Navigation – Plan du site
Le patrimoine, une histoire

Le conservateur de musée de province de la IIIe République : vers une professionnalisation ?

Provincial museum curators during the Third Republic, becoming professionals?
Géraldine Masson

Résumés

La IIIe République offre une vocation didactique au musée institué en lieu d’enseignement qui édifie le citoyen républicain. Le régime fédère un réseau muséal dont l’objectif est la suppression des multiples musées de province au bénéfice des seuls musées français gardiens des collections nationales. Cette étude des 263 conservateurs des musées de province, inspectés dans le cadre de la Commission extra-parlementaire des musées de province de 1905, aboutit à leur inscription dans le processus de professionnalisation des conservateurs de musée. Pour ces acteurs de la patrimonialisation, préserver et transmettre les collections muséales signifie appliquer la vocation didactique du musée, lieu d’enseignement corollaire de l’école. Il s’agit notamment de dispenser, au musée, une leçon d’histoire locale se rattachant à l’écriture de l’histoire de la nation. Empreints d’une conscience patrimoniale acérée, et profondément impliqués dans les sociabilités artistiques locales, les conservateurs de musées de province œuvrent dans l’intérêt des collections se confrontant à de nombreuses contraintes tant budgétaires que matérielles ou politiques. Leurs méthodes de travail, adaptées aux nouvelles exigences de l’Administration des Beaux-Arts, se spécialisent à un moment où s’élabore la science des musées dite « muséologie ». Leur expérience est alors reconnue par l’ensemble des conservateurs des musées de province et des Musées nationaux. Le conservateur des musées de province républicains est un conservateur de musée professionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - LAPAUZE, H. Les musées de province. Rapport, enquête, législation, rapport de la Commission charg (...)

1Dans la première décennie du XXe siècle, conscient des enjeux culturels et politiques portés par les musées, le régime de la IIIe République veut leur conférer un cadre législatif et le fédérer en un réseau national. Dans cette optique est constituée, le 4 juillet 1905, une commission extra-parlementaire qui vise à « Étudier toutes les questions relatives à l’organisation des musées de province et à la conservation de leurs richesses artistiques1 ». Son rapport publié en 1908, a servi de base à l’élaboration du corpus de conservateurs étudié ici. Il s’agit d’une véritable enquête sur les conditions de travail des 261 conservateurs de musées de province interrogés sur le budget de leur musée, les conditions de conservation et la nature des collections. Les conservateurs de musées de province exercent ces fonctions en second lieu et sont d’abord bibliothécaires, instituteurs, artistes ou érudits. Ils appréhendent ainsi leurs missions à l’aune de leur parcours et développent, dans la pratique de leur activité, un comportement spécifique. Toutefois le nouveau contexte muséal révèle des préoccupations communes et favorise une réflexion sur le métier de conservateur de musée qui sont autant de prémices d’un processus de professionnalisation.

Le musée corollaire de l’école

  • 2 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse c, circulaires au (...)

2Dans la continuité du mouvement des idées de la Révolution, le régime républicain renforce la portée didactique du patrimoine de la nation en tant qu’élément constitutif de l’histoire de France et donc d’une mémoire nationale républicaine. Pour mener à bien cette politique culturelle, l’État engage l’Administration des Beaux-Arts dans une réforme qui l’institue en service public. Une première démocratisation de la culture est instaurée avec pour mission la transmission pédagogique du patrimoine au sein de laquelle le musée et investi d’un rôle majeur. Le régime qui perçoit en l’héritier révolutionnaire un moyen d’asseoir sa légitimité lui confère, en effet, une fonction d’importance comme l’explicite la circulaire du 26 avril 1882 : « [...] si c’est à l’école que l’enfant et l’ouvrier reçoivent l’enseignement, c’est surtout au musée qu’ils trouvent l’exemple. La réorganisation du musée est donc la corollaire obligatoire de celle de l’École2 ». L’État veut en outre contrôler la bonne conservation des œuvres déposées dans les musées de province et affirmer son seul pouvoir de décision face à des municipalités hostiles à tout jacobinisme culturel.

Le contexte difficile des musées de province au début de la IIIe République

Statut des collections

  • 3 - La circulaire du ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Roland de La Platière (1734-1793), dite circ (...)

3La première difficulté vient du statut des œuvres conservées dans les musées de province. Quantitativement, les dépôts de l’État représentent une part importante de l’ensemble des collections. La circulaire ministérielle Roland de 1792 est à l’origine de la répartition des collections entre Paris et la province qui réserve les chefs-d’œuvre pour la capitale. Dans l’objectif de la création d’un Muséum central des chefs-d’œuvre de la nation au musée du Louvre, regroupant le meilleur des saisies révolutionnaires sur tout le territoire, elle prévoit en effet : « On jurera des objets qu’il serait convenable de classer dans le muséum de Paris3 ». Les musées de province sont dotés en second lieu.

  • 4 - ENGERAND, F. « Les musées de province ». Revue hebdomadaire, numéro du 16 mars 1901, 2e série, to (...)

4Pour le député républicain du Calvados Fernand Engerand (1867-1938), auteur en 1901 d’une étude des musées de province publiée dans la Revue hebdomadaire, il résulte de cet état de fait une situation d’expectative responsable de l’inertie des musées de province : « Actuellement, la Direction des Beaux-Arts et les municipalités provinciales vivent dans un état de crainte réciproque ; elles se font peur respectivement4. » L’administration des Beaux-Arts ne sanctionne rien pour ne pas être obligée de prendre des mesures irrévocables et les municipalités se taisent de crainte de se voir enlever des œuvres au profit du Louvre.

