Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Varia

    Les tapisseries : étude d’une collection publique

    Lorraine Mailho-Daboussi

    Résumés

    L’inventaire scientifique de l’ensemble des tapisseries conservées dans les monuments gérés par le Centre des Monuments nationaux a été piloté par le département des ressources scientifiques. L’enjeu principal, contribuer au développement des connaissances dans le cadre de l’évolution statutaire de l’établissement public, était accompagné d’une série d’objectifs plus concrets vis à vis de la communauté scientifique, des visiteurs des monuments et des publics potentiels. L’article est une synthèse du travail mené par l’équipe constituée pour ce projet et après une présentation des méthodes et moyens mis en œuvre, synthétise les premiers résultats globaux (analyse de la répartition des tapisseries dans les monuments, par dates et lieux de production, ainsi que par les thématiques abordées). La liste complète des tapisseries est publiée. Nous présenterons, en conclusion, un ensemble de questions liées au devenir de cette étude et à son apport pour l’établissement.

    Haut de page

    Plan

    Haut de page

    Texte intégral

    Les enjeux

    • 1 Voir à cet égard le panorama récent de la recherche dressé par : Bertrand, Pascal-François, Delmarc (...)

    1Si les collections publiques françaises d’œuvres d’art paraissent aisément repérables aujourd’hui grâce aux travaux de recensement menés et publiés depuis des décennies, puis mis en ligne progressivement, il faut souligner cependant combien cette impression mérite d’être nuancée1.

    2Il règne en effet dans ce domaine une très grande disparité. Un monde sépare en effet l’activité scientifique des grandes institutions dont l’aura se mesure au nombre de catalogues publiés, d’expositions organisées, d’œuvres prêtées, de colloques organisés, de missions d’expertise, de celle des services – qu’il soient d’État ou municipaux – qui, faute de perspectives financières ou de projet culturel se contentent de « gérer » leur patrimoine ; c’est à dire prioritairement l’entretenir, ce qui engloutit bien souvent toute l’énergie disponible. 

    3Certes, l’Inventaire Général, depuis sa création dans les années 1960 a mis au point des méthodes et des instruments de travail exemplaires qui ont maintenant fait leurs preuves. L’ensemble de la filière professionnelle a mis un point d’honneur à évoluer et grâce à un effort significatif, notamment en matière de formation, a constamment relevé son niveau de compétence.

    • 2 Décret n° 2007-532 du 6 avril 2007 : art. 1 : « Le Centre des monuments nationaux a pour mission d’ (...)

    4La Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, créée à la veille de la Première Guerre Mondiale comme instrument financier, est aujourd’hui devenue le Centre des monuments nationaux2, Établissement Public Administratif sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication et grand opérateur de l’État en matière de patrimoine architectural et mobilier. L’établissement est en charge de l’entretien, de la restauration et de la mise en valeur d’un ensemble d’une centaine de monuments appartenant à l’État répartis – inégalement – sur l’ensemble du territoire national.

    Figure 1

    Figure 1

    Ancien Testament à grotesques : Le festin de Balthazar, Azay-le-Rideau, DPOM 181, Anvers, Atelier Joos Van Herzeele, 1580-1586

    Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris

    5Dans ce contexte, la structuration des missions, qui semblent avoir atteint aujourd’hui une grande cohérence, appelle également le développement d’instruments de connaissance en interne qui manquaient cruellement jusqu’alors. En effet, l’établissement s’était précédemment largement appuyé sur les compétences des inspecteurs des monuments historiques qui partageaient leur activité entre les monuments de l’État (châteaux, anciennes abbayes, forteresses, cathédrales…), ceux des collectivités locales (essentiellement églises) et ceux des propriétaires privés, tant pour les questions de protection et d’entretien que pour l’enrichissement des collections. (fig. n° 1)

    6Le Centre des monuments nationaux s’est donc engagé depuis quelques années dans l’amélioration de la gestion et de l’étude des collections dont il a la charge et pour laquelle sa tutelle lui a d’ailleurs délégué des crédits spécifiques.

    • 3 Collections conservées dans les monuments suivants reçus en legs : châteaux de La Motte-Tilly, Gram (...)
    • 4 L’estimation du nombre de biens culturels conservés dans les monuments se situe autour de 70 000.

    7Le premier niveau a été la mise en place d’inventaires et la réalisation de récolements, afin de gérer cet ensemble mobilier. À cet égard, une petite équipe s’est constituée, tout d’abord simplement chargée des collections appartenant en propre à l’établissement3, puis élargissant ses missions à l’ensemble des monuments4 à la suite de ses évolutions statutaires.

    8Parallèlement, il fallait faire la démonstration des capacités scientifiques de l’établissement. À ce titre, une expérimentation devait être menée pour mettre au point des outils, des moyens, des équipes. Ce travail pionnier s’est fondé sur la collection de tapisseries qui permettait sur un nombre d’œuvres assez restreint de cerner les enjeux significatifs et représentatifs de l’établissement, de modéliser une approche et des méthodes pouvant être ultérieurement appliquées à l’ensemble des collections. De cette étude émerge une série de questions auxquelles il appartient désormais au Centre des monuments nationaux de répondre.

    Les objectifs

    9Ils couvrent plusieurs aspects car fournir un outil de connaissance peut ensuite se décliner en applications diverses :

    10parfaire la connaissance vis-à-vis de la communauté scientifique, un déficit important caractérise la connaissance des collections conservées dans les monuments appartenant à l’État gérés par le Centre des monuments nationaux, alors que leur étude permet de replacer ces éléments mobiliers dans toute leur dimension historique, esthétique et patrimoniale. Les filiations et comparaisons, au regard de leur spécificité (ateliers, création des modèles, structuration du marché), mais aussi au regard des domaines voisins (la peinture et d’autres formes d’art, telles celles du vitrail ou de l’illustration) permettent de revenir sur des questions aussi variées que celles des commanditaires, de l’iconographie, de la formation du goût, de la circulation des modèles et références esthétiques ;

    11apporter une aide à la gestion afin de pouvoir mieux affecter les tentures aux lieux gérés par l’établissement et se donner les moyens de maintenir des conditions de conservation et de sécurité ad-hoc ; organiser un roulement avec le fonds conservé dans des réserves. En effet, les caractéristiques matérielles des tapisseries en font finalement des victimes de leur présentation au public : la lumière et l’accrochage doivent être sévèrement contrôlés si l’on veut que les générations futures aient également accès aux œuvres ;

    12fournir un instrument de programmation des restaurations : les constats même sommaires effectués lors de l’examen des tapisseries dans le cadre de l’inventaire ou du récolement permettent de déterminer les besoins d’intervention et de programmer les dépenses ;

    • 5 Anthenaise, Claude d’, Kagan, Judith. Petite histoire des grands châteaux : la politique d’aménagem (...)

    13sensibiliser le public. Les tapisseries sont souvent perçues par les visiteurs de monuments comme des éléments de décor, d’ambiance, servant à réchauffer et meubler des espaces souvent jugés trop vides5. On ne les regarde pas ; leur format et quelquefois leur état nuisent à leur lecture, on ne s’arrête pas pour apprécier ce qu’elles représentent. Il faut donc pouvoir compléter les informations trop sommaires mises à disposition du public, guider le regard du visiteur ;

    14constituer un support au développement touristique et culturel par la mise valeur des œuvres les plus significatives. Certaines tentures peuvent constituer un argument de visite ; l’exemple le plus spectaculaire dans cette catégorie d’œuvres est la tenture de l’Apocalypse (élément du trésor de la cathédrale d’Angers : déjà largement étudiée comme œuvre majeure, elle n’est pas concernée par ce travail) exposée en permanence dans une galerie construite et aménagée spécifiquement au château d’Angers, à tel point que bien des visiteurs oubliaient jusqu’à une époque récente de regarder le contenant, exemple d’architecture pourtant fort intéressant ;

    15restituer aux visiteurs les éléments d’une politique d’enrichissement et d’entretien des collections nationales, acquises sur les deniers publics, et justifier sa poursuite.

    Méthode et organisation

    16Comme on l’a expliqué plus haut, cette étude pionnière pour le Centre des monuments nationaux a dû inventer et trouver des moyens sans possibilité de bâtir une programmation pluriannuelle, ni en termes de budget, ni en termes de compétences scientifiques.

    17Quelques principes ont cependant guidé notre étude.

    • 6 Une session de formation fut organisée spécifiquement par Brigitte Oger, alors ingénieur de recherc (...)

    18Si l’objectif scientifique de réévaluation des connaissances sur cette « collection » était clairement énoncé, il ne se fondait cependant pas sur la collaboration de grands spécialistes de la tapisserie, le programme ne le permettait pas, mais sur un principe de documentation scientifique passant par un examen modeste et rigoureux des œuvres6 ainsi que par une analyse très attentive de la bibliographie existante, ce qui n’avait jamais été fait. L’actualisation des connaissances et la clarification des confrontations devaient réserver chemin faisant quelques bonnes surprises et trouvailles à livrer au public à l’occasion d’expositions ou de publications à venir associant des experts.

    19Le second point fort fut un principe de retour aux données de base, avec une critique systématique des acquis. Ce qui s’est développé en quatre points : l’examen matériel approfondi de chaque tapisserie ; le dépouillement systématique des archives ; l’identification de la source « littéraire », sous tendue par l’hypothèse que cela permettrait l’élucidation de certaines iconographies confuses, avec retour à la continuité narrative et citation des passages concernés ; enfin l’identification de la source iconographique ou « modèle ».

    20En outre, la particularité du domaine de la tapisserie nous amenait à clarifier à chaque fois que possible les relations entre tentures, tapisseries, tissages et bordures. Car si les tentures permettent de décomposer une histoire dans un ensemble de tapisseries, l’atelier et la version tissée ont longtemps contribué à complexifier le repérage des pièces.

    • 7 Pascale Araujo, Magali Belime-Droguet, Marie Delassus, Dominique Fernandes, Séverine Forlani, Bénéd (...)
    • 8 Mis en place entre 2002 et 2004 autour d’une dizaine de volontaires, à parité conservateurs et rest (...)

