Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Première partie : Les patrimoines générés par l'histoire du cheval
    Questions, projets et perspectives

    Louis Desliens, un homme, un métier, une collection, un musée en devenir

    Jean-Louis Coudrot

    Résumés

    Louis Desliens (1879-1975), vétérinaire formé à Alfort, a consacré sa vie à la pratique vétérinaire mais également à la recherche. Son travail fut centré sur la médecine équine ; ses recherches sur l’hématodynamométrie furent publiées dès 1935 mais restèrent ignorées de Forssmann et Cournand, prix Nobel en 1956. Tout le matériel scientifique, les archives et les collections reflets de l’activité de Louis Desliens, ont été donnés par Michel Desliens, son petit-fils, au musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix pour constituer un musée vétérinaire original unique en Europe en symbiose avec les collections du musée qui conservent des pièces exceptionnelles autour du cheval depuis la protohistoire : cratère grec en bronze avec défilé de char, chevaux gaulois sacrifiés de Vertault, outillage de maréchalerie du XVIIe siècle… Le musée de la pratique vétérinaire Desliens sera une vitrine de la profession pour le grand public.

    Haut de page

    Texte intégral

    1Louis Desliens (1879-1975) est un vétérinaire originaire du département de l’Aube qui a exercé durant toute sa vie dans le Châtillonnais, région située en Côte d’Or, aux confins de la Bourgogne et de la Champagne (fig n°1). Formé à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort où il est admis en 1899, il en sort major de sa promotion en 1904 (fig. n°2). Il s’installe comme vétérinaire praticien à Châtillon-sur-Seine en 1906 et partage son activité entre pratique et recherche.

    Figure 1

    Figure 1

    Louis Desliens, 1879-1975.

    © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Figure 2

    Figure 2

    Louis Desliens, 4e année de la promotion 1904.

    © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    2L’essentiel du travail de Louis Desliens, patron exigeant, est consacré à la médecine équine ; il possède une écurie de six places où il hospitalise les chevaux (cryptorchiectomie, opération du javart). Ses interventions en urgences bovines sont plus rares car à l’époque, les cultivateurs hésitent à déranger le vétérinaire pour une vache : la seule urgence étant l’obstétrique. Sa renommée comme chirurgien l’appelle dans un rayon de 100 km. Il accorde beaucoup d’importance à l’asepsie : pas de délivrance manuelle la veille d’une intervention ; en cryptorchiectomie, ses échecs sont à peine de 1 %. De 1903, da te à laquelle il pratique sa première intervention chirurgicale à 1955, où il met au point une nouvelle méthode de castration, il pratique la chirurgie.

    • 1 - Werner Forssmann : Berlin 29/08/1904 – Schopfheim 01/06/1979.
    • 2 - André F. Cournand : Paris 24/09/1895 – Great Barrington (États-Unis) 19/02/1988. Prix Nobel de ph (...)

    3Parallèlement à cette vie de praticien vétérinaire, il poursuit durant toute sa vie, des recherches sur la physiologie cardiaque et l’hémodynamométrie (fig. n°3). Dès avant la première guerre (1906), il démontre l’innocuité du cathétérisme cardiaque en le pratiquant sur des chevaux et des bovins, expériences ignorées par Forssmann1 et Cournand2. Sa première communication à l’Académie des Sciences date de 1916 ; il retraça l’histoire de 50 ans de recherche dans une conférence à Dijon, fort appréciée par le professeur Bressou, membre de l’Institut.

    Figure 3

    Figure 3

    Enregistrement hémautographique.

    © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    4Louis Desliens fut le premier à utiliser la ponction artérielle transcutanée ainsi que les injections intra-artérielles pour le traitement du tétanos (13/11/1916). Ses expériences sur l’hématodynamométrie, mesure de la pression artérielle et veineuse, furent publiées dans un ouvrage paru dès 1935. Sa méthode directe permet d’approcher la pression sanguine de base chez le cheval qui reste indifférent aux ponctions artérielles (fig. n°4).

