Navigation – Plan du site
Connaissance du patrimoine religieux

Le monastère des bénédictines à Couvrechef, Caen (Calvados)

Alain Nafilyan

Résumés

Le monastère des bénédictines de Couvrechef à Caen représente un jalon important dans l’architecture monastique de la reconstruction en France après la Seconde Guerre mondiale. La simplicité, voire l’austérité de ses lignes, constitue la traduction architecturale du retour à la source originelle du monachisme tel qu’il fut édicté dans la règle de saint Benoît. L’architecte Jean Zunz reprend dans ses grandes lignes le plan traditionnel hérité des usages cisterciens, en privilégiant l’aspect fonctionnel par rapport à la recherche du spectaculaire ou de l’originalité. Il réserve à l’église un parti de plan plus contemporain afin de mettre en valeur cet espace liturgique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Figure 1

Figure 1

Ensemble du monastère pris depuis le sud-est, vers 1960. Cliché archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

  • 1 Sont classées parmi les monuments historiques l’église et la salle du chapitre (arrêté du 15 décemb (...)

1Aujourd’hui enserré dans un tissu urbain décousu, le monastère des bénédictines de Couvrechef à Caen ne se présente plus dans son contexte rural originel, lorsqu’il fut élevé d’un jet dans la vaste plaine qui entoure l’actuelle agglomération (fig. n° 1). Sa silhouette aux vastes volumes étagés se remarquait de loin grâce à son clocher ajouré et à l’immense mur goutterot de son église abbatiale. Les lignes orthogonales et strictes du tracé du monastère contrastent désormais avec l’anarchie environnante d’une zone péri-urbaine qui s’est développée à partir des années 1970. Les effets néfastes de la diminution des vocations de la communauté s’ajoutèrent à une politique municipale d’urbanisation mal maîtrisée ; la communauté fut contrainte à la vente d’une grande partie des terrains limitrophes, devenus constructibles. L’hallali final fut donné par la reconversion partielle des lieux à partir de 1986 en résidence pour personnes âgées, ce qui entraîna des extensions. Ces deux phénomènes se conjuguèrent pour brouiller la perception que l’on peut avoir aujourd’hui de cet ensemble, aujourd’hui protégé au titre des monuments historiques1. Il est l’œuvre de Jean Zunz, alors jeune architecte parisien sans expérience en matière de création religieuse. Son humilité naturelle le destinait à repenser librement le nouveau monastère dans le respect de la tradition séculaire du plan bénédictin. Il y fut aidé par un moine de l’abbaye de Solesmes, natif de la petite cité minière de May-sur-Orne, Dom Aubourg, qui le proposa comme architecte à la communauté des bénédictines. Le choix du maître d’œuvre fait, celui d’un artiste ne tarda pas : le jeune peintre Sergio de Castro fut appelé pour concevoir une verrière d’exception, celle dite de la « Création » qui éclaire l’ensemble du chœur des religieuses de l’église. Véronique David en livre une analyse détaillée dans la présente livraison : Castro et le défi du vitrail. Retraçons maintenant les grandes lignes du contexte historique dans lequel s’est située cette réalisation normande.

Aperçu historique2

  • 2 Pour la bibliographie du monastère des bénédictines, citons deux références : surtout et avant tout (...)
  • 3 Acquisition par la communauté de la SCI de Vaux-sur-Aure le 21 octobre 1950. Cette vente avait été (...)
  • 4 Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), créé en 1944.
  • 5 Achat du terrain par acte du 27 septembre 1956, autorisé par arrêté préfectoral du 10 juillet 1956.
  • 6 Un autre exemple de relogement hors les murs est celui de la communauté de la Charité, à la Guérini (...)

