Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Enjeux de conservation : la protection au titre des Monuments historiques

    Le CHU Dijon Bourgogne : une politique active de conservation des collections scientifiques et techniques

    The university hospital of Dijon, in Burgundy, an active policy of preservation of scientific and technical collections
    Adeline Rivière

    Résumés

    À l’instar de nombreux hôpitaux, le CHU Dijon Bourgogne vient d’achever le déménagement de ses services de son site originel pour des locaux plus récents et donc plus fonctionnels. Riche des huit siècles d’existence de l’hôpital, le patrimoine mobilier de l’établissement est constitué d’objets « d’art et d’histoire », comprenant aussi les ustensiles du quotidien et médicaux antérieurs au XXe siècle. Reflet de sa pratique médicale de pointe et de ses activités de recherche, le CHU possède également une collection très importante d’objets « scientifiques et techniques » des XXe et XXIe siècles. Ces 1 659 articles témoignent de méthodes spécifiques de soins à l’échelle régionale. Toute la difficulté est de parvenir à comprendre ces collections et à les inventorier pour les rendre accessibles au public. De plus, avec la démultiplication des matériels, le manque de place et de moyens financiers pour les conserver de manière pérenne, des tris raisonnés doivent être opérés au sein du CHU mais aussi dans les structures hospitalières et médico-sociales. C’est pourquoi le CHU Dijon Bourgogne a choisi de se doter d’un comité de sélection des objets XXe et XXIe siècles.

    Haut de page

    Texte intégral

    1Actuellement, le centre hospitalier universitaire (CHU) Dijon Bourgogne emploie plus de 7 200 salariés répartis dans 15 pôles de spécialités médicales et médico-techniques et 15 directions. L’établissement dispose d’une capacité d’accueil de 1 777 lits/places ; 5 000 repas sont préparés chaque jour pour les patients et le personnel. En somme, il s’agit d’une véritable ville au service des patients de toute la région et au-delà, avec une place très importante octroyée aux missions de recherche médicale.

    Figure 1

    Figure 1

    L’hôpital général de Dijon.

    © Jean-Pierre Ramot/CHU Dijon Bourgogne.

    2Les différents services se répartissaient jusqu’au printemps 2015 sur trois sites principaux : l’hôpital général (fig. 1), site originel fondé en 1204 par Eudes III, duc de Bourgogne, le site du Bocage, inauguré en 1962, récemment rebaptisé « hôpital François-Mitterrand » (fig. 2) et le centre gériatrique de Champmaillot. Entre 2010 et 2015, l’ensemble des services installés dans l’hôpital général ont été transférés sur le site du Bocage. Prochainement, les bâtiments historiques, désaffectés, devraient être aliénés à la communauté urbaine du Grand Dijon qui a pour projet d’en faire une des quatre Cités internationales de la gastronomie (avec Tours, Rungis et Lyon)1.

    Figure 2

    Figure 2

    L’hôpital François-Mitterrand, anciennement dénommé hôpital du Bocage.

    © Pierre Athias-TACTILL.

    • 2 - Voir les dossiers en ligne dans la base Palissy du portail « architecture et patrimoine » du mini (...)

    3S’il fallait définir brièvement les collections patrimoniales du CHU Dijon Bourgogne, on pourrait identifier les objets « d’art et d’histoire » (tableaux, statues, meubles, argenterie), comprenant les objets du quotidien (couverts, assiettes, bouillottes ou bassins de lits et palettes à saignées) et médicaux (pots à pharmacie, clystères, balances, coffrets d’instruments de chirurgie) antérieurs au XXsiècle (fig. 3, fig. 4). Entre 2001 à 2006, grâce au partenariat entre l’agence régionale de l’hospitalisation (aujourd’hui agence régionale de santé), le CHU et le service régional de l’Inventaire général, un inventaire quasi exhaustif de ces collections a été réalisé par Bruno François au titre de ses fonctions de chargé de mission culture et patrimoine et de conservateur délégué des antiquités et objets d’art de Côte-d’Or avec la collaboration de Jean-Pierre Ramot, photographe du CHU. En cinq ans, 1 925 objets ont ainsi été recensés sur les différents sites que compte l’établissement2. À la veille de la fermeture de son site historique, cet inventaire scientifique était une nécessité pour que l’hôpital puisse assurer une gestion raisonnée de ses objets patrimoniaux.

    Figure 3

    Figure 3

    Botte médicale, selon le principe du docteur Junod, laiton, milieu du XIXsiècle, CHU Dijon Bourgogne.

