Navigation – Plan du site
Les sources du patrimoine rural

L’apport du cadastre à la recherche sur les jardins historiques : l’exemple du département du Maine-et-Loire

Christine Toulier

Résumés

Le repérage des parcs et jardins du Maine-et-Loire à partir des seuls outils du premier cadastre et de la carte IGN au 1/25000e, fait apparaître près de mille sites en milieu rural répartis dans trois catégories de compositions paysagères : les compositions géométriques irrégulières, les compositions régulières et les compositions « naturelles ». La lecture de ces plans s’attache plus à l’analyse de l’assiette ou du fonds que du jardin lui-même. Les représentations données par le parcellaire concernent autant l’organisation du château que du jardin, ce qui rend les ruptures d’images passionnantes, et permet d’esquisser une étude typo-chronologique des compositions paysagères, même si l’assiette du site ne révèle pas toujours le type du jardin.

Haut de page

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Carte du Maine-et-Loire. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire

Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003

  • 1 Pinon, D., Hamon, A., de la Celle, Jean-Louis. Les parcs agricoles de l’Anjou au XIXe siècle. Nante (...)
  • 2 Jean-Paul Gallard, chargé d’études pour le recensement des Monuments historiques, a constitué un gr (...)
  • 3 Un stage puis un statut d’objecteur de conscience à la Direction régionale des affaires culturelles (...)
  • 4 Port, Célestin. Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l’anc (...)
  • 5 Massin-le Goff, Guy. Le néogothique en Anjou à travers quelques exemples. Thèse de doctorat en hist (...)
  • 6 de Halez de Deulin, Nicolas. L’inventaire des parcs et jardins historiques de Wallonie (Belgique). (...)

1La nécessité de répondre d’une manière pertinente aux demandes croissantes de protection des parcs et jardins, au titre de la loi de 1930 sur les sites, et de la loi de 1913 sur les monuments historiques, a entraîné, dans un premier temps, la Direction régionale de l’Environnement puis, dans un deuxième temps, la conservation régionale des monuments historiques de la Direction régionale des Affaires culturelles, à financer des études thématiques1 et à organiser des visites2 d’évaluation in situ. En 1997, le service régional de l’Inventaire saisit l’opportunité d’une collaboration avec l’université de Nantes3 pour conduire un repérage exhaustif des parcs et jardins dans le Maine-et-Loire (fig. n° 1). Ce département bénéficiait de quelques atouts : le Dictionnaire historique, géographique et biographique de Célestin Port4 publié vers 1875 avait été mis à jour en 1996, la documentation et les études topographiques des services régional et départemental de l’Inventaire couvraient près des deux tiers du département, et quatre thèses de doctorat5 complétaient le sujet. Il s’agissait plus d’évaluer la quantité, l’importance, la chronologie et la diversité (ou non) des formes de jardins que de « dresser la généalogie de leurs créateurs »6.

Le grand jardin du Maine-et-Loire

  • 7 « Les plans parcellaires… ne demeurent monotones et exsangues que jusqu’au jour où le coup de bague (...)

2Le dépouillement systématique de la carte IGN au 1/25 000e et du premier cadastre (dit napoléonien) est le travail routinier du chercheur à l’Inventaire général qui a appris à les regarder et à tirer parti de leurs sous-entendus7. Ce sont des documents relativement homogènes et objectifs, indispensables à la réalisation d’un repérage qui doit déjouer certains pièges : la limite administrative du plan (un jardin peut s’étendre sur deux communes voisines), la portion de territoire définie comme section cadastrale (un jardin peut s’étendre sur deux sections), les variations de représentation en fonction des auteurs et de la date, l’absence ou la surabondance d’informations, l’absence de représentation du relief sinon, parfois, la présence d’une ombre lorsque la dénivellation est forte (voir fig. n° 9).

Figure 2

Figure 2

Parcs et jardins du Maine-et-Loire à la date d’achèvement des cadastres vers 1825. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire

Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003

Figure 3

Figure 3

Parcs et jardins du Maine-et-Loire à la date d’achèvement des cadastres vers 1950. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire

Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003

  • 8 Nous remercions Mme Elisabeth Verry, directrice des archives départementales du Maine-et-Loire et B (...)

3L’examen rigoureux du premier cadastre dressé entre 1808 et 1840 en Maine-et-Loire a nécessité la manipulation de quelque quatre mille sections cadastrales réparties sur plus de quatre cents communes8 (fig. n° 2, 3). Il a révélé l’existence d’environ mille sites potentiels de jardins liés à une demeure. Le travail ne porte que sur des structures égales ou supérieures à un hectare qui est le seuil de pertinence de ce repérage, compte tenu de l’échelle du plan au 1/2 500e. Nous avons limité notre recherche à la campagne, écartant les villes d’Angers, Cholet et Saumur qui pullulent de petits jardins difficiles à reconnaître. Confronté aux résultats livrés par ce premier cadastre, le dépouillement de la carte IGN au 1/25 000e, fit apparaître des parcs et jardins remaniés ou créés ex-nihilo qui firent l’objet d’une vérification sur le nouveau cadastre révisé de 1933.

Un document pour la prospection des jardins : le cadastre.

Figure 4

Figure 4

Le Lion-d’Angers, les Hautes-Faveries, 1809. Chaque parcelle numérotée non bâtie est légendée. Il semble que nous soyons en présence d’un déplacement de site. Il n’y a plus de logis sur la motte transformée en jardin (parcelle n° 273), le logis est reconstruit en-dehors (parcelle n° 268), entre la cour et le « jardin du Maître » clos de mur et bordé d’une pièce d’eau rectangulaire, le vivier (parcelle n° 274), alimentée par les douves de l’ancienne motte. Remarquer les différents jardins : « jardin de l’aire », jardin du vivier », « jardin de la douve »

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 9 Bloch, Marc. La terre et le paysan, agriculture et vie rurale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris : (...)

