Navigation – Plan du site
Essais de définition : hôtels-Dieu et hôpitaux, XVIIIe-XXIe siècles

Le centre de santé d’Arles (1971-1974), anachronisme d’une prospective architecturale ?

The Arles health centre (1971-1974), the anachronism of an architectural perspective?
Éléonore Marantz

Résumés

Le centre de santé d’Arles a été construit entre 1971 et 1974 par Paul Nelson, en collaboration avec André Remondet et Pierre Devinoy, à l’initiative du ministère de la Santé et des Hospices civils d’Arles. Dernière réalisation de Paul Nelson en matière d’architecture de la santé, sa conception repose sur des réflexions engagées par l’architecte pendant l’Entre-deux-guerres et approfondies tout au long de sa vie professionnelle. Œuvre-manifeste tout autant qu’œuvre-testament, le centre de santé d’Arles n’a pas toujours l’innovation technique ou architecturale que l’on a pu lui prêter. Néanmoins, ultime transposition architecturale de la conception singulière et ambitieuse portée par Paul Nelson, il témoigne de la complexité du processus de renouvellement de l’architecture hospitalière au cours du XXsiècle et, au-delà, pose la question de la pérennité des prospectives architecturales.

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Le centre de santé d’Arles a été construit entre 1971 et 1974 par Paul Nelson (1895-1979), en collaboration avec André Remondet (1908-1998) et Pierre Devinoy, à l’initiative du ministère de la Santé et des Hospices civils d’Arles (fig. 1). Dernière réalisation de Paul Nelson en matière d’architecture de la santé, sa conception repose sur des réflexions engagées par l’architecte pendant l’Entre-deux-guerres et approfondies tout au long de sa vie professionnelle. S’il est emblématique d’une démarche qui essaie de concilier technicité, plasticité et organicité de l’architecture, le centre de santé d’Arles témoigne aussi de la complexité du processus de renouvellement de l’architecture hospitalière au cours du XXsiècle et, au-delà, pose la question de la pérennité des prospectives architecturales.

Figure 1

Figure 1

Photographie aérienne du centre hospitalier Joseph-Imbert (s. d., vers 1995), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

Du projet de nouvel hôpital à la construction du centre de santé : l’impossible genèse (1905-1965)

  • 1 - Note sur le projet de construction du nouvel hôpital, 18 avril 1963 (archives municipales (AM) Ar (...)
  • 2 - Les équipements de santé de la ville se résument alors à un hôpital de 268 lits, toujours install (...)

2Il est envisagé de doter Arles d’un nouvel hôpital dès les premières années du XXsiècle. Néanmoins, le « modeste projet d’hôpital à construire dans le quartier de Pont-de-Crau » établi en 1905-1906 est rapidement abandonné1. En 1938, face à l’exiguïté et la vétusté des équipements de santé2, la commission administrative des Hospices civils d’Arles décide de la construction d’un nouvel établissement. Dans cette optique et conformément aux préconisations de l’époque qui consistaient à rejeter les établissements sanitaires aux franges des agglomérations, des terrains avaient commencé à être acquis dès 1937 sur le plateau de Fourchon, à environ deux kilomètres au sud-est de la ville. Compte tenu de la longue genèse du projet, les acquisitions foncières se poursuivront, jusqu’à constituer un vaste domaine soumis à peu de contraintes, hormis son exposition aux vents. Au milieu des années 1960, lorsqu’il découvrira le site, Paul Nelson sera particulièrement sensible à sa qualité paysagère (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Vue du site sur lequel sera construit le centre de santé d’Arles en 1971, coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

  • 3 - CHIAVASSA, Isabelle, GASNAULT, François (dir.). Les Castel. Une agence d’architecture au XXsièc (...)
  • 4 - CAYLUX, Odile, MARANTZ, Éléonore (dir.). Arles contemporaine : architectures et patrimoine du XXe (...)
  • 5 - On n’en trouve aucune trace ni aux archives municipales d’Arles, ni aux archives départementales (...)

3Mais pour l’heure, en 1938, le projet de nouvel hôpital est confié à Gaston Castel (1886-1971), architecte en chef du département des Bouches-du-Rhône et acteur majeur de la scène architecturale régionale3. La réalisation récente de l’école des métiers Louis-Pasquet (1927-1929, en collaboration avec Jean Rasongles), de la cité HBM Richepin (1930-1933), de la salle des fêtes (1930-1932, en collaboration avec Marius Dallest) et du collège de jeunes filles (actuel collège Ampère, 1932-1934, en collaboration avec Henri Lyon) avait permis à Gaston Castel d’introduire à Arles de nouvelles écritures architecturales. Empruntant tout autant à l’Art déco qu’aux répertoires moderniste ou régionaliste, ses réalisations illustrent bien l’éclectisme de l’Entre-deux-guerres4. En matière d’équipements de santé, déjà, en 1931, Gaston Castel avait été sollicité pour étudier l’opportunité d’exhausser l’hospice de la ville. Mais cette option avait rapidement été abandonnée au profit de la perspective plus ambitieuse de construire un nouvel établissement hospitalier. Le projet établi par Gaston Castel – dont aucun dessin n’est conservé5 – est remanié après avis du conseil départemental d’hygiène des Bouches-du-Rhône, soumis à l’approbation de l’autorité supérieure, mais interrompu par la Seconde Guerre mondiale.

4En février 1941, les Hospices civils d’Arles relancent le projet. Gaston Castel ayant entre temps été suspendu de ses fonctions d’architecte en chef du département, le préfet des Bouches-du-Rhône accrédite des architectes parisiens, Christian Goulard et Paul Chané, qui imaginent un hôpital pavillonnaire comprenant quatre bâtiments : une maternité, un pavillon des contagieux, un pavillon des services généraux, un pavillon regroupant administration, services de radiologie et bloc opératoire (fig. 3). Cette proposition très conventionnelle, tant sur le plan du parti général que du traitement architectural, est acceptée, dans ses grandes lignes, par la commission administrative des Hospices civils d’Arles en décembre 1941. Toutefois, l’Occupation puis les combats pour la Libération rendent impossible sa concrétisation.

Figure 3

Figure 3

Projet Goulard-Chané (1941) : façade et plan du rez-de-chaussée du pavillon des contagieux (s. d., vers 1941), AM Arles, M 65.

© Archives municipales, Arles.

  • 6 - Jacques Van Migom est architecte DPE (diplômé par l’État) en 1934 (Arch. nat., CAC 19771065 art.  (...)
  • 7 - Programme du concours pour la construction d’un hôpital de 469 lits au quartier de Fourchon établ (...)
  • 8 - Ce délai fut retardé de deux mois en raison d’une légère modification du programme faisant suite (...)
  • 9 - Parmi les six projets finalistes figure un projet signé par une équipe composée d’André Dunoyer d (...)

