Navigation – Plan du site
Connaissance du patrimoine religieux

La chapelle de l’ancien hôpital Saint-Lazare (Paris)

Agnès Chauvin

Résumés

Après 1794 l’ancien couvent de la Congrégation de saint Vincent de Paul , transformé en prison pour femmes, était devenu un lieu sinistre et mal entretenu qui menaçait ruine. L’architecte de l’administration pénitentiaire demande alors la démolition d’urgence de l’ancienne église gothique. En 1823, une nouvelle chapelle et une infirmerie sont construites par Louis-Pierre Baltard (1764-1846) nommé architecte des prisons du département de la Seine dix ans auparavant. La chapelle de plan pseudo-basilical avec une abside semi-circulaire est décorée de colonnes doriques. Elle est caractérisée par ses deux niveaux, une sorte de sous-sol ouvert et des galeries latérales de belle ampleur. Cette disposition permettait de différencier l’entrée des détenues de droit commun de celle des prostituées et évitait qu’elles se trouvent ensemble dans la nef. Cette église est un témoin de l’architecture religieuse de la Restauration, période assez peu féconde, et une œuvre bien représentative de Louis-Pierre Baltard qui a beaucoup participé aux débats architecturaux de son temps, mais qui a assez peu construit. L’ancienne infirmerie et la chapelle sont inscrites au titre des monuments historiques depuis le 28 novembre 2005.

Haut de page

Texte intégral

Le quadrilatère Saint-Lazare au fil du temps

  • 1 Je remercie Claire Vignes-Dumas, documentaliste-recenseur à la C.R.M.H. qui m’a fait bénéficier de (...)

1Au XIIe siècle, une léproserie, fondée par les hospitaliers Saint-Lazare de Jérusalem, occupe le terrain formé par les actuels boulevard de la Chapelle, rue du Faubourg Saint-Denis, rue de Paradis et rue du Faubourg Poissonnière1. Cette léproserie bénéficie de la protection royale et accueille un grand nombre de malades jusqu’au dernier cas de lèpre signalé en 1597.

  • 2 Saint Vincent de Paul mourut à Saint-Lazare en 1660.
  • 3 Voir dans la base Mémoire : image APMH00037791 et image APMH00037792.

2Les lazaristes prennent possession des bâtiments en 1632 et les agrandissent, entre 1681 et 1685, selon les multiples vocations de la congrégation : secours aux malades, aux galériens et aux esclaves, séminaires et maison de correction pour jeunes gens dissipés ou libertins dont Beaumarchais fut l’un des plus illustres23.

3Dès juillet 1789, la maison est pillée puis la congrégation des lazaristes supprimée et un décret de la Convention reconnaît Saint-Lazare comme prison officielle en 1794. Les bâtiments sont alors administrés par la préfecture de police. Simples prévenues, criminelles lourdement condamnées et prostituées en provenance des prisons de la Force, Vincennes et de la Salpêtrière se trouvent réunies à Saint-Lazare. La prison est décrite comme un des sites les plus sinistres et les plus pathétiques de Paris. Les bâtiments sont cédés au département de la Seine.

4Un des quartiers de la prison, celui de « La Pistole », est assez bien connu. Dans cette section, les détenues sont traitées avec certains égards. Parmi les « pistolières » célèbres, on retrouve les noms de Louise Michel et de Mme Caillaux. Plus tard, des espionnes, comme Mata Hari, seront incarcérées à Saint-Lazare.

  • 4 Beaumont-Maillet, Laure. Vie et histoire du Xe arrondissement. Paris : Hervas, 1988, p. 55.
  • 5 Les sœurs de Marie-Joseph pour les prisons ou Sœurs des Prisons est un ordre fondé à Lyon en 1805 p (...)

5À partir de 1838, à l’initiative du baron Delessert, préfet de police, la garde des détenues par des femmes est enfin acquise4. Celles de Saint-Lazare sont alors placées sous la direction des Sœurs de Marie-Joseph pour les Prisons de 1850 à 1927, date de la démolition de la prison5.

6Après cette date, les détenues de Saint-Lazare sont réparties dans les différentes prisons parisiennes. L’ancienne prison transformée par les constructions des années 1930 devient « maison de santé Saint-Lazare » et l’infirmerie est reconvertie en unité de vénérologie. Elle ne fermera qu’en 1955.

7En 1961, la préfecture de police cesse d’administrer cet hôpital et cède l’infirmerie à l’Assistance publique. Après sa désaffectation, la chapelle sert d’amphithéâtre à la faculté de médecine de Paris et l’infirmerie accueille un petit service de gastro-entérologie qui rejoint définitivement celui de l’hôpital Lariboisière en 1988. L’A.P.-H.P.remet alors la totalité des bâtiments de l’ancien hôpital à la Ville de Paris.

