Navigation – Plan du site
Essais de définition : l'apport des sources

Nouveau regard sur l’hôpital de Semur-en-Auxois à travers ses archives du XVIIIe siècle

A new appreciation of the hospital of Semur-en-Auxois, through its eighteenth-century archives
Pierre Pinon

Résumés

Rédigé dans le cadre des études menées pour l’établissement du secteur sauvegardé de Semur-en-Auxois, approuvé en 2012, et dans celui d’un ouvrage en préparation sur le patrimoine architectural et urbain de cette ville, cet article propose une description de l’hôpital de Semur-en-Auxois, au XVIIIe siècle à partir de transcriptions d’archives inédites conservées aux archives départementales de Côte-d’Or. Attesté à Semur-en-Auxois dès le XIIe siècle, l’hôpital a en effet déménagé, au milieu du XVIIIe siècle dans l’ancien hôtel du gouverneur, situé dans un faubourg du quartier du Château. L’essentiel des travaux a eu lieu en 1745-1748, sur les plans d’un architecte local peu connu, Jacques Lapoton, de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or). Si les sources nous apprennent que les matériaux sont locaux, les maçons et les tailleurs de pierre viennent en revanche du Limousin. Les sculptures de la façade de la chapelle sont l’œuvre de Vincent François, et la grille d’entrée de la cour a été dessinée, en 1771, par Bénigne Marion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Voir Pinon, Pierre. « Le plan de sauvegarde et de mise en valeur de Semur-en-Auxois et les études (...)
  • 2 - Ibid.

1Cet article a été rédigé dans le cadre des études menées pour l’établissement du secteur sauvegardé de Semur-en-Auxois1, approuvé en 20122, et dans celui d’un ouvrage en préparation sur le patrimoine architectural et urbain de cette ville.

  • 3 - Magistrat à Dijon, et sans doute à Semur, qui fit dessiner le « portrait de ville » publié par Fr (...)
  • 4 - Voir Vaulabelle, Alfred TENAILLE de. Histoire générale de Semur-en-Aussois. Paris : impr. F. Chan (...)

2L’existence d’un hôpital est attestée à Semur-en-Auxois depuis le XIIe siècle. Au XVIe siècle, la ville en possède deux : l’un servant d’hôtel-Dieu, au faubourg des Vaux, près du pont des Minimes, entrée principale de la ville à l’ouest, l’autre, réservé aux lépreux, près de la chapelle Saint-Ladre ou Saint-Lazare, sur la route de Précy-sous-Thil. Tous deux furent transférés à l’entrée du faubourg des Bordes, dans une maison particulière ayant appartenu à Philibert Espiard3. Ce nouvel établissement fut inauguré le 4 avril 16784.

  • 5 - D’après Gennari, Anne-Catherine. L’hôpital de Semur-en-Auxois. Huit siècles d’histoire, Thèse pré (...)
  • 6 - Le marquis du Châtelet est l’époux de Gabrielle-Émilie de Breteuil, plus connue sous le nom d’Émi (...)

3Les locaux se révélant insuffisants et vétustes, Louis-Henri de Bourbon-Condé, gouverneur de Bourgogne, conseille, semble-t-il5, aux administrateurs de l’hôpital d’acquérir l’hôtel du Châtelet nouvellement vacant, dont il n’a plus usage. Ce dernier est situé dans le quartier du Château, à l’emplacement probable du château médiéval, et est la propriété de Florent-Claude du Châtelet-Lomont6, gouverneur de Semur, qui cherche justement à le vendre.

  • 7 - AD Côte-d’Or, archives hospitalières de Semur-en-Auxois, H Dépôt 603.

4En tout état de cause, le duc de Condé fait savoir son accord pour l’acquisition de l’hôtel le 14 mars 1734, dans une lettre destinée à « Mr les maire et échevins de Semur7 » :

Monseigneur le duc s’est fait rendre compte des mémoires et lettres par lesquelles vous témoignés que vous êtes dans le dessin d’acquérir la Maison de Mr le marquis du Chatelet pour y placer l’hôpital. S. A. S. approuve fort votre projet d’abord que la maison est convenable et que l’hôpital a des fonds suffisans. Ainsy Messieurs vous pouvez en votre qualité d’administrateurs nées de l’hôpital terminer cette affaire quand vous le jugerés à propos, Monseigneur le Duc vous serait fort bon gré de n’avoir point voulu la finir sans son agrément, puisqu’en effet elle ne regarde point la commission. J’ay l’honneur d’être très parfaitement, Messieurs, Votre très obeïssant Serviteur, Chartraire de Montigny [trésorier général des États de Bourgogne].

  • 8 - « Par devant les conseillers du roy, notaires au Châtelet de Paris, soussignés, furent présents S (...)

5Le contrat d’acquisition est signé le 5 juin 17348. Il précise le contenu de la vente :

Une grande maison […] située audit Semur au quartier appellé le Château de la dite ville, consistant en bâtimens, logemens, granges, écuries, remises, triple cour, grand et petit jardin. […] Sont compris dans la présente vente toutes les boiseries. […] Cette vente faite moyennant le prix et somme de vingt mil livres de prix principal et de seize cent cinquante livres de chaines [pot de vin].

6La moitié de la somme est payable immédiatement, et la suite en deux paiements. Ainsi 5 187 livres sont versées le 5 mars 1735.

  • 9 - Et non d’un hôpital général pour les mendiants, les prostituées, les filles-mères, etc.
  • 10 - Pour comprendre l’architecture de ce nouvel établissement, voir le dossier d’inventaire établi pa (...)

7Dès le 5 juin 1734, les administrateurs de l’hôpital sont donc en possession de l’hôtel du Châtelet. On peut imaginer que l’hôpital est transféré progressivement dans le quartier du Château, le temps de transformer l’hôtel particulier en hôtel-Dieu, et surtout d’y aménager des chambres pour les malades9. Mais au bout d’une dizaine d’années, il s’avère que la place dans l’édifice est insuffisante. Il convient d’en édifier un autre, en outre mieux adapté à sa fonction, c’est-à-dire comprenant de vastes salles pour les malades et une chapelle (fig. 1). C’est ce que les administrateurs entreprennent à partir 174510.

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne ancienne de l’hôpital de Semur-en-Auxois. Au premier plan à droite l’aile du XIXe siècle, à gauche l’hôtel du gouverneur et peut-être la maison du chapelain, et au fond l’aile du XVIIIe siècle. Carte postale, fonds Combier (Mâcon).

  • 11 - VAULABELLE, A. TENAILLE de. Op. cit. p. 121-122.
  • 12 - GENNARI, A.-C. Op. cit., p. 47-53.

