Navigation – Plan du site

Dédicace

A JMPM

Texte intégral

1L’objectif de ce numéro est à la fois simple, et très ambitieux : rendre compte du patrimoine « en situation ».

2Comme le laisse entendre le titre de la revue, In Situ, c’est le cœur même de l’Inventaire général que d’ancrer l’étude dans la réalité des lieux, de contraindre l’analyse dans les contours de la localisation. L’hypothèse de l’investigation scientifique étant que ce sont les lieux qui créent les liens, c’est le territoire lui-même qui est devenu l’objet d’inventaire, l’histoire à raconter.

3D’où la grande diversité des articles de cette livraison, qui partent toujours d’une observation située, pour en extraire des caractères propres ou porteurs de sens général, en raconter la genèse, en décrire l’état présent, en affirmer la valeur. Diversité des échelles - du paysage à l’îlot urbain, de l’immeuble à l’objet - , diversité des époques et des durées - du moyen âge à la banlieue contemporaine, sur deux décennies ou sur deux siècles -, diversité enfin des objets d’étude : matériaux, techniques, arts, architecture savante et « vernaculaire », les sciences et l’industrie, l’eau, le ciel… De quoi être pris de vertige !

4Heureusement il y a la Méthode, cette bible laïque qui s’impose aux équipes dans toutes les régions, et aux générations qui se succèdent. Contrairement aux idées reçues, on en constatera ici la souplesse et l’invention, jusqu’aux outils numériques les plus avancés. Et aussi une illustration de l’approche par les grands nombres, ce principe qui appartient aux gènes du service depuis sa naissance dans les années soixante, un peu oublié aujourd’hui et sans doute mal compris en dépit de son potentiel, où l’Université pourrait venir puiser de nombreux sujets de recherche. Sur le recensement des vitraux, sur le programme Orfèvrerie, l’approche par les dénombrements à l’échelle nationale révèle sa valeur heuristique et apporte des résultats inédits.

5Ce numéro auquel toutes les régions, ou presque, ont contribué, paraît dans un moment historique particulier, qui voit le transfert aux collectivités régionales de cette grande entreprise scientifique nationale, forte de quarante années d’expérience, d’un capital documentaire considérable, d’équipes compétentes, et d’une culture de recherche et d’engagement au service du patrimoine. A présent que l’inventaire général du patrimoine culturel entre dans la loi française et qu’il est décentralisé, cette livraison est un manifeste de tous les savoir-faire des services, de leur capacité à s’adapter et à rebondir, dès lors que la qualification scientifique et la liberté de la recherche resteront assurées. Ce numéro se veut aussi un hommage discret à tous ceux qui ont partagé à un moment ou un autre l’idéal -l’utopie peut-être- de l’Inventaire général, au seuil de la mutation qui l’attend. Dans le monde d’Internet, enfin, ce numéro veut donner envie d’aller naviguer ailleurs, dans les trésors documentaires du ministère de la culture, papier ou numérique, pour y trouver de nouveaux lieux communs à partager, et des raisons de soutenir ce grand inventaire - jamais achevé puisque c’est notre regard qui l’alimente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Balsamo, « Éditorial », In Situ [En ligne], 6 | 2005, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/2497

Haut de page

Auteur

Isabelle Balsamo

Conservatrice générale du patrimoine. isabelle.balsamo@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page