5Au sortir de la guerre, les Hospices civils décident d’organiser un concours pour « la construction d’un hôpital de 469 lits au quartier de Fourchon ». Le programme est établi en juin 1946 par l’architecte des Hospices civils d’Arles, Jacques Van Migom (1907-1980). En 1937, trois ans après avoir obtenu son diplôme, cet architecte parisien était venu s’établir à Arles où il avait commencé à mener de front une activité de praticien libéral et d’architecte ordinaire des Monuments historiques6. Le programme de concours qu’il formule précise que « toute latitude est laissée aux concurrents quant aux partis, dispositions de détail du plan et solutions techniques à adopter », mais il stipule aussi que « le nouvel hôpital d’Arles devra s’intégrer dans le cadre du pays d’Arles, berceau artistique de la Provence, par le rationalisme de sa composition, ses qualités esthétiques et le respect du site7 ». Le 31 janvier 1947, date initiale d’expiration du délai d’inscription à la consultation8, soixante candidats ont déclaré leur intention d’y participer. Réuni en août 1947 afin de départager six finalistes9, le jury classe deux projets premiers ex-æquo : le projet « In corpore sano » de l’architecte toulonnais Claude Richet ; le projet « Pourquoi pas » de l’architecte avignonnais Max Bourgoin (fig. 4). Ce n’est que le 13 juillet 1950 que la commission administrative des Hospices civils d’Arles, suivant les conseils du ministre de la Santé auquel avaient entre temps été soumis les deux projets, se prononce finalement en faveur de Claude Richet. Mais cette nomination reste sans suite, le projet étant sans cesse repoussé par le ministère pour des raisons budgétaires.

Figure 4

Figure 4

Projet « Pourquoi pas » de Max Bourgoin (1947) : perspective axonométrique (s. d., vers 1947), AM Arles, M 65.

© Archives municipales, Arles.

  • 10 - Claude Richet dépose un premier avant-projet à la préfecture le 25 juillet 1962 (AM Arles, M 65).
  • 11 - Lettre de Max Bourgoin (s. d.) (AM Arles, M 65).

6Il faut attendre l’année 1961, et la perspective d’un financement ministériel en 1963 dans le cadre du troisième plan d’Équipement sanitaire et social pour que la construction du nouvel hôpital d’Arles prenne enfin la voie de la concrétisation. Respectant le résultat du concours de 1947, les Hospices d’Arles, alors dirigés par Jean Guenezan, chargent Claude Richet, qui est désormais installé à Paris, d’élaborer un avant-projet. Toutefois, devant le peu d’enthousiasme que soulèvent les propositions du lauréat du concours de 194710, ils soumettent à l’agrément ministériel six noms d’architectes à qui pourrait incomber la construction du nouvel hôpital. En septembre 1962, trois sont officiellement retenus : Claude Richet, Max Bourgoin qui, sur recommandation ministérielle, est désigné « chef de file » du projet et Jacques Van Migom, qui doit y intervenir en tant que représentant technique de l’administration hospitalière. Ce choix, qui se voulait consensuel, s’avère rapidement périlleux car Richet et Bourgoin ont des divergences de point de vue tant au niveau du parti architectural à adopter que des modalités de leur collaboration. L’avant-projet qu’ils parviennent toutefois à élaborer ensemble en janvier 1963 est refusé, à la suite de quoi chacun des protagonistes fait cavalier seul : Richet, fort de la confiance des Hospices civils d’Arles, propose un nouvel avant-projet ; Bourgoin, qui jouit de celle du ministère, propose le sien ainsi qu’une version « remaniée » du projet de Richet. Aucune de ces études ne remportant l’adhésion, Richet et Bourgoin sont finalement écartés au début de l’année 1965, au motif qu’« ils n’ont pas été en mesure de fournir aux Hospices un avant-projet valable11 ».

  • 12 - Le 18 mai 1965, André Remondet et Paul Nelson sont officiellement désignés par le ministère de la (...)
  • 13 - Paul Nelson a été enseignant à l’école d’architecture de Marseille de 1967 à 1973 où il a dirigé (...)
  • 14 - La conception du centre de santé d’Arles revient légitimement à Paul Nelson. Il ne faut toutefois (...)

7Cette situation inextricable prend fin le 18 mai 1965 avec la nomination d’une nouvelle équipe d’architectes à la tête de laquelle est placé André Remondet, architecte des Bâtiments civils et palais nationaux (BCPN). Paul Nelson, qui est particulièrement aguerri dans le domaine de l’architecture hospitalière, et Pierre Devinoy, qui était le principal collaborateur de Nelson depuis le début des années 1950, font également partie de l’aventure arlésienne12. Dans les faits, Paul Nelson ne tarde pas à prendre la direction du trio, conforté par son statut de spécialiste des architectures de la santé et par une proximité géographique résultant de sa nomination comme professeur à l’École d’architecture de Marseille en 196713. La paternité du Centre de santé d’Arles lui revient donc, Remondet prenant en charge les aspects administratifs et Devinoy le suivi du chantier14.

Le défi de Paul Nelson : réinventer les architectures de la santé

  • 15 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’Hôpital en France. Histoire et ar (...)
  • 16 - « Paul Nelson (1895-1979) ». AMC. Architecture mouvement continuité, no15, mars 1987, p. 80-95 ; (...)

8Il faut dire que Paul Nelson apparaît comme une personnalité incontournable en matière d’architecture hospitalière. Il a fait office de précurseur dans ce domaine, même s’il n’est pas le seul à qui l’on peut attribuer l’invention de l’hôpital moderne15. Très attaché à la France, ce jeune Américain né à Chicago en 1895 s’était installé à Paris en 1920, après avoir servi dans l’US Air Force. Il s’y était formé à l’architecture à l’École nationale supérieure des beaux-arts (atelier Pontremoli, puis atelier du Palais de bois d’Auguste Perret) dont il était sorti diplômé en 1927. Marié avec Francine Le Cœur (nièce de l’architecte François Le Cœur), homme engagé, il est proche des milieux artistiques et intellectuels d’avant-garde (Le Corbusier, Georges Braque, Jean Arp, Joan Miró, Fernand Léger figurent parmi ses amis) et pratique lui-même le dessin et la peinture16. Pendant l’Entre-deux-guerres, explorant les liens entre architecture et arts plastiques, abordant l’architecture en humaniste, voire en philosophe, Paul Nelson est en outre attentif aux problématiques posées par l’architecture de la santé ; il y consacre des travaux d’école – institut d’électrothérapie, de radiothérapie et de mécanothérapie (1927) – ainsi que le diplôme – un centre homéopathique (1927) – qui venait clore sa formation.

Figure 5

Figure 5

Maquette du projet de Paul Nelson pour la cité hospitalière de Lille (Man Ray, 1932), MNAM/CCI, AM 1994-393 (5304).

© Man Ray Trust/ADAGP, Paris, référence image 4H05304.

