Navigation – Plan du site
Dossier central : les horizons de l'inventaire
Territoires d'inventaire

Les pirogues du Maroni

Sophie François

Résumés

Sur le Maroni, fleuve frontière entre la Guyane française et le Surinam, les pirogues amarrées le long des berges se comptent par centaines. Elles représentent le seul moyen de transport pour les milliers de personnes vivant sur les rives du Maroni. Les différentes formes de pirogues sont révélatrices de la diversité géographique du Maroni et de la diversité culturelle des populations. Les Amérindiens du littoral naviguent uniquement dans l’estuaire du fleuve. Ils construisent des pirogues larges, hautes et terminées à la poupe par une haute étrave qui fend les vagues. Ces pirogues sont construites à partir d’une coque monoxyle expansée et rehaussée d’un ou de deux bordages. En chauffant la grume évidée, le bois acquiert une certaine plasticité qui permet d’écarter les flancs et d’obtenir une coque très large à partir d’un arbre de faible diamètre. Les Bushinenge, populations d’origine africaine qui ont déserté les grandes plantations de la Guyane hollandaise dès le début du XVIIe siècle et se sont installées sur les deux rives du Maroni, ont développé des formes de pirogues adaptées au passage des sauts. Leurs pirogues, construites également en expansant la coque au feu, sont étroites et longues et possèdent des extrémités curvilignes qui dépassent largement au–dessus du bordage. Les longues pirogues à moteur comme les canots–pagaies sont ornés de motifs d’entrelacs appelés tembé ; et de décors d’inspiration contemporaine. L’inventaire des pirogues du Maroni a mis en évidence la richesse et la vitalité du patrimoine nautique de cette région au début du XXIe siècle, tant au niveau des formes des embarcations que des décors et des pratiques de navigation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bellin, J.-N. Description géographique de la Guyane. Paris : imprimerie Didot, 1763. P. 239.

1« Les pirogues ou canots dont se servent les Indiens pour naviguer dans les rivières ou le long des côtes, doivent être regardés comme le chef–d’œuvre de leur industrie. Ces pirogues, dont la légèreté est admirable, sont faites d’un tronc d’arbre creusé et d’une seule pièce, et quelques fois relevées par les côtés avec quelques morceaux de bois.1 »

Figure 1

Figure 1

Pirogues amérindiennes dessinées par Barrère en 1743

Barrère, Pierre. Nouvelle relation de la France équinoxiale. Paris : Piget. 1743

2Comme Bellin, tous les voyageurs qui ont parcouru la Guyane française se sont émerveillé devant les embarcations indigènes. L’ingénieur géographe Bellin, qui cartographiait la Guyane au milieu du XVIIIe siècle, considérait les pirogues comme le chef–d’œuvre de l’industrie amérindienne. En effet, il ne s’agit pas de simples pirogues monoxyles ; leur spécificité est l’utilisation de la technique d’élargissement au feu de la coque. L’ingéniosité de cette technique repose sur la plasticité du bois à chaud et permet d’obtenir une pirogue fort large à partir d’un arbre de faible diamètre.

3Initialement, le fond de la pirogue est mis en forme dans une grume. Une fois l’intérieur et l’extérieur de la coque parfaitement arrondis, celle–ci est placée sur un feu et retournée plusieurs fois afin de la chauffer de façon homogène. La coque acquiert ainsi une certaine plasticité qui permet d’élargir ses flancs en y insérant des lattes de bois de plus en plus longues. L’ouverture de la coque au feu est une étape délicate qui conditionne les performances et la durée de vie d’une pirogue. Les risques de fissures sont importants. La coque monoxyle expansée est ensuite rehaussée par un ou deux bordages. La solidité transversale de la pirogue est assurée par une membrure composée de varangues et de courbes.

Figure 2

Figure 2

Carte des populations du Maroni

Dessin de Sophie François © S. François

4Aujourd’hui encore, cette technique de construction développée par les Amérindiens perdure en Guyane. Chaque fleuve guyanais et ses nombreuses ramifications sont des axes de pénétration vers l’intérieur du département, totalement recouvert par la forêt amazonienne. Ainsi, les six principaux bassins fluviaux guyanais possèdent tous une petite flotte de pirogues destinée principalement à la pêche, au tourisme et au ravitaillement des orpailleurs.

