Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Dossier central : les horizons de l'inventaire
    Territoires d'inventaire

    L’inventaire à l’île de la Réunion

    Sylvie Réol et Erik Zeimert

    Résumés

    Un pré–inventaire de la Réunion, portant uniquement sur l’architecture, a été réalisé en 1976. Il a donné lieu à 700 notices et 5 000 photographies. Le service du patrimoine au sein de la DRAC privilégie aujourd’hui une approche thématique en vue de constituer la carte régionale du patrimoine de la Réunion, où seront portés les jardins remarquables de l’île, les éléments du patrimoine industriel, les édifices domestiques et commerciaux traditionnels, les édifices cultuels, les ponts et les ouvrages d’art, ainsi que des informations réunies dans le cadre de l’étude urbaine de Saint–Denis.

    Haut de page

    Texte intégral

    Introduction

    1Depuis plus de cinq ans, un conservateur du patrimoine occupe un poste permanent dans chacun des quatre départements d’outre–mer. C’est le cas pour l’île de la Réunion, depuis 1995. Cependant des misssions ponctuelles ont été réalisées antérieurement. Leurs résultats sont insérés au fur et à mesure de l’avancement des travaux, dans la documentation générale.

    Opérations préalables

    2L’Inventaire débute à la Réunion, en 1976, par une mission conduite par Jean–Paul Saint–Aubin, conservateur général du patrimoine. Cette mission de pré–inventaire a repéré environ 700 édifices et a donné lieu à 5 000 photographies qui sont conservées en administration centrale et en cours de numérisation. Elle ne concernait pas les objets. Il faut noter que cette mission est antérieure de cinq ans à la création, en 1981, de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et de 19 ans à celle d’un service du patrimoine.

    • 1 Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Ile de la Réunion. Indi (...)

    3Dans son introduction à l’Indicateur du patrimoine architectural1, publié alors, Jean–Paul Saint–Aubin remarque que le cadre cantonal de l’Inventaire n’est pas approprié à un territoire qui compte 36 cantons (49 aujourd’hui) pour 24 communes seulement. Il remarque surtout que la croissance démographique « entraîne une urbanisation sauvage ou organisée qui (...) menace le patrimoine architectural de l’île ».

    Carte régionale du patrimoine

    4Depuis cette première approche, le patrimoine architectural est l’objet d’une plus grande attention et la notion même de patrimoine tend à se préciser ; malgré tout, les transformations, dégradations et destructions restent fréquentes et irrémédiables. L’état très embryonnaire du service de l’Inventaire de la Réunion (absence de personnel d'Etat en dehors d’un conservateur unique pour l’ensemble de la Direction de l’architecture et du patrimoine, vacataires ou chargés de missions à temps partiel) et l’absence de travaux, universitaires en particulier, consacrés aux traces matérielles d’une histoire justement courte (deux siècles et demi) ont conduit à privilégier une approche thématique de l’inventaire de l’île. Ces opérations thématiques constituent, dans un premier temps, la « carte régionale du patrimoine de la Réunion », base de données locale consultable par le public, et qui est le reflet de l’avancement des travaux de repérage. Les notices seront versées ultérieurement dans les bases nationales. Ce travail permet de souligner auprès des élus et aménageurs l’intérêt patrimonial d’édifices ou de secteurs en cours de transformation ; il permet également de répondre de manière raisonnée à la nécessité de protéger, au titre des monuments historiques, des éléments patrimoniaux particulièrement intéressants et menacés.

    Figure 1

    Figure 1

    Saint–André. Jardin de la maison « La Paix »

    Phot. Inv. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2002

    • 2 Marc Heller, photographe auprès du Service régional de l’Inventaire de Provence–Alpes–Côte–d’Azur.

    5La DRAC a également réalisé en 1992–1993, grâce à Olivier Damée, paysagiste et volontaire à l’aide technique, le recensement des jardins remarquables de l’île. Quatre–vingt quatorze lieux furent à cette occasion identifiés, cinquante fiches de visite établies ainsi que sept dossiers de jardins remarquables constitués. Cet inventaire, inséré en 2002 dans les bases régionales, sera versé, complété des photographies aériennes et au sol de Marc Heller2, dès 2003, dans les bases de données nationales.

    Figure 2

    Figure 2

    Saint–Joseph. Usine Langevin, cheminée à chaînage horizontal et vertical en bois

    Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1996

    • 3 Direction régionale des affaires culturelles de la Réunion. Usines sucrières : La Réunion. Itinérai (...)

    6Par ailleurs, le repérage du patrimoine industriel (un chercheur à mi–temps depuis trois ans) a permis de proposer la protection des 38 cheminées d’usines sucrières subsistant dans l’île. Ce chiffre est à mettre en relation avec les 200 sites de production du sucre ayant existé entre 1815 et 1950. Un type de cheminées paraît d’ailleurs particulièrement intéressant et pourrait être propre à la Réunion : il s’agit de cheminées portant un chaînage horizontal et vertical en bois. Quant aux lieux de production du sucre3, si nombre d’entre eux ne subsistent plus que comme traces, des friches industrielles importantes sont en cours de reconversion ; une opération de relevé conservatoire de deux des plus importantes usines, celles de Grand Bois sur la commune de Saint–Pierre et de Savanna sur la commune de Saint–Paul, a d’ailleurs été lancée en collaboration avec une association locale.