8Malgré les suppositions de A. de Vaulabelle11 et de A.-C. Gennari12, qui pensent que l’hôpital a été construit en plusieurs phases éloignées dans le temps (d’abord la chapelle en 1735, puis successivement les deux grandes salles, en 1745 et 1749), il semble bien que l’essentiel du bâtiment ait été bâti entre 1745 et 1748, en une seule mais longue étape. Les faits sont en effet attestés par les archives hospitalières conservées aux archives départementales de la Côte-d’Or. Ces dernières documentent la construction d’une ou deux salles de malades à partir de 1745, l’achèvement de la chapelle en 1748, des réparations en 1750, l’édification du portail en 1770-1771, la construction d’un logement pour le chapelain en 1775-1776, et une extension en 1782-1783.

9Ces sources s’avèrent toutefois extrêmement lacunaires, et souvent peu explicites, puisque composées de mémoires d’achats de matériaux de construction, de mémoires d’ouvrages à faire, de devis, qui ne précisent pas toujours à quel bâtiment ils sont destinés. Sont également conservés dans le même fonds quelques dessins mais malheureusement, ils ne peuvent, pour la plupart, pas être mis en rapport avec les documents écrits puisqu’ils portent souvent sur des éléments seulement mentionnés ; par ailleurs ils ne comportent que rarement une légende, et encore moins souvent une signature. En contrepartie, ces mémoires et devis sont très précis, et permettent de décrire en détail les constructions, de désigner la provenance des matériaux, de connaître la plupart du temps les maîtres d’ouvrage, les entrepreneurs, et éventuellement les maîtres d’œuvre. Aucun document d’archives ne confirme, par exemple, qu’un architecte parisien aurait été en vain consulté.

Les débuts de la construction

10Un premier marché est passé le 21 février 1745, entre les administrateurs de l’hôpital et les tailleurs de pierre Louis Jodelet l’Aîné, Louis Jodelet le Jeune, Claude et François Perdu frères. Il fait

  • 13 - Bierry-les-Belles-Fontaines a porté le nom d’Anstrude de 1737 à 1882, du nom de son châtelain Fra (...)

état des ouvrages en pierres de taille, à faire et fournir à l’hopital de Semur. Dix-huit grandes croisées qui auront neuf pieds de hauteur sur quatre pieds trois pouces de large, portant plainte [plinthe] laquelle saillera de quinze lignes le tout fait, par pieds droits […]. La tablette sera droite avec un jet d’eau, en dessous. La couverte sera bombée de quatre pouces en dessous et réglée en dedans, le tout suivant les panneaux qui seront fournys. L’entablement sera parpin, ou gros de murs, et aura onze pouces de saillyes, sur dix pouces d’épaisseure suivant le panneau qui sera remis aux ouvriers. Toute la pierre sera de la carrière d’Anstrude [Bierry-les-Belles-Fontaines13] proprement travaillée, taillée, et battues à la boucharde.

11Un second marché concerne également la fourniture et les ouvrages en pierres de taille, il date du 28 février 1745 et concerne l’

  • 14 - Nicolas Albin est un tailleur de pierre qui intervient dans la tour Margot (alors grenier à sel) (...)

État des ouvrages en pierre de tailles à faire et fournir à l’hopital de Semur. Premièrement, le socle du batiment de l’hopital sera fait de deux assises, posées en liaisons, en carreaux et boutisses, de deux lits, dont les carreaux auront un pied de lit et les boutisses dix huit pouces. Battues à la boucharde sur la face. Plus neuf louvres [lucarnes], qui auront de hauteur quatre pieds neuf pouces, entre la tablette et la couverte sur trois de large dans œuvre. Les jambages d’une seule pièce qui auront par le bas quinze pouces et par la haut dix de largeure […]. Nous, soussignés, administrateurs de l’hopital de Semur d’une part, Henry Perrot, Emilland Vousier [?], et Nicolas Albin14, sommes convenus ce qui suit, sçavoir : que nous lesdits Perrot, Voussier et Albin, nous obligeons de tirer toutes les pierres cy-dessus mentionnées, les tailler ainsy qu’il est dit dans chaque article, et les faire voiturer depuis la carrière de Pouillenay où ils les prendront, dans la cour de l’hopital à nos frais, moyennant trente-cinq sols, pour chaque pied des escaries [encoignures], trente-cinq sols pour chaque pied des deux assises du socle du batiment, et vingt-six livres pour chaque louvre, qui leurs seront payés par lesdits sieurs administrateurs a fure et mesure de la livraison, que nous nous obligeons de faire, sçavoir la moitié des socles et des escaries, dans le courant du mois de mars prochain, et l’autre moitié dans le courant du mois d’avril suivant, à l’égard des louvres dans le premier septembre de la présente année.

  • 15 - Un Jean Drouhin, tailleur de pierre à Pouillenay, signe des marchés avec les jacobines de Semur, (...)
  • 16 - Voir infra.
  • 17 - C’est le type F1 de notre typologie dans le « Rapport de présentation » du plan de sauvegarde et (...)

12Les autres marchés concernant la pierre de taille sont plus tardifs. Un autre contrat signé par H. Perrot, Émiland Drouhin15 et Nicolas Albin précise, le même jour, que les « louvres » sont au nombre de neuf. Le dessin conservé d’une de ces lucarnes en pierre (fig. 2) est ainsi légendé : « Le dessein cy-dessus a été signé par nous soussignés pour être par nous exécutés ce jourd’huy vingt-huit février mil sept cent quarante-cinq. Nicolas Albin, Emilland Drouhin ». Ce qui indique que Jacques Lapoton, architecte du bâtiment à ce moment-là16, n’a pas dessiné tous les détails architectoniques. Ces lucarnes sont à linteau droit avec un fronton courbe sur le dessin, alors qu’elles sont réalisées à linteau cintré et couverture courbe, forme que l’on rencontre fréquemment à Semur au XVIIIe siècle17.

Figure 2

Figure 2

Projet de lucarne de N. Albin et E. Drouhin, 1745. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.

© AD Côte-d’Or.

13Les mémoires suivants d’entrepreneur sont rédigés en mars-avril 1745 mais il convient d’examiner auparavant la convention pour les ouvrages de maçonnerie destinés à la construction d’une salle pour les pauvres, datée du 11 avril 1745, parce qu’elle mentionne le nom de l’architecte.

  • 18 - La Basse-Marche se trouve dans le nord du Limousin (en Haute-Vienne), la paroisse de « Bannand » (...)
  • 19 - Il s’agit de Bellegarde-en-Marche, dans le nord du Limousin également (Creuse).

