Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Éditorial

    Catherine Manigand-Chaplain

    Texte intégral

    1Depuis plus d'une vingtaine d'années, la Direction de l'architecture et du patrimoine a contribué à explorer le domaine du patrimoine industriel. Ce huitième numéro de la revue In Situ rend compte de l'ampleur du travail accompli (fig. n° 1, n° 2).

    Figure 1

    Figure 1

    Usine de construction aéronautique Marcel Bloch (architecte Georges Hennequin). Cour d'honneur : accès à la piste monumentalisée par des portiques. Déols (Indre).

    Hermanowicz, Mariusz © Inventaire général, ADAGP, 2004.

    Figure 2

    Figure 2

    Papier à en-tête de la brasserie B. Mapataud daté de 1957 : détail d'une vignette publicitaire. Limoges (Haute-Vienne).

    Pillet, Frédéric © Inventaire général, ADAGP, 2003.

    Figure 3

    Figure 3

    Centrale électrique de Mazières. Porte d'entrée desservant le dépôt de matériel. Bourges (Cher).

    Lorieux, Clarisse © Inventaire général, ADAGP, 2005.

    2La sous-direction et les services régionaux chargés de l'Inventaire général du patrimoine culturel ont élaboré une méthode et réalisé des inventaires sur l’architecture industrielle et les machines, comme en témoignent une documentation considérable, accessible en ligne au public, et de nombreuses publications1. Cet inventaire s’appuie sur l'analyse des bâtiments de production (fig. n° 3) replacée dans le contexte de l’histoire des techniques mais aussi de celle des hommes, acteurs directs de l’histoire économique et sociale de l’entreprise (fig. n° 4, n° 5).

    Figure 4

    Figure 4

    Blanchisserie industrielle Baron, puis Elis. Vitraux du logement patronal. Limoges (Haute-Vienne).

    Pillet, Frédéric © Inventaire général, ADAGP, 2003.

    Figure 5

    Figure 5

    Blanchisserie industrielle Mignon, puis Jacob. Intérieur d'un atelier vers 1920. Bourges (Cher).

    Lorieux, Clarisse © Inventaire général, ADAGP, 2005.

    3En 1983, une cellule du patrimoine industriel, réunissant des compétences spécifiques, a été créée à la sous-direction de l'Inventaire général. Elle a eu pour mission de lancer, dans un premier temps, plusieurs enquêtes thématiques sur les usines hydrauliques, les sites métallurgiques et les industries céramiques.

    4A partir de 1986, elle a initié avec les services régionaux un recensement du patrimoine industriel, prenant systématiquement en compte les lieux de production, qu'ils soient en activité ou non. Une méthode d'investigation rigoureuse permet aux chercheurs spécialisés dans ce domaine de réaliser les enquêtes ; pour chaque territoire inventorié, des présentations générales restituent le cadre de l'étude avec ses caractéristiques physiques, historiques et patrimoniales.

    5Le résultat de cette opération de grande envergure peut être consulté pour partie sur les bases de données Mérimée2, Palissy3 et Mémoire4 et, dans son intégralité, auprès des services en charge de l’inventaire général du patrimoine culturel dans les régions. A l'heure actuelle, on comptabilise dans la base Mérimée un peu plus de 7000 notices portant sur des édifices ou des sites industriels et, dans la base Palissy, plus de 760 notices concernant des moteurs et des machines (fig. n° 6). Ces bases proposent, entre outre, plusieurs visites guidées virtuelles5, illustrées par des images versées dans la base Mémoire, sur différents sujets ayant trait au patrimoine de l'industrie.

    Figure 6

    Figure 6

    Centrale hydroélectrique de Jousseau. Intérieur de la salle des machines : les trois turbines. Millac (Vienne).

    Deneyer, Marc © Inventaire général, ADAGP, 1995.

    • 6 Décret n° 2007-20 du 4 janvier 2007 fixant les modalités du transfert définitif aux régions des ser (...)

    6Dans le cadre du décret d'application de la loi du 13 août 20046, relative aux « libertés et responsabilités locales », l'étude du patrimoine industriel est désormais affichée par le ministère de la Culture et de la Communication comme une « opération nationale d'inventaire. »

    • 7 Pour mener à bien le premier objectif fixé - la réalisation d'un bilan méthodologique et scientifiq (...)