    21Dès janvier 2005, une équipe7 constituée pour cette étude a procédé à la mise au point d’une méthode et à la création d’instruments de travail, selon des principes et critères croisant à la fois ceux de l’Inventaire Général et les fruits de l’expérience du groupe de travail sur les dossiers de restauration de tapisseries que j’avais piloté8.

    22Les éléments issus de ces préliminaires ont, après une période de tests, permis de lancer la première phase de ce travail :

    • récolement et examen in-situ ;

    • création d’une fiche documentaire à double niveau (tenture et tapisserie) ;

    • création de dossiers d’œuvre ;

      • 9 En particulier la Médiathèque du patrimoine, documentation du département des objets d’art du musée (...)

      repérage et dépouillement systématique des lieux ressources9 ;

    • état des photographies disponibles ;

    • constitution d’un fonds d’ouvrages sur les tapisseries.

    23La seconde phase a permis :

      • 10 La plupart des photographies existantes avaient été réalisées pour l’exposition Lisses et délices, (...)

      le lancement d’une nouvelle campagne photographique pour compléter le fonds existant10 ;

    • des recherches bibliographiques et iconographiques.

    24Pour la mise en œuvre pratique de cette campagne photographique, un système de suspension, modulable et transportable a été conçu et réalisé, qui permet l’accrochage des tapisseries en réserve dans les monuments. En effet, l’un des obstacles majeurs à la connaissance et à la diffusion des tapisseries réside dans leur spécificité matérielle : leur format et leur appartenance à des ensembles (une tenture étant composée de x tapisseries). Par ailleurs, la dispersion de la collection dans une trentaine de monuments sur l’ensemble du territoire obligeait à concevoir un système démontable et logeable dans un véhicule.

    25Le récolement bibliographique a permis de rassembler les informations sur lesquelles s’est appuyée la troisième phase de l’étude qui consista à rédiger des synthèses sous la forme de fiches documentaires.

    26Cette étude approfondie, commencée fin 2006-début 2007, a concerné les tapisseries conservées à Chambord, Châteaudun, Chaumont-sur-Loire et Azay-le-Rideau, ce qui représente environ le tiers des collections. Elle a confirmé très rapidement la présence et l’intérêt de pièces majeures dont certaines ont fait l’objet d’attribution ou de ré-attribution par l’identification de l’auteur du modèle, de l’atelier, de l’iconographie ou du commanditaire.

    • 11 Notamment dès le lancement, le 15 février 2005, puis par une présentation lors du Comité Consultati (...)

    27Des phases de restitution ont été ménagées tout au long du programme afin de partager les résultats des recherches engagées, tout d’abord en interne puis en élargissant l’auditoire11, en espérant que la finalisation ultime par la mise en ligne des données et leur publication s’imposerait comme une évidence pour tous. Cet article apporte sa contribution à la diffusion des résultats.

    Composition et analyse du corpus12

    • 12 Cette étude statistique, par sujet, datation et lieu de production, a été réalisée à partir des don (...)

    28L’étude porte sur la collection des tapisseries appartenant à l’État et conservées dans les monuments gérés par le Centre des monuments nationaux, dont l’acquisition relève depuis plusieurs années d’une démarche de décoration des châteaux associée à la volonté de constituer une collection spécialisée de tapisseries des ateliers parisiens antérieurs à la mise en place de la manufacture des Gobelins. Par ailleurs, existe également une volonté de compléter les tentures au fur et à mesure des opportunités du marché et des circonstances.

    29Cette démarche exclut donc les tapisseries des trésors de cathédrales. Ainsi les collections conservées au château d’Angers et au Palais du Tau à Reims ne figurent-elles pas dans cette étude.

    Figure 2

    Figure 2

    Histoire d’Abraham : La vocation d’Abraham, Chambord, DPOM 329. Modèle de Michel Coxcie, d’après Bernard van Orley. Bruxelles, Atelier Willem de Kempeneer, 1550-1560

    Phot. David Bordes. © CMN, Paris

    • 13 Prévost-Marcilhacy, Christian. La politique d’acquisition du service des Monuments historiques. In (...)
    • 14 Par convenance, les tapisseries en dépôt dans les monuments du Centre des monuments nationaux ne so (...)

    30Les tapisseries conservées dans les monuments du Centre des monuments nationaux sont de provenances diverses13 : dons, legs, achats, dépôts14. Leur lien avec le monument où elles sont conservées est rarement très ancien à l’exception notable de celles du château d’Haroué : tout au plus peut-on les rattacher aux derniers propriétaires comme ce fut le cas pour les châteaux de Chaumont-sur-Loire et Talcy. Cependant, quelques opportunités permettent d’acheter sur le marché de l’art des pièces que l’on peut affecter au monument duquel elles proviennent ; tel fut le cas pour la tapisserie aux armes de Rigault d’Aureille pour Villeneuve-Lembron ou celle de l’Histoire d’Henri III probablement tissée dans l’éphémère atelier du château du duc d’Épernon à Cadillac.

    • 15 Certaines très parcellaires.
    • 16 Loi 2004-809 du 13 août 2004, titre IV, chap. II, article 97 : les châteaux et les collections de C (...)

    31La collection comprend 340 tapisseries regroupées en près de 90 tentures15, en comptant les tapisseries actuellement conservées au château de Chambord (fig. n° 2) (devenu établissement public en 2005) et celles conservées dans les monuments transférés aux collectivités territoriales entre-temps dans le cadre de la loi relative aux libertés et responsabilités locales de 200416.

    Figure 3

    Figure 3

    Répartition des tapisseries dans les monuments

    Répartition des tapisseries dans les monuments

    32Les résultats montrent un paysage très contrasté. Les tapisseries sont réparties dans 30 monuments, dont quelques-uns concentrent la majeure partie de la collection, le reste étant très dispersé, comme le montre le graphique ci-dessous.

    Figure 4

    Figure 4

    Histoire d’Ulysse : Ulysse reconnu par son chien Argos, Châteaudun, DPOM 315. Modèle de Simon Vouet. Amiens, Atelier des Comans, 1635-1650

    Phot. Caroline Rose. © CMN, Paris

    33Deux monuments abritent plus de 50 tapisseries (Chambord et Châteaudun) (fig. n° 4) ; deux autres en conservent entre 20 et 30 (Azay-le-Rideau et Chaumont) ; trois autres entre 10 et 20 (Aulteribe, Maisons-Laffitte et Cadillac) ; huit monuments entre 6 et 10 tapisseries (Castelnau-Bretenoux, Champs-sur-Marne, Châteauneuf-en-Auxois, Montal, Puyguilhem, Talcy, Haroué) ; quinze monuments en ont moins de 5 (Bouges, Bourges, Carcassonne, Carrouges, Ferney, Gramont, Hôtel de Grave à Montpellier, château du Haut-Koenigsbourg, Kerjean, La Motte-Tilly, Hôtel de Lunas à Montpellier, Hôtel de Soubise, Hôtel de Sully, Panthéon, Sully-sur-Loire).

    34Neuf tapisseries sont en outre conservées dans une réserve transitoire en attente de leur affectation à un monument.

    35Cette très inégale répartition s’explique essentiellement par le fait que les espaces disponibles pour accrocher des ensembles de tapisseries sont finalement assez rares. Le Centre des monuments nationaux a longtemps considéré que son rôle était de présenter des monuments au public, bien plus que de constituer des collections dont des parties significatives pouvaient être conservées dans des réserves (qui n’existaient pas, à de très rares exceptions près) ou qui auraient demandé des renouvellements dans l’accrochage alors que les équipes nécessaires n’existaient pas. Les missions de l’établissement ayant évolué, cette position peut être amenée à changer.

    36Malgré l’évolution statutaire, la volonté de développer la collection de tapisseries ne peut s’abstraire des contraintes matérielles spécifiques. La simple question du stockage peut amener à choisir d’organiser une réserve centrale, équipée selon les normes de conservation. Quant à la question de la présentation dans les monuments, elle ne peut faire l’impasse sur les nécessaires renouvellements d’accrochages, à la fois pour préserver les tapisseries, et pour stimuler l’intérêt des visiteurs. Pour autant, la plupart des monuments disposent d’un mobilier qu’il ne peut être question de déplacer ; aussi la réflexion à venir sera sans doute amenée à établir une liste restreinte de monuments aptes à recevoir des présentations renouvelées de tapisseries, selon des thématiques à définir.

    Répartition des tapisseries par date de production

    Figure 5

    Figure 5

    Répartition des tapisseries par date de production

    37On observe une très forte proportion de tapisseries du XVIIe siècle, qui constituent plus de la moitié de la collection (183 pièces) ; les deux autres périodes importantes étant assez naturellement les XVIe (85 pièces) et XVIIIe (49 pièces) siècles. Cette situation reflète à la fois la réalité de la production puisque le XVIIe fut le grand siècle de la tapisserie, mais également la situation du marché de l’art. Elle est également logique en raison de la politique d’acquisition orientée sur les ateliers parisiens mis en place dès le début du XVIIe siècle. (fig. n° 6)

    Figure 6

    Figure 6

    Histoire du Roland furieux : Roland découvre les initiales enlacées d’Angélique et de Médor, Châteaudun, DPOM 1028-2. Paris, 1630-1640

    Phot. David Bordes. © CMN, Paris

    38Quant à l’adéquation avec les monuments, elle est plus difficile encore puisqu’en dépit des tentatives systématiques de confrontation avec les anciens inventaires existants, les informations sont souvent trop lacunaires pour que l’on sache avec certitude quelles étaient les tapisseries présentes dans les châteaux. Il est clair que la question de l’opportunité du marché de l’art est bien souvent prépondérante.

