Navigation – Plan du site
Essais de définition : hôtels-Dieu et hôpitaux, XVIIIe-XXIe siècles

Les hôpitaux militaires pendant la Grande Guerre à Aix-les-Bains

Aix-les-Bains and its military hospitals during the First World War
Joël Lagrange et Philippe Gras

Résumés

Aix-les-Bains, une des plus grandes stations thermales du monde avec une capacité hôtelière de plus de 4 000 lits, fut choisie par l’État-major des Armées pour devenir un des principaux lieux d’accueil des blessés rapatriés du front. 33 formations sanitaires furent créées, hébergées dans les hôtels, casinos, bâtiments publics, entre 1914 et 1919. Au-delà du problème de la neutralisation d’une partie de la Savoie voisine de la frontière suisse cela a nécessité une logistique importante pour évacuer vers l’arrière les blessés transportables, conduisant à l’élaboration d’une médecine d’urgence basée sur le tri des blessés. Sur place, il fallut créer les structures, trouver du personnel soignant, un équipement pour les salles d’opérations, de radiographie et mettre en place des activités de loisirs pour les convalescents. La guerre se prolongeant au-delà de l’élan patriotique de 1914, se posa le difficile problème de concilier ces hôpitaux et la saison thermale nécessaire à la survie de la ville. Il fallait rouvrir les grands hôtels, les casinos, tout en gardant une capacité d’accueil des blessés suffisante. Finalement, dès 1915, le nombre d’étrangers en villégiature à Aix-les-Bains avait retrouvé un niveau comparable à celui d’avant-guerre. Toutefois, les profondes modifications géopolitiques apportées par la Grande Guerre eurent un impact considérable sur la vie thermale et entraînèrent un changement durable de clientèle. La Grande Guerre signifia aussi pour Aix-les-Bains la fin des saisons mondaines du thermalisme aristocratique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Exposition labellisée Centenaire de la Grande Guerre et présentée du 15 août au 30 novembre 2014 (...)

1Dans le cadre des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale, il est apparu opportun pour les archives municipales et l’Inventaire du patrimoine de la Ville d’Aix-les-Bains de mener une étude et de proposer une exposition1 rappelant le rôle spécifique d’une ville de villégiature « de l’arrière » pendant que les combats faisaient rage dans le nord et l’est de la France.

2La station thermale d’Aix-les-Bains, qui fut entre la seconde moitié du XIXe siècle et la Grande Guerre la plus importante ville d’eaux de France et une des plus renommées d’Europe, recevait chaque saison plusieurs milliers de baigneurs et disposait en conséquence d’une infrastructure hôtelière adaptée (fig. 1). Cela représentait plus de 4 000 chambres d’hôtel, sans compter les nombreuses villas de villégiature et pensions de familles. D’autre part, la cité savoyarde, desservie par une ligne de chemin de fer, était facilement accessible. Néanmoins, rien ne préparait la municipalité à opérer une telle reconversion, de l’accueil des curistes à celui des soldats blessés, alors qu’une bonne partie des forces vives était mobilisée.

Figure 1

Figure 1

L’État-major de place à l’hôtel Mirabeau. Carte postale, photo.

© Coll. Privée, M. A. Podevin.

Établissement des hôpitaux militaires à Aix-les-Bains

Une administration municipale en état de guerre

3Le maire de la ville, Albert Marty, médecin dans le civil, fut mobilisé en août 1914 et affecté au fort de Vulmix (Bourg-Saint-Maurice). C’est le premier adjoint qui veilla au bon fonctionnement de la vie municipale pendant la plus grande partie de la guerre. En 1916, le conseil municipal ne comptait plus que 11 membres. La municipalité mit en place des commissions ouvertes aux citoyens non mobilisés pour assurer le suivi des affaires courantes et la surveillance des prix, devenue nécessaire afin d’éviter les dérapages. La ville se dota d’une milice d’entraide mutuelle chargée de suppléer les services municipaux désorganisés par la mobilisation. Du point de vue militaire, un commandant de place d’armes fut nommé en décembre 1914, avec la responsabilité des soldats en transit, en cours de traitement ou en convalescence (fig. 2). Parmi ses nouvelles tâches, la Ville devait prendre en charge les réquisitions d’essence, de pneumatiques, les recensements de mulets et chevaux susceptibles d’être envoyés au front.

Figure 2

Figure 2

L’école supérieure Bernascon, hôpital auxiliaire n° 11. Carte postale vers 1915.

© Coll. Privée, M. A. Podevin.

L’organisation des formations sanitaires

4Après la défaite de 1870, la France restructura profondément sa carte militaire : Lyon devint le siège du 14e corps d’armée, regroupant 6 départements dont la Savoie. La loi-cadre de 1889 créa la direction du Service de santé des armées qui réorganisa la médecine militaire en France ; elle fut suivie d’un règlement, en 1910, pour le Service de santé en campagne. Chaque région militaire, dont la 14e, fut dotée d’un médecin-chef, directeur du service, qui relevait du général commandant le corps d’armée. Ce personnage central fut le chef d’orchestre de l’organisation des hôpitaux militaires auxiliaires et bénévoles durant la Grande Guerre, les hôpitaux de l’arrière étant théoriquement classés comme hôpitaux complémentaires (dépendants d’un hôpital militaire, sous la responsabilité directe du Service de santé), hôpitaux auxiliaires (dépendants de la Croix-Rouge ou de ses satellites) et hôpitaux bénévoles (communaux ou privés).

5Parallèlement, la Croix-Rouge était très active. La première réunion à Aix-les-Bains de l’Union des Femmes de France se déroula en 1887. Cette branche de la Croix-Rouge avait pour but « d’organiser dans toute la France, un personnel et un matériel qui seront, en cas de guerre, mis à la disposition de l’autorité militaire2 ». L’Union fut rattachée au Service de santé des armées en 1889. La section d’Aix-les-Bains avait projeté l’ouverture, en cas de guerre, d’un hôpital dans l’école supérieure de jeunes filles. De son côté, la Société de secours aux blessés, autre branche de la Croix-Rouge, plus tardivement implantée dans la ville, avait envisagé l’établissement d’un autre hôpital, à l’école supérieure Bernascon3 (fig. 3). Au total, avant la déclaration de guerre, 170 lits d’hospitalisation étaient disponibles.

Figure 3

Figure 3

La salle de jeu du Casino Grand Cercle transformée en dortoir pour blessés. Coll. AC Aix-les-Bains/fonds Duvernay.

© AC Aix-les-Bains.

  • 4 - AC Aix-les-Bains. Série 1D. « Délibérations du conseil municipal », 20 août 1913.

