Navigation – Plan du site
Connaissance du patrimoine religieux

Quand l’inventaire se fait diagnostic : les édifices religieux dans le Finistère de 1801 à 1905

Gwenaël Fauchille

Résumés

Le conseil général du Finistère a réalisé en huit mois, pendant l’année 2008, un inventaire exhaustif des édifices religieux publics construits entre le Concordat (1801) et la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905. Il est le préalable indispensable à la connaissance, à la valorisation et à la restauration de ces édifices. Considéré comme un outil d’aide à la décision, il permettra des interventions argumentées et raisonnées lors de la mise en place des budgets prévisionnels de subventions pour les restaurations futures grâce à une expertise sur l’intérêt architectural et patrimonial mais aussi sur l’état sanitaire actuel de ces édifices.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Le conseil général du Finistère (service Action patrimoniale, direction Environnement, Culture, Sport et Jeunesse) a réalisé en 2008 un inventaire exhaustif des édifices religieux publics construits au XIXe siècle, plus précisément entre le Concordat (1801) et la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905.

2Pour l’instance politique, cet inventaire est le préalable indispensable non seulement à la connaissance et à la valorisation mais aussi à la conservation et à la restauration de ces édifices. En effet, commentaires historiques, descriptifs mais aussi photographies, accompagnés d’un état sanitaire (de l’extérieur et de l’intérieur) apportent, pour la première fois, une expertise sur l’intérêt architectural et patrimonial mais aussi sur les problèmes de conservation actuels de ces édifices.

3L’inventaire des édifices religieux publics du XIXe siècle dans le Finistère peut donc être considéré comme un outil d’aide à la décision. Il permettra des interventions argumentées et raisonnées lors de la mise en place des budgets prévisionnels de subventions pour les interventions futures. (fig. n° 1)

Figure 1

Figure 1

Brignogan, chapelle-Pol : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest ; reconstruite en 1870. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

4Cette mission de huit mois (15 mars – 15 novembre 2008) a permis de dresser un inventaire de ce patrimoine selon la méthodologie du ministère de la Culture, au sein du service de l’Inventaire du patrimoine culturel (région Bretagne) qui assure le suivi scientifique et technique. Ce suivi a permis la création d’une base de données sous forme de dossiers électroniques qui sont accessibles sur les sites du département et de la région Bretagne1.

5L’ensemble de la documentation a été mis en forme suivant les systèmes d’indexation de l’Inventaire général, donnant lieu à la création d’une base de données utilisant le logiciel Renabl. Cette base se compose de fiches Architecture (Mérimée) comprenant, pour chaque édifice recensé, la dénomination du bâtiment et de ses parties constituantes, la localisation (commune, lieu-dit), des éléments historiques et descriptifs, ainsi qu’une classification typologique. À chaque fiche sont adjointes les références documentaires (bibliographie, documents d’archives), une image significative, des illustrations et des données de géoréférencement. Les informations contenues dans les bases de données de l’Inventaire des cantons du Faou et de Quimperlé ont été reprises, parfois partiellement, voire complétées et mises à jour. Un choix d’images restreint vient illustrer ces notices pour lesquelles un renvoi au dossier d’origine est systématiquement opéré. Un travail de cartographie a également été réalisé : 23 cartes sont présentées2. (fig. n° 2)

Figure 2

Figure 2

Carte des communes du Finistère concernées par l’opération. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

6Les édifices pris en compte font partie du domaine public et ont été construits ou reconstruits dans leur majorité (plus de 50 %) entre 1801 et 1905. Après cette date, les édifices construits appartiennent au diocèse de Quimper ou aux propriétaires privés. N’ont donc pas été pris en compte les édifices religieux relevant des congrégations, des manoirs, des cliniques privées et des établissements scolaires privés.

7Quelques chiffres permettent de cerner la mission :

- Distance parcourue : 7 000 kilomètres ;

- Temps nécessaire : 8 mois ;

- Nombre d’édifices recensés : 203 édifices (79 chapelles et 125 églises) soit entre 6 et 12 édifices recensés par jour de terrain ;

- Aire d’étude : département du Finistère, 151 communes concernées sur 283 (et 330 paroisses) ;

- Nombre d’illustrations : 7 600 photos prises, 1 700 présentées dans les dossiers.

(fig. n° 3, n° 4)

Figure 3

Figure 3

Bolazec, église paroissiale Notre-Dame et Saint-Guénaël : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest (1785 ; 1865) ; Jules Boyer architecte. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 4

Figure 4

Plonévez-Porzay, chapelle Sainte-Anne-La-Palud : vue extérieure de l’édifice au nord-ouest ; édifiée d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot, (1858 ; 1864). Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008. 

Le contexte historique et architectural

8Quatre points essentiels permettent d’expliquer cet essor architectural : un taux de pratique religieuse exceptionnel, la réaction du clergé face au Concordat, une croissance démographique affirmée grâce aux progrès de l’agriculture et un cadre administratif favorable.

Un taux de pratique religieuse exceptionnel

  • 3 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)

9Au début du XIXe siècle, le Finistère est considéré comme un département à part, en partie du fait de sa réserve vis-à-vis de la Révolution, de Paris et de l’emploi de la langue bretonne. Le département est divisé en deux cultures qui s’opposent : « l’une indigène (emploi de la langue bretonne), orale, rurale et paroissiale, religieuse et même cléricale ; l’autre allogène (française), écrite, urbaine, bureaucratique, laïque et même laïciste »3. Mais la religion reste une composante dominante de la culture finistérienne du XIXe siècle.

  • 4 LAGRÉE, Michel. « D’une Bretagne à l’autre », dans CROIX, Alain. Bretagne Images et Histoire. Renne (...)
  • 5 LAGRÉE, Michel. « D’une Bretagne à l’autre », dans CROIX, Alain. Bretagne Images et Histoire. Renne (...)

10« La reconstruction concordataire a été bien plus rapide ici qu’ailleurs en France. Les taux de pratique religieuse en zone rurale, mesurée seulement à partir des années 1880, sont en général supérieurs à 80 %, voire à 90 %. (…) Les pardons bas-bretons sont spectaculairement réactivés et par un clergé de plus en plus marqué par le populisme religieux ultramontain et par les facilités nouvelles de circulation »4. Les missions paroissiales quadrillent efficacement le territoire (croix de mission), l’art des tableaux commentés (taolennoù) atteint son apogée5.