4Les communes sont divisées en sections cadastrales, elles-mêmes découpées en parcelles numérotées qui renvoient à un registre d’état de section. Une parcelle est « une portion de terrain … située dans un même canton, triage ou lieu-dit, présentant une même nature de culture… appartenant à un même propriétaire »9. Ce document fiscal est donc tributaire des natures de culture : jardin, verger, terre labourable, bois, taillis, pré, pâture, vigne, parc d’agrément… Les limites des parcelles dessinent des espaces clos ouverts, ou bordés de murs, de fossés, de haies qui donnent une disposition d’ensemble. Si les plans cadastraux de la première décennie du XIXe siècle (les Hautes-Faveries) (fig. n° 4), légendent bien le contenu des parcelles qui portent un motif ornemental (allées en croix, pointillés de carrés de jardins, d’arabesques ou de bosquets…), ceux qui furent réalisés par la suite restent muets à ce sujet. Aussi faut-il être à l’affût des éléments de rupture, des formes trop pures et trop géométriques pour être « naturelles » et liées à la présence d’une demeure conservée ou détruite.

Un jardin historique « réglé sur le château »

  • 10 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoi (...)
  • 11 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoi (...)
  • 12 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Archit (...)
  • 13 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Archit (...)

5Si un jardin est un « espace organisé, généralement clos, indépendant ou associé à un édifice, comportant des végétaux d’utilité ou d’agrément cultivés en pleine terre ou hors sol »10, et le parc un « grand jardin présentant un important couvert11 », on sait aussi qu’il n’y a « Pas de château sans jardin… l’environnement du château comporte, à côté des champs, des prés et des vignes, des espaces clos réservés au seigneur et aux siens : jardin, pelouse entourée d’arbres, verger, garenne, parc de chasse »12. Ces espaces jardinés voisins de la demeure depuis laquelle ils sont visibles ne cessent de s’étendre, de se diversifier, de se transformer. Peu à peu, tout semble répondre au « désir d’organiser le paysage en fonction de la demeure par des tracés qui en partent et s’étendent au loin, sans qu’on puisse leur fixer une limite précise… »13. Et toute la difficulté du repérage est contenue dans ces observations.

6La description, même rapide, de chaque site repéré, aboutit à une classification sommaire des espaces organisés aux abords d’une demeure. La disposition des bâtiments détermine le parti général adopté pour les jardins et fournit une chronologie relative (l’emplacement de la basse-cour devant ou à côté du château, par exemple, est primordial…). La dépendance entre bâti et jardin tisse un lien indissociable qui induit la lecture des espaces dessinés.

  • 14 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoi (...)
  • 15 Perouse de Montclos, Jean-Marie. Vocabulaire de l’Architecture. Paris : Imprimerie nationale, 1972, (...)

7En l’absence d’information plus fine sur ces abords, notre classification porte plus sur « l’ensemble des caractéristiques du site sur lequel est aménagé le jardin »14, c’est-à-dire l’assiette ou le fonds15, que sur le jardin lui-même.

L’assiette ou le fonds

  • 16 Seules deux pages sont consacrées à l’assiette dans Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire ty (...)
  • 17 Jean-Marie Pérouse de Montclos (Vocabulaire de l’Architecture. Paris : Imprimerie nationale, 1972, (...)

8Ni le Vocabulaire de l’Architecture, ni le Vocabulaire typologique et technique du Jardin ne s’attardent sur la composition16. Nous proposons trois catégories17 d’assiettes ou de fonds : la composition géométrique irrégulière, la composition régulière, et la composition « naturelle ». Quelles que soient les époques, le parc boisé et/ou le parc de chasse coexistent avec les compositions régulières et les compositions « naturelles ». Ils nous sont apparus comme une partie constituante de chacune de ces deux catégories que nous nous proposons de définir et d’étudier ci-dessous.

La composition géométrique irrégulière

9Elle concerne 75 % du corpus repéré sur le premier cadastre. Nous rattachons à ce groupe des jardins comme celui de la Roche-des-Aubiers à Coron (fig. n° 5), disjoints du bâti, sans lien direct avec celui-ci, sinon de proximité.

Figure 5

Figure 5

Coron, la Roche-des-Aubiers, 1838. Le grand jardin clos de murs est disjoint des plates-formes du château et de la basse-cour. Il renferme un bassin rectangulaire

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

Figure 6

Figure 6

Fontaine-Guérin, Marigné, 1825. Succession de parcelles quadrangulaires séparées par des douves

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 18 Toulier, Bernard. Châteaux en Sologne. Paris : Imprimerie nationale, 1991, p. 92 et ss. (coll. Cahi (...)

10Ces compositions sont la plupart du temps figées depuis le Moyen Age et formées de plates-formes fossoyées18 mitoyennes. A Marigné, (fig. n° 6) un logis (parcelle n° 586) est placé entre cour et jardin (parcelle n° 584). L’assiette de ce jardin est une plate-forme désaxée par rapport au château et délimitée par des douves (parcelle n° 583bis) dont l’alimentation en eau est assurée par un ruisseau qui contourne auparavant une autre plate-forme trapézoïdale (parcelle n° 589).

11Ces dispositions irrégulières peuvent revêtir de multiples formes.

