Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Paysages ruraux : de la lecture à la protection

    L’aménagement du territoire avant la lettre : quelques exemples genevois (XVIIIe-XIXe siècles)

    Isabelle Roland

    Résumés

    Les facteurs historiques et géopolitiques ont eu, à Genève, une influence notable sur la structure du territoire et la morphologie de certaines localités. A Meyrin par exemple, la création d’un nouvel axe routier a transformé en quelques années un village-rue en village-carrefour. A Malagny, un hameau d’origine médiévale a été presque entièrement détruit au XVIIIe siècle pour faire place à un grand domaine. A Genthod, un modeste village s’est embourgeoisé suite à l’implantation de trois domaines patriciens et les paysans ont accepté de déplacer leur fumier dans une rue secondaire, créée à cet effet. A Chêne, un village a été scindé en deux entités politiques et confessionnelles bien distinctes, tandis qu’à Plan-les-Ouates, le contraste est frappant entre les deux côtés de la rue principale, colonisés à deux époques différentes. Ces quelques exemples relèvent de ce que l’on peut considérer comme de l’aménagement du territoire avant la lettre et démontrent qu’il est impossible de dissocier l’architecture rurale de son environnement et de son histoire.

    Haut de page

    Texte intégral

    Introduction

    1L’objectif de cet article1 est d’illustrer un aspect de la recherche dans le domaine de l’architecture rurale, en soulignant l’importance de la connaissance du contexte historique et géopolitique pour appréhender et comprendre un territoire. L’actuel canton de Genève est, comme nous le verrons, tout à fait exemplaire à cet égard ; cinq cas particuliers ont été choisis afin de développer ce propos.

    • 2 Ce survol historique s’appuie sur les ouvrages suivants : Guichonnet, Paul (dir.). Histoire de Genè (...)

    2Genève et son histoire mouvementée 2

    3Le canton de Genève, d’une superficie de 284 km2, a pris ses dimensions actuelles en 1815-1816, à l’occasion de son rattachement à la Confédération helvétique. Il s’agit d’un territoire particulièrement exigu, occupant l’extrémité méridionale du lac Léman. Le paysage, relativement plat, est animé par quelques collines et coteaux peu élevés et par la présence de plusieurs rivières, dont le Rhône et son principal affluent, l’Arve (fig. n° 1). L’altitude varie entre 300 mètres au bord du lac et 450 mètres au sommet du coteau de Bernex, point le plus élevé du canton. L’ensemble est entouré d’une enceinte de moyennes montagnes situées en France voisine, soit le Jura, le Vuache, le Mont de Sion, le Salève et les Voirons.

    Figure 1

    Figure 1

    Le canton de Genève et ses environs, carte dressée en 1817. Archives d’Etat de Genève (AEG, PE 20)

    4La campagne genevoise, déjà entièrement colonisée à l’époque romaine, a été très tôt dévolue à la polyculture. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, champs, prés, vignes, vergers et jardins potagers se côtoient au sein d’une même exploitation (fig. n° 2). Le bocage est attesté au XVe siècle et a dominé jusqu’aux remembrements parcellaires du XXe siècle, malgré la présence de quelques zones d’openfield.

    Figure 2

    Figure 2

    Paysage caractéristique de la campagne genevoise, où la vigne côtoie des prés, des vergers et des champs. A l’arrière-plan, le village de Collex-Bossy

    Phot. I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 2000

    5La beauté de ce paysage a souvent été relevée par les voyageurs, dont Voltaire qui s’exprimait ainsi : « J’aime fort ce petit coin du monde : c’est comme un paradis terrestre, un jardin entouré de montagnes ».

    6On ne peut comprendre l’histoire de la campagne genevoise sans connaître celle de la ville qui lui a donné son nom. Position stratégique dès l’époque préhistorique, passage obligé pour traverser le Rhône, elle est intégrée dans l’Empire romain en 121 av. J-C et son pont est attesté en 52 av. J-C. Au IVe siècle, la ville de Genève devient le siège d’un évêché et en 443, elle est élevée provisoirement au rang de capitale du premier royaume de Bourgogne. A la fin du Moyen Age, c’est une cité prospère et florissante, grâce notamment à la renommée internationale de ses foires. En 1536, après la fuite de l’évêque et l’adoption de la Réforme, Genève devient une ville-Etat, statut qu’elle conserve jusqu’en 1798. Sous l’égide de Calvin, elle se pose en citadelle du protestantisme et accueille de nombreux réfugiés venant de France et d’Italie. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, elle est la ville la plus peuplée de Suisse. A la fin du XVIIIe siècle, sa population s’élève à 29 000 âmes, tandis que la campagne environnante compte 98 habitants au km2, soit deux fois plus que son voisin vaudois.

    • 3 Ce sujet a fait l’objet d’une thèse en histoire richement documentée, soutenue à l’Université Lumiè (...)

    7L’histoire géopolitique de l’actuel canton de Genève est particulièrement complexe et ne sera que brièvement évoquée. Au Moyen Age, divers seigneurs mènent des luttes incessantes pour s’assurer un accès au lac, une mainmise sur la ville et un passage sur le Rhône3. En 1355 par exemple, la campagne est morcelée entre les possessions de l’évêque de Genève et du Chapitre de la cathédrale, des sires de Thoire et Villars, de la seigneurie de Faucigny, du comté de Genève et de la maison de Savoie (fig. n° 3). Les châteaux et les ouvrages fortifiés sont particulièrement nombreux à cette époque et les conflits fréquents (fig. n° 4). Au XVe siècle, la maison de Savoie finit par dominer les territoires avoisinant la ville, mais échoue dans sa tentative d’en faire la capitale de ses Etats. En 1536, avec l’adoption de la Réforme et l’avènement de la République, la plupart des anciennes terres ecclésiastiques sont réquisitionnées par cette dernière, afin de constituer la campagne sujette de la ville. Ce territoire régi par des droits multiples présente cependant le grand désavantage d’être morcelé et entièrement enclavé en terres étrangères. De plus, les Bernois, qui ont envahi à la même date le pays de Gex et une partie de la Savoie (bailliage de Gaillard), réclament leur part du butin et bien des localités restent sous la domination simultanée de deux seigneurs.