2C’est par lettres patentes du 23 avril 1639 que le roi Louis XIII autorise la fondation à Pont-l’Évêque (Calvados) d’un « couvent et monastère de Religieuses Bénédictines réformées ». Pour insalubrité, le monastère est transféré à Caen en mai 1642, à l’hôtel de Loraille, bâti en 1468 par Thomas de Loraille, bailli de Caen, sis 37 rue de Geôle. La Révolution chasse la communauté en 1792 qui se regroupe en 1804 dans l’ancien couvent des cordeliers situé rue Élie de Beaumont. Par lettres patentes du 18 janvier 1827, le roi confirme les statuts de la communauté des « religieuses Bénédictines de l’Adoration perpétuelle » qui seront simplement modifiés par décret du 24 avril 1915. La communauté des bénédictines de Caen fut durement éprouvée par les bombardements du 7 juin 1944. Elle trouva alors refuge au château de Vaux-sur-Aure, près de Bayeux où elles élurent domicile pendant près de dix ans3. Alors que se pose la question du terrain du futur monastère à reconstruire, le service du Remembrement de Caen attribue l’ancien terrain des bénédictines à la communauté des hospitalières de la Miséricorde, qui possédait la clinique chirurgicale rue du Vaugueux. Expropriées, les bénédictines envisagent tout d’abord la construction de leur nouveau monastère à Vaux-sur-Aure, tandis que la réinstallation de la communauté est prévue par les services du MRU4 « en banlieue », à Hérouville-Saint-Clair. C’est alors qu’une des religieuses de la communauté propose un terrain sur le lieu-dit « Couvrechef », situé alors en plaine cultivée, au nord de Caen5. C’était l’endroit rêvé ! D’une part l’achat permettait le maintien de la communauté à Caen, d’autre part la situation, excentrée, se conformait à la politique du M.R.U. qui, pour autant qu’il le pouvait, voulait reloger les congrégations religieuses contemplatives hors les murs6.

3Dès 1953, l’idée du retour à Caen fait donc son chemin et les religieuses font appel à un moine bénédictin de Solesmes natif du pays (May-sur-Orne), Dom Aubourg. Celui-ci pense alors à un jeune architecte parisien, Jean Zunz, pourtant inexpérimenté en matière d’architecture religieuse mais avec qui une affinité spirituelle naît. Assisté par Marcel Clot (1914-2000), architecte de la ville, Zunz dresse rapidement les plans du monastère, en relation étroite avec le bénédictin. Ils le soumettent à l’appréciation de Dom Gabriel Sortais, père général de l’ordre des cisterciens. Dans une correspondance de décembre 1953, ce dernier, qui avait été formé à l’École des beaux-arts, fait part de ses impressions :

Figure 2

Figure 2

La maquette du monastère. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

  • 7 Lettre du 21 décembre 1953 à J. Zunz, archives Direction régionale des affaires culturelles (copie)

4[...] J’avoue que je suis arrivé auprès des architectes avec un préjugé défavorable à leur projet. Mais je dois convenir aussi que, devant la maquette de bois (fig. n° 2) et devant les dessins, ma première impression fut déjà meilleure que la veille. En effet, il devenait clair pour moi que je me trouvais en présence d’un projet conçu par des hommes de talent et que leur but n’avait pas été de rechercher l’extraordinaire, ni même l’originalité. Puis, en examinant avec soin les dessins, on saisissait la pensée de l’artiste, des artistes, et on comprenait qu’ils n’étaient pas partis d’idées et de formes préconçues, mais qu’ils avaient été conduits logiquement par les particularités du site et par les exigences de la vie monastique [...]7

Figure 3

Figure 3

Plan au sol du monastère. Archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

  • 8 Rapport d’expertise de l’architecte Sibille du 29 janvier 1949 proposant comme montant de l’indemni (...)
  • 9 Discours dactylographié du 24 septembre 1979, archives de la communauté, Caen.

5Les plans sont prévus pour un monastère d’une communauté de 200 religieuses mais revus toutefois à la baisse, car au moment de la conception du projet, elles ne sont plus que 80. Toutefois la créance de l’indemnité peut faire espérer la réalisation d’un ensemble de grand style8. Dans le discours (1979) que prononce Zunz pour le dévoilement de la plaque anniversaire de l’inauguration du monastère, l’architecte revient sur la source d’inspiration du projet en citant « le plan traditionnel des abbayes cisterciennes [qui] s’imposa. Il nous apportait une rigueur, une discipline, une exigence, que nous pouvions à la fois transcrire et transgresser9 ». Le plan général est en effet conforme à la tradition bénédictine tout en privilégiant l’aspect fonctionnel (fig. n° 3) : église régulièrement orientée placée au nord du cloître, de plan longitudinal avec séparation des espaces par une clôture délimitant chœur des religieuses et « nef » des fidèles. Le rez-de-chaussée des ailes ouest et sud occupe l’ensemble des espaces fonctionnels nécessaires à l’activité matérielle d’une communauté. La subsistance économique de la communauté est prévue par la présence de la « dômerie », qui prend place au droit de la façade ouest de l’église et ménage une cour de service avec l’aile ouest du couvent : c’est l’espace réservé à la production et la vente de chocolats (fig. n° 4). Les étages de l’aile ouest constituent le dortoir des moniales. Le réfectoire prend place au sud, tandis que la « salle de communauté » occupe l’angle sud-est. L’ensemble de l’aile orientale du cloître est occupé par un préau qui permet de fermer le quadrilatère. La salle capitulaire, de plan carré, est située en limite orientale de l’église, dont elle est séparée par un dégagement. Une aumônerie, suivie d’une hôtellerie, est implantée au sud du monastère, dans l’alignement et en continuité de l’aile méridionale du monastère.