    39Par exemple, le château de Châteaudun conserve un ensemble d’une cinquantaine de tapisseries, majoritairement datées du XVIIe siècle. Seules la tenture de l’histoire de Moïse (12 pièces) et celle de l’histoire de Gédéon (4 pièces) datent du XVIe siècle alors que l’architecture du château et les motivations de la visite sont indubitablement liées aux périodes médiévale et Renaissance. On peut comprendre que cette relative inadéquation laisse perplexe le visiteur venu chercher l’histoire de Dunois, compagnon de Jeanne d’Arc et invité à regarder des productions emblématiques de l’art de Simon Vouet, grand représentant de l’art baroque. Il faut cependant souligner que, grâce aux conservateurs et inspecteurs des monuments historiques qui, dès les années 1960, ont été assez perspicaces pour acquérir des pièces remarquables, les acquisitions se distinguent par leur pertinence, eu égard à la conservation du patrimoine… Il est donc sans doute nécessaire d’assumer ces choix, et de trouver le moyen de mettre en valeur ces collections de la façon la plus brillante en acceptant cet étrange choc chronologique et en imaginant une muséographie alternant l’évocation de la période « dunoise » avec celle d’événements appartenant à l’histoire du XVIIe siècle.

    Répartition des tapisseries par lieu de production

    Figure 7

    Figure 7

    Répartition des tapisseries par lieu de production

    Figure 8

    Figure 8

    Ateliers des Flandres

    Figure 9

    Figure 9

    Ateliers français

    40La répartition des ateliers de production montre une légère domination des ateliers français (60 %) sur ceux des Flandres (au sein desquels Bruxelles est prépondérante) ; ce qui, eu égard à la volonté initiale de constitution d’une collection orientée sur les ateliers parisiens n’est pas surprenant. On pouvait même s’attendre, compte tenu de cet objectif, à un plus fort déséquilibre.

    41Cette situation trouve bien évidemment un ensemble d’explications notamment dans l’histoire même de la constitution des ateliers français, marquée par une politique volontariste de la royauté, non dénuée de visées économiques. En effet, on le sait, bien des ateliers furent créés en mettant à leur tête des transfuges flamands choisis pour leurs compétences artistiques. Le vivier créatif, avant de devenir français, se trouvait largement au-delà des frontières.

    42L’autre explication réside dans le contexte géopolitique de l’Europe jusqu’au XVIIIe siècle. La circulation des œuvres d’art, des modèles, des maîtres d’œuvre faisait fi des frontières et les influences diverses ont nourri la réalisation de bien des programmes décoratifs. Quant aux commanditaires prestigieux, ils n’hésitaient pas, si besoin, à se fournir auprès des meilleurs, au-delà des frontières du royaume.

    • 17 Création de la manufacture des Gobelins en 1662.

    43La récente politique d’enrichissement des collections de l’État a clairement mis en avant la thématique des ateliers parisiens (40 % au sein des productions françaises), prémisses des ateliers des Gobelins et donc de la manufacture nationale17. Elle a cependant eu la sagesse de ne pas s’y cantonner et de saisir les occasions d’enrichissement des collections qui garantissent la qualité des œuvres. On peut ainsi citer pour exemples la tenture de Scipion, celle de l’histoire de Moïse ou celle de Gédéon qui constituent des ensembles bruxellois remarquables, même s’ils demeurent pour certains encore incomplets.

    44Il semble en effet surtout judicieux de rechercher la qualité dans le cadre de la constitution des collections nationales ; ces tentures contribuent ensuite à la mise en valeur des monuments tout en évoquant pour les visiteurs l’environnement esthétique dans lequel auraient pu évoluer les anciens occupants des lieux.

    • 18 Bertrand, Pascal-François. Les ateliers secondaires de tapisseries en France. Regards sur la tapiss (...)

    45Au sein des ateliers français, deux groupes dominent nettement ; celui des ateliers parisiens et celui des ateliers du centre de la France (Aubusson essentiellement). La volonté d’enrichir les collections françaises en retrouvant des tentures produites par ces ateliers qui précédèrent les manufactures royales est tout à fait intéressante et il paraît assez naturel qu’un établissement comme le Centre des monuments nationaux s’en soit chargé. Cette démarche gagnerait sans doute à être encore plus finement coordonnée avec celle des musées et celle du Mobilier national qui s’attache à écrire son histoire en reconstituant sa collection de tentures. Cependant l’histoire des ateliers provinciaux demanderait à être mieux connue et les travaux qui ont mis ces dernières années en lumière18 des artistes comme Charles Poerson, ou Isaac Moillon contribuent à une meilleure évaluation de cette production textile issue des provinces françaises.

    L’art de raconter des histoires

    Figure 10

    Figure 10

    Répartition thématique des tapisseries

    Figure 11

    Figure 11

    Tancrède et Clorinde : Herminie chez les paysans, Châteaudun, N° ? Modèle de Michel Corneille. Paris, faubourg Saint-Germain, manufacture de Raphaël de La Planche, 1655-1690

    Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris

    • 19 Les listes établies par thématique donnent dans la mesure du possible : le titre de la tenture, le (...)

    46Un certain équilibre se dégage de la répartition des thématiques. On sent bien que la fonction décorative a prévalu dans le choix des tentures, plaçant par exemple les sujets religieux comme l’une des facettes composant ce kaléidoscope, mais largement minoritaire dans l’ensemble19. On remarque également un certain basculement dans la traditionnelle hiérarchie des genres telle que la reflète la peinture, au profit essentiellement du développement de la narration, mais également de l’une des spécialités de l’art de la tapisserie : les verdures.

    • 20 Le regroupement sous un titre commun peut « cacher » des tissages différents que le résumé présenté (...)

    47La répartition proposée met en évidence les sujets traités dans les tentures et montre que certaines thématiques ont eu une grande postérité et se sont déclinées sur plusieurs tentures20, parfois durant plusieurs siècles.

    Figure 12

    Figure 12

    Histoire de Gédéon : Le choix des guerriers selon leur manière de boire, Châteaudun, DPOM 44. Bruxelles, seconde moitié du XVIe s

    Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris

    48Avant tout, au travers de l’énumération des tentures qui suit, il importe de souligner combien le récit domine la production de tapisseries (fig. n° 11). En effet, comme les galeries peintes, les ensembles de vitraux ou les séries de gravures, la tapisserie permet par sa conception sous forme d’ensembles, de dérouler, par la succession des épisodes, une histoire plus ou moins édifiante.

    • 21 Campbell, Thomas. The story of Abraham tapestries at Hampton Court Palace. Flemish tapestry in euro (...)

    49Les principales catégories sont les cycles religieux, mythologiques et historiques. Les sujets empruntés aux textes fondateurs de la culture occidentale ont fait l’objet de nombreuses interprétations que les commanditaires prestigieux ont largement exploité en usant de la symbolique et de la métaphore, parfois jusqu’à l’outrance21. Aujourd’hui bien souvent réduite à sa fonction décorative et meublante, la tapisserie, était à cet égard, et cela est flagrant au travers de l’ensemble des tentures étudiées, l’un des médias majeurs permettant de délivrer un message symbolique.

    Sujets religieux

    50L’Ancien Testament constitue l’essentiel des thèmes religieux traités, notamment à travers l’histoire de ses grandes figures : Abraham, Moïse, Gédéon, Salomon, Esaü et Jacob, David, Esther, Noé. Seule une tenture traite du Nouveau Testament ; Le Retour d’Égypte (Maisons-Laffitte). L’iconographie suit en cela celle de la peinture de la même époque. Ces tapisseries sont majoritairement des productions flamandes du XVIe siècle.

    Ancien Testament :

    • 22 Léguée à l’État en 1961, de structure décorative très savante, la tenture de l’Ancien Testament est (...)

    51Anvers, 1580-1586 (Azay) : Le festin de Balthazar22 (voir fig. n° 1), Daniel et le dragon de Babylone, Daniel et Nabuchodonosor (dite tenture à grotesques, avec bordure aux éléments)

    52Audenarde, 1580-1600 (Azay) : La présentation de Moïse ( ?), La rencontre de la reine de Saba et du roi Salomon, Joseph devant Jacob, L’arrivée du roi Salomon et de la reine de Saba

    53Paris, S. Vouet, F. Bellin, P. van Boucle, 1640-1650 (Châteaudun) : Abraham conduisant Isaac au sacrifice, Les deux serviteurs, Moïse sauvé des eaux, La fille de Jephté (1 et 2), Samson au banquet des Philistins, Le jugement de Salomon, Élisée recevant le manteau d’Élie (2 pièces d’entrefenêtres : gauche et droite)

    54Amiens, S. Vouet, F. Bellin, P. van Boucle, 1640-1650 (Châteaudun) : Abraham conduisant Isaac au sacrifice, Moïse sauvé des eaux, Samson au banquet des Philistins

    55Paris, Raphaël, v. 1660 (Carrouges) : La rencontre de Jacob, Rachel et Leah au puits, Joseph interprète les songes de Pharaon, Abraham et les trois anges.

    Histoire d’Abraham :

    • 23 Acquise en vente publique en 1973, cette pièce isolée présente une bordure de guirlandes de fleurs, (...)

    56Bruxelles, Michel Coxcie, d’après Bernard van Orley, 1550-1560 (Chambord) : La vocation d’Abraham23 (voir fig. n° 2)

    57Paris, Michel I Corneille, v. 1650 (Maisons-Laffitte) : Abimelech rend Sarah à Abraham, Sarah demande à Abraham de chasser Hagar et Ismaël, Abraham chasse Hagar et Ismaël, Rebecca présente à sa famille le serviteur d’Abraham, Rebecca quitte ses parents, Isaac se portant à la rencontre de Rebecca.

    Histoire de Moïse :

    58Bruxelles, Jules Romain, 1545-1548 (Châteaudun) : Moïse et le buisson ardent, Moïse et Aaron allant trouver le pharaon, L’enlèvement des femmes et des enfants des Madianites, Moïse frappant le rocher, Le passage de la mer Rouge, Concert des sœurs de Moïse, Moïse et les tables de la Loi, L’adoration du veau d’or, Les Israélites tuent cinq rois madianites, Moïse et le serpent d’airain, La récolte de la Manne, Moïse rassemblant l’orfèvrerie des Égyptiens.

    59Audenarde, seconde moitié XVIe (Châteauneuf) : Le passage de la mer Rouge, Moïse enfant foulant la couronne de Pharaon, Myriam et le chant d’action de grâce, Moïse devant Pharaon, Fonte de la vaisselle d’or, Don de la vaisselle d’or, Moïse sauvé des eaux.

