Navigation – Plan du site
Les moulages, autres regards, autres pratiques

Histoire et mouvements d’une collection de moulages du musée d’Ethnographie du Trocadéro, les bas-reliefs d’Abomey, Bénin, ex-Dahomey

History and movements of a collection of molds from the Musée d’Ethnographie du Trocadéro, Abomey’s bas-reliefs, Benin, former-Dahomey
Marlène-Michèle Biton

Résumés

Cet article tente de retracer l’histoire d’un ensemble de trente-six moulages entré dans les collections de l’ancien musée d’Ethnographie du Trocadéro, à Paris. Il fut réalisé en 1911 à partir d’une sélection de bas-reliefs des palais royaux d’Abomey, ex-Dahomey, par Georges Waterlot, cadre colonial en charge de l’Imprimerie du Dahomey et donateur et correspondant en Afrique de l’Ouest du musée. Le travail de Waterlot a donné lieu à une publication en 1926 par l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris. Ces moulages présentaient à l’époque la spécificité d’être des copies dans un musée censé proposer au public des artefacts originaux. Cependant, le musée possédait un atelier de moulages aux multiples fonctions. Les pièces produites étaient destinées à la restauration, aux tirages d’originaux restés sur place comme les moulages précolombiens, à la représentation d’individus personnifiant la diversité des types humains et à la duplication de pièces importantes (fossiles de Cro-Magnon ou de la Ferrassie et œuvres du paléolithique, comme la Vénus de Lespugue) afin de servir aux échanges scientifiques et obtenir en retour des pièces manquantes. Les moules de Waterlot que j’ai retrouvés quelque soixante ou soixante-dix années plus tard, ont permis en 1989 à l’occasion des cérémonies du « Centenaire de la mort du roi Glélé » (roi du Dahomey de 1858 à 1889), la reproduction de nouveaux tirages qui ont emprunté cette fois le chemin inverse, allant enrichir les collections de musées béninois. Cette opération présentait le double intérêt d’offrir d’une part, des copies d’œuvres dans leur état du début du XXe siècle, c’est-à-dire peu de temps après la conquête, et d’autre part, d’en ressusciter d’autres, disparues depuis longtemps désormais, restituant au patrimoine de cette région, ce qui sur place, n’avait pu être conservé.

Haut de page

Texte intégral

Communication présentée lors des journées d’étude « Le moulage. Pratiques historiques et regards contemporains » organisées par la Cité de l’architecture et du patrimoine et le musée du quai Branly, les 14 et 15 novembre 2012.

  • 1 - BITON, Marlène-Michèle. « Waterlot et les bas-reliefs d’Abomey ». Arts d’Afrique noire, arts prem (...)

1Les organisateurs de ce colloque dédié aux moulages et aux regards contemporains qui, au-delà de pratiques historiques, permettent de leur affecter de nouvelles assignations, m’ont invitée afin d’évoquer un événement qui eut lieu voici plus de vingt années, en 1989-90, relatif à la découverte d’une ancienne collection de trente-six moules du musée d’Ethnographie du Trocadéro et à leur retirage. Souvenirs. Un article publié en 1999, sur un sujet proche, a heureusement permis de pallier quelques lacunes1. Cependant, avant d’en venir aux faits, il faut remonter dans le temps et s’intéresser à ces empreintes qui furent relevées en 1911 par un donateur du musée, Georges Waterlot, directeur à Porto-Novo de l’Imprimerie du Dahomey. Sans lui, l’événement en question n’aurait pu avoir lieu.

La collection de moulages Waterlot : 1911

  • 2 - LESTER, Paul. « Waterlot ». Journal de la société des Africanistes, 1939, vol. 9, n° 9-2, p. 209- (...)

2À l’origine de cette collection se trouve un homme singulier, Georges Waterlot, typographe parisien né en 1877, qui s’intéresse à de nombreux domaines, tels : la préhistoire, la botanique, la zoologie, la minéralogie, l’entomologie2 et bien d’autres… Il participe à des chantiers de fouilles portant sur la période du néolithique dans la région parisienne et, certainement intéressé par une carrière coloniale, entreprend en cours du soir, l’apprentissage du malgache.

3En 1904, il intègre son premier poste en Afrique. Il est nommé agent d’imprimerie à Saint-Louis-du-Sénégal et un an plus tard à l’Imprimerie du Gouvernement général à Gorée. En 1907, il devient directeur de l’Imprimerie du gouvernement à Porto-Novo, au Dahomey. Au Sénégal comme au Dahomey il poursuit ses recherches archéologiques et y ajoute un volet ethnographique malgré les lourdes charges que lui imposent sa profession et les difficultés rencontrées pour circuler : en effet, les transports sont rares, compliqués et onéreux et l’obscurité tombant tôt sous les tropiques, raccourcit les journées de travail.

  • 3 - Correspondant du musée d’Ethnographie du Trocadéro, ainsi que du laboratoire d’Anthropologie du M (...)