Hétérogénéité des collections

5La nature des collections constitue un deuxième sujet d’inquiétude. L’ambition des musées de province est haute : il s’agit de retracer l’histoire de l’art dans son exhaustivité, à travers quelques œuvres emblématiques, tout en proposant une histoire locale pertinente et également complète. Si au cours du XXe siècle, on prend peu à peu conscience du fait que les musées de province regorgent de richesses ignorées, il ne faut toutefois pas ignorer l’hétérogénéité des collections provinciales.

L’état de conservation des œuvres

  • 5 - HOUSSAYE, H. « Les musées de province, leurs origines et leur organisation ». Revue des Deux Mond (...)

6Enfin, découlant pour partie des incertitudes précédentes, les conditions de conservation des œuvres sont particulièrement préoccupantes dans les musées de province des années 1900. Vols, incendies, insalubrité des locaux et présence de réserves « dépotoirs » sont les principaux termes associés à la conservation des collections provinciales. Dès 1879, l’inspecteur des musées Henry Houssaye attire l’attention sur l’état des musées accueillant des œuvres d’art du patrimoine de la nation : « sur ces cent trente musées, il en est certainement la moitié qui appelle l’attention vigilante de la direction des Beaux-Arts. Dans certains musées, le catalogue n’existe pas, l’inventaire même est incomplet, les tableaux sont mal classés et mal placés5. » Les locaux sont insalubres, rongés d’humidité ou exposés aux risques d’incendie. Vingt ans plus tard, en 1900, aucune évolution, sinon une dégradation aggravée, n’est à signaler.

Les solutions envisagées

  • 6 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse c, circulaires au (...)

7Le rapport Houssaye suggère d’imposer l’autorité de l’État aux musées de province par des inspections régulières. Il est suivi, deux ans plus tard, par la circulaire Turquet6 qui fixe formellement le projet culturel républicain et la vocation du musée et appelle à la promulgation d’une loi règlementant les rapports de l’État avec les établissements de province. Il y est stipulé que lorsque les inspecteurs attestent d’un défaut de gardiennage dans les musées, d’une faute dans la conservation d’une œuvre ou bien de l’absence d’un dépôt sur les cimaises, l’État doit intervenir au nom du non-respect du devoir de service public qui lui incombe ainsi qu’aux musées départementaux. La même année, une réforme du système des envois de l’État est entreprise, ils ne seront maintenus que si les conditions de conservation du musée dépositaire donnent satisfaction. Trois mots d’ordre s’imposent : inventorier, restructurer, légiférer.

Inventorier

  • 7 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 559.

8En 1879, pour l’inspecteur des musées Houssaye, le mauvais état des collections est la conséquence de ce qu’elles sont méconnues. Dans la conception d’un musée de connaisseurs, la diffusion des savoirs en histoire de l’art n’est pas jugée utile. Les connaissances supposées partagées qui ne sont pas transmises finissent par se perdre. Selon Houssaye, même les « conservateurs nouvellement nommés ne savent ni de qui sont les tableaux, ni d’où ils viennent, ils ne peuvent donner aucun renseignement, n’en ayant eux-mêmes reçu aucun7 ».

  • 8 - LARROUMET, G. L’art et l’État en France. Paris : Hachette, 1895, p. 235.

9En 1895, le directeur des Beaux-Arts Gustave Larroumet justifie par la mission d’enseignement la nécessité de classement dans les musées : « Il n’y a pas d’enseignement sans méthode, et, dans un musée, la méthode se marque par le choix et le classement8 ».

Réorganiser

  • 9 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 563.
  • 10 - Idem.
  • 11 - Idem.
  • 12 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 564.

10Enfin, le rapport Houssaye souligne l’hétérogénéité de la répartition des collections, tant numériquement que qualitativement. Pour l’inspecteur des musées une meilleure organisation des collections de province incombe à l’administration des Beaux-Arts qui doit revoir sa manière d’entreprendre et se saisir véritablement de ses prérogatives. Depuis 1872, les musées français sont répartis en trois catégories appelées « classes », il faut tout d’abord reconsidérer ce classement qui comporte des incohérences. « Ainsi le musée de Béziers, qui possède 156 tableaux intéressants, est musée de troisième classe, et le musée de Castres, qui n’a que 54 toiles sans valeur, est musée de deuxième classe. C’est cependant cette classification qui sert de base à la répartition des envois de l’État après les Salons annuels9 ». De plus, un état des lieux de la réelle ampleur des musées s’impose, selon Houssaye, car l’administration tient pour musée tout lieu dépositaire d’une œuvre de l’État. Or certains envois ont répondu à la sollicitation d’un préfet ou d’un élu sans que pour autant un musée n’ait été créé ; l’œuvre est alors exposée dans la préfecture ou la mairie. Par ailleurs, l’administration des Beaux-Arts se doit, selon lui, de mieux prendre en considération la disposition des locaux des musées et les collections qui les constituent avant une nouvelle attribution : « De plus, on a beau posséder au ministère les catalogues des musées, qui souvent ne sont plus à jour et que d’ailleurs on ne pense pas à consulter, on ignore à peu près les besoins de ces musées, le caractère de leurs collections, les locaux dont ils disposent10 ». Des aberrations en terme de conservation des œuvres d’art seraient ainsi évitées : « C’est ainsi qu’on envoie à tel musée déjà encombré une grande toile que le conservateur ne pourra placer que debout sur un chevalet, masquant les tableaux de tout un panneau, et qu’on expédie à tel autre musée un tableau de petite dimension qui sera comme perdu sur une paroi à peine remplie11 ». En prenant en considération les destinées des différents musées, les dépôts de l’État pourraient être diversifiés, mieux pensés ils donneraient meilleure satisfaction. Houssaye considère que l’administration pourrait « envoyer des vases et des assiettes de Sèvres, les merveilleux moulages de l’atelier du Louvre d’après l’antique et les chefs-d’œuvre modernes, les belles gravures de la chalcographie. Ces envois seraient accueillis avec la plus grande reconnaissance, surtout par les musées de création récente12 ».

