Navigation – Plan du site
Essais de définition : hôtels-Dieu et hôpitaux, XVIIIe-XXIe siècles

Premières réflexions théoriques sur l’architecture des hôtels-Dieu au XVIIIe siècle

Some early theoretical reflections on the architecture of Hôtels-Dieu during the eighteenth century
Hélène Rousteau-Chambon

Résumés

De 1722 à 1728, Antoine Desgodets, professeur à l’Académie royale d'architecture prononce un cours sur la commodité des édifices. Il y livre un modèle d’hôtel-Dieu et présente une première synthèse théorique sur ce type d’édifice. Ce texte est aussi novateur pour son contenu : Desgodets s’intéresse à tous les aspects de la distribution intérieure et n’hésite pas à entrer dans les moindres détails pratiques. Il porte ainsi une attention très précise au fonctionnement des hôtels-Dieu au XVIIIe siècle. Desgodets, s’inspirant de la pratique architecturale, a une approche traditionnelle quant à la place particulière qu’il accorde à la chapelle. Ce cours dispensé aux futurs architectes du roi, qui constitue un jalon fondamental dans la réflexion théorique sur les hôtels-Dieu, connaît une certaine prospérité, souvent indirecte, aux XVIIIe et XIXe siècles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 - Le cours sur la commodité a fait l’objet d’une étude précise dans le cadre d’une ANR « Constructi (...)
  • 2 - Paris, BnF, Est., ms Ha 23b ; Amsterdam, Rijksprentenkabinet, inv. 51 440. L’un et l’autre de ces (...)
  • 3 - HAMON, Françoise. « Les églises parisiennes du XVIIIsiècle. Théorie et pratique de l’architectu (...)
  • 4 - Le chapitre concernant les hôtels de ville est incomplet. Ceux concernant les palais de justice e (...)
  • 5 - Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments… Par (...)

1De 1722 à 1728, Antoine Desgodets (1653-1728), professeur à l’Académie royale d’architecture depuis 1718, dispense un cours portant sur la commodité1. Ce texte conservé sous forme de deux exemplaires manuscrits2 est divisé en deux parties inégales : la première et plus longue section concerne les édifices religieux, seule partie qui a été étudiée jusqu’à maintenant3, tandis que la seconde porte sur l’architecture publique – hôpitaux, hôtels de ville, palais de justice, établissements de bains4. Dans ce cours, Desgodets expose pour chacun des édifices présentés un modèle idéal dans un texte plus ou moins long – 25 pages pour l’hôtel-Dieu (p. 246-271) – accompagné de dessins (quatre pour l’hôpital). Desgodets dispense en fait la première leçon sur ce thème et l’une des premières études théoriques portant sur ce sujet en France puisque si Philibert de L’Orme avait précédemment livré un modèle d’hôpital dans Le Premier tome de l’architecture (1567) (fig. 1), il ne le commentait pas. Par sa démarche, Desgodets s’avère précurseur. Il l’est d’autant plus si l’on ajoute que Jacques-François Blondel, dans son cours dispensé dans les années 1750, ne livre sur ce sujet que quelques indications très générales dans deux pages seulement5.

Figure 1

Figure 1

Plan d’un hôtel-Dieu, Dans Architectvre De Philibert De L’Orme... Oeuvre entière contenant onze Liures, augmentée de deux (...). Rouen : Chez David Ferrand, 1648.

2Desgodets ne se contente donc pas d’adopter un point de vue assez unique dans l’enseignement et la théorie architecturale, il soumet aussi des propositions complètes sur ce thème. Tout en entrant dans les moindres détails pratiques, il présente une synthèse théorique sur l’hôpital-hôtel-Dieu – il confond les deux appellations –, mêlant dispositions traditionnelles et réflexions novatrices.

Un édifice traditionnel ?

  • 6 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’hôpital en France. Histoire et ar (...)
  • 7 - Dans les mêmes années, Desgodets prononce aussi un cours sur les lois des bâtiments et un autre s (...)

3S’intéresser, de manière théorique, aux établissements hospitaliers est d’actualité dans les premières années du XVIIIsiècle. En effet, comme le rappellent Pierre-Louis Laget et Claude Laroche6, à partir du XVIIsiècle, aux hôtels-Dieu, établissements hérités du Moyen Âge, s’ajoutent les établissements pour enfermer enfants trouvés et mendiants, souvent désignés sous le nom de « charité » à la suite de la fondation d’une telle institution par la municipalité de Lyon (1614). À partir de 1656, ces « charités » sont généralisées à l’ensemble du royaume sous la dénomination d’hôpital général, par décision du roi. Si au XVIIIsiècle surtout, un certain nombre de ces établissements sont installés dans d’anciens édifices religieux, d’autres sont construits ex nihilo, comme le montre l’étude menée dans le cadre de l’Inventaire général. Les jeunes architectes qui suivent les cours de l’Académie peuvent donc être amenés à construire de tels édifices. Le cours prononcé par Desgodets arrive à point nommé et, d’une manière générale, ce professeur veille à répondre aux besoins des jeunes architectes dans son enseignement7.

  • 8 - « La décoration de toutes les faces des autres batimens est très simples, ainsy qu’il convient à (...)
  • 9 - Desgodets est membre de la seconde classe de l’Académie depuis le 10 novembre 1698 (Procès-verbau (...)

