Navigation – Plan du site
Les guides : savoirs et pratiques

Les « Itinéraires » et « Parcours du patrimoine » : entre support de visite et brochure savante

Georges Coste

Résumés

Il y a vingt ans, les services de l'Inventaire général lançaient une collection de petits guides de découverte du patrimoine, les Itinéraires du patrimoine, rebaptisés Parcours du patrimoine. L'article propose de guider cette fois-ci le lecteur parmi les quelques trois cent soixante titres parus, les monuments et lieux qu'ils décrivent, les thèmes qu'ils traitent, mais aussi d'évoquer certaines ambitions et vicissitudes de la collection.

Haut de page

Texte intégral

1La collection des Itinéraires du patrimoine1 – rebaptisée, en 2007, Parcours du patrimoine sans changement ni de l’esprit ni de la lettre2 – a tout juste vingt ans d’existence. Le premier numéro entraîne le lecteur au théâtre néoclassique de Lunéville, le trois cent cinquante-sixième et dernier paru lui fait découvrir l’architecture et les aménagements urbains de la Zone à urbaniser par priorité (ZUP) d’Hérouville-Saint-Clair. Ce raccourci traduit assez bien l’ambition de ce petit format (11 x 22,5 cm) qui embrasse à peu près toutes les échelles d’artefacts (de l’édicule à la région) et de temps (des dolmens à la ZUP), s’intéresse aux œuvres insignes (les cathédrales de Picardie, le château de Chambord, la Tenture de l’Apocalypse, etc.) mais également à celles qui restent encore trop ignorées (dans la montagne thiernoise ou les villes reconstruites, au pays de la Souterraine ou au fond des vallées d’Aure et du Louron, au cœur du haut Maine, etc.).

  • 3 - Les Itinéraires et Parcours ne sont qu’un des supports de diffusion des résultats des opérations (...)

2En cela, la collection reflète le champ d’investigation de l’Inventaire général du patrimoine culturel (à l’exclusion d’une quinzaine de sites archéologiques traités par les hommes de l’art), mais de manière partielle et à travers le prisme de la commande éditoriale : tout n’est pas publié, tout n’est pas publié dans cette collection3.

3Près de 46 % des parutions sont des monographies, pour l’essentiel d’édifices ou d’ensembles (peu d’ouvrages d’art pris en tant que tels) : hôtels particuliers, châteaux et villas sont les plus représentés, puis les édifices religieux (architecture seule ou avec mobilier contenu), l’architecture militaire, le patrimoine industriel scientifique et technique, quelques hôtels de ville et préfectures, autant de théâtres, trois ports, quatre canaux de navigation et deux lignes de chemin de fer.

4Une dizaine de monographies portent sur l’œuvre d’architectes (dont trois numéros consacrés au seul André Lurçat) ou d’artistes à l’échelle d’une ville, d’un département ou d’une région.

  • 4 - Villes ou communes représentent 23,3 %, les départements 8,5 %, les régions 6,8 % et les autres e (...)

5Ces échelles de territoires, auxquelles il faut ajouter celles d’entités pluricommunales administratives, géographiques ou historiques (territoires de projet, vallée, bassin, pays, …)4, sont caractéristiques des titres qui traitent d’une composante ou d’une catégorie particulières de patrimoine (un peu plus de 38 % des parutions). Le patrimoine de l’industrie, présenté par branches (mine, coutellerie, métallurgie, textile, verre, céramique, sucre) plutôt que de manière globale, occupe la première place. Viennent ensuite églises et chapelles avec ou sans leur mobilier et les fortifications et ouvrages militaires. Sortent également du lot, une série sur la villégiature, deux autres respectivement sur les verrières d’églises et les peintures monumentales, enfin un thème émergent, la Reconstruction.

6Pour clore ce rapide tour d’horizon, il faut mentionner les ouvrages (près de 16 %) qui tendent à restituer le patrimoine dans toutes ses composantes, transposition dans la publication de la démarche généraliste (dite topographique) qui a présidé à l’enquête de terrain : dans les deux-tiers des cas il s’agit d’une agglomération, d’un quartier ou d’une commune et pour le tiers restant d’entités pluricommunales.