Légiférer

  • 13 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse a, textes de régl (...)
  • 14 - HOUSSAYE, H. « Les musées de province, leurs origines et leur organisation ». Op. cit., p. 546-56 (...)
  • 15 - TURQUET. Voir note 2, AN F21 4500 A.

11Les spécialistes des musées de province s’accordent aussi unanimement pour affirmer qu’une réorganisation statutaire et une législation appropriée s’imposent pour le système muséal français. La nécessité d’une loi similaire à celle de 1839 régissant les bibliothèques13 se fait sentir fortement pour les musées de province afin de garantir l’autorité supérieure de l’État et l’inaliénabilité des collections. Henry Houssaye, le premier, défend l’idée dans l’introduction à son état des lieux des musées de province publié dans la Revue des Deux Mondes en 188014. L’enquête et les propos de l’inspecteur des musées sont repris dans leur intégralité par le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts Edmond Turquet dans la circulaire du 26 avril 1881 adressée aux préfets15.

La commission

Création historique et, objectifs

12Dans l’optique de fédérer un réseau muséal français cohérent et solide au statut législatif défini et face à la situation des musées de province, alors en grande difficulté, le ministre de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes Jean Bienvenu-Martin, alerté par son sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts Étienne Dujardin-Beaumetz crée une Commission extraparlementaire qui a pour mission d’étudier toutes les questions relatives à l’organisation des musées de province et à la conservation de leurs collection. Elle comprend deux sous-commissions, l’une de législation, qui conduit à l’élaboration du décret de 1910, l’autre, artistique, qui organise une enquête sur les musées de province et qui a pour rapporteur le directeur du musée du Petit Palais à Paris, Henry Lapauze.

Le rapport Lapauze16

  • 16 - LAPAUZE, Les musées de province. Rapport, enquête, législation. Op. cit.

13C’est le rapport Lapauze, inspecteur des musées pour l’occasion, publié en 1908, qui sert de base à l’élaboration du corpus de conservateurs étudié ici. Entre 1905 et 1907, Henry Lapauze a procédé à une véritable enquête sur les conditions de travail des conservateurs de musées de province, renseignant un questionnaire sur le budget du musée, les conditions de gardiennage, les risques d’incendie et le taux d’humidité des lieux d’exposition ainsi que la nature des collections et la mise en valeur dont elles font (ou pas) l’objet.

14Roger Marx, inspecteur général des musées départementaux, siège également dans la sous-commission, avec les inspecteurs des musées de province qui assistent à toutes les réunions avec voix consultative ; il procède à deux contre-enquêtes pour confronter les constats de l’enquête Lapauze. Ces dispositions et orientations de travail instaurent la Commission extraparlementaire en grande inspection des musées de province, étudiant leur organisation et leurs dysfonctionnements. L’analyse du rapport permet une synthèse sociale et professionnelle.

Les conservateurs de musée de province de 1907

Origine sociale

Des notables locaux

  • 17 - Voir notice dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo (...)
  • 18 - HILAIRE, M. « Le musée Fabre : une passion de collectionneurs ». Dossier de l’art hors série de L (...)

1581,57 % des conservateurs sont originaires de la région où ils exercent, 63 sur 93 sont même nés dans la ville du musée qu’ils dirigent. Ce sont parfois des personnalités emblématiques de la ville, comme l’archéologue Charles Palanque, désigné à ce titre conservateur du musée des Beaux-Arts d’Auxerre, ou bien Justin Bellanger, dramaturge de Provins. Notabilités locales, les conservateurs de musées appartiennent, également, à de grandes familles aristocratiques dont la noblesse est liée à l’histoire et au patrimoine de la région. Ils sont issus de lignées d’érudits locaux : Jean Rebière de Cessac, du musée de Guéret et Charles Deschamps de Pas17, de Saint-Omer, sont ainsi fils d’archéologues. Ces familles fortunées comptent en outre depuis de nombreuses années parmi leurs membres des collectionneurs renommés. Georges d’Albenas, conservateur du musée de Montpellier, est « issu d’une vieille famille languedocienne d’amateurs et d’érudits18 ». Albert Joliet a été introduit dans les milieux artistiques dijonnais et parisiens par son père, Antoine Joliet. Maire de Dijon et passionné d’art, ce dernier a familiarisé Albert Joliet avec les salles de ventes et lui a très tôt permis de débuter une collection qui comporte à sa mort 200 œuvres d’art léguées ou données au musée. C’est à sa situation de premier collectionneur de Dijon et grand connaisseur d’art que Joliet doit sa nomination à la tête du musée.

Études

  • 19 - LAVEISSIèRE, S. Dictionnaire des artistes et artisans d’art de la Bourgogne, tome 1, A-K. Paris : (...)

16Si l’on compte quelques autodidactes parmi les conservateurs de musée du rapport Lapauze, la majorité 1907, a bénéficié d’une solide formation. Les artistes ont suivi l’enseignement des écoles des Beaux-Arts. Les autres ont, pour certains, fréquenté l’université où ils ont étudié les lettres, les sciencesou le droit ou bien encore, ont intégré de prestigieuses écoles. Charles Gindriez du musée de Châlons-sur-Saône, est diplômé de l’École centrale19, Charles Palanque du musée d’Auch, diplômé de l’École du Louvre et de l’École française du Caire et douze conservateurs sortent de l’École des chartes. Les études qu’ont faites les conservateurs de musée vont de pair avec leur appartenance à des milieux favorisés. Les conservateurs de musée les plus diplômés du rapport Lapauze sont les archéologues.