Une réaction du clergé conservateur

  • 6 C’est-à-dire issues de l’évêché de Léon (partie nord du Finistère) dont le siège épiscopal était Sa (...)
  • 7 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)
  • 8 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)
  • 9 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)
  • 10 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)

11En réaction au Concordat, qui transforme les prêtres et les évêques en quasi-fonctionnaires, l’empreinte du courant rigoriste dont la promotion est assurée par les évêques de Quimper, Mgr de Poulpiquet puis Mgr Graveran, devient plus sensible. Le Grand Séminaire de Quimper qui forme les curés, applique les concepts de l’Ancien Régime et suit les conceptions léonardes6 (radicales) de la vie, du salut et de la mort7. Le clergé adopte une attitude offensive dans l’évangélisation du territoire et met en place des missions paroissiales assurées, après 1840, par le clergé diocésain ou par les jésuites8. Ce prosélytisme est directement inspiré des méthodes du XVIIe siècle basées sur la pénitence, la conversion, le culte des saints et l’essor du culte marial9. Ainsi « les couronnements de Notre-Dame-de-Rumengol en 1858, de Notre-Dame-du-Folgoët en 1888 et de Notre-Dame-des-Portes à Châteauneuf-du-Faou en 1893, attirent des dizaines de milliers de pèlerins, fidèles aussi à trois cents pardons locaux »10.

  • 11 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitai (...)
  • 12 CHÉDEVILLE, André, CROIX, Alain. Histoire de la Bretagne. Paris : PUF, 1993, p. 106.
  • 13 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitai (...)

12Jusqu’en 1914, la paroisse forme une unité sociale, morale et mentale où se maintient la pratique religieuse. À la campagne, la paroisse, plus que la commune, unit la population11. Le cléricalisme est enraciné grâce au culte des saints et à la multiplication des pardons et l’accès aux ordres constitue encore un vecteur d’ascension sociale12. Mais le département n’est pas uniforme. Si le Léon est attaché à son clergé, la Cornouaille présente des unités culturelles diverses, tels que la Troménie à Locronan et le pardon de Sainte-Anne-la-Palud ou encore les manifestations du pays de Fouesnant, plus laïc13.

Une croissance démographique affirmée

  • 14 CHARPY, Jacques. Dénombrements de la population des communes du Finistère (1790-1968). Bulletin de (...)
  • 15 132 conserveries de sardines à l’huile sur les 160 que compte la France se situent en Bretagne.
  • 16 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitai (...)
  • 17 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)

13La population du Finistère ne cesse de croître tout au long du XIXe siècle : de 439 000 habitants en 1800, à 617 000 habitants en 1851, jusqu’à 773 000 habitants en 190114. À partir de 1861, il devient le département breton le plus peuplé jusqu’en 1999. À partir de 1852, les grands travaux publics emploient une main-d’œuvre massive, paysanne notamment. L’industrie agro-alimentaire littorale15, et le développement de la pêche incitent les populations venues du centre Bretagne à venir s’installer sur la côte, notamment dans les villes, et favorisent l’exode rural. Entre 1861 et 1911 les agglomérations comme Brest (+ 33 %), Quimper (+ 69 %) ou Quimperlé (+ 44 %) connaissent une forte croissance16. D’autres villes voient ce phénomène s’intensifier comme Douarnenez (+ 182 %) et Concarneau (+ 162 %)17. La construction de nouvelles églises, parfois ex nihilo comme l’église Saint-Budoc dans le quartier de Beuzec-Conq à Concarneau ou bien du Sacré-Cœur à Douarnenez accompagne le développement de l’urbanisme et l’accroissement des villes. De nouveaux quartiers sont créés, de nouvelles paroisses apparaissent.

14Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, la croissance démographique, les mouvements de population et, dans une moindre mesure, les destructions dues à la Révolution rendent obsolètes une partie des édifices hérités de l’Ancien Régime : églises trop petites ou vétustes, alors que la solution de l’agrandissement, peu appréciée, est rarement retenue.

Un cadre administratif favorable

15Globalement, l’organisation concordataire offre un cadre administratif et budgétaire pour une production architecturale d’une grande efficacité.

  • 18 Demeures du sacré, dossier de l’exposition, Archives nationales, musée de l’histoire de France, 199 (...)
  • 19 BONNET, Philippe. Églises du XXe siècle en Bretagne de la loi de séparation à Vatican II (1905-1962 (...)

16En terme de construction d’églises au XIXe siècle, les départements bretons se situent très largement au-dessus de la moyenne nationale que l’on évalue à 25 %18. « En Ille-et-Vilaine, 169 paroisses sur 367 (46 %) voient leur église entièrement reconstruite. [Si on prend en compte les églises partiellement rebâties, transformées ou restaurées, ce chiffre s’élève à 269]. En Loire-Atlantique, on dénombre 168 chantiers pour la seconde moitié du siècle. Les Côtes-d’Armor comptent 198 églises bâties au XIXe siècle, le Morbihan 185 »19. Le Finistère se situe dans la même proportion (45 %) avec 214 édifices religieux reconstruits à plus de cinquante pour cent durant le XIXe siècle.

17Pendant cette période où le chômage est fort, l’Église réalise ici une opération de séduction de ses ouailles et provoque une émulation entre les paroisses. Réduire le chômage par un programme architectural est pour les autorités locales ou nationales, publiques ou religieuses, un moyen de s’attirer la sympathie de la population.

Analyse architecturale

Le classement chronologique

18Quarante-sept édifices (soit un quart) ont été réalisés entièrement ou en partie pendant la première moitié du XIXe siècle ; 157 (soit les trois quarts) pendant la seconde moitié du siècle. La période la plus dynamique en termes de construction est sans aucun doute le troisième quart du XIXe siècle (de 1856 à 1875) qui représente près de la moitié des édifices religieux construits tout au long du XIXe siècle. (fig. n° 5, n° 6)

Figure 5

Figure 5

Carte de répartition chronologique des édifices par quart de siècle. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008

Figure 6

Figure 6

Carte de répartition des édifices du troisième quart du XIXe siècle. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

19La première moitié du XIXe siècle se caractérise par un taux faible de construction. Certains facteurs économiques sont en cause. En effet, jusqu’en 1848, le Finistère connaît des périodes de disette et de pénurie alimentaire. Des émeutes ont lieu à Brest, Saint-Pol-de-Léon, Landerneau, Landivisiau et Plouescat. La mendicité est, elle aussi, omniprésente. Dans ce contexte économique difficile, l’argent n’est pas investi dans la construction ou l’agrandissement des églises. La révolution agricole se met lentement en place dès les années 1820-1830 mais c’est seulement à partir de 1840 que les progrès techniques ont un impact réel.

  • 20 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions B (...)