4Dès son premier congé en 1907, Georges Waterlot rencontre René Verneau, directeur du musée d’Ethnographie du Trocadéro de Paris et professeur au laboratoire d’Anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle. Il lui offre des objets collectés au Sénégal et propose sa collaboration, certainement acceptée, puisqu’en 1909, Waterlot devient, avec François de Zeltner, correspondant officiel du musée d’Ethnographie pour l’Afrique de l’Ouest3. Au Dahomey, il élargit son périmètre de recherches en sortant de Porto-Novo et découvre l’arrière-pays et en 1908, Abomey, la capitale de l’ancien royaume du Dahomey. Le patrimoine de cette ville est en grande partie ruiné, suite à la guerre de conquête menée par la France de 1890 à 1894. De plus, les familles des anciens gouvernants ayant perdu le pouvoir, connaissent désormais des difficultés financières, leurs ressources traditionnelles (issues des taxes, du commerce et de l’agriculture) étant quasiment taries. Aussi, le site historique n’est guère florissant : les opérations de nettoyage de la végétation envahissante, la conservation des bâtiments et leurs éventuelles restaurations ne sont le produit d’initiatives personnelles ou familiales et la gestion de la pénurie les limitent souvent à l’entretien des tombeaux (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Ruines du palais d’Abomey. Dans LE HÉRISSÉ, Auguste. L’ancien royaume du Dahomey. Mœurs, religion, histoire. Paris : E. Larose, 1911.

  • 4 - LE HÉRISSÉ, Auguste. L’ancien royaume du Dahomey. Mœurs, religion, histoire. Paris : E. Larose, 1 (...)
  • 5 - WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (I (...)
  • 6 - Ibid.

5Dès 1900, avec l’exil forcé au Gabon du dernier roi, Agoli-Agbo, frère de Gbéhanzin, les sites royaux sont désormais sous contrôle de l’administration française. Certains commandants de cercle ont porté à ce site et à sa population, un réel intérêt. C’est ainsi que Alphonse Le Hérissé fait paraître en 1911 une somme sur l’histoire et les coutumes de l’ancien royaume du Dahomey4 et Edmond Chaudouin met en œuvre des restaurations de bâtiments5. Les plans levés du site historique par Georges Waterlot en 1911 publiés en 1926 laissent supposer que ces restaurations furent partielles et affectèrent seulement deux palais6, sans doute parmi les plus récents et les mieux conservés, ceux des rois Gèzo et Glélé, qui ont régné sur la majeure partie du XIXe siècle (1818-1858 et 1858-1889) (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Plan du site royal d’Abomey en 1911 et situation des bâtiments de Glélé et Gèzo. Dans WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.

  • 7 - Roi dahoméen confronté à la conquête française. Déporté à la Martinique, il mourut à Alger en 190 (...)

6L’ensemble du site historique sur lequel les rois du Dahomey construisirent leurs bâtiments officiels s’étend sur plus d’une trentaine d’hectares. Les constructions affectées aux réceptions ou servant d’entrepôts pour les collections subissaient tranquillement les injures du temps. À ces ravages naturels s’ajoutaient ceux des hommes : pillages des troupes entrées dans la ville en novembre 1892 succédant à l’incendie ordonné par Gbéhanzin (1889-1894)7 qui refusait d’abandonner les tombeaux de ses ancêtres en des mains ennemies.

  • 8 - WATERLOT par son travail a inspiré le mien. Il s’agissait d’établir un inventaire (même partiel) (...)
  • 9 - Courrier daté du 3 septembre 1908. Les divers documents utilisés ici proviennent du laboratoire d (...)

7Georges Waterlot est impressionné par la découverte de l’art dahoméen sous l’aspect de bas-reliefs très nombreux incrustés dans les murs et les piliers soutenant les toitures des bâtiments du site royal mais aussi sur certains bâtiments de la ville, tels des temples, ceux des familles royales ou princières et d’artistes et d’artisans8. Il est également ému par l’état de décrépitude du lieu. Dans un échange de courrier avec le musée d’Ethnographie du Trocadéro, en 1908, il écrit à ce sujet : « la plupart des palais royaux sont dans un état déplorable9... ». L’identification, la facture des œuvres, le décodage des renseignements qu’elles renferment, et les travaux qu’il désire entreprendre sous le contrôle scientifique du musée nous sont parvenus grâce à la correspondance qu’il entretenait avec les membres du département d’Archéologie exotique du musée d’Ethnographie, en particulier avec Harper Kelley, puis, Paul Lester et Jacques Soustelle (fig. 3, fig. 4).

Figure 3

Figure 3

Bâtiment de réception du roi Gèzo (1818-58) après l’incendie de novembre 1892. (Les Missions catholiques, 1892).

Figure 4

Figure 4

Bas-reliefs du même bâtiment, pignon gauche (Les Missions Catholiques, 1892).

  • 10 - LOTTIN DE LAVAL, Pierre-Victorien Lottin dit Victor. Manuel complet de Lottinoplastique : l’art d (...)