Âge

17Enfin, l’âge des conservateurs, constitue le dernier élément pour lequel nous disposons d’informations. On connaît l’âge de 147 conservateurs au moment de l’inspection Lapauze en 1907 : la moyenne d’âge s’élève à 61,03 ans. Un graphique en nuage de points (Graph. 1) permet de mettre en évidence l’éventail très diversifié des âges, de 31 ans à 99 ans. Il confirme le calcul de l’écart-type de 13,67, révélateur d’une très forte disparité par rapport à une moyenne qui n’est absolument pas représentative.

Origine professionnelle

Les conservateurs de musée artistes

18Les artistes sont principalement des peintres, on en dénombre soixante-dix-huit, soit près des trois quarts de la catégorie. Ils représentent un groupe qui se différencie par ses études, ses relations et sa manière d’être professionnelle. Des caractéristiques communes les rassemblent dans la pratique de leur art : artistes locaux, la majorité d’entre eux se consacrent à l’évocation des traditions et des fêtes régionales. Un petit nombre de conservateurs de musée s’adonnent aux autres techniques artistiques : douze sont sculpteurs, dix réalisent des objets d’art et quatre sont photographes. Ces artistes s’attachent pour la plupart à défendre les traditions locales à travers leur représentation ou leur renouveau. Alfred Beau, au musée des Beaux-Arts de Quimper, est par exemple à l’origine du nouvel essor de la fabrique de faïence Porquier, par l’introduction de nouveaux modèles. Enfin, on trouve 11 architectes dans ce corpus.

Les conservateurs de musée exerçant des fonctions publiques

  • 20 - Corgier.
  • 21 - Maurice Pineau (1843-1919).
  • 22 - Roger Vallentin du Cheylard (1862-1931).

19En terme de compétences, le fait de travailler pour l’État semble un atout sinon une garantie. Un tiers des conservateurs dont on a identifié l’origine professionnelle exerce des fonctions publiques. L’un d’entre eux, Charles Fieffé, conservateur du musée de Varzy, est qualifié de haut fonctionnaire dans le rapport Lapauze, sans autre précision. Deux sont fonctionnaires municipaux, autrement dit employés de mairie et ont la charge des musées d’Orbec et Bagnères-de-Bigorre : Emmanuel Godard et Eugène Bérot. On dénombre, en outre, trois militaires, les colonels Philippe Poittevin et Henri Thierry-de-Ville-d’Avray, conservateurs à Hyères et Cannes et Louis Houdard du musée de Saint-Dizier ainsi que trois receveurs des domaines, les conservateurs de Lourmarin20 et de Guéret21 et le directeur du musée de Montélimar22. Tous les autres conservateurs de musée fonctionnaires occupent des métiers dont la problématique rejoint celle des musées de la IIIe République : ils sont enseignants, bibliothécaires ou ont même travaillé pour l’administration des Beaux-Arts, comme Frédéric Henriet, de Château-Thierry.

20L’origine socioprofessionnelle des conservateurs de musée telle qu’elle se dégage du rapport Lapauze nous renseigne, en effet, sur leur mode de recrutement. À la fin du XIXe siècle et au début du XXsiècle, accèdent à la fonction de conservateur des personnes ayant montré des compétences jugées utiles. Tout lien avec le patrimoine prédispose la personne à exercer ces fonctions. Ainsi, Edmond Poupé est nommé conservateur du musée de Draguignan en sa qualité d’historien de la ville. De même, Edmond Puyo, érudit, homme politique et peintre de Morlaix, est fondateur de la bibliothèque municipale : il est nommé conservateur du musée en 1885. Le fait de rechercher l’expérience pour diriger un musée manifeste la volonté de choisir des candidats à même de réagir face aux difficultés. Un artiste possède un savoir en histoire de l’art et des connaissances pratiques : il saura éventuellement comment se comporter devant une œuvre endommagée. Un érudit bénéficie d’une renommée, il a de l’entregent, fréquente les milieux du savoir et de l’érudition et sait défendre des idées et des intérêts. Enfin, un enseignant dispose de connaissances et de pédagogie, il transmet déjà une partie du discours républicain sur l’enseignement. Toutes ces personnes forment un réseau, elles sont susceptibles d’appartenir aux commissions municipales dites « de surveillance » des musées qui les dirigent administrativement et qui constituent en outre un vivier de recrutement pour le maire au moment de soumettre des candidats valables à l’approbation du préfet.

Le métier de conservateur de musée de province en 1907

Valoriser un parcours professionnel personnel

Les conservateurs peintres

21Soixante-dix-huit conservateurs de musées de province sur les deux cent soixante-trois inspectés par Henry Lapauze en 1907 sont peintres. Ils représentent un peu moins du tiers des cas, soit 29,66 %. L’étude de l’environnement des conservateurs peintres et de leur production artistique permet d’identifier les raisons qui portent les peintres aux fonctions de conservateur de musée. Trois qualités essentielles semblent attendues du conservateur peintre. Il doit avant tout d’abord être une figure locale et bénéficier d’une reconnaissance de la part du public de la région. Il doit aussi montrer un certain savoir-faire lié à la pratique de son art, comme par exemple la restauration d’œuvres. C’est ici la qualité de peintre en tant qu’artisan (homme de l’art ?), qui est mise en avant, celle qui doit permettre aux municipalités d’économiser et d’éviter l’intervention des Musées nationaux. Enfin, le peintre conservateur est particulièrement apprécié pour ses connaissances en histoire de l’art, en art vivant et pour sa fréquentation des milieux artistiques. L’idéal est qu’il puisse faire état d’une assise parisienne qui fait la différence au moment de la nomination. Félix Pommier est préféré à « un peintre peu connu des milieux parisiens, Henry Hamel », pour diriger le musée de Nantes. En outre, grâce à son réseau de peintres et de collectionneurs, le conservateur peintre laisse espérer, grâce à des dons éventuels, l’enrichissement des collections. Collectionneur, peintre et conservateur, ce conservateur modèle possède avant tout un excellent et appréciable jugement, très utile à ses fonctions. Paul Lafond, du musée de Pau, a contribué à faire connaître Le Greco dans les milieux collectionneurs français de la fin du XIXe siècle et notamment auprès de son ami Edgar Degas. Avec Alphonse Cherfils, vice-président de la Société des amis des arts de Pau, Lafond aurait fortement œuvré en faveur de l’achat par le musée du tableau Un bureau de coton à La Nouvelle-Orléans, alors qu’il n’était pas encore conservateur du musée. On peut penser que c’est ce qui lui valut sa nomination au musée des Beaux-Arts.

