Navigation – Plan du site
Essais de définition : hôtels-Dieu et hôpitaux, XVIIIe-XXIe siècles

Charles-François Viel, architecte des hôpitaux parisiens et théoricien à la fin du XVIIIe siècle

Charles-François Viel, an architect of Paris hospitals and late eighteenth-century theoretician
Marc Lauro

Résumés

Charles-François Viel (1745-1819) est un architecte et théoricien de l’architecture qui eut en charge la construction et l’entretien des bâtiments de l’Hôpital général de Paris entre 1780 et 1790. À ce titre, il participa à la transformation de cette institution en établissement de soins et poursuivit ses travaux sous la Révolution et l’Empire en tant qu’architecte spécialisé dans la construction hospitalière. Il intervint dans les grands débats de son temps à propos de la meilleure forme à donner à un nouvel hôtel-Dieu, construit selon les normes hygiénistes de la fin du XVIIIe siècle. Il défend, dans ses traités, une conception de l’architecture fondée sur l’expérience et la tradition. Il demeure un témoin précieux des évolutions techniques et stylistiques de son art au début du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La figure de Charles-François Viel (fig. 1) se situe à l’intersection de l’histoire de l’architecture hospitalière et de l’étude renouvelée des théories architecturales à la fin du XVIIIe siècle. En charge des bâtiments de l’Hôpital général de Paris sous l’Ancien Régime, il poursuit sa carrière sous la Révolution, l’Empire et la Restauration œuvrant pour l’institution des Hospices civils de la capitale. Travailleur infatigable, il mène, jusqu’à son décès, la construction et l’entretien de plusieurs hôpitaux dans un contexte de sécularisation de la médecine hospitalière où savants et médecins s’emparent du domaine de l’hygiène publique et du soin des corps souffrants, jusqu’alors dévolu aux religieux. Il applique dans ses constructions une nouvelle conception de l’hôpital, transcrivant dans la pierre les architectures de papier conçues par les physiciens de son temps. Parallèlement, il développe une œuvre théorique extrêmement riche qui se nourrit de la lecture des traités de la Renaissance, de l’observation des grands édifices parisiens élevés au siècle précédent et des chantiers auxquels il participa ou dont il fut le contempteur, tels le portail de Saint-Sulpice, le Panthéon ou la Halle au blé. Son regard critique nous invite à comprendre le basculement stylistique et technique qui s’opère à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.

Figure 1

Figure 1

Portrait de Charles-François Viel, architecte. Dessin d’André Pujos (1738-1788), pierre noire, mine de plomb, H 17,7 cm x 12,1 cm. Cabinet des arts graphiques, Musée Carnavalet, n° CARD02252.

© Cabinet des arts graphiques, Musée Carnavalet.

Une carrière sous l’Ancien Régime

  • 1 - NÈgre, Valérie. « Principes de l’ordonnance et de la construction des bâtiments (1797-1814) de Ch (...)
  • 2 - PÉROUSE de Montclos, Jean-Marie. « Charles-François Viel, architecte de l’hôpital général et Jean (...)
  • 3 - BÉGUIN, François. « La machine à guérir ». Dans Foucault, Michel, KRIEGEL, Blandine, THALAMY, Ann (...)

2Si le nom de Viel a peu marqué les histoires de l’architecture publiées au XIXe et XXsiècles, son nom est loin d’être inconnu de ses contemporains. Né en 1745 et décédé en 1819, il participe aux grands débats architecturaux qui ponctuent la fin du XVIIIsiècle à la fois comme acteur et comme théoricien1. Il fait partie des commissions chargées d’examiner les projets de renforcement du dôme du Panthéon et réfléchit à l’usage du fer dans les ponts et les couvertures de grande portée2. Dans ses projets comme dans ses réalisations, il apporte des solutions formelles originales pour l’édification de halles, de musées ou d’hôpitaux. Son œuvre est redécouverte à la fin des années 1970, lorsque l’on s’intéresse à la naissance de l’hôpital moderne comme équipement médical à la fin du XVIIIe siècle3. Plus récemment, la réflexion que mène l’Assistance publique sur son patrimoine l’amène à conserver une partie des bâtiments construits par Viel au sein de la Salpêtrière et à donner son nom à la rue qui les longe.

  • 4 - Viel, Charles-François. Notice nécrologique sur Jean-François-Thérèse Chalgrin, architecte. Paris (...)
  • 5 - Le roy, David. Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce. Paris/Amsterdam : H.-L. Guérin, L (...)
  • 6 - GARRIC, Jean-Philippe. Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles. Bruxelles  (...)

3Formé aux humanités au collège de Beauvais, sur la montagne Sainte-Geneviève, où il peut observer le chantier de la nouvelle basilique de Jacques-Germain Soufflot, Viel obtient trois prix d’émulation de l’Académie royale d’architecture entre 1770 et 1774 et, parallèlement, commence sa carrière auprès de Jean-François-Thérèse Chalgrin en 1768. Il le seconde sur plusieurs chantiers comme celui du portail de Saint-Sulpice ou du Collège royal de France4 en tant qu’inspecteur des travaux. De ses années de formation, il garde un goût prononcé pour les volumes simples et bien marqués, les colonnades et une certaine sobriété propre aux dernières réalisations du règne de Louis XVI. Son approche de l’architecture antique est essentiellement celle que transmettent les traités d’architecture, notamment les ouvrages de Julien-David Le Roy5, professeur à l’Académie d’architecture, qui lui permirent de découvrir les ruines des temples de Paestum qui devaient le marquer durablement. Sa carrière est caractéristique des architectes parisiens de l’Ancien Régime : il veille tout d’abord à se constituer des réseaux qui lui apportent un emploi stable, un titre et des commandes. Il bénéficie en cela de l’aide de son frère, Jean-Louis Viel de Saint-Maux, peintre, architecte et avocat au Parlement de Paris, et de l’appui de l’abbé Jacques Denis Cochin pour qui il fournit un projet de chapelle et de salle de communion attenantes à l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas dont il dessine le buffet d’orgue. Son frère lui permet de rentrer en contact avec le milieu des parlementaires parisiens et il obtient plusieurs commandes de la part de Pierre Gilbert de Voisins, président à mortier au Parlement de Paris, comme la construction d’une ferme modèle6 (fig. 2) sur ses terres de Villesnes, près de Poissy (Yvelines), et le réaménagement de son château de Bellegarde, dans le Gâtinais (Loiret).

Figure 2

Figure 2

Élévation du logement principal et coupe des écuries de la ferme de Marolles, construite en 1784 pour Pierre Gilbert de Voisins. Gravure d’Auguste Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

4En 1780, il offre ses plans et son expertise pour la construction d’un nouvel hospice (fig. 3, fig. 4) au sein de sa paroisse, Saint-Jacques-du-Haut-Pas, réalisant à la fois une œuvre originale, malgré l’exiguïté du terrain, tout en associant son nom à un mouvement de bienfaisance qui tend à réformer la forme et les structures de l’assistance hospitalière.

Figure 3

Figure 3

Élévation et coupe de l’hospice Saint-Jacques dont Viel fournit gracieusement les plans pour l’abbé Cochin en 1780. Gravure de Taraval d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.

Figure 4

Figure 4

Élévation et coupe de l’hospice Saint-Jacques dont Viel fournit gracieusement les plans pour l’abbé Cochin en 1780. Gravure de Taraval d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.

  • 7 - Viel, Charles-François. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Dans Principes de l’ordon (...)
  • 8 - Archives de l’Assistance publique de Paris, copie Desportes, nouvelle série no 65.
  • 9 - GADY, Alexandre. « Le Mont de Piété ». Dans ANDIA, Béatrice de, GADY, Alexandre (éd.). La Rue des (...)