8Georges Waterlot se propose de prendre les empreintes des bas-reliefs inscrits dans les murs de terre afin de faire découvrir cette forme d’expression plastique et permettre au public français d’accéder aux mêmes expériences artistiques que lui. Mais, peu sûr de ses compétences techniques, le matériau étant assez spécifique – de la latérite séchée au soleil souvent effritée – aussi, il préfère contacter Jules Hébert, le sculpteur-mouleur du musée d’Ethnographie pour bénéficier de ses conseils et passe son second congé dans l’atelier de ce dernier afin de parfaire la technique qu’il utilisera sur place, la « lottinoplastie ». Il s’agit d’un procédé ou la modernisation d’un procédé que Lottin de Laval (1810-1903) mit au point dès les années 1830 dans les déserts d’Orient et qui lui permit de rapporter en France, en particulier pour le département des Antiquités orientales du Louvre, des moulages de sculptures monumentales provenant de Mésopotamie. D’un maniement facile, fonctionnant avec des matériaux légers, peu coûteux, employables sous différents lieux et climats, sa technique était comme il l’écrit « à la portée de tout le monde10 » (fig. 5).

Figure 5

Figure 5

Représentant colonial (Waterlot ?), bâtiment de réception du roi Gèzo. On aperçoit les bas-reliefs sous la varangue. Phot. Waterlot, G., 1908-1911.

  • 11 - BITON, Marlène-Michèle. Art. cit.

9Georges Waterlot opère une sélection parmi les bas-reliefs des bâtiments royaux subsistant sur le site d’Abomey et relève trente-six empreintes appartenant à trois bâtiments : sept sur le plus ancien, celui du roi Agadja (env. 1708-1740), quinze sur celui de Gèzo et quatorze sur celui de Glélé. Or, de nos jours, les bas-reliefs et les bâtiments de ces deux derniers rois subsistent toujours, mais le bâtiment d’Agadja dit « la maison à étage », situé au nord-ouest de l’ensemble, a désormais disparu, comme bon nombre de palais. Agadja est passé à la postérité pour avoir conquis les petits et riches royaumes du Sud, agrandissant son territoire jusqu’à la mer, entrant ainsi en contact avec les commerçants européens. Certaines œuvres sauvées par Waterlot racontent justement ces événements, comme par exemple celle qui représente un navire11 évoquant la prise de Ouidah en 1727, marquant l’irruption du Dahomey sur la scène du commerce international pratiqué à la côte.

  • 12 - WATERLOT, Emmanuel-Georges, op. cit, p. 7.

10Ces empreintes rapportées à Paris sont des positifs et nécessitent donc la confection de contre-moules. C’est ce à quoi Paul Clavelin, préparateur au laboratoire d’Anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle va s’employer12.

11Puis Georges Waterlot fut muté à Madagascar. La Première Guerre mondiale éclata et malgré ses demandes d’affectation en Afrique de l’Ouest, il ne quittera la Grande Île que de nombreuses années plus tard, en 1928, afin de rejoindre son poste en Mauritanie. Il y restera jusqu’à sa retraite, en 1934.

12Le projet établi portant sur la mise en valeur des moulages de bas-reliefs d’Abomey semble alors en sommeil. Cependant, Georges Waterlot ne l’a pas oublié. Il obtient pour lui le premier numéro de la collection des Travaux et Mémoires de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris, qui vient d’être créé. Publication à laquelle participeront des noms prestigieux, tel celui de Lucien Lévy-Bruhl pour l’introduction et ceux de deux éminents africanistes, comme Maurice Delafosse et Alphonse Le Hérissé qui compléteront les photographies des bas-reliefs, par de courtes notices explicatives. Waterlot livre également avec les deux plans du site, des informations portant sur les techniques employées par les artistes fon ainsi que sur l’histoire des lieux. Il signale avoir fourni les indications des patines en 1920 grâce à ses notes. De plus, il publie trois clichés représentant douze autres bas-reliefs du palais d’Agadja, permettant ainsi grâce à eux d’obtenir une idée plus précise des œuvres présentes à l’époque, ainsi que leur état, leur style et leur contenu (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Quatre bas-reliefs du palais d’Agadja (1708-1740), bâtiment aujourd’hui disparu, Abomey, Bénin. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926, planche IV, B.

13En 1934, lors de la réorganisation du musée d’Ethnographie du Trocadéro qui allait devenir peu après le musée de l’Homme, un espace fut dédié au Dahomey et au travail de Waterlot. Les moulages ornant l’escalier de l’aile Passy furent présentés au public et une vingtaine d’entre eux furent exposés plusieurs dizaines d’années dans les galeries publiques tandis que les autres furent inscrits en creux dans les murs du sous-sol du musée, visibles uniquement par le personnel et de rares visiteurs. Ceci jusqu’au moment où les collections d’ethnologie connurent leur « grand chambardement » en direction du musée du quai Branly, après la création de cette nouvelle institution (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Six bas-reliefs du bâtiment d’Agadja, à gauche, planche VI, A et B, au centre planche VII, A et B et à droite, planche V, A et B. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.

14Georges Waterlot attendit donc quinze années avant d’avoir l’opportunité de publier le travail qui lui tenait à cœur et vingt-trois années avant que ces œuvres soient proposées au public. La persévérance, la curiosité et l’imagination dont fit preuve cet homme modeste, comme le spécifie l’historien de l’Afrique Robert Cornevin, l’emportèrent. À son sujet, comme je le soulignais déjà : 

  • 13 - BITON, Marlène-Michèle. Art. cit.

