Navigation – Plan du site
Brèves

L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon

Marc Pabois

Texte intégral

1En 1536, le Malouin Jacques Cartier prend possession, au nom de la France, d’un archipel situé au sud de Terre–Neuve, à quelque 4000 kilomètres de la métropole. Les lieux étaient déjà fréquentés depuis le début du XVIe siècle par les pêcheurs basques, saintongeais, bretons et normands. L’archipel est tour à tour occupé par les Français et les Anglais et son histoire est restée longtemps chaotique. Le traité de Paris, en 1763, conserve l’archipel à la France au détriment des Anglais et le second traité de Paris, en 1815, confirme ce rattachement. Saint–Pierre–et–Miquelon est érigé en collectivité territoriale le 11 juin 1985.

2L’archipel s’étend du nord au sud sur cinquante kilomètres et comprend deux îles principales, Saint–Pierre et Miquelon–Langlade ainsi que plusieurs îlots dont celui de l’Ile–aux–Marins, nommé autrefois l’Ile–aux–Chiens, à une dizaine d’encablures de Saint–Pierre. En 1999, la population, relativement stable depuis le début du XXe siècle, compte 6 319 habitants. Jusque dans les années 1990, son économie reposait essentiellement sur la pêche à la morue et sur les activités de service, hivernage, avitaillement et réparation navale en charpenterie et voilerie. L’archipel a connu « un âge d’or », particulièrement pour les armateurs français et les commerçants de Saint–Pierre, entre 1816 et 1910, mais un litige entre la France et le Canada sur la délimitation des zones de pêche et surtout le verdict défavorable pour la France du tribunal d’arbitrage de New York, en 1992, ont porté un coup très dur à l’économie locale.

Figure 1

Figure 1

Saint–Pierre. Rue caractéristique avec ses maisons à clabords et tambours d’entrée

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

Figure 2

Figure 2

L’Ile–aux–Marins, vue depuis Saint–Pierre

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

3Le bâti a souffert de trois fléaux principaux : les destructions liées aux rivalités entre les Anglais et les Français (1778, 1796, 1802), les tempêtes (1775) et les incendies (1844, 1865, 1867 et 1939) si bien que ce qu’il en reste date exclusivement des XIXe et XXe siècles ; il a par ailleurs considérablement évolué dans la seconde moitié du siècle dernier.

4L’archipel présente trois secteurs nettement différenciés : la ville de Saint–Pierre, initialement dessinée sur un plan en damiers et caractérisée par un habitat groupé ; l’Ile–aux–Marins, base avancée pour la Grande Pêche au XIXe siècle, conserve un bâti récemment restauré mais désormais dispersé en raison de la disparition au fil du temps de nombreuses maisons. Enfin, Miquelon–Langlade séduit toujours par ses vastes espaces sauvages peu habités.

Figure 3

Figure 3

Miquelon. Bancs de sable du Grand Barachois

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

Figure 4

Figure 4

Maisons sur l’Ile–aux–Marins avec les graves au premier plan

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

5Cependant le schéma spatial : échouage, salines, graves (étendues de pierre où l’on séchait la morue), maisons et jardins a perdu en bien des lieux sa lisibilité. Les menaces d’altération du bâti, en majorité en bois pour ce qui relève de l’habitat privé, nées de l’apport croissant des maisons préfabriquées en matériau de synthèse en provenance du Canada ont conduit le préfet et le conseil général à engager une réflexion pour assurer la sauvegarde et la valorisation des matériaux traditionnels.

Figure 5

Figure 5

Saint–Pierre. Rue Ducouédic, maison Lepape

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

Figure 6

Figure 6

Maison Jézéquel sur l’Ile–aux–Marins, construite vers 1855 et restaurée en 1990

Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000

6Cette sauvegarde repose sur la connaissance du patrimoine à partir d’un inventaire topographique qui pourra débuter dès que l’archipel sera doté d’un cadastre numérisé.

7Par ailleurs, des mesures incitatives ont été prises par le conseil général pour favoriser le maintien des clabords (recouvrement horizontal à clin sur le doublage vertical) en bois et non en vinyle et des bardeaux en bois, comme en témoigne toujours la maison Lepape, rue Ducouédic à Saint–Pierre ou la restauration de la maison Jézéquel, ancien bâtiment de la Compagnie Générale Transatlantique, sur l’Ile–aux–Marins. Les bâtiments directement liés à l’activité traditionnelle de la pêche, comme les échafauds, ces abris précaires en bordure de mer, et les doris, embarcations emblématiques de Saint–Pierre–et–Miquelon, ont aujourd’hui disparu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Saint–Pierre. Rue caractéristique avec ses maisons à clabords et tambours d’entrée
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 2
Légende L’Ile–aux–Marins, vue depuis Saint–Pierre
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 3
Légende Miquelon. Bancs de sable du Grand Barachois
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4
Légende Maisons sur l’Ile–aux–Marins avec les graves au premier plan
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5
Légende Saint–Pierre. Rue Ducouédic, maison Lepape
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 6
Légende Maison Jézéquel sur l’Ile–aux–Marins, construite vers 1855 et restaurée en 1990
Crédits Phot. Inv. M. Pabois © Inventaire général ADAGP, 2000
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2064/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Pabois, « L’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon », In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://insitu.revues.org/2064 ; DOI : 10.4000/insitu.2064

Haut de page

Auteur

Marc Pabois

Conservateur du patrimoine, Sous–direction des études, de la documentation et de l’Inventaire. marc.pabois@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page