L’an mil sept quarante-cinq, le onze du mois d’avril, heure de deux après midy, en la chambre de la direction de l’hopital de Semur-en-Auxois, par devant le secrétaire de la ditte ville et de la direction dudit hopital, ont comparu en leur personne, Silvain Malardie, masson du pays de la Basse-Marche, paroisse de Bannand18, et Jean Sureau du pays de Bellegarde en la Haute-Marche19, tous les deux massons, se présentent en cette ville, cy-présents, lesquels ensemblement et solidairement l’un pour l’autre, les deux seuls et pour le tout, s’obligent de faire l’ouvrage de massonnerie pour la batisse qu’il convient faire audit hopital de cette ville, d’une salle pour loger les pauvres, suivant les plans qu’en a dressé le nommé Lapoton architecte (fig. 3), et les fondations qui en voutes faites sur la largeure de trois pieds, et deux pieds seullement depuis le socle jusqu’à l’entablement de la dite salle, que les Sieurs Malardie et Sureau s’obligent de poser, ensemble les croisées de pierres de taille, portes, larmiers double cordon, corniches, flamandes, et générallement toute la taille qui sera employée à la construction […]. Comme aussy demeurent les Sieurs Malardie et Sureau de faire et construire les voutes pour le même batiment et les cintres sur lesquelles elles seront baties, de même les aqueducs et décharges, et arrières voussures massonnées […] sur les portes, et croisées, iceluy batiment, démolir jusque au rais-de-chaussée seullement, tous les murs qui restent des maisons, écuries, et autour édiffices qui sont dans les cours dépendant dudit hopital.

Figure 3

Figure 3

Le nom de l’architecte Lapoton apparaît dans la convention pour des travaux de maçonnerie du 11 avril 1745. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.

© AD Côte-d’Or.

  • 20 - Commune de Côte-d’Or.
  • 21 - Ces travaux consistèrent à remettre en place les roses des vitraux, à refaire les cordons des pil (...)

14Ainsi nous apprenons le nom de l’architecte qui a conçu cette salle pour les pauvres, apparemment située à droite de l’hôtel du gouverneur, probablement dans l’aile gauche de l’édifice réalisée au XVIIIe siècle. Jacques Lapoton, architecte et entrepreneur installé non loin de Semur, à Flavigny-sur-Ozerain20, n’est connu que par un seul autre chantier, ses travaux à la collégiale Notre-Dame de Semur21. Les maçons venaient en revanche du Limousin, province lointaine, mais dont traditionnellement sont originaires les maçons.

15Dans la suite du contrat, les entrepreneurs s’engagent à

  • 22 - La convention est signée par Jean-Baptiste Voisenet, conseiller du roi, juge, prévôt royal, maire (...)

rendre lesdits ouvrages faits et parfaits dans le courant du mois de septembre prochain, et les vouttes dans la fin du mois d’octobre suivant […] le présent marché fait moyennant le prix de somme de trois livres quinze sols la thoise de Bourgogne, qui seront toisés tant plein que vuide que nous lesdits administrateurs dudit hopital nous obligeons de payer aux Malardie et Sureau, à fure et mesure desdits ouvrages, en sorte que néanmoins qu’il resta un tiers, qui ne leur sera payé qu’après l’entière perfection, visitte, et acceptation de tous lesdits ouvrages, et de leur fournir tous les matériaux nécessaires, comme pierres, chaux, sables, eaux, […]22.

16Ce corps de bâtiment abritant la salle des pauvres est finalement le mieux documenté. Trois autres mémoires précèdent en effet cette convention ; ils concernent la charpente, la couverture et le carrelage, et la fourniture de chaux. Ils datent du 3 et du 14 mars 1745, ainsi que du 4 avril. Il est donc déductible de ces différents marchés que les plans de Lapoton ont été dessinés avant le 21 février 1745.

  • 23 - Le mémoire est signé par les mêmes administrateurs que la convention du 11 avril.

17Le mémoire daté du 3 mars concerne la charpente23.

  • 24 - François Dabost signe un marché de charpente avec les jacobines de Semur pour la construction de (...)

Nous, soussignés, administrateurs de l’hopital de Semur-en-Auxois, d’une part, François Dabost24 et Jean Cortot, charpentiers, demeurant audit Semur, tant pour eux que pour René Judrin, de même état et lieu, pour lequel, ils font fort, d’autre part, sommes convenus de ce qui suit, sçavoir, que nous lesdits Dabost et Cortot, et pour nous ledit Judrin, nous nous obligeons envers les sieurs administrateurs de faire et travailler la charpente du batiment neuf qui [va] être construit audit hopital, dont ladite charpente sera composée de quatorze fermes, et deux croupes sur la largeur de trente pieds hors œuvre, la dite charpente sera faite en mansarde […]. Et rendre ladite charpente faite et parfaite dans le quinze octobre prochain sujette à visitte […].

18Le prix est fixé à 50 livres chaque ferme, et au même prix les croupes. Les charpentiers devront fournir également un « plancher à la française » pour 20 livres chaque « travée ».

19Le contrat pour la couverture et le carrelage date du 14 mars :

  • 25 - Edme Rondeau a fourni des ouvrages de couverture pour le couvent de la Visitation de Semur, en 17 (...)

Nous, soussignés, administrateurs de l’hopital de Semur-en-Auxois, d’une part, Edme Rondeau25, Joseph Bertgelot [?] et François Joly, couvreurs et blanchisseurs demeurant audit Semur, tant pour eux que pour Jean Finel, et Claude Robelot, du même état et lieu, pour lesquels ils se font fort, d’autre part, […] de faire ouvrages de couverture, blanchissage en blanc à bourg pour le dedans de la salle, carrelage tant de ladite salle que du grenier, et enduire de crépis les dessous du batiment […] et fournir les journées nécessaires pour monter la tuille et tous les autres matériaux qu’ils employeront, […]. Moyennant quoy, nous, les administrateurs, nous nous obligeons de payer auxdits ouvriers dix sols pour chaque toises de sept pieds et demy.

20Enfin, le 4 avril 1745, est signé un contrat pour l’achat de chaux.

  • 26 - Châtel-Gérard, dans l’Yonne, est à l’époque un lieu où il y a plusieurs chaufourniers.
  • 27 - Couromble, orthographié Corrombles depuis la fin de l’Ancien Régime, est situé en Côte-d’Or.

Nous, soussignés, directeurs et administrateurs de hopital de Semur, d’une part, et Pierre Champdanoyne [? probablement Champdavoyne !], Pierre Panié [Pannier], chaufournier, demeurant à Chatel-Girard26, tant pour eux que pour Victor Mias et Edme Riboulot, laboureurs à Couromble27 d’autre part, […] nous obligeons solidairement de fournir à l’hopital de Semur la quantité de cent vingt queüe de chaux […] savoir vingt-quatre queüe le neuf du présent mois, vingt-quatre autres aux environs […] jusqu’à concurance de cent vingt queües […].

21D’autres marchés sont postérieurs à celui qui nous révèle le nom de l’architecte ; celui de l’achat des tuiles intervient le 6 mai.

  • 28 - En Terre-Plaine.