On perçoit déjà là, les réticences d’une institution à accepter les travaux qui ne sont pas issus de son sérail, quoiqu’elle les ait encouragés. Quelquefois, ces réticences se brisent sur les patiences sourdes et obstinées de travailleurs isolés mais sûrs de leur voie13.

15Une bonne part des collections qui font la richesse des musées provient de dons de ces travailleurs infatigables dont l’histoire ne retient pas ou peu longtemps, le nom.

  • 14 - Ibid.

Les richesses d’un musée tel que celui-ci sont fondées sur une multitude de donateurs, allant du simple curieux à l’amateur passionné dont il semble que la mémoire soit rapidement perdue14.

16Au musée de l’Homme, le tableau des donateurs situé dans le hall d’entrée, sur lequel figurait en bonne place le nom de Georges Waterlot, disparut lors d’une rénovation partielle qui eut lieu durant les années quatre-vingt.

17De sa retraite en 1934 à sa mort en 1939, Georges Waterlot continua, malgré la fatigue, les maladies et les dangers, à enrichir le musée. Chaque année, il repartait en mission dans le désert de Mauritanie qu’il sillonnait à dos de chameau afin de fournir de nouvelles collections au laboratoire de Préhistoire. De retour à Paris, face à de nombreuses caisses, il inventoriait, classait, établissait des fiches.

18Cependant, c’est bien le travail qu’il mena sur Abomey et ses bas-reliefs qui le fit passer à la postérité. Son ouvrage et ses relevés de moulages sont un apport à la connaissance pour deux raisons : ils permettent au public de rencontrer cet art et d’apprécier des œuvres dont certes une partie avait déjà été restaurée en 1911 mais dont la plupart offraient un aspect relativement proche encore de leur état originel, et de sauver de l’oubli des pièces désormais disparues. De plus, ils ont rendu possible la comparaison et l’évolution des restaurations que le site a connues ou subies depuis cette époque.

19Lucien Lévy-Bruhl soulignait ces points dans son introduction à l’ouvrage de Waterlot, lui rendant hommage, aussi bien à l’individu qu’à sa ténacité : 

  • 15 - LÉVY-BRUHL, Lucien. Dans WATERLOT, E. G., op. cit., préface, p. VI.

 « Au cours de nos expéditions coloniales, nous avons trop souvent détruit, sans idée préconçue d’ailleurs, mais par suite des nécessités de la conquête. Au Dahomey, grâce à M. Waterlot, l’œuvre du passé demeure, irrécusable témoin d’une civilisation particulièrement originale et intéressante. Et, c’est ainsi que, pour ce royaume nègre aujourd’hui défunt, nous possédons une documentation historique infiniment précieuse »15.

20Et, reconnaissant aux œuvres dahoméennes une densité historique pourtant issues d’une société ne pratiquant pas l’écriture, et se référant aux pièces rapportées, il ajoutait :

  • 16 - Ibid., p. V.

 Ces sculptures, indépendamment de l’intérêt qu’elles présentent comme œuvres particulièrement belles de l’art dahoméen, constituent un document de valeur unique […] sauvée(s) par l’heureuse initiative de l’auteur du présent ouvrage, M. Waterlot16.

1989-90 : « Commémoration du Centenaire du roi Glélé » et retirages des moulages de la collection Waterlot

21Quant à l’événement évoqué au début de cet article, il est le point de convergence de nombreux hasards et coïncidences. Dessinatrice, je fus engagée au musée de l’Homme en 1974 par Yves Coppens, futur directeur du laboratoire d’Anthropologie, qui cherchait un mouleur. J’appris les rudiments du métier avec Jacques Richir, responsable de l’Atelier de moulages du laboratoire de Paléontologie du Muséum national d’histoire naturelle et le pratiquais jusqu’en 1984 où je dus cesser cette activité en raison de la tératologie des produits utilisés. Je fus affectée alors, au département d’Afrique noire du laboratoire d’Ethnologie auprès de sa responsable qui me confia l’inventaire des bijoux et parures du Dahomey et me conseilla de suivre l’enseignement de M. Jean-Louis Paudrat à l’université de Paris-1 afin d’acquérir les bases nécessaires à un travail utile. Ce dernier m’a définitivement intéressée à l’art africain et souvent encouragée.

22Mon mémoire de maîtrise portait sur un donateur du musée, en l’occurrence, Georges Waterlot et sur une collection de perles qu’il avait offerte. Ce fut l’occasion de découvrir son patient travail. Parmi les très nombreux objets qu’il avait rapportés en France (plusieurs milliers) se trouvaient les empreintes de bas-reliefs ornant les couloirs, mon décor quotidien. En tant qu’ex-mouleuse, je m’y intéressai et j’ai eu la chance en fouillant les recoins sombres du sous-sol, en un lieu nommé le « four » qui servait au stockage et à l’élimination des encombrants, de découvrir dans un bric-à-brac de vieux moules poussiéreux un certain nombre de pièces que j’identifiai alors comme étant les moules établis à partir des empreintes rapportées par Waterlot et dont les tirages étaient partagés entre sous-sol et galeries publiques du musée. Peu à peu, je retrouvai heureusement l’ensemble de la collection, soit les trente-six pièces originelles.