6Mais le 24 août 1914, le Dr Carle arriva à Aix, missionné par le Service de santé de la 14e région militaire. Il se rendait à l’hôtel de ville avec pour instruction de mettre sur pied le plus grand nombre possible d’hôpitaux et d’ambulances auxiliaires. Il expliqua que l’autorité militaire avait décidé d’envoyer dans le sud-est et le centre de la France les blessés les moins gravement atteints et il demandait que la municipalité fasse un effort à hauteur de 1 200 lits, chiffre bien éloigné des prévisions anciennes de la Croix-Rouge locale4.

7Dès le lendemain, les principaux médecins et les hôteliers encore présents furent convoqués à la mairie : on décida alors de transformer certains hôtels en ambulances militaires. Un conseiller exprima le souhait que les concessionnaires des jeux mettent à disposition le casino Grand-Cercle5 et le casino de la Villa des Fleurs6. On parvint à un total de 1 139 lits, uniquement dans les hôtels, et l’on envoya sans attendre une commission dans les deux casinos prendre des mesures et y envisager des installations.

8Le Service de santé posa quelques conditions à l’organisation des hôpitaux. D’après l’expérience tirée de l’implantation d’hôpitaux à Vichy, on recommandait de regrouper les malades dans les parties communes des hôtels, salles à manger, salons, et non dans les chambres afin de faciliter le service des infirmières, de rationaliser les coûts et d’éviter que les blessés se sentent isolés. Il était bien précisé que les malades militaires resteraient sous l’entier contrôle de l’armée.

9Les formations bénévoles devaient répondre à des règles hygiénistes pour la surface allouée à chaque blessé, le volume d’air de chacun, le chauffage des salles. Les locaux devaient être réservés à l’usage des militaires blessés pour éviter toute promiscuité avec la clientèle civile des hôtels (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

Le blocage efficace de la frontière suisse en août 1914.

Phot. Reibold, Ellen. Coll. AC Aix-les-Bains. © AC Aix-les-Bains.

La zone neutralisée

10Le 29 août 1914, alors que tout était quasiment prêt, le préfet de Savoie enjoignit à la commune de tout arrêter. Les autorités suisses avaient protesté car, pour elles, le traité de 1815 devait s’appliquer. Ce document international, issu des tractations qui avaient mis fin au Premier Empire, avait fixé le statut de la Suisse, garanti sa neutralité et l’inviolabilité de son territoire. Pour cela, une zone neutralisée avait été instaurée sur le territoire savoyard, dont toute activité militaire de combat était bannie. Aussi ne pouvait-on y soigner des combattants. La ville d’Aix était concernée. La Suisse avait le droit, au cas où elle se sentirait menacée, d’occuper cette zone neutralisée afin de se protéger.

  • 7 - AC Aix-les-Bains. Série 3D « Courrier du maire », 1914.

11Au même moment, Annecy reçut l’ordre d’évacuer vers Chambéry les premiers blessés arrivés. Dans un élan patriotique, les Aixois protestèrent auprès de la préfecture contre cette mesure qu’ils jugeaient discriminatoire et offensante pour leur engagement envers la patrie7.

12Le 5 septembre 1914, après une intense activité diplomatique entre la Suisse et la France, le ministère des Affaires étrangères français autorisa l’installation d’hôpitaux à Aix. Une nouvelle réunion avec les hôteliers prépara la mise en œuvre des propositions retenues, avec toutefois quelques légères modifications (fig. 5).

Figure 5

Figure 5

La salle d’opération du « Casino Grand Cercle ». Le docteur Louis Duverney pratiquant une opération. Coll. AC Aix-les-Bains/fonds Duvernay.

© AC Aix-les-Bains.

L’organisation des hôpitaux

13Une convention-cadre portant sur la gestion des formations sanitaires aixoises fut signée le 1er octobre 1914 entre le Service de santé et la Ville. Elle prévoyait notamment que l’administration des hôpitaux devait être assurée grâce au versement par le Service de Santé d’une indemnité journalière de 2,50 F pour les soldats et caporaux, 2,75 F pour les sous-officiers, 3 F pour les lieutenants et sous-lieutenants, 4 F pour les capitaines et officiers supérieurs ; les frais de sépulture seraient remboursés selon le tarif habituel de la commune.

14Le Service de santé militaire passait également une convention avec chaque gestionnaire, lui assurant un dédommagement, un prix par jour et par lit occupé, pour couvrir l’ensemble des frais de séjour, de nourriture, de médicaments.

15De son côté, la préfecture donna son accord pour que la commission municipale des hospices détienne les pouvoirs administratifs les plus larges sur les formations bénévoles aixoises, avec une mission de contrôle sur l’alimentation, l’administration générale, le personnel médical et infirmier. Le préfet se rendit à Aix-les-Bains le 12 septembre 1914 afin d’inspecter les infrastructures, alors au nombre de treize.

16Dans les villes neutralisées de la Haute-Savoie, les comités locaux de la Croix-Rouge se mobilisèrent pour créer des hôpitaux militaires sur le territoire d’Aix-les-Bains.

17Toutes les formations sanitaires d’Aix-les-Bains étaient bénévoles, gérées soit par la Ville (hôpitaux publics, Grand-Cercle, hôtel du Centre), soit par la Croix-Rouge (écoles supérieures de filles et de garçons, hospice Reine-Hortense) ou, le plus souvent, par des particuliers, surtout des hôteliers. En revanche, le dépôt des convalescents qui fonctionna à partir de décembre 1914 au Grand-Cercle, en remplacement de l’hôpital auxiliaire, fut placé directement sous la responsabilité du Service de santé qui reprit à son compte la convention passée avec le gérant du casino.

18Malgré les nombreuses réclamations et les menaces de fermeture d’hôpitaux, les tarifs ne furent révisés qu’en avril 1917 par un avenant à la convention de 1914. Pour beaucoup d’hôteliers, ces prix suffisaient à rentabiliser les établissements alors que les étrangers avaient fui la station dès le mois d’août 1914. Ouvrir un hôpital militaire n’était toutefois lucratif que dans la mesure où son taux d’occupation était satisfaisant. Aussi, dès que le nombre de blessés diminua, hôteliers et municipalité se précipitèrent auprès des autorités militaires pour qu’elles acheminent des trains de blessés en priorité à Aix-les-Bains. Pour le Grand-Cercle, le seuil de rentabilité était estimé à 300 blessés.

19La plupart des hôpitaux auxiliaires bénévoles avaient été équipés avec les moyens locaux, souvent grâce à des dons. La colonie étrangère se mobilisa fortement pour apporter par ses quêtes argent et dons en nature : draps, pansements, couvertures. Une riche Américaine, Mme Cunnigham Bishop, très généreuse bienfaitrice d’Aix, alla jusqu’à payer, avant son départ pour l’Amérique en octobre 1916, la remise à neuf des salles d’opération de l’hôpital, alors qu’elle lui avait déjà offert une table de radioscopie. Certains hôtels, à défaut d’être convertis en hôpital, prêtèrent des lits et du matériel (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Aix-les-Bains, Savoie. Cure thermale sulfureuse. Affiche publicitaire de la station de 1917. Imp. Marie Frinzine. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

La difficile reprise de la saison thermale8

  • 8 - Voir : Elsa Belle, « Aix-les-Bains, carrefour de villégiatures : thermalisme, climatisme, sports (...)