4En bon architecte, Desgodets décrit l’apparence extérieure de son modèle et le plan de l’édifice. Or, traditionnellement, aux XVIIe et XVIIIsiècles, les façades des bâtiments hospitaliers restent sobres, à l’instar de l’hôpital Saint-Louis. Desgodets reprend ce critère de sobriété dans son modèle. Il ne consacre que trois lignes à ce sujet, tout à la fin de son étude8, et se contente de préciser que la décoration de toutes les faces des bâtiments doit être simple hormis la façade sur cour ; il n’en donne pas non plus de dessin. Desgodets décrit pourtant la façade de la chapelle, pendant plus d’une page (p. 269-271). Comme beaucoup de ses contemporains, il reprend la disposition de la façade sur cour de l’hôtel des Invalides (1671-1674) avec la présence de l’avant-corps central qui se distingue par le fronton droit supporté par des pilastres (fig. 2), mais il magnifie le modèle initial en utilisant un ordre colossal de pilastres ioniques. Il est possible que cette disposition ait constitué un modèle pour Pierre de Vigny lorsqu’il construit l’hôpital général de Lille (à partir de 1738) puisque nous y retrouvons cette utilisation de l’ordre colossal, encore rarement employé dans ce type d’édifice, et les deux architectes pouvaient se côtoyer à l’Académie royale d’architecture depuis 17219. Soufflot, pour la façade sur le Rhône de son hôtel-Dieu de Lyon, opte encore pour l’ordre colossal dans les avant-corps et cherche à donner une certaine majesté à l’ensemble (à partir de 1741).

Figure 2

Figure 2

Hôtel-Dieu, 4e dessin, 2e figure. Dessin de la façade. BnF Ha 23b.

Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.

5Toujours pour cette chapelle, Desgodets surmonte l’avant-corps d’un attique qui sert à masquer le dôme couronné par un haut lanternon. Cette disposition permet extérieurement de ne pas confondre la chapelle de l’hôpital avec une église régulière conventuelle. Desgodets se démarque donc de Pierre Puget (Vieille Charité de Marseille, à partir de 1671) ou de Libéral Bruant (hospice de la Salpêtrière, à partir de 1670) par exemple. Certes, il entend distinguer cette chapelle extérieurement, comme ses prédécesseurs, mais il souhaite aussi conserver une unité architecturale à l’ensemble en jouant simplement sur les volumes. Cette subtilité architecturale se retrouve quelques années plus tard une fois encore dans l’hôtel-Dieu de Lyon, non pour la chapelle mais pour la façade donnant sur le Rhône (à partir de 1741).

  • 10 - Un inventaire en a été dressé par Pierre-Louis Laget et Claude Laroche, Op. cit., p. 68-72.

6Dans son dessin des façades, Desgodets s’inscrit dans la tradition tout en instillant quelques innovations. Il pratique de même pour le plan général donné à son hôtel-Dieu. Une des formes devenues traditionnelles, quoique minoritaires, pour le plan des hôtels-Dieu reste le plan en croix grecque avec l’autel placé à l’intersection de quatre salles de malades. Ce plan semble apparaître à l’hôpital de Santa Maria Nuova à Florence (milieu XVe) et s’appliquer ensuite à l’hôpital majeur de Milan, commencé en 1457 sur les plans de Filarete et achevé au XVIIsiècle. Il est tout à fait possible, voire probable, que Desgodets, revenant de Rome après avoir séjourné dans la Ville éternelle pendant 18 mois (1676-1678) pour dresser un relevé des édifices antiques, ait vu ces bâtiments qui l’auraient inspiré. Toujours lors de son voyage, il a aussi pu étudier l’hôtel-Dieu de Lyon, reconstruit après 1622, où ce plan est adopté pour la première fois en France. Ce type de plan se retrouve d’ailleurs dans différents hôpitaux en France au XVIIsiècle10.

Figure 3

Figure 3

Hôtel-Dieu, 1er dessin, plan du rez-de-chaussée. BnF Ha 23b.

Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.

  • 11 - BnF, Est., mss Ha 23b, p. 248.
  • 12 - AVILER, Augustin-Charles d’. Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique et des arts qui en (...)
  • 13 - « Devis des travaux de massonnerie, charpenterie & couverture à faire pour achever la constructio (...)