23Sur ces entrefaites, Maurice Glélé, responsable du département Afrique à l’Unesco, vint demander le concours du laboratoire d’Ethnologie du musée pour un événement dont il présidait le comité exécutif, il s’agissait des « Commémorations du Centenaire de la mort du roi Glélé (1889-1989) ». Cet événement allait donner lieu à un ensemble de festivités et de cérémonies traditionnelles et modernes au Bénin. Maurice Glélé désirait obtenir du musée le prêt temporaire d’objets dahoméens rapportés par le général Amédée Dodds et autres militaires et civils, afin de présenter une exposition à Abomey, précisant l’environnement matériel et culturel dans lequel avait évolué le roi Glélé.

24J’obtins la responsabilité de l’opération pour le musée, opération soutenue par le ministère des Affaires étrangères, représenté par M. De la Rosa dont l’efficacité permit de résoudre certains problèmes administratifs.

25Dans le but décrit ci-dessus, je fis une mission exploratoire en avril-mai 1989 à Abomey afin d’appréhender le terrain, de connaître les conditions de travail, les équipes muséales, le choix du bâtiment susceptible d’accueillir l’exposition dans les meilleures conditions de sécurité pour les objets et pour les visiteurs.

26Puis, pendant la période d’élaboration de l’exposition, je proposai à Maurice Glélé un volet supplémentaire consistant en une série de retirages des moules que j’avais récemment identifiés, afin de faire bénéficier la ville d’Abomey de copies de ces pièces, et ce de manière pérenne, suite à l’exposition temporaire. Bon nombre d’entre elles présentaient un état de conservation proche des originaux, le royaume ayant disparu depuis peu. D’autres, en revanche, très originales, comme celles du navire d’Agadja ou du roko n’existaient plus car elles ornaient des bâtiments disparus. Nous souhaitions ainsi contribuer à faire connaître et revivre une partie du patrimoine évanoui et participer à une meilleure connaissance des arts du Dahomey.

27Cette proposition agréée, les Établissements Auzoux dirigés par Bernard Barral, sis rue de l’Ancienne école-de-médecine à Paris, furent choisis pour ce travail. Ceux-ci fournissaient en particulier, les écoles de médecine et de sciences en matériel divers et moulages anatomiques. Le projet intéressa cet établissement et nous tombâmes d’accord pour confectionner, dans un premier temps, une série de retirages des moules qui devait être suivie d’une seconde, peu après.

28Le travail fut compliqué en raison de la nécessité de refaire des positifs, c’est-à-dire de revenir à des « bons creux ». Pour cela, Bernard Barral fit d’abord faire des tirages suivis de retirages pour obtenir des contre-moules, les fameux « creux » ou « bons creux », car il ne pouvait travailler directement sur les pièces retrouvées, ceci étant dû aux matériaux utilisés désormais (fig. 8).

Figure 8

Figure 8

Bâtiment de réception du roi Gèzo, Abomey, où se tint l’exposition du laboratoire d’Ethnologie du musée de l’Homme, dans le cadre du « Centenaire de la mort du roi Glélé ».

Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.

29À Abomey, l’exposition fut inaugurée en décembre 1989 et connut un franc succès. Elle avait pourtant commencé sous de sombres auspices : après être allés se perdre à Harare (ex-Salisbury) les objets allaient enfin arriver et des émeutes les attendaient à Porto-Novo et à Cotonou. La population manifestait contre son « Président-à-vie ». Inquiète pour la sécurité des objets, j’affrétai un camion qui les emporta de nuit à Abomey et les déposa dans l’enceinte du site historique du musée. Puis, je découvris que l’ensemble du personnel était en grève : il n’avait pas été payé depuis six mois... En somme, sans vouloir assombrir le tableau, ce n’était pas les meilleures conditions pour monter une exposition en terre étrangère.

30Soucieux que l’opération se déroulât au mieux, chacun fit montre de bonne volonté. Je découvris l’immense respect que ces objets inspiraient au personnel et aux visiteurs, pris entre curiosité et déférence, un siècle après leur disparition de la scène dahoméenne. L’exposition s’inscrivit dans un ensemble de manifestations qui suscitèrent une véritable ferveur populaire. À l’extérieur des bâtiments royaux, les commémorations publiques eurent lieu pendant plusieurs journées ; des milliers de personnes se massaient sur la place Simbodji devant l’entrée du musée afin d’y assister (fig. 9, fig. 10).

Figure 9

Figure 9

Trône du roi Glélé, exposition « Commémoration du Centenaire de la mort du roi Glélé », Abomey, janvier 1990.

Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.

Figure 10

Figure 10

Esplanade Simbodji, arrivée du catafalque du roi, « Commémoration du centenaire de la mort du roi Glélé », Abomey, décembre 1989.

Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.

31Le président contesté, entouré de militaires armés de mitraillettes vint inaugurer l’exposition qui eut lieu dans le bâtiment de réception du roi Gèzo (1818-1858), le père de Glélé, car le bâtiment de réception de ce dernier était en reconstruction (grâce à des fonds japonais) donc inutilisable.