Figure 7

Figure 7

Le Guédeniau, le Boulay, 1836. Parcelle de jardin fossoyée accrochée à une motte

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

12Au Boulay (fig. n° 7) par exemple, à partir d’une plate-forme irrégulière sur laquelle sont encore implantés un château (une maison ou un logis) et des communs, on a accroché une plate-forme quadrangulaire fossoyée destinée au jardin (qui est probablement régulier ! ). Lorsqu’il ne s’agit pas de mottes circulaires qui sont des exemples assez exceptionnels, les formes orthogonales tranchent dans le parcellaire environnant, et l’espace occupé par le jardin est rarement d’une superficie supérieure à l’hectare.

Figure 8

Figure 8

Les Verchers-sur-Layon, Fontaines-Bussy, 1822. Jardins réguliers disjoints de la motte castrale

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

13Le site que nous avons découvert aux Fontaines-Bucy (fig. n° 8) mériterait une étude approfondie. L’eau tient une place prépondérante dans l’aménagement des lieux et détermine l’implantation du jardin à partir d’une fontaine (parcelle n° 1487) qui alimente les douves du château. Un chemin assez court mène à une basse-cour ponctuée d’une tourelle et flanquée de fossés (résidus d’une douve disparue qui entourait une basse-cour plus ancienne ?). Cette basse-cour régularisée (parcelle n° 1495) est séparée de la plate-forme féodale (parcelle n° 1492) par de larges douves (parcelle n° 1493). Un grand pont permet l’accès à la cour du château qui épouse la forme irrégulière de la plate-forme. Rien ne permet d’affirmer qu’il n’y avait pas un petit jardin dans cette enceinte. Un deuxième pont plus étroit relie la plate-forme du château aux grands jardins qui se divisent en plusieurs parcelles géométriques. Face au logis, un espace qualifié de « pré » (parcelle n° 1490) est entouré d’un petit fossé et bordé d’une promenade concentrique (parcelle n° 1491) qui longe la bordure extérieure des douves (parcelle n° 1496). Etait-ce une aire de jeux ? un terrain d’entraînement pour les hommes d’armes ? La parcelle allongée figurant à la suite (parcelle n° 1489) fait songer à un jeu de paume.

  • 19 Androuet du Cerceau, Jacques. Les plus excellents bâtiments de France, 1576-1579. Boudon, Françoise (...)

14En amont, deux enclos quadrangulaires sont bordés et séparés par des fossés. Dans le registre des états de section, le plus éloigné du château est dit « verger » (parcelle n° 1486), l’autre est un « jardin » (parcelle n° 1488). Un axe médian structure longitudinalement la composition et divise les parcelles dont les allées se croisent à angle droit dans le verger, avec des angles émoussés dans le jardin. Cette disposition générale n’est pas sans rappeler, sous une forme plus rustique, les jardins de Vallery19. Mais le parcours de l’eau est ici différent : à Vallery, l’eau emprunte l’axe médian des jardins clos de murs, aux Fontaines-Bucy, elle longe les murs du verger (probablement couverts d’espaliers) et entoure le jardin où elle se substitue aux murs.

15Des formes très semblables mais plus complexes sont difficiles à classer.

Figure 9

Figure 9

Savennières, la Forestrie, 1835. Le parcellaire révèle un changement du parti de composition

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 20 « Le petit parc est un parc d’agrément proche d’une demeure et assurant la transition entre le jard (...)

16A la Forestrie (fig. n° 9), les quadrilatères qui se déploient aux abords de la demeure suivent des orientations différentes, voire incohérentes. Il est difficile d’en retrouver la chronologie et l’idée directrice : la tentative de régulariser les parcelles placées devant le château reste modeste. Elle est complètement abandonnée sur l’arrière, comme si jardin et demeure appartenaient à des ensembles différents, ou encore, comme si un nouveau jardin avait anticipé une reconstruction qui ne fut pas menée à bien. A côté du grand potager, et malgré un parcellaire très quadrillé, un petit parc20 se dessine et porte la mention « bosquet ».

17Ces compositions irrégulières trahissent sur le cadastre la présence des jardins les plus anciens qui ont traversé les siècles comme autant de témoins archéologiques.

La composition régulière

  • 21 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Archit (...)

18Ce groupe des jardins « mis en ordre21 » rassemble les 200 autres sites repérés sur le premier cadastre, soit environ 20 % du corpus, que nous avons divisé en deux sous-groupes.

  • 22 Toulier, Bernard. Châteaux en Sologne. Paris : Imprimerie nationale, 1991, p. 92 et ss. (coll. Cahi (...)

19Le premier est celui des compositions non symétriques placées dans l’axe de la maison. D’une certaine manière, ce sont les compositions précédentes « mises en ordre ». Elles sont modestes et constituées parfois de plusieurs plates-formes22 ou enclos inégaux situés dans le prolongement de la demeure, frontalement ou latéralement. Il est possible alors d’imaginer un potager, un verger, une garenne… ou une ancienne basse-cour dont les bâtiments auraient été détruits. Ces dispositions sont souvent précédées d’une avenue rectiligne, rarement axée, tracée sur le parcellaire désorganisé des alentours. Elle constitue le principal signe distinctif d’une maison non ordinaire, probablement une demeure seigneuriale ou de quelque personnage important. Ces jardins peuvent dater de la fin du XVIe ou du XVIIe siècle.

Figure 10

Figure 10

Auverse, le Fresne, 1837. Composition ouverte sur le grand paysage

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 23 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoi (...)
  • 24 Il est à noter que dans les potagers utilitaires antérieurs à la Révolution, les bassins sont souve (...)

