Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Essais de définition : hôtels-Dieu et hôpitaux, XVIIIe-XXIe siècles

    Le nouvel hôtel-Dieu d’Orléans

    The new Hotel-Dieu of Orleans
    Françoise Jouanneaux

    Résumés

    Le premier hôtel-Dieu d’Orléans fut établi au Moyen Âge à l’intérieur de la première enceinte urbaine, près de la cathédrale Sainte-Croix. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la vétusté et l’insalubrité de l’établissement amenèrent les autorités à réfléchir à son transfert sur un emplacement offrant les meilleures qualités sanitaires. La concrétisation en fut longue et fit l’objet d’âpres débats. Après l’abandon des nombreux projets qui s’orientaient vers la réhabilitation de bâtiments, l’édification d’un hôpital qui se voulait déjà une application des préoccupations émergeantes liées à l’hygiène fut envisagée au début du XIXe siècle mais laissée sans suite. Plusieurs décennies d’attente furent encore nécessaires pour qu’un nouvel hôtel-Dieu, de type pavillonnaire, voie le jour, qui intégrait l’essentiel des préconisations hygiénistes de Jacques-René Tenon.

    Haut de page

    Texte intégral

    1L’inventaire du patrimoine architectural et mobilier du centre hospitalier régional d’Orléans, et plus particulièrement du bâti ancien (hôpital général, hôtel-Dieu) du site de la rue Porte-Madeleine, fut entrepris dans la perspective du transfert du centre hospitalier au nouvel hôpital d’Orléans en 2015-2016, et de l’abandon définitif des bâtiments historiques. Au-delà de la connaissance de ce patrimoine d’une valeur indiscutable, l’étude s’est définie comme un accompagnement à la politique de réaffectation et de mise en valeur du site.

    Le premier hôtel-Dieu

    • 1 - DUCHÂTEAU, Eugène. Histoire du diocèse d’Orléans depuis son origine jusqu’à nos jours. Orléans : (...)

    2L’hôtel-Dieu, enserré entre le flanc nord de la cathédrale Sainte-Croix et le rempart de la première enceinte de la ville auquel il était adossé, était l’établissement hospitalier le plus ancien d’Orléans, dont la fondation pourrait remonter au IXsiècle1.

    • 2 - BUZONNIÈRE, Louis-Augustin Nouel de. Histoire architecturale de la ville d’Orléans. Paris : Victo (...)

    3Édifice modeste à l’origine, constitué de maisons indépendantes ajoutées les unes aux autres, il s’agrandit au cours du Moyen Âge sans préoccupation architecturale, au gré des fondations, des nécessités et de l’usage. Au début du XVIsiècle, sa reconstruction fut entreprise en regroupant les bâtiments de manière fonctionnelle ; la nouvelle salle des malades, la salle Saint-Lazare, fut achevée en 1530. Elle consistait en une impressionnante nef charpentée de 40 mètres de long, douze mètres de large et six mètres de haut, à double vaisseau et dix travées. Au cours des deux siècles suivants, l’hôtel-Dieu fut complété et transformé, en particulier dans le premier tiers du XVIIIsiècle, avant l’édification des tours et de la façade occidentale de la cathédrale (1739-1791)2. Peu remanié ni même guère entretenu dès que les premiers projets de transfert furent évoqués, à la fin des années 1760, il montra peu à peu des signes de vétusté.

    • 3 - Archives de l’aumônerie du centre hospitalier régional d’Orléans, t. II, 1e série, no 22.

    4En 1810, il comptait 249 lits répartis dans cinq salles, hébergeant un nombre supérieur de malades car ceux-ci étaient parfois deux, voire trois, par lit. Cette situation, déplorée par la comtesse de Choiseul d’Aillecourt, épouse du préfet du Loiret, lors de sa visite en 1818, fut améliorée après son passage et chaque malade put bénéficier d’un lit individuel3 (fig. 1).

    Figure 1

    Figure 1

    L’ancien hôtel-Dieu. Aquarelle par Charles Pensée, 1842, Centre hospitalier régional d’Orléans.

    Repro. Cantalupo, Thierry. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    • 4 - ROBERT, Hervé. « La démolition de l’Hôtel-Dieu d’Orléans ». Histoire urbaine, 1/2002, no 5, p. 13 (...)