32À mon retour en France, je repris contact avec les établissements Auzoux. Nous avions en effet prévu de laisser au Bénin les copies des pièces que le pays ne possédait plus. Cette démarche qui s’inscrivait dans le droit fil des préconisations de l’Unesco devait permettre d’établir des relations positives entre la France et le Bénin, et en jetant une passerelle entre ces deux états, allait au-delà d’échanges culturels. À cette occasion, j’appris que j’étais dessaisie du dossier, alors que cette manifestation, une des premières expositions « clé-en-main » d’objets organisée par un musée de l’ex-puissance colonisatrice dans une ancienne colonie, avait été couronnée de succès. Un prurit tiers-mondiste de l’institution (seul et unique, à ma connaissance) nomma mon remplaçant, qui n’avait pour tout avantage que celui d’être un Béninois, et modifia la destination des moulages. Au lieu d’offrir les trente-six pièces à Abomey, sous prétexte de répartition équitable entre différentes institutions, il souhaitait en faire profiter d’autres villes (dont surtout sa ville d’origine). Tenue à l’écart, je ne sais ce qu’il advint de l’opération « moulages pour Abomey » et si l’ensemble fut divisé ensuite ou pas. Plusieurs années après, lors d’une mission au Bénin pour le compte du ministère des Affaires étrangères, dans le cadre des préparatifs des manifestations du « Centenaire de la mort du roi Gbéhanzin » j’en aperçus quelques-uns au musée historique d’Abomey, ce qui suggérait que tout n’avait été pas perdu pour ce dernier.

33La politique n’est jamais totalement absente et il ne faut pas sous-estimer les tensions locales. Elles sont encore vives au Bénin, comme dans d’autres pays d’Afrique (et d’ailleurs). Lors de la conquête et la colonisation, ces tensions furent utilisées par la France, se fondant sur des contentieux opposant Porto-Novo à Abomey. Elle pratiqua une politique d’ostracisme envers l’ancienne capitale royale qui lui avait résisté, matérialisée par le tracé du chemin de fer reliant Porto-Novo au nord du pays qui passe à sept kilomètres d’Abomey, la dédaignant. Désormais, quoique auréolée par sa résistance à l’envahisseur, Abomey est une belle endormie. Cependant, les rancœurs persistent et s’expriment dès qu’elles en ont le loisir. Les plaies sont longues à cicatriser.

34Malgré ces péripéties et comme cette opération que j’avais initiée me tenait à cœur, j’eus l’occasion d’assister, dans les ateliers de moulage du Dr Auzoux, à Saint-Aubin d’Écrosville (Eure) à la confection des pièces en résine. Intéressée à plusieurs chefs, par cette mise en œuvre, j’eus le loisir de suivre et de photographier chaque étape du processus jusqu’à la restitution de la polychromie et de l’application des patines.

35Que sont devenues ces pièces ? Où sont les retirages ? Sont-ils au nombre de 36 ou de 72, comme prévu originellement, en France ou au Bénin ? (fig. 11)

Figure 11

Figure 11

Retirages en résine de bas-reliefs : à gauche, bas-relief évoquant les conquêtes du roi Agadja, à droite, le lion représentant sous forme allégorique le roi Glélé. (Éts du Dr Auzoux).

Phot. Biton, Marlène, 1990. © Marlène Biton.

  • 17 - NONDICHAO, Bachalou, Daa. « L’image conte l’histoire ». GEOFFROY-SCHNEITER, Bérénice, BEAUJAN-BAL (...)

36Les moulages originaux effectués et offerts par Georges Waterlot à l’ancien musée d’Ethnographie du Trocadéro sont désormais collections du musée du quai Branly. Certains d’entre eux ont été présentés au public, en alternance avec les grandes portes de bois des bâtiments royaux d’Abomey, lors de l’exposition « Artistes d’Abomey » qui se tint en 2009. Le catalogue proposait, avec un certain nombre d’articles, cinq fragments d’histoire portés par cinq bas-reliefs, autour desquels un historien traditionnel, Nondichao Bacharou, homme aux connaissances précieuses, délivra d’utiles renseignements17 (fig. 12).

Figure12

Figure12

Portes et bas-reliefs d’Abomey, exposition-dossier « Artistes d’Abomey », musée du quai Branly, Paris, nov. 2009 - janv. 2010.

Phot. musée du quai Branly. © Musée du quai Branly.

37L’exposition-dossier « Plâtre ou pas » dédiée aux moulages dans les collections du musée du quai Branly, sur une initiative de Yves Le Fur, directeur du département du Patrimoine et des Collections, a été inaugurée le 12 novembre 2012. Elle présente, avec bien d’autres pièces, dans l’atelier Martine Aublet, quatre bas-reliefs de l’ensemble Waterlot, provenant du bâtiment de réception, adjalala, du roi Glélé.

38Mais c’est désormais au personnel du musée du quai Branly d’en parler (fig. 13).

Figure 13

Figure 13

Moulages de Georges Waterlot, exposés dans l’atelier Martine Aublet, musée du quai Branly. Bâtiment du roi Glélè ; la cruche matérialise l’unité du royaume et Daghissou, un héros fabuleux. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.