5L’abbé Cochin7 qui en est à l’initiative, incarne alors une image d’austérité et de dévouement aux pauvres ; son établissement, de taille modeste, apparaît comme une alternative à l’Hôtel-Dieu, considéré par les contemporains comme un vaste mouroir qu’il convient de remplacer par des établissements de quartier. Il ouvre en 1782 puis est renommé hospice Cochin en 1784 en hommage à son fondateur récemment disparu. Viel obtient par la suite, grâce à ses protections, la charge d’architecte de l’institution de l’Hôpital général en 1781, d’abord comme adjoint de Jacques-Antoine Payen puis comme seul architecte en 1785, avec des appointements de 6 000 livres par an8. Il inscrit ainsi son nom dans une lignée prestigieuse d’architectes tels Louis Le Vau, Pierre Le Muet, Libéral Bruand ou Germain Boffrand qui ont contribué à enrichir le patrimoine monumental parisien : sous l’Ancien Régime, la façade de la Salpêtrière est la plus longue de tous les édifices de la ville et le puits de Bicêtre, avec ses soixante mètres de profondeur, est visité comme une curiosité. Cette institution, fondée sous Louis XIV en 1656, a pour vocation d’abriter les pauvres et les mendiants, d’interner les vagabonds et les « insensés » dans ses asiles et ses prisons. Sa gestion est assurée conjointement par l’archevêque de Paris, le procureur général du Parlement de Paris, le lieutenant de police et le prévôt des marchands. À la fin du XVIIIe siècle, cet établissement rentre dans un vaste mouvement de réorganisation, appuyé par le pouvoir royal qui renforce son assise financière afin de lui donner les moyens de remplir ses missions d’assistance et de charité publique. À cet effet, le roi, conseillé par Necker, crée le Mont-de-piété en 17779, organisme de prêt sur gage et qui est géré par quatre administrateurs de l’Hôpital général pour offrir une alternative à la pratique de l’usure. La construction de ses bureaux et de sa salle de vente, rue des Francs-Bourgeois, est le premier chantier de Viel pour l’Hôpital général, où il succède à l’architecte Payen, et demeure le seul de ses monuments parisiens entièrement conservé. Il dote l’établissement d’une grande façade de onze travées formant un avant-corps et prévoit deux ailes en léger retrait ; le rez-de-chaussée et l’entresol sont ornés de bossages au fort relief. Les second et troisième étages présentent un mur nu où s’alignent des fenêtres aux linteaux droits sur console. L’ensemble est surmonté d’une corniche dont le strict ordonnancement dorique se retrouve dans le décor général de l’établissement (fig. 5, fig. 6).

Figure 5

Figure 5

Élévation de la façade du Mont-de-piété et détails des profils de différentes parties du bâtiment. Gravure de Gustave Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

Figure 6

Figure 6

Élévation de la façade du Mont-de-piété et détails des profils de différentes parties du bâtiment. Gravure de Gustave Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

6Les plans conservés des bureaux montrent une conception étonnamment moderne de l’espace, avec des grands plateaux ouverts sans cloison où sont disposées des armoires servant à ranger les objets mis en dépôt. Les salles de vente sont pour Viel l’occasion de déployer sa connaissance des monuments antiques : il conçoit dans l’enceinte du bâtiment un petit temple circulaire recouvert d’une coupole de pierre ornée de caissons où s’inscrivent des rosaces (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Coupe sur la largeur de la salle de vente du Mont-de-Piété. Gravure de G. Taraval d’après un dessin de C.-F. Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

  • 10 - Ibid., p. 155-156.
  • 11 - Viel, Charles-François. Inconvénients de la communication des plans d’édifices… suivis du Détail (...)

7Un oculus ouvert à son sommet, sur le modèle du Panthéon de Rome, fournit un éclairage zénithal. En 1812, l’architecte réalise la succursale du Mont-de-piété, rue des Petits-Augustins10, dans un style sensiblement différent. La basilique romaine est évoquée sous la forme d’une halle de plan rectangulaire précédée d’un portique constitué de trois arches en plein-cintre que surmonte un mur nu supportant un fronton triangulaire. Pour la couverture, Viel choisit une solution économique : il s’agit d’une structure en charpente qui forme une voûte décorée de caissons de plâtre et, seule concession à une mode qu’il désapprouve, il dispose en son centre une lanterne en fer pour obtenir un éclairage zénithal de la salle de vente11. Ce bâtiment (fig. 8), aujourd’hui détruit, occupait approximativement l’emplacement de l’actuelle Académie nationale de médecine, rue Bonaparte, ancienne rue des Petits-Augustins.

Figure 8

Figure 8

Élévation et détails de la charpente de la salle de vente de la succursale du Mont-de-Piété. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Du détail de la construction de la voûte de la salle de vente de la succursale du Mont-de-Piété. Paris, 1813.

  • 12 - Tenon, Jacques. « Mémoire sur les infirmeries des trois principales prisons de la juridiction du (...)
  • 13 - Viel, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Art. cit., p. 8.
  • 14 - Voir le dossier de l’Inventaire général en ligne réalisé par Xavier de Massary en 1997, dans la b (...)
  • 15 - VIEL, C.-F. Grand Égout de Bicêtre ordonné par le roi Louis XVI. Paris : Tilliard, 1817.
  • 16 - DINET-LECOMTE, Marie-Claude. « Les sœurs hospitalières au service des pauvres malades aux XVIIe e (...)

8L’Hôpital général regroupait à sa fondation cinq maisons : la Salpêtrière, qui accueille une population de femmes, Bicêtre pour les pensionnaires masculins, la Pitié dans le quartier Saint-Victor, la maison Scipion au faubourg Saint-Marcel et la savonnerie de Chaillot. Au XVIIIsiècle, il s’est agrandi et administre plus de dix maisons hospitalières parisiennes déjà en activité, s’ajoutant aux établissements qui existaient à sa fondation : le Saint-Esprit, le refuge de Sainte-Pélagie, les Enfants-Rouges, le Mont-de-piété et les trois maisons des Enfants-Trouvés c’est-à-dire les Enfants-Trouvés du faubourg Saint-Antoine, ceux de la rue Notre-Dame et ceux de l’hospice de Vaugirard. Destiné à l’origine à accueillir les pauvres et les errants, l’Hôpital général abrite dans ses maisons une population de 8 000 à 10 000 personnes et l’Hôtel-Dieu, seule institution soignant gratuitement les malades depuis le VIIsiècle, ne souhaite plus se charger des pensionnaires de l’Hôpital général. Viel doit donc créer des infirmeries sur ces différents sites. Il met en œuvre la spécialisation de ses bâtiments selon le type de patients (hommes, femmes, enfants, indigents, aliénés, vieillards, vénériens, scorbutiques) puis, au début du XIXsiècle, en fonction des différentes pathologies identifiées. L’architecte contribue donc à la médicalisation de l’institution et y introduit les nouvelles normes de l’hygiène. Ses constructions favorisent une meilleure circulation de l’air et de l’eau, considérés alors comme les principaux porteurs de miasmes morbides à l’état stagnant ou au contraire, comme des fluides curatifs, quand leur mobilité et leur évacuation sont assurées. Il réaménage les prisons de Bicêtre et de la Salpêtrière en les reliant au réseau d’égouts qu’il fait creuser. Il prévoit également des ouvertures pour les nouveaux cachots de Bicêtre qu’il construit en 1788 en remplacement de ceux, dépourvus de fenêtres, élevés par Boffrand. L’architecte a dans le domaine de l’hygiénisme une expérience déjà ancienne. Il avait été consulté, en 1780, par l’Académie des sciences, chargée d’établir un rapport sur la réforme des prisons. Il fournit à cette occasion le plan du système d’évacuation des eaux qu’il avait conçu pour la Salpêtrière dès son entrée en fonction12 et qu’il réalisa en 178413. Celui-ci présente une structure en entonnoir permettant l’évacuation des eaux sales sans que les matières ne puissent être retenues sur les parois des conduits. La construction, dans Bicêtre, de la pompe à eau, du grand égout et de son puisard, en juin 178914, est le dernier chantier de l’architecte pour l’Hôpital général, supprimé en 1790, en même temps qu’un des derniers plans signés et approuvés par Louis XVI avant la Révolution15. Cette institution était amenée à disparaître pour trois raisons principales : elle assimilait assistance et enfermement, ses biens étaient nationalisés, au même titre que les propriétés du clergé, et enfin, une partie de son personnel était constitué de sœurs hospitalières, certes laïques, mais professant souvent des avis divergents de ceux des médecins sur la nature des soins à prodiguer aux malades16. Les Assemblées révolutionnaires, où l’on compte nombre de médecins, ne pouvaient que condamner cette administration hybride qui relevait tout à la fois de la tutelle du gouvernement royal, du Parlement de Paris et de l’Église.

