Navigation – Plan du site
  • Logo Ministère de la Culture
  • Deuxième partie : Les patrimoines de l'équitation française
    Pratiques équestres et savoir-faire

    Trois aspects du patrimoine équestre militaire : des archives du XIXe, des traditions du XXe et une pratique actuelle

    Gilles Aubagnac

    Résumés

    Cette communication propose une approche particulière du patrimoine équestre français. Pendant des siècles – des millénaires ? – le cheval a été associé à deux fonctions majeures des activités humaines : l’agriculture et la guerre. L’essentiel de cette étude reposera sur la seconde activité en abordant la question de ce patrimoine sous son aspect militaire. Trois angles d’étude sont ainsi abordés : d’abord une première approche à travers une histoire économique à partir des archives communales de réquisitions militaires de chevaux, à la fin du XIXe siècle, dans un bourg du département du Var ; ensuite, une étude culturelle et artistique illustrée par la symbolique et les traditions militaires qui donnent une place importante au cheval, au milieu du XXe siècle, sur les insignes des régiments, au moment du total remplacement du cheval par le moteur. Enfin, la troisième partie s’attache à montrer pourquoi le cheval pourrait être encore en ce début de XXIe siècle, dans l’armée française, un moyen pertinent pour l’entraînement physique et psychologique du soldat et non pas une activité « de tradition » pour les officiers.

    Haut de page

    Texte intégral

    1Cette communication s’inscrit dans le contexte général de la thématique mais propose une approche particulière du patrimoine équestre français. Aujourd’hui le cheval se situe dans le domaine du sport. Pendant des siècles – des millénaires ? – le cheval a fonctionné en couple avec deux fonctions majeures des activités humaines : l’agriculture et la guerre. C’est sur la seconde que portera l’essentiel de cette étude en abordant la question du patrimoine équestre sous son aspect militaire.

    2Certes, « l’histoire bataille » est réductrice si l’on ne s’occupe que des combats et des « grands capitaines » : la fumée des combats obscurcit parfois le regard des historiens. Cette histoire militaire est aussi une histoire économique, sociale, culturelle, une histoire des mentalités : la porte est alors ouverte à une histoire générale qui illustre des aspects insoupçonnés ou méconnus. De plus, l’histoire serait stérile si elle n’était qu’un regard porté sur le passé. L’histoire est certes souvent narration, mais elle doit être surtout interrogation. Il en est de même pour le patrimoine : cristalliser le passé et le regarder comme dans une vitrine est finalement assez mortifère. Le patrimoine doit être aussi quelque chose de vivant.

    3Il est ainsi proposé d’esquisser trois angles d’étude possibles de ce patrimoine équestre militaire : d’abord une première approche à travers une histoire économique à partir des archives communales de réquisitions militaires de chevaux à la fin du XIXe siècle dans le Var ; ensuite, une étude culturelle illustrée par la symbolique et les traditions militaires qui donnent une place importante au cheval au milieu du XXe siècle. Enfin, la troisième partie s’attachera à montrer pourquoi le cheval pourrait être encore aujourd’hui dans l’armée française un mode pertinent d’entraînement physique et psychologique du soldat.

    Les réquisitions de chevaux à la fin du XIXe siecle ; ou comment faire parler les chiffres

    4Après la défaite de 1870 et avec l’instauration de la IIIe République, la France entre dans une période de grands changements : politiques, sociaux, économiques et bien-sûr militaires. L’échec face à la Prusse, la perte de l’Alsace-Lorraine, les évolutions technologiques de l’armement amènent un lot important de réformes concernant les effectifs, les états-majors, les réserves, la formation. Le chemin de fer a montré son utilité en 1870 et les Prussiens ont su parfaitement l’utiliser ; la France prend en compte ce moyen de transport pour préparer la mise en place des troupes. Néanmoins, le facteur majeur de mobilité, outre bien sûr les pieds des fantassins, est le cheval aussi bien pour les régiments de cavalerie que pour ceux d’artillerie et pour tous les transports logistiques. Tout comme il existe une mobilisation des hommes, il faut une mobilisation des chevaux. Pour cela il faut connaître, dès le temps de paix, les ressources possibles et il est donc nécessaire de prévoir un état comptable de tous les chevaux et mulets de France. Dans chaque commune des états quantitatifs et qualitatifs sont établis de manière régulière par les administrations municipales, suivant des normes fixées par le ministère de la Guerre. La France n’a jamais su mettre en œuvre un véritable élevage de chevaux pour les armées ; elle doit y pallier par la réquisition. Ces recensements des chevaux et mulets ont souvent été conservés dans les archives municipales et, parfois, versés aux archives départementales. Pour la commune de Salernes, dans le Var, les états de recensements ont été conservés pour la période allant de 1878 à 1884.