Les conservateurs bibliothécaires

  • 23 - LAPAUZE, H. Les musées de province. Op. cit., p. 119.
  • 24 - Ibidem, p. 53.
  • 25 - Ibidem, p. 165.
  • 26 - Ibidem, p. 192.
  • 27 - Ibidem, p. 53.

22Au début des années 1900, musée et bibliothèque disposent quelquefois du même bâtiment et du même directeur. De fait, des similitudes existent dans la gestion d’un fonds patrimonial, qu’il soit composé d’ouvrages ou d’œuvres d’art. L’idée de préservation pour la transmission est la même. Le rapport Lapauze dénombre 32 bibliothécaires parmi les conservateurs de musée. Cette conception de leur rôle constitue le moteur de l’implication des conservateurs de bibliothèque-conservateurs de musée, dans l’une et l’autre des institutions. Elle peut expliquer une perception différente des fonctions de conservateur de musée et influence leur manière de conduire le travail. Les conservateurs bibliothécaires développent notamment un sens de la pédagogie qui crée une proximité avec le public. Ils prennent ainsi position sur la gratuité de l’accès à leur établissement, optent pour une présentation didactique et considèrent leurs collections comme une source de connaissances. Ils dirigent de riches musées, aux collections encyclopédiques orientées vers l’histoire locale. Les conservateurs de bibliothèques sont de compétents conservateurs de musées de province, 9 sur 32 ont fait l’objet des meilleurs rapports d’inspection du corpus Lapauze. L’inspecteur se félicite, ainsi, de l’« installation moderne » du musée de Carpentras qui est « tenu le mieux possible23 », comme le musée de Rodez24. Il est, par ailleurs, satisfait à Tourcoing, la « Situation actuelle » s’avère « bonne sous tous les rapports » et le « musée [est] assuré25 ». On ne rencontre pas de disfonctionnement majeur dans ces musées. La surveillance est suffisante comme à Annecy, par exemple, où « un poste de police au rez-de-chaussée assure jour et nuit la surveillance26. » De même les risques d’incendie sont minimisés, ainsi qu’au musée de Rodez où « les dangers d’incendie sont peu à craindre27 ».

Développer de nouvelles méthodes de travail

Catalogue

23Le catalogue de musée constitue tout à la fois une analyse physique, une description scientifique et un historique avant et après l’entrée au musée de chacune des œuvres des collections. Il est synonyme d’une évaluation quantitative des œuvres en termes de catégorie et de volume mais aussi d’une évaluation qualitative de la rareté et de la valeur artistique des œuvres. Il est l’un des garants de la bonne conservation des collections, fournissant une documentation sur leurs aspects matériel et scientifique. Il cristallise, en outre, l’ensemble des activités du conservateur de musée dont il est à la fois l’élément fédérateur et l’aboutissement. Sa conception et sa perception dépendent du comportement professionnel du conservateur : spécialistes scrupuleux, archivistes ou bibliothécaires attachés aux sources ou bien artistes passionnés d’art ne procèdent pas de la même façon lorsqu’il s’agit d’élaborer un catalogue qui requiert réflexion et mise en perspective des collections. Il est aussi le signe d’une volonté de transmission des savoirs. Pour toutes ces raisons, il constitue un enrichissement ?) mais parfois aussi une difficulté pour certains conservateurs de musée de province du début du XXe siècle ; il nous permet aussi d’évaluer avec précision l’implication du conservateur de l’époque.

Structurer un réseau d’entraide professionnelle

24Même s’il est difficile à identifier parce qu’informel et distendu, le réseau des conservateurs de musée de province à la fin du XIXe et au début XXe existe réellement.

  • 28 - DISSARD, P., ALLMER, A. Musée de Lyon. Inscriptions antiques. Lyon : Imprimerie Delaroche, 1888-1 (...)

25Les conservateurs de musée s’entraident dans l’exercice de leurs fonctions. Ils entreprennent même certaines tâches ensemble, comme la rédaction d’ouvrages. Au sein d’un musée, ils coordonnent leurs efforts pour publier catalogues et historiques des collections. Au musée des Beaux-Arts de Lyon, Paul Dissard, de la section des Peintures et Sculptures, a écrit avec Auguste Allmer, des Antiquités28, un ouvrage de référence en cinq volumes sur les inscriptions antiques dont ils ont la responsabilité. Spécialistes d’un sujet, les confrères de différents musées de province sont également sollicités pour publier ensemble, comme Victor Champier, directeur du musée-école des Arts industriels de Roubaix, compétent dans les arts décoratifs, qui présente le collectionneur à l’origine de la section du musée des Beaux-Arts de Troyes dans le catalogue établi par le conservateur Louis Le Clert.

  • 29 - KAY, K. Quand un édifice historique devient musée : vie et Histoire du musée des Jacobins à Morla (...)

26D’autre part, certains conservateurs de musée inspectés en 1907 se conseillent et s’entretiennent sur leur activité professionnelle. Le réseau de collègues est particulièrement vivant dans les musées de Bretagne où les conservateurs de Morlaix, Rennes, Nantes et Quimper correspondent afin de s’aider dans l’exercice de leurs tâches29. À Morlaix, Edmond Puyo, qui n’est pas conservateur de formation mais négociant, a été nommé à la création du musée et doit en constituer les collections. Alfred Beau, du musée de Quimper, lui conseille d’acquérir des œuvres de ses amis, les peintres académiques Théophile Deyrolle et Alfred Guillou. À Nantes, le conservateur Pommier est avide des conseils pratiques de Henri Hombron, son homologue au musée de Rennes. Il le consulte à propos des démarches concrètes à effectuer pour une restauration qu’il a grand peine à financer.