    5Après que la décision d’édifier un nouvel établissement fut définitivement prise en 1836 et que l’emplacement fut choisi, la destruction du vieil hôtel-Dieu fut programmée afin que le produit de la vente des matériaux finançât, au moins partiellement, les futurs travaux. Les 269 malades quittèrent l’établissement à la fin de l’année 1844, la démolition débuta en avril 1845 pour s’achever en 18484.

    Les projets du nouvel hôtel-Dieu

    6L’agrandissement de la cathédrale fut l’ultime élément déclencheur des réflexions et discussions à propos du transfert de l’hôtel-Dieu.

    • 5 - « Mémoire présenté à l’Église par le bureau de l’hôtel-Dieu ». Dans CUISSARD, Charles (éd.). Les (...)

    7Les rapports rédigés par diverses instances orléanaises pendant une soixantaine d’années (1769-1836), dont un mémoire présenté à l’Église par le bureau de l’hôtel-Dieu vers 17795, dénoncèrent l’implantation centrale de l’édifice dans la ville – menaçant le voisinage de dangers épidémiques –, son architecture inadaptée – un hôpital replié sur lui-même – entraînant des conditions sanitaires déplorables, le manque de circulation de l’air dans les salles, la confusion des maladies, l’impossible guérison des convalescents, mêlés aux malades contagieux, enfin la capacité d’accueil insuffisante et l’impossibilité d’adjoindre des bâtiments. Le souci de l’hygiène est donc bien présent à Orléans dès le dernier quart du XVIIIsiècle.

    • 6 - BUZONNIÈRE, Louis-Augustin Nouel de. Op. cit., p. 236-239.

    8À ces critiques s’ajoutèrent des préoccupations d’ordre esthétique et urbanistique. La Ville envisageait en effet le dégagement et la mise en valeur de la cathédrale. Elle prévoyait également l’aménagement d’une place devant celle-ci et la création d’une large avenue rejoignant à l’ouest la rue Royale, la grande artère percée dans le prolongement du nouveau pont sur la Loire inauguré en 17606.

    • 7 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 2/C/854. Hôtel-Dieu – « Mémoires et correspondances concernant l (...)

    9Le transfert de l’hôtel-Dieu fut sans cesse différé car l’entreprise se heurtait à deux obstacles récurrents : l’identification d’un emplacement approprié et le financement de l’opération. Durant cette période de plus d’un demi-siècle, une quinzaine de projets, laissés sans suite, furent proposés, sur huit sites différents7. Tous, à l’exception de celui de 1806, s’orientaient vers la réhabilitation de bâtiments, un même établissement étant parfois pressenti à plusieurs reprises. Certains projets furent réduits à de simples réflexions, d’autres firent l’objet d’une étude de faisabilité mais ne se concrétisèrent pas, essentiellement pour des raisons financières.

    10Les arguments évoqués pour le rejet de ces programmes étaient variés. Le critère financier fut le plus souvent retenu : coût élevé d’acquisition des bâtiments existants, financement de leur réaménagement voire de constructions complémentaires. L’implantation trop éloignée de l’hôpital général, élevé à fin du XVIIsiècle à l’extrémité sud-ouest de la ville, posait un réel souci. La proximité des deux établissements aurait en effet permis de réduire les coûts de fonctionnement en mettant en commun la majorité des services : boulangerie, buanderie, cuisine et même la chapelle. L’ancrage urbain constitua également une notable motivation de refus : situation trop centrale, ou trop éloignée de la Loire, en zone inondable ou en amont de la ville, ce qui aurait éventuellement créé un problème de santé publique lié à l’évacuation des eaux sales dans le fleuve.