    Figure 3

    Figure 3

    Etat géopolitique du diocèse de Genève en 1355, carte établie par le Service cantonal d’archéologie de Genève et publiée dans Matthieu de La Corbière, L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Annecy, 2002, p. 167

    Figure 4

    Figure 4

    Les principaux châteaux du diocèse de Genève, carte établie par le Service cantonal d’archéologie de Genève et publiée dans Matthieu de La Corbière, L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Annecy, 2002, p. 179

    8En 1563, les Bernois se retirent et la Savoie récupère le bailliage de Gaillard, ainsi que le pays de Gex qui est cédé à la France en 1601. A partir de cette époque, la ville de Genève est entourée par ces deux puissances européennes de confession catholique, de même que sa campagne, à laquelle elle n’est territorialement pas reliée. Cela oblige la République à mener un savant jeu diplomatique avec ses deux voisins, afin d’éviter un blocus. De plus, dans la plupart des villages, les droits demeurent enchevêtrés, comme au Moyen Age, ce qui engendre son lot de litiges et complique singulièrement la vie économique et sociale (fig. n° 5).

    Figure 5

    Figure 5

    Plan cadastral de Céligny, datant de 1745, avec deux gibets presque juxtaposés, emblèmes de l’enchevêtrement des fiefs et des souverainetés à Genève (AEG, cadastre B 53)

    9Au milieu du XVIIIe siècle, deux traités vont mettre fin à cet état conflictuel. En 1749, le premier traité de Paris règle le problème des limites entre la France et Genève, tandis qu’en 1754, le premier traité de Turin fixe la frontière entre cette dernière et la Savoie, devenue le royaume de Piémont-Sardaigne en 1718 (fig. n° 6). Si ces deux traités clarifient la situation de nombreux villages, qui dépendent désormais d’un seul maître et d’une seule confession, ils ne règlent cependant pas la question de l’enclavement de la ville et de sa campagne.

    Figure 6

    Figure 6

    Carte des environs de Genève, dressée en 1776 par Henri Mallet, avec en jaune les possessions genevoises et en rouge les territoires français et savoyards (AEG, PP 177)

    • 4 Ces deux traités sont en réalité conclus avec la Confédération helvétique, qui abandonne à la Franc (...)

    10De 1798 à 1813, l’ensemble du territoire genevois est annexé par la France, qui occupe la Savoie depuis 1792, et rattaché au département du Léman dont la ville de Genève devient le chef-lieu. En décembre 1813, après la fin de la période française, cette dernière demande et obtient son rattachement à la Confédération helvétique, ce qu’elle avait déjà précédemment tenté. Pour cela, elle doit étendre sa superficie et désenclaver sa campagne. L’une des alternatives consiste à englober la plus grande partie du bassin genevois, afin de tenir compte des frontières naturelles. Ce projet aurait pu être accepté. Cependant, redoutant que la population ne devienne majoritairement catholique, les patriciens genevois font pression pour n’intégrer qu’un minimum de villages français et savoyards, ce qui explique les dimensions restreintes du nouveau canton. En deux traités séparés, l’un conclu à Paris en 1815 et l’autre à Turin en 1816, Genève établit les limites actuelles de son Etat et la ville n’est désormais plus coupée de sa campagne4. Parmi les 45 communes que compte de nos jours ce canton, six ont été cédées par la France, dont la ville de Versoix, et 24 par le royaume de Piémont-Sardaigne, dont la ville neuve de Carouge.

    Meyrin, un village-rue qui devient un village-carrefour, organisé autour d’un nouvel axe routier

    • 5 En ce qui concerne l’histoire de Meyrin, voir Dumont, Eugène-Louis. Histoire de Meyrin. Meyrin : Co (...)

    11Le village de Meyrin, situé à 7,5 km environ au nord-ouest de Genève, est attesté en 11535. Au Moyen Age, il appartient à la seigneurie de Gex et son église dépend du prieuré genevois de Saint-Jean. De 1536 à 1567, il passe sous domination bernoise, avant de redevenir savoyard, puis français, en 1601. Cependant, la République de Genève, qui a hérité des biens de l’ancien prieuré de Saint-Jean, y conserve quelques droits. Cette situation complexe cesse en 1749 avec le premier traité de Paris. L’ensemble du territoire de Meyrin est alors rattaché à la France, jusqu’au second traité de 1815, où il devient genevois.

    12Au milieu du XVIIIe siècle, le village de Meyrin s’étire le long d’un axe orienté du nord-est au sud-ouest, parallèle aux courbes de niveau du terrain (fig. n° 7). Il est établi en bordure d’une voie qui se dirige au sud vers Genève et au nord-est vers le hameau de Mategnin, siège d’une ancienne seigneurie. La localité comprend une église d’origine médiévale et deux anciennes maisons fortes.

    Figure 7

    Figure 7

    Meyrin, ancienne rue principale du village (actuelle rue Virginio-Malnati), avec à droite, l’église d’origine médiévale rebâtie en 1839-1840 et à gauche, l’une des anciennes maisons fortes du lieu

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    13En 1749, la pleine possession du territoire de Meyrin va permettre à la France de réaliser son projet de nouvelle route reliant Lyon à Genève, en gestation depuis une dizaine d’années. L’ancienne voie, aménagée sur la rive gauche du Rhône, traversait des terres genevoises et savoyardes, où les marchandises étaient soumises à des péages. Le nouveau tracé préconisé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées est situé sur la rive droite du Rhône, soit bien plus au nord que le précédent et entièrement en France. Trois routes rectilignes sont réalisées de 1753 à 1760 : la première du Fort de l’Ecluse à Farges, la deuxième de Farges à Saint-Genis et la troisième de Saint-Genis au carrefour du Bouchet, soit à la frontière genevoise. La France espérait que ce dernier tronçon serait prolongé jusqu’à la porte de Cornavin, à l’entrée de la ville, mais les Genevois refusèrent, car il aurait fallu empiéter sur plusieurs domaines patriciens.