Figure 3

Figure 3

Nombreuses pirogues bushinenge à moteur amarrées à des perches au bourg de Papaïchton

Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001

5Sur le Maroni, fleuve frontière avec le Surinam sur la quasi–totalité de son cours, les pirogues se comptent par centaines. Contrairement aux autres fleuves, le Maroni, long de 500 kilomètres, est extrêmement peuplé. Les populations amérindienne et bushinenge représentent la majeure partie des 30 000 personnes qui vivent dans les six communes de la rive droite du Maroni. Cette région fluviale n’est desservie par aucune route. Une seule liaison aérienne est assurée quotidiennement entre Maripasoula et Cayenne. Toutes les activités économiques et sociales de ces populations sont donc liées au fleuve. La pirogue est le seul moyen de transport. Elle est l’élément indispensable à toutes les activités économiques et sociales.

  • 2 Hurault, Jean. Les noirs réfugiés Boni de la Guyane française. Dakar : Institut Français d'Afrique (...)
  • 3 L'inventaire des pirogues du Maroni a été réalisé dans le cadre de l'inventaire topographique de la (...)

6Curieusement, ce patrimoine original a été très peu étudié. La seule recherche sur les pirogues du Maroni est celle menée par Jean Hurault, géographe à l’Institut géographique national, qui a décrit, au milieu du XXe siècle, les embarcations d’une seule ethnie, les Aluku2. Il convenait cinquante ans plus tard de faire un nouveau bilan du patrimoine fluvial du Maroni en tenant compte de tous les groupes culturels3.

Pirogues à étrave des Amérindiens de l’estuaire

7Trois groupes amérindiens, les Kali’na, les Arawak et les Palikur, sont installés dans l’estuaire et à l’embouchure du Maroni. Leurs pirogues sont adaptées aux conditions de navigation dans l’estuaire. Elles ont une proue terminée en étrave qui les rend aptes à affronter la forte houle due à la marée océanique et au vent permanent. Leur largeur et leur creux importants procurent à l’embarcation une stabilité accrue.

8Les Kali’na distinguent trois groupes de pirogues : les canawa, les culiala et les petites embarcations. Les canawa, longues pirogues de mer citées par le gouverneur de la Guyane, en 1666, ont disparu au cours du XXe siècle.

  • 4 La Barre, Lefebre. Description de la France équinoxiale ci devant appelée Guyane. Paris : Jean Pibo (...)

9« Les Indiens du littoral sont à présent si fort diminués que tous ceux qui habitent depuis l’Appprouague jusqu’au Maroni ne peuvent pas mettre ensemble vingt pirogues de guerre armées chacune de vingt–cinq hommes4. »

Figure 4

Figure 4

Pirogue d’estuaire à étrave sur la plage à Awala–Yalimapo

Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001

  • 5 Barrère, Pierre. Nouvelle relation de la France équinoxiale. Paris : Piget, 1743. P. 130-135.

10Les pirogues aujourd’hui utilisées ont une longueur moyenne de 7,60 m pour une largeur moyenne de 1,40 m. Les petites pirogues sont essentiellement utilisées pour aller à la pêche dans un espace proche du village, dans des petites criques ou en mer. Elles sont manœuvrées à la pagaie. Autrefois, la navigation à la voile était fréquente ; en témoigne la présence, sur de nombreuses pirogues actuelles, d’un banc percé d’une mortaise faisant office d’emplanture de mât. Pour rentrer de la pêche, l’utilisation de voiles, aujourd’hui en tissu synthétique, permet une substantielle économie de carburant. Plusieurs gravures anciennes présentent des pirogues munies de voiles carrées. Les Amérindiens les confectionnaient en tressant les nervures des feuilles du palmier bâche5.

  • 6 François, Sophie Les piroguiers de l'Approuague. Mutations sociales, techniques et culturelles d'un (...)

11Sur les pirogues de taille moyenne, les culiala, l’emploi du moteur hors–bord est généralisé. Ces pirogues rehaussées de deux bordages permettent une navigation maritime. Un pêcheur d’Awala–Yalimapo raconte qu’avec des culiala de plus de dix mètres, on naviguait trois jours pour aller à Paramaribo, capitale du Surinam. Le développement du réseau routier dans l’ouest guyanais et au Surinam a fait disparaître ces longues navigations côtières. Dans l’est, par contre, à la frontière avec le Brésil, les amérindiens Palikur effectuent encore de longues traversées pour rejoindre Régina et Cayenne où ils vendent des pirogues, de l’artisanat et les productions des abattis6. Sur le Maroni, les culiala motorisées permettent d’aller faire les courses à Saint–Laurent ou à Albina, et de rendre visite aux membres de la famille vivant sur la rive surinamaise de l’estuaire. Côté français, les villages amérindiens du bas Maroni étant tous desservis par le réseau routier, la navigation fluviale est réduite et la construction de pirogues en diminution. De nombreuses familles préfèrent aujourd’hui acheter leur pirogue à des Amérindiens du Surinam plutôt que de la construire.