  • 17 - Joseph Abram rappelle que ce dispositif, consistant en un parallélépipède posé sur une galette, e (...)
  • 18 - NELSON, Paul. Cité hospitalière de Lille. Paris : Éditions Cahiers d’art, 1933.
  • 19 - GAIMARD, Marie. Hygiène, morale, rentabilité. Jean Walter, architecte (1883-1957). Thèse de docto (...)
  • 20 - NELSON, Paul. Architecture hospitalière : maison de santé et pavillon de chirurgie. Deux études d (...)
  • 21 - NELSON, Paul. « La salle d’opération ovoïde ». L’Architecture d’aujourd’hui, n27, décembre 1949

9En 1932, à la demande des Hospices de Lille, Nelson avait établi un projet de cité hospitalière (fig. 5) dans lequel il proposait de grouper école de médecine et hôpital, en s’inspirant des expériences menées récemment aux États-Unis (Columbia-Presbyterian Medical Center, New York, 1928). Il introduisait ainsi pour la première fois en Europe l’idée d’un centre hospitalier universitaire (CHU) dont les statuts et les prérogatives ne furent officiellement définis en France qu’en 1958. Sur le plan architectural, Nelson faisait preuve d’autant d’anticipation : il imaginait un complexe monumental composé de deux tours – l’une de plan cruciforme, l’autre en K – et de deux barres horizontales disposées autour d’un socle de plain-pied où il concentrait les services techniques et médicaux. Le principe de l’« hôpital-socle », dans lequel Nelson dissociait services techniques et médicaux (socle) et services d’hospitalisation (développements verticaux), était né17. Par ailleurs, la présence d’un mur-rideau, dispositif dont la première expression aboutie était encore récente, lui permettait de proposer une flexibilité totale de l’espace, le cloisonnement intérieur n’étant plus soumis à une fenestration. Ne pouvant se voir confier la construction de la cité hospitalière de Lille en raison de sa nationalité (Nelson n’obtint la nationalité française qu’en 1973), les recherches de Paul Nelson, publiées en 193318, servirent à établir le programme d’un concours que Jean Walter, Urbain Cassan et Louis Madeline remportèrent avec un projet qui lui devait beaucoup19. Au même moment, Nelson avait mis au point un prototype de petit hôpital en gradins (Small-scale hospital, 1932) dans lequel il s’inspirait du principe de façade à gradins élaboré et breveté en 1912 par Henri Sauvage. Au début des années 1930, l’implication de l’architecte dans le mouvement sanitaire français, son rôle d’expert et de conseiller, lui ouvrirent quelques perspectives de commandes qui, à l’image de la Maison des docteurs projetée en 1933 pour Paris et du pavillon de chirurgie étudié en 1934 pour le centre hospitalier d’Ismaïlia (Égypte) (fig. 6), n’aboutirent pas20. Ce dernier projet était pourtant particulièrement innovant. Afin de garantir de bonnes conditions d’asepsie, Nelson y proposait pour la première fois des salles d’opération ovoïdes dont le modèle, largement diffusé dans la presse spécialisée par la suite21, présida à la conception de nombreux blocs opératoires jusque dans les années 1970. Par ailleurs, l’architecte y introduisait une « enveloppe parasolaire », structure métallique munie de lames orientables placées à l’avant des façades dont s’inspira, quarante ans plus tard, le système de brise-soleil placé en façade occidentale du centre de santé d’Arles.

Figure 6

Figure 6

Pavillon de chirurgie pour le centre hospitalier d’Ismaïlia (Égypte, 1934, arch. : Paul Nelson, projet non réalisé) : maquette d’étude, MNAM/CCI, AM 1995-2-153.

©  Bertrand Prévost. Centre Pompidou, MNAM-CCI/Distr. RMN-GP, référence image 4N25598. © Paul Nelson.

  • 22 - Sur la reconstruction de Saint-Lô, conduite sous la direction d’André Hilt puis de Marcel Mercier (...)
  • 23 - BEISSON, Georges. « L’hôpital mémorial France-États-Unis de Saint-Lô (1956) : le premier hôpital (...)
  • 24 - NELSON, Paul. « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, o (...)
  • 25 - Paul Nelson y réorganise les services d’hospitalisation en unités de soins et y édifie la maison (...)

10Auparavant, fort des recherches qu’il avait conduites sur l’industrialisation et la préfabrication pendant la Seconde Guerre mondiale, Paul Nelson a enfin l’occasion de mettre en œuvre ses conceptions en matière d’architecture de la santé dans le cadre de la reconstruction d’une petite ville de la Manche, Saint-Lô22. L’hôpital mémorial France-États-Unis qu’il y édifie entre 1946 et 1954 (fig. 7), en collaboration avec Roger Gibert, Charles Sébillote et Marcel Mercier et en associant au projet le peintre Fernand Léger, constitue son premier manifeste architectural23 : un hôpital monobloc dans lequel la recherche de rationalité s’exprime par la verticalité, les différents services étant désormais concentrés dans un seul bâtiment, mais aussi et surtout un « hôpital pour la vie (…) dans lequel on doit entrer avec optimisme, pour guérir ou conserver la santé24 ». L’hôpital de Saint-Lô procure à Paul Nelson une certaine reconnaissance et, bientôt, l’architecte est chargé de rénover et d’agrandir l’hôpital américain de Neuilly25. Il est ensuite invité à Yale (1959) puis à Harvard (1960) pour diriger un enseignement semestriel portant sur un hôpital communautaire de 150 lits, conçu selon les nouveaux principes de « soins gradués ». En 1960, Paul Nelson reprend son activité en France, aux côtés de Pierre Devinoy qui avait fait fonctionner son agence pendant son absence. En 1961-1962, à la demande du Centre technique de l’équipement sanitaire et social du ministère de la Santé et dans le but de proposer un cadre normatif pour la France, il réalise une étude sur les recherches récentes et les normes promulguées à l’étranger, en particulier aux États-Unis, en matière d’architecture et d’équipement hospitaliers. En 1963, Paul Nelson se voit confier la construction de l’hôpital de Dinan (Côtes-d’Armor, 1963-1968, en collaboration avec Pierre Devinoy et Robert Lamourec) que l’architecte présente comme le « premier hôpital compact ». Deux ans plus tard, il est sollicité pour le centre de santé d’Arles qui sera son ultime réalisation hospitalière.

Figure 7

Figure 7

L’hôpital franco-américain de Saint-Lô (1946-1954, arch. : Paul Nelson en collaboration avec les architectes Roger Gibert, Charles Sébillote et Marcel Mercier et avec le peintre Fernand Léger) photographié en juillet 1959.

(© Studio Henri Baranger, 23 juillet 1959), arch. dép. Manche, fonds Baranger, 4 Fi 20/12-1. © Archives départementales, Manche.

Quand l’équipement de santé devient architecture

  • 26 - Il n’en demeure pas moins que l’hôpital d’Arles reste « surdimensionné » par rapport à la populat (...)
  • 27 - Dès leur nomination au printemps 1965, Remondet, Nelson et Devinoy commencent à étudier le projet (...)

11La commande passée à André Remondet, Paul Nelson et Pierre Devinoy en 1965 porte sur la construction d’un véritable complexe de santé comprenant : un hôpital général de 469 lits, un centre de santé mentale de 396 lits, une unité pour « arriérés profonds », un poste de transfusion sanguine, une école d’infirmières, des logements destinés à la direction et une centrale thermique alimentant l’ensemble des installations. Entre 1967 et 1970, le programme est modifié à de nombreuses reprises (fig. 8, fig. 9). Après avoir envisagé d’intégrer un hospice au centre de santé (et d’atteindre ainsi une capacité de 1 350 lits en 1967), le programme est sérieusement revu à la baisse en 197026. Finalement, seuls l’hôpital général (498 lits d’hospitalisation) et les services communs (école d’infirmières, logements de fonction, centrale thermique) furent construits entre 1971 et 197427.

Figure 8

Figure 8

Photographie de la maquette d’avant-projet du centre de santé d’Arles (1967), AM Arles, 3 Fi 24.