    Figure 4

    Figure 4

    Prise de sang sur un cheval.

    © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    5La transfusion sanguine fut également au centre du travail de recherche de ce praticien rural. Dès 1913, il procéda à la transfusion directe de la jugulaire du donneur au receveur ; il utilisa ensuite une seringue de 500 ml ; vers 1930, la citratation du sang lui permit de différer la transfusion. Cette technique fut utilisée pour le traitement des maladies infectieuses en transfusant du sang d’animaux convalescents.

    6Toute cette vie de praticien chercheur fut marquée par des publications et des notes d’expériences qui ont toutes été conservées par la famille Desliens (fig. n°5).

    Figure 5

    Figure 5

    Assemblée dans un amphithéâtre vers 1960.

    © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    7Le matériel et les instruments conçus et réalisés par Louis Desliens constituent aujourd’hui une mémoire unique pour appréhender un aspect de la société sur plus d’un siècle autour de l’animal et au-delà sur la santé publique et la nourriture de l’homme.

    • 3 - Michel Desliens : Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) 14/09/1945 – Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) 03 (...)

    8Ainsi, toutes les collections, bases de l’activité de Louis Desliens, ont-elles été données par la famille Desliens3 au Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix où elles vont constituer une section originale unique en Europe, mais à bien considérer, un élément de continuité depuis la protohistoire dans cette région du Châtillonnais.

    Le programme scientifique et culturel du Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix

    9Le Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix est situé à Châtillon-sur-Seine, agglomération de Côte d’Or, aux confins de la Bourgogne et de la Champagne, entre Troyes et Dijon. Depuis la protohistoire, sa position entre le bassin de la Seine et celui de la Saône et du Rhône a favorisé son développement et sa richesse. Pierre, fer, forêt, agriculture sont à l’origine d’une vitalité remarquable dont on retrouve la traduction dans les collections « encyclopédiques » jusqu’à l’époque moderne du musée. Il est l’animation d’une région qui dépasse les limites strictes de la géographie. Il permet de mettre en relations des territoires proches et lointains.

    10Le programme scientifique et culturel du musée, rédigé il y a près de dix ans, prévoit de présenter l’histoire de l’homme dans le Châtillonnais, un ensemble compact constitué par six cantons. Après une présentation géographique et géologique, le visiteur peut suivre l’impact de l’homme sur l’environnement et découvrir les moments forts de cette histoire, la période de l’Âge du fer, l’impact de Rome sur la région. L’emprise nouvelle de la forêt au Moyen Âge et ses fondations religieuses, le développement des nouvelles techniques, imprimerie, sidérurgie, industrie du drap et l’exploitation de la pierre et de la forêt. La dernière salle est consacrée aux gloires châtillonnaises du XIXe siècle, Nisard académicien et sénateur, Paul Louis Cailletet qui liquéfia l’air pour la première fois à Châtillon en 1877.

    Figure 6

    Figure 6

    Cratère de Vix, 535 av. J.C., Grande Grèce.

    Phot. Inv. J-L Duthu. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Figure 7

    Figure 7

    Cratère de Vix, quadrige détouré.

    Phot. Inv. J-L Duthu. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    11La « Dame de Vix » et sa tombe exceptionnelle, véritable image du commerce international au VIe siècle avant notre ère, est une étape obligée pour mettre en relations les princes celtes du monde nord-alpin. Le cratère (fig. n°6), vase grec en bronze, servant à mélanger le vin et l’eau pour le symposium est unique dans le monde antique avec son cortège de quadriges suivis d’hoplites (fig. n°7). L’implantation gallo-romaine dans la partie orientale du territoire des Lingons a permis de constituer des collections originales : ex-voto des sanctuaires des eaux ou des temples consacrés aux divinités de l’abondance (Essarois, le Tremblois) avec de rares représentations de chevaux (fig. n°8) (sculptures sur pierre ou fibules). Le site de Vertault (Vertillum) a permis la découverte de chevaux sacrifiés (fig. n°9) et tous orientés de la même manière (le chanfrein est systématiquement fracassé) dans des fosses antérieures à l’époque gallo-romaine. L’étude de ces squelettes a permis la restitution de ces petits chevaux gaulois qui ne dépassaient pas 1,20 m au garrot (fig. n°10).

