Navigation – Plan du site
Terre, pierre et bois : matériaux et territoires

L’utilisation de la pierre dans la construction rurale en Normandie aux époques médiévale et moderne

Laurent Dujardin

Résumés

L’utilisation de la pierre dans les bâtiments ruraux anciens de Normandie est mal documentée et varie fortement selon leur localisation dans la province. La méthode d’étude adoptée consiste à partir du matériau lui-même et de son origine, à observer les bâtiments ruraux anciens, et enfin à confronter les observations aux sources écrites (tabellionnages, terriers, sources narratives, comptes de construction…) et aux données de l’archéologie. Si un grand nombre de paramètres interviennent dans l’utilisation et dans la provenance des pierres, il est avéré que, lorsque la géologie le permet, on fit systématiquement appel aux ressources locales pour l’édification du blocage des murs. A côté des exploitations approvisionnant une ou quelques paroisses existaient des carrières produisant des pierres de meilleure qualité, des produits finis ou semi-finis. Enfin, la construction rurale fait appel pour des usages particuliers à des pierres plus lointaines qui sont diffusées à partir de grands centres de production en nombre limité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Centre de Recherches Archéologiques & Historiques Médiévales. UMR 6577 (Université/CNRS). Esplanade (...)
  • 2 Cependant, il y a des travaux publiés comme ceux de Brier, Max-André et Brunet, Pierre. L'architect (...)
  • 3 Dujardin, Laurent. Carrières de pierre en Normandie. Contribution à l’étude historique et archéolog (...)

11La place de la pierre dans la construction rurale traditionnelle normande est relativement mal connue2. Sans prétendre bouleverser les connaissances, mon travail de recherche concernant les carrières de pierre à bâtir dans l’ancienne province de Normandie3 m’amène à apporter quelques précisions. Le point de vue choisi est celui du matériau lui-même, en considérant avant tout les sites de production. La construction rurale normande est définie ici de manière simple comme ayant trait à tout ce qui est construit en dehors des villes. Une restriction s’impose cependant : tout ce qui concerne les constructions disposant de moyens financiers substantiels (grandes abbayes, châteaux) n'est pas abordé car on s’éloigne trop alors des pratiques généralement constatées dans le domaine rural et on se rapproche de celles observées dans les villes.

2L’utilisation de la pierre dans les bâtiments ruraux anciens est mal documentée. Elle varie beaucoup selon la situation géographique même s’il existe des points communs. De nombreux paramètres conditionnent l’exploitation des ressources lithiques. La place de la pierre dans la construction rurale reste une question encore mal connue, tant à l’époque moderne qu’à l’époque médiévale, aussi proposons-nous d’ouvrir ici quelques pistes de recherche qui permettront de faire progresser notre connaissance dans ce domaine.

3La méthode d’étude adoptée consiste à partir du matériau lui-même et de son origine, à observer les bâtiments ruraux anciens, et enfin à confronter les observations aux sources écrites et aux données de l’archéologie.

4Après avoir examiné les paramètres conditionnant l’étude, après avoir abordé le problème des sources, nous traiterons celui du lien entre la construction rurale et le sous-sol.

Les paramètres physiques

Les matériaux, la géologie

5De toute évidence, la Normandie possède un sous-sol extrêmement varié et il faut y voir un avantage dans ce domaine de recherche. On y trouve, à l’exception notable des basaltes, quasiment toutes les variétés de roches employées dans la construction. A l’est, les formations du Bassin parisien ont fourni surtout des craies, du grès et aussi du travertin. Les limons et les loess des plateaux rendent souvent inaccessible la pierre à bâtir de qualité qui ne peut être exploitée que dans les vallées ; des variations locales de faciès expliquent le succès de certains centres de production comme Caumont ou Vernon (Eure).

  • 4 Ces deux localités sont situées dans le département de la Manche.

6A l’ouest, les formations du massif armoricain dominent, avec des matériaux complètement différents et beaucoup plus contrastés : divers granites, des schistes, des poudingues, du grès armoricain ; on rencontre aussi des formations calcaires localisées comme la pierre de Sainteny (Myocène) ou le calcaire de Montmartin (Carbonifère)4.

7A la frontière entre ces deux grandes zones, on observe sur les cartes géologiques une belle bande bleue signalant la présence de calcaires jurassiques exploités sous diverses appellations dont la plus célèbre est la pierre de Caen.