    © Pierre Athias-TACTILL.

    Figure 4

    Figure 4

    Croix dite de Christine de Suède, propriété du CHU Dijon Bourgogne en dépôt au musée de la Vie bourguignonne-Perrin de Puycousin, Dijon.

    Phot. Perrodin, François. © CHU Dijon Bourgogne.

    4Cet important travail de connaissance a également permis, en 2007 et 2008, sur proposition de Bruno François, et avec l’autorisation du CHU, propriétaire, l’inscription au titre des monuments historiques de 299 objets dont 69 ont été classés en 2010. Ces mesures de protection sont venues s’ajouter aux 236 prises jusque-là.

    • 3 - Sa composition varie en fonction des thématiques abordées : pneumologie, pharmacie, hémodialyse, (...)
    • 4 - Cet appareil est une des premières machines à hémodialyse développée par la société Usifroid pour (...)

    5Reflet de ses activités médicales de pointe et de ses activités de recherche, le CHU possède également une collection très importante d’objets « scientifiques et techniques » des XXe et XXIsiècles (instruments de chirurgie, matériel gynéco-obstétrique, tubes à rayons X, appareils d’anesthésie, pneumothorax artificiels, oscillomètres, échographes, toutes sortes de seringues, respirateurs…) récupérés dans les services, transmis par les membres du personnel et parfois même découverts dans les bennes destinées à la déchetterie. Ces 1 659 objets inventoriés de 2010 à aujourd’hui, dont quelques-uns sont désormais protégés au titre des monuments historiques, témoignent de pratiques spécifiques de soins à l’échelle régionale. Toute la difficulté, pour les chargés des collections des centres hospitaliers, est de parvenir à comprendre l’objet scientifique conservé et à l’inventorier de manière à permettre sa compréhension par un tiers. L’utilisation d’un instrument est parfois propre à une spécialité médicale et si les informations ne sont pas collectées de façon précise au moment de la prise en charge de l’objet, son usage peut être perdu pour longtemps, voire pour toujours. À ce constat viennent s’ajouter des problématiques économique et logistique. En effet, avec la démultiplication des matériels, le manque de place et de financement pour les conserver de manière pérenne, des tris raisonnés doivent être faits au sein du CHU mais aussi dans les structures hospitalières et médico-sociales de la région pour ne garder que le matériel représentatif des activités de soin ou les objets rares. Afin de réfléchir aux critères à mettre en place et aux très nombreuses problématiques soulevées par la conservation d’objets scientifiques et techniques telles que la transmission des informations liées à l’usage, le fonctionnement, la dangerosité, la détérioration des matériaux dans le temps, un comité de sélection des objets XXe et XXIsiècles (COSEL), composé de membres issus des services de soins, du service du biomédical et du monde muséal, a été créé au CHU Dijon Bourgogne en 2012. Ainsi, le but de ce comité3 est-il, d’une part de faire une sélection des objets proposés à partir de critères tels que les dimensions, le poids, l’état général, la possibilité ou non de le réutiliser à l’avenir, la dangerosité, les éventuels nettoyages indispensables pour rendre l’objet manipulable sans danger, l’ancienneté, la rareté, l’intérêt pour la compréhension des pratiques de soins par le public, etc. et d’autre part, de pallier (en partie) le manque de disponibilité du personnel soignant en constituant une mémoire des objets conservés. Ce comité a déjà permis, par exemple, de faire émerger le caractère exceptionnel d’un rein artificiel de marque Necker (fig. 5) utilisé au CHR (aujourd’hui CHU Dijon Bourgogne) au milieu des années 1950 et découvert en 2011 dans les caves du centre d’hémodialyse où il était mis en sûreté depuis plusieurs années pour lui éviter d’être volé (l’inox dont il est fait étant l’objet de convoitise). Ce rein a été inscrit au titre des monuments historiques en 20134.

    Figure 5

    Figure 5

    Rein artificiel de marque Necker, inox, verre, milieu des années 1950, CHU Dijon Bourgogne.

    © Jean-Pierre Ramot/CHU Dijon Bourgogne.