27Les bulletins des sociétés savantes dans lesquels ils publient constituent, d’autre part, un moyen de communication utilisé par les conservateurs de musée de province. Bien que ce ne soit pas leur objectif premier, ces revues jouent le rôle de presse spécialisée sinon « professionnelle ». La parution des articles donne l’occasion d’établir des relations, de se conseiller, de se congratuler. Frédéric Henriet et Henri Jadart, des musées de Château-Thierry et Reims, entretiennent ainsi une correspondance. Frédéric Henriet est membre de l’académie de Reims et parfois chroniqueur de la vie culturelle de la ville dans les Annales de la Société historique et archéologique de Château-Thierry. Il se fait l’écho de la grande exposition rétrospective de Reims de 1895 et écrit un article sur le musée en 1900. Dans les deux cas, il ne tarit pas d’éloges sur son confrère Jadart30.

  • 31 - Les sociétés savantes dont était membre Salomon Reinach sont citées dans sa notice de la base pro (...)
  • 32 - Voir sa notice biographique dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://ct (...)

28Au sein des conservateurs de musée se détache un petit groupe, celui des archéologues, qui développe ses propres réseaux. Ils participent aux mêmes manifestations et entretiennent des relations d’amitié et d’entraide. Salomon Reinach, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et conservateur du musée des Antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye fédère, en outre, un réseau d’archéologues en province31. On l’a vu avec Joseph Déchelette, il les guide dans la conception et l’élaboration de leurs ouvrages archéologiques. Enfin, dans le cadre de l’exercice du métier de conservateur de musée, les archéologues font appel aux leurs pour les assister. Joseph Denais développe les collections dont il a fait don à Beaufort-en-Vallée, réunies dans le musée sur lequel il veille, par le biais de ce réseau : ses amis archéologues lui donnent le produit de leurs fouilles. À Brive, Ernest Rupin32 s’entoure de nombreux archéologues pour ses recherches sur l’orfèvrerie émaillée présente au musée. Ensemble, ils font de Brive un centre de l’émaillerie médiévale.

29En dehors du cadre de leur musée, les conservateurs de province établissent donc également des liens professionnels qui, même ténus ou disparates, témoignent d’un besoin de références communes et de comparaison professionnelles. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le conservateur de musée de province est au cœur d’une ramification de réseaux de savoirs qu’il fédère et anime activement, de sa nomination à l’exercice de ses fonctions. Les mêmes schémas se vérifient d’un conservateur à l’autre.

Devenir une profession

Une association et une revue

  • 33 - VITRY, P. « L’association des conservateurs des collections publiques de France et son quinzième (...)

30À la suite de la visite, en France, en 1921, de la puissante association anglaise Museums association (fondée en 1889), l’idée d’une association française analogue prend forme. L’année suivante, les conservateurs des musées nationaux, départementaux, municipaux se joignent à l’association préexistante des conservateurs des Musées scientifiques et fondent l’Association des conservateurs des collections publiques de France (ACCPF). Ses objectifs sont triples : « resserrer les liens de bonne confraternité entre [l]es membres », « étudier les questions d’ordre scientifique ou administratif relatives aux musées » et « défendre les intérêts généraux dont les membres ont la charge33 ». L’association organise deux congrès annuels avec participation libre pour les adhérents, un à Paris, l’autre en province. À Paris, le congrès se déroule dans les musées ou en marge d’expositions temporaires, lieux d’innovations. C’est lors de ces assemblées que sont, en outre, abordés les problèmes liés à l’instauration du statut de conservateur, reflet de la professionnalisation en cours, même si l’intérêt principal se porte sur les œuvres et la conservation des collections, dont on dispense le savoir théorique. Les réunions provinciales ont aussi leur importance, elles permettent de présenter et comparer les initiatives. L’association dispose d’une revue : le Bulletin des Musées de France est une revue spécialisée des musées qui reprend l’ancienne revue Musées et monuments de France en 1906 ; elle devient la revue officielle de l’ACCPF en 1929. Les conservateurs y publient des articles sur la vie de leur musée.

Henri Jadart et la défense du métier

  • 34 - RÉAU, L. « À propos des musées de province ». Musées et Monuments de France, numéro 9, novembre 1 (...)
  • 35 - RÉAU, L. « Organisation des musées ». Revue de synthèse historique, numéro 50, 1908, p. 146-279.

31« Il ne faut pas trop médire de nous : il faudrait surtout nous connaître avant de nous livrer au ridicule ou de nous vouer à l’impuissance. ». Ces propos sont ceux du conservateur du musée des Beaux-Arts de Reims et constituent le droit de réponse à un article de l’historien d’art Louis Réau34, auteur d’un rapport comparatif sur les musées de Belgique35. Réau, s’il se défend d’avoir « cédé au simple plaisir de nous ravaler au dessous de l’étranger et de décourager les bonnes volontés », et même s’il « reconnaît et la richesse de certaines collections et les qualités de compétences d’activités et de zèle de certaines des personnes qui en ont la charge », dénonce la « négligence de beaucoup d’autres, sur leur manque de préparation et d’activité scientifique » et déclare que « sans vouloir dresser un programme de réforme […] l’activité de nos conservateurs pourrait être aisément plus féconde ». Henri Jadart, engageant un réflexe corporatiste, défend les conservateurs de musée de province qu’il juge injustement bafoués et injuriés : « taxer les conservateurs d’"inertie" et les collections d’"indigence" c’est aller contre la vérité ». Conscient des difficultés que traversent les musées de province, il expose sa propre vision du rôle du musée, lieu de savoir, et sa conception du rôle de conservateur, notamment dans la mise en valeur des collections. Jadart débute son plaidoyer par l’affirmation de la double finalité du musée, délectation et travail. Pour répondre à ces missions, les collections doivent, selon le conservateur du musée des Beaux-Arts de Reims et du Musée rémois, comporter « des vestiges du passé, des traces de nos ancêtres les plus proches » agencés en des salles séparées. Henri Jadart, prenant la défense de ses collègues conservateurs de musée et proposant une définition des fonctions inhérentes au statut, manifeste également son sentiment d’appartenance à une profession.