    Figure 13

    Figure 13

    Les femmes illustres de l’Antiquité : Cléopâtre, Cadillac, DPOM 615. Modèle de Charles Poerson. Aubusson, 1650-1680 ?

    Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris

    Histoire de Gédéon :

    • 24 Très peu documentée, cette tenture est en fait renseignée par sa bordure, dont le type se retrouve (...)

    60Bruxelles, seconde moitié XVIe (Châteaudun) : L’ange apparaît à Gédéon, La destruction de l’autel de Baal et le miracle de la toison, Le choix des guerriers selon leur manière de boire24 (fig. n° 12), La vengeance de Gédéon ( ?)

    Histoire de Salomon :

    61Audenarde, après 1544-1550 (Azay) : La reine de Saba, L’Arche d’Alliance, Le jugement de Salomon.

    Histoire d’Esaü et de Jacob :

    62Audenarde, second quart XVIe (Azay) : Esaü et Jacob.

    Histoire de David :

    63Flandres, XVIe (Chaumont) : David et Abigaël.

    Histoire d’Esther :

    64Florence, Jan van der Straet, 1559-1563 (Chambord) : Le banquet d’Esther et d’Assuérus.

    Tenture non identifiée ( ?) :

    65Audenarde, seconde moitié XVIe (Bourges) : Le déluge et l’Arche de Noé.

    Nouveau Testament :

    66Paris, Michel I Corneille, avant 1662 (Maisons) : Le retour d’Égypte.

    Histoire

    67Les grands héros, auxquels bien souvent les commanditaires prestigieux ont voulu s’identifier afin de vanter leurs propres mérites politiques, sont empruntés en priorité à l’histoire antique : Antoine et Cléopâtre, Scipion, Hannibal, Alexandre, Pompée, Constantin, Cyrus, Zénobie, Lucrèce, Mausole, Roxane, Julia.

    68On note cependant, à titre quasi anecdotique une tapisserie de l’Histoire d’Henri III, et une pièce de L’Art de la guerre.

    69Les cycles de tapisseries, tout autant que la peinture d’histoire, se prêtent idéalement à la glorification des héros et de leurs valeurs à travers le choix des épisodes relatés.

    Histoire d’Antoine et Cléopâtre :

    70Bruxelles, Juste d’Egmont, 1650-1677 (Aulteribe) : La rencontre d’Antoine et de Cléopâtre.

    71Aubusson ( ?) Paris ( ?) Moillon, deuxième tiers XVIIe (Talcy) : Cléopâtre demande à Jules César de la rétablir sur le trône ( ?).

    Histoire de Scipion :

    72Bruxelles, milieu XVIe (Chambord) : La continence de Scipion, L’incendie du camp.

    73Bruxelles, Jules Romain, Le Primatice, Giovanni Penni, et anonyme flamand, vers 1660 (Chambord) : Le repas chez Syphax, La prise du camp et la grâce des vaincus, La conférence de Scipion et Hannibal, Les victimaires : bœufs et éléphants, Le char de Scipion, La montée au Capitole.

    Histoire d’Hannibal :

    74Bruxelles, troisième quart XVIe (Chaumont) : La prise de Sagonte, La traversée des Alpes.

    Histoire de Pompée :

    75Bruxelles, 1560-1580 (Montpellier, Hôtel de Grave) : Pompée et Stratonice ( ?), Pompée et les pirates, Scène de bataille.

    76Bruges, Vroylinck, XVIIe (Chaumont) : Le cortège triomphal de Pompée.

    Histoire d’Alexandre :

    77Bruxelles ( ?) Audenarde ( ?) 1625-1650 (Aulteribe) : Alexandre restaure le pouvoir de Porus.

    78Aubusson, Le Brun, fin XVIIe : (Chaumont) : La famille de Darius aux pieds d’Alexandre, Le triomphe d’Alexandre, Alexandre et Porus.

    79(Kerjean) : Le triomphe d’Alexandre.

    80(Villeneuve-Lembron) : Le passage du Granique, La famille de Darius aux pieds d’Alexandre, La bataille d’Arbelles, Le triomphe d’Alexandre, Alexandre et Porus, Alexandre tenant un globe, Alexandre domptant Bucéphale.

    81Bruxelles, Le Brun, XVIIIe (Chaumont) : Alexandre et Bucéphale ( ?)

    82Bruxelles, avant 1722 (Haroué) : La bataille du Granique, La bataille d’Arbèles, La bataille d’Arbèles (2), La bataille contre Porus (gauche), La bataille contre Porus (centre gauche), La bataille contre Porus (droit), La bataille contre Porus (centre droit), La famille de Darius aux pieds d’Alexandre.

    Constantin ( ?) Artémise ( ?) :

    83Bruxelles, (Haroué) : Porteurs de trophées, Porteurs de trophées (2), Licteurs.

    Cyrus :

    84Bruxelles, Jan van Hoebroken, XVIIe (Cadillac)

    Char de triomphe :

    85Flandres, XVIIe (Aulteribe)

    Les femmes illustres de l’Antiquité :

    • 25 Les évocations picturales ou littéraires des femmes dites « illustres », « fortes » ou « héroïques  (...)

    86Aubusson, Charles Poerson, 1660-1680 (Cadillac) : Lucrèce, Artémise et Mausole, Roxane et Alexandre, Julia, Cléopâtre25 (fig. n° 13), Porcia.

    Vie des hommes illustres :

    87Bruxelles, XVIIIe (Chaumont) : La bataille de Cimon.

    Histoire de Zénobie :

    88Anvers, vers 1670 (réserve) : La fuite de Zénobie après la bataille d’Émèse, Le triomphe d’Aurélien.

    Histoire d’Henri III :

    89Cadillac ( ?), Sébastien Bourdon, 1632-1637 (Cadillac) : Le siège de La Rochelle par le duc d’Anjou en 1572.

    Tenture de l’art de la guerre :

    90Bruxelles, Lambert de Hondt II, 1712-1717 (Chambord) : L’embuscade.

    Mythologie

    91Source inépuisable de sujets pour les artistes, la mythologie exploitée dans les tapisseries permet de mêler l’histoire et le mythe comme le montrent notamment les grands héros de La Guerre de Troie.

    Les trois Parques :

    92Bruxelles, 1510-1520 (Azay)

    Métamorphoses :

    93Paris, Michel Dorigny ( ?) 1628-1650 (Talcy) : Céphale et Procris, Narcisse.

    94(Sully-sur-Loire) : La danse des satyres.

    Méléagre et Atalante :

    95Bruxelles, 1672-1680 (Chambord) : Méléagre disputant la hure à ses oncles, Méléagre présente la hure à Atalante, Althéa jette au feu le tison fatal.

    96Paris, Gobelins, Le Brun/Bellin, 1661-1668 (Chambord) : La chasse au sanglier de Calydon.

    Histoire de Diane :

    97Bruges, fin XVIe (Castelnau) : Diane entre les géants.

    98Bruges, XVIIe (Castelnau) : Diane et ses suivantes, Diane condamnant la nymphe Callisto.

    99Paris, Dubreuil/Guyot, 1625-1630 (Chambord) : Les paysans de Lycie changés en grenouilles, Diane et Apollon tuent les enfants de Niobé, La mort de Chioné, Diane et Britomartis, Diane entre les géants ( ?) Diane et Apollon tuent les enfants de Niobé (n° 2), L’assemblée des dieux : Diane devant Jupiter, La mort d’Orion. Ces tapisseries proviennent de quatre tissages différents.

    Histoire de Persée et de la Toison d’Or :

    100Tournai, XVIe (Chaumont) : Combat de Persée aidé de Pégase contre la Méduse.

    Histoire d’Hercule ( ?) :

    101Bruges, fin XVIe-début XVIIe (Cadillac) : Hercule au jardin des Hespérides.

    Tenture des amours des dieux :

    102Amiens, Vouet, 1635-1650 (Chambord) : Neptune et Cérès, Pluton et Proserpine, Aurore et Céphale, Jupiter et Callisto, Hercule et Omphale.

    103Paris, Vouet, 1635-1640 (Chambord) : Diane séduit Endymion endormi.

    Histoire d’Ulysse :

    104(voir fig. n° 4)

    • 26 Redécouverte littéraire de la Renaissance, l’histoire d’Ulysse constitua un sujet de prédilection d (...)

    105Amiens, S.Vouet, 1635-1650 (Châteaudun) : Ulysse aborde dans l’Île de Circé, Ulysse victorieux de Circé, Ulysse débarque à Ithaque, Ulysse reconnu par son chien Argos26.

    106Paris, S.Vouet, 1635-1650, (Châteaudun) : Ulysse et les sirènes.

    107Aubusson, I.Moillon début XVIIe (Gramont) : Ulysse et Circé.

    Scènes mythologiques :

    108Aubusson, fin XVIIe (Talcy) : La Naissance de Bacchus, Vénus et Adonis.

    Histoire de Daphné :

    109Paris, Michel Corneille I, 1650-1660 (Châteaudun) : Apollon poursuivant Daphné.

    Didon et Énée :

    110Aubusson, Moillon, XVIIe (Chaumont)

    Histoire des Sabines ( ?) :

    111Paris, Jules Romain, 1640-1660 (Chambord) : L’Enlèvement des Sabines.

    Histoire de la Guerre de Troie :

    112Audenarde, XVIIe (Chaumont) : Ajax et Ulysse se disputant les armes d’Achille.

    113Paris, Gobelins, XVIIIe (Hôtel de Soubise) : Achille parmi les filles de Lycomède.

    Histoire d’Hélène de Troie (pièce isolée ?) :

    114Bruxelles, (Haroué).

    Figure 14

    Figure 14

    Histoire de Pâris et Hélène : Le mariage de Pâris et Hélène, Gramont, DPOM 992. Modèle d’Isaac Moillon. Aubusson, fin XVIIe s

    Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris

    Histoire de Pâris et Hélène :

    • 27 La séquence du mariage du troyen Pâris avec la grecque Hélène sème les prémices de la guerre de Tro (...)