    Le projet sur le rempart de la ville en 1806

    11Ce projet mérite une attention particulière car il est le seul qui envisage l’édification ex nihilo d’un hôpital. L’implantation était prévue au sud-ouest, sur le rempart de la ville, entre l’hôpital général et le jardin botanique établi en 1640 sur le ravelin de la porte Saint-Laurent. Les architectes François Narcisse Pagot (1780-1844), architecte du département et de la Ville, et Benoît Lebrun (1754-1819), architecte de la Ville, chargé des travaux publics et de la charité, déterminèrent le meilleur emplacement et conçurent un hôpital répondant aux exigences de l’hygiène moderne, en s’efforçant d’appliquer le principe fondamental défini par Jacques-René Tenon (1724-1816) : un hôpital pavillonnaire, c’est-à-dire segmenté en unités fonctionnelles séparées, afin de garantir la circulation et le renouvellement de l’air (fig. 2).

    Figure 2

    Figure 2

    Projet d’implantation du nouvel hôtel-Dieu sur le rempart de la ville, 1806. D’après un plan de la ville d’Orléans, 1773.

    Repro. Jacques, Jean-Claude, dessin Guérid, Myriam. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    • 8 - Arch. nat., F/15/2150/Loiret/no 3. « Devis approximatif des ouvrages à faire pour la construction (...)

    12En mai 1806, le conseil municipal approuva le devis approximatif présenté par les architectes pour un hôpital devant « recevoir au moins trois cens malades des deux sexes, et même quatre cens au besoin en mettant un troisième rang de lits dans chaque salle8 ».

    • 9 - AC Orléans, 3/Q/46. Hôtel-Dieu. « Rapport de MM. les médecins et chirurgiens, relativement à la q (...)

    13La Ville, à court de fonds, sollicita l’aide du ministère de l’Intérieur. Afin de défendre le projet qui faisait l’unanimité à Orléans, la municipalité, les architectes, les médecins et chirurgiens de l’hôtel-Dieu rédigèrent en 1807 force rapports détaillés et argumentés. À cet égard, le mémoire présenté par les praticiens est fort éloquent9. Après s’être livrés à une violente diatribe contre le vieil hôtel-Dieu, le qualifiant de véritable « tombeau » pour les malades qui y étaient admis, ils énumérèrent les nombreux avantages de l’emplacement choisi.

    14Ils le jugeaient favorable en raison de sa situation à l’extrémité de la ville, à l’écart par conséquent du centre urbain ; en aval, ce qui limiterait les nuisances (déchets et « vidanges ») que l’hôpital pourrait causer à l’agglomération ; sur la rive droite de la Loire, donc protégé des crues du fleuve ; en élévation, l’établissement dominerait donc les maisons environnantes et pourrait bénéficier à la fois des vents d’ouest, les vents dominants à Orléans, et des vents d’est. Ils précisaient ensuite : « des fenêtres seront percées sur toutes les faces des bâtiments, qui seront ouvertes en fonction des vents », favorisant la ventilation et « l’aération des salles à volonté du côté contraire à la direction des vents ». Ils ajoutaient qu’à cet endroit, « l’air y est toujours abondant et pur » et « qu’il est démontré que la perfection des fonctions vitales les plus essentielles, dépend entièrement de la pureté de l’air ». Plus loin, ils poursuivaient, adhérant sans réserve à la théorie des miasmes : « le médecin n’aura qu’à combattre la maladie, et non l’atmosphère dont la mauvaise qualité en complique presque toujours les éléments, et en corrompt la nature ». Les malades, enfin, pourraient contempler, des promenoirs ménagés sur le rempart, le « spectacle ravissant de la campagne » ainsi que le jardin botanique et la Loire coulant en contrebas.

    15À cela s’ajoutaient quelques considérations d’ordre économique : la proximité de la Loire faciliterait la blanchisserie du linge et l’approvisionnement de la maison. Le voisinage de l’hôpital général est souligné, ce qui simplifierait l’accès aux soins des pensionnaires malades (fig. 3).

    Figure 3

    Figure 3

    « Projet d’un hospice d’humanité ou hôtel-Dieu à établir sur l’emplacement du rempart de la ville d’Orléans entre la porte Madeleine et le jardin de ville ». Par Pagot et Lebrun, 29 mai 1806 (Arch. nat.,F/15/2150/Loiret).

    © Archives nationales.

    • 10 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’hôpital en France. Histoire et ar (...)
    • 11 - Plan no 3 : « Projet d’un hospice d’humanité ou hôtel-Dieu à établir sur l’emplacement du rempart (...)