8Tout un ensemble d’équipements culturels et sportifs, d’enseignement et de centre social de quartier doit ouvrir prochainement dans les anciens bâtiments rénovés par l’agence Atelier Canal.

La réorganisation de la prison et les constructions de Pierre-Louis Baltard

  • 6 Archives de la Seine 4 AZ 1154.
  • 7 Une vue perspective conservée aux archives de l’A.P.-H.P. [HZ 107] permet de bien connaître l’aspec (...)

9L’église du XIIe siècle, qui avait reçu de multiples affectations depuis la Révolution - grenier à foin, magasin à farine - ne cessait de se dégrader et certains bâtiments menaçaient ruine. L’église est démolie en 1823 et l’administration pénitentiaire entreprend de réorganiser l’ensemble des bâtiments6. Elle décide la construction d’une chapelle et d’une infirmerie sur l’emplacement des jardins situés à l’arrière des bâtiments du XVIIe siècle7. (fig. n° 1)

Figure 1

Figure 1

Vue de la prison Saint-Lazare, fin XIXe siècle, archives de l’A.P.-H.P. [cote HZ 107]

Phot. Claire Vignes-Dumas, 2004. © CRMH Île-de-France

  • 8 Voir dans la base Mémoire : image IVR11_80941447Z, image IVR11_80941448Z. Voir dans la base Mérimée (...)
  • 9 La prison se trouvait rue du Puits-de-l’Ermite, Ve arr. Voir : Pinon, Pierre. Louis-Pierre et Victo (...)
  • 10 Voir dans la base Mémoire : image APMH00038462, image APMH00038463.
  • 11 Voir dans la base Mémoire : image APLCR00339, image 1FS00817. Voir dans la base Mérimée : notice PA (...)
  • 12 Pinon, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Paris : Monum, 2005, p. 47.

10La construction de la nouvelle chapelle et de l’infirmerie, située à l’arrière du chevet, est confiée en 1824 à Louis-Pierre Baltard (1764-1846) par le comte de Chabrol, préfet de la Seine. L’infirmerie, appelée Infirmerie spéciale est construite pour améliorer les conditions de certaines détenues. Elle soigne celles de Saint-Lazare ainsi que les malades internées dans les prisons de Broca et de La Pitié. Professeur de théorie à l’École des Beaux-Arts, Louis-Pierre Baltard est l’architecte des prisons de Paris depuis 18138. Il a déjà effectué des travaux d’aménagement dans les prisons parisiennes de La Force et des Madelonnettes (1817-1818) et construit la prison de Draguignan en 1820. Parallèlement à la chapelle Saint-Lazare, il construit la chapelle de la prison Sainte-Pélagie (1764-1846)9 10. Devenu en 1825 l’architecte des prisons et des tribunaux de la Seine, il construira le palais de justice de Lyon (1835-1846)11. Préoccupé par les conditions d’enfermement des détenus et à la recherche d’une architecture la plus adaptée à leur situation, Pierre-Louis Baltard a publié en 1829 l’Architectonographie des prisons. Cette œuvre théorique et pratique s’inscrit dans les décennies majeures de l’histoire de l’architecture carcérale, au moment des premières réflexions et des réalisations les plus nombreuses12.

La chapelle

Le plan

  • 13 L.-P. Baltard, cité par Foucaud, O. Iconographie de l’architecture : la prison française au XIXe si (...)

11La chapelle constitue le centre de l’ensemble carcéral et Pierre-Louis Baltard recommande de la placer au centre de l’établissement, dans l’axe majeur, comme le bâtiment de l’administration situé à l’entrée13.

Figure 2

Figure 2

Plan de la prison en 1912 publié dans Commission du Vieux-Paris, 1912

Phot. Agnès Chauvin, 2002. © CRMH Île-de-France

  • 14 Une entrée depuis l’atelier de grosse couture (bas-côté nord), une depuis le vestibule attenant à l (...)

12La chapelle cruciforme a adopté un plan pseudo-basilical, comme la plupart des églises construites dans les années 1830, bien que ce plan ait fait l’objet de nombreuses critiques. Le plan de la chapelle est à considérer depuis les galeries plutôt que depuis le sol de la nef. La nef apparaît comme une sorte de sous-sol ouvert ou comme une fosse et les galeries latérales étonnent par leur ampleur. Elles permettaient aux détenues des accès multiples à l’église puisque les différentes catégories de condamnées devaient être séparées dans la nef. Aujourd’hui ne subsiste qu’une entrée latérale, alors que les plans de Baltard permettent d’en distinguer trois : l’entrée principale et deux entrées latérales de chaque côté du transept14. (fig. n° 2)

La façade

  • 15 D’une grande ampleur, la prison circonscrit 4 cours (ill. 2).