Un théoricien de l’architecture à la fin du XVIIIsiècle

  • 17 - Sainte Fare Garnot, Nicolas. La Révolution française et les hôpitaux parisiens. Cat. expo., Paris (...)
  • 18 - Le premier et quatrième volume de cet ouvrage sont consultables en ligne sur le site Gallica de l (...)
  • 19 - Perrault, Claude. Les dix livres d’architecture de Vitruve, corrigez et traduits nouvellement en (...)
  • 20 - LE ROY, David. Op. cit.
  • 21 - Palladio, Andrea. Les quatre livres de l’architecture. Trad. Roland Fréart de Chambray. Paris : c (...)
  • 22 - Scamozzi, Vincenzo. Les cinq ordres d’architecture. Éd. Augustin-Charles d’Aviler. Paris : chez J (...)
  • 23 - VIGNOLE, Le. Règles des cinq ordres d’architecture. Paris : chez Jacques Chéreau, 1747.
  • 24 - Viel, C.-F. Des points d’appuis indirects dans la construction des bâtiments. Paris : chez l’aute (...)
  • 25 - Sans se référer explicitement à Condillac, Viel s’inscrit dans le courant sensualiste qui fait de (...)
  • 26 - À la demande de l’abbé Grégoire et du peintre Jacques-Louis David, la Convention nationale suppri (...)
  • 27 - En introduisant la notion d’eurythmie dans son traité, Viel anticipe sur la notion de rythme comm (...)

9Sans emploi officiel de 1790 jusqu’à la Convention thermidorienne, qui relance les chantiers hospitaliers17, l’architecte-constructeur se fait théoricien. Il dispose alors du temps nécessaire pour exprimer ses idées dans un ouvrage de près de 700 pages, les Principes de l’ordonnance et de la construction, conçu dès 1791 et publié de 1797 à 1814 en 5 volumes18. Ce traité pourrait être mis en parallèle avec ceux des architectes Étienne-Louis Boullée et de Nicolas Ledoux ; comme eux, il a servi la monarchie et se trouve sans commande durant les heures sombres de la Révolution. Cependant, son œuvre théorique est fort différente, elle ne vise pas à la création d’un univers autonome ou régénéré par l’architecture. C’est une entreprise, au demeurant impossible, de sauvegarde du bon goût et de la tradition, s’appuyant sur l’expérience des Anciens. Le premier tome apparaît comme un des derniers traités d’inspiration vitruvienne où il développe ses idées sur l’harmonie en architecture au regard des productions antiques et contemporaines. Il y insiste sur la nécessité de respecter le système des ordres dans leurs dessins et dans leurs proportions et critique les monuments des années 1740-1770 qui s’éloignent trop du goût antique. Il fait référence aux artistes Jacques de Lajoue, Juste-Aurèle Meissonnier ou Gilles-Marie Oppenord, ironisant sur leurs « plans ondulés ». Si le rejet du style rocaille est un lieu commun pour les artistes de sa génération, Viel se montre plus explicite quand il examine les principes qui sont à l’origine d’un bâtiment harmonieux. Il constate qu’un rapport mathématique ne peut à lui seul être l’origine d’un équilibre visuel. Il connaît et cite les principaux traités d’architecture auxquels il a pu avoir accès, à commencer par la traduction de Vitruve par Claude Perrault19 et l’ouvrage de David Le Roy20 qui lui servent de sources dans sa connaissance des œuvres antiques. Il étudie la pensée architecturale de la Renaissance à travers les traductions françaises des livres d’Andrea Palladio21, Vincenzo Scamozzi22 ou Vignole23. Il critique l’absence de proportion dans l’emploi des ordres sur la façade du collège des Quatre-Nations édifié par Louis Le Vau. Il fait remarquer que le péristyle à colonnes doubles (la colonnade) du Louvre ne correspond à aucun modèle antique. À l’inverse, il loue la maîtrise de Jean-Nicolas Servandoni dans la superposition des ordres sur le portail de Saint-Sulpice et admire la solidité des piliers du dôme des Invalides. Il oppose sa structure à celle, trop fragile, du Panthéon. De ses lectures et de ses observations, il déduit que l’harmonie réside dans la nécessité de respecter le rapport entre le détail et l’ensemble, entre l’ornement et la composition générale du bâtiment. Il pressent en effet que l’architecture est tentée par deux voies qui caractériseront le XIXsiècle naissant : d’une part le recours à l’ornement comme un décor autonome dans sa forme et ses proportions par rapport à l’édifice, d’autre part la production stéréotypée de bâtiments à partir de plans reproductibles. En somme, face à la concurrence des ingénieurs et des entrepreneurs en bâtiments, Viel entend replacer l’architecte-constructeur au centre de la production du bâti. Ni le seul dessin, ni le calcul, ni le recours à des techniques spectaculaires – Viel fait ici référence aux points d’appui indirects24 – ne peut être le garant d’une production qui relèverait de l’Art. C’est l’architecte, par sa formation et son expérience, qui peut seul déterminer, en élevant un édifice, quelles sont les règles subtiles qui en feront un bâtiment solide, commode et harmonieux. Le « bon style », qu’il soit grec, romain, ancien ou moderne est une affaire de sensation25 et celle-ci puise la sûreté de son jugement à la fois dans une solide formation classique et dans la pratique du chantier. Cette vision peut paraître datée puisqu’elle est une dénonciation implicite de la suppression du système académique sous la Révolution26, elle reste néanmoins contemporaine en ce sens qu’elle redonne une position centrale à l’architecte face à l’ingénieur et à l’entrepreneur. En outre, l’approche théorique de Viel demeure pertinente : en étudiant les monuments, de l’Antiquité jusqu’aux productions les plus récentes, son analyse introduit l’histoire des formes dans le récit architectural et pose comme un invariant l’étude du rythme dans la composition d’un édifice27.

  • 28 - Viel, qui ne put jamais intégrer l’Institut de France, était membre de cinq sociétés savantes : l (...)
  • 29 - VIEL, C.-F. Dissertations sur les projets de coupoles de la Halle au blé de Paris. Paris : chez l (...)
  • 30 - Id. Décadence de l’architecture à la fin du XVIIIe siècle. Paris : chez l’auteur et Perronneau, 1 (...)
  • 31 - Id. « Conclusion de l’ouvrage ». Principes de l’ordonnance et de la construction des bâtiments. O (...)
  • 32 - Deming, Mark K. La Halle au blé de Paris, 1762-1813. Bruxelles : Archives d’architecture moderne, (...)