Les pirogues bushinenge

12Au–dessus du premier saut, seules les pirogues bushinenge naviguent sur le Maroni.

  • 7 Crevaux, Jules. Voyage dans l'Amérique du sud 1878-1881. Paris : Hachette, 1883. P. 19.

13« Nous faisons ici une recommandation capitale, qui s’adresse particulièrement aux chercheurs d’or remontant les fleuves de Guyane : c’est d’abandonner à jamais l’usage des canots avec quille et gouvernail ; seules les pirogues des nègres bosch, creusées dans un tronc d’arbre, sont capables de manœuvrer au milieu des torrents impétueux ou de gouffres tourbillonnants7. »

14Les recommandations faites par l’explorateur Jules Crevaux à la fin du XIXe siècle sont toujours d’actualité. En effet, le Maroni n’est pas un long fleuve tranquille. Dans la majeure partie de son cours, il est entravé par de nombreux rapides et chutes d’eau appelés sauts. Lors de la saison des pluies, les sauts sont recouverts par les eaux et les courants sont violents. En saison sèche, les roches affleurent de toutes parts, et il est bien difficile au novice de repérer une passe.

15Le terme bosch, employé par Jules Crevaux et tombé en désuétude au profit de bushinenge, désigne l’ensemble des populations d’origine africaine qui ont déserté les grandes plantations de la Guyane hollandaise dès le début du XVIIe siècle. Pendant un siècle et demi de marronage, six groupes se sont constitués. Quatre d’entre–eux, à différentes époques, ont traversé le Maroni tout en continuant à vivre sur les deux rives. Les Djuka, frontaliers depuis la fin du XVIIIe siècle, ont été suivis par les Aluku. Deux autres groupes bushinenge, les Saramaka et les Paramaka sont arrivés sur la rive française à la suite de la guerre civile au Surinam en 1986.

16La longue expérience que les piroguiers bushinenge ont développée au fil des décennies, et transmise de génération en génération, en fait les spécialistes de la navigation sur le Maroni. Ils en ont le monopole en amont du saut Hermina. Tous les usagers du fleuve, touristes, commerçants, administrations, font appel à leurs services. Les Bushinenge ont développé des techniques de navigation spécifiques au passage des sauts et conçu trois formes de pirogues.

Les canots–pagaies

Figure 5

Figure 5

Deux canots–pagaies dont l’un est orné d’un tembé ; peint sur la face externe de sa poupe

Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001

  • 8 Zone déforestée sur laquelle sont réalisées des cultures vivrières sur brûlis.

17Les Bushinenge disposent de petites embarcations légères, les canots–pagaies, qu’ils manœuvrent à la pagaie et à la perche. Ces petites pirogues sont très répandues dans les petits villages où femmes et enfants les utilisent quotidiennement pour se rendre à l’abattis8, aller à la pêche, ou encore puiser de l’eau au milieu de la rivière. D’une longueur moyenne de 6 mètres, les canots–pagaies autorisent le transport de marchandises légères, comme la production de l’abattis, du bois sec pour la cuisine ou encore les filets de pêche. Ils permettent de transporter trois à quatre adultes au maximum mais peuvent être manœuvrés par une seule personne assise à l’arrière.

Figure 6

Figure 6

Poupe d’un canot–pagaie ornée d’un tembé ; en tôle ajourée et clous de tapissier

Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001

  • 9 Price, Sally, Price, Richard. Maroon arts, cultural vitality in the african diaspora. Beacon press (...)

18Traditionnellement, les hommes doivent construire un canot–pagaie pour leur épouse. Comme la maison, la pirogue et la pagaie constituent un cadeau matrimonial important qui révèle l’habileté technique de l’homme mais également son talent artistique et sa connaissance de l’art tembé ;. Les Bushinenge appellent tembé ; un décor d’entrelacs dont ils ornent tous les objets de la vie quotidienne, des plats à vanner aux peignes, des pirogues aux maisons et aux vêtements. Chez les Aluku, l’ornementation de canots–pagaies semble tombée en désuétude alors qu’elle est très abondante chez les Djuka, où les tembé ; réalisés sur les extrémités larges et courbes des canots–pagaies, sont soit peints soit effectués en marqueterie de tôles et de clous de tapissier. Si l’on en croit les enquêtes de Jean Hurault et de Richard et Sally Price9, la signification du tembé ; serait essentiellement sexuelle : symboles masculins et féminins, symboles d’accouplements, et serments d’amour.