© Archives municipales, Arles.

Figure 9

Figure 9

Photographie de la maquette du projet du centre de santé d’Arles (1969), centre de santé d’Arles (1971-1974, arch. : Paul Nelson, André Remondet, Pierre Devinoy), AM Arles, 3 Fi 23.

© Archives municipales, Arles.

  • 28 - NELSON, Paul, cité dans Le Mouvement sanitaire français, 10e année, 1933, p. 406-407.

12Mais l’ambition programmatique de l’architecte ne s’appréhende pas en termes quantitatifs. Le centre de santé d’Arles constituant l’aboutissement d’une réflexion engagée depuis quatre décennies, Paul Nelson y réunit toutes ses aspirations en matière d’architecture hospitalière. D’ailleurs, en parlant de « centre de santé » pour désigner l’établissement plutôt que d’« hôpital », Paul Nelson soutient explicitement que son architecture entend s’intéresser autant à la « santé » qu’à la « maladie », qu’il est certes essentiel qu’un hôpital permette de « guérir » mais qu’il doit aussi contribuer à « prévenir » la maladie. La terminologie utilisée par l’architecte relève d’une véritable démarche conceptuelle et non d’une simple élégance sémantique. Déjà, le projet qu’il avait établi pour la cité hospitalière de Lille reposait sur l’idée que l’hôpital devait être « un véritable centre de protection de malade et le gardien de la santé de toute la population située dans sa sphère d’influence28 ». Cette approche, à laquelle Paul Nelson reste fidèle trente ans plus tard, l’amène à concevoir pour Arles un « établissement communautaire compact » aux vertus curatives et préventives. Il traduit cette double vocation dans la distribution spatiale du rez-de-chaussée (fig. 10) où l’espace consacré à « l’homme sain » (hall pouvant servir pour des expositions, auditorium pouvant accueillir des manifestations publiques, bureaux d’information afin de guider les usagers, boutiques, administration) précède les espaces de diagnostic (consultations externes), ainsi que les espaces d’intervention et de traitement (radiologie, bloc opératoire, urgences, soins intensifs, cardiologie) et l’accès aux étages d’hospitalisation.

Figure 10

Figure 10

Schéma fonctionnel du rez-de-chaussée du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.

L’hôpital monobloc, une typologie hospitalière éprouvée

  • 29 - Le principe de l’hôpital monobloc commence à être expérimenté en France au début des années 1930 (...)
  • 30 - Pour exemple, cette typologie est utilisée à l’hôpital Gustave-Dron (Tourcoing, arch. : Urbain Ca (...)

13Plus largement, Paul Nelson imagine un édifice composé d’un socle médico-technique, surmonté par une barre de huit étages dédiée aux services d’hospitalisation. Du point de vue typologique, l’architecte reste donc fidèle au principe de l’hôpital monobloc, qu’il avait contribué à imposer pendant l’Entre-deux-guerres29 et qui était devenu l’archétype de l’hôpital de l’après-guerre, symbole de la médecine triomphante30. Au cours des années 1960, ce modèle avait d’ailleurs donné lieu à des variantes formelles : plan en Y comme à l’hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt (1963-1969, arch. : Charles Lemaresquier, Paul Lebret, Paul Théodon) ; plan en croix comme à l’hôpital de Nantes (1952-1964, arch. : Michel et Jean Roux-Spitz) ; plan en T comme à l’hôpital de Dijon (1954-1962, arch. : Michel et Jean Roux-Spitz). À partir du début des années 1970, il commence même à être supplanté par des formes architecturales plus complexes : hôpital polybloc comme l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart (1970, arch. : Henri Pottier) ; bâtiment tripode comme l’institut Gustave-Roussy de Villejuif (1980, arch. : Pierre Laborde) ; architectures fragmentées, ouvertes sur la ville comme l’hôpital Paoli-Calmettes (Marseille, 1963-1968, arch. : Eugène, Pierre et Jacques Chirié), l’hôpital Robert-Debré (Paris, 1981-1988, arch. : Pierre Riboulet) ou l’hôpital Georges-Pompidou (Paris, 1985-1998, arch. : Aymeric Zublena). Quasiment anachronique en raison de sa morphologie générale, le centre de santé d’Arles ne présente donc pas toujours l’innovation typologique que l’on a pu lui prêter.

L’« hôpital-arbre » ou la conception nelsonienne de l’établissement de santé

  • 31 - « Un hôpital c’est un arbre, un arbre avec des racines qui au sous-sol assurent les services de r (...)

14Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une œuvre majeure de l’architecte, reflet d’une conception personnelle et singulière : un hôpital conçu comme un « arbre » (fig. 11) avec des « racines » (sous-sol et rez-de-chaussée), un « tronc » (ascenseurs assurant la circulation verticale) et des « branches » (étages)31. Le sous-sol du centre de santé d’Arles rassemble en effet les fonctions d’alimentation et d’entretien du bâtiment : cuisine, blanchisserie, locaux techniques. Le rez-de-chaussée s’ouvre sur un vaste hall s’organisant autour d’un auditorium de 250 places dont la forme de trilobite rappelle la sensibilité de Paul Nelson aux formes organiques ; autour gravitent les comptoirs d’accueil et d’information, les boutiques et les locaux dévolus à l’administration, puis, au-delà, se trouvent la batterie d’ascenseurs et les espaces de diagnostic et de soin.

Figure 11

Figure 11

Schéma organique du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.

15La barre d’hospitalisation se caractérise par sa fonctionnalité. Chaque étage est divisé en deux unités de soin de trente lits (dix chambres à un lit et dix chambres à deux lits, toutes dotées de cabinets de toilette avec WC). Contrairement à Saint-Lô où les chambres donnaient au midi tandis que le côté nord était réservé à leur desserte, les chambres du centre de santé d’Arles sont distribuées par un couloir central au milieu duquel se trouvent les bureaux des soignants. Comme à Dinan, à l’extrémité septentrionale de chaque couloir, Paul Nelson aménage un solarium fermé, depuis lequel les patients, alités ou non, bénéficient du panorama sur Arles et sa plaine agricole. Cette distribution, commune aux six étages de médecine et de chirurgie (fig. 12), ne diffère légèrement qu’au premier (maternité) et au huitième (pédiatrie) étages.

Figure 12

Figure 12

Plan schématique des étages courants du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.

16L’« hôpital-arbre » imaginé par Paul Nelson sur les hauteurs d’Arles prend en outre racine dans un site auquel l’architecte se révèle particulièrement sensible. Attentif aux données climatiques, mais aussi soucieux de créer un lien visuel et symbolique avec la ville ancienne, Paul Nelson décide en effet d’implanter le bâtiment principal selon un axe nord-sud, parallèlement à une pinède préexistante qui se déployait sur le plateau de Fourchon avant même la construction de l’hôpital (fig. 13).

Figure 13

Figure 13

Le centre hospitalier Joseph-Imbert (1971-1974, arch. : Paul Nelson, André Remondet, Pierre Devinoy) photographié en 2012.

© Philippe Piron.

  • 32 - Paul Nelson utilise cette modulation structurale, qu’il avait mise au point en 1932 pour la cité (...)