    14Cette voie de transit international va profondément modifier la morphologie de Meyrin. Son ancienne structure linéaire est traversée perpendiculairement par la nouvelle route, à proximité immédiate de l’église (fig. n° 8). Des bâtiments sont assez rapidement édifiés le long de cette artère, transformant cette agglomération en un village organisé autour d’un carrefour, l’axe principal étant désormais orienté du nord-ouest au sud-est (fig. n° 9).

    Figure 8

    Figure 8

    Meyrin, plan cadastral de 1806, avec l’ancienne rue principale du village traversée perpendiculairement par le nouvel axe routier inauguré en 1760 (AEG, cadastre E 3)

    Figure 9

    Figure 9

    Meyrin, le nouvel axe routier inauguré en 1760 (actuelle route de Meyrin), établi perpendiculairement à l’ancienne rue principale du village. Sur la droite, on remarque le pignon d’une maison bâtie en pisé

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    15Quelques années plus tard, un second projet routier va confirmer l’importance de Meyrin. En 1767, Voltaire convainc Choiseul, ministre de Louis XV, de créer une ville neuve à Versoix, dans le dessein de concurrencer et d’affaiblir Genève. Il est cependant indispensable d’établir une route afin de relier la future ville au nouvel axe Lyon-Genève, tout en évitant le territoire genevois. En 1767, soit en une année, on construit cette « route de contournement » dont le point de départ est le carrefour de Meyrin. Au sortir de ce village, elle gagne en ligne droite l’agglomération de Ferney, où réside Voltaire. Elle poursuit son tracé rectiligne jusqu’à la pointe nord de l’enclave genevoise de Genthod, qu’elle évite avant de rejoindre, par une ligne brisée, l’ancien bourg de Versoix et la route du lac (fig. n° 10).

    Figure 10

    Figure 10

    Plan du territoire de Genthod par Mayer fils (détail), datant de 1786, avec la route créée à l’initiative de Voltaire en 1767, afin de desservir la ville neuve de Versoix et de contourner le territoire genevois (AEG, PE 17)

    16Deux localités sont évitées par cette nouvelle route : le hameau de Mategnin et le village de Collex-Bossy. A proximité de ce dernier, des maisons sont établies le long de cette voie, donnant naissance au hameau de Crest d’El (fig. n° 11).

    Figure 11

    Figure 11

    Le hameau de Crest-d’El, sur la commune de Collex-Bossy, établi le long de la route créée en 1767 afin de relier Meyrin à Versoix

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    17Ainsi, le contrôle politique d’une région détermine le tracé des axes de communication et influence le développement et la morphologie des localités.

    Malagny, un hameau pratiquement détruit pour faire place à un grand domaine

    18Le hameau de Malagny est né à l’intersection de trois chemins, en marge des terres épiscopales de la châtellenie de Genthod. Au Moyen Age, il dépend de quatre seigneurs différents, dont le monastère cistercien de Bellerive, situé de l’autre côté du lac Léman. Après 1536, le hameau de Malagny demeure une terre contestée entre les Genevois et les divers souverains du pays de Gex, soit la République de Berne jusqu’en 1567, la Savoie jusqu’en 1601, puis la France jusqu’en 1815. Les limites territoriales restent ponctuellement imprécises et font l’objet de nombreuses discussions. La situation n’est réglée qu’en 1749, lors du traité de Paris, le territoire de Malagny étant alors rattaché à l’enclave genevoise de Genthod. A cette date, la localité compte une quinzaine de bâtiments dont une « maison haute » appartenant à l’héritier de la seigneurie du lieu (fig. n° 12).

    Figure 12

    Figure 12

    Le hameau de Malagny en 1749. Plan de la circonférence du territoire de Genthod et Malagny (AEG, PP 139)

    • 6 Rapport adressé en 1717 par le pasteur Sénebier de Genthod à la Vénérable Compagnie des Pasteurs, c (...)

    19Le fait que Malagny soit demeuré, pendant plus de deux siècles, un territoire aux fiefs enchevêtrés et aux frontières incertaines a compliqué la vie de ses habitants qui étaient sans cesse l’objet de vexations, sans compter les problèmes confessionnels. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, quelques-uns désertèrent les lieux, tandis que d’autres surent tirer profit de cette situation. En plus de la contrebande à laquelle se livraient certains, citons l’anecdote cocasse de cette femme dont la maison était à moitié en France et à moitié sur le territoire genevois. Elle tenait chez elle une prostituée, ce qui était formellement interdit, mais quand le pasteur de Genthod se rendait à Malagny pour arrêter celle-ci, elle la cachait dans la partie française du bâtiment, inaccessible au pasteur sans autorisation de la part des autorités rivales. Quand le curé de Versoix venait à Malagny avec la même intention, elle la cachait alors dans la partie genevoise. A la fin, le curé et le pasteur se mirent d’accord et y allèrent ensemble, mais cette démarche était si inhabituelle qu’elle s’ébruita et la belle eut le temps de s’enfuir6 !

    • 7 En traduction : « Vous trouvez votre satisfaction, Saladin, à rendre des services essentiels, mais (...)

    20Dans le deuxième quart du XVIIIe siècle, un patricien genevois dénommé Jean-Louis Saladin (1701-1784) acquit, avec l’aide de ses deux frères, des terres et des maisons à Malagny, profitant de l’abandon progressif de cette localité. En 1750, il possédait la quasi-totalité du hameau, seuls deux propriétaires, dont le seigneur du lieu, ayant refusé de vendre leurs biens. La carrière de Jean-Louis Saladin mérite d’être brièvement retracée. Théologien de formation, il se dirigea par la suite vers la diplomatie. A l’âge de 30 ans, il fut nommé ambassadeur du roi d’Angleterre Georges II à Paris, où il demeura une vingtaine d’années. Il rendit divers services au roi Louis XV qui lui offrit son portrait en pied accompagné de vers latins tout à fait élogieux7. Ami de Rousseau et de Montesquieu, dont il relut le manuscrit de L’Esprit des Lois, il quitta la France en 1750, soit une année après avoir été l’un des négociateurs du premier Traité de Paris. Il n’est donc pas surprenant que le sort de Malagny ait été réglé à cette occasion et tranché de manière favorable aux intérêts de l’un des protagonistes.