20Au moment de la déclaration de guerre, la saison battait son plein à Aix. Dès l’annonce, ce fut la débandade. Une partie de la colonie étrangère se trouva même « prisonnière » de la ville, du fait de l’instauration d’un système de contrôle des étrangers et de la désorganisation des transports. Une réunion se tint à l’hôtel de l’Europe, regroupant environ 300 participants de diverses nationalités. M. Mourichon, conseiller municipal mais surtout homme du monde, époux d’une Américaine bien connue de la communauté étrangère (Méta Kane Mourichon), fut chargé de rassurer les curistes. Très vite, ces derniers se mobilisèrent : ils lancèrent des souscriptions et firent de nombreux dons pour aider les soldats et leurs familles. Le 13 août, Mourichon réussit à affréter un train spécial à destination de Boulogne-sur-Mer pour 400 Anglais et Américains qui purent y embarquer pour Londres. Ils avaient auparavant été accompagnés à la gare d’Aix par la population, les autorités, les hôteliers, avec force démonstrations de sympathie, remises de gerbes de fleurs et applaudissements en guise de remerciements.

21Dès février 1915, les commerçants aixois firent des démarches pour la préparer la prochaine saison thermale, vitale pour la survie économique de la ville ; le chômage et la misère guettait. Cet écroulement de l’économie locale fit d’ailleurs prendre conscience aux autorités des dangers de cette mono-activité. Le conseiller municipal Mermoz, également propriétaire d’un hôtel, initia une grande campagne de publicité informant du maintien – en dépit de la guerre – de l’ouverture de la station. Les édiles votèrent des crédits en septembre 1916 pour des parutions dans le quotidien américain New York Herald et sur le réseau ferroviaire PLM.

22En avril 1915, les grands hôtels voulurent retrouver leur capacité hôtelière car la saison approchait et ils demandèrent au Service de santé la fermeture de leur formation sanitaire. Sous la pression, celui-ci se vit contraint d’augmenter temporairement les indemnités versées par blessé. Toutefois, dès l’année suivante, le Service de santé avait mis au point une meilleure organisation et refusa une nouvelle augmentation. Les formations les plus petites furent fermées afin de rationaliser les coûts. De nouveau, en janvier 1917, la Ville estima que l’augmentation du coût de la vie fragilisait la santé financière des hôpitaux d’Aix et sollicita une augmentation. Devant le refus du Service de santé, elle décida de fermer toutes les formations municipales à l’exception de l’hôpital municipal9. Il est vrai que les finances des hospices civils, qui reposaient largement sur les appels aux dons, étaient au plus bas. En juillet 1917, la commission municipale des hospices se vit dans l’obligation d’émettre un emprunt de 100 000 F à 6 % pour se renflouer.

23Au printemps 1915, la municipalité, prétendant répondre aux vœux du gouvernement qui plaidait pour une reprise des activités économiques de la France afin de financer l’effort de guerre, réunit une commission spéciale composée des principaux contribuables. Celle-ci se chargea d’évacuer les hôtels, tout en répondant aux vœux du Service de santé de ne pas diminuer la capacité d’accueil des blessés. Pour rouvrir les grands hôtels au tourisme, il fallait libérer 267 lits. 130 nouveaux lits furent trouvés dans des établissements modestes mais il en manquait encore 137. Pour obtenir satisfaction, la Ville finit par ouvrir une formation municipale supplémentaire à l’hôtel du Centre, établissement alors fermé qui appartenait au premier adjoint.

24En novembre 1915, l’évacuation du Grand-Cercle fut approuvée directement par le sous-secrétaire d’État à la Guerre, à la demande de la Ville. Les convalescents furent transférés à Cognin, à proximité de Chambéry ; en revanche, le casino de la Villa des Fleurs et son annexe restaient à la disposition de l’autorité militaire.

  • 10 - Arch. dép. Savoie, 321 R 27. Rapport du médecin principal Lapasset, directeur du Service de santé (...)

25Les tergiversations des hôteliers aixois avaient fini par exaspérer les autorités militaires, si bien que le médecin directeur du Service de santé de la 14e région rendit un rapport assez sévère sur « les difficultés de toutes natures que, depuis le début de la mobilisation, le Service de Santé a eu à surmonter pour assurer dans de bonnes conditions l’hospitalisation des malades et blessés militaires dans la Place d’Aix-les-Bains »10.

  • 11 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

26Dans ses carnets de mémoires, en juillet 191511, le docteur Duvernay mentionne cette querelle entre Aixois, mais note aussi que la pression continue de la Ville pour faire évacuer le casino commençait à agacer le gouvernement. Le général gouverneur de la 14e région menaçait de supprimer les militaires sursitaires laissés à la disposition de la Ville.

Du front à Aix : l’acheminement des blessés et les soins prodigués

Les directives nationales

  • 12 - MORILLON, Marc, FALABREGUES, Jean-François. Le Service de santé, 1914-1918. Paris : Bernard Giova (...)

27L’ampleur prise par le conflit et sa férocité mit rapidement en échec les mesures de traitement des blessés telles qu’elles avaient été conçues avant-guerre. La mortalité devenait très lourde. Le sous-secrétaire d’État à la Guerre, responsable du Service de santé Justin Goddard fut alerté par plusieurs rapports de médecins du front. Une nouvelle organisation s’imposa, qui reposait sur une prise en charge rapide des blessés dans un dispositif important de postes de secours, mais aussi d’hôpitaux de première ligne, mieux équipés, où l’on essayait de faire respecter les mesures d’hygiène élémentaires12. La chaîne d’évacuation des blessés vers l’arrière fut repensée avec la mise en place d’un triage systématique des blessés par pathologie et degré d’urgence, effectué par des chirurgiens compétents. Elle ne devint efficace qu’en 1917. On assista alors à la création d’une véritable médecine d’urgence.