Nous, soussignés, administrateurs de l’hopital de Semur d’une part, et de sieur Claude Archambault, bourgeois, demeurant à Cussy-les-Forges28 d’autre part, sommes convenus de ce qui suit, savoir que moy, le ledit Archambault, m’oblige de fournir, livrer et rendre audit hopital de Semur à nos frais, la quantité de vingt milliers de thuilles de bonne qualité et bien cuittes de la fabrique de la thuilerie dudit Cussy […] dans le courant du mois d’aoust prochain, moyennant la somme de vingt-trois livres par chaque millier qui luy seront payées à la fin de la livraison desdits vingt milliers, des thuilles, en avancement duquel marché a esté payé audit Archambault la somme de cent livres.

22Trois marchés concernant la pierre de taille sont à nouveau dressés ensuite. Celui du 25 avril 1745 est signé par Anicet Marquand, « Edmilland » Drouhin, Henry Perrot et Nicolas Albin, tailleurs de pierre, qui s’engagent à fournir « deux cent quartiers de pierre de Pouillenay suivant l’échantillon qui nous a esté remis par le sieur Lapoton, laquelle sera tirée dans les bancs de pierre blanche, lesquelles pierres seront payées a fur et mesure de dix sols le pied cube, à livrer en mai prochain ».

23Les derniers marchés datent des 17 juin et 25 août 1745.

Je, soussigné, Claude Perdu, tailleur de pierre demeurant à Anstrude, tant pour moy que pour François Perdu, et encore pour Louis Jodelet le jeune mon associé, m’oblige de fournir à Messieurs les administrateurs de l’hopital de Semur, à mes frais rendu en la cour de l’hopital, quatre-vingt pieds d’architraves en pierre de taille, travaillés suivant le panneau qui leur a été fourny, qui entreront dans le mur de dix pouces, m’obligeant de fournir la moitié dans le quinze juillet prochain, et le surplus quinze jours après, et moyennant vingt-six sols pour chaque pied courant desdites architraves, qui me seront payées a fur et mesure de la livraison, le tout bien travaillé, fourny et conditionné, fait double à Semur le dix-sept juin mil sept cent quarante-cinq.

… Nous, soussignés, tailleur de pierre à Anstrude, tant pour moi que pour mon confrère, nous obligeons de fournir, livrer et faire voiturer en la cour de l’hopital de Semur, la quantité de cinquante quartiers de pierres de la carrière d’Anstrude, de quatre pieds de longueur chacun, de dix-sept à dix-huit pieds de large, laquelle livraison sera faite dans le huit octobre prochain, à condition qu’ils commenceront à fournir au plus tard dans quinze jours, et continueront jusqu’à l’entière et parfaite livraison, la pierre sera de bonne qualité, et payées par les sieurs administrateurs soussignés à raison de treize sols le pied des pierres, à proportion de la livraison ; fait double au bureau de la direction, le vingt-cinq aoust mil sept cent quarante-cinq.

24Tous ces marchés passés entre février et avril 1745 concernent donc bien la construction d’une aile en retour sur la cour, à droite de l’ancien hôtel du Châtelet, devenu hôpital en 1734. Éclairée par 18 croisées au rez-de-chaussée et 9 lucarnes au niveau des combles, elle devait accueillir notamment une grande salle des pauvres.

L’achèvement des travaux

  • 29 - L’autorisation de bénédiction est donnée par l’évêque d’Autun le 14 septembre 1749. « Antoine de (...)

25Reste posée la question de l’édification de la chapelle. Les seuls documents conservés aux archives concernent les vitrages ainsi que la sculpture de sa façade et de sa porte ; ils datent de 1747 et 1748, la chapelle étant inaugurée en 174929.

  • 30 - Les documents concernant la construction de la seconde salle auraient disparu, à moins que ceux c (...)

26Deux documents éclairent cette phase d’achèvement. Le premier, daté du 6 août 1747, indique que deux grandes salles de malades et la chapelle sont construites30, mais pas totalement achevées, puisque les vitres aux fenêtres ne sont pas posées.

  • 31 - C’est apparemment le nombre de baies qui a été réalisé.

Nous, soussignés, directeurs et administrateurs de l’hopital de Semur-en-Auxois, d’une part, et Claudine Verrier, veuve Pierre Prieur, en son vivant vittrier audit Semur d’autre part, sommes convenus de ce qui suit, savoir : moy, ladite Claudine Verrier m’oblige à vittrer toutes croisées du nouveau batiment dudit hopital, savoir seize croizées dans les deux grandes salles31 et une dans le chauffoir, mettre deux couches tant au dedans que au dehors en blanc de seruze [céruse], plus les quatre croizées de la chapelle qui seront mises en place et deux couches de coulleur de vert aussy les quatre louvres sur lesquelles sera mis également deux couches en blanc de seruze, le tout en beau verte de France, et touttes les couches en huille de cheveux [?]. Pourquoi, administrateurs, nous nous obligeons de payer à ladite veuve Prieur, savoir dix sols pour chaque carreaux des dix-sept grandes croizées, trois sols du pied de vittrier pour les quatre croizées de la chapelle et six sols pour ceux des quatre louvres, lesquels ouvrages seront faits et parfaits et sujet à visitte dans la premier octobre prochain. La ditte veuve Prieur, en considérant que cet ouvrage est pour les pauvres, consent que des quatre louvres, elle n’en soit payé que de trois, s’obligeant encore de mettre en coulleur de vert les balustrades qui seront posées dans la chapelle dudit hopital gratis ; fait audit Semur.

27Le second document, daté du 29 juillet 1748, indique que la construction s’achève par des travaux de sculpture, tant sur pierre que sur bois, dus au sculpteur Vincent François.

Les soussignés directeurs et administrateurs de l’hopital de Semur-en-Auxois d’une part, et le sieur Vincent François, sculpteur, demeurant à Dijon, d’autre part, sont convenus de ce qui suit. Sçavoir que le sieur François s’est obligé de sculpter la porte en bois de la chapelle neuve dudit hopital et le dormant qui sera sur ladite porte. Plus les ornemens de la niche de pierre qui est au dessus de la dite porte, le tout suivant les plans et desseins qui ont été représentés et paraphés au dos par ledit François et lesdits directeurs et administrateurs, plus de faire une teste de chérubin sur chaque pierre servant de clef aux arcs qui séparent la chapelle des deux salles. Le tout moyennant le prix et somme de quatre-vingt-dix livres qui luy seront payées après la parfaite réception dudit ouvrage.

Figure 4

Figure 4

Intérieur de la chapelle, du côté de l’autel.

Phot. Pinon, P., 2004. © Pierre Pinon.

Figure 5

Figure 5

Intérieur de la chapelle, détail de la voûte.

Phot. Pinon, P., 2004. © Pierre Pinon.