    Figure 13

    Figure 13

    Malagny, plan cadastral de 1784, dressé après la destruction de la quasi-totalité du hameau pour faire place à un grand domaine. Les anciennes maisons figurent à l’arrière-plan (AEG, cadastre B 76)

    • 8 Pour l’étude historique et architecturale de ce domaine, voir Amsler, Christine. Maisons de campagn (...)

    21Après son retour à Genève en 1750, Jean-Louis Saladin devint l’un des principaux notables de la ville. A l’exemple de ses congénères, il se devait de posséder une maison de maître à la campagne, afin d’y résider à la belle saison et d’y recevoir des hôtes de qualité. Dans ce but, il fit raser la douzaine de maisons qu’il avait acquises à Malagny au cours des années précédentes et édifia, en 1753-1756, une maison de maître accompagnée de dépendances agricoles et d’un jardin à la française8. Pour faire place à cet ensemble, il modifia le tracé de l’ancien chemin reliant Versoix à Malagny, qui entravait son projet (fig. n° 13). Seul un puits commun fut maintenu, les derniers habitants du lieu ayant refusé de renoncer à leurs droits sur celui-ci.

    22Un plan cadastral d’une grande qualité, exécuté en 1784, nous montre les deux états du hameau de Malagny : en arrière-plan, on distingue les anciennes parcelles très étroites et les maisons qui en formaient le noyau, ainsi que l’intersection des trois chemins (voir fig. n° 13) (fig. n° 14). Au premier plan figure le domaine créé par Jean-Louis Saladin, avec la maison de maître, les dépendances agricoles bordant la cour et le jardin à la française.

    Figure 14

    Figure 14

    Malagny, plan cadastral de 1784 (détail), avec à l’arrière-plan l’ancien tracé du chemin conduisant à Versoix (AEG, cadastre B 76)

    23Sur le cadastre napoléonien, datant de 1812, on ne perçoit plus aucune trace de l’ancien chemin ni du hameau et seuls les bâtiments édifiés par Jean-Louis Saladin sont représentés, ainsi que les trois maisons qu’il n’avait pu acheter (fig. n° 15).

    Figure 15

    Figure 15

    Malagny, plan cadastral de 1812, avec le domaine créé en 1753-1756 par Jean-Louis Saladin (AEG, cadastre E 3)

    24Cet exemple illustre comment un contexte politique difficile peut entraîner le déclin d’une localité, alors qu’un nouveau développement est possible, une fois le conflit réglé. Cependant, par la volonté d’un particulier, la structure du lieu a été profondément remaniée.

    Genthod, un village agricole et relativement modeste qui s’embourgeoise

    25Le territoire de Genthod, situé au bord du lac Léman à environ 8,5 km de Genève, est une ancienne possession de l’évêque, attestée comme telle en 1328 et administrée par un châtelain. En 1536, il est attribué entièrement à la République de Genève, sans contestation de la part de ses voisins. En revanche, il demeure enclavé en terres étrangères jusqu’en 1798 (fig. n° 16).

    Figure 16

    Figure 16

    Plan du territoire de Genthod par Mayer fils, datant de 1786, avec au bord du lac le domaine du Creux-de-Genthod (AEG, PE 17)

    26Le lieu est propice à la culture de la vigne et bénéficie d’un point de vue privilégié sur les Alpes et le Mont-Blanc, ce qui explique le nombre assez élevé de domaines patriciens créés dans ce lieu aux XVIIe-XVIIIe siècles (fig. n° 17).

    Figure 17

    Figure 17

    Genthod, vue sur le lac et les Alpes. Photo I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 1999

    • 9 Pour l’étude de ce domaine, voir Amsler, Christine. Maisons de campagne du XVIIIe siècle. Tome I. G (...)

    27Dans les années 1700-1730, cinq maisons de maître avec dépendances agricoles sont édifiées à Genthod, sans compter le domaine de Malagny qui est un peu plus tardif. L’ensemble le plus connu est celui du Creux-de-Genthod, implanté au bord du lac en 1723-1730 et dont les plans, dus à l’architecte Jacques François Blondel, sont publiés à Paris dans l’ouvrage de Jean Mariette9.

    28Cette emprise du patriciat en milieu rural va modifier la structure et les abords du village de Genthod. Vers 1700, il s’agit d’une localité assez modeste, comprenant une vingtaine de maisons paysannes de petites dimensions et pour la plupart contiguës (fig. n° 18). Elles sont disposées le long d’une rue parallèle aux courbes de niveau, essentiellement du côté nord-ouest de celle-ci, le vis-à-vis étant pratiquement dépourvu de constructions. L’église d’origine médiévale et la demeure de l’ancien châtelain sont établies à l’extrémité nord-est de la localité.

    Figure 18

    Figure 18

    Genthod, plan cadastral de 1720 avec, sur la droite, le temple et l’ancien château des seigneurs du lieu (AEG, cadastre B 19

    Figure 19

    Figure 19

    Genthod, plan cadastral de 1784, rue principale du village, avec trois domaines patriciens établis dans la première moitié du XVIIIe siècle (AEG, cadastre B 76)

    29Dans le premier tiers du XVIIIe siècle, trois maisons de maître avec dépendances agricoles viennent s’implanter au cœur même du village, mais en retrait par rapport à la rue. Deux d’entre elles viennent coloniser l’espace demeuré non bâti du côté sud-est de l’artère principale (fig. n° 19). Ces trois domaines sont entourés de hauts murs qui modifient complètement l’aspect du village. Ces murs cloisonnent et délimitent l’espace, tout en masquant les propriétés de maître (fig. n° 20). Des portails monumentaux en ferronnerie offrent cependant quelques percées visuelles. En outre, la volumétrie assez imposante des demeures patriciennes et de leurs dépendances crée un contraste avec les anciennes maisons du village, de taille modeste, construites en contiguïté et donnant directement sur la rue (fig. n° 21). De même, au parcellaire très étroit des exploitations paysannes font écho les grandes parcelles et les allées d’arbres des domaines bourgeois.