Figure 4

Figure 4

La cour dite « de service » avec le bâtiment de la dômerie à gauche, au fond, le parloir et à droite le « bâtiment des moniales », vers 1960. Cliché archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

  • 10 Journal de Mère Thérèse de la Trinité, économe. Entrée du 16 avril 1959. Archives de la communauté, (...)
  • 11 Un ascenseur est malheureusement venu couper en son milieu la galerie ouest du cloître.

6La première pierre est posée officiellement le 24 septembre suivant en présence de l’évêque de Bayeux. Le chantier dure six ans, la dédicace solennelle du monastère a lieu symboliquement à la date anniversaire du 24 septembre 1960, alors que la réception définitive des travaux date du 16 avril 195910. Mais l’histoire du monastère ne s’arrête pas à l’achèvement des travaux ! La communauté des moniales ne cesse alors de décroître et se trouve confrontée à des difficultés matérielles dans l’entretien de cet ensemble. La décision, lourde de conséquences, est prise de céder les lieux. En 1986, la maison de retraite Saint-Benoît prend possession du couvent à l’exception de l’église et de la salle capitulaire, qui reste affectée à la communauté. Des travaux d’extension sont effectués au sud et le bâtiment de la dômerie supprimé, entraînant ipso facto la disparition de la cour de service et la restructuration de l’espace du parloir. Cette conversion des lieux permet toutefois la survie de cet ensemble dont la plupart des espaces intérieurs ont été respectés et préservés11. La communauté, réduite à quelques religieuses, s’approprie les bâtiments de l’ancienne hôtellerie et aumônerie qui font l’objet de travaux de modernisation, dont la création d’une nouvelle chapelle.

Description architecturale

7Le traitement architectural suit la tradition cistercienne de dépouillement formel, tendant à montrer la nudité de la structure des murs et supports (béton brut sur les corniches, linteaux d’appui, etc.), dans l’idée de favoriser la prière contemplative. Jean Zunz traduit ce concept en adoptant un vocabulaire simple pour tous les espaces du monastère. L’ensemble des murs extérieurs reçoit un revêtement en pierre calcaire taillée en léger bossage tandis que les murs intérieurs sont à parement lisse. Les lambris d’appui sont sobrement traités, ainsi que l’ensemble de la menuiserie intérieure.

Figure 5

Figure 5

Le carré de cloître depuis le sud avec le grand remplage sud de l'église. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 6

Figure 6

Vue du monastère depuis l'est. Au premier plan, le préau couvert qui s'appuie contre la galerie orientale du cloître. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

8Conformément à la tradition bénédictine, le carré de cloître est l’espace névralgique du monastère autour duquel gravitent l’ensemble des bâtiments (fig. n° 5). Le carré lui-même est constitué de simples parterres engazonnés soulignés par quelques haies de buis (aujourd’hui disparues), séparés par des allées dissymétriques. Seule une croix de bois, très simple, aujourd’hui disparue, rappelait la destination des lieux. À Couvrechef, la galerie orientale n’est plus qu’un espace de liaison qui assure la fermeture du carré (fig. n° 6). Les galeries de cloître sont doublées par une circulation intérieure sur trois côtés, la transparence étant donnée par des menuiseries métalliques, conservées dans la nouvelle affectation des lieux. Les galeries extérieures expriment parfaitement le dessein de simplification formelle ; les piliers sont en pierre apparente équarrie tandis qu’une corniche en béton armé règne tout du long du carré (fig. n° 7). La charpente est apparente et un dallage de schiste évoque la rusticité des lieux (fig. n° 8). Ces galeries au vocabulaire simple et presque « brutaliste » constituent la traduction moderne de l’architecture cistercienne telle qu’on la trouve à l’époque de saint Bernard. L’esprit de recueillement et de pauvreté est similaire à celui que l’on ressent lorsque l’on visite Fontenay ou Sénanque. Les techniques et le vocabulaire changent, mais la permanence spirituelle demeure.