20La seconde moitié du XIXe siècle est caractérisé par l’accès à la propriété, le recul de la misère, le progrès des techniques agricoles et le développement du commerce et des réseaux de communication. « L’arrivée du chemin de fer qui atteint Quimper en 1863 et Brest en 1865 va permettre de compenser en partie l’éloignement géographique d’un Finistère à l’écart des grands courants nationaux »20. La construction, la reconstruction ou l’agrandissement des églises entre 1850 et 1905 s’expliquent par trois facteurs déterminants : l’essor démographique, l’orgueil rectoral ou paroissial et la ferveur religieuse. Le nombre d’habitants détermine la taille de l’édifice et les ressources. La réalisation de faux transepts, par exemple, permet des investissements financiers moins lourds. (fig. n° 7, n° 8)

Figure 7

Figure 7

Carte de répartition chronologique des édifices par demi-siècle. Phot. G. Fauchille

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 8

Figure 8

Histogramme : répartition chronologique. Phot. G. Fauchille

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

L’implantation géographique

21Les édifices religieux sont répartis sur l’ensemble du département de manière à peu près homogène : 151 des 286 communes que compte le Finistère, possèdent au moins un édifice religieux du XIXe siècle. Seules les communes du centre-nord du territoire et de la pointe du cap Sizun ne possèdent pas d’édifices religieux de cette période.

22De manière plus locale, l’implantation majoritaire de ces édifices (110 édifices), se situe en village. Près d’un quart sont situés en ville, 17 % sont en écart et 6 % seulement sont isolés. En outre, on observe certaines disparités de répartition. Si une grande majorité des communes concernées ne compte qu’un seul édifice, 21 communes en ont 2, 4 en possèdent 3 et 4 communes en possèdent 4 (dans le nord du département). Seule la ville de Brest en a 9. (fig. n° 9, n° 10)

Figure 9

Figure 9

Carte de densité des édifices par commune. Phot. G. Fauchille

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 10

Figure 10

Diagramme : implantation géographique. Phot. G. Fauchille

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

La structure

  • 21 LENIAUD, Jean-Michel. Les cathédrales au XIXe siècle, Étude du service des édifices diocésains. Par (...)

23La recherche d’une amélioration de la maîtrise des coûts et de la qualité architecturale débouche sur des plans-type proposés dès la Monarchie de Juillet (1830) sur tout le territoire national. « Les églises furent construites selon un principe semblable au rationalisme tendant à économiser au mieux les matériaux et à concevoir les espaces intérieurs de façon la plus fonctionnelle qui soit, tant du point de vue de la liturgie que de la disposition de l’assistance. »21

24Trois types de plan utilisés par les architectes se dégagent : le plan en croix latine (112 édifices), le plan allongé (52 édifices) et le plan rectangulaire (36 édifices). De manière très marginale, nous trouvons aussi un plan tréflé, un plan régulier en L et un plan irrégulier. (fig. n° 11)

Figure 11

Figure 11

Histogramme : type de plan. Phot. G. Fauchille

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

25Plus de la moitié des édifices possèdent une nef à trois vaisseaux, et un peu moins de la moitié des édifices ne possède qu’un seul vaisseau. Seuls trois édifices sont composés de deux vaisseaux et deux édifices de cinq vaisseaux.

  • 22 La kersantite est une roche magmatique, de composition proche du granite, que l’on trouve uniquemen (...)

26Les matériaux employés dans la construction des édifices religieux sont : le granite (202 édifices), le schiste (56 édifices), le grès (12 édifices), la kersantite22 (15 édifices), la microdiorite quartzique (10 édifices) et de manière marginale, la brique (4 édifices).

  • 23 La microdiorite quartzique est extraite sur les communes de Loperhet, Logonna-Daoulas et L’Hôpital- (...)

27Le gros œuvre est généralement constitué de moellon de granite et/ou de schiste, d’extraction locale, très souvent enduit de ciment. Le parement en revanche est composé de pierre de taille de granite en grande majorité, de schiste (un quart des édifices) et de manière plus localisé de microdiorite quartzique23 (ou pierre de Logonna). En effet, les matériaux sont choisis en fonction du lieu d’implantation du chantier : granite de Pont-Aven ou de Trégunc pour le sud du département, kersantite, granite à grain fin de Quimper, ardoises de Châteauneuf-du-Faou, de Saint-Goazec ou de Châteaulin. Les encadrements des baies et les chaînages d’angle sont systématiquement réalisés en pierre de taille de granite.

28On constate aussi que plus de moitié des édifices possède un lambris de couvrement. Celui-ci est toujours peint (à quelques exceptions près), souvent en bleu et parfois même très richement décoré. Enfin, l’ardoise comme matériau de couverture est omniprésente. (fig. n° 12, n° 13, n° 14, n° 15)

Figure 12

Figure 12

Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : détail du lambris de couvrement dans la nef. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 13

Figure 13

Ploudiry, église paroissiale Saint-Pierre (1853-1856) : détail du lambris de couvrement à la croisée du transept. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 14

Figure 14

Guissény, chapelle Notre-Dame : détail du lambris de couvrement (1874). Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 15

Figure 15

Plouvorn, église paroissiale Saint-Pierre : détail du lambris de couvrement dans le chœur (1892). Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Les styles

  • 24 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (di (...)
  • 25 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (di (...)

29« Le développement d’une architecture moderne historiciste apparaît comme la conséquence naturelle de cette explosion culturelle, qui fait du patrimoine une priorité »24. La « seconde génération, celle de Jacques Mellet à Rennes ou de Joseph Bigot à Quimper, adapte la vogue des styles historiques à un répertoire de plus en plus référencé au plan archéologique »25. Le style néo-gothique supplante le néo-classicisme, car il est non seulement le symbole de la foi chrétienne, en référence au Moyen Âge, mais il est surtout une réaction à la Révolution. L’architecte diocésain Joseph Bigot met en exergue la puissance du gothique et l’effet exercé sur les fidèles. Selon lui, le gothique du XIIIe siècle, par sa sobriété, représente au mieux la foi chrétienne. Le renouveau architectural est indissociable de la rechristianisation du pays.

  • 26 LAROCHE, Claude. « Les enjeux multiples de l’architecture religieuse du second XIXe siècle en Franc (...)

30Le style architectural le plus en vogue à cette époque est sans conteste le néo-gothique mais les architectes choisissent souvent la période fin XIIe et début XIIIe siècle qui leur offre plus de souplesse stylistique. Les créations résultent soit d’une synthèse puis d’une composition, soit d’un assemblage à visée unitaire des différents éléments26.