17Séduit par ce ruban végétal qui dessine un axe fort vers le cœur de la cité romaine (une sorte de cardo maximus que Paul Nelson utilise pour structurer sa composition), il conçoit un bâtiment très flexible grâce à l’utilisation d’une trame constructive de 6 x 6 mètres faite de poteaux, de poutres et de dalles32 (fig. 14).

Figure 14

Figure 14

Le centre de santé d’Arles en construction (août 1972), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

18Les chambres donnent au levant ou au couchant tandis que le pignon septentrional du bâtiment, seulement animé par les généreuses baies vitrées des solariums, offre une protection efficace contre le mistral. Sur les faces est et ouest, les alvéoles de la façade sont closes par des panneaux préfabriqués colorés (fig. 15, fig. 16), protégés par une « enveloppe parasolaire ».

Figure 15

Figure 15

Panneau préfabriqué des façades est et ouest du centre de santé d’Arles, coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

Figure 16

Figure 16

Photographie de chantier montrant la façade ouest du centre de santé d’Arles avant la pose de l’enveloppe parasolaire (25 mai 1973), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

19Cette dernière est constituée de lames en aluminium qui pivotent en fonction de l’ensoleillement grâce à un vérin hydraulique (fig. 17). Reprenant le principe qu’il avait mis au point en 1934 pour le pavillon de chirurgie de l’hôpital d’Ismaïlia, Paul Nelson procède également par autocitation lorsqu’il intègre à Arles des salles d’opération ovoïdes (également présentes dans projet d’Ismaïlia), ou qu’il mise sur les qualités plastiques d’un sculptural escalier de secours hélicoïdal ou d’un voile de béton tendu au-dessus de l’entrée principale (hôpital de Dinan).

Figure 17

Figure 17

Photographie de chantier montrant la pose de la protection parasolaire sur la façade est du centre de santé d’Arles (25 mai 1973), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

Fonctionnalité et technicité au service de l’architecture et de l’homme

  • 33 - Les logements de fonction, qui se trouvaient le long de la principale route d’accès (celle emprun (...)

20D’une manière générale, une quête constante de fonctionnalité guide Paul Nelson dans la conception du centre de santé d’Arles. Le schéma fonctionnel du rez-de-chaussée (voir fig. 10) rend particulièrement explicite l’articulation logique que l’architecte établit entre la partie « publique » de l’établissement (espaces d’accueil, d’information, d’administration), les espaces de diagnostic et de soin (consultations externes, radio, bloc opératoire, urgences, soins intensifs, cardiologie) et les étages d’hospitalisation. De la même manière, à l’échelle du complexe, Paul Nelson sépare nettement l’hôpital des logements de fonction destinés aux cadres hospitaliers (sept villas dont une indépendante et six groupées deux à deux) et du centre de formation des soignants, tout en prenant soin d’établir des connexions entre ces trois composantes du programme grâce au réseau viaire. D’ailleurs, la desserte du centre de santé devait garantir son fonctionnement optimal tout en participant à la mise en scène de son architecture. En effet, à l’origine, les usagers pénétraient dans le domaine hospitalier par une voie passant à l’est du bâtiment principal, de manière à appréhender le centre de santé par sa façade principale et d’atteindre le parking des visiteurs tandis qu’ambulances et véhicules de secours empruntaient une voie secondaire aménagée à l’ouest, destinée à leur seul usage, afin de rejoindre rapidement et sans encombre le service des urgences situé à l’angle sud-ouest du bâtiment principal33.

21Du point de vue constructif, le même souci de fonctionnalité pousse Paul Nelson à privilégier les éléments préfabriqués. « Bien sûr, je suis partisan du préfabriqué » déclare-t-il en 1971 au moment où débute la construction du centre de santé d’Arles,

  • 34 - NELSON, Paul. « Un centre pour la santé de la communauté ». Art. cit.

je fais appel à des formes fonctionnelles préfabriquées (chambres de malades, cabinets de toilette, salles d’opération ovoïdes) qui sont amenées depuis l’usine jusqu’au chantier par camion, soulevées par grue et enfin placées sur des structures à étage fabriquées par l’industrie du bâtiment, comme des bouteilles dans un casier. C’est à ce prix que l’architecture sera une œuvre durable, car susceptible d’évoluer et de se modifier au cours du temps34.

22Cette technicité oriente le parti général de l’édifice, mais dicte aussi la conception des espaces de soins que Paul Nelson étudie avec les techniciens et les praticiens hospitaliers afin que l’architecture participe à la qualité optimale des soins. Il en résulte des salles d’opération ovoïdes garantissant une bonne asepsie ou encore des services de soins intensifs et de cardiologie aménagés selon un dispositif rayonnant permettant une surveillance « panoptique » des malades (fig. 18, 19, 20).

Figure 18

Figure 18

Plan du service de soins intensifs du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, no 435, octobre 1971.

Figure 19

Figure 19

Plan du service de cardiologie du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.

Figure 20

Figure 20

Vue du service de radiologie du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

  • 35 - Ibid.

23Paul Nelson est aussi convaincu qu’il est important de créer un environnement psychologique favorable au malade. Souhaitant parvenir à créer à Arles « un lieu très optimiste qui participera au rétablissement de la santé35 », il introduit une polychromie qui participe du conditionnement psychologique des usagers. À l’extérieur, visiteurs et patients sont accueillis par des façades présentant un dégradé de couleurs chaudes (du marron au jaune en passant par le rouge et l’orange). Du hall d’entrée et de l’auditorium émane une atmosphère chaleureuse, presque scandinave, en grande partie due à la prédominance des lignes courbes, à la lumière naturelle distillée par les canons de lumière et à la spatialité généreuse mais à taille humaine favorisée par Paul Nelson (fig. 21, 22, 23).

Figure 21

Figure 21

Le hall d’entrée du centre hospitalier Joseph-Imbert photographié en 2012.

© Philippe Piron.

Figure 22

Figure 22

Auditorium du centre de santé d’Arles peu après l’achèvement de l’édifice (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

Figure 23

Figure 23

Canon de lumière éclairant le rez-de-chaussée du centre hospitalier Joseph-Imbert, photographié en 2010.

© Éléonore Marantz.

  • 36 - Si Paul Nelson soigne les circulations horizontales (couloirs de largeur suffisante pour que deux (...)

24Dans les chambres, les murs des têtes de lits sont peints en jaune ou en rouge foncé de façon à donner meilleure mine aux malades alités tandis que, face à eux, les murs sont d’un gris très clair afin de créer une atmosphère calme et paisible (fig. 24). Par ailleurs, Paul Nelson opte pour une séparation très nette entre les cheminements des visiteurs, des malades et du personnel. Chacun possède son entrée et ses réseaux de circulation horizontaux, ce qui évite que les visiteurs soient confrontés aux services médicaux avant de pénétrer dans les unités de soin36.

Figure 24

Figure 24

Chambre à deux lits du centre de santé d’Arles peu après l’achèvement de l’édifice (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.

© Centre hospitalier Joseph-Imbert.

Un édifice entre manifeste et testament architectural

  • 37 - L’édifice, inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 3 octobre 1996, est évoqué da (...)
  • 38 - Du nom du médecin arlésien Joseph Imbert (1903-1945), mort en déportation.