    16L’hôtel-Dieu projeté en 1806, de type pavillonnaire, adoptait un plan en simple peigne, la configuration en double peigne étant inenvisageable compte tenu de l’étroitesse du rempart. Cette disposition n’était pas nouvelle puisqu’un projet similaire d’hôpital civil, à Dieppe, avait été présenté une quinzaine d’années auparavant10. Cinq pavillons parallèles étaient disposés en file, reliés du côté occidental et au rez-de-chaussée par une galerie de circulation ouverte. Les trois pavillons centraux étaient dévolus aux malades, avec une salle par niveau. Les latrines étaient isolées à chaque extrémité des pavillons, à l’exception du pavillon administratif, situé le plus au nord. La salle d’opération ou « salle des taillés », deux chambres adjacentes réservées aux opérés convalescents et leur réfectoire étaient situés dans le pavillon le plus méridional qui abritait la chapelle, donc totalement séparés des autres salles de malades11. La salle de dissection était rejetée au sous-sol, sous la chapelle. On observe donc un début de spécialisation des salles.

    17Quelques recommandations de l’Académie des sciences étaient absentes : l’élévation des pavillons était prévue sur trois niveaux au lieu des deux réglementaires. D’autre part, s’il y avait bien du côté ouvert sur la campagne une galerie ajourée au seul rez-de-chaussée, les pavillons étaient reliés du côté de la ville par un bâtiment de même hauteur, qui ferait forcément obstacle à la circulation de l’air et des vents d’est.

    • 12 - Arch. nat., F/15/2150/Loiret. Translation de l’hôtel-Dieu. « Observations de Mr le Maire d’Orléan (...)

    18La municipalité proposa, sans succès, que le département participe à la dépense, l’hôpital accueillant des malades non-orléanais en grand nombre, et fit un calcul de proportion basé sur l’effectif des malades hors agglomération reçus depuis l’an IV jusqu’à l’an XII (septembre 1795-septembre 1807), ce qui aurait sensiblement diminué la part financée par l’État12.

    • 13 - Ibid.

    19Le projet, séduisant et novateur, fut rejeté par le ministère qui le jugea trop onéreux et invita les édiles orléanais à « présenter un autre projet, dans un local déjà bâti où il n’y eût que quelques changements à faire pour l’approprier à son nouvel emploi13 ».

    Le nouvel hôtel-Dieu

    20Après des années d’atermoiements et d’attente, le transfert fut enfin décidé à la fin de l’année 1836 et le choix du lieu d’implantation arrêté sur le site de l’ancien couvent du Calvaire, en bordure de la rue Porte-Madeleine. Cet emplacement, déjà envisagé en 1769, 1779, 1791 et 1808, et toujours refusé pour des raisons diverses, était « aéré », situé à l’écart du centre et près de l’hôpital général, ce qui satisfaisait tout le monde.

    • 14 - AC Orléans, 3/Q/46. Hôtel-Dieu (1836-1839).
    • 15 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 10/3/O/2/A7. 1er dossier : Construction du nouvel hôtel-Dieu.

    21Contrairement aux précédents projets qui prévoyaient une réutilisation des bâtiments anciens du site, on prit le parti de détruire ceux-ci et d’édifier un hôtel-Dieu ex nihilo répondant aux principes de Tenon de manière plus aboutie qu’en 1806. Il fut précisé qu’il « n’existe pas de cause d’insalubrité, le sol est sain, l’exposition est bonne (...), la masse d’air est suffisante14 ». Afin de disposer d’un vaste périmètre, une centaine de maisons particulières des rues avoisinantes furent expropriées à partir de décembre 183915.

    22Tous se rallièrent au projet ; l’opération était d’ailleurs financièrement avantageuse car les trois hôpitaux, l’hôpital général, l’asile d’aliénés édifié depuis 1828 dans ses abords immédiats, et le nouvel hôtel-Dieu se trouvaient ainsi réunis. Une dernière objection subsistait, concernant la salubrité de la ville, vite oubliée : l’implantation de l’hôtel-Dieu à l’ouest n’allait-elle pas l’infecter par ses « miasmes » ? À l’inverse, on se félicitait de la situation en aval de la Loire qui éviterait le passage des eaux usées à travers la ville.