7Desgodets ne se contente cependant pas de reprendre cette configuration, assez largement ignorée en France jusqu’au XVIIsiècle. Certes, il sépare clairement son hôpital de la ville par une clôture (fig. 3), reprenant à ce titre le modèle de Philibert de L’Orme ou encore le plan de l’hôpital Saint-Louis (1607), mais il multiplie aussi les ailes à destination des malades. La multiplication de ces ailes permet évidemment de séparer les hommes des femmes, répondant ainsi parfaitement aux prescriptions de la Réforme catholique ; Desgodets va d’ailleurs jusqu’à concevoir deux salles des consultations, l’une pour les femmes, l’autre pour les hommes comme il le précise : « […] aux deux côtés vers l’entrée de ce vestibule, sont deux chambres 1.2 pour visiter les malades qui se presentent pour entrer dans l’hôtel Dieu, l’une pour la visitte des hommes et l’autre pour les femme11 ». Les pièces ainsi multipliées offrent la possibilité de séparer les malades des personnes enfermées selon l’ordonnance de 1656 (mendiants, enfants trouvés…). L’édifice-type qu’il conçoit regrouperait de ce fait les fonctions soignantes pour les malades pauvres, fonctions propres à l’hôtel-Dieu, et celles d’accueil des indigents valides sans feu, caractéristiques des charités (ou hôpital général). Les architectes n’opèrent d’ailleurs pas toujours aisément la distinction entre les deux types d’établissement, et d’Aviler par exemple, dans son Dictionnaire, les confond : à l’occurrence « hôtel-Dieu », il renvoie à « hôpital12 ». Desgodets, en outre, entend nettement séparer malades et enfermés du personnel soignant : le « couvent des Religieuses qui desservent l’hôpital » et les logements pour les « Économes, chapelains, Medecins, Chirurgiens et domestiques de l’hôpital » sont clairement séparés des malades par des bâtiments et des cours. Mais Desgodets ne se contente pas de cette division somme toute logique, il prévoit aussi une stricte distinction entre les religieuses et le personnel laïc. Il est vraisemblable que pour opérer ce cloisonnement, il se soit inspiré de l’architecture du Val-de-Grâce, un monastère, qu’il approche de près dans ces mêmes années puisqu’il y œuvre à la construction d’une maison pour les religieuses (1724)13 et que sa fille y a été reçue religieuse. C’est donc un couvent, prestigieux d’ailleurs, qui lui sert d’exemple. Mais cette fois encore, Desgodets se montre conforme à une tradition architecturale qui perdure jusqu’à la fin du XVIIIsiècle. Il se contente de la théoriser et de la présenter aux élèves de l’Académie.

8Il fait de même pour la chapelle qui se trouve au cœur du dispositif de l’ensemble architectural :

La Principalle chapelle ou église est en forme de ronde, au milieu de laquelle est le sanctuaire I environné de huit colonnes isolées qui soutiennent un dome éclairé par le haut. Le maitre autel est au centre, elevé sur un marchepied de trois marches au dessus du planum [p. 249] du sanctuaire, qui est de cinq marches plus haut que le rez de chaussée de la nef circulaire X, laquelle est au plein pied des salles, afin que le peuple qui est dans la nef, n’empêche pas les malades des salles H.P.T.Q.V.R.S.O. de voir le prestre au maitre autel au travers des huit arcades de la nef, closes de grilles de fer ou aboutissent les salles.

  • 14 - BnF, Est., mss Ha 23b, p. 249.

Aux angles K.L.M.N. des salles du pourtour du carré exterieur sont quatre autres chapelles, dont les autels sont adossés contre les murs, où l’on dit les messes pour les malades de ces salles qui ne peuvent pas voir le maitre autel14.

9La configuration du sanctuaire, le fait que la chapelle soit ouverte aux malades et aux personnes venues de l’extérieur, la disposition du maître-autel, tout ceci n’a rien d’étonnant. Il en est de même pour la présence de tribunes à l’étage (fig. 4) permettant un accès direct de la chapelle, visuellement tout du moins, depuis les salles de malades du premier étage :

  • 15 - Ibid., p. 256.

Au plan du premier etage représenté au second dessein de l’hotel Dieu, la distribution des salles des malades et de leur accompagnement est egalle à celle du rez de chaussée, avec de pareilles chapelles aux angles des quatre grandes salles du carré. Les bouts des huit salles du centre sont terminés par des balustrades en tribunes sur la nef X de l’eglise afin que les malades de ces salles puissent entendre les messes qui se disent au maître autel I. Le chœur des religieuses est placé dans la salle du milieu H, qui n’a de communication aves les autres salles que par l’avant cœur G, au dessus du vestibule du rez de chaussée. La chambre 18 à côté du bas du cœur joignant l’église sert de sacristie aux religieuses, pour serrer les Livres [p. 257] et les autres choses nécessaires à leur office. L’entrée principalle de l’avant chœur est par la gallerie 3 qui communique au couvent par le coridor 23 en passant par la petite salle 1. L’on peut aussy arriver des salles KL à l’avant cœur, et des salles du Rez de chaussée par les palliers des Escaliers 8.915.

Figure 4

Figure 4

Hôtel-Dieu, 2e dessin, plan de l’étage. BnF Ha 23b.

Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.

10La place de la description de la chapelle dans ce texte portant sur l’hôtel-Dieu est étonnante, car Desgodets expose encore à deux reprises, et fort longuement, sa structure. Alors qu’il est peu explicite sur les proportions dans le reste de sa présentation, il les énonce ici en détail :

Le diamètre du dedans œuvre de la nef au droit de la face des pilastres, contient quatre fois la largeur de chacune des salles H.P.T.Q.V.R.S.O. qui y aboutissent et le diamètre du sanctuaire I. entre les centres des huit colomnes qui l’environne à la moitié de celuy de la nef. C’est-à-dire que le diamètre du sanctuaire qui est au milieu, est environné de la nef à prendre du centre de la colomne 70 au centre de la colomne 71 a le double de la largeur des salles et est la moitié du diamètre de la nef 73.74 entre la face du pilastre 73 et la face de l’autre pilastre opposé 74, en sorte que la largeur de chacque [p. 263] côté de la nef entre la face du pilastre 73 et le centre de la colomne 70, ou de la face du pilastre 74 au centre de la colomne 71 est egale à la largeur des salles des malades.