La géographie

8La Normandie est bordée par une côte maritime de longueur importante et est traversée par un grand fleuve, la Seine. Son histoire générale a été profondément marquée par ces voies navigables et l’histoire de la pierre à bâtir en particulier n’échappe pas à la règle.

9Le relief conditionne la position des centres d’extraction et le transport.

10Les voies navigables conditionnent aussi le transport et la diffusion des pierres. Ces deux paramètres sont souvent liés puisque les fleuves et les rivières ont souvent créé les affleurements permettant d’accéder aux ressources lithiques exploitables.

Les sources de l'étude

Les sources écrites

  • 5 Un Censier normand du XIIIe siècle. Le livre des jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. Edition et (...)
  • 6 Angers, Denise. Le Terrier de la famille d'Orbec à Cideville (Haute-Normandie). XIVe-XVIe siècles. (...)

11Comme souvent dans le domaine de la pierre de construction, les sources écrites sont rares et laconiques. Les sources archivistiques sont encore plus dispersées et moins abondantes que celles concernant la pierre urbaine. Pour le Moyen Age, il s’agit surtout des tabellionnages et des terriers. Le livre des Jurés de Saint-Ouen de Rouen 5, du XIIIe siècle, ne fournit aucun renseignement sur la pierre ou sur les carrières alors qu’on y trouve de nombreux détails sur diverses activités rurales. On peut toutefois constater que les carrières sont très rares dans les plateaux limoneux et argileux de la zone concernée. De même, le terrier de la famille d’Orbec à Cideville6, qui couvre les XIVe-XVIIe siècles, ne fournit aucune information sur la pierre de construction. Là aussi, la zone concernée est très peu pourvue en carrières.

  • 7 Foisil, Madeleine. Le sire de Gouberville. Un gentilhomme normand au XVIe siècle. Paris : Flammario (...)

12Des sources narratives comme le Journal du sire de Gouberville7 sont précieuses et apportent d’intéressantes informations.

13Les sources sur les XVIIe et XVIIIe siècles sont nettement plus abondantes, en particulier celles qui concernent les châteaux et les presbytères dont les comptes de construction donnent une meilleure idée des lieux d’extraction en activité.

Les sources archéologiques

14- Les bâtiments
Un minimum de connaissances géologiques permet de lire les élévations. Pour l’époque médiévale, les constructions observables sont surtout les petites églises, les manoirs et quelques granges. Pour l’époque moderne, il s’agit des églises, des manoirs, des petits châteaux, des fermes, des petits bâtiments et aussi des puits. Les fouilles archéologiques permettent d’observer des parements souvent moins remaniés que dans le cas précédent.

15- Les carrières
La plupart des carrières à ciel ouvert ont disparu ou sont très mal datées ; on peut en revanche visiter encore un grand nombre de carrières souterraines : certaines peuvent être datées mais leur étude archéologique est souvent difficile et longue. Cependant, un bon nombre de ces exploitations souterraines ont été étudiées en milieu rural, tant pour le bas Moyen Age que pour la période moderne.

A toute époque du deuxième millénaire, la construction rurale donne une image du sous-sol proche

16Tout d’abord, parmi les pierres utilisées dans la construction, il est nécessaire de bien faire la distinction entre la pierre d’appareil et la pierre de blocage ou de moellonage. La première est taillée dans un matériau de qualité variable mais rarement médiocre ; on l’utilise pour les chaînes d’angle, pour les linteaux ou pour des appareils entiers. La deuxième nécessite un travail beaucoup moins spécialisé et fait souvent appel à des matériaux médiocres ou difficilement exploitables en pierre d’appareil.

17Pour la période médiévale, de manière schématique, on distingue trois sortes de constructions : le château ou la maison forte, l’église et la demeure paysanne.

18Un grand nombre de paramètres interviennent dans l’utilisation et dans la provenance des pierres. Quand la géologie le permet, tous font appel systématiquement aux ressources locales pour l’édification du blocage des murs.

La pierre de blocage

19Presque partout en Normandie, on peut accéder, par des carrières à ciel ouvert, à des roches souvent de médiocre qualité pouvant être exploitées généralement par des non-spécialistes, par les paysans pour eux-mêmes ou pour le seigneur. Leur transport peut être également effectué par des non-spécialistes et par le biais des corvées.