13La façade de la chapelle de Baltard, en pierre, ne comportait aucun décor ni aucune ouverture à l’exception de la porte d’entrée. Donnant sur une cour de promenade, elle offrait un aspect austère que la façade actuelle, rhabillée de briques mécaniques, ornée d’un blason et percée d’un oculus par Gaston Lefol a fait oublier15. (fig. n° 3)

Figure 3

Figure 3

Façade de l’ancienne chapelle

Phot. Claire Vignes-Dumas, 2004. © CRMH Île-de-France

Le chevet

  • 16 Voir sur le site de l’agence Roger-Viollet : photographie n° 33260-10.

14De simples pilastres doriques rythment cette façade en alternance avec les six verrières de l’abside. Au-dessus, l’entablement souligne la justesse des proportions d’origine aujourd’hui masquée par une surélévation contemporaine des travaux de Lefol16.

La nef

  • 17 Foucaud, O. Iconographie de l’architecture : la prison française au XIXe siècle, dernier avatar du (...)
  • 18 En 2004, lors de la constitution du dossier de recensement au titre des monuments historiques, un p (...)

15À l’intérieur, l’autel est dans une position dominante, à l’étage, au-dessus de toute hiérarchie humaine. « Des multiples images d’autorité offertes au prisonnier, celle de l’aumônier, principal agent des améliorations morales, est naturellement la plus riche »17. L’abside est occupée par trois volées successives de marches qui permettaient cette progression vers l’autel. Elle est éclairée par six verrières qui sont les seules ouvertures de la chapelle. Des escaliers de part et d’autre de l’abside descendent vers deux pièces qui ont dû servir de chapelles secondaires18.

  • 19 Ce décor était visible en 2004, lors du déplacement des dalles du faux plafond qui masquait l’ensem (...)
  • 20 Voir sur le site de l’agence Roger-Viollet : photographie n° 33260-14.

16De fortes colonnes aux chapiteaux et bases doriques supportent un puissant entablement. Fortement imprégné de culture antique, Louis-Pierre Baltard affirme une fidélité passionnée aux monuments romains. La nef est couverte d’une voûte en berceau et l’abside voûtée en cul-de-four conserve un décor de faux caissons19. Il n’y a aucun autre décor sur les frises ou les chapiteaux20. (fig. n° 4)

Figure 4

Figure 4

Vue de la nef de l’ancienne chapelle

Phot. Agnès Chauvin, 2002. © CRMH Île-de-France

De la prison à l’hôpital

  • 21 Voir Médiathèque du patrimoine, [cote 0081/075610/008 : courrier relatif à la protection et à la dé (...)

17La démolition de la prison Saint-Lazare, symbole d’horreur et de déchéance, est régulièrement envisagée dès la fin du XIXe siècle. Plusieurs dizaines d’années d’études, perturbées par la guerre et des revirements ralentissent le projet d’humanisation des bâtiments de la prison21.

  • 22 Procès-verbal de la C.V.P. du 28 janvier 1928.
  • 23 Procès-verbal de la C.V.P. du 25 février 1928.
  • 24 Procès-verbal de la C.V.P. du 29 mars 1930.
  • 25 Procès-verbal de la C.V.P. du 9 mai 1931.
  • 26 Médiathèque du patrimoine : articles du Matin, de Comedia et du Petit Parisien [cote 0081/075610/00 (...)

18En 1928, le Conseil général de la Seine décide de démolir les bâtiments de la maison d’arrêt et de correction. Il estime qu’il réalise là « une opération qui restera à son honneur »22. Mais un peu plus tard, la Commission du Vieux-Paris demande « la conservation du guichet d’entrée, de la porte d’entrée du réfectoire, de la rampe d’escalier en fer forgé du bâtiment de l’administration, de la clochette d’argent et du fronton de la façade qui, si son état en permet le démontage, pourrait être utilisé dans les bâtiments conservés lors du remaniement de l’établissement »23. Puis elle émet le vœu que tous les éléments antérieurs au XIXe siècle soient classés au titre des monuments historiques24. Lors de sa séance du 21 juin 1930, la Commission supérieure des monuments historiques ne propose que le classement du pavillon d’entrée et il est souligné que la suppression de la maison d’arrêt est à l’étude depuis 1906. Mais Paul Léon, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts écrit, en mars 1931, que « le déplacement de cette façade lui enlèverait son intérêt historique et que l’opération ne justifiait pas la dépense (…). Il a donc lieu de renoncer à tout classement de la prison Saint-Lazare malgré les souvenirs qui s’y rattachaient »25. En 1933, de nombreux articles s’émeuvent de la destruction des anciens bâtiments de l’hôpital26.