  • 16 - Ibid., p. 262.

Le diamètre des colomnes est le même que la largeur l’un des côtés de la nef et la douzième partie du diamètre du Sanctuaire. Ainsy la largeur des salles etant de vingt quatre pieds, le diamètre des colomnes aura quatre pieds.
Ces colomnes portent un entablement circulaire et une coupole au dessus qui couvre le sanctuaire, à laquelle il y a des vitreaux avec une lanterne au milieu de la calotte, qui eclaire l’eglise. Ce qui sera expliqué cy après au dessein de l’elévation du profil de l’eglise. Dans les intervales entre les plintes des bazes des colomnes sont cinq hauteurs de marches circulaires qui montent au planum du sanctuaire, lequel est clos d’une balustrade à hauteur d’apuy au bord de la cinquième marche du haut […] Dans la nef, les espaces entre les huit pilastres du grand ordre de l’église, ont le double de la largeur des entrecollonemens à compter du milieu des faces des pilastres et du milieu des centres des colomnes. Les espaces entre ces pilastres sont décorées aux côtés des arcades des salles chacune de deux petits pilastres et deux demy pilastres qui portent un petit entablement mutillé qui sert de cordon ou ceinture sous les balcons des huit tribunes du premier etage
16.

  • 17 - Ibid., p. 267 : « Les colomnes du sanctuaire sont posées chacune sur un socle isolé, dont le dess (...)

11Il précise aussi la disposition des ordres dans la chapelle17 et la forme de la coupole :

  • 18 - Ibid., p. 267.

Le dedans de la calotte du dôme est sphérique, son centre est au niveau du dessus du socle qui termine l’attique. La coupole qui fait l’extradosse de la voûte de la calotte est aussy sphérique, son centre est un peu au dessous de celuy de la calotte, afin que la voûte soit moins epaisse par le haut que par le bas. Elle est toutte lisse par le dessous comme par le dedans, huit arcs buttans qui montent du dessus de la voûte de la nef, jusqu’au dessous du cordon du bas de la coupole en soutiennent la poussée. La calotte du dôme est percée par le haut au-dedans d’une lanterne qui en termine la décoration, tant interieure qu’extérieure, elle est ornée de huit pilastres avec leurs entablemens par le dedans et par le dehors d’ordre corinthien18.

  • 19 - Dans l’hôtel de ville, autre édifice public évoqué, il donne aussi à la chapelle une place prépon (...)

12L’édifice religieux reste au cœur de ses préoccupations19, et Desgodets souligne ainsi l’importance des secours spirituels prodigués dans ce type de bâtiment. Il est vrai que cette partie de l’hôpital constitue aussi pour un architecte le seul espace dans lequel il peut pleinement s’exprimer. Et tous les architectes des XVIIe et XVIIIe siècles essaient justement de se montrer inventifs dans la conception des chapelles d’hôtel-Dieu et hôpitaux (hôpital de la Salpêtrière par exemple).

  • 20 - Dans l’introduction à son modèle, Desgodets montre sa connaissance de la réalité architecturale : (...)

13Une dernière précision s’impose quant à cette chapelle : Desgodets l’a placée derrière des salles intermédiaires, au cœur de l’hôpital, et non sur une des ailes comme ont pu le faire nombre de ses prédécesseurs. De fait, ce modèle semble avoir été repris, de façon simplifiée, dans l’hôpital général construit à Douai (1750-1761) par Michel-François Player. Les locaux dévolus aux « consultations », ici des infirmeries, sont eux aussi placés en avant d’un long quadrilatère tandis que la chapelle circulaire est située au centre des réfectoires et bras de la chapelle disposés en croix (fig. 5). Dans cet hôpital général cependant, il n’y a que 4 espaces (les quatre bras de la croix) alors que Desgodets en prévoyait le double. Mais comme le rappelait le professeur, le modèle idéal devait pouvoir être simplifié en fonction de la destination particulière de l’édifice20, ce qui est le cas ici puisque cette quadripartition correspond à la distinction entre vieillards et vieilles femmes, orphelins et orphelines.

Figure 5

Figure 5

M.F. Player, hôpital général de Douai, 1756, AM Douai.

Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.

  • 21 - « Les murs de face de ces batimens auront deux pieds et demy à 3 pieds d’épaisseur, s’ils sont de (...)

14Degodets entend aussi donner quelques éléments constructifs simples : il prévoit les dimensions de l’édifice en fonction des matériaux21, et surtout essaie d’organiser au mieux l’espace intérieur, notamment dans les combles :

  • 22 - Ibid., p. 268-269.

Les greniers qui sont dans les combles au dessus des salles des malades et des corps de logis, sont beaucoup plus que suffisants pour tous les usages dont on peut avoir besoin, soit en les lambrissant avec lattes et plastre et y faisant des retranchemens par des cloisons ou autrement […] Les planchers des salles et des greniers sont disposés par travées de solives de douze pieds, posés sur des poutres dans chacque trumeau entre les fenestres, les poinsons des fermes sont sur des entraits à la hauteur des soufaîtes, pour ne point embarrasser les greniers, que l’on pourroit lambrisser et disposer pour y mettre des malades22.