20Ont été exploités ainsi des affleurements de schiste, de granite altéré, de poudingue ou de cornéenne. Il en est de même avec les tufs (travertins) des résurgences ou des fonds de vallée en pays crayeux et aussi de la plaquette, facilement accessible en pays calcaire.

  • 8 Trennecourt, situé dans le Calvados, près de Mondeville, a été fouillé principalement par Claude Lo (...)

21Pour le Moyen Age, on peut citer les exemples des villages fouillés à Trennecourt8 ou à Courtisigny ou le château de Vatteville-la-Rue et celui de Courcy ; dans tous ces exemples, on a utilisé de manière systématique la plaquette calcaire qui pouvait être extraite par des paysans à très peu de distance quand ce n’est pas dans le sous-sol même du site.

  • 9 Manche, près de Carolles, commune de Jullouville, canton de Granville.

22Quant à l’époque moderne, les observations, plus nombreuses, permettent de constater que la pierre de blocage reflète avec exactitude la nature du sous-sol local. Ceci est très net dans les régions géologiquement contrastées comme le Cotentin ou le Sud-Manche. Par exemple, les bâtiments du village de Bouillon9 montrent une utilisation fréquente des roches cornéennes sombres formant une auréole étroite autour du massif granitique de Vire-Carolles. Le village se situe sur cette auréole et l’emploi de ce matériau diminue ou disparaît dès que l’on s’écarte des affleurements. En Haute-Normandie, les contrastes géologiques sont beaucoup moins nets ; cependant, l’utilisation des grès tertiaires, d’origine locale, permet de penser que les mêmes règles s’appliquent ici aussi.

23Quand la nature du sous-sol le permet, chaque village ou groupe de villages possède sa carrière.

24L’absence de pierre conduit à recourir à d’autres matériaux comme la terre dans les marais, le bois et le torchis ou la brique sur le plateau cauchois. Néanmoins, dans le Pays d'Auge, la dominance du pan de bois, image d’Epinal de la construction rurale normande, n’est pas la conséquence d’un manque de pierre à bâtir. Au contraire, les carrières y abondent et il est encore possible d’en visiter dans les flancs de chaque petite vallée.

La pierre à bâtir locale

25Au cours du deuxième millénaire, un grand nombre de carrières de pierre d’appareil ont été ouvertes partout où cela était possible. Ici, c’est encore la géologie et le relief qui commandent. Progressivement, dans toute la Normandie, s’est mis en place un réseau de moyennes exploitations où interviennent de manière pérenne ou non des spécialistes. Qui les contrôlait ? Probablement souvent le seigneur local ou l’église qui concède ou non des droits d’usage. Le transport par les corvées est plus difficile et il faut souvent faire appel à des voituriers spécialisés.

26Il est possible de brosser un tableau schématique de l’évolution de ces carrières. Au Xe et au XIe siècles, tout tend à montrer que l’on connaît encore très mal les ressources locales. Les constructeurs des églises rurales du Bec de Caux font venir à grands frais de la pierre de Caen et utilisent les tufs locaux, d’exploitation aisée. Dans la Campagne de Caen, on observe que l’on a peu utilisé la pierre d’appareil pour les églises romanes, en faveur de plaquettes d’extraction aisée même dans des localités où des carrières sont exploitées à partir du XIIIe siècle. Cependant, certaines églises romanes de la même région ont des pierres de bel appareil comme à Cintheaux ; deux hypothèses s’offrent à nous : soit les moyens financiers des constructeurs étaient importants soit il y avait à proximité un centre carrier, un tel centre est en effet attesté à la fin du Moyen Age dans cette paroisse.

27A la même époque, on construit les petits châteaux sur motte en utilisant le bois, et ceci pour deux raisons : d’une part, on dispose de main-d’œuvre paysanne locale susceptible de fournir aisément ce matériau, d’autre part, on ignore les ressources locales existantes. On ne peut ni utiliser les ressources de carrières éloignées, ni faire appel à des spécialistes dans un contexte d’urgence. Mais à partir du XIIIe siècle, on constate une nette amélioration dans la connaissance de la pierre. Il semble qu’il y ait eu diffusion de nouvelles connaissances à la fois géologiques et techniques.

28Ces progrès du savoir et les lentes améliorations que connaissent les techniques de forge expliquent la mise en exploitation des grès haut-normands à partir de la fin du XVe siècle et du granite bleu au cours de la période moderne en Basse-Normandie. Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’extraction de la pierre à bâtir connaît son apogée.