Figure 7

Figure 7

Galerie méridionale du cloître. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 8

Figure 8

Galerie nord du cloître avec la seconde galerie de circulation close en menuiserie de fer qui longe l'église, permettant l'accès à la salle du chapitre. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

9Depuis le carré de cloître, le bâtiment dit des moniales (en fait le dortoir) s’étend sur toute l’aile occidentale (fig. n° 9). On y trouve sur trois étages les cellules, au nombre de 80, aujourd’hui converties en chambres pour les pensionnaires de la maison de retraite (fig. n° 10).

Figure 9

Figure 9

Le bâtiment des moniales depuis le carré de cloître. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 10

Figure 10

Une cellule, vers 1960. À gauche de la fenêtre, la croix. Cliché archives de la communauté. Repro. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

10Le terme de cellule correspond bien à leur fonction : pièces de 2,22 m de large sur 2,77 m de profondeur, elles ne reçoivent comme décor qu’une simple croix en ciment sertie dans une plaque de verre bleu intégrée dans le mur côté croisée (fig. n° 11), œuvre du peintre verrier François Décorchemont (1880-1971). Quant au bâtiment lui-même, son imposant gabarit, en simple parement de moellons de calcaire non équarri est traité, à l’instar du carré claustral, dans un vocabulaire presque indigent : appuis horizontaux des baies et corniches traités en ciment. Seules les surfaces blanches verticales donnent un léger rythme à une composition répétitive.

Figure 11

Figure 11

La croix seul élément de décor de chaque cellule. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 12

Figure 12

Le réfectoire pris depuis le sud. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

11L’aile sud du monastère comprend le réfectoire (fig. n° 12) et, en prolongement, la « salle de la communauté » (fig. n° 13). Si le gabarit des deux bâtiments est identique, le traitement architectural diffère : le réfectoire est constitué de moellons non équarris, rythmé par 15 baies étroites et hautes, alors que la salle de la communauté fait place à de larges baies ouvrant sur le méridien. Le réfectoire, de vastes proportions, est traité dans le même esprit de grande simplicité (fig. n° 14) : lambris d’appui très simple avec un bandeau de ciment, charpente apparente. La chaire de la lectrice, en ciment moulé, conservée dans le nouvel aménagement de l’actuelle salle à manger, constitue le seul « accident » mobilier.

Figure 13

Figure 13

La salle de la communauté, prise depuis le sud-est. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 14

Figure 14

L'intérieur du réfectoire, vers 1960. Cliché archives de la communauté. Repro. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

12Zunz réserve un dessin beaucoup plus moderne à l’église, construite à partir d’un module de 5 m. Un porche d’entrée, qui intègre dans le même volume le hall d’entrée du monastère, précède la façade ; dans son prolongement se trouvait le bâtiment de la dômerie.

Figure 15

Figure 15

Élévation de la façade ouest de l'église abbatiale. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 16

Figure 16

Élévation nord-est de l'église abbatiale. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

13Le parti original adopté pour l’église frappe immédiatement par la dissymétrie de la composition de sa façade (fig. n° 15) : elle s’explique par la présence d’un immense mur septentrional formant comble à très forte pente et venant ainsi rompre la monotonie d’un plan très longitudinal et formant accessoirement « coupe-vent » (fig. n° 16). Une batterie de onze contreforts, équidistants de 5 m, construits en maçonnerie, sont dissimulés dans ce grand comble et viennent épauler le vaisseau de l’église. Ce faisant, des espaces secondaires sont aménagés, formant autant de « sacristies extérieures ». La division binaire d’une église conventuelle est strictement respectée : le chœur des fidèles accompagné de son sanctuaire, la clôture et le chœur des moniales (fig. n° 17). Ce long vaisseau reçoit un mode de couvrement original constitué de cinq modules de voûtes pyramidales inversées en béton armé, revêtues d’un enduit granuleux (fig. n° 18). Elles reposent directement sur les murs goutterots construits en maçonnerie à pierre appareillée. Ce couvrement scande l’espace, évitant une trop grande uniformité qu’occasionnerait un vaisseau en longueur.

Figure 17

Figure 17

Intérieur de l'église depuis le chœur des moniales vers l'ouest. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 18

Figure 18

Couvrement de l'église. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 19

Figure 19

Le chœur des fidèles, pris depuis la tribune. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 20

Figure 20

Le christ en croix, œuvre du sculpteur Roland Jacques. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

  • 12 Journal de Mère Thérèse de la Trinité, économe. Entrée du 6 mars 1958. Archives de la communauté, C (...)