    Etudes en partenariat

    7Ces études sont effectuées en partenariat avec les collectivités territoriales et le milieu associatif. Un repérage des lieux de production de l’huile essentielle de vétiver a été effectué en 1999 en collaboration avec le Commissariat à l’aménagement des hauts (CAH).

    Figure 3

    Figure 3

    Hell–Bourg. Maison Lucilly, une des grandes demeures de Hell–Bourg

    Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1996

    • 4 Direction régionale des affaires culturelles de la Réunion. Les cases de Hell–Bourg, commune de Sal (...)

    8En 1999, grâce à l’appui du conseil régional, un repérage des édifices domestiques et commerciaux traditionnels de l’île a été mené à bien pour compléter un premier travail de ce type initié sur le site d’Hell–Bourg par Bruno Malinverno et Xavier Fehrnbach en 19964. Cette nouvelle étude, importante par l’ampleur du corpus (4992 cases et boutiques repérées), a servi à la mise en place de lignes budgétaires particulières à la restauration des villages de caractère dans le cadre du Plan de Développement Régional (PDR) III, en partenariat avec la Région, le Département et l’Europe. Elle a également permis de préciser la typologie de l’habitat traditionnel qui est, de fait, assez éloignée des idées reçues, même si certains éléments de composition et de vocabulaire sont majoritairement présents. A partir de ce repérage, en relation avec le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), le Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine (SDAP) et l’Université, une exposition itinérante et un ouvrage (publié aux éditions Flammarion) ont été réalisés. L’exposition sera prochainement présentée aux Seychelles dans le cadre de la coopération régionale, conjointement avec une action de formation de personnel seychellois aux techniques de l’inventaire sur l’île de La Digue.

    Figure 4

    Figure 4

    Saint–André. Oratoire à la Vierge

    Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1999

    9Avec l’Ecomusée Salazie, nous procédons actuellement au repérage (année 2002) et à l’étude (année 2003) des édifices cultuels de l’île (2859 fiches rédigées). La diversité des cultures et des cultes pratiqués fait que la Réunion est particulièrement riche en matière d’édifices cultuels, les cultes chrétiens, hindouiste et musulman sont les plus représentés mais ils ont aussi été déclinés en cultes populaires possédant leurs propres lieux et leurs propres bâtiments, tant dans l’espace public que dans des lieux privés.

    10Une étude a été menée, selon la méthode de l’Inventaire, sur les ponts et ouvrages d’art, en collaboration avec la Direction Départementale de l’Equipement dès 1997. Un ouvrage à paraître dans la collection Itinéraires du patrimoine sur ce sujet est en cours de réalisation.

    11A Saint–Denis, la mise en place d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP), est l’occasion d’appliquer aussi ces méthodes à une étude urbaine. Près de 4000 immeubles ont été recensés, la description et l’analyse chronologique des plus remarquables d’entre eux, notamment des immeubles issus du mouvement moderne, est actuellement en cours. La base de données ainsi constituée, versée dans la « carte régionale du patrimoine », pourra servir de base à des études ponctuelles ultérieures.

    12Un repérage similaire est programmé en 2003 sur le territoire du centre ancien de la commune de Saint–Pierre, dans le cadre du plan de renouvellement urbain.

    Haut de page

    Notes

    1 Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Ile de la Réunion. Indicateur du patrimoine architectural. Paris : Ministère de la Culture, 1976. 85 p.

    2 Marc Heller, photographe auprès du Service régional de l’Inventaire de Provence–Alpes–Côte–d’Azur.

    3 Direction régionale des affaires culturelles de la Réunion. Usines sucrières : La Réunion. Itinéraires du patrimoine. Océan, n° 108, 1996.

    4 Direction régionale des affaires culturelles de la Réunion. Les cases de Hell–Bourg, commune de Salazie : La Réunion. Itinéraires du patrimoine. Grand Océan, n° 132, 1997.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Saint–André. Jardin de la maison « La Paix »
    Crédits Phot. Inv. M. Heller © Inventaire général, ADAGP, 2002
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1617/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 232k
    Titre Figure 2
    Légende Saint–Joseph. Usine Langevin, cheminée à chaînage horizontal et vertical en bois
    Crédits Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1996
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1617/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 136k
    Titre Figure 3
    Légende Hell–Bourg. Maison Lucilly, une des grandes demeures de Hell–Bourg
    Crédits Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1996
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1617/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Titre Figure 4
    Légende Saint–André. Oratoire à la Vierge
    Crédits Phot. Inv. E. Zeimert © Inventaire général, ADAGP, 1999
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/1617/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 243k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Sylvie Réol et Erik Zeimert, « L’inventaire à l’île de la Réunion », In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 23 avril 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://insitu.revues.org/1617 ; DOI : 10.4000/insitu.1617

    Haut de page

    Auteurs

    Sylvie Réol

    Conservateur régional de l’Inventaire, Direction régionale des affaires culturelles de la Réunion. sylvie.reol@culture.gouv.fr

    Erik Zeimert

    Chargé d’études associé au service de l’Inventaire de la Réunion. erik.zeimert@culture.gouv.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page