  • 36 - VITRY, P. « L’association des conservateurs des collections publiques de France et son quinzième (...)

32Les conservateurs du rapport Lapauze encore en poste dans les années 1930, sont, de plus, reconnus professionnellement par leurs collègues parisiens qui participent à la constitution d’un corps de conservateurs de musées des collections françaises et qui les inspectent deux fois par an. Paul Vitry estime Henri Rachou, l’éminent conservateur du musée des Augustins de Toulouse qui a fait de son musée l’un des plus dynamiques établissements de province dans les années 1930. Le conservateur du département des Sculptures du musée du Louvre qualifie professionnellement son collègue de province en termes élogieux dans ses rapports d’inspection comme dans le Bulletin des musées de France : « Rachou, l’actif et distingué conservateur du Musée, a eu l’heureuse pensée36 ».

Des méthodes de travail retenues comme règles professionnelles

33En outre, ces 15 conservateurs comptent parmi les « meilleurs » professionnels du corpus de l’enquête Lapauze, ceux qui sont salués pour leurs initiatives et la « tenue » de leur musée par les inspecteurs du rapport Lapauze. Les conservateurs en poste à la fin de la IIIe République ont su adapter leur méthode de travail aux nouvelles exigences et comportements attendus par les différentes étapes de professionnalisation de ces fonctions. De nouvelles pratiques de présentation des collections substituent un musée didactique et scientifique au musée composite et encombré du XIXe siècle, pratiques auxquelles participent les conservateurs du rapport Lapauze encore en poste. Les envois de l’État sont séparés des œuvres d’intérêt purement local. Ainsi, au musée d’Albi, dirigé par Charles Liozu jusqu’en 1934, une importante donation Toulouse-Lautrec faite en 1920 n’a pu immédiatement être valorisée en raison de l’exiguïté des locaux, mal éclairés. Le conservateur Liozu, en fonction de 1901 à 1934, « a commencé à constituer au rez-de-chaussée un musée lapidaire » qui annonce les travaux et aménagements de 1936. Albi est une étape du congrès de l’AGCCPF. Liozu y présente de nouvelles salles d’exposition de 200 m2, aux tonalités en harmonie avec les toiles exposées, à la lumière naturelle tamisée par des rideaux et suppléée si nécessaire par l’électricité. Les musées de Dijon, Nancy, Caen, Arles et Avignon sont agrandis et remaniés.

  • 37 - Bulletin des musées de France, décembre 1931, numéro 12, p. 257.
  • 38 - LANHERS, Y. « Joseph Girard ». Dans PREVOST, M., ROMAN D’AMAT, J.C. Dictionnaire de biographie fr (...)

34Les conservateurs entreprennent des travaux qui poursuivent le processus de spécialisation de leur profession. Ainsi, « l’activité inlassable de M. Théodore37 », du musée des Beaux-Arts de Lille, saluée par ses confères du Bulletin des musées de France, a principalement consisté en des rénovations et des améliorations achevées en 1937. Depuis la fin de la guerre, Théodore a, « dans le détail d’une organisation matérielle particulièrement soignée, réinstallé » ses collections. Les galeries du musée, somptueuses, mais « à l’ancienne mode dans leurs dispositions générales, apparurent insuffisantes, aussi bien pour la peinture que pour la sculpture ; un programme rationnel avait été conçu et a été réalisé depuis plusieurs années ». Les travaux du conservateur, menés sans interrompre les « visites et l’étude », ont permis d’aménager la vaste cour carrée intérieure couverte d’un plafond vitré pour préserver l’éclairage naturel zénithal et des nouvelles galeries latérales comparables à celles d’un cloître. De même, Joseph Girard, du musée Calvet à Avignon, est-il réputé pour une carrière ainsi décrite dans les dictionnaires biographiques : il « "aéra" le musée et l’enrichit de nombreux legs38 ».

35Enfin, les conservateurs de musée de province qui apparaissent dans le corpus Lapauze marquent leur identité professionnelle en travaillant ensemble à l’élaboration d’un discours sur l’histoire de l’art par l’organisation d’expositions temporaires et le prêt d’œuvres. Léo David, le peintre conservateur du musée de Libourne, ancre ainsi ses collections dans le patrimoine national avec la participation à l’exposition sur le philosophe Michel de Montaigne, à Bordeaux, en 1933, pour laquelle il a « envoyé une petite toile d’un peintre bordelais, Pierre Nolasque Bergeret ». Le portrait du philosophe enfant côtoie ainsi les œuvres prêtées par la « Bibliothèque nationale, la bibliothèque de l’Arsenal, la Bodléienne d’Oxford et le British Museum ».