Les travaux de Gaston Lefol

  • 27 Archives de la Seine [D7N4 41].

19En mars 1931, le projet définitif de Gaston Lefol (1874- ?) est adopté. Il comprend la conservation et la remise en état de la chapelle et de l’infirmerie de Louis-Pierre Baltard ainsi que la construction de bâtiments de part et d’autre de la chapelle. Ces deux bâtiments sont construits à la place des bâtiments existants qui doivent être rasés27. Ils comportent deux étages sur rez-de-chaussée et sous-sol. Ils étaient réservés, au nord, au personnel et au sud, à la communauté religieuse. Le bâtiment du personnel abritait le bureau du directeur de la prison, la salle de greffe, la salle de fouille ; le bâtiment des religieuses comprenait des logements, un réfectoire, une cuisine, une lingerie et une sacristie.

20La chapelle de l’ancien hôpital Saint-Lazare est une œuvre assez peu connue de Louis-Pierre Baltard dont on sait surtout qu’il a écrit L’Architectonographie des prisons et construit le palais de justice de Lyon, jalon dans l’histoire de l’architecture néoclassique. La nouvelle affectation de l’hôpital permettra d’apprécier les théories que Baltard a pu réaliser dans cet ancien bien national aménagé en prison.

21Les nouveaux aménagements et l’ouverture au public de cet ensemble donneront aussi l’occasion de mieux connaître l’histoire de ce lieu un peu oublié de Paris.

  • 28 Voir dans la base Mérimée : notice PA75100008.

22Considérant que les bâtiments subsistants de l’ancienne prison Saint-Lazare constituent un des rares exemples parisiens d’architecture néoclassique construits par Louis-Pierre Baltard, l’ensemble des bâtiments, les façades et toitures de l’ancienne infirmerie, le sol de la cour et la totalité de la chapelle sont inscrits au titre des monuments historiques depuis le 28 novembre 200528.

Haut de page

Bibliographie

Iconographie

Archives de l’assistance publique

Photos cote 109 1B, 2B, 3B, 4B, 5B, 6B, 7B; 109. 26, 29, 30, 31 ; HZ 090, 094,107, 144 ; B5239-73nk et B5063-73 bis

Bibliothèque nationale, cabinet des estampes

E1-13 (165) : photographie de la façade de la prison par l’agence Rol

E0 109b boite 21* : photographie de la façade de la prison par Eugène Atget

Va 289, t. 7 (cote mc H 072854-072974) : prison Saint-Lazare

Musée Carnavalet, cabinet des arts graphiques

146 E Topo : l’hôpital avant sa démolition, la chapelle actuelle

XXXVIII C : vues intérieures de l’ancien hôpital

Photothèque de la parisienne de photographie

www.roger-viollet.fr

Sources

Archives de l’assistance publique-hôpitaux de Paris

Plans G. Lefol 793 Foss 54-2/1,2,3,4

Archives départementales

Fonds préfectoral concernant l’entretien des bâtiments :

D7N4 39 (1873-1894)

D7N4 40 (1897-1900)

D7N4 41 (1921-1933)

4AZ 1154 ; maisons centrales, prison Saint-Lazare, démolition de l’église

1326 W art.38 : évacuation de la prison en 1925

Archives nationales

Fonds Baltard 332 AP, 1, 20 et 22

F 19 1902, pièces 3209-3210(calques microfilmés)

Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Procès-verbaux de la Commission du Vieux-Paris : 9 juillet 1912, 28 janvier, 25 février 1928 ; 29 novembre 1930, 9 mai 1931 ; 28 janvier, 25 février, 1er avril, 24 juin 1933. 

Médiathèque du patrimoine

0081/075610/008 : courriers relatifs à la protection et à la démolition de l’ancienne prison (1884-1885 puis 1931-1933)

Bibliographie

Beaumont-Maillet, Laure. Vie et histoire du Xe arr. Paris : Hervas, 1988.

Blizard, Léon et Campon, Jane. La prison Saint-Lazare : des origines à nos jours. Paris : 1911 (cote B.N Est. Ve 1043-4).

Pinon, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Paris : Monum, Éditions du Patrimoine, 2005.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Claire Vignes-Dumas, documentaliste-recenseur à la C.R.M.H. qui m’a fait bénéficier de ses recherches effectuées pour la constitution du dossier de recensement.