    115Aubusson, Moillon, fin XVIIe (Gramont) : Le mariage de Pâris et Hélène27 (fig. n° 14).

    116Felletin, Moillon seconde moitié XVIIe s. (Maisons Laffitte) : Le retour d’Hélène à Sparte.

    Le jugement de Pâris (pièce isolée) :

    117Bruxelles, XVIe (Chaumont).

    Histoire de Psyché :

    118Bruxelles, Giovanni Battista Castello, 1560-1570 (Azay) : Le repas de Psyché, Trois scènes : Psyché visitée par ses sœurs ; Psyché découvrant l’Amour endormi ; Le sommeil de Psyché ( ?), Psyché et Cerbère.

    119Bruxelles, Le Maître au Dé, d’après Michel Coxcie, 1570-1580 (Cadillac) : Zéphyr enlevant Psyché sur ordre de l’Amour, Psyché fait des présents à ses sœurs, Psyché regardant l’Amour endormi, Psyché à la poursuite de Cupidon.

    Tenture des planètes :

    120Bruxelles, G. Penz, H.S. Beham Baldini, v.1570 (Chaumont) : Apollon, Diane et Saturne, Mars et Vénus, Mercure, Jupiter, Le mariage.

    Littérature

    121Une place à part doit être faite à l’illustration de la littérature. On remarque en effet une volonté délibérée de créer des sujets nouveaux – à portée symbolique moindre – qui se prêtent à l’esthétique baroque et moderne. Ainsi les romans lus par le cercle des peintres auxquels on commande des modèles de tentures leur fournissent l’occasion de décliner leurs talents, et aux lissiers leurs savoir-faire. Ainsi l’exaltation des héros antiques n’est plus la seule à fournir des sujets aux peintres, il existe des héros nouveaux : les protagonistes des grands succès de la littérature tels que Le Roland furieux, La Jérusalem délivrée, Don Quichotte ou Le Pastor fido, source d’une iconographie novatrice.

    122Le Roland furieux (voir fig. n° 6) est une épopée, en quarante six chants, composée par l’Arioste à partir de 1502 et dont l’édition définitive est parue en 1532 et fut traduite en français à partir de 1548. Le poème relate la guerre de Charlemagne contre les Sarrasins. Les épisodes représentent la folie de Roland, neveu de Charlemagne, amoureux d’Angélique, fille du roi de Cathay.

    123La Jérusalem délivrée est publié en 1581 par Torquato Tasso (Le Tasse) et retrace en vingt chants l’ultime épisode de la Première Croisade : la prise de Jérusalem par les armées chrétiennes de Godefroy de Bouillon. Aux différents événements guerriers se surimposent des épisodes amoureux entre héros et héroïnes des armées adverses : Olinde et Sophronie, Tancrède et Clorinde, Renaud et Armide, qui deviendront des sujets à part entière des cycles de tapisseries.

    124Héliodore d’Émèse, dans Les Éthiopiques, permet de suivre les aventures de Théagène et Chariclée écrit au IIIe siècle.

    • 28 Auclair, Valérie. De l’exemple antique à la chronique contemporaine : l’histoire de la Reyne Arthém (...)

    125L’histoire de la Royne Arthémise est écrite par Nicolas Houel, afin de glorifier Catherine de Médicis, par une métaphore avec la reine antique. Parallèlement, l’auteur a réalisé un recueil de sonnets illustrés correspondant aux deux premiers livres de son roman, en vue de la transcription des dessins en tapisserie. Le manuscrit est offert à la reine dans les années 158028. Ce canevas historico-romanesque conte l’histoire d’Artémise, à partir des biographies des deux reines de Carie (Artémise I, mère de Lydgamis qui accompagne Xerxés dans son expédition contre les Grecs en 480 av. J.C. et Artémise II, épouse de Mausole, qui édifie en 353 av. JC un tombeau à la gloire de son époux à Halicarnasse, l’une de Sept Merveilles du Monde antique). Avant Nicolas Houel, plusieurs auteurs dont Boccace, ont aussi écrit l’histoire d’Artémise en exaltant les vertus des deux reines.

    Figure 15

    Figure 15

    Le Pastor Fido : Silvio et son chien, Chambord, DPOM 647. Modèle de Laurent Guyot et Guillaume Dumée. Paris, 1610-1630

    Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris

    • 29 Cette tragi-comédie de la fin du XVIe siècle constitua le sujet du concours organisé par Henri IV p (...)
    • 30 Reyniès, Nicole de. Le Pastor Fido et la tapisserie de la première moitié du XVIIe siècle. La tapis (...)

    126Dans Il Pastor Fido29 (1590) (fig. n° 15), tragi-comédie pastorale riche en péripéties, Giambattista Guarini, met en scène de nombreux personnages aux amours contrariées, mêlant héros et dieux dans un univers arcadien30.

    127Enfin Cervantès publie en 1605 le début des aventures de son héros Don Quichotte qui connut une gloire extraordinaire dans toute l’Europe, et dont la modernité ne cesse de surprendre.

    128Au-delà des héros, ce qui se joue dans les choix opérés, c’est l’intérêt pour les événements rocambolesques, voire épiques, la multiplicité des personnages, en quelque sorte une nouvelle mythologie. C’est ici que se développe le génie des tissages français.

    Histoire d’Artémise :

    129Paris, Antoine Caron, Henri Lerambert, 1610-1620 (Chambord) : Le colosse de Rhodes, La remise du livre et de l’épée, Soldats portant des trophées, Les enfants à cheval.

    Les Héroïdes d’Ovide :

    130Bruxelles, 1620-1640 (réserve) : Acontius et Cydippe, Hyppolite et Phèdre.

    Histoire du Roland furieux :

    • 31 Le poème de Ludovico Ariosto relate les amours contrariées de Roland, neveu de Charlemagne, dans un (...)

    131Paris, 1630-1640 (Châteaudun) : Angélique apparaît en rêve à Roland, Roland amoureux d’Angélique, Renaud découvre les initiales entrelacées d’Angélique et Médor31 (voir fig. n° 6), Doralice et Isabelle interrompent le combat de Zerbin et Mandricart.

    Théagène et Chariclée :

    132Paris, Vouet, v. 1640 (Azay et Châteaudun) : Chariclée enlevée par les brigands (Azay), Chariclée amenée par un bouvier à sa femme, Chariclée enlevée par les brigands, Théagène et son chien, La reine Persina faisant préparer le berceau de Chariclée, Chariclée retrouvant Persina.

    La Jérusalem délivrée :

    133Aubusson, Moillon XVIIe (Villeneuve-Lembron) : Godefroy de Bouillon blessé au siège de Jérusalem.

    Renaud et Armide :

    134Paris, Vouet, 1630-1660 (Azay) : Armide s’apprête à poignarder Renaud, Armide enlève Renaud endormi, Charles et Ubald à la fontaine du rire.

    135(Châteaudun) : Armide s’apprête à poignarder Renaud, Armide enlève Renaud endormi, Charles et Ubald à la fontaine du rire, Charles et Ubald découvrant Renaud dans les bras d’Armide, Renaud découvre son image dans le bouclier de diamant.

    Tancrède et Clorinde :

    • 32 Dans l’épopée du Tasse, « La Jérusalem délivrée », Herminie, fille du roi d’Antioche, aime le cheva (...)

    136Paris, Michel Corneille, 1645-1650 (Châteaudun) : Rencontre de Tancrède et Clorinde, Clorinde délivre Olinde et Sophronie, Tancrède rend la liberté à Herminie, Herminie chez les paysans32, Tancrède ordonne la construction d’une tombe pour Clorinde.

    Le Pastor Fido :

    137Paris, Laurent Guyot/Guillaume Dumée, 1610-1630 (Chambord) : Silvio et son chien (voir fig. n° 15), Mirtil et Amarillis.

    Don Quichotte :

    138Paris, Gobelins, Coypel, XVIIIe (réserve) : La Dorothée.

    Thème pastoral

    La diseuse de bonne aventure :

    139Bruxelles, Téniers, XVIIe (Hôtel de Sully)

    Figure 16

    Figure 16

    Gombaut et Macée : La danse, Montal, MON1913200005. Bruges, 3e quart du XVIIe s

    Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris

    Gombaut et Macée :

    • 33 Le château de Montal conserve aujourd’hui sept pièces des Amours de Gombaut et Macée provenant de t (...)

    140Bruges, 3e quart du XVIIe (Montal) : La danse33 (fig. n° 16).

    141Tours ( ?) 1e moitié du XVIIe (Montal) : Le jeu du tiquet, La cueillette et le repas champêtre.

    142Aubusson ou Felletin, XVIIe (Montal) : La cueillette, Les accordailles, Les fiançailles, Le cortège nuptial.

    Tenture des scènes de campagne :

    143Bruxelles, Lambert de Hondt d’après Téniers, 1729-1745 (Aulteribe) : Les vendanges, La plantation des orangers, Danse à la ferme, Fête paysanne, L’arrivée des légumes, Repos après la fenaison, Le marché, Retour de la moisson.

    Scène champêtre :

    144Aubusson, vers 1500 (Villeneuve-Lembron) : Aux armes de Rigault d’Aureilles.

    Amusements champêtres :

    145Aubusson, Jean-Baptiste le Prince, Jean-Baptiste Huet, XVIIIe (Hôtel de Lunas) : L’escarpolette, Le jeu de la main chaude, Le colin maillard.

    Scène pastorale : ( ?)

    146Aubusson, XVIIIe (Bouges)

    Bergerie :

    147Aubusson, Huet, XVIIIe (réserve)

    148Aubusson, Huet, XVIIIe (Puyguilhem)

    Chasses

    Cerfs dans une forêt :

    149Flandres, XVIIe (Ferney)

    Scène de chasse :

    150Aubusson, XVIIIe (Aulteribe)

    Figure 17

    Figure 17

    Chasses du roi François : Chasse au collet et à la pipée, Chambord, DPOM 221. Modèle de Laurent Guyot. Paris, atelier du faubourg Saint-Marcel, 1620-1630

    Phot. Caroline Rose. © CMN, Paris

    Chasses du roi François :

    • 34 Le thème de la chasse, largement illustré en tapisserie, a puisé ses références littéraires dans l’ (...)