28De plan circulaire, la chapelle est voûtée d’arêtes à grands et petits quartiers, c’est-à-dire de petits plats, au nombre de huit, séparant des grands quartiers courbes ou voûtains, également au nombre de huit. Quatre baies viennent s’insérer dans quatre grands quartiers (fig. 4, fig. 5). Ce mode de couvrement, intermédiaire entre le mode gothique et celui classique, est assez original. Cette voûte est cependant assez semblable à celle de la chapelle de l’hospice de la Charité à Mâcon, conçue par Jacques-Germain Soufflot, entre 1752 et 1761. Quatre pilastres doriques rythment la façade de la chapelle ; la travée centrale est composée de la porte, d’une niche abritant une Vierge en pied, et d’un fronton courbe (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

Vue de la façade de l’hôpital et de la chapelle (à gauche l’hôtel du gouverneur), dans les années 1970. Carte postale, fonds Combier (Mâcon).

29Il est possible que la chapelle ait été bâtie par S. Malardie et J. Sureau, maçons, car elle est voûtée, sur des plans de J. Lapoton probablement, comme les salles de malades. Peut-être le dessin de la façade est-il de V. François ?

30Il existe également dans le dossier d’archives un projet pour un confessionnal (plan et élévation) (fig. 7) daté du 4 juin 1758 : « Sera fait pour deux louis par le soussigné le confessionnal suivant le présent plan, lequel sera de dix pieds neuf pouces de hauteur. Et la corniche du milieu sera plus cintrée afin que les cotés soient des plus bas. […] A. Thomas ».

Figure 7

Figure 7

Projet de confessionnal de A. Thomas, 1758. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.

© AD Côte-d’Or.

Travaux d’entretien et de réparations

31En 1750, des réparations sont à effectuer à l’ancien hôtel du gouverneur, bien que la chose ne soit pas précisée :

Nous, Claude Perrot, entrepreneur demeurant à Semur, et Jacques Lappoton, aussi entrepreneur demeurant à Flavigny, experts nommés de la part de messieurs les maires, échevins et administrateurs de l’hopital de la ville de Semur, à l’effet de visiter et reconnoistre les réparations urgentes et nécessaires à faire au batiment dudit hopital et nous y étans transportés ce jourd’huy, douze janvier mil sept cent cinquante. Nous avons recognus qu’une partie des pans de bois porte à faux sur le plancher de la cave et ce qui en occasionneroit infailliblement la ruine si on y remédioit pas pour l’évitter et mesme temps pour la distribution des chambres. Premièrement, pour la soliditté du batiment, il convient d’y faire deux murs de refent en bonne massonnerie de dix-huit pouces d’épaisseur et sur toutte la largeur dudit batiment […].

32Il s’agit aussi d’agrandir un cabinet, de construire un escalier, de percer une porte, d’élever un mur entre deux pavillons (nous ne pouvons savoir lesquels), de refaire un plancher dans les chambres, et divers autres menus travaux.

Figure 8

Figure 8

Vue de l’entrée de l’hôpital et du portail.

Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.

Figure 9

Figure 9

Partie supérieure de la grille du portail.

Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.

Figure 10

Figure 10

Détail de la grille.

Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.

  • 32 - Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 26 octobre 1927. Le reste de l (...)

33En 1771, les administrateurs engagent la construction d’un portail pour fermer la cour, portail qui existe toujours (fig. 8, 9, 10). Ce fut le seul élément de l’hôpital de Semur protégé en 1927 au titre des monuments historiques, avant qu’intervienne une inscription complète en 201132.

Mémoire pour la construction d’une porte en fer, et ses deux pilastres en pierre qui seront paraphés par Mrs les Directeurs de l’hôpital de Semur-en-Auxois. Premièrement, la porte en fer, avec tous les montans et chassis, et les battans seront d’épaisseur de 18 lignes, et les chardonnereaux de même, roulants sur leurs chapeaux [crapaudines] et piveaux. La garniture des pilastres et panneaux sera de 10 lignes et la frise de même, leurs couronnements sera étendu jusque contre le pilastre, et qui sera de même épaisseur que celui expliqué ci-devant et l’on mettra tout l’ornement comme il est figuré sur ce plan, en fer et en cuivre d’une épaisseur proportionnée et suivant l’art. L’on mettra aussi une serrure à deux tours qui fermera la porte comme une crémone du haut en bas, et un bon locteau pour le batant. Cet article est estimé la somme de neuf cent quarante livres. […] Pour les deux pilastres en pierre de tailles qui est l’ordre toscan, tant pour la fourniture de la pierre, taillages et posages suivant le plan, le tout est estimé quatre cent quarante livres.

34Et pour

la porte en fer suivant le dessein du sieur Dauphiné, les montants des chassis, et les piveaux et battans seront d’épaisseur de 18 lignes, et la garniture dans le dedans sera de 10 lignes d’épaisseur. L’on fera les frises et l’ornement conformément au plan avec une bonne serrure à deux tours, avec la crémône qui ferme du haut en bas et un bon loquet dans le battans le tout suivant l’art, lequel article j’estime la somme de huit cent quarente livres.

35Suit un mémoire pour la fourniture et la taille des pierres pour 627 livres, daté du 8 août 1771 à Moutiers-Saint-Jean, signé « J. Tirmig » (?).

  • 33 - Il s’agit probablement de Bénigne Marion, architecte-voyer de Semur de 1768 à 1793 (AD Côte-d’Or, (...)

36Ainsi la grille est l’œuvre d’un certain Dauphiné, sans doute ferronnier, probablement à Dijon, et les piliers d’un certain « Tirmig », tailleur de pierre, qui s’engage à terminer l’ouvrage pour octobre. Ces deux artisans nous sont inconnus. Ce n’est pas le cas de l’auteur du dessin du portail signé Marion fils (fig. 11). Ce dernier appartenait à une dynastie d’architectes et d’entrepreneurs actifs à Semur pendant tout le XVIIIsiècle33. Par ailleurs, la grille réalisée présente des formes plus simples que sur le dessin, par souci d’économie sans doute.

Figure 11

Figure 11

Élévation de la grille du portail par B. Marion. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.

© AD Côte-d’Or.

  • 34 - « Je soussigné Bénigne Marion entrepreneur de batiment demeurant à Semur reconnois avoir fait mar (...)

37La construction d’un logement pour le chapelain, difficilement localisable (peut-être le bâtiment situé à l’est de l’hôtel du Châtelet), intervient en 1775. Le devis estimatif, daté du 14 août et signé par Bénigne Marion34 décrit

des réparations et construction à faire dans la cloture de l’hopital de Semur pour le logement du chapelain, 1775.