Figure 7

Figure 7

Pagaies ornées de tembé ; peints et gravés, accrochés à l’intérieur d’une maison

Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001

19L’une des extrémités du canot–pagaie est fréquemment ornée de motifs masculins et l’autre de symboles féminins comme les formes ajourées nommées « entrée de serrure » et les croissants de lune. Les pagaies de femme sont également ornées de tembé ; généralement gravés sur les poignées et peints sur les pales.

20Les canots–pagaies occupent une place prédominante dans la transmission des « savoirs de l’eau ». La première phase de l’apprentissage des techniques de navigation est en effet réalisée dans ces canots–pagaies. Dès leur plus jeune âge, les enfants accompagnent leur mère à l’abattis. Munis de petites pagaies adaptées à leur taille, ils participent à la propulsion. De retour au village, les jeux des enfants tournent autour de l’eau. Les plus petits tirent avec une ficelle des répliques miniatures des pirogues sur le sable. Les plus grands jouent dans des petites pirogues monoxyles d’à peine un mètre de long. A partir de huit ans, les enfants manient la longue perche appelée takari qui permet de propulser mais également de diriger l’embarcation. A partir de dix ans, les pratiques de navigation marquent une séparation sexuelle. Les filles vont poursuivre avec leur mère les navigations autour du village. Les garçons quant à eux découvrent les chantiers de construction et participent à des voyages plus longs sur des pirogues à moteur. A l’adolescence, ils acquerront le statut de takariste. Placés à l’avant des grandes pirogues à moteur, le takariste a pour rôle de sonder la rivière et d’indiquer les hauts–fonds au motoriste. Pour coordonner en permanence leurs efforts, le motoriste et le takariste ont développé une riche gestuelle. Dans les sauts, le takariste utilise sa perche pour diriger la pirogue. En prenant appui sur les roches, il dévie la proue pour lui faire prendre la bonne passe. De nombreux voyages sont nécessaires au jeune takariste pour mémoriser les passes navigables en fonction de la hauteur des eaux qui varient de plusieurs mètres entre la fin de la saison des pluies et la saison sèche.

Les pirogues à moteur : pirogues fileuses et pirogues de fret

Figure 8

Figure 8

Pirogue fileuse à moteur passant le saut Léssé Dédé, l’un des plus difficiles du Maroni

Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001

21Seules les grandes pirogues, aujourd’hui toutes motorisées, passent les sauts et naviguent sur toute la longueur du Maroni. Plusieurs centaines de pirogues à moteur transportent chaque jour sur le fleuve personnes et marchandises. Les Bushinenge différencient deux types de pirogues à moteur : les pirogues fileuses pour le transport des passagers et les pirogues de fret.

22De nombreuses pirogues longues et étroites, dites fileuses, assurent des services de taxi entre les bourgs du Maroni. Elles sont également employées pour le transport scolaire. Le matin, dans les petits villages, il n’est pas rare d’apercevoir des enfants, gilets de sauvetage au cou, arriver de toutes parts et sauter dans une pirogue pour aller à l’école. Toutes les tournées, des postiers aux médecins en passant par les gendarmes, sont réalisées en pirogue fileuse. Plusieurs fois par trimestre, des missions officielles remontent le fleuve pour instruire les registres d’état civil et délivrer entre autres les papiers d’identité. Les commerces du Maroni sont ravitaillés depuis Saint–Laurent–du–Maroni et Albina par les larges pirogues de fret qui peuvent contenir jusqu’à dix tonnes de chargement. Les marchandises transportées sont extrêmement variées, de la boîte de petits pois aux couches pour bébé, en passant par les bougies et les bouteilles de gaz. Les entreprises de construction affrètent également des pirogues de fret pour transporter bois, parpaings, ciment et même des engins de chantier placés à cheval entre deux pirogues.

  • 10 Hurault, Jean. Africains de Guyane. La Haye : Mouton, 1970. P. 63.