31Même si nous observons que le style néo-gothique est majoritaire (62 %), le XIXe siècle se caractérise par la reproduction des styles hérités du passé : néo-classique (12 %), néo-gothique et néo-roman (26 %). (fig. n° 16, n° 17, n° 18, n° 19, n° 20, n° 21, n° 22, n° 23)

Figure 16

Figure 16

Garlan, église paroissiale Notre-Dame, de style néo-gothique (1877-1879) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 17

Figure 17

Garlan, église paroissiale Notre-Dame de style néo-gothique (1877-1879) : vue intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 18

Figure 18

Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Guénolé, de style néo-roman (1898-1901) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 19

Figure 19

Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Guénolé, de style néo-roman (1898-1901) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 20

Figure 20

Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour, de style néo-classique (1847 ; 1877) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 21

Figure 21

Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour, de style néo-classique (1847 ; 1877) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 22

Figure 22

Plounévez-Lochrist, église paroissiale Saint-Pierre, un exemple d’éclectisme par l’architecte Rivoalan (1712 ; 1769 ; 1871 ; 1873) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 23

Figure 23

Châteauneuf-du-Faou, église paroissiale Saint-Julien et Notre-Dame par l’architecte Jules Boyer (1730 ; 1740 ; 1869 ; 1878), exemple de confrontation de styles : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Les bâtisseurs

Les architectes

32Nous connaissons les auteurs de 151 édifices, soit des trois quarts de l’ensemble des constructions des édifices religieux. Pour le quart restant (53 édifices), nous n’avons pas pu trouver d’informations. (fig. n° 24)

Figure 24

Figure 24

Diagramme : répartition des édifices par architecte. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

33Durant cette période, une demi-douzaine d’architectes œuvre dans le département. Les principaux architectes qui ont dressé les plans d’une construction ou d’une reconstruction ou bien qui ont dirigé les travaux sont :

Architecte

Nombre d’édifices

Pourcentage du corpus

Style

Joseph Bigot

48

24 % 

8 néo-classiques

35 néo-gothiques

5 néo-romans

Ernest Le Guerrannic

26

13 %

2 néo-classiques

18 néo-gothiques

6 néo-romans

Jean-Marie Abgrall

12

6 % 

9 néo-gothiques

3 néo-romans

Jules Boyer

12

6 %

tous néo-gothiques mais 3 présentent des façades occidentales classiques

Gustave Bigot

10

5 %

8 néo-gothiques

2 néo-romans

(tous réalisés en collaboration avec son père)

Armand Gassis

4 % 

5 néo-gothiques

4 néo-romans

Édouard Puyo

8

4 %

1 néo-classique

7 néo-gothiques

34À eux seuls, ils sont à l’origine de 125 édifices, soit 62 % du total du corpus. En outre, on connaît dix-huit autres architectes qui ont contribué de manière plus marginale à la construction d’édifices religieux.

  • 27 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (di (...)
  • 28 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitai (...)
  • 29 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitai (...)

35Joseph Bigot (1807-1894) est l’architecte le plus prolixe et le mieux connu. Il ne réalise pas moins de 48 chantiers (construction ou restauration) dans le département soit presque un quart des édifices religieux du XIXe siècle dans le Finistère ! « Dans ce département si loin de Paris, la personnalité exceptionnelle de l’architecte-archéologue Joseph Bigot constitue un véritable point de référence pour l’histoire de la culture architecturale du siècle. »27 Deux chantiers lui ont permis d’accéder à la notoriété : la construction des flèches de la cathédrale Saint-Corentin à Quimper et la reconstruction de l’église Sainte-Croix de Quimperlé. Il devient architecte départemental en 1835 puis architecte diocésain en 1848 jusqu’à sa mort. Il choisit un style plus régionaliste jusqu’en 1868 puis se tourne ensuite vers un néogothique plus « officiel » inspiré du XIIIe siècle. Nolwenn Rannou explique que l’église de Saint-Thurien, la dernière église de Bigot, est « d’une extrême froideur, l’architecte semble se fourvoyer dans une impasse où la notion de style a perdu tout son sens »28. Les clochers sont des imitations de modèles locaux des XVe et XVIe siècles (sauf à Scaër, Moëlan-sur-Mer et Douarnenez) mais comme le précise Nolwenn Rannou, « les églises de Bigot ne sont jamais entièrement des pastiches d’œuvres anciennes ; ses imitations […] se cantonnent à des éléments précis. Il élabore ses projets non comme un ensemble mais à partir d’un catalogue d’exemples (façades, clochers, chevets, arcades, décors, couvrements) qu’il juxtapose ensuite. L’unité de style […] est donc peu respectée. »29

  • 30 Cette notice a pu être rédigée grâce à une communication personnelle de Brigitte Saulais, conservat (...)

36Ernest Le Guerrannic est né au Conquet (Finistère) le 16 octobre 1831 et mort à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) en décembre 1915. Son nom apparaît dès 1856 alors qu’il n’a que 25 ans, dans le dossier consacré à la reconstruction de la flèche de l’église de Lampaul-Ploudalmézeau (29), endommagée par la foudre. On peut supposer qu’à cette date précoce, il a travaillé aux côtés de Joseph Bigot, architecte diocésain du Finistère, pour la construction de l’église du Conquet. À cette époque, son père, Jean-Marie Le Guerrannic, alors maire, avait signé les devis de travaux de reconstruction de l’église. À partir de 1874 Le Guerrannic signe du titre d’« architecte de l’arrondissement de Brest », fonction où il succédait au fils même de Joseph Bigot, Gustave, et qu’il exerce jusqu’en 1886. La première partie de la carrière de Le Guerrannic se déroule presque exclusivement dans le Finistère où il réalise 26 chantiers, sauf en 1885 où il travaille pour l’église paroissiale de Plévin (Côtes-d’Armor). À partir de 1890, il se partage entre les deux départements, jusqu’en 1904, date à laquelle il signe le dernier plan du fonds pour la reconstruction de l’église de Hénanbihen. Selon le répertoire numérique des plans qui composent la sous-série 139 J, fonds Le Guerrannic, aux Archives des Côtes-d’Armor, il aurait dressé les plans d’au moins 14 projets30. Par conséquent, on peut estimer sa production à 40 édifices.

  • 31 HALLEREAU, Isabelle. Dictionnaire critique des historiens de l’art. Institut national de l’histoire (...)

37Jean-Marie Abgrall (1846-1926) est une figure emblématique de l’érudition au XIXe siècle dans le Finistère. Ecclésiastique, architecte, archéologue, il est aussi professeur. Il réalise ses études au petit séminaire de Pont-Croix puis au grand séminaire à Quimper. En 1870, il est ordonné prêtre. En 1873, il est titulaire de la chaire d’archéologie et de dessin au petit séminaire de Pont-Croix. Il entame sa fonction d’architecte en 1878 avec le premier chantier qu’on lui connaît : l’église paroissiale Saint-Pierre à Plogastel-Saint-Germain, puis l’année suivante, il réalise les plans de la chapelle Sainte-Anne à Plonéis. Il aurait participé ou dressé les plans de 16 édifices religieux, 15 dans le Finistère et 1 dans le Morbihan (église de Bieuzy). En 1880, il devient membre de la Société française d’archéologie puis en 1897, correspondant de la Commission des monuments historiques pour les objets mobiliers dans le département du Finistère. Au tournant du siècle, il est professeur d’archéologie au grand séminaire de Quimper et membre de la Commission diocésaine d’histoire et d’archéologie. Chanoine titulaire du chapitre de la cathédrale en 1905, il est élu président de la Société archéologique du Finistère de 1912 à 192231.