Art. 1er. Nous prenons dans l’ancien bâtiment une place de la longueur de trente-trois pieds et de la largeur de vingt pieds dans œuvre ; et du côté du petit jardin en retour d’équerre, un autre ancien bâtiment qui a de longueur dix-sept pieds six pouces et autant de largeur pour y construire des caves, chambres et cabinets comme il sera expliqué cy après.

Art. 2e. Tous les murs seront faits en mortier de chaux avec bonne areîne [sable], bonnes pierres non gélives et des parpinnes [parpaings]. Il y en aura quatre à cinq par toise qui feront gros mur. Le pignon qui est du côté du petit jardin et le mur goutrot [gouttereau] qui est dans la ruelle commune Mr de Chassey seront faits à neuf sur la longueur de vingt-un pieds et sur la hauteur de vingt pieds six pouces y compris les fondations […] toute maçonnerie expliquée cy-dessous faisant quarante-cinq toises à quatorze livres la toise monté à la somme de six cent trente livre. 630 livres.

38Suivent les ouvrages sur les voûtes de la cave, sur les tuyaux de cheminées, sur les fenêtres et portes, les vitrages, les placards, l’escalier du grenier, le plancher de la cuisine, la couverture en tuiles. Le budget des travaux se monte à deux mille huit cent quatre-vingt-dix-sept livres dix-sept sols.

Figure 12

Figure 12

Plans de l’appartement du chapelain de l’hôpital par B. Marion, 1775. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.

© AD Côte-d’Or.

39Sont conservés dans les archives les plans du rez-de-chaussée et du premier étage, sans légende ni signature, mais qui semblent correspondre au devis (fig. 12). Sont lavées en gris les parties conservées, et en rouge les parties remaniées ou ajoutées : les murs extérieurs du bûcher et de la cuisine, le mur de refend séparant la salle à manger du cabinet, l’escalier, l’encadrement des fenêtres.

  • 35 - Il signe alors les ouvrages d’un escalier rue Buffon (AM Semur, 1 O 7). On lui doit aussi un plan (...)

40Les derniers travaux documentés par les sources concernent un projet d’extension de la salle des malades du côté nord, dont nous ignorons s’il a été réalisé. Le devis estimatif, datant du 26 février 1782, est signé Jean Clénet, architecte-voyer de Semur à partir de l’an XII35.

Devis estimatif des ouvrages qui sont à faire à l’hopital de Semur, suivant les plans et devis qui ont étés fait, par les ordres de MM. les administrateurs. Lesquels ouvrages consistent, sçavoir, en un prolongement qui est à faire à la salle des hommes et au pavillon attenant à la ditte salle sur la basse cour, une citerne aussi placée dans ladite basse cour.

Je donnerai à la suitte de ce devis le détail estimatif de chacun de ces articles séparément.

Art. 1er. Devis estimatif de la salle. Sera fait les démolitions du pignon du côté de la ville et les étagemens de la charpente. Tous les débris et buttins provenant desdites démolitions, seront enlevés et menés hors la ville […].

  • 36 - C’est la largeur donnée par le marché de charpente du 3 mars 1745.

41Sera utilisée pour les murs la pierre de Montbard, également pour la croisée de la grande salle. La charpente est à coyaux. Le carrelage, de 32 toises, nous fournit la surface de cette extension, 128 m2 environ, soit pour une largeur de 9 m36, 14 m de longueur d’extension. Le total du devis s’élève à 11 994 livres.

Matériaux, entrepreneurs et architectes

42Les matériaux de construction sont locaux : la pierre de taille provient de Bierry-les-Belles-Fontaines (Yonne), de Pouillenay et de Montbard (Côte-d’Or), les tuiles de Cussy-les-Forges (Yonne), la chaux de Châtel-Gérard (Yonne). Les entrepreneurs sont extrêmement nombreux : les maçons Malardie et Sureau viennent du Limousin, les tailleurs de pierre Jodelet père et fils et les frères Perdu sont apparemment de Bierry-les-Belles-Fontaines, Albin, Drouhin, Marquand et Perrot sont de Semur, comme les charpentiers Cortot et Dabost ou les couvreurs et carreleurs Finet, Joly, Robelot, Rondeau, et le vitrier Prieur.

43Quant au rôle de Lapoton, s’il en a donné certains plans, il n’a manifestement pas assumé la maîtrise d’œuvre au sens plein du terme. Il n’a apparemment pas supervisé les mémoires et les devis, ni dirigé les travaux, ou assuré la réception des ouvrages. Nous ne savons pas s’il a coordonné le travail du sculpteur François. De même, Marion et Clénet ne sont payés que pour leurs plans et devis. Ce sont donc sûrement les administrateurs de l’hôpital qui ont suivi le chantier.

  • 37 - Laget, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle et al. L’hôpital en France. Histoire et arc (...)

44D’un point de vue typologique, l’hôpital de Semur-en-Auxois est conforme à ce qui s’est fait en Bourgogne au XVIIIsiècle : deux salles de malades encadrant symétriquement une chapelle37.

  • 38 - Voir Pia-Lachapelle, Léone. Art. cit. et Ead. « Les établissements hospitaliers de Saulieu ». Mém (...)
  • 39 - À la fin du XVIIIsiècle, la Ville de Saulieu demande un projet à Pierre-Joseph Antoine en 1770, (...)

45Les hospices de Saulieu de Michel-Ange et Jean-Antoine Caristie (1745-1748) et de Vitteaux de Jean-Baptiste Caristie (1748)38 sont de ce type, comme l’hospice d’Avallon, construit un peu plus tôt. Il est d’ailleurs un peu étonnant que le maire de Semur n’ait pas fait appel à un architecte plus renommé que Lapoton, un membre de la famille Caristie par exemple. D’une manière générale, la Ville de Semur n’a pas réellement cherché à faire travailler des architectes de renom. En effet, alors que pour leur hôtel de ville, d’autres municipalités édifiaient un bâtiment neuf et faisaient appel à des architectes dijonnais d’une certaine notoriété39, Semur se contenta d’un modeste édifice dans le donjon.

  • 40 - Voir, dans la base Mérimée, le dossier d’inventaire noIA21000876.

46Au début du XIXsiècle, l’hôpital de Semur s’est agrandi d’une nouvelle aile, qui ferme symétriquement la cour d’entrée en forme de U. Il s’agit d’un bâtiment construit en 1843-1844, et financé par le legs de Pierre-Marie Arnault, avocat à Semur40. L’ancien hôpital a été vendu récemment par la Ville à un propriétaire privé qui voulait le transformer en hôtel de tourisme. Mais il est actuellement abandonné, et malheureusement, non visitable.

Haut de page

Notes

1 - Voir Pinon, Pierre. « Le plan de sauvegarde et de mise en valeur de Semur-en-Auxois et les études historiques ». Bulletin de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, t. CXIII, 2005, p. 72-86.

2 - Ibid.