    7Au-delà de la poursuite des enquêtes en cours, les finalités de cette opération sont de plusieurs ordres. Il convient d'établir un état des lieux7 des connaissances et des pratiques et d'en offrir une synthèse, de promouvoir et développer les inventaires thématiques en partenariat avec les Régions, de consolider et d'élargir le réseau déjà actif des professionnels et, enfin de fournir aux collectivités territoriales une aide à la décision en matière de gestion du patrimoine. Les travaux réalisés sur le patrimoine industriel, dans cette nouvelle configuration, seront évalués par le Conseil national de l'inventaire général du patrimoine culturel.

    8Face à la désindustrialisation massive de certaines régions françaises dans les années 1980, c’est souvent dans l'urgence que le patrimoine des anciens établissements industriels a été pris en considération.

    • 8 Voir DAMBRON, Patrick. Patrimoine industriel et développement local. Paris : J. Delaville, 2004.

    9Depuis environ une quinzaine d'années, à la suite notamment des études engagées par l'inventaire général, la patrimonialisation de l'architecture industrielle peut jouer un rôle important dans les politiques de développement local8 à travers des projets de réhabilitation ou de reconversion d'anciens sites de production.

    10Ces différents aspects historiques, techniques, ethnologiques, urbanistiques et leurs approches multiples sont traités au fil de ce numéro d'In Situ par les auteurs qui mènent leurs travaux au sein des services chargés de l'inventaire général du patrimoine culturel, des Monuments historiques, des musées, des archives, du CNRS ou d’une collectivité territoriale.

    11Organisée en trois parties, cette livraison aborde successivement le rapport entre l'histoire des techniques et l'architecture industrielle, la question de la mémoire collective et des savoir-faire, la place et la prise en compte du patrimoine industriel dans l'aménagement du territoire.

    12La première partie étudie l'évolution technique de machines mal connues, mais dont le rôle a été primordial dans l'industrie extractive, puis les spécificités techniques des moulins hydrauliques implantés aux confins de l'Alsace, et enfin l'apport novateur de l'utilisation de l'électricité comme force motrice à travers l'exemple de la Compagnie Générale Electrique de Nancy.

    13La deuxième partie rassemble des travaux d'ethnologie qui prennent en considération les acteurs - patrons et ouvriers - de la vie industrielle. On verra quelles furent les mutations successives d'une conserverie de morue séchée et l'adaptation de ses ouvrières, et quels rapports entretiennent les industriels de la quincaillerie et de la ferronnerie d'art avec le « local ». On découvrira aussi une étonnante collection d'objets réalisés par des ouvriers pour financer leurs grèves lors de grands conflits des années 1980-1990 et, enfin, comment les acteurs locaux d'une commune se sont réappropriés à des fins patrimoniales et touristiques une séquence de la fabrication des bouchons de liège.

    14La dernière partie aborde, à différentes échelles territoriales ou temporelles et dans des contextes géographiques spécifiques - urbain et rural - les questions complexes de développement industriel et de récession économique et leurs corollaires, à savoir la sauvegarde, la protection et la mise en valeur du patrimoine industriel, en essayant d'analyser le rôle de ce dernier dans les politiques de développement local.

    Figure 7

    Figure 7

    Carrière de Normandoux. Atelier de sciage : scie guillotine. Tercé (Vienne).

    Deneyer, Marc © Inventaire général, ADAGP, 1994.

    Figure 8

    Figure 8

    Fonderie typographique J. Dutreix et Cie, puis France Fonderies Typographiques. Six machines à découper les espaces. Limoges (Haute-Vienne).

    Rivière, Philippe © Inventaire général, ADAGP, 2003.

    Figure 9

    Figure 9

    La Grande Distillerie du Centre. Panneau publicitaire en carreaux de porcelaine peints par les décorateurs sur porcelaine limougeauds Coudert et Jouhate entre 1898 et 1903. Limoges (Haute-Vienne).

    Rivière, Philippe © Inventaire général, ADAGP, 2003.

    15Autant d’apports qui enrichissent la connaissance, par nature pluridisciplinaire, du patrimoine industriel et contribuent à sa préservation. (fig. n° 9)

    16Enfin, pour compléter ces regards croisés qu'illustrent les articles rassemblés dans ce numéro, en Varia, sont proposés deux textes consacrés à l'ascension d'une riche famille de meuniers, ainsi qu'à un essai de typo-chronologie de maisons à avancée, réalisé dans le cadre d’une opération d’inventaire.