    Figure 8

    Figure 8

    Vertault, Fontaine Pégase, époque gallo-romaine.

    Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Figure 9

    Figure 9

    Vertault, Ier siècle av. J. C., fosse aux chevaux.

    Phot. J-P Garrault. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Figure 10

    Figure 10

    Vertault, Ier siècle av. J. C.

    Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    12Le Moyen Âge, la Renaissance et l’époque moderne ne sont pas les périodes les moins actives dans le Châtillonnais. Des personnages importants marquent l’histoire et les collections : Robert de Molesme et Bernard de Clairvaux, mais aussi le Maréchal Marmont (fig. n°11), duc de Raguse, figure essentielle de la région à l’origine du renouveau de la sidérurgie châtillonnaise et soutien majeur de l’agriculture et de l’élevage (mérinos).

    Figure 11

    Figure 11

    Maréchal Marmont, peinture de Barbier-Walbonne.

    Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    13Un dernier personnage présente un intérêt certain dans l’histoire de ce Châtillonnais : c’est Louis Desliens, un vétérinaire praticien et chercheur reconnu par ses pairs dont les importantes collections n’ont pu être présentées dans les salles des bâtiments conventuels de l’abbaye Notre-Dame.

    14Ainsi, tout visiteur spécialiste : archéologue, ethnologue, historien ou simple touriste peut découvrir les différents aspects de leur culture. Les habitants du Châtillonnais et plus généralement de la Bourgogne peuvent prendre conscience de leur patrimoine qui n’est pas encore totalement assimilé et compris.

    Le Musée Vétérinaire

    15Dans le programme scientifique et culturel du musée du Pays Châtillonnais qui a reçu l’approbation de la direction des Musées de France en 1999, le transfert des collections du musée du Châtillonnais dans les bâtiments conventuels de l’abbaye Notre-Dame ne tenait pas compte des pièces de l’importante collection vétérinaire donnée par la famille Desliens, complétée depuis par des dons importants. Il a donc été proposé de les installer dans l’hôtel Philandrier (fig. n°12) et son annexe. En effet, cet ensemble homogène peut être offert au public dans les étages de ces bâtiments, à moindre frais car les salles possèdent déjà une infrastructure muséographique (éclairage, alarme et vitrines).

    Figure 12

    Figure 12

    Hôtel Philandrier, XVIe siècle.

    Phot. Ch. Labeaune. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    16Le rez-de-chaussée de cet immeuble, hôtel particulier du XVIe siècle le plus remarquable de Châtillon-sur-Seine doit recevoir l’office de tourisme de la ville de Châtillon-sur-Seine dans des salles accueillantes à proximité de l’église Saint-Nicolas et de son parking.

    17Ainsi ce projet présente-t-il de nombreux avantages : de vastes locaux accessibles aux touristes arrivant à Châtillon-sur-Seine, plus faciles d’accès que le bureau actuel de l’office de tourisme, place Marmont. Il assure une surveillance du musée vétérinaire qui constitue un deuxième pôle muséographique à Châtillon-sur-Seine, incitant les touristes à circuler dans la ville et à découvrir ses monuments (Saint-Vorles, la Douix, Saint-Nicolas, Auditoire royal, vieux quartiers) et ses commerces.

    18Ce volet de musée vétérinaire, dont le thème sera unique en France, complète le projet du musée Fragonard situé dans l’Ecole vétérinaire d’Alfort, dont le thème est complémentaire du projet autour des collections du musée du Pays Châtillonnais, musée de l’animal domestique et de la médecine vétérinaire autour du cabinet d’anatomie du XVIIIe siècle organisé sur le thème des écorchés de Fragonard.