15La distribution raisonnée de l’hôpital est centrale dans les propos de Desgodets. Dispensant un cours sur la commodité des bâtiments, ce professeur ne se contente pas de donner des principes généraux, il entre dans les moindres détails architecturaux et pratiques quant à l’agencement précis des espaces.

Des remarques pratiques

  • 23 - « L’espace entre les pieds des lits est environ de la moitié de la largeur de ces salles, pour y (...)

16Pour concevoir un édifice bien agencé, il faut savoir s’intéresser aux détails. C’est du moins ainsi que Desgodets conçoit son traité. Desgodets, comme il est dit précédemment, ne s’attache que peu aux mesures. Lorsqu’il les indique, c’est dans un but pratique : les salles doivent avoir 24 pieds de large pour que deux lits puissent être placés face à face et laisser entre eux un espace suffisant pour l’installation des tables et la distribution des repas. Il revient d’ailleurs sur cette même dimension lorsqu’il commente la coupe23. Surtout, il détermine précisément la fonction des pièces et leur emplacement. Le fait que le dortoir des religieuses soit situé à proximité des salles des malades, les « infirmières » pouvant ainsi aisément se rendre au chevet des personnes souffrantes, n’a rien d’étonnant. De même, il n’est pas surprenant que certaines pièces soient regroupées. Ainsi, « au corps du logis de face la rivière attenant l’étuve est le séchoir », à proximité duquel sont placés la buanderie et le lavoir d’hiver. Dans l’aile perpendiculaire se situe le lavoir d’été, le bureau de la religieuse en charge du linge qui sert de chauffoir aux lavandières, l’apothicairerie, le laboratoire et la salle de distribution des tisanes. La disposition envisagée par Desgodets révèle un esprit pratique. Il n’empêche qu’il est le premier architecte français à décrire aussi précisément cette organisation. En outre, Desgodets ne peut parfois s’empêcher d’entrer dans les plus menus détails, prévoyant des tablettes pour plier le linge, ou encore

  • 24 - Ibid., p. 251.

de petits anneaux de fer rond pour y acrocher des caques ou baquets en façon de tonneaux que l’on pose sur la plus haute des banquets qui est couvert d’eau, et l’on transporte ces caques d’un banquet à l’autre au dessus ou au dessous, à mesure que l’eau hausse ou besse [baisse] dans la rivière. Ils doivent être garnis de plomb par le dedans de pessanteur suffisante pour que leur poids les fasse enfoncer dans l’eau, afin que les religieuses et lavandières qui se mettent dans les cacques, pour avoir les pieds secs, puissent être à hauteur d’eau commode pour laver le linge devant elles, et le battre sur la banquette [en pierre] qui est hors de l’eau derrière le dos24.

  • 25 - Louis Savot (L’Architecture françoise des bastimens particuliers. Paris : Sébastien Cramoisy, 162 (...)
  • 26 - BnF, Est. Ha 23a, p. 246.
  • 27 - Ibid.

17En fait, Desgodets se montre aussi explicite pour les détails pratiques que certains de ses prédécesseurs l’avaient fait pour l’architecture privée dès le début du XVIIsiècle25. Il applique simplement cette méthode à un hôtel-Dieu, comme il peut le faire aussi pour tout édifice public. Une dernière préoccupation pratique est manifeste dans ce texte : celle de l’hygiène. Certes, Desgodets se place dans une certaine continuité théorique, lorsqu’il rappelle combien l’implantation est cruciale, tout particulièrement pour un hôtel-Dieu : « L’on doit choisir pour placer l’hotel Dieu un endroit qui soit airé dans un quartier isolé » explique-t-il en préambule26. La présence d’une rivière est aussi fondamentale, rappelle-t-il, « afin que le mauvais air se dissipe le long du courant de l’eau, et [pour] pouvoir se servir de l’eau pour les laissives, laver les linges et autres besoins27 ». Une fois encore, il synthétise des remarques plus anciennes et qui ne sont pas spécifiques aux édifices hospitaliers puisqu’on les retrouve aussi dans l’architecture monastique, notamment celle des Cisterciens.

  • 28 - « Les salles des hommes et des femmes et des maladies différentes, sont séparées les unes des aut (...)
  • 29 - « La hauteur des salles sous le plancher aura aprochant les deux tiers de leur largeur, pour diss (...)
  • 30 - « Au milieu des huit cours triangulaires 10 qui séparent et eclairent les salles des malades, son (...)
  • 31 - Ibid., p. 250.

18Il se montre en revanche plus novateur lorsqu’il prévoit de multiples salles permettant de séparer hommes et femmes et malades affectés de pathologies différentes, notamment ceux atteints de graves maladies, des autres moins gravement atteints28. Il s’agit de veiller à ce que les malades ne soient pas en contact. Les principes de la prophylaxie ne sont certes pas encore mis en avant mais le bon sens peut ici primer. De même, Desgodets indique que la hauteur des salles sera des deux tiers de leur largeur, pour dissiper l’haleine et le mauvais air des malades29. Toujours pour améliorer l’hygiène, Desgodets prévoit encore dans son modèle idéal d’aménager de nombreuses latrines extérieures, dans des pavillons séparés, mais auxquelles il est aisé de parvenir à couvert par de petites galeries extérieures30. Dans le même ordre d’idée, il envisage une évacuation des « immondices » par le biais d’égouts souterrains : « Il est suposé que l’eau de la rivière qui est soutenuë dans les bassins du fossé du côté d’amont passe par des acqueducs souterreins au travers des fosses des latrines pour en entrainer les immondices du côté d’avale, hors de la ville »31.