  • 13 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

28Une note de médecin de février 1917 résume le schéma type de l’organisation13 : les lieux où les soldats blessés se regroupaient spontanément étaient appelés « nids de blessés ». De là, ceux-ci étaient relevés par des brancardiers régimentaires qui n’avaient que l’autorisation de mettre les plaies à l’abri des souillures (pansements par-dessus les vêtements), d’appliquer des garrots, et d’immobiliser le blessé sur le brancard pour son évacuation vers le poste de secours. À ce niveau, un médecin effectuait un premier tri en fonction de la gravité des blessures, vues de manière rapide, sans examen approfondi, en évitant toute manipulation. Le médecin ne faisait que revoir les interventions des brancardiers, vérifier les pansements, nettoyer le pourtour des plaies, immobiliser les fractures, corriger les garrots et soulager la douleur avec des piqûres de morphine, d’huile camphrée ou de spartéine. Les premiers soins étaient donnés aux asphyxiés. La médecine urgentiste prédominait.

29Les blessés étaient ensuite acheminés vers des « points de rassemblement » du Service de santé des Armées en utilisant des boyaux de secours, par les brancardiers positionnés en postes relais, puis vers des stations dites « SSA » où ils étaient chargés sur des voitures hippomobiles ou automobiles. Là, un médecin effectuait un nouveau tri, d’après la fiche de diagnostic du poste de secours, entre les blessés à transporter couchés et ceux pouvant marcher. Les premiers étaient chargés dans les voitures, sur des brancards, les seconds poussés plus loin, à pied, vers un point de regroupement des blessés légers. Les deux convois avaient pour destination l’ambulance de triage dite « HOE » (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

Convois d’Ambulance. Coll. Archives Départementales de la Haute-Savoie (FRAD074_53Fi_0037.jpg).

© Archives Départementales de la Haute-Savoie.

30À cette étape, les blessés graves étaient déchargés de leur armement et placés dans un brancard, sur des tréteaux, en attendant d’être examinés par un médecin chargé du triage en fonction de l’urgence de l’opération. Le médecin pouvait mettre à nu les plaies, laver les mains et le visage des blessés, procéder à un vaccin antitétanique. Le blessé, après avoir séjourné en salle d’attente des arrivants, était examiné par un chirurgien qualifié qui décidait s’il était transportable jusqu’à un poste d’opération et quel était le degré d’urgence de l’opération ou si l’on devait lui mettre la mention « I », à garder sur place. Les blessés légers étaient triés, mais dans un endroit séparé, débarrassés de leur armement, lavés et nourris. Après examen, les moins atteints étaient soignés sur place avant d’être renvoyés au bout de deux ou trois jours dans leur corps, les autres étaient évacués vers l’arrière. En aucun cas les formations de triage ne devaient opérer ou donner des soins non urgents, afin de ne pas rompre la chaîne (fig. 8).

Figure 8

Figure 8

Transport en train sanitaire vers 1917. Le Bourget. Coll. Musée du Service de Santé des Armées, Paris.

© Musée du Service de Santé des Armées.

31L’étape suivante se situait dans les formations opératoires, un peu à l’arrière, qui devaient fonctionner jour et nuit en plusieurs équipes chirurgicales. C’est là que les patients, après avoir été réconfortés sur des lits dit de chauffe et soulagés de leurs douleurs, étaient opérés. Des hôpitaux d’évacuation recevaient les blessés graves qui n’avaient pu être opérés dans les formations opératoires de l’avant, ainsi que les autres blessés.

La réception des blessés à Aix-les-Bains

32Le 3 septembre 1914, un courrier du général Meunier informait le maire que les blessés pouvaient arriver en train par la ligne Culoz-Aix-les-Bains, en traversant la zone neutralisée. Le 10 septembre, un télégramme du Service de santé annonçait l’arrivée d’un premier convoi de 274 blessés dont 140 couchés. En fait, ce premier train arriva à Aix à 1 h 30 du matin, amenant 330 soldats. Les convois se suivirent de manière assez rapprochée : 85 blessés le 12 septembre, un convoi en provenance des Vosges le 15. La presse locale fit état de chaque arrivée jusqu’au 9e ou 10e convoi, puis la routine s’installa. Ces trains d’évacuation étaient peu adaptés au transport des blessés et malades, la France ne disposant que de cinq trains sanitaires permanents. Les blessés étaient couchés à même la paille. À plusieurs reprises, en automne 1914, le conseil municipal d’Aix-les-Bains protesta auprès du sous-secrétariat à la Guerre contre ces transferts dans des wagons à bestiaux insalubres, cause de l’augmentation de la mortalité. L’amélioration des évacuations fut progressive : en 1915 on ajouta des porte-brancards dans les wagons ; finalement, en 1918 l’armée disposait de 190 trains sanitaires.

33À l’arrivée des trains étaient présents des médecins, le personnel des hôpitaux, des brancardiers bénévoles pour aider au transport, la milice et la garde civile. Le maire avait aussi demandé aux propriétaires d’automobiles de bien vouloir se mettre à disposition. De leur côté, les Thermes nationaux avaient prêté 10 chaises à porteurs. Le médecin-major Doyon répartit ces premiers arrivants dans les formations sanitaires en place (fig. 9).

Figure 9

Figure 9

Arrivée de blessés à l’hôpital de l’hôtel Bristol, Aix-les-Bains. Coll. M. A. Podevin.

© M. A. Podevin.

  • 14 - AC Aix-les-Bains, PER 4.

34Le journal local, L’Avenir d’Aix-les-Bains14, se mit en devoir de publier la liste des blessés accueillis, par hôtel, de la même façon qu’il publiait, en temps de paix, la liste des « étrangers » de marque reçus dans la station. Mais le 20 octobre 1914, la censure interdit cette pratique, par suite, semble-t-il, de fausses nouvelles, mais aussi, peut-être, pour éviter de démoraliser la population.

Les médecins

35Dans tous les hôpitaux militaires d’Aix-les-Bains, les soins furent placés sous le contrôle d’un médecin-major. Maurice Doyon, le premier major affecté à Aix, dès le 9 septembre 1914, était titulaire de la chaire de physiologie de l’université Claude-Bernard à Lyon depuis 1893 ; ses recherches avaient fait l’objet de plusieurs publications. Il était connu de nombre de médecins aixois qui avaient fait leurs études dans cette ville. Il fut remplacé par le docteur Barada à partir du 9 juillet 1915, qui resta jusqu’à la fin de la guerre, avant d’être à son tour relevé par le docteur Louis Duvernay en 1919 (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Le docteur Louis Duvernay, médecin militaire. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

36Le médecin major était secondé de chirurgiens et médecins en service actif sur place, mais aussi, pour la plupart, bénévoles. On retrouvait ainsi beaucoup de médecins locaux âgés, les médecins anglais d’Aix et une femme, Sonia Duvernay. Pour des opérations délicates, le médecin major pouvait faire appel aux chirurgiens de l’hôpital militaire de Chambéry.

  • 15 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay. Carnets de notes.