14Le chœur des fidèles accueille le visiteur (fig. n° 19). Une tribune, jamais pourvue d’orgue, règne à l’entrée. Le maître autel, assez massif et très sobrement traité, avec son ciborium venant souligner la présence du Saint-Sacrement, attire l’attention de l’observateur. Dans une conception formelle si dépouillée, le ciborium crée une scénographie verticale avec des lignes de fuite diagonales qui contrastent fortement avec les lignes orthogonales. L’étroitesse du vaisseau (10 m) vient encore rehausser sa monumentalité presque écrasante. En suspension sous le dais du ciborium, comme en apesanteur, « flotte » la statue du Christ en croix couronné, en cuivre repoussé (fig. n° 20). Cette œuvre très personnelle du sculpteur Roland Jacques s’adapte parfaitement à l’esprit du lieu. L’artiste a donné au corps du Christ un rendu formel très stylisé dans un langage contemporain alors que le visage du Sauveur de l’Apocalypse, couronné, peut apparaître comme une citation très lointaine des figures romanes ancestrales, comme les vieillards du tympan de Moissac. La clôture sépare le chœur des fidèles des religieuses (fig. n° 21). Ce dernier est composé d’un vaste espace rectangulaire avec de chaque côté les 80 stalles sur deux rangs, dont le dessin, de Zunz, a été réalisé par l’entreprise Latapie (Caen) (fig. n° 22). La monumentale verrière de Sergio de Castro, conçue à partir du remplage béton préexistant, éclaire au sud le chœur des religieuses de l’église abbatiale. Cette œuvre, dont Jean Zunz savait qu’elle serait de « qualité exceptionnelle qui peut-être fer[ait] date dans l’histoire du vitrail12 » forme un saisissant contraste avec son environnement architectural. La savante iconographie semble aussi bien éloignée en apparence de la simplicité du rythme des heures des prières.

Figure 21

Figure 21

La clôture de chœur. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

Figure 22

Figure 22

Le chœur des religieuses. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

15Il faut noter les circulations internes qui entourent l’église. Au nord, les sacristies, au sud, la galerie intérieure du cloître qui dessert conjointement l’église et la salle du chapitre, elle-même séparée de l’église par une circulation qui traverse la base du clocher.

Figure 23

Figure 23

La salle du chapitre. Phot. Alain Nafilyan.

© CRMH Basse-Normandie.

16La salle capitulaire a été située dans le prolongement de l’axe de l’église (fig. n° 23). Elle reçoit un couvrement identique au grand vaisseau : quatre supports de section carrée en béton brut reçoivent le couvrement de cette salle qui affecte un plan rigoureusement carré. La granulosité du parement des caissons pyramidaux permet une acoustique optimale dans cet espace réservé à la lecture quotidienne d’un chapitre de la règle de saint Benoît. Elle reçoit un éclairage direct par des dalles de verre translucide serties dans un remplage en béton sur le mur oriental.

Conclusion

  • 13 PICHARD, Joseph. Le 10e salon d’art sacré. II - Monastères et ensembles paroissiaux, La constructio (...)

17À Couvrechef, les lieux sont un appel à la méditation, ils ignorent tout « plasticisme » incantatoire qui apparaîtrait comme un manifeste architectural. Zunz a privilégié l’adéquation de la forme à la fonction, l’harmonie des proportions, sans toutefois tomber dans un académisme purement fonctionnel, plagiat d’une époque révolue. L’esprit d’humilité règne afin que l’on n’oublie jamais où l’on se trouve : lieu destiné à la prière, à la clôture. À ce titre, le monastère de Couvrechef n’a pas l’ambition de Ronchamp ou de La Tourette, que Joseph Pichard qualifiait de « véritable expression plastique du sacré »13. Mais n’est-ce pas l’inverse en définitive ? Avec Le Corbusier, ne tombe-t-on pas dans l’affichage d’une doctrine trop écrasante au regard d’un espace dévolu à la prière ? Pour autant, l’église abbatiale de Couvrechef, par son parti architectural original, affiche un caractère contemporain plus affirmé. Elle sert d’écrin à la verrière de Castro qui peut être lue indépendamment des lieux, tel un grand tableau coloré. Le monastère de Couvrechef à Caen s’impose comme une œuvre majeure de la reconstruction religieuse en Basse-Normandie.

Haut de page

Notes

1 Sont classées parmi les monuments historiques l’église et la salle du chapitre (arrêté du 15 décembre 2005), le reste des bâtiments est inscrit au titre des monuments historiques (arrêté du 29 mars 2005).