    • 16 - Plan no 4 : « Projet pour l’établissement d’un hôtel-Dieu à la suite de l’hôpital général A Orléa (...)

    23L’élaboration des plans « pour un établissement de 500 lits » fut confiée une nouvelle fois à Pagot et à Pierre-Charles Thuillier, architecte de la Ville et des Hospices civils, qui les dessinèrent le 24 janvier 184016 et les soumirent avec succès à la commission des Hospices civils. Le montant des travaux s’élevait à 518 000 F.

    • 17 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle, (dir.). Op. cit., p. 190.

    24Le projet se conformait au plan en double peigne de Tenon et proposait deux rangées de trois pavillons disposés de part et d’autre d’un bâtiment sensiblement carré, ouvrant sur une vaste cour d’honneur. Au rez-de-chaussée sur ses quatre côtés, ce bâtiment était parcouru par un portique formant galerie de circulation à 13 arcatures ajourées. Comme à l’hôpital Saint-André de Bordeaux, des bâtiments devaient réunir les extrémités des pavillons17 (fig. 4).

    Figure 4

    Figure 4

    Plan du nouvel hôtel-Dieu. Par Pagot et Thuillier, 24 janvier 1840 (Arch. dép. Loiret, H dépôt 10/3/O/6).

    Repro. Cantalupo, Thierry. © AD Loiret. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    • 18 - Ibid., p. 193.

    25Chaque pavillon comportait une salle de malades par niveau, offrant chacune 38 lits. Quatre petites salles supplémentaires, chacune de six lits, longeaient les galeries orientales et occidentales sur les deux niveaux, aménagement repris plus tard à Paris à l’hôpital Lariboisière (1839-1854) et à l’hôpital de Rennes (1854)18, ce qui aboutissait à un total de 504 lits. Les salles des femmes étaient placées à l’est, celles des hommes à l’ouest. Hormis la séparation des sexes, rien n’indique qu’il y ait eu spécialisation des salles. Les latrines, dans un souci d’hygiène, étaient rejetées à l’extrémité extérieure des pavillons.

    • 19 - GAILLARD, Louis. Notes sur l’Hôtel-Dieu, l’hôpital général et les autres établissements hospitali (...)

    26L’amphithéâtre de la future école de médecine, en activité de 1843 à 1849, puis fermée faute d’élèves19, était placé au centre du corps de bâtiment méridional, dans la partie saillante. Depuis 1839, l’hôtel-Dieu dispensait des cours d’instruction médicale, l’enseignement dans les hôpitaux étant une préconisation de l’Académie des sciences. De part et d’autre de l’amphithéâtre se trouvaient les bains des femmes et ceux des hommes. À proximité, la cuisine, l’office et les réfectoires étaient répartis autour des deux petites cours intérieures, espaces étroits peu éclairés par le jour, ce qui constituait une infraction aux préceptes hygiénistes. La pharmacie, le laboratoire et la tisanerie étaient regroupés dans les bâtiments qui bordaient à l’est la cour d’entrée.

    • 20 - Arch. dép. Loiret, série 1/L/24. Délibérations de la commission des Hospices civils (1839-1844). (...)
    • 21 - C’est-à-dire le double du prix initial.
    • 22 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 10/3/O/2. Construction de l’hôtel-Dieu.

    27Bien qu’approuvant sans réserve le devis, la commission des Hospices civils jugea la dépense trop élevée et résolut de limiter la construction, dans l’immédiat, aux « 3 ailes les plus rapprochées de l’hôpital général », c’est-à-dire les ailes occidentales20, et à l’aile située à l’extrême sud-est. Le 1er juillet 1841, un nouveau changement de parti prévoyait de réduire un peu plus encore les capacités du futur hôpital pour les mêmes raisons : « Vu le total des travaux de construction s’élevant à 1 050 000 F21, sur les 6 pavillons formant ailes, destinés aux malades, il n’en serait d’abord construit que 3 »22. Le texte ne précise pas quels pavillons seraient élevés en priorité, sans doute s’agissait-il des trois mêmes ailes évoquées plus haut (fig. 5).

    Figure 5

    Figure 5

    Centre hospitalier régional d’Orléans.

    Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    • 23 - Arch. dép. Loiret, série 1/L/24. Séance du 30 août 1841.

    28La première pierre fut posée le 30 août 1841 par le député-maire d’Orléans, Aimé Sevin-Mareau (1786-1868). Dans son allocution, il insista sur l’insalubrité du vieil hôtel-Dieu : « ce qui manque (...), ce sont des cours favorables, indispensables même à la convalescence des malades. L’établissement que nous fondons aura des salles bien aérées et en même temps des promenades spacieuses. Il réunira toutes les conditions qu’on peut désirer dans une telle maison pour la prompte guérison (...) ». Il précise que cet hôpital, à son achèvement, aura six corps de bâtiment contenant au total 500 lits et termine : « Mais pour le moment il n’en sera construit que 3 pouvant recevoir 300 ou au besoin 350 malades »23.

    29Les travaux débutèrent durant l’automne 1841 et prirent du retard en raison des fondations supplémentaires qu’il fallut creuser sous l’établissement, bâti sur d’anciennes carrières, et qui augmentèrent largement les coûts. L’inauguration eut lieu le 26 novembre 1844, l’arrivée des malades commença dès le lendemain pour s’achever le 26 décembre suivant. Trois pavillons étaient terminés et contrairement à ce qui avait été annoncé depuis l’approbation des plans, deux seulement avaient été édifiés à l’ouest et un troisième au sud-est, l’aile médiane occidentale n’ayant finalement pas été réalisée. Vers 1848, une quatrième et dernière aile fut adjointe au nord-ouest, ce qui conféra à l’établissement un plan rigoureusement symétrique. On préféra donc ignorer, par nécessité financière, les deux pavillons médians du peigne (qui ne furent jamais exécutés), ce qui correspondait en réalité à la logique hygiéniste, c’est-à-dire d’aération optimale par de vastes cours et jardins (fig. 6).

    Figure 6

    Figure 6

    Centre hospitalier régional d’Orléans, site Porte-Madeleine, en 2012. D’après le plan d’ensemble des Hospices civils d’Orléans, 1899.

    Dessin Guérid, Myriam. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    30L’hôtel-Dieu, de plan en double peigne, se compose d’un bâtiment d’accueil assez majestueux, couronné d’un fronton central, abritant autrefois les services administratifs, se déployant au fond d’une cour d’entrée largement ouverte sur la rue, composition héritée des établissements de soins d’Ancien Régime. Il est prolongé par deux ailes en retour qui se terminent en pavillon et enserrent la cour sur trois côtés. Celle-ci communique à l’arrière par un porche à trois arcades avec la cour d’honneur, conforme au plan de 1840 (les baies, libres à l’origine, furent vitrées après 1909) ; à l’est et à l’ouest, se développent deux rangées de deux pavillons qui accueillaient les grandes salles de malades. Les bâtiments comportent deux niveaux, suivant les préconisations, et sont rythmés par de hautes fenêtres en plein cintre (fig. 7).

    Figure 7

    Figure 7

    Cour d’honneur.

    Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    31L’accès aux pavillons s’effectuait par une porte moulurée surmontée d’une corniche à denticules (unique élément décoratif de l’architecture) sur laquelle était gravé et peint le nom de la salle. Au centre de la galerie de circulation, à l’est et à l’ouest et aux deux niveaux, les portes laissées en attente attestent que l’on avait prévu de bâtir quoi qu’il en soit les deux pavillons médians du peigne.

    32Contrairement à ce qui était indiqué sur le plan de 1840, la pharmacie fut installée dans le pavillon occidental de la cour d’entrée, inversion logique puisque l’aile nord-est n’existait pas lors de l’ouverture de l’établissement. La salle de dissection et les salles des morts furent placées au sud de l’hôtel-Dieu, de l’autre côté du mur de clôture, donc totalement isolées des malades.

    33Deux édifices réunissant les extrémités des pavillons figuraient sur le plan. Le bâtiment prévu à l’est n’avait pas lieu d’être, car l’enceinte de l’hôpital est fermée de ce côté par un mur longeant la rue Stanislas-Julien, au contraire de celui tourné vers l’hôpital général, qui accueillait les sanitaires hommes et femmes et faisait office de clôture. Au centre de la façade, les trois arcatures évoquent le pavillon médian non réalisé et montrent de nouveau la volonté d’édifier un hôtel-Dieu d’envergure (fig. 8).