  • 32 JOLLY, Jean. Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sén (...)

38Armand Gassis (1839-1915) est originaire de Châteaulin et fils d’entrepreneur de travaux publics. Il entre à l’École des Arts-et-Métiers d’Angers en 1856 pour un an. Il intègre ensuite l’entreprise de son père puis devient architecte. Il mène en parallèle une carrière politique comme conseiller municipal de Châteaulin à partir de 1884, puis comme maire en 1896 et enfin sénateur de 1903 à 191232.

39Édouard Puyo (1821-1901) est issu d’une famille entreprenante et artiste installée à Morlaix depuis le début du XIXe siècle. Architecte et peintre amateur, auteur de nombreuses aquarelles, il a dressé les plans d’au moins 8 édifices religieux et de 2 écoles. Ses seuls travaux connus se situent dans le Finistère. Edmond Puyo, son frère est peintre, maire de Morlaix de 1871 à 1878 et fondateur du musée. Constant Puyo son neveu est un célèbre photographe, Tristan Corbière, son cousin est un poète de renom33

40Pour le moment les recherches n’ont pas permis d’obtenir d’informations précises concernant les autres architectes. Mais selon les cartes de répartition, nous remarquons que Joseph Bigot, en tant qu’architecte diocésain, a travaillé sur l’ensemble du département, Jean-Marie Abgrall intervient dans le sud-ouest du département, Jules Boyer dans le centre comme Armand Gassis (à quelques exceptions près) et Édouard Puyo, originaire de Morlaix, œuvre naturellement dans le nord-est. (fig. n° 25, n° 26, n° 27, n° 28, n° 29, n° 30, n° 31, n° 32)

Figure 25

Figure 25

Carte de répartition des édifices par architecte. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 26

Figure 26

Carte de répartition des interventions de Joseph Bigot. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 27

Figure 27

Carte de répartition des interventions d’Ernest Le Guerrannic. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 28

Figure 28

Carte de répartition des interventions de Jules Boyer. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 29

Figure 29

Carte de répartition des interventions de Jean-Marie Abgrall. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 30

Figure 30

Carte de répartition des interventions de Gustave Bigot. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 31

Figure 31

Carte de répartition des interventions d’Armand Gassis. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 32

Figure 32

Carte de répartition des interventions d’Édouard Puyo. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Les entrepreneurs

41Les architectes travaillent en collaboration avec des entrepreneurs qui réalisent les travaux de construction. Jean-Louis Le Naour, par exemple, collabore essentiellement avec l’architecte diocésain Joseph Bigot. Armand Gassis est architecte et entrepreneur, il apparaît donc dans ces deux catégories, en fonction du statut qu’il occupait. Nous connaissons les noms de 51 entrepreneurs qui ont travaillé sur 60 édifices. Plusieurs entrepreneurs ont pu travailler sur le même édifice.

42Les 5 principaux entrepreneurs qui ont réalisé au moins 3 édifices sont :

Figure 33

Figure 33

Carte de répartition des édifices par entrepreneur. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Entrepreneur

Nombre d’édifices

Jean-Louis Le Naour

23

Armand Gassis

7

Charles Dubreuil

4

Bonduel

3

Olivier Le Floch

3

(fig. n° 33)

L’état sanitaire

43L’état sanitaire a été réalisé de visu, selon un temps imparti très court. Plusieurs contrôles visuels ont été effectués concernant les enduits, la maçonnerie, la toiture et le couvrement. Six degrés d’état sanitaire se distinguent :

- bon (bon état, rien est à signaler) ;

- correct mais présentant des problèmes de lambris (bon état mais le lambris montre des traces d’humidité ce qui implique des infiltrations d’eau nécessitant à terme une restauration ou un remplacement d’une partie ou de l’intégralité du lambris et une réfection de la toiture) ;

- correct mais présentant des problèmes de fissures généralement au-dessus et/ou au-dessous des baies et au niveau des arcades ;

- moyen (problèmes d’étanchéité assez sérieux tant au niveau de la toiture, du lambris que des fenêtres, traces d’humidité visibles sur les murs) ;

- mauvais (problèmes sérieux d’étanchéité, la charpente peut être en mauvais état, l’édifice peut être en partie ruiné, l’enduit intérieur ou/et extérieur peut être entièrement ou partiellement en mauvais état ou inexistant…) ;

- vestiges : l’édifice est en ruines.

44En découle la synthèse suivante :

- 142 sont en bon état (soit 69 %) ;

- 19 édifices présentent un état correct dont 8 avec des problèmes de lambris et 11 avec des problèmes de fissures (soit 9,5 %) ;

- 31 édifices sont dans un état moyen (soit 15 %) ;

- 11 édifices sont en mauvais état (soit 5 %) ;

- 3 édifices se trouvent à l’état de vestiges (soit 1,5 %).

45Par conséquent, 69 % des édifices recensés sont en bon état, 15 % sont dans un état moyen, 9,5 % sont dans un état correct, 5 % en mauvais état et 1,5 % se trouvent à l’état de vestiges. (fig. n° 34, n° 35)

Figure 34

Figure 34

Histogramme : état sanitaire. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 35

Figure 35

Carte de l’état sanitaire. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Conclusion

46On ne peut considérer « les édifices religieux du XIXe siècle comme des pastiches dépourvus d’art et de sincérité, car cela conduit à négliger l’une des inspirations majeures des artistes d’alors, le sentiment national, dont l’affirmation progressive marque le siècle tout entier »34. L’art religieux exprime ainsi, au même titre que d’autres secteurs de l’activité humaine, l’effort d’adaptation de la sphère du religieux, et de ce qu’elle possède de permanent, aux transformations de la société. (fig. n° 36)

Figure 36

Figure 36

Collorec, église paroissiale Notre-Dame : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest, clocher daté de 1828 selon l’inscription côté sud. Édifice agrandi d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot en 1856 puis en grande partie reconstruit en 1897 d’après les plans de l’architecte Armand Gassis. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

47Ces édifices finistériens sobres et neutres présentent un lien de parenté avec un grand nombre de constructions contemporaines à travers toute la France. On voit apparaître la standardisation des styles des édifices religieux.