20Les compositions à la française, sont, comme les jardins du même nom, « … d’une composition […] dans laquelle les effets de la perspective jouent un rôle important 23 » . Elles s’organisent autour d’un axe majeur qui conduit au château, traverse le logis en son centre et se poursuit dans le jardin. Dans un premier temps, cet axe vient buter contre le mur du fond du jardin, puis, dans un second temps, il est prolongé au-delà, à travers la campagne, se perdant dans un parc boisé, formé d’avenues et de perspectives à l’infini. Au Fresne (fig. n° 10), un grand axe de ce type traverse l’ensemble de la composition. Cette épine dorsale part souvent de nulle part et ne conduit nulle part, elle sert à accrocher les bâtiments et les éléments d’architecture du jardin (terrasses, escaliers, fabriques…), les allées de circulation, la voirie rectifiée et les espaces jardinés et boisés. L’entrée du château est ici le point de convergence de deux avenues latérales et d’une perspective frontale. L’avant-cour prolonge les lignes des avenues pour former un triangle au sommet duquel se trouve le centre du logis. La perspective axiale vient mourir dans une demi-lune puis renaît derrière la maison, au centre de l’hémicycle du jardin clos. On peut estimer que ce type de disposition apparaît au milieu du XVIIe siècle pour se développer au XVIIIe siècle. L’examen du plan se poursuit par l’identification, à gauche, d’une plate-forme rectangulaire fossoyée et à droite, d’un espace clos réservé au potager utilitaire. La plate-forme est divisée en deux parties : l’une étant, semble-t-il, l’ancienne basse-cour bordée de bâtiments (parcelle n° 28) et l’autre l’avant-cour du précédent château (parcelle n° 42) vers laquelle convergent une allée (parcelle n° 51) et une avenue (parcelle n° 49), toutes deux parfaitement rectilignes. Le potager (parcelles n° 31, 34) renferme un bassin allongé24 disposé transversalement (parcelle n° 33) et un petit édicule d’angle.

Figure 11

Figure 11

Jallais, le Château, 1834. Quadrillage parcellaire dans un ensemble clos

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 25 Souvent deux trames paraissent se superposer : la composition paysagère autour de la demeure et les (...)

21Ces grandes compositions régulières évoluent avec les manières d’habiter. Dans un premier temps, comme au château de Jallais (fig. n° 11), l’axe de symétrie traverse les espaces différenciés et hiérarchisés de l’avant-cour (dont la forme s’adapte à la courbe de niveau signalée par une ombre sur le plan), de la basse-cour, du logis puis du ou des jardins répartis de part et d’autre : parterres, jardins fleuristes, potagers d’agrément. Cette disposition très orthogonale appelle un deuxième axe perpendiculaire au premier. Dans un second temps, comme au Fresne (voir fig. n° 8), le château écarte la basse-cour qui dispose d’un accès séparé, tandis que l’avant-cour s’enrichit de parterres. Les jardins se démultiplient et la lecture du plan se complique. L’allée et l’avenue de la ferme n’appartiennent pas à la nouvelle composition. Une voie rectiligne relie le château au bourg voisin d’Auverse de la manière la plus directe25.

Figure 12

Figure 12

Gesté, la Brulaire,1834. L’axe de composition du nouveau jardin est perpendiculaire au précédent, et la campagne est redessinée

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 26 Peut-être s’agit-il d’un verger de pêchers ? Auduc, Arlette. Montreuil, patrimoine horticole : Sein (...)
  • 27 Couapel, Jean-Jacques, Fritsch, Julia. Clisson ou le retour d'Italie. Paris : Imprimerie nationale, (...)

22A La Brulaire (fig. n° 12), en 1834, le découpage du parcellaire rend compte d’une composition régulière à la française. Perceptible au premier regard, l’axe de la composition traverse la basse-cour, le logis principal, un premier petit jardin bordé de douves puis un grand jardin pour se perdre enfin dans une large et longue avenue. On remarque également au-delà du château une division très régulière du parcellaire, la présence d’un étang en demi-lune avec une île, et des allées bordées de fossés. A l’évidence, nous avons affaire à un grand domaine agricole. Deux trames parcellaires se télescopent : celle du château, oblique, et celle du domaine (« la métairie neuve ») perpendiculaire à la nouvelle voie de communication tracée au sud. Un examen encore plus attentif du plan du château et de ses abords nous révèle un changement d'orientation de sa composition régulière. Au XVIIIe siècle, on arrivait au château au sud (parcelle n° 192) par une large et courte allée qui conduisait à une avant-cour dont l’entrée en demi-lune était soulignée par un fossé. Sur le cadastre de 1834, on voit que cette avant-cour a été réunie à l’ancien potager dont on a conservé le bassin circulaire (parcelle n° 186). L’avant-cour qui s’allongeait vers la petite plate-forme du château a été transformée en jardin. Apparemment, une maison a été reconstruite entre cette plate-forme et la basse-cour latérale. Elle contraint la nouvelle composition qui est maintenant perpendiculaire à la première, mais a conservé les anciennes structures maçonnées (canaux et murs de clôture…). Un sondage effectué dans les registres de l’état de section permet de préciser ce que nous voyons sur la carte : l’allée d’acacias (parcelle n° 192), le jardin potager (parcelle n° 186), le Montreuil26 (parcelle n° 187) avec son pavillon (parcelle n° 188), le verger (parcelle n° 184), le petit jardin anglais (parcelle n° 208) aménagé sur l’ancienne plate-forme du château, le grand jardin anglais (parcelle n° 209) avec l’orangerie (parcelle n° 206), la grande allée des ormeaux (parcelle n° 174) tracée dans l’axe du nouveau château, la pépinière neuve, la châtaigneraie de la douve, l’allée de platanes donnant accès à la basse-cour. L’histoire de cette demeure27 nous apprend qu’en 1812, son propriétaire, Bonaventure Dufou, y hébergeait le pépiniériste Louis-Frédéric Langlois, que le château avait été incendié lors des guerres de Vendée et le logis reconstruit vers 1825.