  • 5 - Les titres non évoqués dans l’article confirment si besoin cette diversité.
  • 6 - Les quatre numéros 19 à 22 consacrés aux Pays d’Audun-le-Roman, de Briey, de Longuyon et de Longw (...)

7Au-delà de leur diversité5, les titres de la collection privilégient donc certains types de patrimoine, deux manières de les aborder et deux échelles pour les approcher. Il est évidemment plus facile de faire découvrir une église ou un château ouverts à la visite et un hôtel particulier devenu bâtiment public qu’une demeure privée. Par ailleurs, l’intérêt de bien des composantes du patrimoine ne repose pas sur leur caractère exceptionnel ou leur singularité, mais sur leurs relations, des similitudes et des récurrences de traits d’où naîtront des appartenances de groupe : ce qu’il est plus aisé de démontrer en s’en tenant à une catégorie bien précise de patrimoine ou au sein du bâti dense d’une agglomération6.

  • 7 - Voir la devise de la quatrième de couverture. Jusqu’aux 150 premiers numéros et l’année 1997, la (...)

8La collection a pour but d’inviter « à emprunter les chemins du patrimoine », de convier « à la découverte des chemins du patrimoine » ou de guider « sur les chemins de la découverte »7 et se veut « un outil de tourisme culturel ». La maquette initiale suit le projet au pied de la lettre en associant un plan, des images et un texte, ces deux derniers faisant manifestement jeu égal (fig. n°1).

Figure 1

Figure 1

« Sainte-Adresse et le Nice havrais », 1992, n° 8 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures.

  • 8 - Huit titres seulement sur les cent trente premiers.
  • 9 - Quelques titres insèrent un feuillet volant potentiellement actualisable donnant des renseignemen (...)

9Un rabat porte le circuit de visite, une page d’images suit une page de texte, la pagination est réduite : le plan oriente, l’image donne à voir et le texte rend intelligible. Les cent trente premiers titres, exceptionnellement de plus de vingt-quatre pages8, jouent résolument la carte de la brochure support de visite9.

10La nouvelle maquette de la fin des années quatre-vingt-dix et l’avènement du dos « carré-collé » accompagnent une nouvelle économie générale des ouvrages (fig. n°2, n°3).

Figure 2

Figure 2

« Le château de Montlhéry, l’enceinte urbaine, l’hôtel-Dieu, la prison de la prévôté », 2001, n° 238 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures. Le plan se développe sur le rabat et la deuxième de couverture.

Figure 3

Figure 3

« L’observatoire astronomique de Strasbourg », 2009, n° 352 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures. Dernier état de la maquette qui stabilise les apports des dix dernières années de parution.

11La répartition de l’image et du texte s’assouplit, la pagination tend à augmenter ainsi que l’introduction10 ; bientôt vont apparaître encarts et éléments de bibliographie, une table des matières qui souligne de fait la bipartition entre une introduction et la visite. Cette dernière ne se décline pas systématiquement en proposition d’« itinéraires », « circuits », voire « promenade architecturale » comme précédemment, mais en simples « repères » positionnant sur le plan l’objet et le renvoi à sa description.

12Il est vrai qu’il n’est sans doute plus nécessaire d’imposer au visiteur un ordre dans la découverte d’un lieu, pas même celui, implicite, de la description. Outre les ressources de son libre-arbitre, le touriste contemporain dispose d’outils sophistiqués qui lui permettent de composer (parfois en temps réel) le circuit adapté aux objectifs, au temps et aux moyens dont il dispose. Les ouvrages se recentrent sur la mise à disposition d’une information de haut niveau : la logique interne du discours scientifique l’emporte sur une pédagogie de la découverte sur place, le guide s’efface devant le spécialiste.

  • 11 - Au sens d’« Ensemble des témoignages (littéraires, philosophiques, scientifiques, etc.), fruits d (...)

13En adoptant le nom d’ « itinéraires », la collection se plaçait dans la filiation de l’« Itinéraire général de la France » et des épais volumes à vocation encyclopédique de la Collection des Guides-Joanne. Paradoxalement, les petits ouvrages de poche abondamment illustrés de celle des Itinéraires et Parcours du patrimoine continuent cette tradition savante ; mais ils participent plus de la constitution progressive d’un Trésor national du patrimoine11 que de celle d’une encyclopédie.