    5Salernes est un gros bourg dans les hauts-cantons du Var qui vit surtout d’une agriculture méridionale ancestrale – huile d’olive, vin, blé, figues, haricots,... – à laquelle se sont ajoutées quelques magnaneries, de petites filatures de soie et une production de faïence. Au début du XIXe siècle, Salernes cherche à tirer parti d’autres ressources autour des gisements d’argile rouge d’excellente qualité. L’eau coule en abondance et les forêts de pins couvrent une vaste partie du territoire et donnent un très bon combustible. Il y a là tous les éléments nécessaires pour des fabrications à base d’argile. Salernes se spécialise dans la production de mallons hexagones plus familièrement appelés aujourd’hui tomettes provençales. En 1882, le village compte quarante fabriques qui emploient six cents hommes et plus de quatre cents femmes. Chaque fabrique possède un ou plusieurs chevaux et mulets avec un tombereau ou une charrette soit pour le transport de l’argile brute ou du bois soit pour celui des tomettes. Anes et mulets sont aussi utilisés pour mouvoir les moulins destinés à laver l’argile.

    • 1 - ALLIONE, Alexandra. « Les réquisitions de chevaux et charrettes à la fin du XIXe siècle ; le cas (...)

    6Les archives municipales conservent donc les états de trois recensements des chevaux et mulets pour les années 1878, 1881 et 1884. Il s’agit de longues listes qui répertorient les propriétaires d’animaux et de charrettes ainsi que les caractéristiques des chevaux et des mulets : sexe, taille au garrot, âge et parfois robe. Ces états ont été publiés1 par Alexandra Allione, conservateur du musée des Arts et Traditions Populaires (ATP) de Draguignan dans le Var. Les exemples ci-dessous donnent une idée de ce recensement et des informations contenues dans ces archives.

    Nom-prénoms : FOURNIER Jean-Baptiste

    Profession : fabricant de mallons

    Forme : voiture à 2 roues et à 1 cheval, un tombereau

    Poids transportable : 1200 kilos

    Espèce et sexe de l’animal : un cheval

    Age en 1878 : 21

    Taille en centimètres : 158

    Robe et signes particuliers : brun foncé

    Class. donné par la commission de 1877 : refusé

    Nom-prénoms : AMPHOUX Joseph

    Profession : fabricant de mallons

    Domicile : Saint Romain

    Forme : voiture à 2 roues et à 1 cheval, un tombereau

    Poids transportable : 800 kilos

    Espèce et sexe de l’animal : un cheval

    Age en 1878 : 17

    Taille en centimètre : 148

    Robe et signes particuliers : marron

    Class. donné par la commission en 1877 : 3e C

    Nom-prénoms : BASSET Firmin

    Profession : fabricant de mallons

    Domicile : Salernes

    Forme : voiture à 2 roues et à 1 cheval, une charrette

    Poids transportable : 2000 kilos

    Espèce et sexe de l’animal : un cheval

    Age en 1878 : 11

    Taille en centimètres : 150

    Robe et signes particuliers : gris truité

    Class. donné par la commission en 1877 : 6e C

    Nom-prénoms : COLLE Lazare

    Profession : fabricant de mallons

    Domicile : Salernes

    Forme : voiture à 2 roues et à 1 cheval, une charrette

    Poids transportable : 2000 kilos

    Espèce et sexe de l’animal : un cheval

    Age en 1878 : 5

    Taille en centimètres : 158

    Robe et signes particuliers : gr.pom

    Nom-prénoms : DOL Emmanuel

    Profession : fabricant de mallons

    Domicile : Salernes

    Forme : voiture à 2 roues et à 1 cheval, une charrette

    Poids transportable : 1600 kilos

    Espèce et sexe de l’animal : un cheval

    Age en 1878 : 8

    Taille en centimètres : 158

    Robe et signes particuliers : gris

    Class. donné par la commission en 1877 : 6e C

    7Il s’agit de données brutes ; il faut donc « faire parler » les chiffres.