23Par cet exemple, nous constatons que si la composition est régulière, les jardins « anglais » nouvellement plantés n’avaient rien de régulier.

Les compositions « naturelles »

24Très peu nombreuses sur le premier cadastre (à peine une dizaine), elles envahissent le territoire au cours du XIXe siècle (cf. Pl. I). Sur 422 parcs et jardins identifiés lors de la mise à jour du cadastre en 1933, 369 sont des compositions « naturelles », dont 53 créations ex-nihilo. Il ne reste donc plus que 53 compositions régulières (soit env. 12 %) et les compositions géométriques irrégulières passent de 75 à 50 %.

25Nous avons constaté que lorsqu’une grande composition régulière adopte le genre paysager au cours du XIXe siècle, la superficie reste souvent la même.

Figure 13

Figure 13

Chavaignes, Launay-Baffert, 1837. Le nouveau jardin est perpendiculaire à l’axe de composition de l’ancien château

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

26Les représentations de ces compositions « naturelles » sur les plans cadastraux témoignent de l’évolution des parcs et jardins paysagers au cours du XIXe siècle. Toujours soumise au rendu du géomètre, la représentation des compositions « naturelles » est tributaire du tracé (qu’il soit ou non figuré) des allées, des rivières artificielles avec présence d’îles, et des bouquets d’arbres. Ainsi les plans de Launay-Baffert (fig. n° 13) et de Serrant, dessinés sur les premiers cadastres, même tardifs, de 1837 et de 1835, donnent des images qui rendent compte d’ambiances différentes.

  • 28 Delaval, Alain. Du papier au parterre, Maine-et-Loire. Revue 303, 1994, XL, p. 50.

27A Launay-Baffert, nous repérons le cours d’une rivière langoureuse avec une île. Peu d’allées, mais une grande vue depuis le logis sur cette rivière qui chemine vers lui. L’ancienne composition régulière se repère aux abords des bâtiments par de petits découpages rectangulaires. Comme à la Brulaire (voir fig. n° 12), le nouveau parti de composition est perpendiculaire à la disposition première, avec la construction d’une nouvelle maison sur le bord de l’ancienne cour. Nous savons par ailleurs que ce parc est l’œuvre du paysagiste Lalos28.

28Au château de Serrant, la composition naturelle est beaucoup plus vaste et complexe (fig. n° 14, 15).

Figure 14

Figure 14

Saint-Georges-sur-Loire, Serrant, 1835. Parcs et jardins dans un grand paysage recomposé

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

Figure 15

Figure 15

Saint-Georges-sur-Loire, Serrant, 1835

Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004

  • 29 Le séjour de Walsh de Serrant et de ses enfants à Londres pendant la Révolution a fait de cette fam (...)

29Elle renferme plusieurs parcs. Si l’on se place dans l’axe de la composition du bâti dressé sur la plate-forme, on aperçoit un résidu de cet axe très loin, au-delà d’une pièce d’eau et d’une prairie jalonnée de quelques rares bouquets d’arbres. Rien n’est vraiment organisé dans ce secteur qui pourrait suggérer un parc anglais à la manière de Capability Brown29 (les animaux de la ferme sont retenus par la pièce d’eau).

30Sur le flanc du château, à l’opposé du potager utilitaire qui borde la ferme, le géomètre a rendu compte d’une toute autre ambiance. Un allée part des abords de la plate-forme du château pour s’enfoncer sous le couvert où elle rayonne. De ces allées, des percées à travers la futaie ménagent des vues sur la pièce d’eau avec son île. Les espaces sont juxtaposés et placés à côté du château. Si le géomètre a bien dessiné le couvert et le découvert, il a omis de les différencier par un numéro de parcelle, et l’imposition foncière est globale.

  • 30 « Composition d’inspiration picturale, et parfois à thème littéraire ou philosophique, ménagée dans (...)

31A Serrant comme à Launay-Baffert, les allées sont peu nombreuses et la préférence est donnée aux vues de jardin30. Datés de 1837 et 1835, ces deux derniers exemples donnent les limites du repérage des compositions « naturelles » à partir du premier cadastre, ce sont de toute évidence des compositions redessinées après la Révolution.

32Pour avancer dans le XIXe siècle, il est obligatoire de faire un saut d’un siècle et de consulter le nouveau cadastre révisé dans lequel nous avons repéré des compositions fermées et des compositions ouvertes.

  • 31 Le Mancq, J.-L. Paysage modèle - modèle de paysage : le parc agricole et paysager. Revue 303, XIV, (...)

33L’observation des plans cadastraux met en évidence des demeures construites au milieu d’une campagne recomposée. A Brignac le château neuf est situé au carrefour des allées, et cette disposition devient d’une grande banalité au cours du XIXe siècle. La particularité de Brignac est d’être un parc dit « agricole ». Ce genre est à notre avis une subtilité pour échapper à l’impôt sur les parcs d’agrément, les cultures formant une ceinture parcellaire autour et proche du château, permettant ainsi de consacrer un maximum de terre au métayage. Les bouquets d’arbres se répartissent en éventail en périphérie du château, contribuant à une mise en scène harmonieuse dont on ne voit pas les limites31.