    151Paris, Guyot, 1620-1630 (Chambord) : Le départ pour la chasse, L’arrivée en campagne, La chasse au vol devant un pont, Retour de chasse à tir et chasse au traîneau, Chasse aux rets à l’affût, Chasse au collet et à la pipée34 (fig. n° 17), Chasse à tir sur l’étang, Transport du gibier d’eau, Rappel des faucons, Retour de chasse à tir et chasse au traîneau, Fauconniers en forêt, Valet rapportant un héron, Chien rapportant un canard, La chasse au canard à l’affût.

    Chasses de Louis XIV :

    152Beauvais, Van der Meulen, 1684-1711 (Azay) : Chasse à courre au cerf.

    Héraldique

    3 tapisseries aux chiffres de Robert Chabot et Antoine d’Illiers :

    153Felletin ( ?) v. 1500 (Talcy)

    2 portières aux armes de Colbert :

    154Paris, Gobelins, Le Brun (Maisons Laffitte)

    Portière du char de triomphe :

    155Paris, Gobelins, Le Brun, 1662-1724 (Chambord)

    Chancellerie, blason d’un pape :

    156Atelier non identifié, XVIe ( ?) (Castelnau)

    Tapisserie aux armes de France et de Navarre :

    157Atelier non identifié, XVIIe (Chaumont)

    Sujets divers

    Les quatre parties du monde :

    158Bruxelles, XVIIIe (réserve) : L’Amérique.

    Tenture chinoise :

    159Beauvais, Boucher/Dumons 1743-1775 : La pêche (réserve), Le serveur de thé (fragment) (Castelnau), Le prince en voyage et la suite de chinois (Champs-sur-Marne).

    Tenture des sept arts libéraux :

    160Bruxelles, 1661-1688 (Carcassonne) : La Rhétorique.

    Femme jouant de la mandoline :

    161Audenarde, XVIe (Chaumont)

    2 tapisseries allégoriques :

    162Paris, Gobelins, XIXe (Panthéon)

    Femme vêtue en rouge :

    163Beauvais, XVIIe (Azay)

    Scènes de chevalerie ( ?) :

    164Aubusson, XVIIe (Puyguilhem) : Deux scènes de chevalerie, combat de cavaliers, soldat en armes, cavalier au turban.

    Verdures

    16535 tapisseries dites « verdures » sont présentes dans 12 monuments (Cadillac, Castelnau-Bretenoux, Azay-le-Rideau, La Motte-Tilly, Champs-sur-Marne, Puyguilhem, Villeneuve-Lembron, Aulteribe, Talcy, Hôtel de Sully, Sully-sur-Loire, Chambord).

    Bilan et Perspectives

    166Au terme de la présentation de cette synthèse, il convient d’évoquer le devenir de cette étude, d’en élargir l’horizon et de souligner les perspectives qu’elle ouvre.

    • 35 Saunier, Bruno, éd. Lisses et délices. Chefs d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV. Pari (...)
    • 36 Les tapisseries des Gonzague à la Renaissance, exposition du 13 mars au 27 juin 2010 au Palazzo Té, (...)
    • 37 Psyché au miroir d’Azay, exposition du 20 mai au 30 août 2009, château d’Azay-le-Rideau. Paris : Éd (...)

    167Déterminer les modes de restitution du travail effectué et des connaissances mises au jour constitue une décision scientifique importante pour le Centre des monuments nationaux, sans attendre l’évolution et la mise en ligne de la base de données de l’ensemble des collections. Faut-il créer un mini-site dédié sur le site Internet du Centre des monuments nationaux, enrichir la base Palissy qui permettrait une excellente visibilité par le portail Collections ? Quid d’une publication traditionnelle de type catalogue raisonné ? Doit-elle être globale ou déclinée par volumes dédiés à des thématiques ou à des lieux ? Ces publications doivent-elles être associées systématiquement à des expositions temporaires qui mettraient en valeur la politique d’enrichissement des collections (comme le fit l’exposition Lisses et délices35 en son temps), ou des découvertes significatives (comme la tenture de Moïse, exposée partiellement à Mantoue en 201036 ou comme celle de Psyché qui donna lieu en 2009 à l’exposition Psyché au miroir d’Azay37 réunissant pour la première fois l’ensemble des pièces conservées dans les collections publiques françaises, anglaises et écossaises).

    168On voit bien qu’au-delà d’une politique éditoriale ces questions intéressent plus globalement l’action du Centre des monuments nationaux. En effet, le travail d’analyse qui est mené contribue à rapprocher les œuvres des visiteurs, c’est indéniable. On l’a dit plus haut, le format des tapisseries et leur lisibilité complexe nécessitent des outils appropriés qui accompagnent la visite. L’exercice gagnerait également à être élargi à l’ensemble des collections : tableaux, mobilier, sculptures…

    169Parmi les lieux gérés par le Centre des monuments nationaux permettant de présenter des ensembles significatifs de tapisseries, les châteaux de Châteaudun et d’Azay-le-Rideau méritent une attention particulière. L’importante collection de tapisseries françaises conservée à Châteaudun, témoignage du projet d’en faire un temps un « musée » de la tapisserie, a aujourd’hui perdu de sa visibilité. Le Centre des monuments nationaux veut-il désormais revenir à ce projet et s’en donner les moyens ?

    170Pour clore provisoirement ce questionnement, et afin de rappeler l’importance de l’adéquation entre l’objet de collection et le monument qui l’abrite tel un écrin, on se contentera de souligner combien il serait dommage de ne pas tirer l’entier bénéfice de la richesse d’évocation que permettent si bien les monuments historiques ; le château d’Azay-le-Rideau pourrait être considéré comme emblématique en Val de Loire.

    171La qualité des tentures reconstituées et les atouts culturels qu’elles présentent permettent d’opérer un examen critique d’une politique d’enrichissement des collections qui bénéficie de plus de cinquante ans de recul. Les informations rassemblées dans le cadre de l’étude constituent également des éléments de première valeur pour affiner les orientations futures et en cerner au mieux les contours, ceci dans le cadre du marché de l’art, qui conditionne les achats et ne permet pas toujours de satisfaire les objectifs définis par les responsables des collections publiques.

    172Ces questions nous ramènent aux enjeux initiaux de ce projet d’étude et démontrent l’interaction nécessaire entre le travail scientifique et le développement culturel d’un grand établissement tel que le Centre des monuments nationaux.

    Haut de page

    Notes

    1 Voir à cet égard le panorama récent de la recherche dressé par : Bertrand, Pascal-François, Delmarcel, Guy. L’Histoire de la tapisserie, 1500-1700. Trente cinq ans de recherche, Perspective : la revue de l’INHA, n° 2, 2008, p. 227-250.

    2 Décret n° 2007-532 du 6 avril 2007 : art. 1 : « Le Centre des monuments nationaux a pour mission d’entretenir, conserver et restaurer les monuments nationaux ainsi que leurs collections, dont il a la garde, d’en favoriser la connaissance, de les présenter au public et d’en développer la fréquentation lorsque celle-ci est compatible avec leur conservation et leur utilisation. » « Il est le maître d’ouvrage des travaux réalisés sur les monuments nationaux. »

    3 Collections conservées dans les monuments suivants reçus en legs : châteaux de La Motte-Tilly, Gramont, Aulteribe, Bouges, Abbaye de Beaulieu, Hôtel de Lunas.

    4 L’estimation du nombre de biens culturels conservés dans les monuments se situe autour de 70 000.

    5 Anthenaise, Claude d’, Kagan, Judith. Petite histoire des grands châteaux : la politique d’aménagement des demeures appartenant à l’État, affectées à la direction du Patrimoine, Monumental, n° 7, septembre 1994, p. 53-76.

    6 Une session de formation fut organisée spécifiquement par Brigitte Oger, alors ingénieur de recherche, responsable de la filière textile au Laboratoire de recherche des monuments historiques.

    7 Pascale Araujo, Magali Belime-Droguet, Marie Delassus, Dominique Fernandes, Séverine Forlani, Bénédicte Meyer, Carine Politi ont ainsi à tour de rôle, apporté leur contribution à cette étude ; je tiens à les remercier pour leur implication dans le projet.

    8 Mis en place entre 2002 et 2004 autour d’une dizaine de volontaires, à parité conservateurs et restaurateurs.

    9 En particulier la Médiathèque du patrimoine, documentation du département des objets d’art du musée du Louvre, mais également sites Internet dédiés.

    10 La plupart des photographies existantes avaient été réalisées pour l’exposition Lisses et délices, château de Chambord, 7 septembre 1996-5 janvier 1997. SAUNIER, Bruno, éd. Lisses et délices. Chefs d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV. Paris, 1996. J’adresse mes remerciements à Christiane Naffah, directrice scientifique du Centre des Monuments nationaux pour son soutien dans la publication de cet article.

    11 Notamment dès le lancement, le 15 février 2005, puis par une présentation lors du Comité Consultatif du Centre des monuments nationaux du 17 mai 2006, et dans le cadre d’une réunion des conservateurs des monuments historiques le 29 mai 2007.

    12 Cette étude statistique, par sujet, datation et lieu de production, a été réalisée à partir des données de 2008. Les tapisseries du château de Rambouillet, géré depuis 2009 par le Centre des monuments nationaux, ne sont donc pas comprises dans l’étude, les acquisitions postérieures à 2008 ne sont pas prises en compte.

    13 Prévost-Marcilhacy, Christian. La politique d’acquisition du service des Monuments historiques. In Saunier, Bruno, éd. Lisses et délices. Chefs d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV. Paris, 1996, p. 11-15.

    14 Par convenance, les tapisseries en dépôt dans les monuments du Centre des monuments nationaux ne sont pas intégrées à cette étude car elles font par ailleurs l’objet d’inventaires, mais par contre les tapisseries d’Haroué, propriété de l’État, déposées dans ce château privé, ont été prises en compte.