25Œuvre-manifeste tout autant qu’œuvre-testament, le centre de santé d’Arles occupe une place particulière dans la production de Paul Nelson. Les principes que l’architecte y met en œuvre sont pour la plupart hérités de ses expériences précédentes. Néanmoins, il s’agit de l’ultime transposition architecturale – et par certains aspects, de la plus aboutie – de la conception singulière et ambitieuse portée par Paul Nelson quant à ce que devait être un établissement hospitalier au XXe siècle. Désormais reconnu dans sa dimension patrimoniale37, le centre de santé d’Arles, qui rapidement après son inauguration a pris le nom de centre hospitalier Joseph-Imbert38, est relativement bien conservé et répond toujours à sa vocation d’origine (fig. 25).

Figure 25

Figure 25

Détail de la façade est du centre hospitalier Joseph-Imbert photographiée en 2012.

© Philippe Piron.

  • 39 - Voir en infra note 33.
  • 40 - Ces campagnes ont été réalisées sous la conduite de SCIC Développement-Jacobs Serete-Jean Sasso ( (...)

26L’édifice conçu par Nelson possédait certainement l’adaptabilité nécessaire pour suivre l’évolution des pratiques hospitalières. Quelques transformations d’usage se sont d’ailleurs imposées dès la mise en service du centre hospitalier, notamment en termes d’accessibilité à l’établissement39. Il a été agrandi à plusieurs reprises : un poste de transfusion sanguine (1981), une maison de retraite (1984), un service de cardiologie (1990), un centre de psychiatrie (1992) et un nouveau service d’urgences (2009) ont été construits successivement selon des dispositions assez éloignées de celles projetées par Paul Nelson. Par ailleurs, depuis 1984, plusieurs campagnes de travaux de modernisation ont été menées à bien40 mais aucune n’a remis en question la cohérence ni le sens de l’architecture de Paul Nelson. Dans le paysage arlésien, le centre de santé continue donc d’incarner une époque – la fin des Trente Glorieuses – où l’architecture et la médecine partageaient encore l’espoir, déjà teinté de quelques désillusions, de vouloir se réinventer à l’aune de la technique, tout en conservant une dimension humaniste.

Haut de page

Notes

1 - Note sur le projet de construction du nouvel hôpital, 18 avril 1963 (archives municipales (AM) Arles, M 65).

2 - Les équipements de santé de la ville se résument alors à un hôpital de 268 lits, toujours installé dans l’hôtel-Dieu construit en 1573, et à un hospice de vieillards de 104 lits (hospice Chiavary).

3 - CHIAVASSA, Isabelle, GASNAULT, François (dir.). Les Castel. Une agence d’architecture au XXsiècle. Marseille : archives départementales des Bouches-du-Rhône/Parenthèses, 2009.

4 - CAYLUX, Odile, MARANTZ, Éléonore (dir.). Arles contemporaine : architectures et patrimoine du XXsiècle. Arles : Actes Sud/Ville d’Arles, 2012.

5 - On n’en trouve aucune trace ni aux archives municipales d’Arles, ni aux archives départementales des Bouches-du-Rhône où est conservé le fonds Castel (86 J).

6 - Jacques Van Migom est architecte DPE (diplômé par l’État) en 1934 (Arch. nat., CAC 19771065 art. 234, Dossier de demande d’agrément de Jacques Van Migom auprès du MRU (1944)) ; AM Arles, fonds 15 S, fonds Van Migom-Pélissier ; AM Arles, M 28, dossier de demande d’agrément de Jacques Van Migom auprès du ministère de l’Éducation nationale (20 janvier 1949) ; AM Arles, M 74, curriculum vitae de Jacques Van Migom (21 juillet 1943).

7 - Programme du concours pour la construction d’un hôpital de 469 lits au quartier de Fourchon établi par Jacques Van Migom, juin 1946, AM Arles, M 65.

8 - Ce délai fut retardé de deux mois en raison d’une légère modification du programme faisant suite à une contestation émise par l’Ordre régional des architectes. Cette contestation concerne le rôle de l’architecte des Hospices et le mode de rémunération des candidats.

9 - Parmi les six projets finalistes figure un projet signé par une équipe composée d’André Dunoyer de Segonzac, Dupré, Lafon et Hoa (arch. dép. Bouches-du-Rhône, fonds André Dunoyer de Segonzac, 74 J 256, 74 J 384).

10 - Claude Richet dépose un premier avant-projet à la préfecture le 25 juillet 1962 (AM Arles, M 65).

11 - Lettre de Max Bourgoin (s. d.) (AM Arles, M 65).

12 - Le 18 mai 1965, André Remondet et Paul Nelson sont officiellement désignés par le ministère de la Santé pour conduire le projet du centre de santé d’Arles. Pierre Devinoy est adjoint à l’équipe le 4 octobre 1965 (AM Arles, M 65).

13 - Paul Nelson a été enseignant à l’école d’architecture de Marseille de 1967 à 1973 où il a dirigé l’Atelier international d’architecture.

14 - La conception du centre de santé d’Arles revient légitimement à Paul Nelson. Il ne faut toutefois pas négliger le rôle joué par ses collaborateurs, notamment par les architectes André Remondet et Pierre Devinoy. Le premier, à qui le ministère de la Santé avait initialement confié le projet, prend en charge tous les aspects administratifs. Fort de son statut d’architecte BCPN, il apparaît comme le garant officiel du trio d’architectes. Pour sa part, Pierre Devinoy a en charge l’exécution du projet, responsabilité qu’il avait déjà assumée à Saint-Lô et à Dinan. Enfin, un quatrième architecte intervient en tant que collaborateur, J.-P. Sabatie. L’équipe d’architectes travaille en étroite collaboration avec le BET SEDIM ingénierie. Les trente-deux entreprises qui prennent part à la construction sont coordonnées par la SMET et l’ensemble est contrôlé par la SOCOTEC.

15 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’Hôpital en France. Histoire et architecture. Lyon : éd. Lieux Dits (Cahiers du patrimoine, 99), 2012 ; voir en particulier le chapitre « Panorama de la conception hospitalière depuis 1958 », p. 487-555.

16 - « Paul Nelson (1895-1979) ». AMC. Architecture mouvement continuité, no15, mars 1987, p. 80-95 ; « Paul Nelson, 1895-1979 ». L’Architecture d’aujourd’hui, no263, juin 1989, p. 78 ; « Paul Nelson à Columbia ». L’Architecture d’aujourd’hui, no269, juin 1990, p. 63 ; « La Maison de verre dans L’Architecture d’aujourd’hui en 1933, Paris, France ». L’Architecture d’aujourd’hui, no289, nov. 1993, p. 34 ; Dossier consacré à Paul Nelson. L’Architecture d’aujourd’hui, no316, avril 1998, p. 37-71 ; ABRAM, Joseph, RILEY, Terence (dir.). The filter of reason : work of Paul Nelson. New York : Rizzoli, 1990 ; ABRAM, Joseph, FRAMPTON, Kenneth, RILEY, Terence (dir.). Paul Nelson (1895-1979). Supplément au Bulletin d’informations architecturales n30, Paris, IFA, avril 1989 ; KOPP, Anatole. « À propos de Paul Nelson ». L’Architecture d’aujourd’hui, 1979 ; MASSU, Claude. « Paul Nelson ». Dans Dictionnaire des architectes. Paris : Encyclopedia universalis/Albin Michel, 1999 ; SCHIMMERLING, Paul. « L’approche de Paul Nelson ». Le Carré bleu, supplément au n2, 1978 ; SEVERO, Donato. Paul Nelson. Paris : Éditions du Patrimoine (collection « Carnets d’architectes »), 2009.