    Haut de page

    Notes

    1 Voir le répertoire des publications réalisées par les services chargés de l’Inventaire général du patrimoine culturel.

    2 Voir la base Mérimée.

    3 Voir la base Palissy.

    4 Voir la base Mémoire.

    5 Voir les visites guidées suivantes : L’atelier d’Olivier Racine, pipier à Saint-Claude (Jura) ; La forge Clément à Corravilliers (Haute-Saône) ; Les brasseries du Nord-Pas-de-Calais ; L’usine de pipes Ropp à Baume-les-Dames (Doubs).

    6 Décret n° 2007-20 du 4 janvier 2007 fixant les modalités du transfert définitif aux régions des services régionaux de l'inventaire général du patrimoine culturel.

    7 Pour mener à bien le premier objectif fixé - la réalisation d'un bilan méthodologique et scientifique des actions d'inventaire menées sur le patrimoine industriel au plan national depuis vingt-cinq ans - une convention de partenariat vient d'être signée entre la Direction de l'architecture et du patrimoine et l'Université de technologie de Belfort-Montbéliard, représentée par le laboratoire de recherche Récits.

    8 Voir DAMBRON, Patrick. Patrimoine industriel et développement local. Paris : J. Delaville, 2004.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Usine de construction aéronautique Marcel Bloch (architecte Georges Hennequin). Cour d'honneur : accès à la piste monumentalisée par des portiques. Déols (Indre).
    Crédits Hermanowicz, Mariusz © Inventaire général, ADAGP, 2004.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Titre Figure 2
    Légende Papier à en-tête de la brasserie B. Mapataud daté de 1957 : détail d'une vignette publicitaire. Limoges (Haute-Vienne).
    Crédits Pillet, Frédéric © Inventaire général, ADAGP, 2003.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 132k
    Titre Figure 3
    Légende Centrale électrique de Mazières. Porte d'entrée desservant le dépôt de matériel. Bourges (Cher).
    Crédits Lorieux, Clarisse © Inventaire général, ADAGP, 2005.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 172k
    Titre Figure 4
    Légende Blanchisserie industrielle Baron, puis Elis. Vitraux du logement patronal. Limoges (Haute-Vienne).
    Crédits Pillet, Frédéric © Inventaire général, ADAGP, 2003.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 88k
    Titre Figure 5
    Légende Blanchisserie industrielle Mignon, puis Jacob. Intérieur d'un atelier vers 1920. Bourges (Cher).
    Crédits Lorieux, Clarisse © Inventaire général, ADAGP, 2005.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 348k
    Titre Figure 6
    Légende Centrale hydroélectrique de Jousseau. Intérieur de la salle des machines : les trois turbines. Millac (Vienne).
    Crédits Deneyer, Marc © Inventaire général, ADAGP, 1995.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 168k
    Titre Figure 7
    Légende Carrière de Normandoux. Atelier de sciage : scie guillotine. Tercé (Vienne).
    Crédits Deneyer, Marc © Inventaire général, ADAGP, 1994.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 348k
    Titre Figure 8
    Légende Fonderie typographique J. Dutreix et Cie, puis France Fonderies Typographiques. Six machines à découper les espaces. Limoges (Haute-Vienne).
    Crédits Rivière, Philippe © Inventaire général, ADAGP, 2003.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 224k
    Titre Figure 9
    Légende La Grande Distillerie du Centre. Panneau publicitaire en carreaux de porcelaine peints par les décorateurs sur porcelaine limougeauds Coudert et Jouhate entre 1898 et 1903. Limoges (Haute-Vienne).
    Crédits Rivière, Philippe © Inventaire général, ADAGP, 2003.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2670/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 118k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Catherine Manigand-Chaplain, « Éditorial », In Situ [En ligne], 8 | 2007, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/2670

    Haut de page

    Auteur

    Catherine Manigand-Chaplain

    Ingénieur d'études. Sous-direction de l'archéologie, de l'ethnologie, de l'inventaire et du système d'information, direction de l’architecture et du patrimoine. catherine.chaplain@culture.gouv.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page