    15 Certaines très parcellaires.

    16 Loi 2004-809 du 13 août 2004, titre IV, chap. II, article 97 : les châteaux et les collections de Chaumont-sur-Loire, Châteauneuf-en-Auxois, et du Haut Koenigsbourg conservant des tapisseries ont été transférés aux collectivités territoriales.

    17 Création de la manufacture des Gobelins en 1662.

    18 Bertrand, Pascal-François. Les ateliers secondaires de tapisseries en France. Regards sur la tapisserie, Arles, 2002, p. 25-42 (colloque, Angers, 2000) ; Coquery, Emmanuel, Klinka-Balesteros, Isabelle éd. Michel Corneille. Un peintre du roi au temps de Mazarin. Paris, 2006 (cat. exposition, Orléans, musée des Beaux-arts, 2006) ; Denis, Isabelle. Henri Lerambert et l’Histoire d’Artémise : des dessins d’Antoine Caron aux tapisseries. La tapisserie au XVIIe siècle et les collections européennes : actes du colloque international de Chambord, 18 et 19 octobre 1996, Paris, 1999, p. 33-50 ; Reyniès, Nicole de, Laveyssière Sylvain, Giffault, Michèle, éd. Isaac Moillon : un peintre du roi à Aubusson. Paris : Somogy, 2005 (cat. exposition, Aubusson, musée départemental de la tapisserie, 11 juin-12 septembre 2005.)

    19 Les listes établies par thématique donnent dans la mesure du possible : le titre de la tenture, le lieu de production, l’auteur du modèle, les dates ou dates extrêmes de fabrication (le monument conservant les tapisseries), les titres des pièces de tapisseries composant la tenture. Les auteurs des cartons, de même que les liciers ne figurent pas dans cette synthèse. Dans certains cas, il n’y a qu’une pièce (ex. Les trois Parques à Azay-le-Rideau).

    20 Le regroupement sous un titre commun peut « cacher » des tissages différents que le résumé présenté ici ne permet pas de préciser. Je renvoie le lecteur à des publications à venir, globales ou ponctuelles, qui expliciteront ces nuances importantes.

    21 Campbell, Thomas. The story of Abraham tapestries at Hampton Court Palace. Flemish tapestry in european and american collections: studies in honor of Guy Delmarcel, Turnhout, 2003.

    22 Léguée à l’État en 1961, de structure décorative très savante, la tenture de l’Ancien Testament est une suite de scènes illustrant la vie du prophète. La composition comporte une bordure remarquable dite des Éléments (comprenant des animaux et des plantes), inspirée de celle de la tenture de l’Histoire de Noé tissée pour Philippe II d’Espagne entre 1563 et 1567. La scène qui donne son titre à cette pièce, celle du banquet, est insérée dans un dispositif décoratif à grotesques où l’on trouve également des enfants ou putti, surmontée d’un médaillon où trône le dieu Mars, et présente en partie basse un cartouche en camaïeu dans lequel Daniel explique au roi le sens de la prophétie. Dans cette scène, Balthazar offre un festin au cours duquel sont célébrés les faux dieux et profanés les vases sacrés dérobés au temple de Jérusalem. Le banquet est interrompu par trois mots énigmatiques (Mané, Thetel, Phares, sur le mur au-dessus du festin, mais peu lisibles sur la photo), annonçant la fin de l’empire babylonien.

    23 Acquise en vente publique en 1973, cette pièce isolée présente une bordure de guirlandes de fleurs, feuillages, et fruits retenues par des têtes de lions, alternant avec des médaillons représentant des visages d’hommes et de femmes ; en partie basse des putti et des oiseaux. Dans la partie supérieure, une inscription en latin résume la scène qui figure le premier épisode de l’histoire d’Abraham : le patriarche, agenouillé, écoute la parole de Dieu qui lui demande de tout quitter. Abraham pourrait être représenté également à gauche avec Sara et à droite en marche avec son bâton. De nombreux personnages et le paysage qui s’ouvre devant Abraham évoquent sa descendance et son parcours. Quatre tentures illustrant l’histoire d’Abraham sont conservées dans des collections publiques : à Hampton Court (10 pièces), au Palacio Nacional de Madrid (7 pièces), au Kunsthistorisches Museum de Vienne (10 pièces) et dans la cathédrale de Tolède (7 pièces).

    24 Très peu documentée, cette tenture est en fait renseignée par sa bordure, dont le type se retrouve sur plusieurs tapisseries provenant de Bruxelles et tissées vers 1530-1550. Le héros, Gédéon, fut appelé par Dieu pour sauver Israël de l’oppression des Madianites. L’épisode représenté précède le combat. À l’arrière-plan, Dieu apparaît à Gédéon sur une colline et lui explique comment choisir ses hommes. Au premier plan jaillit une source à laquelle les soldats vont se désaltérer avant d’être répartis par Gédéon en plusieurs groupes. De dos, au premier plan, le porte-enseigne arbore le drapeau orné du symbole de la toison d’or, rappelant l’épisode précédant au cours duquel Gédéon comprit sa mission. À gauche, les troupes se rassemblent. Sans connaître le commanditaire de cette tenture, dont plusieurs variantes ont été tissées, rappelons que les chevaliers de l’ordre de la Toison d’Or, créé en 1430 par Philippe le Bon, avaient coutume de posséder une tenture relatant les hauts faits de Gédéon….

    25 Les évocations picturales ou littéraires des femmes dites « illustres », « fortes » ou « héroïques » se multiplient autour des années 1630 et contribuent à exalter les qualités ou vertus de femmes de l’Antiquité, de la Bible ou de l’histoire nationale. Ce thème participe à l’ornementation de plusieurs décors de grandes demeures et se diffuse également par des gravures illustrant des recueils littéraires faisant l’apologie de femmes exemplaires. Les huit femmes de la tenture se distinguent par leur amour sans limites qui les conduit à accomplir des actes courageux voire funestes. Ici, Cléopâtre, au cours d’un banquet avec Antoine lui démontre qu’elle est capable d’engloutir dix millions de sesterces en un dîner. Elle dissout l’une de ses boucles d’oreilles formée d’une perle dans une coupe remplie de vinaigre que lui tend Antoine et va porter le breuvage à sa bouche. La bordure sur fond brun-jaune est constituée d’une guirlande de fleurs entourée de feuilles d’acanthe, interrompue aux angles par une large feuille d’acanthe vue de face. La marque des ateliers de la manufacture royale d’Aubusson est très nettement visible en bas à droite sur le galon.

    26 Redécouverte littéraire de la Renaissance, l’histoire d’Ulysse constitua un sujet de prédilection du décor monumental en Italie et en France, dont le plus fameux fut la galerie d’Ulysse de Fontainebleau peinte par le Primatice en 1570. Simon Vouet quant à lui peint en 1635 un cycle de 34 épisodes pour la galerie de l’hôtel parisien de Claude de Bullion, aujourd’hui disparu, dont il tira huit sujets pour la tapisserie ; la seule suite intégrale se trouve au château de Cheverny. Les cinq pièces conservées au château de Châteaudun, correspondent à deux tissages différents ; l’un des ateliers d’Amiens, l’autre de l’atelier parisien du faubourg Saint-Marcel. La bordure, typique de l’exubérance décorative des tapisseries tissées d’après les modèles de Vouet, présente une alternance de bouquets et de médaillons où sont figurés des bustes en profils de médailles, des cartouches de cuir découpés comprenant un visage féminin et au centre des quatre côtés des amours en grisaille encadrant des personnages debout à l’antique. La scène des retrouvailles entre Ulysse guidé par le porcher Eumée, entrant dans son palais symbolisé par les colonnes de marbre, et son vieux chien Argos, constitue la dernière pièce de la tenture et se réfère au chant XVII.

    27 La séquence du mariage du troyen Pâris avec la grecque Hélène sème les prémices de la guerre de Troie. Ici, le jeune couple est entouré des parents de Pâris, Priam et Hécube, et présenté à des invités étrangers. La tenture aurait comporté sept ou huit pièces, et cette scène suivrait celle représentant « Le jugement de Pâris ». Si les spécialistes proposent de voir en Isaac Moillon, principal peintre travaillant pour les manufactures de la Marche, l’auteur des modèles de ces tapisseries à la thématique assez largement ignorée des ateliers parisiens, l’identification du licier demeure plus obscure. Au moins sept sont répertoriés comme auteurs des tissages des tentures de l’Histoire de Pâris et Hélène, dont certains très tardifs. D’autre part, afin de pouvoir honorer les commandes dans les délais, il était fréquent de répartir les tissages des différentes pièces d’une même tenture entre différents liciers.

    28 Auclair, Valérie. De l’exemple antique à la chronique contemporaine : l’histoire de la Reyne Arthémise de l’invention de Nicolas Houel. Journal de la Renaissance, I, 2000, p. 155-188.

    29 Cette tragi-comédie de la fin du XVIe siècle constitua le sujet du concours organisé par Henri IV pour succéder à Henri Lerambert dans la charge de peintre du Roi. Les deux artistes choisis créèrent ainsi seize ou dix-huit cartons de tapisseries qui connurent une grande postérité. Le peuple d’Arcadie se devait de sacrifier chaque année une vierge à la déesse de la chasse, Diane ; l’épreuve ne pouvant prendre fin qu’à la suite du mariage de deux enfants du ciel. Silvio, aimé de Dorinde et descendant d’Hercule, doit donc épouser Amarillis, issue de Pan. Mais celle-ci est aimée de Mirtil (le pasteur fidèle) qui se révèle heureusement également issu d’Hercule, permettant de mettre un terme à la malédiction. La scène isolée conservée à Chambord, préemptée en 1995, correspondant à la scène 2 de l’acte II , serait la septième pièce de la tenture selon l’Inventaire de la Couronne établi sous Louis XIV. Au premier plan, Dorinde a demandé à Lupin de cacher le chien de Silvio, que Silvio retrouvera à la fin de l’acte II, au second plan. La bordure est composée de motifs évoquant la chasse : carquois, arcs, faisceaux de flèches, têtes de chiens et de cerfs, trompes de chasse, lances. Des médaillons ornent les parties centrales de chaque côté, représentant un berger, à l’exception du médaillon inférieur qui représente Diane allongée.