10Dans les années 1800-1819, les publications de Viel ne se présentent plus comme un traité au sens classique du terme. Les trois derniers volumes qui rassemblent ses réflexions portent la marque de leur inscription dans l’actualité des grands chantiers parisiens comme le renforcement des piliers du Panthéon, la couverture de la Halle au blé ou la construction des premiers ponts en fer. Moins volumineux que le premier tome, ces ouvrages reprennent les thèmes de ses articles pour le Journal des bâtiments civils, peuvent être lus au sein d’une société savante28 ou sont des comptes rendus de rapports réalisés pour le conseil des Travaux publics du département de la Seine29. À cette occasion, Viel n’hésite pas à publier les réponses que lui adressent des confrères, soit sous forme de questions-réponses, soit sous forme de dissertation. Le ton peut être acerbe, notamment quand il examine le projet de David Mangin ou de Jean Rondelet pour leurs projets de couverture en pierre de la Halle au blé de Paris dont les supports lui semblent trop fragiles. Il s’indigne des écrits de Pierre Patte qui remettent radicalement en cause le projet de Soufflot pour le Panthéon. Il demeure toujours courtois quand il échange avec ses amis, l’architecte amateur François Antoine Davy de Chavigné qui lui sert de contradicteur ou Antoine Vaudoyer qui corrige ses épreuves et l’éclaire de son expérience italienne. Dans le second volume des Principes de l’ordonnance, on trouve son texte le plus célèbre, Décadence de l’architecture à la fin du XVIIIe siècle, publié en 1800. Il y dresse le bilan décennal des évolutions qu’il perçoit chez ses jeunes confrères. Il y dénonce la prééminence du dessin au détriment de la construction, l’anémie de la production au sortir de la Révolution et les prémisses de l’éclectisme à travers l’étude des édifices « de tous les âges » et « dans toutes les nations »30. Enfin, dans la conclusion générale de son œuvre31, Viel revient sur le rôle croissant des ingénieurs et des mécaniciens dans les constructions nouvelles, annonçant ainsi, tout en le déplorant, l’avènement d’un courant fonctionnaliste : « L’architecture est un art et non une suffrageante des sciences exactes » écrit-il. D’une façon générale, Viel mène dans ses derniers ouvrages, publiés jusqu’en 1818 à compte d’auteur, un vain combat : il s’oppose à l’utilisation des nouveaux matériaux, en particulier le fer, et rejette le seul recours aux mathématiques comme élément d’expertise dans la construction. Conservateur quand il s’oppose au projet de couverture métallique de la Halle au blé en 1806 par Bellanger32, il se montre visionnaire quand il prédit le basculement structurel et stylistique que le choix de ce nouveau matériau devait introduire dans le paysage parisien. Il demeure, à ce titre, une source précieuse pour comprendre les ruptures et les continuités de l’architecture au début du XIXsiècle.

Un architecte spécialisé dans les constructions hospitalières

  • 33 - Base de données CONBAVIL : procès-verbaux des séances du Conseil des bâtiments civils, 1795-1840. (...)
  • 34 - L’atticisme chez Viel peut être défini comme une interprétation épurée des modèles antiques et en (...)

11Si la majeure partie de la production monumentale de Viel se situe dans les années 1780, cela ne signifie pas que l’architecte renonce à sa spécialisation ou plus exactement, que les administrations en charge des bâtiments publics aient renoncé à l’employer au début du XIXsiècle. Il perd son titre mais non sa charge, expert reconnu des constructions hospitalières, surtout lorsqu’il est amené à achever ou compléter les travaux entrepris avant 1789. En effet, si la Convention montagnarde a supprimé les hôpitaux et vendu leur patrimoine afin d’établir un système de secours à domicile, la Convention thermidorienne choisit de reconstituer peu à peu le réseau hospitalier parisien en en confiant la gestion à la municipalité. C’est l’époque où les anciens bâtiments hospitaliers comme l’Hôtel-Dieu sont réaffectés à leur usage médical et où des établissements monastiques comme l’abbaye Saint-Antoine, le Val-de-Grâce ou Port-Royal sont transformés en maisons de santé spécialisées. Sous le Consulat, le Conseil général des Hospices de Paris, créé en 1801, réunit sous une même administration les hôpitaux, les hospices, les bureaux de bienfaisance et les secours à domicile. Les travaux ou projets de construction au sein des hôpitaux de la capitale sont alors soumis à l’examen et à l’approbation du Conseil des bâtiments civils de la Seine, dont Viel est membre depuis sa création en 1795. Les délibérations de ce conseil33 attestent que la plupart des travaux à mener dans les hôpitaux parisiens dans les années 1790 et 1800 lui sont toujours confiés, même si de nouveaux noms apparaissent, comme en particulier Nicolas Marie Clavareau qui infléchit nettement ce type d’architecture vers un style Empire un peu froid alors que Viel conserve un atticisme de bon goût34 dans ses dernières compositions. L’architecte perpétue en effet le « goût grec » des dernières années du règne de Louis XVI. Il utilise spécialement l’ordre dorique, mais tempère son caractère mâle et sévère par des emprunts au répertoire décoratif de Palladio comme l’alternance de bossages et de murs lisses, le choix de volumes cubiques à plan centré encadrés de portiques. Ainsi, lorsqu’il réalise en 1798 le complexe de la buanderie de la Salpêtrière avec son manège, sa pompe hydraulique, ses chauffoirs et le bâtiment du régisseur, Viel construit un ensemble éminemment fonctionnel tout en manifestant la liberté de son inspiration.

  • 35 - La Maison royale de santé est élevée en 1779 par l’architecte Jacques-Denis Antoine à la demande (...)
  • 36 - Vues des monuments et hôtels de Paris, s. d., gravure de l’hospice de Saint-Jacques-du-Haut-Pas p (...)
  • 37 - Son ancien commanditaire et protecteur, Pierre Gilbert de Voisins, est jugé et exécuté durant cet (...)
  • 38 - Viel, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Art. cit., planche 8.
  • 39 - Lannoy, Isabelle de, LAVIT, Jean-Georges, ROUSSET-CHARNY, Gérard. Jardins en Île-de-France, dessi (...)

12Sa première réalisation, l’hospice Cochin, fut édifiée avec des moyens limités. Il s’agit d’un petit établissement de deux étages où les services comme la buanderie, la cuisine et la morgue sont situés au rez-de-chaussée. Les salles pour malades indigents se trouvent au premier étage et les chambres pour malades payants au second étage. Le bâtiment, selon un modèle traditionnel dans l’architecture hospitalière, dispose en son centre d’une chapelle qui s’élève sur deux niveaux, permettant à la fois la tenue de l’office et une meilleure circulation de l’air. La façade, dont le style reste proche de celui de Chalgrin, n’est animée que par deux légers avant-corps latéraux. Le portail central comporte un portique dorique, puissant relief sur un mur strié de refends et surmonté d’un fronton triangulaire. Cette architecture très sobre le rapproche du couvent des Cordeliers d’Alexandre-Théodore Brongniart ou de la Maison royale de santé, l’actuel hôpital La Rochefoucauld, élevé par Jacques-Denis Antoine35. La vocation charitable de l’hospice Saint-Jacques en fait une construction appréciée du public et reproduite par des gravures36. On peut d’ailleurs faire remarquer que, dans le contexte de la Terreur37, Viel bénéficie de l’image positive attachée à sa réalisation et traverse la période sans être inquiété. Il se retire alors sur sa propriété agricole de Fouju (Seine-et-Marne), près de Vaux-le-Vicomte, où il élève plusieurs fabriques, une bergerie modèle38, aménage un parc39 et commence à rédiger son œuvre théorique. En 1795, il se montre bon citoyen, supprimant les chambres individuelles de l’hospice Cochin, devenu alors « hospice Jacques », pour y établir des dortoirs dans un souci d’égalité à la demande du comité de surveillance des hospices. Cela permet de porter la capacité de l’établissement de trente-huit à plus d’une centaine de lits.

13Si l’on considère l’ensemble des missions de Viel pour l’institution hospitalière, on peut distinguer trois grands ensembles de chantiers : l’entretien et la réparation des hospices parisiens dont il a la charge, la construction de quelques édifices monumentaux comme la halle au blé de Corbeil ou le Mont-de-piété et la réalisation, à la Salpêtrière, de nouvelles loges pour les « insensées ».

14L’essentiel des travaux de l’architecte réside dans une première tâche ingrate dont il s’acquitte toujours avec conscience et qui consiste à renforcer les murs, reprendre les substructions, consolider les charpentes et réparer les toitures. Il consacre dans ses ouvrages théoriques plusieurs planches aux solutions architectoniques qu’il conçoit alors pour édifier des bâtiments qui, sur la rive gauche de Paris, s’élèvent sur un sol rendu meuble par la présence de nombreuses carrières. Pour couvrir certains édifices comme l’amphithéâtre de l’Hôtel-Dieu ou renforcer les planchers qui menacent ruine, il met au point des systèmes de poutraisons en bois renforcées par des tiges de métal tout en refusant l’utilisation de charpentes métalliques qui lui semblent à la fois trop coûteuses, fragiles et peu esthétiques. On peut inscrire dans cet ensemble la nouvelle infirmerie de la Pitié, dans le quartier Saint-Victor, dont le programme prévoyait en 1784 quatre pavillons qui auraient encadré et relié les anciennes constructions afin de reloger 1 500 enfants. Il ne peut, en 1791, achever que deux des bâtiments prévus car le sol est truffé de carrières qui l’obligent à reprendre le sous-œuvre et à renforcer les structures par un ensemble de poutres et de colonnes intérieures. Cette structure permet de dégager de grands espaces sans cloisons pour créer l’infirmerie de l’orphelinat dans le pavillon d’entrée donnant sur la rue du Jardin des plantes. Au début du XIXsiècle, il accueille le service des bains, ce qui atteste de la solidité de l’édifice. La hauteur des étages est imposée à l’architecte par la nécessité de relier la nouvelle infirmerie aux constructions antérieures. Il parvient néanmoins à donner une certaine harmonie à la façade de ce bloc de deux étages sous comble et de dix-sept travées par un jeu de bandeaux, l’alternance de murs lisses ou creusés de refends et le léger relief des deux avant-corps qui le flanquent. Viel y place les escaliers de service surmontés de ventouses pour l’aération du bâtiment.