    Figure 20

    Figure 20

    Genthod, rue du Village bordée par les murs des anciens domaines patriciens

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    Figure 21

    Figure 21

    Genthod, rue du Village, avec à droite les anciennes maisons paysannes donnant directement sur la rue et à gauche, le mur de l’un des domaines patriciens

    Photo I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 1999

    30En 1785, le propriétaire de l’un de ces ensembles, Horace Bénédict de la Rive-Tronchin, est incommodé par la présence des fumiers qui jouxtent et encombrent la rue principale. Il décide alors de créer un nouveau chemin au nord-ouest du village, dans le prolongement d’une ancienne impasse (fig. n° 22). En bordure de cette voie, il subdivise un jardin qui lui appartient en quatorze lots qu’il distribue aux paysans du village, avec l’obligation d’y déplacer leurs fumiers. La surface de chaque lot est savamment calculée en fonction des besoins de chacun et de l’espace dont il disposait précédemment (fig. n° 23). Les habitants s’exécutent, malgré la distance à parcourir, et les fumiers sont désormais entassés le long de ce nouveau chemin, qui prend tout naturellement le nom de « rue des Fumiers ».

    Figure 22

    Figure 22

    Genthod, plan cadastral de 1784, sur lequel on a ajouté le nouveau chemin créé en 1785 (AEG, cadastre B 76)

    Figure 23

    Figure 23

    Genthod, plan cadastral de 1784 (détail), ancienne parcelle subdivisée en quatorze lots afin d’y déplacer les fumiers qui encombraient la rue principale du village (AEG, cadastre B 76)

    31Cette création va permettre au village de se développer de ce côté et quelques édifices publics y sont établis au cours du XIXe siècle, dont une école, un pressoir communal et une citerne. De nos jours, cet ancien chemin porte le nom plus poétique de « rue du Pressoir » et les voitures ont remplacé les fumiers.

    32A Genthod, l’emprise du patriciat urbain a eu une double influence sur ce territoire rural : tant sa structure que son aspect ont été modifiés.

    Chêne, un ancien village scindé en deux entités politiques et confessionnelles et élevé au rang de bourg

    • 10 Les indications historiques concernant Chêne-Bougeries sont tirées de : Brunier, Isabelle, Frei, An (...)

    33L’ancien village de Chêne se situe à environ 5,5 km à l’est de Genève, le long de l’ancienne route romaine se dirigeant vers la vallée de l’Arve. Au Moyen Age, il dépend du prieuré de Saint-Victor et du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre, un chêne marquant la limite entre les deux seigneuries10. Une maladrerie est mentionnée sur ce lieu en 1262 et en 1401, un péage est établi à Chêne, lié à un pont permettant de franchir la Seymaz. Après la Réforme, les biens ecclésiastiques sont mis en fief et partagés entre les Genevois et les Bernois. La partie nord du village, soit rive droite de la Seymaz et les parcelles au-delà du pont sont attribuées à Berne, tandis que la partie sud de la localité et les terres jusqu’à l’Arve sont décrétées genevoises. La situation est particulièrement complexe, puisque les Genevois ont le droit d’avoir des propriétés dans les possessions bernoises et inversement. Par contre, la confession réformée est imposée à tous les habitants.

    Figure 24

    Figure 24

    Le village de Chêne en 1733, carte de la commune de Thônex englobant Chêne, sur laquelle ne figurent que les bâtiments relevant du royaume de Savoie-Sardaigne (AEG, cadastre D 43)

    34En 1567, Berne rétrocède à la Savoie l’ancien bailliage de Gaillard (fig. n° 24). Après l’action de la Contre-Réforme, la partie savoyarde du village de Chêne redevient catholique. En 1611, les protestants genevois aménagent un lieu de culte dans une ancienne grange sise rive gauche de la Seymaz, soit en zone savoyarde, qu’ils remplacent par un temple neuf en 1650. Les catholiques, pour leur part, doivent se déplacer jusqu’au village de Thônex, où se trouve une église d’origine médiévale.

    35En 1754, lors du traité de Turin, on choisit le cours de la Seymaz pour fixer la frontière entre Genève et le royaume de Piémont-Sardaigne (fig. n° 25). La rivière scinde l’ancien village en deux entités politiques et religieuses, qui prennent chacune un nom différent. Rive gauche, la localité savoyarde est élevée au rang de bourg, avec un droit de marché. Elle prend le nom de Chêne-Bourg et se développe rapidement, notamment grâce à sa position frontalière. En 1801, on estime que sa population a doublé depuis le milieu du XVIIIe siècle. Les nouvelles constructions, qui s’implantent principalement le long de la route de Bonneville, sont pour la plupart des habitations, des auberges et des commerces (fig. n° 26). Seules quelques anciennes maisons paysannes subsistent à l’intérieur du bourg. Le temple protestant est supprimé par les Genevois et l’on édifie, à son emplacement, une chapelle catholique inaugurée en 1765 et démolie en 1914. Une douane est établie juste à côté du pont, en bordure de l’actuelle rue du Péage. En 1816, le territoire de Chêne-Bourg est rattaché à Genève et forme une grande commune avec Thônex, dont il est séparé en 1869.