    19La présentation dans l’hôtel Philandrier est centrée sur l’histoire de l’art vétérinaire depuis les origines, de l’œuvre et des recherches de Louis Desliens (fig. n°13) au début du XXe siècle, époque de son installation comme praticien rural dont la notoriété dans la profession a largement dépassé les frontières et sur l’importance du rôle des vétérinaires dans la surveillance et le contrôle de l’alimentation contemporaine (vache folle, rage, ecchynoccose…) et la santé publique.

    Figure 13

    Figure 13

    Louis Desliens, dessin, caricature.

    © Coll. Desliens. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    20Les collections du Musée du Pays Châtillonnais forment un tout reconnu par les musées de France et dépendent naturellement des lois communes aux musées. De plus, la ville de Châtillon-sur-Seine s’était engagée moralement auprès des donateurs à réaliser, au-delà d’une exposition temporaire, une présentation permanente des collections qui constituent un ensemble unique en Europe. Le seul exemple qui pourrait être comparable se trouve en Masurie à la frontière biélorusse et aujourd’hui dans un musée de Grande-Bretagne.

    21Le musée de la pratique vétérinaire sera la vitrine de la profession vétérinaire, pour le grand public, destinée à mieux la faire connaître et apprécier.

    Création d’un musée de la pratique vétérinaire et de la santé publique

    Opportunité de la création d’un tel musée à Châtillon-sur-Seine

    22L’activité vétérinaire trouve naturellement sa place dans un musée rural et il n’existe pas de véritable musée vétérinaire en France.

    23Le musée de l’École vétérinaire d’Alfort comporte des collections d’anatomie, d’anatomie-pathologie, de tératologie, de parasitologie, mais les objectifs du Musée du Pays Châtillonnais sont différents et complémentaires. Chaque école vétérinaire, chaque chaire possède du matériel ancien, mais on ne peut pas parler de véritable musée.

    24En revanche, on peut citer des réalisations à l’étranger :

    - en Pologne, un musée vétérinaire,

    - en Grande-Bretagne, des expériences de musées vétérinaires au sein d’écomusées,

    - en Allemagne, la collection du Dr Wentges de Münich qui se compose d’instruments vétérinaires et de médicaments anciens.

    Pourquoi un musée vétérinaire à Châtillon-sur-Seine ?

    25La création d’un musée de la pratique vétérinaire dans cette région se justifie par le souvenir de Louis Desliens, praticien chercheur qui a vécu à Châtillon-sur-Seine de 1906 jusqu’à sa mort en 1975. Sa notoriété s’est étendue à toute la France, en particulier dans le domaine de la recherche en physiologie cardiaque sur les animaux et dans celui de la chirurgie du cheval et des bovins. Il a été précurseur de la cardiologie humaine moderne. Ce n’est pas un hasard s’il fut choisi pour représenter les praticiens vétérinaires français aux cérémonies du bicentenaire de l’École d’Alfort en 1965.

    Description du musée vétérinaire

    26Ce musée pourra offrir au visiteur, d’une part ses collections permanentes, d’autre part des expositions temporaires, consacrées à des thèmes spécifiques.

    Figure 14

    Figure 14

    Note de travail 24.

    © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    27Le fonds permanent, constitué de l’héritage de Louis Desliens (fig. n°14), de l’importante collection Crépin et de dons de vétérinaires et de laboratoires, compte :

    - des instruments, dont certains illustrent des pratiques très anciennes (XVIIe siècle),

    - des médicaments anciens, quelques centaines d’échantillons, constituent une originalité rare qui permet de suivre à travers le XIXe et le XXe siècle, l’évolution de la pratique de la médecine vétérinaire (fig. n°15),

    - des pièces anatomiques (différentes parties de squelettes d’animaux, en particulier des têtes), anatomopathologiques (découvertes d’autopsie, c’est-à-dire calculs, bézoards, concrétions, etc…), ainsi que quelques pièces de tératologie,

    - des échantillons de parasites (arthropodes et helminthes) évoquant l’élevage et les maladies rencontrées chez les animaux domestiques de la région),

    - des catalogues et divers documents professionnels (quelques milliers de revues professionnelles dont certaines datent du début du XXe siècle, des correspondances de diverses sociétés savantes et de personnalités du monde vétérinaire ou médical, des annuaires vétérinaires) permettent de suivre l’évolution de la profession de vétérinaire.