Haut de page

Notes

1 - Voir : Les collections nationales des guides du patrimoine.

2 - En janvier 2007, les services chargés de l’Inventaire général du patrimoine culturel ont été transférés aux Régions et à la Collectivité territoriale de Corse. À cette occasion, les collections nationales des Images du patrimoine et des Cahiers du patrimoine, portées par les services de l’IGPC, ont été mises à disposition des nouvelles tutelles, tandis que celle des Itinéraires du patrimoine, partagée avec le Centre des monuments nationaux, est restée à cette dernière. Les ouvrages publiés sous la responsabilité des services chargés de l’Inventaire général prennent désormais place dans la collection des Parcours du patrimoine qui reste fidèle à la devise fondatrice des Itinéraires figurant sur la quatrième de couverture : « constituer un outil de tourisme culturel » au service de la « découverte » du patrimoine. Voir également le Répertoire des publications de l’Inventaire général du patrimoine culturel.

3 - Les Itinéraires et Parcours ne sont qu’un des supports de diffusion des résultats des opérations d’Inventaire général, qui, pour ne retenir que les ouvrages imprimés, peuvent être publiés dans les autres collections nationales comme hors de ces collections.

4 - Villes ou communes représentent 23,3 %, les départements 8,5 %, les régions 6,8 % et les autres entités pluricommunales 15,9 %.

5 - Les titres non évoqués dans l’article confirment si besoin cette diversité.

6 - Les quatre numéros 19 à 22 consacrés aux Pays d’Audun-le-Roman, de Briey, de Longuyon et de Longwy sont les rares contre-exemples offrant des circuits de découverte sur un vaste territoire, en l’occurrence l’arrondissement de Briey.

7 - Voir la devise de la quatrième de couverture. Jusqu’aux 150 premiers numéros et l’année 1997, la première formulation est de rigueur, exception faite de ce qui semble être un particularisme lorrain qui emploie la seconde expression ; cette dernière l’emporte ensuite et il faut attendre le n° 312 et la nouvelle maquette pour voir apparaître la troisième au cours de l’année 2008. On note que l’incitation (inviter, convier) à découvrir le patrimoine cède le pas à la conduite (guider), plus directive, au service d’une découverte qui ne se limite plus explicitement au patrimoine.

8 - Huit titres seulement sur les cent trente premiers.

9 - Quelques titres insèrent un feuillet volant potentiellement actualisable donnant des renseignements pratiques sur les conditions d’accès (horaires saisonniers, difficultés, etc.) : « Retables de Mayenne » (n° 2), « Moulins d’Anjou » (n° 4), « Les fortifications de l’Ubaye, de Vauban à Maginot » (n° 32), « Forts, tours et batteries des îles d’Hyères » (n° 33)...

10 - Voir : Inventaire général du patrimoine culturel. Rapport annuel 2008 du Conseil national de l’inventaire général du patrimoine culturel, p. 7-9.

11 - Au sens d’« Ensemble des témoignages (littéraires, philosophiques, scientifiques, etc.), fruits de la pensée humaine, et qui constituent l’essentiel des ressources intellectuelles et de la culture d’un pays, d’une communauté » donné par le Trésor de la langue française informatisé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende « Sainte-Adresse et le Nice havrais », 1992, n° 8 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 2
Légende « Le château de Montlhéry, l’enceinte urbaine, l’hôtel-Dieu, la prison de la prévôté », 2001, n° 238 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures. Le plan se développe sur le rabat et la deuxième de couverture.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 3
Légende « L’observatoire astronomique de Strasbourg », 2009, n° 352 : première de couverture, rabat de la deuxième de couverture et pages intérieures. Dernier état de la maquette qui stabilise les apports des dix dernières années de parution.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Coste, « Les « Itinéraires » et « Parcours du patrimoine » : entre support de visite et brochure savante », In Situ [En ligne], 15 | 2011, mis en ligne le 24 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://insitu.revues.org/600 ; DOI : 10.4000/insitu.600

Haut de page

Auteur

Georges Coste

Conservateur du patrimoine, Direction générale des patrimoines (DGPat), Service du patrimoine, Mission Inventaire général du patrimoine culturel,georges.coste@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page