    6Ce comité, unique en France, a également été créé pour permettre le tri des matériels scientifiques et techniques hospitaliers à l’échelle régionale, à la suite des inventaires réalisés par Bruno François et moi-même pour l’agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté. Le cadre officiel de ce comité permet d’attirer l’attention des structures hospitalières propriétaires sur ce patrimoine mal considéré, de mettre en lumière les spécificités anciennes ou actuelles des établissements et de sensibiliser l’intérêt du personnel pour les objets qui font partie de leur environnement quotidien. Enfin, les membres du comité, comme cela s’est produit pour le rein artificiel du CHU, peuvent signaler à la commission départementale des objets mobiliers (CDOM), qui n’a pas les compétences nécessaires pour évaluer ces thématiques récentes, des objets ou du matériel qu’il leur semble important de protéger au titre des monuments historiques, condition nécessaire pour assurer un statut juridique clairement défini aux objets souvent réformés et tenter d’éviter leur dispersion.

    7À la veille de la fermeture et de la cession de son site originel, le CHU Dijon Bourgogne a pris conscience de l’importance de conserver la mémoire de ces huit siècles d’activité de soin et de les faire connaître au plus grand nombre. C’est pourquoi l’établissement mène, depuis 2010, une politique très active de conservation et de valorisation de son patrimoine mobilier avec la création de 200 m² de réserve sur le site François-Mitterrand. Pour permettre à tous de découvrir ses collections, 335 objets, dont la plupart sont protégés au titre des monuments historiques et proviennent des collections d’art et d’histoire, ont été mis en dépôt dans les musées dijonnais de la Vie bourguignonne-Perrin de Puycousin et d’Art sacré. Les objets de petites ou moyennes dimensions, en lien direct avec l’histoire de l’activité médicale, sont conservés et présentés dans des vitrines lors d’expositions thématiques renouvelées deux fois par an, accessibles dans le hall principal du nouvel hôpital. Pour les objets de grandes dimensions, certains sont conservés dans les réserves ou, lorsque leur état de conservation le permet, présentés dans des salles de réunion. Ils peuvent également être prêtés à d’autres structures ou associations pour des expositions ou tournages de films.

    Haut de page

    Notes

    1 - Voir le site : http://www.grand-dijon.fr/regards-sur/territoire-attractivite/cite-de-la-gastronomie-et-du-vin/cite-internationale-de-la-gastronomie-51653.jsp [consulté le 05/01/2017].

    2 - Voir les dossiers en ligne dans la base Palissy du portail « architecture et patrimoine » du ministère de la Culture et de la Communication : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/.

    3 - Sa composition varie en fonction des thématiques abordées : pneumologie, pharmacie, hémodialyse, etc.

    4 - Cet appareil est une des premières machines à hémodialyse développée par la société Usifroid pour l’hôpital Necker à Paris au milieu des années 1950. Pesant près de 300 kg, il était utilisé pour éliminer les déchets du sang par osmose, imitant ainsi l’action des reins. Le sang coulait à travers des tubes de cellophane enroulés autour du tambour central qui tourne dans un bain à température contrôlée contenant 100 litres de liquide de dialyse. Cette machine suit le principe élaboré en 1942 au Pays-Bas par Willem J. Kolff.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende L’hôpital général de Dijon.
    Crédits © Jean-Pierre Ramot/CHU Dijon Bourgogne.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14165/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 992k
    Titre Figure 2
    Légende L’hôpital François-Mitterrand, anciennement dénommé hôpital du Bocage.
    Crédits © Pierre Athias-TACTILL.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14165/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 484k
    Titre Figure 3
    Légende Botte médicale, selon le principe du docteur Junod, laiton, milieu du XIXsiècle, CHU Dijon Bourgogne.
    Crédits © Pierre Athias-TACTILL.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14165/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 352k
    Titre Figure 4
    Légende Croix dite de Christine de Suède, propriété du CHU Dijon Bourgogne en dépôt au musée de la Vie bourguignonne-Perrin de Puycousin, Dijon.
    Crédits Phot. Perrodin, François. © CHU Dijon Bourgogne.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14165/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 5
    Légende Rein artificiel de marque Necker, inox, verre, milieu des années 1950, CHU Dijon Bourgogne.
    Crédits © Jean-Pierre Ramot/CHU Dijon Bourgogne.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14165/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 822k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Adeline Rivière, « Le CHU Dijon Bourgogne : une politique active de conservation des collections scientifiques et techniques  », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 24 février 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://insitu.revues.org/14165 ; DOI : 10.4000/insitu.14165

    Haut de page

    Auteur

    Adeline Rivière

    Chargée des collections patrimoniales, CHU Dijon Bourgogne, chargée d’inventaire et de valorisation du patrimoine, agence régionale de santé Bourgogne-Franche-Comté, conservatrice déléguée des antiquités et objets d’art de la Côte-d’Or adeline.riviere@chu-dijon.fr

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page