15On retrouve ce souci de lier rénovation et unité du décor dans plusieurs réalisations de Viel, notamment lorsqu’il modifie le bâtiment de la Force, l’ancienne prison de la Salpêtrière où avait eu lieu en septembre 1792 le massacre des femmes qui y étaient détenues. Cet austère édifice du XVIIe siècle devient le bâtiment des incurables en 1797 et présente, après son intervention, une façade encadrée de harpages et percée, au premier étage, de hautes croisées cintrées. Le rez-de-chaussée est orné d’un appareil rustique qui contraste avec les murs lisses des étages et la porte principale se présente comme une voûte surbaissée et harpée formant, pour le spectateur qui lui fait face, l’encadrement de la fontaine en forme d’obélisque que l’architecte a pris soin d’ériger dans l’avant-cour qui la précède.

  • 40 - Voir dans la base Mérimée le dossier d’Inventaire général en ligne rédigé par Monique Chatenet en (...)

16Consulté pour la rénovation de l’hôtel-Dieu d’Étampes (Essonne), en 1783, il propose de surélever l’aile ouest pour abriter les services, les bureaux et un grand escalier. Cette opération permet d’établir de nouvelles infirmeries où les malades sont couchés dans des lits individuels. La bâtisse respecte le gabarit des constructions du début du XVIIIsiècle et seules les croisées en plein cintre de la nouvelle façade et les ferronneries néoclassiques de l’escalier témoignent qu’un vent de modernité souffla sur ce bel édifice à la fin des années 178040.

  • 41 - DEMING, M. K. Op. cit., p. 190-198.

17Second aspect de ses réalisations avec le Mont-de-piété, l’autre « grand œuvre » de Viel reste la halle aux blés de Corbeil (fig. 9) qui se présente à la fois comme un édifice monumental et un manifeste de ses choix esthétiques. Vingt ans plus tôt, en effet, Nicolas Le Camus de Mézières avait conçu pour Paris une halle au blé de plan circulaire. Cette construction, très remarquée au moment de son inauguration, prenait le contre-pied des modèles traditionnels de halles-nefs alors en vigueur. Viel juge ce bâtiment trop fragile, sa forme peu adaptée à sa fonction et, par la suite, s’oppose toujours fermement au projet de couverture métallique de cette halle41. Il conçoit donc, en 1784, un bâtiment rectangulaire de 172 pieds de large sur 48 pieds de côté destiné à supporter près de 48 tonnes de grains et à résister aux crues de la Seine. Le rez-de-chaussée, surélevé par rapport aux berges de la Seine, est un espace ouvert destiné à la manipulation des sacs de grains tandis que le premier étage abrite les greniers des marchands. Si le terrain, en l’occurrence la place des Récollets, est propriété de l’Hôpital général, l’édifice a une double fonction : c’est un marché public des grains en même temps qu’un entrepôt pour les besoins en farine des hospices parisiens. Les treize croisées sont surmontées d’arcs en plein cintre et s’élèvent sur toute la hauteur de la façade, assurant l’aération des espaces de stockage. Elles confèrent à la halle sa monumentalité et, selon une formule chère à l’architecte, l’effet de monotonie est évité par le traitement en léger ressaut des deux extrémités de la façade qui semblent former des pavillons. L’édifice se doit donc d’être fonctionnel tout en affirmant la puissance de l’institution. Malgré son excellent état de conservation, cette halle fut détruite en 1880 et remplacée par les silos des Grands Moulins de Corbeil.

Figure 9

Figure 9

Élévation de la halle au blé de Corbeil construite par Viel en 1784 afin d’entreposer les farines destinées à la boulangerie de l’Hôpital général de Paris et servir de marché public pour les marchands de grains. Son plan quadrangulaire, traditionnel pour ce type d’édifice, en fait un manifeste contre le parti-pris de plan circulaire choisi par Le Camus de Mézières pour la Halle au blé de Paris vingt ans plus tôt. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.

Une nouvelle conception de l’hôpital

  • 42 - Laget, Pierre-Louis. « Émergence du programme pavillonnaire après l’incendie de l’Hôtel-Dieu de P (...)
  • 43 - LE ROY, Jean-Baptiste. « Précis sur les hôpitaux ». Histoire de l’Académie royale des sciences…, (...)
  • 44 - VIEL, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers », art. cit., p. 51. Viel cite une lettr (...)
  • 45 - Durand, Jean-Nicolas-Louis. Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes. (...)

18Le troisième volet de son œuvre bâtie, le plus novateur chez cet architecte conservateur, consiste dans la construction d’un ensemble de loges pour les « insensées » de la Salpêtrière. Il s’y montre plus inventif sur le plan formel, appliquant pour cet ensemble homogène certains principes qu’il a développés avec le physicien Jean-Baptiste Le Roy, sur le meilleur plan à donner à un hôpital. L’incendie de l’Hôtel-Dieu de Paris, en 1772, a en effet provoqué la multiplication de projets qui repensent la forme et la fonction de l’hôpital afin de proposer une solution alternative à sa simple reconstruction. Ces projets sont le plus souvent le résultat d’une collaboration entre un architecte et un médecin ou entre un architecte et un physicien. L’Académie royale des sciences est alors sollicitée par le gouvernement pour fournir le plan d’un nouvel Hôtel-Dieu42. Son travail se nourrit des mémoires qui lui sont adressés et de l’enquête menée par le chirurgien Tenon en France et en Angleterre. Il analyse la forme et la disposition des hôpitaux rapportées à leur taux de mortalité. Il s’agit de rompre avec les modèles anciens, le plus souvent les plans en croix ou en quadrilatère de l’architecture monastique, pour ne prendre en compte que des critères de physique et d’hygiène. Les conclusions de l’Académie des sciences reprennent en grande partie les solutions proposées par Le Roy et Viel : établissement de pavillons distincts selon les pathologies, disposition en barres parallèles de ces pavillons de chaque côté d’une cour centrale et construction d’une galerie extérieure pour relier les infirmeries aux bâtiments de service. L’établissement de référence est alors le Royal Naval Hospital de Plymouth, construit par l’architecte Alexander Rovehead en 1756 et qui se présente comme un ensemble de quinze pavillons carrés disposés autour d’une vaste cour. Le Roy retient pour son programme le principe de pavillons isolés et affectés à des pathologies distinctes. Ces pavillons d’un étage abritent les infirmeries dont l’aération est assurée par une voûte de pierre surmontée de « puits à air »43. L’architecte conçoit quant à lui la forme des pavillons, de longs bâtiments parallèles disposés en deux rangées autour d’une vaste cour rectangulaire et les grandes galeries traitées en portiques pour assurer la liaison de l’ensemble. En 1777, Le Roy décrit son projet d’un nouvel hôpital lors d’une séance publique de l’Académie des sciences. Il utilise comme support un dessin de Viel qui ne fut gravé qu’en 1780 (fig. 10), soit sept ans avant que la commission chargée de la reconstruction de l’Hôtel-Dieu et présidée par l’astronome Jean-Sylvain Bailly ne présente un plan très similaire dessiné par Bernard Poyet, l’architecte de la Ville de Paris. Bailly reconnaît l’antériorité du projet de Viel et de Le Roy quand leur plan est publié dans les Mémoires de l’Académie des sciences44. Cette querelle de paternité peut s’expliquer par le fait que, dans les premières années du XIXsiècle, le modèle proposé par la commission des hôpitaux en 1787 fait figure d’archétype : Jean-Nicolas-Louis Durand, premier professeur d’architecture à l’École polytechnique, le reprend comme tel dans sa typologie hospitalière45.