  • 32 Voir aussi le parc de la Thibaudière à Montreuil-Juigné, œuvre mêlée des paysagistes Choulot et Jar (...)

34Ailleurs, les espaces d’agréments sont fermés et les compositions « naturelles » tournent sur elles-mêmes, dans un jeu d’allées rondes ou ovoïdes concentriques. Le château est englouti dans une composition dont il est indissociable. Aux Bizollières, le plan magnifiquement équilibré rend le dessin du parc de moins en moins « naturel »32.

35La conservation de ces compositions « naturelles » est plus délicate que celle des autres formes paysagères car leurs lignes de force ne sont pas matérielles mais visuelles. La disparition des allées, associée au mauvais entretien et à l’appauvrissement du végétal (lié aux vieillissements de la végétation, aux tempêtes, aux coupes de bois abusives …), nuit beaucoup à leur identification. En l’absence de documentation, elles sont, la plupart du temps, perdues pour l’histoire des parcs et jardins.

Limites et perspectives

36La richesse de cette esquisse typo-chronologique ne doit pas faire oublier les limites d’un tel travail de repérage et ses contradictions : nous avons constaté l’existence de compositions régulières plantées de « jardins anglais », et des compositions irrégulières plantées de jardins réguliers... Il permet de faire certaines constatations qui peuvent paraître évidentes mais dont on a ainsi confirmation : pas de jardin sans eau, il y a plus de petits jardins que de grands jardins, le nombre de grands parcs et jardins augmente au cours des XVIIe et XVIIIe siècles pour plafonner dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’étendue du jardin est proportionnelle à la demeure et, enfin, pas de grand jardin sans grand domaine rural.

  • 33 Boudon, Françoise. Le site et ses châteaux, la modernisation du château et son nouvel emplacement. (...)

37L’assiette et son découpage parcellaire témoignent non seulement de natures de culture différentes mais aussi de mouvements topographiques artificiels qui appartiennent à l’histoire du château et de son site33 construit, aménagé, agrandi, remanié, bouleversé.

38Le dépouillement systématique du premier cadastre livre un état des lieux à une période charnière de l’histoire des parcs et jardins. Il identifie deux cents compositions régulières héritées de l’Ancien Régime mais le regard que nous portons sur ces plans doit rester critique. Certes, nous avons pu distinguer trois catégories de compositions paysagères liées à une architecture, mais cette classification est faite à partir d’un unique état, qui plus est tardif. Elle ne permet pas d’affiner les règles de la composition ni même de les retrouver à coup sûr.

39Les lacunes du cadastre peuvent être utilement comblées par la photographie aérienne qui rend compte de l’implantation des masses végétales, végétal qui doit être ensuite reconnu et identifié par des botanistes qui en estimeront la valeur (nature, rareté, âge, richesse, exotisme, …).

  • 34 A la suite du repérage du parc paysager du château de la Roche à Combrée, de l’étude du château par (...)

40Ce défrichement des jardins historiques du Maine-et-Loire est le fil conducteur d’une recherche qui ne doit pas négliger les petits sites si nombreux et si peu connus. Seules des études monographiques, menées par des équipes pluridisciplinaires, permettront d’affiner notre connaissance des 200 jardins réguliers repérés34 et de dénouer notamment les enchevêtrements de dessins entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

41Les transitions sont très importantes : comment avant d’être matérialisées sur le terrain, les manières de planter amorcent-elles des métamorphoses ? Annoncent-elles un nouveau style ? Qui sont les créateurs ? Comment se succèdent-ils ? D’où viennent-ils ? Quelles sont leurs relations avec les maîtres d’ouvrages ? Architecte du bâti et architecte paysager agissent-ils en binôme ? Est-ce le château qui induit le jardin ou ce dernier précède-t-il le château ?

42Encore une fois, et ce sera notre conclusion, le repérage est un préalable indispensable à la recherche sur les parcs et jardins, en aucun cas une fin en soi.

Haut de page

Notes

1 Pinon, D., Hamon, A., de la Celle, Jean-Louis. Les parcs agricoles de l’Anjou au XIXe siècle. Nantes : DIREN et Conseil général du Maine-et-Loire, 1993, [synthèse de 76p.]. Pinon, D., Hamon, A., de la Celle, Jean-Louis. Les parcs agricoles de l’Anjou au XIXe siècle. Nantes : DRAC des Pays-de-la-Loire, novembre 1995, [synthèse 48 p.].

2 Jean-Paul Gallard, chargé d’études pour le recensement des Monuments historiques, a constitué un groupe d’experts auquel il nous a associé. Ce groupe réunissait, entre autres, Jean-François Grenet, représentant le Bureau des jardins à la Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Pierre-Xavier Hans, Inspecteur des Monuments historiques, Jean-Louis de la Celle, Président de la Société d’Horticulture d’Angers, Dominique Latron, Architecte des Bâtiments de France du Maine-et-Loire, et des représentants des services départementaux du patrimoine.

3 Un stage puis un statut d’objecteur de conscience à la Direction régionale des affaires culturelles a permis à Olivier Rialland de mener à bien ses recherches en bénéficiant de l’expérience du Service régional de l’Inventaire (méthode de repérage et cartographie, entre autres...). Les résultats du repérage ont fait l’objet d’un mémoire à l’Ecole d’Architecture de Versailles : Rialland, Olivier. Jardins et paysages châtelains du Maine-et-Loire. Ecole d’architecture de Versailles, DPEA « Jardins historiques, Patrimoine, Paysage », mémoire de fin d’études, 1999, qu’il a poursuivi dans le cadre d’une thèse de doctorat de géographie : Rialland, Olivier. Les parcs et jardins des châteaux dans l’Ouest de la France : paysage évanescent, patrimoine naissant. Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Jean Renard, Université de Nantes, 2002. L’ensemble des chiffres cités dans le présent article sont tirés de ces travaux et de cette collaboration.