    Figure 15

    Figure 15

    Médicament.

    © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    28C’est une bibliothèque composée de quelque 600 ouvrages de médecine vétérinaire et d’hippiatrie (dont certains datent du XVIIIe siècle) et d’une centaine d’ouvrages de médecine ou de physiologie humaine qui sera à la disposition des chercheurs.

    29La reconstitution du bureau et du laboratoire de Louis Desliens, sera un point fort de cette présentation :

    - ses cahiers d’expériences et ses agendas annuels de 1906 à 1974 relatant les interventions chirurgicales et les observations cliniques, permettant d’approfondir la pratique de chercheur,

    - son matériel d’expérience (sondes, hémodynamomètres, trocarts, aiguilles, viscosimètres, hématimètre, cylindre enregistreur et tracés hémautographiques) rendant concrète son activité quotidienne (fig. n°16),

    - des publications personnelles (ouvrages ou tirés-à-part d’articles) s’étalant sur soixante années,

    - des photographies, des affiches, des prospectus,

    - des médailles et quelques objets d’art.

    Figure 16

    Figure 16

    Relevé hémautographique.

    © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.

    Animation du musée

    Le travail du vétérinaire, acteur du progrès scientifique

    30Il est envisagé, pour des groupes spécialisés, une série d’expériences telles que Louis Desliens les réalisait, dans des lieux à définir, Lycée de La Barotte où l’activité du cheval est importante :

    - ponction de la carotide du cheval,

    - exploration des cavités cardiaques avec une sonde plastique et le manomètre,

    - tracés hémautographiques dans le travail de Vinsot,

    - démonstration, sur le cheval, de quelques interventions classiques d’autrefois (couchage sur un lit de paille à l’aide de sept hommes, simulation de castration aux casseaux, simulation de la coupe de la queue).

    Des expositions temporaires

    31Par exemple l’exposition de la collection du Dr Wentges serait une confrontation tout-à-fait intéressante.

    Un centre de documentation

    32Un grand nombre de documents (papier, microfiches, films) relatifs à l’histoire de la médecine vétérinaire et de sa pratique pourront être mis à la disposition d’étudiants et de chercheurs. L’accueil sera, bien entendu, organisé et permettra la réalisation d’études, thèses…

    33Par ailleurs, ce musée vétérinaire devra être en contact permanent avec les écoles vétérinaires, les instances régionales et nationales concernées, ainsi que les musées étrangers. Des liens étroits existent déjà avec le musée Fragonard et l’École vétérinaire de Maisons-Alfort.

    34Ce musée vétérinaire du Pays Châtillonnais sera un lieu de rencontre du monde vétérinaire qui pourra organiser colloques et séminaires avec les vétérinaires et l’industrie pharmaceutique.

    Haut de page

    Bibliographie

    Bibliographie

    DUGUET, Bénédicte. Louis DESLIENS vétérinaire praticien chercheur (ponctions artérielles, cathétérisme cardiaque, hémodynamométrie). Lyon : Université Claude Bernard, 1984.

    DESLIENS, Louis. « Le javart cartilagineux (causes, traitements), nouveau procédé opératoire ». Revue Générale de Médecine Vétérinaire, 1918, 27, p. 297-315.

    DESLIENS, Louis. « La recherche en médecine vétérinaire. Participation du praticien ». Bulletin de l’Académie Vétérinaire, 1964, 37, p. 368-389.

