Navigation – Plan du site

Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporains

Éditorial
Christine Lancestremère, Jean-Marc Hofman et Yves Le Fur

Texte intégral

1Souvent considéré comme éloigné de l’expression artistique, le moulage est longtemps resté une pratique d’atelier, un outil. Au XIXsiècle, parallèlement à la diffusion massive de moulages de sculptures de tous styles, âges et civilisations, la demande scientifique généralise la production d’empreintes à titre documentaire et à des fins de diffusion. La circulation des moulages entre les musées européens est même officiellement encouragée lors de l’Exposition universelle de 1867, avec la ratification par 15 nations de la « Convention internationale pour la promotion universelle des reproductions d’œuvres d’art », initiée par Henry Cole, premier directeur du South Kensington Museum. Aujourd’hui, au-delà de la réévaluation du document, déjà en œuvre pour la photographie, les moulages restent des témoignages d’artisans-mouleurs méconnus et d’œuvres parfois disparues. Cela vaut tout autant pour les collections de moulages ethnographiques, archéologiques, pédagogiques ou relevant du champ des beaux-arts. La reconnaissance de cette valeur documentaire tend peu à peu à affranchir les collections de moulages du statut d’ersatz auquel elles ont longtemps été confinées.

Figure 1

Figure 1

Moulage du Départ des volontaires (tête de la Renommée).

© CAPA/MMF.

2La richesse des collections de moulages, en France comme dans les autres pays d’Europe, méritait l’approfondissement d’une réflexion dans ces domaines et une présentation des recherches les plus récentes. C’est dans cette perspective que la Cité de l’architecture et du patrimoine et le musée du Quai Branly organisaient les 14 et 15 novembre 2012 deux journées d’études interdisciplinaires sur le thème « Le moulage. Pratiques historiques & regards contemporains ». Une grande partie des contributions rassemblées dans ce numéro sont le fruit de ces rencontres auxquelles participèrent universitaires, responsables de collection de moulages, mouleurs, restaurateurs, artistes et jeunes chercheurs. La vitalité qui s’attache depuis plusieurs années à ce domaine d’étude et de recherche a suscité un enthousiasme dans la communauté scientifique qu’il aurait été dommage de brider : elle a pleinement justifié l’apport de nouvelles contributions à cette édition qui s’ordonne autour de quatre axes principaux.

3Le premier axe, Le moulage, un art de la transmission, interroge le rôle de ces objets en tant que support de diffusion et d’enseignement de l’archéologie, de l’architecture, de la sculpture ou du dessin. Les collections de moulages universitaires en France et en Belgique y sont mises en valeur, de même qu’est explorée la relation entre la trace, l’empreinte et le vestige.

Figure 2

Figure 2

Moulage d’une sculpture du visage de K’inich Janaab’ Pakal.

Phot. Germain, Claude. © Musée du quai Branly.

4Le second axe, Constitution des collections, études historiques, est une approche historique et matérielle des collections. Il aborde la création et la destinée de grandes collections de moulages, à l’instar de celles du musée des Arts décoratifs et industriels de Bruxelles, démantelée dans les années 1930. La réflexion sur les critères qui ont présidé à la constitution des collections de moulages est portée par l’exemple du musée de Sculpture comparée, dont le musée des Monuments français est l’héritier.

5Les techniques de reproduction d’œuvres en volume, depuis la prise d’empreinte à la terre jusqu’à l’usage des techniques numériques les plus perfectionnées, forgent en partie le socle du troisième thème de ce numéro, Les moulages : un patrimoine, des techniques, des praticiens. L’histoire individuelle et professionnelle de ces artisans y est aussi privilégiée, avec la présentation des mouleurs Gherardi et Malzieux.

6Enfin, les contributions rassemblées au sein de la dernière thématique, Les moulages, autres regards, autres pratiques, rendent compte du rôle des moulages dans le processus de création contemporaine. Elles illustrent également la diversité des usages et l’ampleur du champ géographique et chronologique couvert. Les moulages des bas-reliefs d’Abomey et de vestiges préhispaniques issus des collections du musée d’Ethnographie du Trocadéro participent de la réflexion sur les statuts et le sens dont ce type de collection est susceptible d’être investi.

  • 1 - Nous souhaitons vivement remercier la rédaction de la revue et tout spécialement Françoise Cosler (...)

7Les contributions complémentaires au colloque, publiées ici, prennent toute leur place dans les quatre thèmes qui structurent ce volume. Elles en enrichissent les réflexions, rendent compte d’acquisitions récentes et actualisent la connaissance des collections1.

8Ce numéro est dédié à la mémoire de Marie-Paule Arnauld, conservateur général honoraire du patrimoine, qui porta avec force et dévouement la renaissance du musée des Monuments français et tout particulièrement celle de la galerie des moulages.

Haut de page

Notes

1 - Nous souhaitons vivement remercier la rédaction de la revue et tout spécialement Françoise Cosler qui a suivi avec une bienveillante attention la création de ce numéro, ainsi que Catherine Gros dont la lecture attentive et la pertinence des remarques ont été saluées par tous les auteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Moulage du Départ des volontaires (tête de la Renommée).
Crédits © CAPA/MMF.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2
Légende Moulage d’une sculpture du visage de K’inich Janaab’ Pakal.
Crédits Phot. Germain, Claude. © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12790/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Lancestremère, Jean-Marc Hofman et Yves Le Fur, « Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporains  », In Situ [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://insitu.revues.org/12790

Haut de page

Auteurs

Christine Lancestremère

Conservatrice en chef du patrimoine, chef du service de la conservation, musée Rodin lancestremere@musee-rodin.fr

Jean-Marc Hofman

Adjoint au conservateur de la Galerie des Moulages, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Musée des Monuments français jmhofman@citechaillot.fr

Articles du même auteur

Yves Le Fur

Directeur du département du patrimoine et des collections, musée du quai Branly Yves.LEFUR@quaibranly.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page