4 Port, Célestin. Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l’ancienne province d’Anjou. Angers, 1874-1878 ; mis à jour, Angers, 1989-1996. Ce type d’ouvrage n’existe pas dans tous les départements de la région.

5 Massin-le Goff, Guy. Le néogothique en Anjou à travers quelques exemples. Thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris : EPHESS, 1999. Leicher, A. Le château en Anjou entre 1840 et 1880. Thèse de doctorat en histoire de l’art, Université de Lyon 2, 1999. Vaquet, Etienne. Charles Joly-Leterme (1805-1885) architecte angevin, du praticien à l’artiste. Paris, Mémoire de recherche de l’Ecole du Louvre, [sous la direction de François Loyer], 1998. Morice, J.-R. Les châteaux ruraux et l’hébergement touristique dans la France de l’Ouest. Thèse de doctorat de géographie, Angers : ESTUA, 2001.

6 de Halez de Deulin, Nicolas. L’inventaire des parcs et jardins historiques de Wallonie (Belgique). Monumental, 2002, p. 158-160.

7 « Les plans parcellaires… ne demeurent monotones et exsangues que jusqu’au jour où le coup de baguette de l’intuition historique leur a rendu une âme ». BLOCH, Marc. La terre et le paysan, agriculture et vie rurale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris : Armand Colin, 1998, p. 7 [textes réunis et présentés par Etienne Bloch, préface d’Emmanuel Leroy-Ladurie].

8 Nous remercions Mme Elisabeth Verry, directrice des archives départementales du Maine-et-Loire et Bruno Huchin, pour la grande qualité de leur accueil.

9 Bloch, Marc. La terre et le paysan, agriculture et vie rurale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Paris : Armand Colin, 1998, p. 5 [textes réunis et présentés par Etienne Bloch, préface d’Emmanuel Leroy-Ladurie].

10 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 28 (coll. Principes d’analyse scientifique).

11 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 44 (coll. Principes d’analyse scientifique).

12 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Architecture, Jardin, Paysage, L’environnement du château et de la villa aux XVe et XVIe siècles. Paris : Picard, p. 104 (coll. De architectura, n° 8).

13 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Architecture, Jardin, Paysage, L’environnement du château et de la villa aux XVe et XVIe siècles. Paris : Picard, p. 110 (coll. De architectura, n° 8).

14 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 54 (coll. Principes d’analyse scientifique).

15 Perouse de Montclos, Jean-Marie. Vocabulaire de l’Architecture. Paris : Imprimerie nationale, 1972, p. 20 (coll. Principes d’analyse scientifique) : « Le fonds est l’étendue de terrain d’un seul tenant appartenant à un même propriétaire ; il peut être formé de plusieurs parcelles ».

16 Seules deux pages sont consacrées à l’assiette dans Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 28 (coll. Principes d’analyse scientifique). Elles sont placées en tête du chapitre sur la composition du jardin qui s’attarde plus sur les parties constituantes du jardin que sur son organisation. Le constat est semblable dans le Vocabulaire de l’Architecture ou si la « composition » est mentionnée en tête du paraphe 5 (« la composition et le plan »), elle n’est pas définie. Pierre Bazin contourne la difficulté dans son étude « Arbres de parcs : un patrimoine à gérer » (Arbre Actuel, les cahiers, n° 5, 2001, p. 6-39), en regroupant les formes irrégulières et régulières dans les « ensembles composés ».

17 Jean-Marie Pérouse de Montclos (Vocabulaire de l’Architecture. Paris : Imprimerie nationale, 1972, p. 180 (coll. Principes d’analyse scientifique) ne reconnaît que le « jardin régulier » et le « jardin paysager ».

18 Toulier, Bernard. Châteaux en Sologne. Paris : Imprimerie nationale, 1991, p. 92 et ss. (coll. Cahiers de l’Inventaire, n° 26).

19 Androuet du Cerceau, Jacques. Les plus excellents bâtiments de France, 1576-1579. Boudon, Françoise. Jardins d’eau et jardins de pente. Architecture, Jardin, Paysage, L’environnement du château et de la villa aux XVe et XVIe siècles. Paris : Picard (coll. De architectura), 1999, p. 142. Allimant, A. L’apport des fouilles archéologiques récentes : le parc de Méréville…, les jardins de Vallery. Les nouvelles de l’Archéologie, 2001, n° 83-84, p. 22-23.

20 « Le petit parc est un parc d’agrément proche d’une demeure et assurant la transition entre le jardin régulier et le parc de chasse » (Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 34 (coll. Principes d’analyse scientifique).

21 Guillaume, Jean. Le jardin mis en ordre. Jardin et château en France du XVe au XVIIe siècle. Architecture, Jardin, Paysage, L’environnement du château et de la villa aux XVe et XVIe siècles. Paris : Picard, p. 103 (coll. De architectura, n° 8).

22 Toulier, Bernard. Châteaux en Sologne. Paris : Imprimerie nationale, 1991, p. 92 et ss. (coll. Cahiers de l’Inventaire, n° 26).

23 Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 48 (coll. Principes d’analyse scientifique).