37Dès le début de la guerre, la Société médicale d’Aix-les-Bains fut très active pour regrouper les médecins. À cette fin, elle organisa une réunion en mairie le 15 août 1914 où les présents se répartirent les tâches et les affectations dans les formations sanitaires d’Aix-les-Bains. Le docteur Duvernay note un certain flottement en septembre 1914. Il n’avait pas de poste fixe et assurait le service dans différentes formations, en fonction des besoins. Les choses se régulèrent dès le 18 septembre car on lui proposa de prendre en charge l’hospice thermal, sous la direction du docteur Blanc, et l’ambulance du Casino Grand-Cercle : « le matin je fais le service au thermal aidé par des infirmières bénévoles dont je n’ai qu’à me louer, elles ne touchent rien avec les doigts. L’après-midi je m’installe au Casino, dans la salle de jeux »15.

38Une circulaire ministérielle demandait que les médecins sous les drapeaux ne soient pas affectés dans leur ville de résidence, pour éviter que le traitement de leur clientèle habituelle ne prenne le pas sur leur devoir envers les militaires. Toutefois, comme on peut le constater avec le docteur Duvernay, ce principe connut quelques accrocs. Cette mesure suscita rumeurs et dénonciations diverses : on trouve dans les archives préfectorales un rapport du commissaire de police d’Aix qui soupçonne qu’on écarte volontairement de la ville les médecins républicains en faveur des conservateurs qui en profiteraient pour accaparer la clientèle de leurs confrères. Le docteur Duvernay fut particulièrement visé par cette attaque, avant d’être envoyé sur la zone de combat (fig. 11).

Figure 11

Figure 11

Caricature : médecin major. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Les infirmières

  • 16 - Archives privées J. Lagrange.

39Lors de la première réunion entre la Ville et le Service de santé, on se préoccupa de trouver du personnel médical infirmier ou de salle. Depuis la fenêtre de l’hôtel de ville, un appel théâtral fut lancé à la population rassemblée pour écouter la lecture des nouvelles de guerre. Un bureau d’inscription des bénévoles fut ouvert dès le lendemain pour recruter infirmières, brancardiers, personnels de salle. Des cours pour former des infirmières furent dispensés par les médecins locaux. Du personnel militaire fut détaché dans certaines formations, surtout au Grand-Cercle. La Croix-Rouge disposait de son propre vivier de bénévoles. La municipalité fit aussi appel à la Croix-Rouge suisse pour fournir l’ambulance du Grand-Cercle en personnel infirmier. Ce personnel était très hiérarchisé : les infirmières-major étaient souvent recrutées parmi les dames et les jeunes filles de familles de la petite bourgeoisie locale, sans activité professionnelle ; ce sont elles qui dirigeaient le personnel. Dans une lettre à une de ses amies, le 16 août 1914, une domestique aixoise écrit : « je pense que vous ne vous êtes pas engagée comme infirmière, quoique vous me le disiez dans votre dernière lettre, à moins que vous ne vouliez faire comme ces demoiselles d’ici car il y en a beaucoup qui ont demandé à être infirmière, et on dit que c’est pour faire la conquête d’un officier… »16 (fig. 12, fig. 13).

Figure 12

Figure 12

Médecin major visitant ses patients à l’hôpital municipal bénévole. À l’extrême gauche, le Dr Duvernay. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 13

Figure 13

Infirmières et blessés devant l’école supérieure de jeunes filles. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Les soins

  • 17 - Service des archives médicales hospitalières des armées (SAMHA), Limoges. Dossiers des hôpitaux m (...)

40Les cas les plus graves étaient dirigés vers l’hôpital Léon-Blanc, le mieux équipé. Néanmoins, plusieurs autres établissements étaient pourvus de salles d’opération. Ce fut le cas du Grand-Cercle où deux salles furent aménagées, l’une dans la galerie des glaces, l’autre pour le docteur Duvernay, dans l’ancienne salle de billard. Si l’on s’en réfère à ses notes, sa salle avait été montée avec du mobilier récupéré un peu partout. L’hospice Reine-Hortense disposait d’une salle d’opération, dotée en instruments de chirurgie grâce aux dons de M. Mac Kornick, même si les listes de blessés17 de cette formation semblent indiquer que l’on n’y plaçait que des blessés légers ne nécessitant qu’un traitement thermal. Les formations des hôtels Cosmopolitain, Mirabeau, semblent avoir aussi reçu des cas très sérieux. À l’inverse, certains petits sites ne recevaient que des malades ou des blessés légers.

41Pour la prise en charge des blessés par les médecins bénévoles, le docteur Gaston, chef de l’ambulance du Régina Bernascon avait rédigé cette note après une inspection du service de Santé :

Dès l’arrivée d’un blessé, autant que la chose soit possible, lui nettoyer les pieds, la tête, couper ongles et cheveux.

Ne jamais laver la région qui entoure la plaie (les éclaboussures pouvant contribuer à contaminer la plaie) : nettoyer minutieusement cette région avec un tampon ouaté imprégné d’alcool camphré ou mieux d’essence de térébenthine pure et rectifiée.

Panser toutes les plaies avec de la teinture d’iode d’abord, puis, sur la plaie et au pourtour, mettre deux ou trois couches de vernis à l’aloès avant d’appliquer des compresses de gaze ouatée assujetties avec des bandages appropriés.

S’inquiéter du moindre frisson : en signaler au chef de service l’heure du début et la durée.

  • 18 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

Pansements rares, très rares, à moins de nécessité reconnue par le chef de Service, en cas d’urgence (Hémorragie)18.

42Par une circulaire, le médecin-major Doyon rappelait aux médecins civils associés que la chirurgie des hôpitaux auxiliaires ne devait être que conservatoire et que toute intervention plus sérieuse devait faire l’objet d’une consultation par le médecin-chef. Il est clairement dit que les amputations et autres travaux de chirurgie devaient être limités au maximum pour ne pas que l’État ait à verser trop de pensions à l’issue de la guerre. En outre, les blessés les plus gravement atteints n’arrivaient pas jusqu’à Aix, ils avaient été soignés dans les hôpitaux d’orientation et d’évacuation (HOE), près de la zone de combat (fig. 14).

Figure 14

Figure 14

Salle d’opération de l’hôpital bénévole du Bristol. Coll. M. A. Podevin.

© M. A. Podevin.

  • 19 - SAMHA, Limoges. Carnets de soins.

43Le docteur Duvernay note qu’il soigne surtout des malades de diarrhées, de bronchites et de rhumatismes, toutes ces maladies attrapées à cause des mauvaises conditions d’hygiène des tranchées. À partir de 1918, la grippe espagnole devint la principale cause d’hospitalisation19.