2 Saint Vincent de Paul mourut à Saint-Lazare en 1660.

3 Voir dans la base Mémoire : image APMH00037791 et image APMH00037792.

4 Beaumont-Maillet, Laure. Vie et histoire du Xe arrondissement. Paris : Hervas, 1988, p. 55.

5 Les sœurs de Marie-Joseph pour les prisons ou Sœurs des Prisons est un ordre fondé à Lyon en 1805 par Mademoiselle Duplaix.

6 Archives de la Seine 4 AZ 1154.

7 Une vue perspective conservée aux archives de l’A.P.-H.P. [HZ 107] permet de bien connaître l’aspect de cet ensemble au milieu du XIXe siècle.

8 Voir dans la base Mémoire : image IVR11_80941447Z, image IVR11_80941448Z. Voir dans la base Mérimée : notice IA94000305.

9 La prison se trouvait rue du Puits-de-l’Ermite, Ve arr. Voir : Pinon, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Paris : Monum, 2005, p. 51-55.

10 Voir dans la base Mémoire : image APMH00038462, image APMH00038463.

11 Voir dans la base Mémoire : image APLCR00339, image 1FS00817. Voir dans la base Mérimée : notice PA00117980.

12 Pinon, Pierre. Louis-Pierre et Victor Baltard. Paris : Monum, 2005, p. 47.

13 L.-P. Baltard, cité par Foucaud, O. Iconographie de l’architecture : la prison française au XIXe siècle, dernier avatar du couvent, G.B.A., 136e année, nov. 1994, p. 197.

14 Une entrée depuis l’atelier de grosse couture (bas-côté nord), une depuis le vestibule attenant à la sacristie (bas-côté sud) et l’entrée principale à l’est depuis le préau des condamnées et des prévenues.

15 D’une grande ampleur, la prison circonscrit 4 cours (ill. 2).

16 Voir sur le site de l’agence Roger-Viollet : photographie n° 33260-10.

17 Foucaud, O. Iconographie de l’architecture : la prison française au XIXe siècle, dernier avatar du couvent, G.B.A., 136e année, nov. 1994, p. 202.

18 En 2004, lors de la constitution du dossier de recensement au titre des monuments historiques, un petit autel et divers ex-votos s’y trouvaient encore.

19 Ce décor était visible en 2004, lors du déplacement des dalles du faux plafond qui masquait l’ensemble du voûtement. Voir photographie conservée au musée Carnavalet [146 E Topo].

20 Voir sur le site de l’agence Roger-Viollet : photographie n° 33260-14.

21 Voir Médiathèque du patrimoine, [cote 0081/075610/008 : courrier relatif à la protection et à la démolition de la prison (1884-1885) et (1931-1933)] et voir procès-verbaux de la commission du Vieux-Paris (juillet 1912, janvier et février 1928, mars et novembre 1930, mai 1931, janv., fév., avril et juin 1933).

22 Procès-verbal de la C.V.P. du 28 janvier 1928.

23 Procès-verbal de la C.V.P. du 25 février 1928.

24 Procès-verbal de la C.V.P. du 29 mars 1930.

25 Procès-verbal de la C.V.P. du 9 mai 1931.

26 Médiathèque du patrimoine : articles du Matin, de Comedia et du Petit Parisien [cote 0081/075610/008].

27 Archives de la Seine [D7N4 41].

28 Voir dans la base Mérimée : notice PA75100008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue de la prison Saint-Lazare, fin XIXe siècle, archives de l’A.P.-H.P. [cote HZ 107]
Crédits Phot. Claire Vignes-Dumas, 2004. © CRMH Île-de-France
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/4578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 2
Légende Plan de la prison en 1912 publié dans Commission du Vieux-Paris, 1912
Crédits Phot. Agnès Chauvin, 2002. © CRMH Île-de-France
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/4578/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 3
Légende Façade de l’ancienne chapelle
Crédits Phot. Claire Vignes-Dumas, 2004. © CRMH Île-de-France
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/4578/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4
Légende Vue de la nef de l’ancienne chapelle
Crédits Phot. Agnès Chauvin, 2002. © CRMH Île-de-France
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/4578/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Chauvin, « La chapelle de l’ancien hôpital Saint-Lazare (Paris) », In Situ [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/4578 ; DOI : 10.4000/insitu.4578

Haut de page

Auteur

Agnès Chauvin

Documentaliste-recenseur, Direction régionale des affaires culturelles d'Île-de-France. agnes.chauvin@culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page