Voyages d’exploration au Mexique et dans l’Amérique Centrale (1867-1882). Paris : Librairie Hachette et Cie, 1885.

12 - Réédité par Pascal MONGNE sous son titre original Le Mexique, 1858-1861, souvenirs et impressions de voyages. La Chapelle-Montligeon : éditions du Griot, 1987.

13 - CHARNAY, Désiré, op. cit., p. 180.

14 - CHARNAY, Désiré, op. cit., p. 215.

15 - MONGNE, Pascal, op. cit., p. 63.

16 - Ibid., p. 63-66.

17 - MATHEWS, Peter. Pilot study of the Maudslay cast in the British Museum. 1998, [document électronique] http://www.famsi.org/reports/97082/97082Mathews01.pdf [consulté le 15 mars 2016].

18 - List of casts for Paris, archives du musée du quai Branly, D002870/40654.

19 - Lettre du duc de Loubat du 12 novembre 1895 à Hamy, musée du quai Branly D002870/40655.

20 - DIAS, Nélia. Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro : 1878-1908 : anthropologie et muséologie en France. Paris : éditions du CNRS, 1991.

21 - Distinguished cast, Peabody Museum, Harvard University, Cambridge, 3 octobre 2001-30 octobre 2007. Plâtre ou pas ? Musée du quai Branly, 13 novembre 2012-13 janvier 2013.

22 - MATHEWS, Peter, op. cit., page 7.

23 - Ibid., fig. 10-1 à 10-5.

24 - LOPÉZ LUJÁN, Leonardo et FAUVET-BERTHELOT, Marie-France, op. cit., p. 30.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Moulage de la Coatlicue dans le couloir du musée d’Ethnographie du Trocadéro. Anonyme, musée du quai Branly, fonds de l’iconothèque, PP0024580.
Crédits © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2
Légende Moulage de Méhédin de la Pierre du Soleil. Musée du quai Branly, 71.1882.64.3.
Crédits © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3
Légende Moulage de Méhédin de la Déesse de l’eau. Musée du quai Branly, 71.1882.64.1.
Crédits © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4
Légende Photographie d’un moulage de Désiré Charnay du panneau du temple du Soleil pris par lui-même. Musée du quai Branly, PP0029468.
Crédits © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5
Légende Moulage de Désiré Charnay d’une partie d’un bas-relief du temple inférieur du terrain de jeu de balle de Chichen Itza. Musée du quai Branly, 71.1882.17.6.6.
Crédits © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne de Pierrebourg, « Moulages et collections, moulages et vestiges mésoaméricains, un dialogue ? », In Situ [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://insitu.revues.org/12731 ; DOI : 10.4000/insitu.12731

Haut de page

Auteur

Fabienne de Pierrebourg

Responsable de collection – Amérique, musée du quai Branly Fabienne.DE-PIERREBOURG@quaibranly.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page