    Figure 25

    Figure 25

    Carte des environs de Genève dressée en 1776 par Henri Mallet (détail), avec l’ancien village de Chêne partagé par le cours de la Seymaz en deux entités politiques : celle teintée en jaune dépendant de Genève et celle en rouge relevant du royaume de Savoie-Sardaigne (AEG, PP 177)

    Figure 26

    Figure 26

    Chêne-Bourg, plan cadastral de 1812 (AEG, cadastre E 2)

    • 11 Histoire de Thônex. Genève : Slatkine, 1989, p. 93.

    36De l’autre côté de la Seymaz, soit sur la rive droite, la localité genevoise prend le nom de Chêne-Bougeries. La proximité immédiate avec la ville de Genève avait déjà favorisé la création de domaines patriciens à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Le traité de 1754 accélère ce processus et fait de Chêne-Bougeries un lieu de villégiature particulièrement apprécié par les bourgeois de la ville. Le village lui-même s’agrandit, à l’instar de son voisin savoyard, et un nouveau temple est construit en 1756-1758, à l’extrémité nord-ouest de l’agglomération, soit côté Genève (fig. n° 27). Les plans de cet édifice sont dus à Jean-Louis Calandrini, mathématicien et membre du patriciat genevois. On notera le fait que la seigneurie de Genève avait refusé, lors du traité de Turin, d’abandonner l’ancien temple aux catholiques, jugeant que la population « verrait avec trop de peine, aussi près de nous, un de nos temples converti à l’usage de la religion romaine »11.

    Figure 27

    Figure 27

    Temple protestant de Chêne-Bougeries, élevé en 1756-1758

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    37Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les deux localités connaissent un essor important et la plupart des bâtiments sont rebâtis ou surélevés. En 1864, le tramway parvient jusqu’à Chêne-Bougeries et une nouvelle route est percée en 1881, afin de faciliter son passage. De nos jours, la rue principale de cet ancien village présente incontestablement un caractère urbain, que l’on retrouve à Chêne-Bourg (fig. n° 28). Cependant, si l’on s’aventure dans les ruelles transversales, on découvre des bâtiments de taille plus modeste et l’on reconnaît, ici et là, quelques anciennes portes d’écurie ou de grange (fig. n° 29).

    Figure 28

    Figure 28

    Chêne-Bougeries, rue de Chêne-Bougeries, dont la plupart des bâtiments ont été rebâtis ou surélevés au XIXe siècle, ce qui donne un aspect urbain à cet ancien village

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    Figure 29

    Figure 29

    Chêne-Bougeries, impasse perpendiculaire à la rue du Vieux-Chêne, anciennes maisons paysannes actuellement transformées en habitation

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    38A Chêne, les aléas de l’histoire ont scindé un village en deux entités politiques et confessionnelles bien distinctes, ce qui a engendré un développement différencié, l’un tourné essentiellement vers le commerce, l’autre vers la villégiature. Dans la seconde moitié du XIXe siècle cependant, l’urbanisation croissante a redonné un aspect homogène à cet ensemble.

    Plan-les-Ouates, un village-rue formé de deux éléments composites

    Figure 30

    Figure 30

    Plan-les-Ouates, plan cadastral de 1806-1812, avec des bâtiments implantés uniquement du côté nord-ouest de la rue (AEG, cadastre E 2)

    39Le village de Plan-les-Ouates s’est implanté le long de l’ancienne route romaine reliant Genève à Grenoble. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, il fait partie de la grande commune de Compesières, siège d’une ancienne commanderie de l’Ordre de Malte dont les bâtiments sont en partie conservés. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, la localité, qui porte le nom de hameau de Vers, ne comprend que quelques maisons paysannes situées à proximité d’un château qui relevait, au Moyen Age, du Chapitre de la cathédrale Saint-Pierre. En 1754, la commune de Compesières est intégrée au royaume de Piémont-Sardaigne. A partir de 1770, celui-ci crée, à proximité, la ville neuve de Carouge afin de concurrencer Genève. Cette ville connaît un certain succès et le hameau de Vers, établi sur l’un de ses axes routiers, va se densifier progressivement. En 1815, ce hameau, qui a pris le nom de Plan-les-Ouates, compte une vingtaine de maisons implantées uniquement du côté nord-ouest de la rue (fig. n° 30). Au sud-est, s’étendent les terrains communaux des habitants de Compesières.

    40En 1816, le territoire de Compesières est rattaché au canton de Genève. En 1835, les autorités politiques décident de vendre et de lotir une partie des anciens biens communaux. La grande parcelle qui occupe le côté sud-est de l’agglomération est subdivisée et vendue à des particuliers, avec l’obligation de bâtir en bordure de route et selon un alignement défini. En quelques années, le front sud de la localité est ainsi édifié, avec des bâtiments d’un gabarit similaire et d’aspect régulier (fig. n° 31). Il s’agit essentiellement de commerces, d’auberges et d’habitations, malgré la présence de quelques granges. En 1852-1853, une mairie-école est construite en retrait de cet alignement et, treize ans plus tard, une fontaine publique est aménagée au centre de l’agglomération (fig. n° 32).

    Figure 31

    Figure 31

    Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien, front sud-est de la rue, loti à partir de 1835

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    Figure 32

    Figure 32

    Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien. A gauche de l’image, bâtiments édifiés à partir de 1835 et fontaine couverte datant de 1866

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    41De nos jours, le contraste est frappant entre les deux fronts de rue de ce village. Au nord-ouest, les maisons sont de dimensions modestes et de forme irrégulière. Elles datent essentiellement des XVIIe-XVIIIe siècles et abritent, pour la plupart, un logement et une dépendance agricole, actuellement transformée en habitation (fig. n° 33). Elles sont séparées de la rue par des espaces privés où étaient disposés les fumiers. La formation de cet ensemble s’est faite de manière plus ou moins spontanée, sans réglementation précise. Au sud-est par contre, les bâtiments ont été construits en quelques années, dans un contexte économique et politique différent, selon un alignement défini et en bordure immédiate de la route. L’aspect est homogène et la typologie plus urbaine que rurale (fig. n° 34).