Conclusion

19En 1723, Desgodets semble être le premier architecte à définir précisément les caractéristiques d’un hôtel-Dieu, type d’édifice qu’il associe à celui d’hôpital de la charité. Il théorise le plus souvent une pratique architecturale qu’il a pu observer lors de son voyage en Italie, ou tout simplement à Paris (hospice de la Salpêtrière, hôpital Saint-Louis, hospice de Bicêtre) et fournit une sorte de cahier des charges aux jeunes architectes. Le modèle de Desgodets constitue le reflet d’une réflexion sans doute ancienne sur l’hôpital mais qui trouve sa première expression théorique, tout du moins de la part d’un architecte. Ces travaux sont d’autant plus importants qu’au XVIIIe siècle, à ma connaissance, aucun architecte n’est aussi prolixe sur ce sujet.

  • 32 - TERNOIS, Daniel. « L’hôtel-Dieu de Lyon ». Dans L’Œuvre de Soufflot à Lyon. Études et documents. (...)
  • 33 - Pour les indications architecturales, Petit remercie Pruneau de Montlouis, architecte, mais il ne (...)
  • 34 - De même, un élève de de Wailly, Bernard Poyet, contrôleur des Bâtiments de Paris (1742-1824) dans (...)
  • 35 - Je remercie M. Laroche pour cette dernière remarque.

20Or ce théoricien, professeur à l’Académie royale d’architecture, a pu influencer directement ou indirectement, grâce à son cours, l’œuvre d’une ou deux générations de maîtres d’œuvre talentueux : Pierre Vigné de Vigny s’en est peut-être inspiré pour la construction de l’hôpital général de Lille, de même, Michel-François Player semble avoir repris explicitement, pour celui de Douai, le plan du professeur. Fut-il élève de Desgodets ? Cela est difficile à prouver puisqu’il n’existe pas de liste complète des élèves dans ces années-là, mais la parenté entre les deux plans laisse supposer que Player a eu accès à ce cours. De même, un certain nombre de principes défendus par Desgodets ont pu nourrir la conception d’Étienne Le Bon pour son projet d’hôtel-Dieu à Lyon32 et nous pouvons cette fois tracer une filiation intellectuelle entre les deux architectes : Le Bon devait suivre le cours de Desgodets sur la distribution des bâtiments puisqu’il a obtenu le Grand Prix en 1725 pour le plan d’une église de couvent de religieuses, alors que Desgodets enseignait à l’Académie. Dans son projet lyonnais, Le Bon veille par exemple à cloisonner les salles de malades à l’étage, une innovation, reprenant certainement un principe de Desgodets. En revanche, Le Bon n’opte pas pour un plan rayonnant, le cahier des charges des édiles ne le lui permettant sans doute pas. Le modèle de Desgodets a aussi une autre postérité : après l’incendie qui ravage l’hôtel-Dieu de Paris (1772), Antoine Petit, docteur régent de la Faculté de médecine, membre des Académies royales des sciences de Paris et de Stockholm, dans son Mémoire sur la meilleure manière de construire un hôpital de malades (1774) reprend explicitement le projet de Desgodets. Après avoir déterminé les critères habituels sur l’emplacement de l’hôpital (et notamment la nécessité de veiller à la salubrité), le médecin rappelle que l’institution doit être facile d’accès et propose donc « de disposer les bâtiments […] en forme d’étoile ». Dans « le point où les rayons se rencontrent », Petit émet l’idée de placer « un dôme fait en forme d’entonnoir renversé » au centre duquel serait installé l’autel33. La parenté entre le modèle de Desgodets et le projet de Petit est patente. Un architecte du début du XVIIIsiècle inspire ainsi un médecin de la fin de ce même siècle34. Toutefois, chez Petit, la chapelle joue en plus le rôle de machine aspirant l’atmosphère des salles de malades afin d’accélérer son renouvellement35.

Haut de page

Notes

1 - Le cours sur la commodité a fait l’objet d’une étude précise dans le cadre d’une ANR « Construction et normalisation du savoir architectural au début du XVIIIsiècle. Les cours de Desgodets à l’Académie ». Les cours de Desgodets, et notamment celui sur la commodité, ont été mis en ligne et commentés ; voir Antoine Desgodets. Les cours d’Antoine Desgodets, une édition numérique, Traité de la commodité, édité sous la direction d’Emmanuel Château, Hélène Rousteau-Chambon, 2013 : http://www.desgodets.net [consulté le 20/01/2017].

2 - Paris, BnF, Est., ms Ha 23b ; Amsterdam, Rijksprentenkabinet, inv. 51 440. L’un et l’autre de ces manuscrits indiquent « receuilli par Jean Pinard, élève et étudiant de ladite Académie royale d’architecture » (première page des manuscrits). Jean Pinard est lauréat du Grand Prix en 1724, et part ensuite à Rome. Le cours conservé est donc antérieur à cette date. Le manuscrit conservé en France a été découvert par DUPORTAL, Jacqueline. « Le cours d’architecture de Desgodets, recueil inédit du cabinet des estampes ». Revue de l’art ancien et moderne, 36 (1914-19), p. 153-157. Le manuscrit d’Amsterdam a été, quant à lui, commenté par LUNSINGH SCHEURLEER, Theodor Herman. « Een exemplar van Antoine Desgodets, « Traité de la commodité de l’architecture » in het Rijksprentenkabinet ». Dans OZINGA, Murk Daniël. Opus musivum: een bundel studies aangeboden aan Professor Doctor M.D. Ozinga… Assen : Van Gorcum, 1964, p. 285-297.