44La question de l’utilisation des thermes pour les soins aux blessés souffrant de divers traumatismes se posa rapidement. Les médecins d’Aix y voyaient l’opportunité de faire connaître la cité thermale. Certaines voix intéressées demandèrent que la municipalité fasse en sorte qu’Aix devienne un centre de traitement thermal pour officiers, et particulièrement pour officiers anglais, mais aucune de ses propositions ne retint l’attention du Service de santé militaire. Toutefois, toute la gamme des soins liés au thermalisme, prodigués auparavant à Aix, était appliquée : mécanothérapie à l’institut Zander, mais aussi dans certaines formations (Villa des Fleurs), héliothérapie…

45La Société médicale s’inquiétait du manque de personnel aux Thermes nationaux et rappelait la nécessité de soigner aussi la clientèle civile, essentielle à la station. Le directeur de l’établissement thermal obtint la démobilisation d’un certain nombre de ses anciens masseurs et l’affectation de masseurs en sursis d’incorporation. Ceux-ci furent autorisés par le Service de santé à traiter les civils, à condition que la priorité soit donnée aux militaires. Dès juin 1915, les activités de la saison thermale reprirent. Il fallut faire se côtoyer dans l’établissement les militaires et la clientèle aisée en villégiature. Les thermes offrirent la gratuité des soins aux militaires français et des pays alliés. À partir de 1916, une formation sanitaire s’installa au cœur même de l’institution.

46Dans le domaine des soins, la radiographie, était uniquement pratiquée à l’institut de mécanothérapie Zander, le seul équipé en ville jusqu’à la guerre. Les médecins prescrivaient l’examen, la demande était transmise au maire qui signait alors une autorisation ; la facture était envoyée aux hospices civils qui furent rapidement dans l’incapacité de supporter cette charge financière. En octobre 1915, les hôpitaux d’Aix furent dotés, grâce à un don important, de leur propre service de radio, réservé à leurs seuls patients, puisqu’au moment de la signature de la convention-cadre avec le Service de santé le coût n’avait pas été inclus dans le remboursement par l’État. En mai 1916, la commission des hospices finit par autoriser le prêt d’une table radioscopique pour les blessés militaires (fig. 15, fig. 16).

Figure 15

Figure 15

Radiographie d’un pied, faite par le Dr. Guyenot, au Zander. Coll. SAMHA.

© SAMHA.

Figure 16

Figure 16

Cahier médical de l’hôpital auxiliaire n° 10. Coll. SAMHA.

© SAMHA.

47Le premier militaire décédé à Aix-les-Bains fut le soldat Octave Bouchet, du 30e régiment d’infanterie, originaire de Cruseilles (Haute-Savoie). Son enterrement, célébré sur place, fut l’occasion d’une cérémonie patriotique en présence de 4 000 personnes, avec discours du maire par intérim et des autorités militaires.

48On ne dénombra en tout que 151 militaires décédés dans les établissements aixois entre 1914 et 1919, dont 28 de la grippe espagnole.

La vie quotidienne et les distractions du soldat blessé

49Tous les soldats soignés n’étaient pas constamment alités, surtout à partir de décembre 1914, quand l’administration militaire établit un dépôt de convalescents. Un appel aux dons, en décembre 1914, permit de collecter jeux de société et cartes à jouer. Les blessés n’étaient toutefois pas libres de leurs sorties et restaient tributaires de permissions accordées par l’autorité militaire, tout en étant étroitement surveillés. La grande bataille des Aixois fut d’obtenir de l’autorité militaire l’ouverture des cafés et restaurants jusqu’à minuit, soit bien au-delà des horaires normalement prévu par le couvre-feu. La sortie au café restait évidemment la première des occupations du poilu en convalescence.

50La réglementation des divertissements dans les hôpitaux du territoire était soumise à autorisation préalable du directeur du Service de santé de la région. Les spectacles devaient être gratuits, les acteurs en règle avec l’armée et les attractions surveillées par la censure.

51Les cinémas de la ville, ainsi que les casinos, avaient fermé dès la déclaration de guerre. M. Lansard, directeur du cinéma, proposa leur réouverture le 20 août 1914, précisant qu’une partie de la recette serait reversée au bureau de bienfaisance et demandant qu’un conseiller municipal assiste à chacune des projections. Les films étaient projetés sans musique afin de garder une certaine décence. En dehors des séances régulières, on proposa des séances spéciales au profit des blessés de l’hôpital municipal. Quant aux jeux, ils ne furent pas autorisés avant 1919, tant il était impensable que les militaires aillent perdre leur solde.

52Aix était une ville de plaisirs qui connaissait tous les étés une brillante saison musicale. Cette tradition imposait d’avoir sur place musiciens, chanteurs et orchestres. Cette activité fut mise à profit pour distraire les blessés. Ainsi, un concert fut organisé le 10 octobre 1914 à l’ambulance du palace Régina-Bernascon, au cours duquel s’illustra la célèbre artiste lyrique de l’Opéra comique, Lise Landouzy, qui vivait depuis quelques années à Aix (fig. 17). Son tour de chant fut essentiellement composé de chansons patriotiques. Celle-ci se fit ensuite un devoir de parcourir les formations sanitaires non seulement aixoises, mais aussi de toute la Savoie, pour donner des concerts aux soldats blessés (fig. 18).

Figure 17

Figure 17

L’artiste lyrique Lise Landouzy, de l’Opéra comique, résidente d’Aix-les-Bains. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 18

Figure 18

Les blessés assistant au concert Botrel, dans le parc de la Villa des Fleurs. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

53Les fêtes se succédèrent : le 2 septembre 1917, une grande fête des poilus fut organisée à la Villa des Fleurs, sous la présidence du préfet de la Savoie, du général Rogerie, du médecin-chef Barada, du commandant d’armes Brossard. On y donna un opéra avec des ténors venant entre autre de la Scala et de Bruxelles.

54Parmi les distractions proposées, les remises de médailles militaires aux blessés méritants constituaient des événements marqués de solennité qui visaient à entretenir la fibre patriotique aussi dans la population de l’arrière (fig. 19).

Figure 19

Figure 19

Une remise de médaille. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

55Le bon air était bénéfique aux guérisons. Les ressources de la montagne du Revard, au-dessus d’Aix-les-Bains, lieu de villégiature déjà renommé avec son Grand Hôtel, ses restaurants et son panorama, furent mises à profit. Un premier train à crémaillère spécial fut affrété, le 22 juillet 1915, par la baronne Henri de Rothschild pour une cinquantaine de blessés de l’hôpital auxiliaire no 11 et du 170 bis. Un second train, le 1er août, eut pour sponsor Miss Mary Cunningham Bishop, qui gérait la formation de l’hôtel Astoria et du Bernascon. Puis il devint chose courante de programmer des sorties au Revard pour les soldats en convalescence.

Conclusion

56La Grande Guerre mit à contribution l’ensemble des forces vives du pays, non seulement pour les opérations militaires, mais aussi, et peut-être pour la première fois avec cette ampleur, dans l’ensemble des services de soins disponibles sur le territoire.