Les appareils des bâtiments

29On trouve dans la littérature des théories sur les appareils et en particulier sur les origines supposées romaines du petit appareil carré des églises romanes. Ailleurs, on lira des hypothèses de datation fondées sur l’emploi de l’opus spicatum. Si les hypothèses de datation relatives sont acceptables, celles de datation absolue sont plus discutables. Il nous semble que l’on oublie par trop de considérer le milieu environnemental. Bien souvent, dans le cas des églises romanes, on observe une relation directe entre le sous-sol et les appareils. Là où la plaquette calcaire ou le schiste sont accessibles, se développe souvent l’opus spicatum. Ailleurs, le granite altéré est utilisé dans le petit appareil carré ou bien dans l’opus incertum, associé à d’autres roches comme les cornéennes. La présence de travertin se traduit par un appareil moyen régulier et il en est de même quand des carrières de calcaire de qualité sont en activité dans les environs.(fig. n° 1)

Figure 1

Figure 1

Carte de la Normandie, géologie simplifiée et localisation des carrières de pierre à bâtir citées dans le texte

Carte L. Dujardin © L. Dujardin, 2006

L’économie de la pierre à bâtir dans le domaine rural

30La pierre de blocage ou de moellonage provenait de petites carrières occasionnelles qui existaient en grand nombre et dont l’exploitation était plus ou moins contrôlée par leurs propriétaires. L’ouverture de trous occasionne des pertes de revenus en zone agricole ce qui pousse le seigneur à être vigilant, à contrôler l’exploitation et à veiller à ce que les excavations soient bouchées pour être remises en culture. Ailleurs, il autorise les paysans à prendre librement de la pierre dans les landes ou les bois. Ainsi, on constate l’exploitation de nombreuses boules granitiques dans la forêt de Saint-Sauveur ou dans les landes de Carolles-Saint-Michel-des-Loups.

  • 10 Martin, A. Etude historique et descriptive sur la Cerlangue et Saint-Jean-d’Abbetot. Fécamp : imp. (...)

31Aux XIV-XVe siècles, le tenancier de la vavassorie de Berengeville avait le droit de se procurer du bois de chauffage dans les bois du château de Tancarville et de fouir des pierres au bord des carrières pour maçonner et marler les terres de la vavassorie10.

  • 11 Lennier, G. L’estuaire de la Seine… Le Havre, 1885, t. II, p. 215.

32De manière générale, l’exploitation de ces petites carrières et le commerce des matériaux produits s’inscrivent dans une économie de troc qui n’a pas laissé de traces. Plusieurs exemples montrent que des maçons contrôlaient parfois ces carrières exploitées occasionnellement. Parfois les pierres sont des sous-produits d’une autre activité comme par exemple l’extraction de marne ou celle de l’argile. C’est ainsi qu’en 1490, Geoffroy Bonnet livre 1400 cailloux taillés à la tuilerie pour réparer des dégâts causés par la mer à l’église du Chef de Caux11.

33A côté de ces exploitations approvisionnant une ou quelques paroisses en pierre de qualité très variable, existaient des carrières produisant des pierres de meilleure qualité, des produits finis ou semi-finis. Chacune dessert une aire géographique d’un rayon de l’ordre d’une dizaine de kilomètres. Qui contrôlait ces petits centres d’extraction ?

34Il n’y a pas de réponse définitive. La pierre est une ressource non renouvelable ; quand on a repéré une pierre de construction de bonne qualité en ouvrant une carrière, rien n’indique que l’on va pouvoir l’exploiter dans les environs immédiats, ce qui se traduit en général par un contrôle étroit des exploitations. En 1403, Guilgert de Montgoubert cède à rente une terre fors la masnière qui y est ou carrière ou qui faicte y sera ; il se réserve le droit d’extraire pour lui ou pour d’autres de la marne ou du carrel, à pied, à cheval ou en voiture.

  • 12 Hunger, V. Histoire de Verson. Paris, 1992, p. 21.

35Le Conte des vilains de Verson (XIIIe siècle)12 rapporte que les paysans sont astreints à de nombreuses servitudes :

La pierre doivent amener
Toz les jours qu’il en est mestier
Ils doivent servir les machons
Et de la pierre et del mortier.