36Les conservateurs des musées de province de la IIIe République souffrent d’une image négative. Assimilés à la léthargie de leurs institutions, ils sont rendus responsables du mauvais état de collections pourtant prestigieuses, de leur mise en valeur indigente et du manque d’intérêt des visiteurs qu’elles suscitent. Alors que les difficultés des musées de province révèlent plutôt les compétences d’une catégorie de personnes affrontant d’énormes contraintes budgétaires et une insuffisante liberté d’action. Aucun mode de recrutement n’est instauré, aucune formation n’est requise : le recours à des professionnels divers constitue une solution de fortune, l’objectif étant la valorisation de parcours et d’aptitudes spécifiques. La nécessaire adaptation à un environnement de travail que ne garantit aucun cadre législatif fiable incite les conservateurs à une entraide et une réactivité qui n’ont d’égales que l’ingéniosité des solutions envisagées et l’efficacité d’un travail en réseau où chaque compétence est valorisée et mise à profit. Ce fonctionnement aboutit à la mise en place de règles de travail imposées par l’expérience. Motivés par les idées républicaines de transmission des savoirs et soutenus par un nouveau cadre administratif qui fédère les musées en un vaste réseau muséal français, les conservateurs du musée républicain engagent sur leur métier une réflexion dans l’action qui fait d’eux les premiers conservateurs professionnels.

Haut de page

Notes

1 - LAPAUZE, H. Les musées de province. Rapport, enquête, législation, rapport de la Commission chargée d’étudier toutes les questions relatives à l’organisation des musées de province et à la conservation de leurs richesses artistiques. Paris : Typographie Plon-Nourrit et Cie, 1908, p. 152.

2 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse c, circulaires aux préfets, préparation et réponses, pièce 1, circulaire du 26 avril 1881, demande de renseignements sur les collections d’objets d’art et artistiques conservées dans les départements. Circulaire citée dans LAPAUZE, H. Op. cit., p. 331.

3 - La circulaire du ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Roland de La Platière (1734-1793), dite circulaire Roland, complétée par les décrets du 8 pluviôse an II (26 janvier 1794) et du 22 germinal an II (11 avril 1794) est à l’origine en 1792, de la répartition.

4 - ENGERAND, F. « Les musées de province ». Revue hebdomadaire, numéro du 16 mars 1901, 2e série, tome IV, p. 362.

5 - HOUSSAYE, H. « Les musées de province, leurs origines et leur organisation ». Revue des Deux Mondes, 1er avril 1880, p. 546-566.

6 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse c, circulaires aux préfets, préparation et réponses, pièce 1, circulaire du 26 avril 1881, demande de renseignements sur les collections d’objets d’art et artistiques conservées dans les départements. Circulaire citée dans LAPAUZE, H. Op. cit., p. 331.

7 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 559.

8 - LARROUMET, G. L’art et l’État en France. Paris : Hachette, 1895, p. 235.

9 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 563.

10 - Idem.

11 - Idem.

12 - HOUSSAYE, H. Loc. cit., p. 564.

13 - AN F21 4500 A, Musées de province, dossier 1, législation, organisation, liasse a, textes de réglementation, pièce 4, ordonnance royale du 22 février 1839.

14 - HOUSSAYE, H. « Les musées de province, leurs origines et leur organisation ». Op. cit., p. 546-566.

15 - TURQUET. Voir note 2, AN F21 4500 A.

16 - LAPAUZE, Les musées de province. Rapport, enquête, législation. Op. cit.

17 - Voir notice dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=105017 [consulté le 23/08/2016].

18 - HILAIRE, M. « Le musée Fabre : une passion de collectionneurs ». Dossier de l’art hors série de L’estampille l’Objet d’art, numéro 73, février 2001, p. 13.

19 - LAVEISSIèRE, S. Dictionnaire des artistes et artisans d’art de la Bourgogne, tome 1, A-K. Paris : Nobele, 1980, p. 253.

20 - Corgier.

21 - Maurice Pineau (1843-1919).

22 - Roger Vallentin du Cheylard (1862-1931).

23 - LAPAUZE, H. Les musées de province. Op. cit., p. 119.

24 - Ibidem, p. 53.

25 - Ibidem, p. 165.

26 - Ibidem, p. 192.

27 - Ibidem, p. 53.

28 - DISSARD, P., ALLMER, A. Musée de Lyon. Inscriptions antiques. Lyon : Imprimerie Delaroche, 1888-1893, 5 volumes.

29 - KAY, K. Quand un édifice historique devient musée : vie et Histoire du musée des Jacobins à Morlaix de ses origines à nos jours. Mémoire de maîtrise, Lorient, Université de Bretagne-Sud Lorient, 2002.

30 - Voir notice dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=105414# [consulté le 23/08/2016].

31 - Les sociétés savantes dont était membre Salomon Reinach sont citées dans sa notice de la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=103198 [consulté le 23/08/2016].

32 - Voir sa notice biographique dans la base prosopographique du CTHS, « France savante » : http://cths.fr/an/prosopo.php?id=1803# [consulté le 23/08/2016].

33 - VITRY, P. « L’association des conservateurs des collections publiques de France et son quinzième Congrès à Toulouse ». Bulletin des Musées de France, novembre 1936, p. 150.

34 - RÉAU, L. « À propos des musées de province ». Musées et Monuments de France, numéro 9, novembre 1907, p. 140.

35 - RÉAU, L. « Organisation des musées ». Revue de synthèse historique, numéro 50, 1908, p. 146-279.

36 - VITRY, P. « L’association des conservateurs des collections publiques de France et son quinzième Congrès à Toulouse ». Bulletin des Musées de France, novembre 1936, p. 150.

37 - Bulletin des musées de France, décembre 1931, numéro 12, p. 257.

38 - LANHERS, Y. « Joseph Girard ». Dans PREVOST, M., ROMAN D’AMAT, J.C. Dictionnaire de biographie française. Paris : Letauzey et Ané, 1959, tome 16, p. 158-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Masson, « Le conservateur de musée de province de la IIIe République : vers une professionnalisation ? », In Situ [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://insitu.revues.org/13594 ; DOI : 10.4000/insitu.13594

Haut de page

Auteur

Géraldine Masson

Collaboratrice scientifique arts graphiques, musée d’Orsay geraldine.masson@musee-orsay.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page