    Figure 8

    Figure 8

    Bâtiment bas qui accueillait les sanitaires, sur la façade occidentale.

    Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.

    34En résumé, la réflexion sur l’hygiène débuta à Orléans dès la fin des années 1760 ; la municipalité était en effet consciente de la nécessité de transférer l’hôtel-Dieu adossé à la cathédrale en un lieu offrant les meilleures conditions sanitaires. Les premiers projets, orientés vers la réhabilitation d’édifices, puis celui de la création, en 1806, d’un hôtel-Dieu ex nihilo adoptant un plan en simple peigne, se soldèrent par des échecs, essentiellement pour des raisons financières. Si ce dernier projet avait été réalisé, il aurait constitué un exemple très précoce, même non abouti, d’hôpital pavillonnaire. Trente ans plus tard, la ville se dota d’un nouvel hôpital, cette fois en double peigne.

    35L’hôtel-Dieu d’Orléans, contemporain de l’hôpital de la Reconnaissance de Garches (Hauts-de-Seine, 1835-1843) avec lequel il présente des similitudes, et construit une dizaine d’années avant l’hôpital Lariboisière (Paris), considéré comme l’hôpital pavillonnaire modèle, constitue, en dépit de la simplification de la réalisation par rapport au projet initial, un maillon important dans la chronologie de l’architecture hospitalière hygiéniste en France.

    36En 2015, l’hôtel-Dieu a cessé toute activité hospitalière. À l’issue du transfert des services administratifs, programmé pour la fin de l’année en cours, le site de la rue Porte-Madeleine sera requalifié et le bâti protégé au titre des monuments historiques, parmi lequel l’hôtel-Dieu, réhabilité. Le site rénové accueillera alors divers pôles d’activité : pôle d’enseignement supérieur, pôle culturel avec l’implantation du conservatoire et la création d’un auditorium dans la chapelle Saint-Charles restaurée, et pôle de santé incluant en particulier un grand dispensaire, auxquels seront associés des logements et des espaces verts.

    Haut de page

    Notes

    1 - DUCHÂTEAU, Eugène. Histoire du diocèse d’Orléans depuis son origine jusqu’à nos jours. Orléans : Herluison, 1888, p. 57, 131.

    2 - BUZONNIÈRE, Louis-Augustin Nouel de. Histoire architecturale de la ville d’Orléans. Paris : Victor Didron, 1849, t. I, p. 234-236.

    3 - Archives de l’aumônerie du centre hospitalier régional d’Orléans, t. II, 1e série, no 22.

    4 - ROBERT, Hervé. « La démolition de l’Hôtel-Dieu d’Orléans ». Histoire urbaine, 1/2002, no 5, p. 135-165.

    5 - « Mémoire présenté à l’Église par le bureau de l’hôtel-Dieu ». Dans CUISSARD, Charles (éd.). Les Chartes originales de l’ancien Hôtel-Dieu d’Orléans. Orléans, 1902, p. 377-379, n99.

    6 - BUZONNIÈRE, Louis-Augustin Nouel de. Op. cit., p. 236-239.

    7 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 2/C/854. Hôtel-Dieu – « Mémoires et correspondances concernant les projets de translation de l’hôtel-Dieu » (archives détruites, répertoriées dans Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Loiret, archives civiles. 1878, 1886 par Jules DOINEL, 1927, p. 240).

    8 - Arch. nat., F/15/2150/Loiret/no 3. « Devis approximatif des ouvrages à faire pour la construction des batimens nécessaires à l’établissement de l’hospice d’humanité hôtel-Dieu, sur l’emplacement du rempart de la ville d’Orléans, entre la porte Madelaine et le jardin de ville ».

    9 - AC Orléans, 3/Q/46. Hôtel-Dieu. « Rapport de MM. les médecins et chirurgiens, relativement à la question de savoir, si, sous le rapport de salubrité il est indispensable de déplacer l’hôtel-Dieu actuel et avantages de le transférer sur les remparts dit de la Magdeleine ».