Figure 10

Figure 10

Plan général d’un projet d’Hôtel-Dieu pour la ville de Paris, conçu par le physicien Jean-Baptiste Leroy et composé par l’architecte Charles-François Viel en 1780. Ce plan où les infirmeries en forme de barre s’alignent parallèlement de chaque côté d’une cour préfigure les plans d’hôpitaux adoptés au XIXe siècle. Ce plan fut publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences pour l’année 1786 en 1787.

De nouvelles loges pour les « insensées » de la Salpêtrière

  • 46 - Doublet, François et Colombier, Jean. Instruction sur la manière de gouverner les Insensés, et de (...)

19En 1781, le ministre Jacques Necker, se conformant au souhait de Louis XVI, établit une Inspection générale des maisons de force et des hospices. La création de cette institution est confiée au docteur Jean Colombier, assisté de deux autres médecins, François Doublet et Michel-Augustin Thouret. Leurs travaux s’inscrivent dans le vaste mouvement de réflexion qui suivit l’incendie de l’Hôtel-Dieu en 1772. Ils entreprennent, dans le cadre de leur mission, un tour de France des hôpitaux généraux et des dépôts de mendicité et publient leurs conclusions en 178546. Ils constatent que dans tous les hôpitaux généraux, les insensés ne bénéficient pas d’un traitement adapté à leur état ; beaucoup sont encore enfermés ou enchaînés et vivent dans un état d’insalubrité déplorable. Ils suggèrent donc la construction de bâtiments spécifiques qui permettraient de séparer les différents types de malades selon leur degré d’agitation et offriraient de meilleures conditions d’hygiène. Outre la nécessité de fournir de l’air, de l’eau et de l’espace aux internés, les médecins préconisent d’édifier plusieurs corps de logis d’un seul étage disposés en carré autour d’une cour délimitée par une galerie. Les insensés, classés selon leur pathologie, devraient disposer de loges de huit pieds carrés et avoir accès à des bains et à des latrines. Ces recommandations, à la demande du ministre, auraient dû être appliquées à l’ensemble des hôpitaux généraux de France mais, faute de moyens, ne connurent qu’un timide début de mise en œuvre. Une exception notable demeure le projet de Viel qui consiste à construire, dans l’enceinte de la Salpêtrière, de nouvelles loges pour les « insensées ». Il y met en pratique une partie des recommandations de Jean Colombier mais les complète par sa propre réflexion sur l’architecture hospitalière issue de sa collaboration avec le physicien Jean-Baptiste Le Roy. Le chantier connut deux phases : 1786-1789 pour l’exécution des loges et 1797-1800 pour celle de la buanderie et de ses dépendances.

Figure 11

Figure 11

Coupe et élévation du mur pignon d’une loge de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.

Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.

20Lorsque Viel entreprend ces constructions, il reprend certains principes de son plan de 1780 mais le programme est différent. Son projet d’Hôtel-Dieu était conçu pour des maladies physiques et non mentales. À la Salpêtrière, il faut alors loger six cents « insensées », deux cents « épileptiques » et deux cents « sujets difformes » en combinant enfermement, hygiène et les prémisses d’un « traitement moral ». Il dispose, entre la chapelle et le cimetière de l’hôpital, d’un vaste terrain qu’il va drainer, surélever et équiper d’un réseau d’égouts et de fontaines. De sa collaboration avec Leroy, il retient le système de pavillons isolés d’un seul étage (fig. 11), l’aération verticale de chaque bâtiment (fig. 12) et la stricte séparation des services et des infirmeries. Cependant, la composition générale diffère du plan de 1780 sur plusieurs points : les bâtiments sont bien placés autour d’une cour mais il renonce à une disposition « en peigne » pour les aligner les uns à côté des autres autour de l’espace central.

Figure 12

Figure 12

Élévation de la façade des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.

Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.

21En cela, il suit les instructions de Jean Colombier. Le plan-masse présente donc vingt-quatre pavillons qui, reliés par des galeries-portiques, forment quatre rectangles de taille décroissante (fig. 13). Le centre de la grande cour est marqué par une fontaine, l’enceinte extérieure est constituée des pavillons de service : cuisine, buanderie, magasins, logement des gardiens ainsi que des bains. Viel explique ce choix pour des raisons médicales. Une partie des pavillons regardant vers la Seine sont situés en contrebas par rapport au niveau de la cour centrale.

Figure 13

Figure 13

Plan des loges de la Salpêtrière et de leur réseau hydrographique. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

22Il peut donc étager sa construction afin d’assurer aux malades depuis leur cellule ou depuis les promenoirs une vue agréable sur la campagne environnante, en l’occurrence les berges de la Seine. La trilogie hygiéniste, libre circulation de l’air, de l’eau et évacuation des déchets, est donc complétée par un élément de nature morale : la libre circulation du regard sur des objets propres à calmer l’agitation de l’esprit. Lorsque Émile Jacques Gilbert doit réaliser le nouveau quartier des hommes de l’hospice de Charenton, en 1833, il reprend le principe de pavillons réunis par une galerie et tire également parti de la déclivité du terrain pour étager sa composition. Trois loges seulement subsistent au sein de ce vaste ensemble conçu par Viel pour la Salpêtrière et on ne peut que déplorer la destruction des édifices destinés aux services. En effet, la buanderie (fig. 14), le logement du régisseur ou les cuisines (fig. 15) sont une variation élégante sur le thème de la villa suburbaine d’inspiration palladienne.

Figure 14

Figure 14

Élévation et plan du corps principal de la buanderie des nouvelles loges de la Salpêtrière. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

Figure 15

Figure 15

Élévation de la façade des cuisines des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.

Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.

23Le manège de la pompe à eau de la buanderie se présente comme un superbe petit temple circulaire de style dorique, une tholos périptère dédiée au culte de l’hygiène (fig. 16).

Figure 16

Figure 16

Manège de la pompe de la buanderie des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.

  • 47 - Cet épisode fondateur de la médecine psychiatrique moderne est représenté au XIXsiècle par le p (...)
  • 48 - Plans des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris, gravures de Jacques-Étienne Thierry, (...)

24Le caractère répressif demeure également présent dans l’esprit de Viel : les bâtiments de service et leurs portiques forment une clôture et les bancs aménagés devant chacune des seize cellules que comportent les pavillons disposent d’un anneau auquel on peut attacher les pensionnaires les plus agitées. Le décor est en place, la Salpêtrière n’accueille plus de prisonniers mais des malades et l’aliéniste Philippe Pinel peut entrer en scène en 1795 pour libérer les « folles » de leurs chaînes et affiner la classification des maladies mentales47. Dans cette réalisation comme dans son projet d’Hôtel-Dieu, Viel fait figure de précurseur : ces grandes barres parallèles, ces rectangles qui restent à légender sont le vaste muséum de la médecine clinique, le cadre enfin réalisé d’un classement rationnel des pathologies et des progrès à venir. Un an après la mort de Viel, en 1820, le Conseil général des hospices publie une série de plans en couleur dont certains reprennent ses créations48. À la dispersion et à la confusion des fonctions, la nouvelle administration substituait un réseau dense d’hôpitaux avec un début de spécialisation (fig. 17). Cochin, la Pitié, les Vénériens ou l’hospice de la maternité rénovés par Viel y figurent en bonne place parmi les vingt établissements qui desservent Paris et en firent, au XIXsiècle, une capitale majeure de la recherche et de l’enseignement médical.

Figure 17

Figure 17

Plan des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris. Gravure de Jacques-Étienne Thierry. Dans Plans des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris. Paris, 1820.