2 Pour la bibliographie du monastère des bénédictines, citons deux références : surtout et avant tout : Dom AUBOURG. Le monastère des Bénédictines du Saint-Sacrement de Couvrechef, dans Art de Basse-Normandie, n° 26 (1962), p. 24-28. En second lieu : Prieuré des Bénédictines du Saint-Sacrement de Caen. Rouen : CRDP, 1980 (Coll. Abbayes et prieurés de Normandie, n° 27).

3 Acquisition par la communauté de la SCI de Vaux-sur-Aure le 21 octobre 1950. Cette vente avait été réalisée dans le but de transférer les dommages de guerre de Caen à Vaux-sur-Aure. Délibération du conseil d’administration de la communauté du 30 octobre 1950. Archives de la communauté, Caen.

4 Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU), créé en 1944.

5 Achat du terrain par acte du 27 septembre 1956, autorisé par arrêté préfectoral du 10 juillet 1956.

6 Un autre exemple de relogement hors les murs est celui de la communauté de la Charité, à la Guérinière, au sud de la ville de Caen.

7 Lettre du 21 décembre 1953 à J. Zunz, archives Direction régionale des affaires culturelles (copie).

8 Rapport d’expertise de l’architecte Sibille du 29 janvier 1949 proposant comme montant de l’indemnité la somme de 44.622.536 F., valeur 1948. Archives de la communauté, Caen.

9 Discours dactylographié du 24 septembre 1979, archives de la communauté, Caen.

10 Journal de Mère Thérèse de la Trinité, économe. Entrée du 16 avril 1959. Archives de la communauté, Caen.

11 Un ascenseur est malheureusement venu couper en son milieu la galerie ouest du cloître.

12 Journal de Mère Thérèse de la Trinité, économe. Entrée du 6 mars 1958. Archives de la communauté, Caen.

13 PICHARD, Joseph. Le 10e salon d’art sacré. II - Monastères et ensembles paroissiaux, La construction moderne, n° 1, 1961. L’auteur présente Couvrechef p. 55-56.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Ensemble du monastère pris depuis le sud-est, vers 1960. Cliché archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 2
Légende La maquette du monastère. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Figure 3
Légende Plan au sol du monastère. Archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 4
Légende La cour dite « de service » avec le bâtiment de la dômerie à gauche, au fond, le parloir et à droite le « bâtiment des moniales », vers 1960. Cliché archives de la Communauté. Repro. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Figure 5
Légende Le carré de cloître depuis le sud avec le grand remplage sud de l'église. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 6
Légende Vue du monastère depuis l'est. Au premier plan, le préau couvert qui s'appuie contre la galerie orientale du cloître. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 7
Légende Galerie méridionale du cloître. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 8
Légende Galerie nord du cloître avec la seconde galerie de circulation close en menuiserie de fer qui longe l'église, permettant l'accès à la salle du chapitre. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 9
Légende Le bâtiment des moniales depuis le carré de cloître. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 10
Légende Une cellule, vers 1960. À gauche de la fenêtre, la croix. Cliché archives de la communauté. Repro. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 11
Légende La croix seul élément de décor de chaque cellule. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 12
Légende Le réfectoire pris depuis le sud. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 13
Légende La salle de la communauté, prise depuis le sud-est. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 14
Légende L'intérieur du réfectoire, vers 1960. Cliché archives de la communauté. Repro. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Figure 15
Légende Élévation de la façade ouest de l'église abbatiale. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Figure 16
Légende Élévation nord-est de l'église abbatiale. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 17
Légende Intérieur de l'église depuis le chœur des moniales vers l'ouest. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 18
Légende Couvrement de l'église. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 19
Légende Le chœur des fidèles, pris depuis la tribune. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 20
Légende Le christ en croix, œuvre du sculpteur Roland Jacques. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 21
Légende La clôture de chœur. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Figure 22
Légende Le chœur des religieuses. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 23
Légende La salle du chapitre. Phot. Alain Nafilyan.
Crédits © CRMH Basse-Normandie.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6134/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Nafilyan, « Le monastère des bénédictines à Couvrechef, Caen (Calvados) », In Situ [En ligne], 12 | 2009, mis en ligne le 03 novembre 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/6134 ; DOI : 10.4000/insitu.6134

Haut de page

Auteur

Alain Nafilyan

Chargé d'études documentaires, conservation régionale des monuments historiques, direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie. alain.nafilyan@culture.gouv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page