23Les pirogues bushinenge ont des coques expansées à chaud et rehausées d’un bordage suivant le même principe que les pirogues amérindiennes mais elles sont plus longues et étroites. Cela induit une grande force d’inertie indispensable au passage des sauts. Leur aire importante autorise ainsi de relever le moteur lors du passage de haut–fond, sans pour autant perdre de la vitesse et donc de la manœuvrabilité. Les pirogues fileuses se distinguent des pirogues de fret par des dimensions plus modestes. Les premières ont une longueur moyenne de 12 mètres pour une largeur de 1,20 m. Les secondes sont plus longues avec une moyenne proche de 17 mètres et surtout une largeur accrue, 1,80 mètre en moyenne, assurant une importante capacité de charge. Les pirogues bushinenge se distinguent des pirogues amérindiennes d’estuaire par leurs extrémités curvilignes et hautes sur l’eau. A la proue et fréquemment à la poupe, la coque monoxyle très arrondie est prolongée par une large pièce de bois qui dépasse du bordage d’une cinquantaine de centimètres pour une largeur de 30 cm. La poupe, bien qu’elle possède un tableau qui reçoit le moteur hors–bord, est généralement terminée par une large pointe. Ainsi le profil de la pirogue est symétrique avec deux extrémités curvilignes. Cette forme aujourd’hui tellement caractéristique des pirogues bushinenge n’est pourtant pas très ancienne. Des photographies du débarcadère de Saint–Laurent–du–Maroni au début du XXe siècle montrent des pirogues aux extrémités horizontales. Jean Hurault, dans son ouvrage « Africains de Guyane »10, note que les pirogues destinées à la navigation au moteur ne possèdent pas de pointes rapportées. En moins de cinquante ans, les extrémités rapportées des pirogues fileuses et de fret se sont progressivement élargies et redressées pour aboutir aujourd’hui à de larges pointes verticales ornées de décors peints.

Figure 9

Figure 9

Pirogue fileuse dont les dossiers sont ornés de motifs variés

Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001

24Les deux extrémités sont les zones principalement décorées, suivies par les dossiers dans le cas des pirogues fileuses et plus rarement les bordages. L’ornementation des pirogues à moteur est beaucoup plus abondante et plus variée que celle des canots–pagaies. En effet, les piroguiers puisent leur inspiration aussi bien dans le répertoire des tembé ; que dans des motifs contemporains. Les tembé ; restent les décors les plus fréquemment employés. Ils sont souvent associés à d’autres motifs qui ne sont pas propres aux bushinenge : drapeaux français, surinamien ou jamaïcain, paysages, scènes religieuses, ballons de football ou pin–up. Parmi les motifs les plus fréquents, on notera les pirogues franchissant des sauts impressionnants, les femmes représentées nues ou en bikini, le portrait de Bob Marley ou les sigles de grandes marques de vêtement à la mode chez les jeunes. Les bordages portent parfois des devises, des maximes ou des inscriptions rédigées en français, en sranan tongo et en anglais.

Figure 10

Figure 10

Petit chantier de construction de pirogues, les coques monoxyles attendent les bordages

Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001

25La construction des pirogues à moteur, contrairement à celle des canots–pagaies, est souvent réalisée par des spécialistes. Les pirogues peuvent être achetées directement à un constructeur ou peuvent faire l’objet d’une commande afin de garantir certaines spécificités techniques (longueur, essence de l’arbre). Les aires de construction des pirogues sont concentrées à proximité des grands bourgs du Maroni. Dans les bourgs même, les chantiers sont plus rares, conséquence d’une part de la pénurie de bois propre à faire des pirogues et d’autre part de l’augmentation des emplois salariés qui favorise l’achat des pirogues plutôt que leur construction. On note la même tendance chez les Amérindiens Wayana et Emérillon du haut Maroni, qui achètent leurs pirogues à moteur aux Bushinenge. Seuls les canots–pagaies sont construits sur place.

26L’inventaire des pirogues du Maroni a mis en évidence la richesse et la vitalité du patrimoine nautique de cette région au début du XXIe siècle, tant au niveau des formes des embarcations que des décors. Les différentes formes d’embarcation sont révélatrices de la diversité géographique du Maroni et de la diversité culturelle des populations. Découverte surprenante, l’évolution de la forme des extrémités et la diversification des décors perceptibles ces cinquante dernières années témoignent que les pirogues, a priori si fonctionnelles et traditionnelles, ne sont pas indifférentes aux phénomènes de mode. Bien que la construction des pirogues semble décliner dans le bas Maroni et se spécialiser ailleurs, le phénomène de modes touchant les pirogues bushinenge témoigne de la vitalité de ce patrimoine. Vitalité qui s’exprime aussi à travers la création de nouvelles formes d’embarcation, comme des sortes d’hydroglisseurs, réalisés à partir du tiers avant d’une pirogue fileuse et conduites par les jeunes.