39En conclusion, j’évoquerai simplement l’utilité des moulages, qu’ils soient en plâtre ou en résine ou en d’autres matériaux, en ce qu’ils permettent : 

40- de laisser les originaux en place, évitant ainsi de détruire et de spolier des œuvres uniques,

41- de reproduire des pièces autant de fois que désirées, à des fins de présentation, de délectation et aussi d’étude, par leur fiabilité et leur rendu, et d’échanges à visée scientifique.

42- de garder et d’offrir à la vue des témoignages historiques, tel un regard suspendu dans le temps, près ou loin des sites originels,

43- de protéger les pièces originales attaquées par les intempéries et diverses pollutions en s’y substituant,

44- et enfin de répondre à des demandes à caractère politique et patrimonial, jugées désormais recevables, en particulier quand elles émanent de pays d’où proviennent les œuvres, en leur permettant d’accéder à des pièces dont les aléas de l’histoire les ont dépossédés, tout en ne mutilant pas les collections nationales considérées comme inaliénables.

45C’est sûrement un aspect et une fonction qu’il faudra prendre en compte et qui ne manqueront pas de se développer.

46En ce sens, les moulages liés à la culture et ayant vocation à tisser du lien entre les populations sont destinés à connaître une phase d’expansion certaine.

Biographie

L’auteur, docteur en ethno-esthétique en 1994 à Paris1-Panthéon-Sorbonne a fait porter ses recherches au CNRS, d’abord au musée de l’Homme, puis au musée des arts africains et océaniens, et à l’université de Paris1, sur les collections africaines et plus spécifiquement dahoméennes dans les musées et in situ, en tentant d’apporter une analyse esthétique à des données historiques et sociologiques. Les relations entre le pouvoir, les artistes et leurs productions sont au cœur de ses interrogations. Son travail porte désormais sur les artefacts africains et leur entrée dans les collections privées européennes.

Haut de page

Bibliographie

BITON, Marlène-Michèle. « Waterlot et les bas-reliefs d’Abomey ». Arts d’Afrique noire, arts premiers, octobre 1999, p. 28-39.

BITON, Marlène-Michèle. L’art des bas-reliefs d’Abomey, Bénin / ex-Dahomey. Paris : L’Harmattan, 2000.

BITON, Marlène-Michèle. « Permanences, ruptures et tradition du statut de l’artiste à Abomey, ex-Dahomey, Bénin ». Dans GEOFFROY-SCHNEITER, Bérénice, BEAUJAN-BALTZER, Gaëlle. Artistes d’Abomey : dialogue sur un royaume africain, (cat. exposition, musée du quai Branly, 2009). Paris : musée du quai Branly, 2009, p. 87-102.

CHAUDOUIN, Edmond. Trois mois de captivité au Dahomey. Paris : Hachette, 1891.

CORNEVIN, Robert. Le Dahomey. Paris : Presses universitaires de France, 1965.

LE HÉRISSÉ, Auguste. L’ancien royaume du Dahomey. Mœurs, religion, histoire. Paris : E. Larose, 1911.

LESTER, Paul. « Waterlot ». Journal de la société des Africanistes, 1939, vol. 9, n° 9-2, p. 209-216.

LÉVY-BRUHL, Lucien. Dans WATERLOT, E.-G. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie, Travaux et mémoires, 1), 1926, préface, p. V.

LOTTIN DE LAVAL, Pierre-Victorien Lottin, (dit). Manuel complet de Lottinoplastique : l’art du moulage de la sculpture en bas-relief et en creux mis à la portée de tout le monde, sans notions élémentaires, sans apprentissage d’art précédé d’une histoire de cette découverte. Paris : Dusacq, libraire-éditeur, 25 rue Saint-Benoit, et chez l’auteur, aux Trois-Vals près et par Bernay (Eure), 1857.

NONDICHAO, Bachalou, Daa. « L’image conte l’histoire ». Dans GEOFFROY-SCHNEITER, Bérénice, BEAUJAN-BALTZER, Gaëlle. Artistes d’Abomey : dialogue sur un royaume africain, (cat. exposition, musée du quai Branly, 2009). Paris : musée du quai Branly, 2009, p. 260-265.

WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de l’université de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.

Haut de page

Notes

1 - BITON, Marlène-Michèle. « Waterlot et les bas-reliefs d’Abomey ». Arts d’Afrique noire, arts premiers, octobre 1999, p. 28-39.

2 - LESTER, Paul. « Waterlot ». Journal de la société des Africanistes, 1939, vol. 9, n° 9-2, p. 209-216.

3 - Correspondant du musée d’Ethnographie du Trocadéro, ainsi que du laboratoire d’Anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle. Ces deux institutions seront réunies en 1924.

4 - LE HÉRISSÉ, Auguste. L’ancien royaume du Dahomey. Mœurs, religion, histoire. Paris : E. Larose, 1911.

5 - WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.

6 - Ibid.

7 - Roi dahoméen confronté à la conquête française. Déporté à la Martinique, il mourut à Alger en 1906.