3 - HAMON, Françoise. « Les églises parisiennes du XVIIIsiècle. Théorie et pratique de l’architecture cultuelle ». Revue de l’art, n31 (1976), p. 7-14 ; ROUSTEAU-CHAMBON, Hélène. « Antoine Desgodets et les églises paroissiales ». Revue de l’art, 160, 2008, p. 61-68. Pour les hôpitaux, l’une des rares mentions du texte de Desgodets se trouve en ligne : PINTO KLEBER, Silva. « L’idée de fonction pour l’architecture : l’hôpital et le XVIIIe siècle (partie 2/6). La genèse de l’hôpital moderne, savoirs, pratiques médicales et l’hôpital ». Arquitextos, Texto Especial, no 60, 2001, www.vitruvius.com.br [consulté le 20/01/2017].

4 - Le chapitre concernant les hôtels de ville est incomplet. Ceux concernant les palais de justice et les bains ne sont pas conservés.

5 - Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments… Paris : Desaint, 1771, t. II, p. 337-339.

6 - LAGET, Pierre-Louis, LAROCHE, Claude, DUHAU, Isabelle (dir.). L’hôpital en France. Histoire et architecture. Lyon : éd. Lieux Dits (Cahiers du patrimoine, 99), 2012. Différents ouvrages avaient déjà rappelé cette phase essentielle de l’histoire hospitalière : THOMPSON, John D, GOLDIN, Grace. The hospital: a social and architectural history. New Haven/London : Yale University Press, 1975 ; FOUCAULT, Michel, BARRET KRIEGEL, Blandine, THALAMY, Anne et al. Les machines à guérir : aux origines de l’hôpital moderne. Bruxelles/Liège : Mardaga (Architecture + archives), 1979 ; JEORGER, Muriel. « La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime ». Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 1977, vol. 32, p. 1025-1051 ; IMBERT, Jean (dir.). Histoire des hôpitaux en France. Toulouse : Privat, 1982.

7 - Dans les mêmes années, Desgodets prononce aussi un cours sur les lois des bâtiments et un autre sur le toisé des bâtiments, alors que les métiers d’expert des bâtiments se développent.

8 - « La décoration de toutes les faces des autres batimens est très simples, ainsy qu’il convient à un hopital, n’ayant qu’une corniche d’entablement à la hauteur du dessus du second plancher, une pleinte regnante à la hauteur du premier, de petite pleinte d’apuis et des bandeaux unies au pourtour des fenestres. Les lucarnes pour eclairer les greniers sont dans le même goût par le haut bombées et couronnées d’une petitte corniche qui leur tient lieu de fronton. » (BnF, Est., mss Ha 23b, p. 271).

9 - Desgodets est membre de la seconde classe de l’Académie depuis le 10 novembre 1698 (Procès-verbaux de l’Académie royale d’architecture, éd. Henry Lemonnier. Paris : E. Champion, 1913, t. III, 1671-1711, p. 52) et de la première depuis 1718 (ibid., t. IV, 1712-1726, p. 151). Vigné de Vigny quant à lui est membre de la seconde classe depuis 1721.

10 - Un inventaire en a été dressé par Pierre-Louis Laget et Claude Laroche, Op. cit., p. 68-72.

11 - BnF, Est., mss Ha 23b, p. 248.

12 - AVILER, Augustin-Charles d’. Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique et des arts qui en dépendent… Paris : Ch.-A. Jombert, 1755, p. 201 : « Grande maison qui sert de retraite aux pauvres & aux malades autant pour le secours spirituel que pour le temporel, composé principalement de plusieurs salles contenant deux rangées de lits. Elle doit être exposée au Levant ».

13 - « Devis des travaux de massonnerie, charpenterie & couverture à faire pour achever la construction d’un grand corps de bâtiment à ajouter à une maison sise dans le cloître extérieur de l’abbaye du Val-de-Grâce […] conformément aux plans et élévations dessinés par le sr Desgodets, architecte du roi. » (Arch. nat., ET/CXV/435, 11 février 1724).

14 - BnF, Est., mss Ha 23b, p. 249.

15 - Ibid., p. 256.

16 - Ibid., p. 262.

17 - Ibid., p. 267 : « Les colomnes du sanctuaire sont posées chacune sur un socle isolé, dont le dessus est à la hauteur du planum. Elles portent un entablement circulaire d’ordre dorique, où il se trouve quatre metopes carrées dans la frise, au droit de chacque entrecolomnement du milieu de la face d’une colomne à l’autre. L’intérieur du corps du dome qui couvre le sanctuaire, est décoré d’un ordre attique au dessus de l’entablement dorique. La hauteur de cet attique à prendre du dessus du socle de ces pilastres, jusqu’au dessus de la corniche en est précisément la moitié de la hauteur de l’ordre dorique au dessous. son entablement prendre aussy de l’aire du planum qui est le dessus des socles des colomnes, jusqu’au dessus de l’entablement. Le milieu de la face des huit pilastres de l’attique, repond au milieu de la face des huit colomnes qui regardent le sanctuaire. Dans les espaces entre les pilastres de l’attique sont huit vitreaux qui eclairent toutte l’église. Ils prennent leur jour au dessus du faiste de la couverture des salles des malades ».