17 - Joseph Abram rappelle que ce dispositif, consistant en un parallélépipède posé sur une galette, est aussi appelé « matchbox on a muffin » (ABRAM, Joseph. Paul Nelson. Architectures, notice accompagnant une exposition au centre hospitalier d’Arles, document dactylographié, 1994, AM Arles, M 65).

18 - NELSON, Paul. Cité hospitalière de Lille. Paris : Éditions Cahiers d’art, 1933.

19 - GAIMARD, Marie. Hygiène, morale, rentabilité. Jean Walter, architecte (1883-1957). Thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction de Claude Massu, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013.

20 - NELSON, Paul. Architecture hospitalière : maison de santé et pavillon de chirurgie. Deux études de Paul Nelson. Paris : éd. Albert Morancé, 1938.

21 - NELSON, Paul. « La salle d’opération ovoïde ». L’Architecture d’aujourd’hui, n27, décembre 1949.

22 - Sur la reconstruction de Saint-Lô, conduite sous la direction d’André Hilt puis de Marcel Mercier, on pourra consulter PELVILLAIN, Hervé (dir.). Saint-Lô, la reconstruction : urbanisme et architecture, 1945-1960. Caen : Développement culturel en Basse-Normandie (Itinéraires du patrimoine), 1994.

23 - BEISSON, Georges. « L’hôpital mémorial France-États-Unis de Saint-Lô (1956) : le premier hôpital en hauteur moderne de France ». Livraisons d’histoire de l’architecture, n7, 2004, p. 9-23 ; SEVERO, Donato. L’hôpital de Saint-Lô : du projet à l’usage (1946-1999), Thèse de doctorat d’histoire de l’art sous la direction de Gérard Monnier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

24 - NELSON, Paul. « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.

25 - Paul Nelson y réorganise les services d’hospitalisation en unités de soins et y édifie la maison des infirmières et celle des médecins (1951-1952, détruites en 1987).

26 - Il n’en demeure pas moins que l’hôpital d’Arles reste « surdimensionné » par rapport à la population arlésienne. La planification par l’État du complexe sidérurgique de Fos-sur-Mer (dont une partie se trouve sur la commune de Port-Saint-Louis-du-Rhône, riveraine d’Arles), conjuguée à l’embellie démographique que connaît la ville depuis la Libération (la ville passe de 37 443 habitants en 1954 à 46 136 en 1968), fait que les prévisions les plus optimistes tablaient sur une population atteignant 100 000 habitants à l’aube de l’an 2000. En réalité, en 1999 Arles comptait 52 000 habitants ; voir MENCHERINI, Robert. « Arles au XXsiècle, entre tradition et modernité » et HÉRAT, Arlette. « D’un plan à l’autre, la ville part à la conquête du territoire (1943-1983) ». Dans CAYLUX, Odile, MARANTZ, Éléonore (dir.). Op. cit., p. 15-23 et p. 54-61.

27 - Dès leur nomination au printemps 1965, Remondet, Nelson et Devinoy commencent à étudier le projet. Les études préliminaires sont approuvées par les différentes instances au début de l’année 1967 (entre janvier et avril). L’avant-projet est approuvé par la municipalité d’Arles en novembre 1967, mais il faut attendre le mois de mars 1969 pour que, après avoir fait l’objet de quelques modifications, il reçoive l’agrément de la commission technique du ministère de la Santé. Entre-temps, les architectes ont déposé une demande de permis de construire (15 mars 1968, accordé le 31 décembre 1968 puis prorogé jusqu’au 31 décembre 1970) et le projet a été déclaré d’utilité publique par le préfet (22 octobre 1968). Les architectes procèdent ensuite à la mise au point des plans d’exécution (les dossiers arrivent en mairie d’Arles le 24 novembre 1969). Suite à la modification du programme (dissociation du quartier psychiatrique en 1970), seule la première phase des travaux, celle qui concerne l’hôpital général et les parties communes, est réalisée entre 1971 et 1974 (AM Arles, M 65).

28 - NELSON, Paul, cité dans Le Mouvement sanitaire français, 10e année, 1933, p. 406-407.

29 - Le principe de l’hôpital monobloc commence à être expérimenté en France au début des années 1930 sous l’impulsion de quelques architectes. Parmi eux, Paul Nelson fait office de pionnier puisqu’il adopte déjà ce principe dans son projet pour la cité hospitalière de Lille (1932). Toutefois, ses recherches ne se concrétisant qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il n’est pas le premier à le mettre en œuvre. Par contre, Jean Walter (1883-1957) l’utilise dès 1932 à l’hôpital Beaujon (1932-1935, Clichy, en collaboration avec Urbain Cassan et Louis Plousey), puis à la cité hospitalière de Lille (1934-1939 puis 1946-1958, en collaboration avec Urbain Cassan, Louis Madeline, Bardurry, Dommergue) dont nous avons vu ce qu’elle devait à Paul Nelson. L’architecte suisse William Vetter (1902/1903-1986) qui, comme Paul Nelson, Jean Walter ou Urbain Cassan (1890-1979), deviendra un spécialiste de l’architecture hospitalière, l’adopte à l’hôpital Louis-Pasteur de Colmar (1932-1937, arch. : William Vetter). L’hôpital d’Aulnay-sous-Bois (1936, arch. : Raoul et Jacques Brandon) et celui de la fondation Foch à Suresnes (1932-1937, arch. : A. Fouqué) montrent que l’hôpital monobloc commence à s’imposer dans les années 1930.

30 - Pour exemple, cette typologie est utilisée à l’hôpital Gustave-Dron (Tourcoing, arch. : Urbain Cassan, Doumergue, Valentin), à l’hôpital Henri-Mondor (Créteil, 1963-1968, arch. : Lafon, Riedberger) ou encore à Marseille, à l’hôpital Laveran (Marseille, 1960-1963, arch. : Pierre Forestier), à l’hôpital Nord (Marseille, 1964, arch. : René Egger, André Devin, Jean-Louis Sourdeau) et au CHU de La Timone (Marseille, 1974, arch. : René Egger, André Devin).

31 - « Un hôpital c’est un arbre, un arbre avec des racines qui au sous-sol assurent les services de ravitaillement et d’entretien et au rez-de-chaussée les services complémentaires de diagnostic et de traitement. Au centre se trouve le tronc qui groupe le mouvement vertical de tous les ascenseurs pendant que les branches, situées de chaque côté, représentent les unités de soin, de trente lits chacune. Enfin, au pied de l’arbre, le dispatcher assure les liaisons nécessaires » (NELSON, Paul. « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971).

32 - Paul Nelson utilise cette modulation structurale, qu’il avait mise au point en 1932 pour la cité hospitalière de Lille, dans tous ses projets. Flexible, elle permet une liberté maximale de transformation.