    10 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’hôpital en France. Histoire et architecture. Lyon : Lieux Dits (Cahiers du patrimoine, n99), 2012, p. 124.

    11 - Plan no 3 : « Projet d’un hospice d’humanité ou hôtel-Dieu à établir sur l’emplacement du rempart de la ville d’Orléans entre la porte Madeleine et le jardin de ville » (Arch. nat., F/15/2150/Loiret).

    12 - Arch. nat., F/15/2150/Loiret. Translation de l’hôtel-Dieu. « Observations de Mr le Maire d’Orléans sur la nécessité de transférer l’hôtel-Dieu de la Ville d’Orléans ».

    13 - Ibid.

    14 - AC Orléans, 3/Q/46. Hôtel-Dieu (1836-1839).

    15 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 10/3/O/2/A7. 1er dossier : Construction du nouvel hôtel-Dieu.

    16 - Plan no 4 : « Projet pour l’établissement d’un hôtel-Dieu à la suite de l’hôpital général A Orléans ». 1840 (Arch. dép. Loiret, série H dépôt 10/3/O/6).

    17 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle, (dir.). Op. cit., p. 190.

    18 - Ibid., p. 193.

    19 - GAILLARD, Louis. Notes sur l’Hôtel-Dieu, l’hôpital général et les autres établissements hospitaliers qui existaient autrefois à Orléans. Orléans, 1981, p. 57-58.

    20 - Arch. dép. Loiret, série 1/L/24. Délibérations de la commission des Hospices civils (1839-1844). Séance du 29 janvier 1840.

    21 - C’est-à-dire le double du prix initial.

    22 - Arch. dép. Loiret, série H dépôt 10/3/O/2. Construction de l’hôtel-Dieu.

    23 - Arch. dép. Loiret, série 1/L/24. Séance du 30 août 1841.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende L’ancien hôtel-Dieu. Aquarelle par Charles Pensée, 1842, Centre hospitalier régional d’Orléans.
    Crédits Repro. Cantalupo, Thierry. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 656k
    Titre Figure 2
    Légende Projet d’implantation du nouvel hôtel-Dieu sur le rempart de la ville, 1806. D’après un plan de la ville d’Orléans, 1773.
    Crédits Repro. Jacques, Jean-Claude, dessin Guérid, Myriam. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 648k
    Titre Figure 3
    Légende « Projet d’un hospice d’humanité ou hôtel-Dieu à établir sur l’emplacement du rempart de la ville d’Orléans entre la porte Madeleine et le jardin de ville ». Par Pagot et Lebrun, 29 mai 1806 (Arch. nat.,F/15/2150/Loiret).
    Crédits © Archives nationales.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 396k
    Titre Figure 4
    Légende Plan du nouvel hôtel-Dieu. Par Pagot et Thuillier, 24 janvier 1840 (Arch. dép. Loiret, H dépôt 10/3/O/6).
    Crédits Repro. Cantalupo, Thierry. © AD Loiret. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 768k
    Titre Figure 5
    Légende Centre hospitalier régional d’Orléans.
    Crédits Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 636k
    Titre Figure 6
    Légende Centre hospitalier régional d’Orléans, site Porte-Madeleine, en 2012. D’après le plan d’ensemble des Hospices civils d’Orléans, 1899.
    Crédits Dessin Guérid, Myriam. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 360k
    Titre Figure 7
    Légende Cour d’honneur.
    Crédits Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 828k
    Titre Figure 8
    Légende Bâtiment bas qui accueillait les sanitaires, sur la façade occidentale.
    Crédits Phot. Cantalupo, Thierry, 2012. © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13946/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 631k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Françoise Jouanneaux, « Le nouvel hôtel-Dieu d’Orléans », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://insitu.revues.org/13946 ; DOI : 10.4000/insitu.13946

    Haut de page

    Auteur

    Françoise Jouanneaux

    Chargée de mission à la Direction de la Culture et du Patrimoine, région Centre-Val de Loire, ancien chercheur de l’Inventaire général du patrimoine culturel, région Centre-Val de Loire francoise.jouanneaux@regioncentre.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page