    Figure 33

    Figure 33

    Plan-les-Ouates, côté nord-ouest de la route de Saint-Julien, anciennes maisons paysannes contiguës, transformées en habitation

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    Figure 34

    Figure 34

    Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien, contraste entre les deux côtés de la rue, colonisés à deux époques différentes

    Photo I. Roland, 2004 © I. Roland

    Conclusion

    42Le canton de Genève constitue probablement un exemple unique, un véritable cas d’école, où l’histoire a profondément marqué le territoire par le jeu des rivalités entre diverses puissances. L’enchevêtrement des fiefs, le déplacement des frontières, la cohabitation ou l’alternance de plusieurs souverains et de deux confessions ont eu une influence notoire sur le paysage rural et sur le bâti, sans compter l’emprise des grands domaines créés par les bourgeois de la ville.

    43Les exemples choisis, sans épuiser le sujet, ont chacun éclairé une facette de ce que l’on peut se permettre de considérer comme de l’aménagement du territoire avant la lettre. Ils ont également démontré qu’il était impossible de dissocier l’architecture rurale de son environnement et de son histoire.

    Haut de page

    Notes

    1 Voir les sites : http://www.geneve.ch/dael/ et http://www.bauernhausforschung.ch.

    2 Ce survol historique s’appuie sur les ouvrages suivants : Guichonnet, Paul (dir.). Histoire de Genève. 3ème édition. Toulouse : Privat et Lausanne : Payot, 1986 ; Dufour, Alfred. Histoire de Genève. Paris : PUF, 1997. Pour l’histoire de la paysannerie genevoise, voir Zumkeller, Dominique. Le Paysan et la terre, Agriculture et structure agraire à Genève au XVIIIe siècle. Genève : Passé Présent, 1992.

    3 Ce sujet a fait l’objet d’une thèse en histoire richement documentée, soutenue à l’Université Lumière-Lyon II en 2000 : voir de la Corbière, Matthieu. L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Etude des principautés et de l’habitat fortifié (XIIe-XIVe siècle). Annecy : Académie salésienne, 2002. Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, p. 107-108.

    4 Ces deux traités sont en réalité conclus avec la Confédération helvétique, qui abandonne à la France des droits sur Mulhouse et qui cède au roi de Sardaigne la commune de Saint-Julien.

    5 En ce qui concerne l’histoire de Meyrin, voir Dumont, Eugène-Louis. Histoire de Meyrin. Meyrin : Commune de Meyrin, 1991.

    6 Rapport adressé en 1717 par le pasteur Sénebier de Genthod à la Vénérable Compagnie des Pasteurs, cité par Fatio, Guillaume. Histoire de Genthod et de son territoire. 2ème édition. Genthod : Mairie de Genthod, 1988, p. 64-65.

    7 En traduction : « Vous trouvez votre satisfaction, Saladin, à rendre des services essentiels, mais vous dédaignez la récompense et vous avez la générosité de mépriser les richesses que votre habileté nous ramène ; recevez cependant ce portrait qui vous est cher ; la France ne saurait vous faire un don plus précieux. » voir FATIO, Guillaume. Histoire de Genthod et de son territoire. 2ème édition. Genthod : Mairie de Genthod, 1988, p. 94.

    8 Pour l’étude historique et architecturale de ce domaine, voir Amsler, Christine. Maisons de campagne du XVIIIe siècle. Tome II. Genève : Domus Antiqua Helvetica, 2001, p. 109-119.

    9 Pour l’étude de ce domaine, voir Amsler, Christine. Maisons de campagne du XVIIIe siècle. Tome I. Genève : Domus Antiqua Helvetica, 1999, p. 310-327.

    10 Les indications historiques concernant Chêne-Bougeries sont tirées de : Brunier, Isabelle, Frei, Anita et Zumkeller, Dominique. Chêne-Bougeries des origines à nos jours. Chêne-Bougeries : Commune de Chêne-Bougeries, 2003 et celles concernant Chêne-Bourg de l’ouvrage collectif intitulé : Histoire de Thônex. Genève : Slatkine, 1989.