36Mais on ne sait pas ici sous quelle forme se présente la pierre, les carrières voisines pouvant aussi bien fournir de la pierre d’appareil que du moellon.

  • 13 Arch. Dép. Calvados, E369.

37Au XIVe siècle, il est fait obligation aux habitants de Messei d’assurer les charrois de pierre, bois et chaux pour le château, ce qui ne devait pas être vraiment suivi d’effet puisqu’on note de nombreux rappels, notamment en 1363, 1380, en 1407 et en 147413.

  • 14 Delisle, L. Etude sur la condition de la classe agricole. Ed. Champion, Paris, 1903, p. 74, n 118.

38Au cours de la période médiévale, les hommes de Pierrepont devaient au seigneur de la Haie du Puits (Manche) le service d’un char tiré par 21 bœufs pour le transport de la pierre14.

  • 15 Richard, Ch. Recherches historiques sur Rouen… Rouen, 1844, t. I, p. 61.

39Pour la période moderne, on constate que nombre de carrières se situent dans des domaines seigneuriaux et sont gérées par le maître par l’intermédiaire d’un régisseur. Le domaine du château de Mauny comprend des carrières d’un grand intérêt économique15 dans le célèbre Val des Leux où a été extraite une partie de la pierre de Caumont (Eure).

  • 16 Sur le commerce de la pierre : Dujardin, L. Le commerce de la pierre à bâtir en Normandie (époques (...)

40Enfin, la construction rurale recourt pour des usages particuliers à des pierres d’origine plus lointaine qui sont livrées à partir de quelques grands centres de production comme Caumont, Vernon, Vire ou Caen16.

41Les carrières de Caen diffusent à grande distance des linteaux ou des pierres d’appareil. Cependant, avec cette pierre, il convient d’être prudent quant aux identifications. Bien d’autres calcaires bathoniens voisins ont été exploités dans la Campagne de Caen sous les noms de pierre de Rouvres ou de pierre d’Aubigny. La distinction ne se fait pas toujours à l’œil. C’est l’existence de carrières souterraines anciennes qui nous montre que nombre de pierres d’appareil proviennent probablement de ces centres satellites de Caen et plus proches des lieux d’utilisation.

La préfabrication

42Pour diminuer les masses transportées, les carriers ont très tôt fourni des produits finis ou semi-finis. Les petites églises romanes du Pays de Caux montrent un calibrage régulier de la pierre de Caen.

  • 17 Voir les travaux de Julien Deshayes.

43Le problème de l’emploi d’éléments préfabriqués est loin d’être résolu. Dans les demeures seigneuriales de la Renaissance du Cotentin, on observe des baies dont le style, la nature de la pierre et les proportions montrent de grandes ressemblances17. Il y a certainement, à l’époque moderne, des centres de production commercialisant des éléments architecturaux prêts à l’emploi comme à Yvetôt-Bocage, à Creully ou à Caen.

  • 18 Manche.

44Pour la demeure rurale, ces centres produisaient les linteaux, des seuils et d’autres pierres taillées mais aussi des auges ou des tours à pommes quand la roche le permettait comme le faisait un marchand d’Huberville18.

Conclusion

45L’utilisation de la pierre dans la construction rurale normande au cours du deuxième millénaire reste un vaste champ d’étude.

46La construction en pierre en milieu rural diffère radicalement de la construction en milieu urbain. Les villes sont des centres de consommation souvent situés le long de voies navigables, aussi des relations avec des centres carriers lointains ont-elles été établies au cours du Moyen Age, parfois dès l’époque antique. Même si quelques villes, comme Caen, sont aussi des centres de production, la pierre a généralement suivi des chemins commerciaux divers où interviennent d’autres facteurs comme l’influence des constructions ecclésiastiques et militaires ou la régularité de l’approvisionnement.

47En milieu rural, l’économie d’autosubsistance fait qu’en général on cherche au plus près les pierres nécessaires à la construction. Il est rare que leur qualité permette de tout réaliser, aussi doit-on le plus souvent chercher la pierre de taille à l’extérieur du terroir ou en dehors de la vallée. S’il faut aller trop loin, à plus d’une quinzaine de kilomètres, on se tourne alors vers les linteaux en bois.

48Presque partout, à partir du XVe siècle, les appareils des églises s’améliorent, conséquence de la mise en place d’un réseau de carrières, de l’amélioration des transports et de la diffusion des connaissances techniques des matériaux.