57Bien que très largement sous-dimensionné avant guerre par l’état-major, le dispositif de santé militaire dut s’adapter très rapidement pour faire face aux besoins. Toutefois, la participation des bénévoles, des municipalités, des associations fut déterminante pour assurer l’installation et le fonctionnement des très nombreux hôpitaux de l’arrière.

58À Aix-les-Bains, malgré la bonne volonté et le patriotisme des habitants, cela n’alla pas sans poser le problème, chaque année plus crucial, de la compatibilité des formations sanitaires avec les activités de la saison thermale. Les établissements sanitaires installés provisoirement dans les grands hôtels furent évacués dès le mois de mai 1915, si bien qu’au 14 juillet 1915, on dénombrait 4 168 étrangers en villégiature. Ce fut néanmoins la plus mauvaise saison depuis longtemps ; il fallut attendre 1918 pour que le nombre d’étrangers retrouve son niveau de 1914. En janvier 1918, la ville participa à l’Exposition internationale des stations thermales à Monaco, afin de relancer le thermalisme. La guerre n’était pourtant pas terminée. Cette difficile cohabitation mit également en lumière les risques qui pesaient sur une activité économique uniquement fondée sur le thermalisme. Ainsi, dès les années 1920, la Ville soutint la création d’une industrie, la Société savoisienne de constructions électriques, aujourd’hui Areva.

59La guerre, enfin, marqua le début d’un changement radical de la clientèle et des pratiques de villégiature. En effet, la révolution russe mit un terme au séjour de l’aristocratie slave ; la noblesse des États de l’Europe orientale et de leurs alliés privilégia d’autres destinations. Les Anglais, affaiblis économiquement, se tournèrent davantage vers leurs colonies et leurs nouveaux territoires « protégés » d’Égypte et du Moyen-Orient. A contrario, l’arrivée massive de soldats américains fit davantage connaître la station outre-Atlantique, en particulier auprès des élites de la finance et de l’industrie qui avaient commencé à découvrir la villégiature aixoise dès la fin du XIXsiècle.

Annexe 1 : Les différentes formations sanitaires

Établissement

Date d’accueil du premier blessé

Date de sortie du dernier blessé

Nbre de blessés selon le registre d’entrée

Hôpitaux

Hospice Reine-Hortense, hôpital auxiliaire n° 102

10/09/1914

01/02/1916

531

Hôpital. Le pavillon des isolés, bénévole n° 157 bis

09/10/1914

16/11/1914

8

Hôpital municipal, hôpital bénévole n° 158 bis (fig. 20)

26/09/1914

23/11/1917

487

Hôpital Léon Blanc, hôpital bénévole n° 161 bis (fig. 21)

10/09/1914

24/09/1917

975

Thermes, hôpital bénévole n° 232 bis (fig. 22)

06/05/1915

30/01/1917

567

Casinos

Casino Grand-Cercle, hôpital bénévole municipal, n° 162 bis

26/09/1914

27/11/1914

167

Casino Grand-Cercle, hôpital complémentaire, dépôt de convalescents n° 29 (fig. 23)

01/12/1914

25/12/1915

17 642

Casino de la Villa des Fleurs, annexe au dépôt des convalescents du Grand-Cercle, géré directement par le service de santé de la 14e région, puis annexe à l’hôpital complémentaire n° 52 (fig. 24)

02/02/1916

08/02/1919

4 554

Écoles supérieures

École supérieure de jeune fille, hôpital auxiliaire n° 105

10/09/1914

01/09/1916

944

École supérieure de garçon, Bernascon, bd des Anglais, hôpital auxiliaire n° 11

20/08/1914

01/09/1916

voir Îles Britanniques

Hôtels

Hôtel des Îles Britanniques, hôpital auxiliaire n° 11

06/09/1916

19/1/1919

982

Hôtel des Bergues, hôpital auxiliaire n° 15

27/11/1914

09/01/1919

1 726

Hôtel International, hôpital auxiliaire n° 16

19/03/1916

31/01/1919

1 028

Hôtel Cosmopolitain, hôpital complémentaire n° 51

22/02/1916

10/05/1919

2 226

Hôtel Métropole, hôpital complémentaire n° 52

08/01/1916

15/05/1919

1 684

Hôtel du Mont Blanc, hôpital auxiliaire n° 65

04/07/1915

13/12/1916

520

Hôtel Bernascon (Villa d’Astay), hôpital bénévole n° 155 bis (fig. 25)

15/9/1914

07/03/1916

450

Hôtel Splendide, hôpital bénévole n° 156 bis

10/9/1914

10/5/1915

550

Hôtel Mirabeau, hôpital bénévole n° 159 bis

10/09/1914

04/07/1915

389

Hôtel Bristol, hôpital bénévole n° 160 bis (fig. 26)

12/09/1914

02/11/1914

185

Hôtel Bristol, hôpital auxiliaire n° 10

27/11/1914

17/01/1919

2 292

Hôtel du Nord et Grande-Bretagne, hôpital bénévole n° 163 bis

une liste de blessée fut publiée le 09/10/1914

Hôtel Continental, hôpital bénévole n° 164 bis

01/10/1914

21/02/1919

1 468

Hôtel Beau Site, hôpital bénévole n° 165 bis

28/09/1914

15/09/1915

515

Hôtel Mercédès, hôpital bénévole n° 166 bis

1/10/1914

21/10/1914

41

Grand Hôtel d’Aix, hôpital bénévole n° 167 bis

26/09/1914

27/11/1914

307

Hôtel de Paris, hôpital bénévole n° 169 bis. Créé spécialement pour les blessés ayant besoin de soins thermaux

05/10/1914

18/01/1919

1 141

Pension des Dames, hôpital bénévole n° 170 bis

10/05/1915

14/09/1915

98

Hôtel des Alliés (Astoria), hôpital bénévole n° 234 bis

14/05/1915

13/09/1915

222

Hôtel de Russie, hôpital bénévole n° 235 bis

18/05/1915

14/08/1915

108

Hôtel central, hôpital bénévole n° 236 bis

18/05/1915

15/09/1915

73

Hôtel des Voyageurs et du Centre, hôpital bénévole n° 237 bis

25/05/1915

06/11/1915

241

Hôtel Alexandra, hôpital bénévole n° 238 bis

10/06/1915

16/11/1916

404

Hôtel Thermal, hôpital bénévole

Formation dont les archives ne se trouvent pas avec celles des Services de santé des Armées. Elle a reçu 60 blessés par le premier train, le 10/09/1914

Hôtel Beaulieu, hôpital bénévole

Formation dont les archives ne se trouvent pas avec celles des Services de santé des Armées.

En mars 1915 elle reçoit surtout des officiers

Figure 20

Figure 20

Hôpital municipal. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 21

Figure 21

Une opération à l’hôpital bénévole Léon Blanc, 161 bis. Coll. M. A. Podevin.