48La perception de ces réalisations est souvent faussée par un défaut d’entretien, révélateur du désintérêt que suscitent aujourd’hui les œuvres du XIXe siècle. Aucun édifice religieux du Finistère du XIXe siècle ne fait l’objet d’une protection au titre des Monuments Historiques pour cette époque. Seules les parties anciennes ont été inscrites ou classées. Dans un environnement moins croyant, la charge de ces édifices pour les collectivités devient importante. La question se pose : que sauver dans le rejet général ? Plusieurs édifices montrent un intérêt certain en tant que témoins d’une période historique et du savoir-faire des artisans et des architectes. Ils sont les témoins patrimoniaux de leur temps, au même titre que les édifices plus anciens. (fig. n° 37, n° 38, n° 39, n° 40)

Figure 37

Figure 37

Plobannalec, église paroissiale Saint-Alour : élévation ouest (1876-1889). Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 38

Figure 38

Landeda, chapelle Sainte-Marguerite : vue de situation depuis le nord-ouest (1650 ; 1852). Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 39

Figure 39

Ouessant, chapelle de Locqueltas (1884 ; 1896) : vue de situation depuis le sud-est, avec à l’arrière plan, le phare du Créac’h. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 40

Figure 40

Berrien, chapelle Sainte-Barbe (1876 ; 1896) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 41

Figure 41

Carte de répartition des édifices significatifs. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Pour terminer, nous proposons une sélection de 13 édifices significatifs (10 églises paroissiales et 3 chapelles) classés de manière chronologique :

(fig. n° 41) Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003431.

Figure 42

Figure 42

Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour (1847 ; 1877) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

49- Plonéour-Lanvern : église paroissiale Saint-Énéour, reconstruite en 1847 d’après les plans de l’architecte Joseph Bigot. Homogène, elle relève entièrement du style néo-classique.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003394.

(fig. n° 42)

50- Plouguerneau : église paroissiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, reconstruite d’après les plans de l’architecte Joseph Bigot en 1847, de style néo-classique. Il prend le parti de conserver le clocher qui servait d’amer jusqu’en 1869. Les lambris peints et décorés de la nef et de la sacristie sont remarquables tout comme l’enduit peint de motifs floraux.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003512.

(fig. n° 43, n° 44, n° 45)

Figure 43

Figure 43

Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 44

Figure 44

Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : vue axiale de la chapelle latérale sud. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 45

Figure 45

Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : détail du lambris de couvrement de la sacristie nord. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 46

Figure 46

Port-Launay, église paroissiale Saint-Nicolas (1854 ; 1858) : vue de situation depuis le nord-ouest. Phot. F. Maillard

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

51- Port-Launay : église paroissiale Saint-Nicolas construite d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot entre 1854 et 1858, d’inspiration néo-classique, comme l’église paroissiale de Plonéour-Lanvern. La façade ouest et le clocher sont édifiés dans le style néo-Renaissance comme à Plouvien et à Saint-Pierre-Quilbignon. L’unité du lieu est remarquable, l’édifice est un élément d’urbanisme planifié intégré à une place aménagée à la même époque.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003422.

(fig. n° 46)

Figure 47

Figure 47

Plonévez-Porzay, chapelle Sainte-Anne-La-Palud (1858 ; 1864) : vue de situation depuis le nord. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

52- Plonévez-Porzay : la chapelle Sainte-Anne-la-Palud, construite de 1858 à 1864 d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot pour répondre à l’affluence des pèlerins, est la plus imposante chapelle de pèlerinage du Finistère au XIXe siècle ; le pardon est encore l’un des plus importants. Située en bord de côte, le site est remarquable.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003418.

(fig. n° 47)

Figure 48

Figure 48

Guerlesquin, église paroissiale Saint-Thénéan (XVIe siècle ; 1859) : vue extérieure de l’édifice à l’ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

53- Guerlesquin : église paroissiale Saint-Thénéan, reconstruite d’après les plans de l’architecte Édouard Puyo en 1859. Elle possède un chevet à noues multiples, de type Beaumanoir, qui montre la renaissance de ce style localement enraciné, et conserve sa façade ouest du XVIe siècle avec le clocher de type trégorois classée au titre des Monuments Historiques en 1932. La ville de Guerlesquin est labellisée Petite cité de caractère de Bretagne.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003585.

(fig. n° 48)

54- Plouigneau : église paroissiale Saint-Ignace, vraisemblablement bâtie à la fin du XVe siècle (détruite), d’après les plans de l’architecte Philippe Beaumanoir. De l’édifice agrandi entre 1837 et 1840 d’après les plans de l’architecte Théodore Boyer de Morlaix, il ne reste probablement rien. Un nouvel édifice est construit en 1863 d’après les plans de l’architecte Léon en conservant l’ancien chevet qui sera reconstruit en 1883. Le clocher est construit en 1895 d’après les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic. L’édifice possède l’un des plus beaux lambris peint (motifs floraux) du Finistère, ainsi qu’un chevet à noues multiples, de type Beaumanoir, inspiré des XVe et XVIe siècles, qui montre la renaissance de cette spécificité architecturale.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003582.

(fig. n° 49, n° 50, n° 51)

Figure 49

Figure 49

Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : élévation nord. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 50

Figure 50

Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 51

Figure 51

Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 52

Figure 52

Brest, église paroissiale Saint-Martin (1874) : élévation ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

55- Brest : église paroissiale Saint-Martin, édifiée en 1874 d’après les plans de l’architecte Boucher de Perthes (1788-1868) qui a aussi construit la basilique à Sainte-Anne-d’Auray. De style néo-gothique, l’église possède un clocher-porche imposant. Elle résiste aux bombardements de la seconde guerre mondiale, et marque l’évolution démographique et économique de la ville au XIXe siècle.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003497.

(fig. n° 52)

Figure 53

Figure 53

Concarneau, Beuzec-Conq, église paroissiale Saint-Budoc (1891) : vue extérieure de l’édifice au nord-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

56- Concarneau, Beuzec-Conq : église paroissiale Saint-Budoc, construite d’après les plans de l’architecte Joseph Bigot en 1891. Homogène, de style néo-gothique, elle traduit l’évolution démographique et économique de Concarneau au XIXe siècle, malgré une construction au « rabais » avec la réalisation d’un faux transept.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003451.

(fig. n° 53)

Figure 54

Figure 54

Châteauneuf-du-Faou, chapelle Notre-Dame-des-Portes (1892 ; 1902) : vue de situation depuis l’ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

57- Châteauneuf-du-Faou : chapelle Notre-Dame-des-Portes, construite en 1892 d’après les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic, de style néo-roman. Le pardon est encore important et la chapelle se trouve sur le site de l’ancien château avec vue sur la vallée.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003415.

(fig. n° 54)

Figure 55

Figure 55

Plomodiern, chapelle Saint-Corentin (1898) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

58- Plomodiern : la chapelle Saint-Corentin, construite d’après les plans du chanoine et maître-d’œuvre Jean-Marie Abgrall en 1898, est une chapelle de pèlerinage avec loggia. Il s’agit d’un unicum.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003424.