33 - Les logements de fonction, qui se trouvaient le long de la principale route d’accès (celle empruntée par les visiteurs), subissaient d’importantes nuisances. Cet axe a donc été condamné peu après la mise en service du Centre de santé. La voie de contournement ouest, initialement voie de service, est devenue la seule voie d’accès à l’établissement. Cela induit une appréhension différente du bâtiment puisque les visiteurs ne l’abordent plus du côté de sa façade principale mais doivent désormais le contourner avant d’atteindre le parking des visiteurs et l’entrée.

34 - NELSON, Paul. « Un centre pour la santé de la communauté ». Art. cit.

35 - Ibid.

36 - Si Paul Nelson soigne les circulations horizontales (couloirs de largeur suffisante pour que deux lits se croisent ; rez-de-chaussée baigné de lumière naturelle grâce à des canons de lumière circulaires percés dans la toiture-terrasse ; éclairage indirect aux étages), le nombre réduit d’ascenseurs (il n’y en a que cinq) et l’absence de distinction entre les ascenseurs des visiteurs et ceux de service lui seront néanmoins reprochés.

37 - L’édifice, inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 3 octobre 1996, est évoqué dans plusieurs études patrimoniales : ABRAM, Joseph. Paul Nelson. Architectures. Arles, 1994, notice accompagnant une exposition organisée pour le 20e anniversaire de l’hôpital Joseph-Imbert, septembre-octobre 1994 ; BONILLO, Jean-Lucien. « Centre hospitalier Joseph-Imbert ». Label Patrimoine du XXsiècle en PACA. DRAC PACA CRMH : 2008 ; BONILLO, Jean-Lucien. « Le centre hospitalier Joseph-Imbert ». Patrimoine XXe en région PACA. Région PACA, ministère de la Culture et de la Communication : 2002 ; BONILLO, Jean-Lucien, LAMOURDEDIEU, Michel. « Centre hospitalier Joseph-Imbert ». Dans Représentations et transformations de l’architecture des Trente glorieuses. Laboratoire INAMA/École d’architecture Marseille-Luminy/MELT-PUCA : février 2003 ; MARANTZ, Éléonore (dir.), BERTRAND, Frédérique, HÉRAT, Arlette. Étude d’inventaire de la production architecturale et urbaine sur les communes d’Arles et de Tarascon (1900-1980). Aix-en-Provence : DRAC PACA, 2010, consultable en ligne sur le site de la DRAC PACA.

38 - Du nom du médecin arlésien Joseph Imbert (1903-1945), mort en déportation.

39 - Voir en infra note 33.

40 - Ces campagnes ont été réalisées sous la conduite de SCIC Développement-Jacobs Serete-Jean Sasso (équipe agréée en architecture, spécialisée dans les aspects techniques de la réhabilitation hospitalière) et d’Hervé Grosso (directeur des services techniques du centre hospitalier Joseph-Imbert).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Photographie aérienne du centre hospitalier Joseph-Imbert (s. d., vers 1995), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 2
Légende Vue du site sur lequel sera construit le centre de santé d’Arles en 1971, coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Figure 3
Légende Projet Goulard-Chané (1941) : façade et plan du rez-de-chaussée du pavillon des contagieux (s. d., vers 1941), AM Arles, M 65.
Crédits © Archives municipales, Arles.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 4
Légende Projet « Pourquoi pas » de Max Bourgoin (1947) : perspective axonométrique (s. d., vers 1947), AM Arles, M 65.
Crédits © Archives municipales, Arles.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 5
Légende Maquette du projet de Paul Nelson pour la cité hospitalière de Lille (Man Ray, 1932), MNAM/CCI, AM 1994-393 (5304).
Crédits © Man Ray Trust/ADAGP, Paris, référence image 4H05304.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 6
Légende Pavillon de chirurgie pour le centre hospitalier d’Ismaïlia (Égypte, 1934, arch. : Paul Nelson, projet non réalisé) : maquette d’étude, MNAM/CCI, AM 1995-2-153.
Crédits ©  Bertrand Prévost. Centre Pompidou, MNAM-CCI/Distr. RMN-GP, référence image 4N25598. © Paul Nelson.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 7
Légende L’hôpital franco-américain de Saint-Lô (1946-1954, arch. : Paul Nelson en collaboration avec les architectes Roger Gibert, Charles Sébillote et Marcel Mercier et avec le peintre Fernand Léger) photographié en juillet 1959.
Crédits (© Studio Henri Baranger, 23 juillet 1959), arch. dép. Manche, fonds Baranger, 4 Fi 20/12-1. © Archives départementales, Manche.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 8
Légende Photographie de la maquette d’avant-projet du centre de santé d’Arles (1967), AM Arles, 3 Fi 24.
Crédits © Archives municipales, Arles.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Figure 9
Légende Photographie de la maquette du projet du centre de santé d’Arles (1969), centre de santé d’Arles (1971-1974, arch. : Paul Nelson, André Remondet, Pierre Devinoy), AM Arles, 3 Fi 23.
Crédits © Archives municipales, Arles.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 10
Légende Schéma fonctionnel du rez-de-chaussée du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 11
Légende Schéma organique du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 12
Légende Plan schématique des étages courants du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 13
Légende Le centre hospitalier Joseph-Imbert (1971-1974, arch. : Paul Nelson, André Remondet, Pierre Devinoy) photographié en 2012.
Crédits © Philippe Piron.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 14
Légende Le centre de santé d’Arles en construction (août 1972), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Figure 15
Légende Panneau préfabriqué des façades est et ouest du centre de santé d’Arles, coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 16
Légende Photographie de chantier montrant la façade ouest du centre de santé d’Arles avant la pose de l’enveloppe parasolaire (25 mai 1973), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 17
Légende Photographie de chantier montrant la pose de la protection parasolaire sur la façade est du centre de santé d’Arles (25 mai 1973), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 18
Légende Plan du service de soins intensifs du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, no 435, octobre 1971.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 19
Légende Plan du service de cardiologie du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1971), document tiré de Paul Nelson, « Un centre pour la santé de la communauté ». La Vie collective, vol. 37, n435, octobre 1971.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 20
Légende Vue du service de radiologie du centre de santé d’Arles (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 21
Légende Le hall d’entrée du centre hospitalier Joseph-Imbert photographié en 2012.
Crédits © Philippe Piron.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 22
Légende Auditorium du centre de santé d’Arles peu après l’achèvement de l’édifice (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 23
Légende Canon de lumière éclairant le rez-de-chaussée du centre hospitalier Joseph-Imbert, photographié en 2010.
Crédits © Éléonore Marantz.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 24
Légende Chambre à deux lits du centre de santé d’Arles peu après l’achèvement de l’édifice (s. d., vers 1974), coll. centre hospitalier Joseph-Imbert.
Crédits © Centre hospitalier Joseph-Imbert.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 25
Légende Détail de la façade est du centre hospitalier Joseph-Imbert photographiée en 2012.
Crédits © Philippe Piron.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/13958/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore Marantz, « Le centre de santé d’Arles (1971-1974), anachronisme d’une prospective architecturale ? », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/13958 ; DOI : 10.4000/insitu.13958

Haut de page

Auteur

Éléonore Marantz

Maître de conférences en histoire de l’architecture contemporaine à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, membre de l’HiCSA eleonore.marantz-jaen@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page