© M. A. Podevin.

Figure 22

Figure 22

Les thermes vers 1914. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 23

Figure 23

Hôpital bénévole du Casino Grand-Cercle. La grande galerie. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 24

Figure 24

Hôpital complémentaire 52 annexe. Villa des Fleurs, sous le porche du théâtre extérieur. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 25

Figure 25

La salle à manger du Bernascon, transformé en HB 156bis. Coll. AC Aix-les-Bains.

© AC Aix-les-Bains.

Figure 26

Figure 26

L’HA n° 10. Soldats sur les marches du Palais Bristol. Coll. M. A. Podevin.

© M. A. Podevin.

Haut de page

Notes

1 - Exposition labellisée Centenaire de la Grande Guerre et présentée du 15 août au 30 novembre 2014 à Aix-les-Bains, puis circulant dans les départements savoyards.

2 - Archives communales (AC) d’Aix-les-Bains, 4Q1. « Demandes de subvention », 1894-1920.

3 - Voir le site : Patrimoine-aixlesbains.fr/Ecole supérieure Bernascon [consulté le 17/11/2016].

4 - AC Aix-les-Bains. Série 1D. « Délibérations du conseil municipal », 20 août 1913.

5 - Voir le site : Patrimoine-aixlesbains.fr/casino Grand Cercle [consulté le 17/11/2016].

6 - Voir le site : Patrimone-aixlesbains.fr/Villa des Fleurs [consulté le 17/11/2016].

7 - AC Aix-les-Bains. Série 3D « Courrier du maire », 1914.

8 - Voir : Elsa Belle, « Aix-les-Bains, carrefour de villégiatures : thermalisme, climatisme, sports d’hiver et bords de lac », In Situ [En ligne], 24 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2014, consulté le 16 novembre 2016. URL : http://insitu.revues.org/11132 ; DOI : 10.4000/insitu.11132.

9 - Voir le site : http://www.patrimoine-aixlesbains.fr/?page=fiches&p=IA73002339 [consulté le 06/01/2017].

10 - Arch. dép. Savoie, 321 R 27. Rapport du médecin principal Lapasset, directeur du Service de santé de la 14e région au ministre de la Guerre, 24 octobre 1915.

11 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

12 - MORILLON, Marc, FALABREGUES, Jean-François. Le Service de santé, 1914-1918. Paris : Bernard Giovanangeli, 2014.

13 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

14 - AC Aix-les-Bains, PER 4.

15 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay. Carnets de notes.

16 - Archives privées J. Lagrange.

17 - Service des archives médicales hospitalières des armées (SAMHA), Limoges. Dossiers des hôpitaux militaires de la place d’Aix-les-Bains, 1914-1918.

18 - AC Aix-les-Bains. Fonds Duvernay.

19 - SAMHA, Limoges. Carnets de soins.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’État-major de place à l’hôtel Mirabeau. Carte postale, photo.
Crédits © Coll. Privée, M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 2
Légende L’école supérieure Bernascon, hôpital auxiliaire n° 11. Carte postale vers 1915.
Crédits © Coll. Privée, M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Figure 3
Légende La salle de jeu du Casino Grand Cercle transformée en dortoir pour blessés. Coll. AC Aix-les-Bains/fonds Duvernay.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Figure 4
Légende Le blocage efficace de la frontière suisse en août 1914.
Crédits Phot. Reibold, Ellen. Coll. AC Aix-les-Bains. © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Figure 5
Légende La salle d’opération du « Casino Grand Cercle ». Le docteur Louis Duverney pratiquant une opération. Coll. AC Aix-les-Bains/fonds Duvernay.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Figure 6
Légende Aix-les-Bains, Savoie. Cure thermale sulfureuse. Affiche publicitaire de la station de 1917. Imp. Marie Frinzine. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 7
Légende Convois d’Ambulance. Coll. Archives Départementales de la Haute-Savoie (FRAD074_53Fi_0037.jpg).
Crédits © Archives Départementales de la Haute-Savoie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 8
Légende Transport en train sanitaire vers 1917. Le Bourget. Coll. Musée du Service de Santé des Armées, Paris.
Crédits © Musée du Service de Santé des Armées.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 9
Légende Arrivée de blessés à l’hôpital de l’hôtel Bristol, Aix-les-Bains. Coll. M. A. Podevin.
Crédits © M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 10
Légende Le docteur Louis Duvernay, médecin militaire. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 11
Légende Caricature : médecin major. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 12
Légende Médecin major visitant ses patients à l’hôpital municipal bénévole. À l’extrême gauche, le Dr Duvernay. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 13
Légende Infirmières et blessés devant l’école supérieure de jeunes filles. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 14
Légende Salle d’opération de l’hôpital bénévole du Bristol. Coll. M. A. Podevin.
Crédits © M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 15
Légende Radiographie d’un pied, faite par le Dr. Guyenot, au Zander. Coll. SAMHA.
Crédits © SAMHA.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 16
Légende Cahier médical de l’hôpital auxiliaire n° 10. Coll. SAMHA.
Crédits © SAMHA.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 17
Légende L’artiste lyrique Lise Landouzy, de l’Opéra comique, résidente d’Aix-les-Bains. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 18
Légende Les blessés assistant au concert Botrel, dans le parc de la Villa des Fleurs. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 19
Légende Une remise de médaille. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 20
Légende Hôpital municipal. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 21
Légende Une opération à l’hôpital bénévole Léon Blanc, 161 bis. Coll. M. A. Podevin.
Crédits © M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 22
Légende Les thermes vers 1914. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Figure 23
Légende Hôpital bénévole du Casino Grand-Cercle. La grande galerie. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 24
Légende Hôpital complémentaire 52 annexe. Villa des Fleurs, sous le porche du théâtre extérieur. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Figure 25
Légende La salle à manger du Bernascon, transformé en HB 156bis. Coll. AC Aix-les-Bains.
Crédits © AC Aix-les-Bains.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 26
Légende L’HA n° 10. Soldats sur les marches du Palais Bristol. Coll. M. A. Podevin.
Crédits © M. A. Podevin.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13954/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Lagrange et Philippe Gras, « Les hôpitaux militaires pendant la Grande Guerre à Aix-les-Bains », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://insitu.revues.org/13954 ; DOI : 10.4000/insitu.13954

Haut de page

Auteurs

Joël Lagrange

Directeur des Archives municipales d’Aix-les-Bains, chercheur pour l’Inventaire du Patrimoine, archives@aixlesbains.fr

Articles du même auteur

Philippe Gras

Assistant de Conservation, chercheur au sein des Archives municipales pour l’Inventaire du Patrimoine, p.gras@aixlesbains.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page