18 - Ibid., p. 267.

19 - Dans l’hôtel de ville, autre édifice public évoqué, il donne aussi à la chapelle une place prépondérante (édifice sur deux niveaux, très grand) alors que traditionnellement les hôtels de ville ne sont dotés que d’une chapelle de petite taille.

20 - Dans l’introduction à son modèle, Desgodets montre sa connaissance de la réalité architecturale : « ces ediffices [les hotels-Dieu] sont plus ou moins grands, selon la grandeur des Villes ou autres lieux où ils sont sittués et la quantité des peuples qui y habittent ». (Ibid., p. 246).

21 - « Les murs de face de ces batimens auront deux pieds et demy à 3 pieds d’épaisseur, s’ils sont de pierre de taille et les planchers de charpente ; mais si ces murs sont de moelon, leur epaiseur s’augmentera à proportion de la qualité des materiaux dont ils seront construits ». (Ibid., p. 256).

22 - Ibid., p. 268-269.

23 - « L’espace entre les pieds des lits est environ de la moitié de la largeur de ces salles, pour y pouvoir placer au milieu sans incommoder le passage, des tables de distance en distance, servant à poser et dresser les portions des malades dans le tems de leurs repas ». (Ibid., p. 266).

24 - Ibid., p. 251.

25 - Louis Savot (L’Architecture françoise des bastimens particuliers. Paris : Sébastien Cramoisy, 1624) est l’un des premiers théoriciens français à s’exprimer sur l’organisation des passages, des cabinets, galeries, armureries, étuves et écuries dans l’architecture.

26 - BnF, Est. Ha 23a, p. 246.

27 - Ibid.

28 - « Les salles des hommes et des femmes et des maladies différentes, sont séparées les unes des autres, par des grilles de fer ajour, afin de voir au travers dans le tems des messes et les clore par des rideaux dans d’autres tems. Celles de ces salles pour les graves maladies sont séparées des autres par des murs, ayant seulement des portes fermantes à clef au milieu ». (Ibid., p. 249).

29 - « La hauteur des salles sous le plancher aura aprochant les deux tiers de leur largeur, pour dissiper l’haleine et le mauvais air des malades ». (Ibid., p. 256).

30 - « Au milieu des huit cours triangulaires 10 qui séparent et eclairent les salles des malades, sont six petits pavillons [p. 250] 21, pour les latrines et privés particuliers et la vuidange des bassins des malades. L’on y communique à couvert de toutes les salles, par les petites galleries 22 ». (Ibid., p. 249-250).

31 - Ibid., p. 250.

32 - TERNOIS, Daniel. « L’hôtel-Dieu de Lyon ». Dans L’Œuvre de Soufflot à Lyon. Études et documents. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 43-76.

33 - Pour les indications architecturales, Petit remercie Pruneau de Montlouis, architecte, mais il ne cite pas Desgodets.

34 - De même, un élève de de Wailly, Bernard Poyet, contrôleur des Bâtiments de Paris (1742-1824) dans le Mémoire sur la nécessité de transférer et reconstruire l’hôtel-Dieu de Paris (1785) prévoit d’adopter ce plan, dans un espace plus vaste à la lisière de la ville, installant ainsi l’hôtel-Dieu non pas au cœur de la ville mais dans ses faubourgs pour que les malades puissent bénéficier d’un air moins vicié et qu’en retour, l’établissement ne répande pas son air corrompu sur la ville et ne déverse pas ses déjections en amont d’une rivière dont l’eau est bue par les habitants.

35 - Je remercie M. Laroche pour cette dernière remarque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan d’un hôtel-Dieu, Dans Architectvre De Philibert De L’Orme... Oeuvre entière contenant onze Liures, augmentée de deux (...). Rouen : Chez David Ferrand, 1648.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 2
Légende Hôtel-Dieu, 4e dessin, 2e figure. Dessin de la façade. BnF Ha 23b.
Crédits Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 3
Légende Hôtel-Dieu, 1er dessin, plan du rez-de-chaussée. BnF Ha 23b.
Crédits Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14574/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 4
Légende Hôtel-Dieu, 2e dessin, plan de l’étage. BnF Ha 23b.
Crédits Phot. Rousteau-Chambon, Hélène. © Hélène Rousteau-Chambon.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14574/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 5
Légende M.F. Player, hôpital général de Douai, 1756, AM Douai.
Crédits Phot. Laget, Pierre-Louis. © Pierre-Louis Laget.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/14574/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rousteau-Chambon, « Premières réflexions théoriques sur l’architecture des hôtels-Dieu au XVIIIe siècle », In Situ [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 27 février 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/14574 ; DOI : 10.4000/insitu.14574

Haut de page

Auteur

Hélène Rousteau-Chambon

Professeur d’histoire de l’art moderne, Université de Nantes, UMR 6566-CReAAH-LARA rousteau.chambon@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page