49En tout état de cause, pour aller plus loin dans la compréhension de l’usage de la pierre, il serait nécessaire de multiplier les analyses géologiques pour approfondir ces observations. Il faudrait également multiplier les monographies locales en étudiant plus finement les matériaux lithiques mis en œuvre et en tentant de déterminer systématiquement leur origine.

50Le problème n’a pas été abordé pour les périodes plus récentes, pourtant, les constructions rurales du XIXe siècle mériteraient une étude générale approfondie.

Haut de page

Notes

1 Centre de Recherches Archéologiques & Historiques Médiévales. UMR 6577 (Université/CNRS). Esplanade de la Paix, 14000 Caen CEDEX.

2 Cependant, il y a des travaux publiés comme ceux de Brier, Max-André et Brunet, Pierre. L'architecture rurale française. Normandie. Paris : éd. Berger-Levrault, 1984. On peut citer aussi : Brunet, Pierre. Problèmes d'architecture rurale dans l'Orne. Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orne, t. CXV/1, mars 1996, p. 3-14.

3 Dujardin, Laurent. Carrières de pierre en Normandie. Contribution à l’étude historique et archéologique des carrières de pierre à bâtir à Caen (Calvados) et en Normandie aux époques médiévale et moderne. Thèse de doctorat d’Histoire et d’Archéologie de l’Université de Caen, 1998 (dir. A. Debord puis Cl. Lorren).

4 Ces deux localités sont situées dans le département de la Manche.

5 Un Censier normand du XIIIe siècle. Le livre des jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen. Edition et transcription Angers, Denise, Bebear Catherine, dir. Dubois, Henri. Paris : CNRS Editions, 2001.

6 Angers, Denise. Le Terrier de la famille d'Orbec à Cideville (Haute-Normandie). XIVe-XVIe siècles. (Société de l'Histoire de Normandie), Montréal (Canada) : Les Presses de l'Université de Montréal, 1993.

7 Foisil, Madeleine. Le sire de Gouberville. Un gentilhomme normand au XVIe siècle. Paris : Flammarion, 1986. Rééd. 2001.

8 Trennecourt, situé dans le Calvados, près de Mondeville, a été fouillé principalement par Claude Lorren. Courtisigny est situé près de Courseulles (Calvados) et est fouillé par Claire Hanusse. Le château de Vatteville-la-Rue a été fouillé par Anne-Marie Flambart-Héricher ; tous sont des archéologues attachés au CRAHM. Le château de Courcy a été étudié, dans le cadre d’une maîtrise, par Fabien Leroux (Univ. Caen).

9 Manche, près de Carolles, commune de Jullouville, canton de Granville.

10 Martin, A. Etude historique et descriptive sur la Cerlangue et Saint-Jean-d’Abbetot. Fécamp : imp. Durand, 1888, p. 30.

11 Lennier, G. L’estuaire de la Seine… Le Havre, 1885, t. II, p. 215.

12 Hunger, V. Histoire de Verson. Paris, 1992, p. 21.

13 Arch. Dép. Calvados, E369.

14 Delisle, L. Etude sur la condition de la classe agricole. Ed. Champion, Paris, 1903, p. 74, n 118.

15 Richard, Ch. Recherches historiques sur Rouen… Rouen, 1844, t. I, p. 61.

16 Sur le commerce de la pierre : Dujardin, L. Le commerce de la pierre à bâtir en Normandie (époques médiévale et moderne). Actes du Colloque Archéologique de la Manche. Matériau et construction en Normandie, 24-25 novembre 2000, Saint-Lô, 2004, p. 151-159.

17 Voir les travaux de Julien Deshayes.

18 Manche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Carte de la Normandie, géologie simplifiée et localisation des carrières de pierre à bâtir citées dans le texte
Crédits Carte L. Dujardin © L. Dujardin, 2006
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/2746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Dujardin, « L’utilisation de la pierre dans la construction rurale en Normandie aux époques médiévale et moderne », In Situ [En ligne], 7 | 2006, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://insitu.revues.org/2746 ; DOI : 10.4000/insitu.2746

Haut de page

Auteur

Laurent Dujardin

Chercheur associé au Centre de Recherches Archéologiques & Historiques Médiévales, Université de Caen. laurent.dujardin@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page