  • 11 Une sélection de photographies est présentée sur le site de l'Inventaire.

27L’étude dont il est rendu compte ici a porté essentiellement sur l’objet pirogue11, mais le patrimoine fluvial ne se limite pas à la morphologie des embarcations et aux techniques de construction. La navigation est codifiée par l’ensemble des croyances liées au fleuve et donne lieu à des rituels, dont les plus visibles sont les libations de boissons alcoolisées, sur le moteur et au fond de la pirogue, avant le départ et à chaque passage de saut. Les piroguiers sont discrets sur ces pratiques.

28Par ailleurs, il reste à étudier les piroguiers, groupes d’hommes jeunes, extrêmement mobiles, dont l’importance économique et sociale est considérable sur le fleuve puisqu’ils sont les seuls à assurer le ravitaillement et la circulation sur le Maroni.

Haut de page

Notes

1 Bellin, J.-N. Description géographique de la Guyane. Paris : imprimerie Didot, 1763. P. 239.

2 Hurault, Jean. Les noirs réfugiés Boni de la Guyane française. Dakar : Institut Français d'Afrique Noire, mémoire 63, 1961.

3 L'inventaire des pirogues du Maroni a été réalisé dans le cadre de l'inventaire topographique de la rive droite du Maroni. Une partie des photographies réalisées lors de l'enquête est en cours de versement dans la base Mémoire de Guyane. François, Sophie. Les pirogues du Maroni, enquête thématique. Rapport de recherche, association Aïmara, pour le Service régional de l'Inventaire, 2002. 115 p.

4 La Barre, Lefebre. Description de la France équinoxiale ci devant appelée Guyane. Paris : Jean Pibou, 1666. P. 23.

5 Barrère, Pierre. Nouvelle relation de la France équinoxiale. Paris : Piget, 1743. P. 130-135.

6 François, Sophie Les piroguiers de l'Approuague. Mutations sociales, techniques et culturelles d'un patrimoine fluvial peu étudié. Rapport de recherche pour la Mission du Patrimoine Ethnologique, 2001. P. 57.

7 Crevaux, Jules. Voyage dans l'Amérique du sud 1878-1881. Paris : Hachette, 1883. P. 19.

8 Zone déforestée sur laquelle sont réalisées des cultures vivrières sur brûlis.

9 Price, Sally, Price, Richard. Maroon arts, cultural vitality in the african diaspora. Beacon press books, 1999.

10 Hurault, Jean. Africains de Guyane. La Haye : Mouton, 1970. P. 63.

11 Une sélection de photographies est présentée sur le site de l'Inventaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Pirogues amérindiennes dessinées par Barrère en 1743
Crédits Barrère, Pierre. Nouvelle relation de la France équinoxiale. Paris : Piget. 1743
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 2
Légende Carte des populations du Maroni
Crédits Dessin de Sophie François © S. François
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 3
Légende Nombreuses pirogues bushinenge à moteur amarrées à des perches au bourg de Papaïchton
Crédits Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 4
Légende Pirogue d’estuaire à étrave sur la plage à Awala–Yalimapo
Crédits Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 5
Légende Deux canots–pagaies dont l’un est orné d’un tembé ; peint sur la face externe de sa poupe
Crédits Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 6
Légende Poupe d’un canot–pagaie ornée d’un tembé ; en tôle ajourée et clous de tapissier
Crédits Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 7
Légende Pagaies ornées de tembé ; peints et gravés, accrochés à l’intérieur d’une maison
Crédits Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 8
Légende Pirogue fileuse à moteur passant le saut Léssé Dédé, l’un des plus difficiles du Maroni
Crédits Phot. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 9
Légende Pirogue fileuse dont les dossiers sont ornés de motifs variés
Crédits Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 10
Légende Petit chantier de construction de pirogues, les coques monoxyles attendent les bordages
Crédits Phot. S. François © Inventaire général, ADAGP, 2001
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1275/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie François, « Les pirogues du Maroni », In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 19 avril 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://insitu.revues.org/1275 ; DOI : 10.4000/insitu.1275

Haut de page

Auteur

Sophie François

Archéologue spécialisée en archéologie nautique, Direction régionale des affaires culturelles de Guyane. so.francois@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page