Haut de page

Notes

1 - NÈgre, Valérie. « Principes de l’ordonnance et de la construction des bâtiments (1797-1814) de Charles-François Viel ». Dans Rabreau, Daniel et Massounie, Dominique (dir.). Claude-Nicolas Ledoux et le livre d’architecture en français. Étienne-Louis Boullée l’utopie et la poésie de l’Art. Paris : Éditions du Patrimoine, 2006, p. 184-188.

2 - PÉROUSE de Montclos, Jean-Marie. « Charles-François Viel, architecte de l’hôpital général et Jean-Louis Viel de Saint-Maux, architecte, peintre et avocat au parlement de Paris ». Bulletin d’histoire de l’art français, 1966, p. 257-269. Cet article distingue de façon définitive Charles-François Viel de son frère Jean-Louis Viel de Saint-Maux qui est également un théoricien de l’architecture. Leur pensée est sensiblement différente : le premier se veut le continuateur de Vitruve, le second appelle à dépasser les études classiques de l’Antiquité pour lui préférer une approche des monuments anciens comme des productions symboliques.

3 - BÉGUIN, François. « La machine à guérir ». Dans Foucault, Michel, KRIEGEL, Blandine, THALAMY, Anne, et al. Les Machines à guérir : aux origines de l’hôpital moderne. Bruxelles/Liège : Mardaga, 1979, p. 39-43.

4 - Viel, Charles-François. Notice nécrologique sur Jean-François-Thérèse Chalgrin, architecte. Paris : impr. Vve Perronneau, 1814.

5 - Le roy, David. Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce. Paris/Amsterdam : H.-L. Guérin, L.-F. Delatour, J.-L. Nyon/J. Neaulme, 1758.

6 - GARRIC, Jean-Philippe. Vers une agritecture. Architecture des constructions agricoles. Bruxelles : Mardaga, 2014, p. 26-27.

7 - Viel, Charles-François. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Dans Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens [1797-1812]. Paris : chez l’auteur, vol. IV, 1812.

8 - Archives de l’Assistance publique de Paris, copie Desportes, nouvelle série no 65.

9 - GADY, Alexandre. « Le Mont de Piété ». Dans ANDIA, Béatrice de, GADY, Alexandre (éd.). La Rue des Francs-Bourgeois au Marais. Paris : Délégation à l’Action artistique de la Ville de Paris, 1992, p. 158-169 ; Piffault, Olivier. « Quand « ma tante » habitait rive gauche : le Mont-de-piété, le Crédit municipal dans le VIe arrondissement ». Bulletin de la Société historique du VIe arrondissement, n27, 2014, p. 139-161, ici p. 142-144. 

10 - Ibid., p. 155-156.

11 - Viel, Charles-François. Inconvénients de la communication des plans d’édifices… suivis du Détail de la construction de la voûte de la salle de vente de la succursale du Mont de Piété. Paris : Tilliard, 1813 et Id.. De la construction des édifices publics sans l’emploi du fer. Paris : Fuchs, 1803.

12 - Tenon, Jacques. « Mémoire sur les infirmeries des trois principales prisons de la juridiction du Châtelet ». Histoire de l’Académie royale des Sciences. Avec les mémoires de mathématique et de physique pour la même année, 1780, p. 425-447.

13 - Viel, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Art. cit., p. 8.

14 - Voir le dossier de l’Inventaire général en ligne réalisé par Xavier de Massary en 1997, dans la base Mérimée, notice IA94000330.

15 - VIEL, C.-F. Grand Égout de Bicêtre ordonné par le roi Louis XVI. Paris : Tilliard, 1817.

16 - DINET-LECOMTE, Marie-Claude. « Les sœurs hospitalières au service des pauvres malades aux XVIIe et XVIIIe siècles ». Dans Annales de démographie historique 1994. Paris : Société de démographie historique-E.H.E.S.S., 1994, p. 277-292.

17 - Sainte Fare Garnot, Nicolas. La Révolution française et les hôpitaux parisiens. Cat. expo., Paris, musée de l’Assistance publique, 7 juin-30 octobre 1989. Paris : musée de l’Assistance publique, 1989, p. 13-19.

18 - Le premier et quatrième volume de cet ouvrage sont consultables en ligne sur le site Gallica de la BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6202606v.r et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6569094x.r [consultés le 23/11/2016].

19 - Perrault, Claude. Les dix livres d’architecture de Vitruve, corrigez et traduits nouvellement en françois. Paris : chez Jean-Baptiste Coignard, 1673.

20 - LE ROY, David. Op. cit.

21 - Palladio, Andrea. Les quatre livres de l’architecture. Trad. Roland Fréart de Chambray. Paris : chez Edme Martin, 1650.

22 - Scamozzi, Vincenzo. Les cinq ordres d’architecture. Éd. Augustin-Charles d’Aviler. Paris : chez Jean-Baptiste Coignard, 1685.

23 - VIGNOLE, Le. Règles des cinq ordres d’architecture. Paris : chez Jacques Chéreau, 1747.

24 - Viel, C.-F. Des points d’appuis indirects dans la construction des bâtiments. Paris : chez l’auteur et Perronneau, 1801. Dans cet ouvrage qui fait référence au Panthéon, Viel critique l’emploi excessif du système de report des charges utilisé par Soufflot pour supporter une masse importante de maçonnerie et qui met en péril le bâtiment.

25 - Sans se référer explicitement à Condillac, Viel s’inscrit dans le courant sensualiste qui fait des sens un moyen de connaissances. En cela, il est proche de son professeur David Le Roy qui définit l’architecture comme un art qui parle aux sens et plus seulement comme la recherche de règles immuables qui définiraient le beau. Sur ce sujet, voir : Drew Armstrong, Christopher. « De la théorie des proportions à l’expérience des sensations : L’Essai sur la théorie de l’architecture de Julien David Leroy, 1770 ». Dans Rabreau, Daniel, et MassounIe, Dominique (dir.). Op. cit., p. 260-277.

26 - À la demande de l’abbé Grégoire et du peintre Jacques-Louis David, la Convention nationale supprime les sociétés savantes et les Académies royales de peinture, sculpture et architecture en août 1793.

27 - En introduisant la notion d’eurythmie dans son traité, Viel anticipe sur la notion de rythme comme fondement du langage architectural telle que la développera le constructiviste russe Moisej Âkovlevic Guinzburg en 1923 dans son livre Le Rythme en architecture (trad.. fr. Marina Berger, Gollion : In folio éd., 2010).

28 - Viel, qui ne put jamais intégrer l’Institut de France, était membre de cinq sociétés savantes : l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, la Société libre des sciences, lettres et arts de Paris, l’Athénée des arts de Paris, la Société philotechnique et l’Académie royale de Turin.

29 - VIEL, C.-F. Dissertations sur les projets de coupoles de la Halle au blé de Paris. Paris : chez l’auteur, 1809.

30 - Id. Décadence de l’architecture à la fin du XVIIIe siècle. Paris : chez l’auteur et Perronneau, 1800. Ce texte a souvent été cité par les historiens de l’architecture car Viel semble y faire allusion à deux de ses contemporains les plus célèbres : Boullée dont il dénoncerait « l’imagination vagabonde et déréglée » ainsi que Ledoux, coupable d’« une entreprise ruineuse ». Ces identifications restent hypothétiques dans l’état actuel de nos recherches.

31 - Id. « Conclusion de l’ouvrage ». Principes de l’ordonnance et de la construction des bâtiments. Op. cit.

32 - Deming, Mark K. La Halle au blé de Paris, 1762-1813. Bruxelles : Archives d’architecture moderne, 1984, p. 190-198 et http://structurae.info/ouvrages/bourse-de-commerce [consulté le 23/11/2016].

33 - Base de données CONBAVIL : procès-verbaux des séances du Conseil des bâtiments civils, 1795-1840. http://www.inha.fr/fr/index.html [consulté le 23/11/2016].

34 - L’atticisme chez Viel peut être défini comme une interprétation épurée des modèles antiques et en particulier des ordres. Il s’inscrit, en cela, dans la tradition de Chambray qu’il cite au chapitre VII du premier tome des Principes de l’ordonnance afin de rappeler la nécessité de respecter l’harmonie de toutes les parties d’un édifice : FRÉART de CHAMBRAY, Roland. Parallèle de l’architecture antique et de la moderne. Paris : chez Edme Martin, 1650.