    30 Reyniès, Nicole de. Le Pastor Fido et la tapisserie de la première moitié du XVIIe siècle. La tapisserie au XVIIe siècle et les collections européennes : actes du colloque international de Chambord, 18 et 19 octobre 1996, Paris, 1999, p. 15-32.

    31 Le poème de Ludovico Ariosto relate les amours contrariées de Roland, neveu de Charlemagne, dans un univers de guerres et de personnages exotiques. Les modèles des tapisseries sont les douze peintures anonymes des années 1525-1532 du château d’Effiat aujourd’hui conservées au musée d’art Roger Quillot de Clermont-Ferrand. Le château de Châteaudun conserve quatre pièces provenant de deux tissages parisiens différents ; la scène présentée correspond au quatrième tableau en inversant la composition générale et variant quelque peu la place des personnages. Roland, assis à droite, vêtu de son armure et portant sa fameuse épée Durandal au côté, montre de sa main les initiales entrelacées d’Angélique, fille du roi de Cathay, dont il est épris, et de Médor, son rival. À gauche de l’arbre central, son écuyer tient son cheval par la bride. On remarquera que le modèle peint au XVIe siècle donne un aspect archaïque à cette tapisserie tissée au XVIIe siècle, comparé à des tentures conçues par des artistes comme Vouet notamment.

    32 Dans l’épopée du Tasse, « La Jérusalem délivrée », Herminie, fille du roi d’Antioche, aime le chevalier chrétien Tancrède dont elle a été la prisonnière, mais n’est pas aimée en retour. Elle décide de le rejoindre et sort alors de Jérusalem déguisée en guerrière, revêtue de l’armure de Clorinde, autre ennemie des chrétiens, dont Tancrède s’est épris lors de la prise d’Antioche par les Croisés. Épuisée, elle s’endort et se réveille au milieu de bergers ; elle réclame alors l’asile à un vieux paysan. Cette séquence, constitue une pastorale charmante, qui s’insère dans un récit fort complexe. Une vingtaine de pièces de la tenture de l’Histoire de Tancrède et Clorinde figurent dans l’inventaire de la manufacture de Raphaël de La Planche en 1661 ; la tenture devait comporter huit pièces ; les cinq pièces conservées au château de Châteaudun font partie de trois tentures parisiennes distinctes

    33 Le château de Montal conserve aujourd’hui sept pièces des Amours de Gombaut et Macée provenant de trois tentures distinctes, léguées par Maurice Fenaille. Ces tapisseries proposent une illustration de la vie des bergers suivant les âges, expliquée par des inscriptions figurant dans des cartouches. On y évoque la vie à la campagne et son évolution de la prime jeunesse à la mort ; la danse précède les accordailles. Aucune source littéraire n’a pu être identifiée, malgré les recherches à ce sujet, tout au plus peut-on affirmer l’inspiration des poèmes pastoraux médiévaux. Elles ont été tissées d’après les modèles fournis par les huit estampes de Jean Le Clerc ordinairement datées de 1596, tout en présentant des variantes significatives. Félibien attribue à Laurent Guyot la réalisation des cartons, tout au moins pour les ateliers de tissage parisiens. La tenture la plus complète est aujourd’hui conservée au musée de Saint-Lô (8 pièces). Dans la bordure supérieure de « La danse » figurent les armes de J.-B. Pianelli ou Planelli, seigneur de La Valette, lyonnais, chevalier de l’ordre de Saint-Michel en 1651.

    34 Le thème de la chasse, largement illustré en tapisserie, a puisé ses références littéraires dans l’Antiquité (notamment à travers l’« Histoire naturelle » de Pline l’Ancien) et en a fait un sujet artistique dont l’intérêt n’a cessé de se renouveler d’autant qu’il a toujours joué sur les lectures symboliques. Henri de Ferrières entre 1354 et 1377, pour Philippe le Bon ; Gaston Phebus, dans son « Livre de la chasse » vers 1387-1389 et Guillaume Budé avec son « De Philologia » en 1530 ont également introduit un dispositif allégorique. Les pratiques décrites par les tapisseries sont la chasse au vol (fauconnerie), la chasse aux toiles (chasse au filet) et la chasse aux gibiers d’eau et canards, ainsi que quelques techniques plus modestes ; curieusement manque la chasse à courre. Sont donc évoquées des techniques de chasse plus tard méprisées car non courtoises et rabaissées au braconnage qui constituent alors encore les loisirs des gentilshommes. Les sources iconographiques se trouvent chez Antonio Tempesta, élève de Jan van der Straet, qui grava une série importante sur le thème de la chasse dès 1595, élargie à d’autres artistes, en 1609. Il est cependant indispensable de faire également référence au cycle de vingt-huit tapisseries relatives à la chasse dont les cartons furent commandés au même Jan van der Straet, pour la villa de Poggio à Caiano construite pour Laurent de Médicis. Douze tapisseries sont aujourd’hui conservées (10 à Florence et 2 à Pise). Il est impossible de ne pas faire référence aux grandes tentures de chasse bruxelloises : Les mois Lucas et Les Chasses de Maximilien, ces dernières acquises par Mazarin en 1654, dont non seulement les modèles artistiques furent une source d’inspiration, mais également la référence du message politique. L’ensemble des quatorze pièces conservé à Chambord appartient à deux tentures différentes ; l’une acquise en 1938, l’autre en 1990. La scène de la chasse au collet et à la pipée, anciennement appelée « chasse aux petits oiseaux » ou « chasse aux cages » montre en son centre le dispositif destiné à piéger les oiseaux avec au premier plan un couple richement habillé s’approchant.

    35 Saunier, Bruno, éd. Lisses et délices. Chefs d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV. Paris, 1996.

    36 Les tapisseries des Gonzague à la Renaissance, exposition du 13 mars au 27 juin 2010 au Palazzo Té, Mantoue. Delmarcel, Guy, Brown, Clifford M., Forti Grazzini, Nello, Meoni, Lucia, L’Occaso, Stefano. Gli Arazzi dei Gonzaga nel Rinascimento. Milan, 2010.

    37 Psyché au miroir d’Azay, exposition du 20 mai au 30 août 2009, château d’Azay-le-Rideau. Paris : Éditions du Patrimoine, 2009 ; à paraître : Belime-Droguet, Magali. L’histoire de Psyché, une tenture bruxelloise pour un palais gênois, L’Estampille-Objet d’art, fin 2010.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Ancien Testament à grotesques : Le festin de Balthazar, Azay-le-Rideau, DPOM 181, Anvers, Atelier Joos Van Herzeele, 1580-1586
    Crédits Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 484k
    Titre Figure 2
    Légende Histoire d’Abraham : La vocation d’Abraham, Chambord, DPOM 329. Modèle de Michel Coxcie, d’après Bernard van Orley. Bruxelles, Atelier Willem de Kempeneer, 1550-1560
    Crédits Phot. David Bordes. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 320k
    Titre Figure 3
    Légende Répartition des tapisseries dans les monuments
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 60k
    Titre Figure 4
    Légende Histoire d’Ulysse : Ulysse reconnu par son chien Argos, Châteaudun, DPOM 315. Modèle de Simon Vouet. Amiens, Atelier des Comans, 1635-1650
    Crédits Phot. Caroline Rose. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 288k
    Titre Figure 5
    Légende Répartition des tapisseries par date de production
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Titre Figure 6
    Légende Histoire du Roland furieux : Roland découvre les initiales enlacées d’Angélique et de Médor, Châteaudun, DPOM 1028-2. Paris, 1630-1640
    Crédits Phot. David Bordes. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 460k
    Titre Figure 7
    Légende Répartition des tapisseries par lieu de production
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 8
    Légende Ateliers des Flandres
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 32k
    Titre Figure 9
    Légende Ateliers français
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 36k
    Titre Figure 10
    Légende Répartition thématique des tapisseries
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 48k
    Titre Figure 11
    Légende Tancrède et Clorinde : Herminie chez les paysans, Châteaudun, N° ? Modèle de Michel Corneille. Paris, faubourg Saint-Germain, manufacture de Raphaël de La Planche, 1655-1690
    Crédits Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 364k
    Titre Figure 12
    Légende Histoire de Gédéon : Le choix des guerriers selon leur manière de boire, Châteaudun, DPOM 44. Bruxelles, seconde moitié du XVIe s
    Crédits Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 392k
    Titre Figure 13
    Légende Les femmes illustres de l’Antiquité : Cléopâtre, Cadillac, DPOM 615. Modèle de Charles Poerson. Aubusson, 1650-1680 ?
    Crédits Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 408k
    Titre Figure 14
    Légende Histoire de Pâris et Hélène : Le mariage de Pâris et Hélène, Gramont, DPOM 992. Modèle d’Isaac Moillon. Aubusson, fin XVIIe s
    Crédits Phot. Jean-Luc Paillé. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 376k
    Titre Figure 15
    Légende Le Pastor Fido : Silvio et son chien, Chambord, DPOM 647. Modèle de Laurent Guyot et Guillaume Dumée. Paris, 1610-1630
    Crédits Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 460k
    Titre Figure 16
    Légende Gombaut et Macée : La danse, Montal, MON1913200005. Bruges, 3e quart du XVIIe s
    Crédits Phot. Patrick Müller. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 444k
    Titre Figure 17
    Légende Chasses du roi François : Chasse au collet et à la pipée, Chambord, DPOM 221. Modèle de Laurent Guyot. Paris, atelier du faubourg Saint-Marcel, 1620-1630
    Crédits Phot. Caroline Rose. © CMN, Paris
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/6960/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 508k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Lorraine Mailho-Daboussi, « Les tapisseries : étude d’une collection publique », In Situ [En ligne], 13 | 2010, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/6960 ; DOI : 10.4000/insitu.6960

    Haut de page

    Auteur

    Lorraine Mailho-Daboussi

    Conservatrice en chef du patrimoine, direction générale des patrimoines, service des musées de France. lorraine.mailho@culture.gouv.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page