    11 Histoire de Thônex. Genève : Slatkine, 1989, p. 93.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Le canton de Genève et ses environs, carte dressée en 1817. Archives d’Etat de Genève (AEG, PE 20)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 252k
    Titre Figure 2
    Légende Paysage caractéristique de la campagne genevoise, où la vigne côtoie des prés, des vergers et des champs. A l’arrière-plan, le village de Collex-Bossy
    Crédits Phot. I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 2000
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 284k
    Titre Figure 3
    Légende Etat géopolitique du diocèse de Genève en 1355, carte établie par le Service cantonal d’archéologie de Genève et publiée dans Matthieu de La Corbière, L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Annecy, 2002, p. 167
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 556k
    Titre Figure 4
    Légende Les principaux châteaux du diocèse de Genève, carte établie par le Service cantonal d’archéologie de Genève et publiée dans Matthieu de La Corbière, L’invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève, Annecy, 2002, p. 179
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 644k
    Titre Figure 5
    Légende Plan cadastral de Céligny, datant de 1745, avec deux gibets presque juxtaposés, emblèmes de l’enchevêtrement des fiefs et des souverainetés à Genève (AEG, cadastre B 53)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 148k
    Titre Figure 6
    Légende Carte des environs de Genève, dressée en 1776 par Henri Mallet, avec en jaune les possessions genevoises et en rouge les territoires français et savoyards (AEG, PP 177)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 100k
    Titre Figure 7
    Légende Meyrin, ancienne rue principale du village (actuelle rue Virginio-Malnati), avec à droite, l’église d’origine médiévale rebâtie en 1839-1840 et à gauche, l’une des anciennes maisons fortes du lieu
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 212k
    Titre Figure 8
    Légende Meyrin, plan cadastral de 1806, avec l’ancienne rue principale du village traversée perpendiculairement par le nouvel axe routier inauguré en 1760 (AEG, cadastre E 3)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 9
    Légende Meyrin, le nouvel axe routier inauguré en 1760 (actuelle route de Meyrin), établi perpendiculairement à l’ancienne rue principale du village. Sur la droite, on remarque le pignon d’une maison bâtie en pisé
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Titre Figure 10
    Légende Plan du territoire de Genthod par Mayer fils (détail), datant de 1786, avec la route créée à l’initiative de Voltaire en 1767, afin de desservir la ville neuve de Versoix et de contourner le territoire genevois (AEG, PE 17)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 540k
    Titre Figure 11
    Légende Le hameau de Crest-d’El, sur la commune de Collex-Bossy, établi le long de la route créée en 1767 afin de relier Meyrin à Versoix
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 12
    Légende Le hameau de Malagny en 1749. Plan de la circonférence du territoire de Genthod et Malagny (AEG, PP 139)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 284k
    Titre Figure 13
    Légende Malagny, plan cadastral de 1784, dressé après la destruction de la quasi-totalité du hameau pour faire place à un grand domaine. Les anciennes maisons figurent à l’arrière-plan (AEG, cadastre B 76)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 14
    Légende Malagny, plan cadastral de 1784 (détail), avec à l’arrière-plan l’ancien tracé du chemin conduisant à Versoix (AEG, cadastre B 76)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 180k
    Titre Figure 15
    Légende Malagny, plan cadastral de 1812, avec le domaine créé en 1753-1756 par Jean-Louis Saladin (AEG, cadastre E 3)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 16
    Légende Plan du territoire de Genthod par Mayer fils, datant de 1786, avec au bord du lac le domaine du Creux-de-Genthod (AEG, PE 17)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 340k
    Titre Figure 17
    Légende Genthod, vue sur le lac et les Alpes. Photo I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 1999
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 196k
    Titre Figure 18
    Légende Genthod, plan cadastral de 1720 avec, sur la droite, le temple et l’ancien château des seigneurs du lieu (AEG, cadastre B 19
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Titre Figure 19
    Légende Genthod, plan cadastral de 1784, rue principale du village, avec trois domaines patriciens établis dans la première moitié du XVIIIe siècle (AEG, cadastre B 76)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Titre Figure 20
    Légende Genthod, rue du Village bordée par les murs des anciens domaines patriciens
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 180k
    Titre Figure 21
    Légende Genthod, rue du Village, avec à droite les anciennes maisons paysannes donnant directement sur la rue et à gauche, le mur de l’un des domaines patriciens
    Crédits Photo I. Roland. DAEL, Etude de la maison rurale, 1999
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-21.jpg
    Fichier image/jpeg, 184k
    Titre Figure 22
    Légende Genthod, plan cadastral de 1784, sur lequel on a ajouté le nouveau chemin créé en 1785 (AEG, cadastre B 76)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-22.jpg
    Fichier image/jpeg, 212k
    Titre Figure 23
    Légende Genthod, plan cadastral de 1784 (détail), ancienne parcelle subdivisée en quatorze lots afin d’y déplacer les fumiers qui encombraient la rue principale du village (AEG, cadastre B 76)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-23.jpg
    Fichier image/jpeg, 520k
    Titre Figure 24
    Légende Le village de Chêne en 1733, carte de la commune de Thônex englobant Chêne, sur laquelle ne figurent que les bâtiments relevant du royaume de Savoie-Sardaigne (AEG, cadastre D 43)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-24.jpg
    Fichier image/jpeg, 224k
    Titre Figure 25
    Légende Carte des environs de Genève dressée en 1776 par Henri Mallet (détail), avec l’ancien village de Chêne partagé par le cours de la Seymaz en deux entités politiques : celle teintée en jaune dépendant de Genève et celle en rouge relevant du royaume de Savoie-Sardaigne (AEG, PP 177)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-25.jpg
    Fichier image/jpeg, 276k
    Titre Figure 26
    Légende Chêne-Bourg, plan cadastral de 1812 (AEG, cadastre E 2)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-26.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 27
    Légende Temple protestant de Chêne-Bougeries, élevé en 1756-1758
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-27.jpg
    Fichier image/jpeg, 212k
    Titre Figure 28
    Légende Chêne-Bougeries, rue de Chêne-Bougeries, dont la plupart des bâtiments ont été rebâtis ou surélevés au XIXe siècle, ce qui donne un aspect urbain à cet ancien village
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-28.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre Figure 29
    Légende Chêne-Bougeries, impasse perpendiculaire à la rue du Vieux-Chêne, anciennes maisons paysannes actuellement transformées en habitation
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-29.jpg
    Fichier image/jpeg, 204k
    Titre Figure 30
    Légende Plan-les-Ouates, plan cadastral de 1806-1812, avec des bâtiments implantés uniquement du côté nord-ouest de la rue (AEG, cadastre E 2)
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-30.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 31
    Légende Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien, front sud-est de la rue, loti à partir de 1835
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-31.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Titre Figure 32
    Légende Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien. A gauche de l’image, bâtiments édifiés à partir de 1835 et fontaine couverte datant de 1866
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-32.jpg
    Fichier image/jpeg, 44k
    Titre Figure 33
    Légende Plan-les-Ouates, côté nord-ouest de la route de Saint-Julien, anciennes maisons paysannes contiguës, transformées en habitation
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-33.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Titre Figure 34
    Légende Plan-les-Ouates, route de Saint-Julien, contraste entre les deux côtés de la rue, colonisés à deux époques différentes
    Crédits Photo I. Roland, 2004 © I. Roland
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2683/img-34.jpg
    Fichier image/jpeg, 167k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Isabelle Roland, « L’aménagement du territoire avant la lettre : quelques exemples genevois (XVIIIe-XIXe siècles) », In Situ [En ligne], 7 | 2006, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/2683 ; DOI : 10.4000/insitu.2683

    Haut de page

    Auteur

    Isabelle Roland

    Historienne de l’architecture. Etude de la maison rurale en Suisse. Genève, Département de l’aménagement, de l’équipement et du logement (DAEL), Direction du Patrimoine et des Sites. isabelleroland@bluewin.ch

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page