35 - La Maison royale de santé est élevée en 1779 par l’architecte Jacques-Denis Antoine à la demande des frères de la Charité. Jacques Tenon, dans son Mémoire sur les hôpitaux de Paris, publié en 1788, fait reproduire un plan et une élévation du bâtiment dont il est « redevable à M. Antoine ». En 1795, l’édifice devient l’Hospice national de Montrouge ; l’architecte Nicolas-Marie Clavareau en réaménage les infirmeries et décrit ses travaux dans ses Mémoires sur les hôpitaux civils de Paris publié en l’an XIII [1805] (les plans de l’architecte sont conservés aux Archives nationales, F/13/1168). En 1802, l’établissement devient la maison de retraite de Montrouge et Charles-François Viel en est chargé des nouveaux aménagements de 1803 à 1810. Il édifie une buanderie et une pharmacie dans l’hospice, place une boucherie, un dépôt de bois et un magasin dans les communs. Une note anonyme de 1813 détaille ses travaux (archives de l’Assistance publique, manuscrits, nouvelle série, no 123).

36 - Vues des monuments et hôtels de Paris, s. d., gravure de l’hospice de Saint-Jacques-du-Haut-Pas par Guyot d’après Testard.

37 - Son ancien commanditaire et protecteur, Pierre Gilbert de Voisins, est jugé et exécuté durant cette période.

38 - Viel, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers ». Art. cit., planche 8.

39 - Lannoy, Isabelle de, LAVIT, Jean-Georges, ROUSSET-CHARNY, Gérard. Jardins en Île-de-France, dessins d’Oudry à Carmontelle. Catalogue des collections du cabinet des dessins du musée de l’Île-de-France. Sceaux : château de Sceaux, 1990, p. 102.

40 - Voir dans la base Mérimée le dossier d’Inventaire général en ligne rédigé par Monique Chatenet en 1987 et mis à jour en 2012 : Hôtel-Dieu de la-Trinité dit Aumônerie Notre-Dame, dit Hôtel-Dieu Notre-Dame de la Trinité, Couvent d’Augustines, Etampes : notice IA00126483.

41 - DEMING, M. K. Op. cit., p. 190-198.

42 - Laget, Pierre-Louis. « Émergence du programme pavillonnaire après l’incendie de l’Hôtel-Dieu de Paris ». Dans LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle et al. L’Hôpital en France, histoire et architecture. Lyon : Éd. Lieux-Dits, coll. « Cahiers du Patrimoine, no 99 », 2012, p. 111.

43 - LE ROY, Jean-Baptiste. « Précis sur les hôpitaux ». Histoire de l’Académie royale des sciences…, 1787.

44 - VIEL, C.-F. « Notices d’édifices publics et particuliers », art. cit., p. 51. Viel cite une lettre de Bailly reconnaissant l’antériorité du projet de Leroy ; cela est corroboré par une note dans le Troisième rapport des commissaires chargés par l’Académie du projet d’un nouvel hôtel-Dieu publié dans les Mémoires de l’Académie de 1786 : « Depuis que ce compte rendu à l’Académie a été lu et imprimé, nous avons reconnu que la forme, ici adoptée, de ces parallèles partagées en deux suites de pavillons isolés, a des rapports avec celle que M. Leroy a publiée il y a plusieurs années ; nous rendons avec plaisir à notre confrère la justice qui lui est due ».

45 - Durand, Jean-Nicolas-Louis. Recueil et parallèle des édifices de tout genre, anciens et modernes. Paris : an IX [1801].

46 - Doublet, François et Colombier, Jean. Instruction sur la manière de gouverner les Insensés, et de travailler à leur guérison dans les asyles qui leur sont destinés. Paris : Imprimerie royale, 1785.

47 - Cet épisode fondateur de la médecine psychiatrique moderne est représenté au XIXsiècle par le peintre Tony Robert-Fleury (1838-1911) dans le célèbre tableau Le docteur Philippe Pinel faisant tomber les chaînes des aliénés (hôpital de la Salpêtrière). Il convient de préciser que cet épisode relève en partie du mythe puisque cette délivrance est, en fait, l’œuvre du surveillant Jean-Baptiste Pussin, bien moins célèbre que l’auteur du Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale, paru en 1800. Voir : Postel, J. « Philippe Pinel (1745-1826) et la Révolution Française ». Dans Sainte Fare Garnot, N. Op. cit., p. 85-88.

48 - Plans des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris, gravures de Jacques-Étienne Thierry, Paris, 1820.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Portrait de Charles-François Viel, architecte. Dessin d’André Pujos (1738-1788), pierre noire, mine de plomb, H 17,7 cm x 12,1 cm. Cabinet des arts graphiques, Musée Carnavalet, n° CARD02252.
Crédits © Cabinet des arts graphiques, Musée Carnavalet.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2
Légende Élévation du logement principal et coupe des écuries de la ferme de Marolles, construite en 1784 pour Pierre Gilbert de Voisins. Gravure d’Auguste Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 3
Légende Élévation et coupe de l’hospice Saint-Jacques dont Viel fournit gracieusement les plans pour l’abbé Cochin en 1780. Gravure de Taraval d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 4
Légende Élévation et coupe de l’hospice Saint-Jacques dont Viel fournit gracieusement les plans pour l’abbé Cochin en 1780. Gravure de Taraval d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 5
Légende Élévation de la façade du Mont-de-piété et détails des profils de différentes parties du bâtiment. Gravure de Gustave Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 6
Légende Élévation de la façade du Mont-de-piété et détails des profils de différentes parties du bâtiment. Gravure de Gustave Taraval d’après un dessin de Charles-François Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 7
Légende Coupe sur la largeur de la salle de vente du Mont-de-Piété. Gravure de G. Taraval d’après un dessin de C.-F. Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 8
Légende Élévation et détails de la charpente de la salle de vente de la succursale du Mont-de-Piété. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Du détail de la construction de la voûte de la salle de vente de la succursale du Mont-de-Piété. Paris, 1813.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 9
Légende Élévation de la halle au blé de Corbeil construite par Viel en 1784 afin d’entreposer les farines destinées à la boulangerie de l’Hôpital général de Paris et servir de marché public pour les marchands de grains. Son plan quadrangulaire, traditionnel pour ce type d’édifice, en fait un manifeste contre le parti-pris de plan circulaire choisi par Le Camus de Mézières pour la Halle au blé de Paris vingt ans plus tôt. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 10
Légende Plan général d’un projet d’Hôtel-Dieu pour la ville de Paris, conçu par le physicien Jean-Baptiste Leroy et composé par l’architecte Charles-François Viel en 1780. Ce plan où les infirmeries en forme de barre s’alignent parallèlement de chaque côté d’une cour préfigure les plans d’hôpitaux adoptés au XIXe siècle. Ce plan fut publié dans les Mémoires de l’Académie des Sciences pour l’année 1786 en 1787.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 11
Légende Coupe et élévation du mur pignon d’une loge de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.
Crédits Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Figure 12
Légende Élévation de la façade des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.
Crédits Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 13
Légende Plan des loges de la Salpêtrière et de leur réseau hydrographique. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 14
Légende Élévation et plan du corps principal de la buanderie des nouvelles loges de la Salpêtrière. Gravure d’Antoine-Joseph Gaitte d’après un dessin de Viel. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 15
Légende Élévation de la façade des cuisines des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dessin par Charles-François Viel (1786-1789). A.N. Z1J 1278.
Crédits Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 16
Légende Manège de la pompe de la buanderie des nouvelles loges de la Salpêtrière. Dans VIEL, C.-F. Principes de l’ordonnance et de la construction des batimens, vol. IV. Paris, 1812.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 17
Légende Plan des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris. Gravure de Jacques-Étienne Thierry. Dans Plans des hôpitaux et hospices civils de la ville de Paris. Paris, 1820.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13923/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lauro, « Charles-François Viel, architecte des hôpitaux parisiens et théoricien à la fin du XVIIIe siècle », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21 mars 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/13923 ; DOI : 10.4000/insitu.13923

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page