3 - Magistrat à Dijon, et sans doute à Semur, qui fit dessiner le « portrait de ville » publié par François de Belleforest, dans sa Cosmographie universelle, en 1575. Voir Ibid.

4 - Voir Vaulabelle, Alfred TENAILLE de. Histoire générale de Semur-en-Aussois. Paris : impr. F. Chantenay, 1927 (nlle éd.), p. 117-118.

5 - D’après Gennari, Anne-Catherine. L’hôpital de Semur-en-Auxois. Huit siècles d’histoire, Thèse présentée à la faculté de médecine de Dijon. Dijon : 1986, p. 50. Mais aucune source n’étant citée, il s’agit d’une simple supposition, cependant vraisemblable.

6 - Le marquis du Châtelet est l’époux de Gabrielle-Émilie de Breteuil, plus connue sous le nom d’Émilie du Châtelet, célèbre maîtresse de Voltaire.

7 - AD Côte-d’Or, archives hospitalières de Semur-en-Auxois, H Dépôt 603.

8 - « Par devant les conseillers du roy, notaires au Châtelet de Paris, soussignés, furent présents Sieur Guillaume Raynal, bourgeois de Paris, y demeurant ruë Sainte-Avoye, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, au nom et comme procureur substitué aux pouvoirs donnés par très haut et très puissant seigneur Messire Florent Claude Marquis de Chastelet, brigadier des armées du roy, colonel du régiment de Haynault, à très haute et très puissante Dame, Dame Gabrielle Emilie de Breteuil son épouse, de lui autorisée par la procuration passée par devant Brono qui en a la minutte, et de son confrère notaire à Paris, la dite substitution portée par acte étant au pied de la dite procuration en datte du vingt avril dernier, d’une part. A Sieur Jacques Damien, bourgeois de Paris, y demeurant place de Grève, paroisse Saint-Gervais, au non et comme fondé de la procuration de Mr François Nicolas Voisenet, conseiller du roy, maire et lieutenant général de police de Semur-en-Auxois, Mrs Jacques Simon et Jacques Meney avocats au Parlement, Mr Jean Gautherin procureur au présidial, Mr Michel Lanoignat marchand échevin, et Mr Charles Bollenat aussy procureur au présidial et sindic de la même ville, tous principaux directeurs et administrateurs de l’hospital dudit Semur ; et encore de vénérable et religieuse personne Mr François Pinard, prestre, docteur en théologie, prieur de Saint-Jean-l’Evangéliste dudit Semur, ordre de Saint-Augustin, et de Mr Jacob Charles Le Mulier, conseiller du roy, lieutenant général en la chancellerie du baillage d’Auxois, siège principal audit Semur, directeur honoraire du même hopital, la dite procuration passée devant Rémond et Bruzard notaire royaux audit Semur, le six may dernier, dont l’original duëment scellé et légalisé est demeuré joint à la minutte des présentes […] » (AD Côte-d’Or, archives hospitalières de Semur-en-Auxois, H Dépôt 603).

9 - Et non d’un hôpital général pour les mendiants, les prostituées, les filles-mères, etc.

10 - Pour comprendre l’architecture de ce nouvel établissement, voir le dossier d’inventaire établi par Claudine Hugonnet-Berger en 2002 dans la base Mérimée : notice IA21000876.

11 - VAULABELLE, A. TENAILLE de. Op. cit. p. 121-122.

12 - GENNARI, A.-C. Op. cit., p. 47-53.

13 - Bierry-les-Belles-Fontaines a porté le nom d’Anstrude de 1737 à 1882, du nom de son châtelain François-César d’Anstrude. La pierre d’Anstrude est de l’étage bathonien du jurassique.

14 - Nicolas Albin est un tailleur de pierre qui intervient dans la tour Margot (alors grenier à sel) au donjon, pour des réparations, sur des plans et un devis de Jean Caristie, en 1756-1757 (AM Semur-en-Auxois, DD 9). Il s’agit de Jean-Antoine Caristie, architecte à Dijon (1719-1770). Voir Pia-Lachapelle, Léone. « Une dynastie d’architectes : les Caristie », Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXIV, 1984-1986, p. 219-237.

15 - Un Jean Drouhin, tailleur de pierre à Pouillenay, signe des marchés avec les jacobines de Semur, en avril et en décembre 1740, pour la construction de leur logis conventuel (AD Côte-d’Or, 87 H 1092).

16 - Voir infra.

17 - C’est le type F1 de notre typologie dans le « Rapport de présentation » du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de Semur-en-Auxois (Paris, 2010).

18 - La Basse-Marche se trouve dans le nord du Limousin (en Haute-Vienne), la paroisse de « Bannand » est introuvable. L’écart « Bannaud » existe dans la commune de Châlus (Haute-Vienne) (Nomenclature des écarts, hameaux et lieux-dits de la Haute-Vienne, Direction régionale de l’INSEE, Limoges, 1951, d’après le recensement de 1946. Archives départementales de la Haute-Vienne, 2016).

19 - Il s’agit de Bellegarde-en-Marche, dans le nord du Limousin également (Creuse).

20 - Commune de Côte-d’Or.

21 - Ces travaux consistèrent à remettre en place les roses des vitraux, à refaire les cordons des piliers de la nef, à faire des ouvertures dans les parties hautes des voûtes de la nef, le couronnement des piliers qui supportent les arcs-boutants et les pyramides du portail. Devis, daté de 1741, co-signé par Étienne Leidié et Claude Perrot, entrepreneurs, s’élevant à 24 850 livres (AD Côte-d’Or, C 1670).

22 - La convention est signée par Jean-Baptiste Voisenet, conseiller du roi, juge, prévôt royal, maire, Claude Meney et Jacques Pouzol administrateur au parlement, Bénigne Champagne procureur du présidial, Michel Valotte marchand, Edme Gueuzot chanoine de la collégiale.

23 - Le mémoire est signé par les mêmes administrateurs que la convention du 11 avril.

24 - François Dabost signe un marché de charpente avec les jacobines de Semur pour la construction de leur logis conventuel le 22 avril 1740 (AD Côte-d’Or, 87 H 1092).

25 - Edme Rondeau a fourni des ouvrages de couverture pour le couvent de la Visitation de Semur, en 1724 (AD Côte-d’Or, 107 H 1137).

26 - Châtel-Gérard, dans l’Yonne, est à l’époque un lieu où il y a plusieurs chaufourniers.

27 - Couromble, orthographié Corrombles depuis la fin de l’Ancien Régime, est situé en Côte-d’Or.

28 - En Terre-Plaine.

