Navigation – Plan du site

Texte intégral

« Le passé est comme la distance ; notre vue y décroît, et s’y perdrait de même, si l’histoire et la chronologie n’eussent placé des fanaux, des flambeaux aux points les plus obscurs. »

Buffon, Les époques de la nature.

Figure 1

Figure 1

Horloge astronomique à plusieurs cadrans conçue pour le Grand Dauphin en 1710 par Pierre Fardoil, horloger à Paris. Outre les heures et les minutes, on peut lire les jours, le quantième du mois, les phases de la lune et la longueur du jour et de la nuit. Sous les cadrans, une allégorie des quatre saisons, signée Antoine Coypel, fut fondue comme les autres décors en bronze doré par Jacques Caffieri. Classé Monument historique au titre objet le 22 octobre 1909

Collection Observatoire de Paris. Fortin, P. © Inventaire général, ADAGP, 1995

Le temps en question

1Dater un objet, une architecture, c’est leur restituer une temporalité, leur assigner une place dans la complexe chronologie des multiples artefacts, fruits de l’ingéniosité et du talent des hommes du passé. C’est amorcer un processus souvent complexe de re-connaissance à l’issue duquel le spécialiste pourra peut-être faire œuvre d’historien et progresser dans la compréhension des hommes, de la société, de la civilisation qui les ont produits.

  • 1 Stage organisé conjointement par la Direction de l’architecture et du patrimoine et le Service de l (...)

2Des riches débats menés sur ces questions, dans le cadre d’une formation professionnelle dédiée aux études rurales1 pour lesquelles, faute de datations précises, les chronologies sont si difficiles à établir et extrêmement fluctuantes selon les territoires, est né le projet d’élargir le propos à d’autres domaines et, nous l’espérons, de susciter une réflexion sur cet aspect fondamental de la recherche patrimoniale.

Figure 2

Figure 2

Etagne et jeune bouquetin sculptés sur la frise de l’abri Bourdois du Roc-aux-Sorciers

Pinçon, G. © G. Pinçon et DRAC Poitou-Charentes, 2005

3Aussi trouvera-t-on ici rassemblés des articles portant sur l’archéologie, l’architecture, les objets et couvrant un très large spectre chronologique (fig. n° 2). Ils ont été regroupés en deux parties, l’une consacrée aux méthodes de datation, absolue ou relative, l’autre à l’établissement de chronologies, sur un site, pour une typologie. Ils illustrent la grande diversité des méthodes et des instruments, souvent complémentaires, mis en œuvre par les chercheurs, qu’il s’agisse de soumettre le mobilier issu d’une fouille archéologique à la datation au Carbone 14, de réaliser l’analyse critique des techniques et des matériaux, de modéliser l’évolution historique d’un site, d’élaborer des référentiels typo-chronologiques.

Figure 3

Figure 3

Saint-Lyphard (Loire-Atlantique), Kertrait. « Maison longue », 1678

© Inventaire général, région des Pays de la Loire

4Parmi les auteurs d’horizons très variés qui ont apporté leur contribution, nous souhaitons évoquer tout particulièrement François Le Bœuf, récemment disparu, dont l’article sur l’habitat rural témoigne du questionnement rigoureux et pertinent auquel, en chercheur d’une grande probité intellectuelle, il soumettait systématiquement l’objet de ses travaux. Tous ceux qui ont eu la chance de travailler avec lui, notamment au service régional de l’Inventaire des Pays de la Loire auquel il appartenait, gardent le souvenir d’un homme passionné, en quête permanente de nouveaux modes d’interprétation, formulant de stimulantes hypothèses dont il débattait avec passion (fig. n° 3).

5Ce numéro de la revue In Situ lui est dédié.

Haut de page

Note de fin

1 Stage organisé conjointement par la Direction de l’architecture et du patrimoine et le Service de l’inventaire général du patrimoine culturel de la Région Lorraine en mai 2006 à Saint-Dié-des-Vosges, sur le thème des Repères chronologiques pour la compréhension de l’architecture rurale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Horloge astronomique à plusieurs cadrans conçue pour le Grand Dauphin en 1710 par Pierre Fardoil, horloger à Paris. Outre les heures et les minutes, on peut lire les jours, le quantième du mois, les phases de la lune et la longueur du jour et de la nuit. Sous les cadrans, une allégorie des quatre saisons, signée Antoine Coypel, fut fondue comme les autres décors en bronze doré par Jacques Caffieri. Classé Monument historique au titre objet le 22 octobre 1909
Crédits Collection Observatoire de Paris. Fortin, P. © Inventaire général, ADAGP, 1995
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/3253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2
Légende Etagne et jeune bouquetin sculptés sur la frise de l’abri Bourdois du Roc-aux-Sorciers
Crédits Pinçon, G. © G. Pinçon et DRAC Poitou-Charentes, 2005
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/3253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 3
Légende Saint-Lyphard (Loire-Atlantique), Kertrait. « Maison longue », 1678
Crédits © Inventaire général, région des Pays de la Loire
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/3253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Liévaux, « Editorial », In Situ [En ligne], 9 | 2008, mis en ligne le 06 mars 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://insitu.revues.org/3253

Haut de page

Auteur

Pascal Liévaux

Conservateur du patrimoine. Chef du département recherche, méthodes, expertise. Direction de l'architecture et du patrimoine. pascal.lievaux@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page