    DESLIENS, Louis. Hémodynamométrie. Paris : Vigot Frères, 1935.

    LEQUIME, J. « André Cournand, Prix Nobel de Médecine 1956 ». Revue Française d’Études cliniques et Biologiques, 1956, 1, p. 955-957.

    LOOGEN, F. « In memory of Werner Forssmann ». Dans SNELLEN, (H.A), DUNNING, (A.J.) and ARNTZENIUS, (A.C.). History and perspectives of cardiology. Leiden : University Press, 1981, p. 39-43.

    ROUSSEAU, M. « À l’origine du cathétérisme cardiaque, deux oubliés : Chauveau (avec Marey) et Desliens ». La Nouvelle Presse Médicale, 1975, n°36, p. 3270-3272.

    Haut de page

    Notes

    1 - Werner Forssmann : Berlin 29/08/1904 – Schopfheim 01/06/1979.

    2 - André F. Cournand : Paris 24/09/1895 – Great Barrington (États-Unis) 19/02/1988. Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1956 avec Werner Forssmann « pour leurs découvertes concernant le cathétérisme cardiaque et des changements pathologiques dans le système circulatoire ».

    3 - Michel Desliens : Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) 14/09/1945 – Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) 03/08/2001. Petit-fils de Louis Desliens, vétérinaire praticien à Châtillon, il a été durant toute sa vie celui qui a contribué à faire connaître l’œuvre de Louis Desliens. Il a constitué toute la collection donnée au Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix pour en faire une section autonome et une vitrine de la profession.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Louis Desliens, 1879-1975.
    Crédits © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 64k
    Titre Figure 2
    Légende Louis Desliens, 4e année de la promotion 1904.
    Crédits © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 292k
    Titre Figure 3
    Légende Enregistrement hémautographique.
    Crédits © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 200k
    Titre Figure 4
    Légende Prise de sang sur un cheval.
    Crédits © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 84k
    Titre Figure 5
    Légende Assemblée dans un amphithéâtre vers 1960.
    Crédits © Coll. Desliens ; musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 6
    Légende Cratère de Vix, 535 av. J.C., Grande Grèce.
    Crédits Phot. Inv. J-L Duthu. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 64k
    Titre Figure 7
    Légende Cratère de Vix, quadrige détouré.
    Crédits Phot. Inv. J-L Duthu. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 40k
    Titre Figure 8
    Légende Vertault, Fontaine Pégase, époque gallo-romaine.
    Crédits Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 300k
    Titre Figure 9
    Légende Vertault, Ier siècle av. J. C., fosse aux chevaux.
    Crédits Phot. J-P Garrault. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 400k
    Titre Figure 10
    Légende Vertault, Ier siècle av. J. C.
    Crédits Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 192k
    Titre Figure 11
    Légende Maréchal Marmont, peinture de Barbier-Walbonne.
    Crédits Phot. J-L Coudrot. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 88k
    Titre Figure 12
    Légende Hôtel Philandrier, XVIe siècle.
    Crédits Phot. Ch. Labeaune. © Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 496k
    Titre Figure 13
    Légende Louis Desliens, dessin, caricature.
    Crédits © Coll. Desliens. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 14
    Légende Note de travail 24.
    Crédits © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 264k
    Titre Figure 15
    Légende Médicament.
    Crédits © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 176k
    Titre Figure 16
    Légende Relevé hémautographique.
    Crédits © Coll. J-L Coudrot. Musée du Pays Châtillonnais-Trésor de Vix.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9648/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 242k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Jean-Louis Coudrot, « Louis Desliens, un homme, un métier, une collection, un musée en devenir », In Situ [En ligne], 18 | 2012, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/9648 ; DOI : 10.4000/insitu.9648

    Haut de page

    Auteur

    Jean-Louis Coudrot

    Conservateur du Musée du Pays Châtillonnais - Trésor de Vix (jusqu’au 31 décembre 2011) jean-louis.coudrot@laposte.net

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page