24 Il est à noter que dans les potagers utilitaires antérieurs à la Révolution, les bassins sont souvent rectangulaires et non circulaires, et s’apparentent à de petits canaux ou viviers, cf. la Roche-des-Aubiers, fig. 4bis.

25 Souvent deux trames paraissent se superposer : la composition paysagère autour de la demeure et les avenues (voies de communication) tirées au cordeau sur les clochers des bourgs environnants (très bel exemple à l’est, dans le département voisin d’Indre-et-Loire, au château de Champchevrier (30 km à vol d’oiseau).

26 Peut-être s’agit-il d’un verger de pêchers ? Auduc, Arlette. Montreuil, patrimoine horticole : Seine-Saint-Denis. Paris : APPIF, 1999 (coll. Itinéraires du patrimoine, n° 202).

27 Couapel, Jean-Jacques, Fritsch, Julia. Clisson ou le retour d'Italie. Paris : Imprimerie nationale, 1990, p. 229 (coll. Cahiers du patrimoine, n° 21).

28 Delaval, Alain. Du papier au parterre, Maine-et-Loire. Revue 303, 1994, XL, p. 50.

29 Le séjour de Walsh de Serrant et de ses enfants à Londres pendant la Révolution a fait de cette famille, semble-t-il, des précurseurs dans l’art des jardins du Maine-et-Loire.

30 « Composition d’inspiration picturale, et parfois à thème littéraire ou philosophique, ménagée dans un jardin pour être contemplée à partir d’un point d’observation déterminé. La vue est ordonnée en plans successifs, et s’achève au-delà du dernier plan par un fond », Benetiere, Marie-Hélène. Jardin, Vocabulaire typologique et technique. Paris : Editions du patrimoine, 2000, p. 60 (coll. Principes d’analyse scientifique).

31 Le Mancq, J.-L. Paysage modèle - modèle de paysage : le parc agricole et paysager. Revue 303, XIV, 1987, p. 24-31.

32 Voir aussi le parc de la Thibaudière à Montreuil-Juigné, œuvre mêlée des paysagistes Choulot et Jarry dans le 2e quart du XIXe s.

33 Boudon, Françoise. Le site et ses châteaux, la modernisation du château et son nouvel emplacement. Ministère de l’Environnement, contrat du secrétariat à la recherche architecturale, 1982.

34 A la suite du repérage du parc paysager du château de la Roche à Combrée, de l’étude du château par Etienne Vaquet (conservation des Antiquités et Objets d’art du Maine-et-Loire) et enfin de la visite du site, les propriétaires ont fait appel à l’ENITH à Angers pour un inventaire botanique qui devrait déboucher à terme sur un plan de gestion, de replantation et de restauration du parc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte du Maine-et-Loire. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire
Crédits Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 2
Légende Parcs et jardins du Maine-et-Loire à la date d’achèvement des cadastres vers 1825. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire
Crédits Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 3
Légende Parcs et jardins du Maine-et-Loire à la date d’achèvement des cadastres vers 1950. Inventaire : O. Rialland, C. Toulier. SRI, DRAC des Pays-de-la-Loire
Crédits Conception et réalisation T. Allard, O. Rialland © UMR 6590, Cestan, 2003
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 4
Légende Le Lion-d’Angers, les Hautes-Faveries, 1809. Chaque parcelle numérotée non bâtie est légendée. Il semble que nous soyons en présence d’un déplacement de site. Il n’y a plus de logis sur la motte transformée en jardin (parcelle n° 273), le logis est reconstruit en-dehors (parcelle n° 268), entre la cour et le « jardin du Maître » clos de mur et bordé d’une pièce d’eau rectangulaire, le vivier (parcelle n° 274), alimentée par les douves de l’ancienne motte. Remarquer les différents jardins : « jardin de l’aire », jardin du vivier », « jardin de la douve »
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 5
Légende Coron, la Roche-des-Aubiers, 1838. Le grand jardin clos de murs est disjoint des plates-formes du château et de la basse-cour. Il renferme un bassin rectangulaire
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 6
Légende Fontaine-Guérin, Marigné, 1825. Succession de parcelles quadrangulaires séparées par des douves
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 7
Légende Le Guédeniau, le Boulay, 1836. Parcelle de jardin fossoyée accrochée à une motte
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 8
Légende Les Verchers-sur-Layon, Fontaines-Bussy, 1822. Jardins réguliers disjoints de la motte castrale
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 9
Légende Savennières, la Forestrie, 1835. Le parcellaire révèle un changement du parti de composition
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 10
Légende Auverse, le Fresne, 1837. Composition ouverte sur le grand paysage
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 11
Légende Jallais, le Château, 1834. Quadrillage parcellaire dans un ensemble clos
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 12
Légende Gesté, la Brulaire,1834. L’axe de composition du nouveau jardin est perpendiculaire au précédent, et la campagne est redessinée
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13
Légende Chavaignes, Launay-Baffert, 1837. Le nouveau jardin est perpendiculaire à l’axe de composition de l’ancien château
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 14
Légende Saint-Georges-sur-Loire, Serrant, 1835. Parcs et jardins dans un grand paysage recomposé
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 15
Légende Saint-Georges-sur-Loire, Serrant, 1835
Crédits Archives départementales du Maine-et-Loire © ADML, 2004
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2320/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Toulier, « L’apport du cadastre à la recherche sur les jardins historiques : l’exemple du département du Maine-et-Loire », In Situ [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/2320 ; DOI : 10.4000/insitu.2320

Haut de page

Auteur

Christine Toulier

Conservatrice du patrimoine, Service régional de l’Inventaire, Direction régionale des affaires culturelles des Pays-de-la-Loire. christine.toulier@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page