8 - WATERLOT par son travail a inspiré le mien. Il s’agissait d’établir un inventaire (même partiel) des bas-reliefs de la ville. Plus de 500 ont été relevés, démontrant qu’Abomey se révèle un centre de cette expression plastique. BITON, Marlène-Michèle. L’art des bas-reliefs d’Abomey, Bénin / ex-Dahomey. Paris : L’Harmattan, 2000.

9 - Courrier daté du 3 septembre 1908. Les divers documents utilisés ici proviennent du laboratoire d’Anthropologie du musée de l’Homme et en grande partie du laboratoire de Préhistoire. Ces documents furent mis à ma disposition par le compétent et bienveillant Gérard Rousseau.

10 - LOTTIN DE LAVAL, Pierre-Victorien Lottin dit Victor. Manuel complet de Lottinoplastique : l’art du moulage de la sculpture en bas-relief et en creux mis à la portée de tout le monde, sans notions élémentaires, sans apprentissage d’art précédé d’une histoire de cette découverte. Paris : Dusacq, libraire-éditeur, 25 rue Saint-Benoit et chez l’auteur, aux Trois-Vals près et par Bernay (Eure), 1857.

11 - BITON, Marlène-Michèle. Art. cit.

12 - WATERLOT, Emmanuel-Georges, op. cit, p. 7.

13 - BITON, Marlène-Michèle. Art. cit.

14 - Ibid.

15 - LÉVY-BRUHL, Lucien. Dans WATERLOT, E. G., op. cit., préface, p. VI.

16 - Ibid., p. V.

17 - NONDICHAO, Bachalou, Daa. « L’image conte l’histoire ». GEOFFROY-SCHNEITER, Bérénice, BEAUJAN-BALTZER, Gaëlle. Artistes d’Abomey : dialogue sur un royaume africain (cat. exposition, musée du quai Branly, 2009). Paris : musée du quai Branly, 2009, p. 260-265.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Ruines du palais d’Abomey. Dans LE HÉRISSÉ, Auguste. L’ancien royaume du Dahomey. Mœurs, religion, histoire. Paris : E. Larose, 1911.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 2
Légende Plan du site royal d’Abomey en 1911 et situation des bâtiments de Glélé et Gèzo. Dans WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 3
Légende Bâtiment de réception du roi Gèzo (1818-58) après l’incendie de novembre 1892. (Les Missions catholiques, 1892).
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 4
Légende Bas-reliefs du même bâtiment, pignon gauche (Les Missions Catholiques, 1892).
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 5
Légende Représentant colonial (Waterlot ?), bâtiment de réception du roi Gèzo. On aperçoit les bas-reliefs sous la varangue. Phot. Waterlot, G., 1908-1911.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 6
Légende Quatre bas-reliefs du palais d’Agadja (1708-1740), bâtiment aujourd’hui disparu, Abomey, Bénin. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926, planche IV, B.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 7
Légende Six bas-reliefs du bâtiment d’Agadja, à gauche, planche VI, A et B, au centre planche VII, A et B et à droite, planche V, A et B. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 8
Légende Bâtiment de réception du roi Gèzo, Abomey, où se tint l’exposition du laboratoire d’Ethnologie du musée de l’Homme, dans le cadre du « Centenaire de la mort du roi Glélé ».
Crédits Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 9
Légende Trône du roi Glélé, exposition « Commémoration du Centenaire de la mort du roi Glélé », Abomey, janvier 1990.
Crédits Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 10
Légende Esplanade Simbodji, arrivée du catafalque du roi, « Commémoration du centenaire de la mort du roi Glélé », Abomey, décembre 1989.
Crédits Phot. Biton, Marlène, 1989. © Marlène Biton.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 11
Légende Retirages en résine de bas-reliefs : à gauche, bas-relief évoquant les conquêtes du roi Agadja, à droite, le lion représentant sous forme allégorique le roi Glélé. (Éts du Dr Auzoux).
Crédits Phot. Biton, Marlène, 1990. © Marlène Biton.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure12
Légende Portes et bas-reliefs d’Abomey, exposition-dossier « Artistes d’Abomey », musée du quai Branly, Paris, nov. 2009 - janv. 2010.
Crédits Phot. musée du quai Branly. © Musée du quai Branly.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 13
Légende Moulages de Georges Waterlot, exposés dans l’atelier Martine Aublet, musée du quai Branly. Bâtiment du roi Glélè ; la cruche matérialise l’unité du royaume et Daghissou, un héros fabuleux. WATERLOT, Emmanuel-Georges. Les bas-reliefs des bâtiments royaux d’Abomey. Paris : Maisonneuve (Institut d’ethnologie de Paris, Travaux et mémoires, 1), 1926.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/12900/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène-Michèle Biton, « Histoire et mouvements d’une collection de moulages du musée d’Ethnographie du Trocadéro, les bas-reliefs d’Abomey, Bénin, ex-Dahomey », In Situ [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 02 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/12900 ; DOI : 10.4000/insitu.12900

Haut de page

Auteur

Marlène-Michèle Biton

Ingénieur CNRS, UMR 8218 ACTE (CNRS/Paris I-Panthéon-Sorbonne) marlene.biton@sfr.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page