29 - L’autorisation de bénédiction est donnée par l’évêque d’Autun le 14 septembre 1749. « Antoine de Malvin de Montazet, par la miséricorde divine et la grâce du Saint-Siège apostolique évêque d’Autun, premier suffragant de la province de Lyon, administrateur pour le spirituel et le temporel de l’archevêché dudit Lyon, le siège vacant, comte de Saulieu, président né, et perpétuel des Etats de Bourgogne, vue la requête à nous présentée par Mrs les maire et échevins de la Ville de Semur-en-Auxois de notre diocèse, en qualité d’administrateurs de l’hopital de ladite ville de Semur, notre appointement en marge du quatre de ce mois, par lequel nous aurions commis le Sr Lazare Demanche, prêtre chanoine de notre église cathédrale, pour faire la visite de la chappelle nouvellement construite dans l’hopital dudit Semur, procez-verbal du dix courant dressé par ledit sieur Lazare Demanche de l’état de ladite chapelle, en présence desdits Sieurs maire et échevins et autres notables de ladite ville, nous avons par ces présentes commis et commettons ledit Sieur Lazare Demanche, chanoine de notre église cathédrale, pour faire avec la solennité et les cérémonies accoutumées la bénédiction de ladite chapelle nouvellement construite pour desservir les pauvres du nouvel hopital de Semur-en-Auxois, permettons aprez ladite bénédiction aux sieurs administrateurs dudit hopital d’y faire célébrer les saints mystères et d’y faire garder le Saint-Sacrement pour la consolation et les secours spirituels des pauvres malades. Donné à Autun en notre séminaire sous notre seing, le sceau de nos armes et le contreseing de notre secrétaire le quatorze du mois de septembre mil sept cent quarante-neuf » (Gennari, A.-C. Op. cit., p. 50). C’est également la date que donnait Justin Ledeuil (Notice sur Semur-en-Auxois, Semur, 1878, p. 75) : « La chapelle, construite en 1749, renferme un joli tableau représentant la Nativité ».

30 - Les documents concernant la construction de la seconde salle auraient disparu, à moins que ceux conservés prennent en compte les deux salles comme nous l’avons suggéré ci-dessus.

31 - C’est apparemment le nombre de baies qui a été réalisé.

32 - Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 26 octobre 1927. Le reste de l’hôpital a été inscrit le 21 juin 2010.

33 - Il s’agit probablement de Bénigne Marion, architecte-voyer de Semur de 1768 à 1793 (AD Côte-d’Or, C 1667).

34 - « Je soussigné Bénigne Marion entrepreneur de batiment demeurant à Semur reconnois avoir fait marché avec MMrs les administrateurs de l’hopital dudit Semur pour exécuté tous les ouvrages mentionnés au devis cy-devant ». La convention, pour laquelle B. Marion doit toucher 60 livres, est signée Gueneau de Mussy, maire de Semur et de Marion, voyer de la Ville de Semur.

35 - Il signe alors les ouvrages d’un escalier rue Buffon (AM Semur, 1 O 7). On lui doit aussi un plan de projet de percement de rues nouvelles dans le quartier des Couvents (rues des Saintes-Maries, du Couvent, des Carmes, ainsi qu’un projet d’ouverture d’une rue à travers le couvent des Ursulines, non réalisé), daté de l’an X.

36 - C’est la largeur donnée par le marché de charpente du 3 mars 1745.

37 - Laget, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle et al. L’hôpital en France. Histoire et architecture. Lyon : Lieux Dits, coll. « Cahiers du Patrimoine », n99, p. 75, cite ceux de Cluny, de Seurre, de Vitteaux et Arnay-le-Duc. Voir aussi Hugonnet-Berger, Claudine, Réveillon, Élisabeth et Fromaget, Brigitte. Patrimoine hospitalier en Bourgogne. Paris : Somogy, 2011.

38 - Voir Pia-Lachapelle, Léone. Art. cit. et Ead. « Les établissements hospitaliers de Saulieu ». Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXIII, 1982-1983 [1984], p. 296.

39 - À la fin du XVIIIsiècle, la Ville de Saulieu demande un projet à Pierre-Joseph Antoine en 1770, réalisé avant 1783 (Beauvalot, Yves. « Pierre-Joseph Antoine et l’hôtel de ville de Saulieu (1770-1783) ». Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXIV, 1984-1986, p. 349-385) ; la Ville d’Avallon fait appel à Charles-Joseph Le Jolivet, autre architecte dijonnais, dont le chantier de l’hôtel de ville commence en 1770. Sans parler de Joigny, qui avait suscité un projet du célèbre Germain Boffrand, dès 1725 (Pinon, Pierre. « Joigny. L’Hôtel de ville de G. Boffrand, 1725-1728 ». Dans Pinon, P. et SAULNIER-PERNUIT, Lydwine (dir.) Le Sénonais au XVIIIe siècle. Architecture et Territoire. Sens : Musées de Sens, 1987, p. 155-158).

40 - Voir, dans la base Mérimée, le dossier d’inventaire noIA21000876.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne ancienne de l’hôpital de Semur-en-Auxois. Au premier plan à droite l’aile du XIXe siècle, à gauche l’hôtel du gouverneur et peut-être la maison du chapelain, et au fond l’aile du XVIIIe siècle. Carte postale, fonds Combier (Mâcon).
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 2
Légende Projet de lucarne de N. Albin et E. Drouhin, 1745. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.
Crédits © AD Côte-d’Or.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 3
Légende Le nom de l’architecte Lapoton apparaît dans la convention pour des travaux de maçonnerie du 11 avril 1745. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.
Crédits © AD Côte-d’Or.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 4
Légende Intérieur de la chapelle, du côté de l’autel.
Crédits Phot. Pinon, P., 2004. © Pierre Pinon.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 5
Légende Intérieur de la chapelle, détail de la voûte.
Crédits Phot. Pinon, P., 2004. © Pierre Pinon.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 6
Légende Vue de la façade de l’hôpital et de la chapelle (à gauche l’hôtel du gouverneur), dans les années 1970. Carte postale, fonds Combier (Mâcon).
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 7
Légende Projet de confessionnal de A. Thomas, 1758. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.
Crédits © AD Côte-d’Or.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 8
Légende Vue de l’entrée de l’hôpital et du portail.
Crédits Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 9
Légende Partie supérieure de la grille du portail.
Crédits Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 10
Légende Détail de la grille.
Crédits Phot. Auger, A., 2014. © A. Auger.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 11
Légende Élévation de la grille du portail par B. Marion. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.
Crédits © AD Côte-d’Or.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Figure 12
Légende Plans de l’appartement du chapelain de l’hôpital par B. Marion, 1775. AD Côte-d’Or, H Dépôt 603.
Crédits © AD Côte-d’Or.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14107/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Pinon, « Nouveau regard sur l’hôpital de Semur-en-Auxois à travers ses archives du XVIIIe siècle », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 22 février 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/14107 ; DOI : 10.4000/insitu.14107

Haut de page

Auteur

Pierre Pinon

Professeur honoraire à l’ENSA de Paris-Belleville pierrepinon@hotmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page