(fig. n° 55)

Figure 56

Figure 56

Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Collodan et Saint-Guénolé (1898-1901) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

59- Île-de-Sein : église paroissiale Saint-Collodan et Saint-Guénolé, reconstruite par les habitants de l’île d’après les plans de l’architecte Armand Gassis entre 1898 et 1901, dans le style néo-roman. Le site est remarquable.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003402.

(fig. n° 56)

60- Lanmeur : église paroissiale Saint-Mélar, reconstruite en 1904 d’après les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic selon le style néo-roman, au-dessus d’une crypte du Xe siècle, unique en Bretagne.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003571.

(fig. n° 57, n° 58)

Figure 57

Figure 57

Lanmeur, église paroissiale Saint-Mélar (1904) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 58

Figure 58

Lanmeur, église paroissiale Saint-Mélar : crypte du Xe siècle, vue transversale nord-est, détail. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

61- Taulé : église paroissiale Saint-Pierre, construite ex nihilo d’après les plans de l’architecte Ernest Le Guerrannic en 1904, d’inspiration néo-romane. Elle est située en face de l’ancienne église en ruines. Homogène, elle est remarquable par la qualité de son parement en pierre de taille de schiste, par les deux sacristies hors-œuvres et par son caractère sombre, austère et sec.

Voir dans le portail des patrimoines de Bretagne, notice IA29003580.

(fig. n° 59, n° 60, n° 61)

Figure 59

Figure 59

Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 60

Figure 60

Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue extérieure de l’édifice au nord-est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Figure 61

Figure 61

Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.

© Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.

Haut de page

Notes

1 Voir le site : Le portail des patrimoines de Bretagne.

2 Voir sur le site : Les édifices religieux publics dans le Finistère (1801-1905) : inventaire et diagnostic.

3 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 382.

4 LAGRÉE, Michel. « D’une Bretagne à l’autre », dans CROIX, Alain. Bretagne Images et Histoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR). Collection Apogée, 1996, p. 171-182, p. 177.

5 LAGRÉE, Michel. « D’une Bretagne à l’autre », dans CROIX, Alain. Bretagne Images et Histoire. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR). Collection Apogée, 1996, p. 171-182, p. 178.

6 C’est-à-dire issues de l’évêché de Léon (partie nord du Finistère) dont le siège épiscopal était Saint-Pol-de-Léon, fondu en 1790 dans l’évêché de Cornouaille (Quimper).

7 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 388.

8 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 433.

9 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 434.

10 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 435.

11 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR), AMAB, collection Art et Société, 2006, p. 17.

12 CHÉDEVILLE, André, CROIX, Alain. Histoire de la Bretagne. Paris : PUF, 1993, p. 106.

13 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR), AMAB, collection Art et Société, 2006, p. 17.

14 CHARPY, Jacques. Dénombrements de la population des communes du Finistère (1790-1968). Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, 1972, t. 2, n° 99, p. 850.

15 132 conserveries de sardines à l’huile sur les 160 que compte la France se situent en Bretagne.

16 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR), AMAB, collection Art et Société, 2006, p. 17.

17 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 421.

18 Demeures du sacré, dossier de l’exposition, Archives nationales, musée de l’histoire de France, 1995, n° 2, p. 6.

19 BONNET, Philippe. Églises du XXe siècle en Bretagne de la loi de séparation à Vatican II (1905-1962). Bibliothèque de l’École des Chartes, 2005, t. 163, p. 79.

20 LE GALLO, Yves (dir.). Le Finistère de la préhistoire à nos jours. Saint-Jean-d’Angély : Éditions Bordessoules, 1991, p. 400.

21 LENIAUD, Jean-Michel. Les cathédrales au XIXe siècle, Étude du service des édifices diocésains. Paris : Caisse nationale des monuments historiques et des sites, Économica, collection Histoire, 1993.

22 La kersantite est une roche magmatique, de composition proche du granite, que l’on trouve uniquement dans la rade de Brest, sur la commune de Loperhet. Couramment utilisée en sculpture en Bretagne, cette roche a la particularité de durcir au contact de l’air.

23 La microdiorite quartzique est extraite sur les communes de Loperhet, Logonna-Daoulas et L’Hôpital-Camfrout situées dans la rade de Brest. Il s’agit d’un microgranite de couleur ocre-blond, rehaussé de cernes concentriques formant des marbrures. Appréciée pour la taille, elle résiste bien aux altérations.

24 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Bretagne, dictionnaire guide du patrimoine. Paris : Monum, Éditions du patrimoine, 2002.

25 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Bretagne, dictionnaire guide du patrimoine. Paris : Monum, Éditions du patrimoine, 2002, p. 82.

26 LAROCHE, Claude. « Les enjeux multiples de l’architecture religieuse du second XIXe siècle en France : un essai de litanies », p. 313, dans FOUCART, Bruno, HAMON, Françoise (dir.). L’architecture religieuse au XIXe siècle. Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2006. Voir aussi dans IN SITU, n° 11, l’article de Claude Laroche : Les enjeux multiples de l’architecture religieuse du second XIXe siècle en France : un essai de litanies [06/01/2010].

27 LOYER, François. « L’architecture au XIXe siècle », p. 82, dans PÉROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Bretagne, dictionnaire guide du patrimoine. Paris : Monum, Éditions du patrimoine, 2002, p. 81.

28 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR), AMAB, collection Art et Société, 2006, p. 198.

29 RANNOU, Nolwenn. Joseph Bigot (1807-1894). Architecte et Restaurateur. Rennes : Presses Universitaires de Rennes (PUR), AMAB, collection Art et Société, 2006, p. 203.

30 Cette notice a pu être rédigée grâce à une communication personnelle de Brigitte Saulais, conservateur aux Archives départementales des Côtes-d’Armor, datant d’octobre 2008.

31 HALLEREAU, Isabelle. Dictionnaire critique des historiens de l’art. Institut national de l’histoire de l’art, mise en ligne le 12 décembre 2008. < http://www.inha.fr/spip.php ?article2165> [02/12/09].

32 JOLLY, Jean. Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940. Paris : PUF, 8 vol, 1960-1977. <http://www.senat.fr/sen3Rfic/gassis_armand0816r3.html> [25/11/09].

33 MORVAN, Maud. Édouard et Tristan Corbière. Dossier de presse, 2006. < http://www.ville.morlaix.fr/medias/File/2/culture/Corbiere.pdf> [02/12/09].

34 LENIAUD, Jean-Michel. Vingt siècles d’architecture. CNDP, 2007. (http://www.cndp.fr/accueil.htm)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Brignogan, chapelle-Pol : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest ; reconstruite en 1870. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 2
Légende Carte des communes du Finistère concernées par l’opération. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 3
Légende Bolazec, église paroissiale Notre-Dame et Saint-Guénaël : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest (1785 ; 1865) ; Jules Boyer architecte. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4
Légende Plonévez-Porzay, chapelle Sainte-Anne-La-Palud : vue extérieure de l’édifice au nord-ouest ; édifiée d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot, (1858 ; 1864). Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008. 
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 5
Légende Carte de répartition chronologique des édifices par quart de siècle. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 6
Légende Carte de répartition des édifices du troisième quart du XIXe siècle. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 7
Légende Carte de répartition chronologique des édifices par demi-siècle. Phot. G. Fauchille
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 8
Légende Histogramme : répartition chronologique. Phot. G. Fauchille
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 9
Légende Carte de densité des édifices par commune. Phot. G. Fauchille
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 10
Légende Diagramme : implantation géographique. Phot. G. Fauchille
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 11
Légende Histogramme : type de plan. Phot. G. Fauchille
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 12
Légende Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : détail du lambris de couvrement dans la nef. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 13
Légende Ploudiry, église paroissiale Saint-Pierre (1853-1856) : détail du lambris de couvrement à la croisée du transept. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 14
Légende Guissény, chapelle Notre-Dame : détail du lambris de couvrement (1874). Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 15
Légende Plouvorn, église paroissiale Saint-Pierre : détail du lambris de couvrement dans le chœur (1892). Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 16
Légende Garlan, église paroissiale Notre-Dame, de style néo-gothique (1877-1879) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 17
Légende Garlan, église paroissiale Notre-Dame de style néo-gothique (1877-1879) : vue intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 18
Légende Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Guénolé, de style néo-roman (1898-1901) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 19
Légende Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Guénolé, de style néo-roman (1898-1901) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 20
Légende Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour, de style néo-classique (1847 ; 1877) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 21
Légende Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour, de style néo-classique (1847 ; 1877) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 22
Légende Plounévez-Lochrist, église paroissiale Saint-Pierre, un exemple d’éclectisme par l’architecte Rivoalan (1712 ; 1769 ; 1871 ; 1873) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 23
Légende Châteauneuf-du-Faou, église paroissiale Saint-Julien et Notre-Dame par l’architecte Jules Boyer (1730 ; 1740 ; 1869 ; 1878), exemple de confrontation de styles : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 24
Légende Diagramme : répartition des édifices par architecte. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 25
Légende Carte de répartition des édifices par architecte. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 26
Légende Carte de répartition des interventions de Joseph Bigot. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 27
Légende Carte de répartition des interventions d’Ernest Le Guerrannic. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 28
Légende Carte de répartition des interventions de Jules Boyer. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 29
Légende Carte de répartition des interventions de Jean-Marie Abgrall. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 30
Légende Carte de répartition des interventions de Gustave Bigot. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 31
Légende Carte de répartition des interventions d’Armand Gassis. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 32
Légende Carte de répartition des interventions d’Édouard Puyo. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 33
Légende Carte de répartition des édifices par entrepreneur. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 34
Légende Histogramme : état sanitaire. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 35
Légende Carte de l’état sanitaire. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 36
Légende Collorec, église paroissiale Notre-Dame : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest, clocher daté de 1828 selon l’inscription côté sud. Édifice agrandi d’après les plans de l’architecte diocésain Joseph Bigot en 1856 puis en grande partie reconstruit en 1897 d’après les plans de l’architecte Armand Gassis. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 37
Légende Plobannalec, église paroissiale Saint-Alour : élévation ouest (1876-1889). Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 38
Légende Landeda, chapelle Sainte-Marguerite : vue de situation depuis le nord-ouest (1650 ; 1852). Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 39
Légende Ouessant, chapelle de Locqueltas (1884 ; 1896) : vue de situation depuis le sud-est, avec à l’arrière plan, le phare du Créac’h. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 40
Légende Berrien, chapelle Sainte-Barbe (1876 ; 1896) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 41
Légende Carte de répartition des édifices significatifs. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 42
Légende Plonéour-Lanvern, église paroissiale Saint-Eneour (1847 ; 1877) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 43
Légende Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 44
Légende Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : vue axiale de la chapelle latérale sud. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 45
Légende Plouguerneau, église paroissiale (1701 ; 1847-1848) : détail du lambris de couvrement de la sacristie nord. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 46
Légende Port-Launay, église paroissiale Saint-Nicolas (1854 ; 1858) : vue de situation depuis le nord-ouest. Phot. F. Maillard
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 47
Légende Plonévez-Porzay, chapelle Sainte-Anne-La-Palud (1858 ; 1864) : vue de situation depuis le nord. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 48
Légende Guerlesquin, église paroissiale Saint-Thénéan (XVIe siècle ; 1859) : vue extérieure de l’édifice à l’ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 49
Légende Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : élévation nord. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 50
Légende Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : vue extérieure de l’édifice au sud-est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 51
Légende Plouigneau, église paroissiale Saint-Ignace (1837-1895) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 52
Légende Brest, église paroissiale Saint-Martin (1874) : élévation ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 53
Légende Concarneau, Beuzec-Conq, église paroissiale Saint-Budoc (1891) : vue extérieure de l’édifice au nord-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 54
Légende Châteauneuf-du-Faou, chapelle Notre-Dame-des-Portes (1892 ; 1902) : vue de situation depuis l’ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 55
Légende Plomodiern, chapelle Saint-Corentin (1898) : vue extérieure de l’édifice au sud. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 56
Légende Île-de-Sein, église paroissiale Saint-Collodan et Saint-Guénolé (1898-1901) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 57
Légende Lanmeur, église paroissiale Saint-Mélar (1904) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 58
Légende Lanmeur, église paroissiale Saint-Mélar : crypte du Xe siècle, vue transversale nord-est, détail. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 59
Légende Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue extérieure de l’édifice au sud-ouest. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 60
Légende Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue extérieure de l’édifice au nord-est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 61
Légende Taulé, église paroissiale Saint-Pierre (1904) : vue axiale intérieure de l’édifice vers l’est. Phot. G. Fauchille.
Crédits © Région Bretagne, 2008 ; © Conseil général du Finistère, 2008.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6499/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwenaël Fauchille, « Quand l’inventaire se fait diagnostic : les édifices religieux dans le Finistère de 1801 à 1905 », In Situ [En ligne], 12 | 2009, mis en ligne le 03 novembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://insitu.revues.org/6499 ; DOI : 10.4000/insitu.6499

Haut de page

Auteur

Gwenaël Fauchille

Assistant qualifié de conservation du patrimoine, Service de l’inventaire du patrimoine culturel de la Région Bretagne. Gfauchille@gmail.com

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page