    8À travers ces longues listes, il est aisé de voir comment la guerre est susceptible de désorganiser l’économie. Si tous les animaux de trait sont réquisitionnés, l’économie s’arrête. Ceci permet de comprendre les théories qui se sont développées dans les états-majors français et dans le haut-commandement. Il faut une guerre courte car la France n’est pas en mesure de se lancer dans un conflit long. Pour une guerre courte, il faut aussi une tactique dynamique mise en œuvre par les « offensives à outrance » développées par de nombreux stratèges comme le colonel Grandmaison à l’École de guerre à la veille de 1914. Ces offensives destinées à prendre très vite l’ascendant sur l’ennemi devraient donner une issue rapide et victorieuse au conflit. C’est la seule façon de ne pas désorganiser le pays, c’est aussi la seule guerre possible compte tenu de la différence d’effectifs militaires par rapport à l’Allemagne due à l’importante disproportion des populations.

    • 2 - GRENIER, Jean-Yves. « Réflexions libres sur l’usage des méthodes statistiques en histoire ». Hist (...)

    9À regarder ces séries d’archives, on est aussi tenté d’essayer de se lancer dans une histoire statistique ou encore d’employer les statistiques comme matériaux de l’histoire2.

    10D’abord il est intéressant de considérer l’âge moyen des chevaux, soit une dizaine d’années. Si l’âge moyen a « rajeuni » en 1881 par rapport à 1878, il a progressé trois ans plus tard. Les écarts d’âge entre tous les chevaux à une même date sont les plus importants en 1878. La taille moyenne au garrot est en constante diminution. Le nombre de chevaux est en baisse à chaque recensement : en 1884, il est de moitié par rapport à celui de 1878. Le nombre de mulets augmente en 1881, pour baisser de façon significative en 1884. Ceci est peut-être à mettre en rapport avec le développent du chemin de fer qui arrive alors jusqu’à Salernes et qui permet par Draguignan de rejoindre la grande ligne de Toulon à Marseille.

    11Toutefois, il est difficile à travers ce seul exemple des recensements de Salernes de tirer des conclusions. Il apparaît clairement qu’il y a là des pistes de recherches dans le domaine de l’usage des méthodes statistiques en histoire. Il pourrait être intéressant de lancer une telle étude sur plusieurs communes, un département voire une région. C’est sans nul doute un travail fastidieux dans sa première phase, celle de l’inventaire et de la mise en tableaux des données mais qui serait sans nul doute des plus instructifs à grande échelle car il y a là le « portrait » de la population équine française à certaines périodes. Un étudiant en histoire et intéressé par les chevaux pourrait se lancer dans une thèse sur un tel sujet qui serait tout à fait novateur et dont les résultats apporteraient certainement des données inédites sur la population équine en France à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

    12Tableau récapitulatif réalisé à partir de la compilation des recensements de Salernes (Var)

    1878

    1881

    1884

    Chevaux sauf si * => jument

    Taille de l’animal

    Age de l’animal

    Taille de l’animal

    Age de l’animal

    Taille de l’animal

    Age de l’animal

    158

    21

     

    10

    150

    19

    148

    17

    146

    8

    150

    7

    150

    11

    148

    7

    154

    11

    158

    5

    148

    7

    151

    10

    158

    8

     

    9

    154

    9

    139

    11

    154

    8

    148

    10

     

    6

    148

    10

    155

    8

    164

    10

     

    6

    149

    12

    159

    4

    148

    5

    157

    9

    165

    14

    149

    10

    163 *

    11 *

    147

    6

     

    15

     

    7 *

    154

    10

     

    11

    160

    14

    153

    13

    155

    9

    148

    13

    163

    11

    155

    9

    155

    16

    160

    10

    159

    10

     

     

    156

    17

    169

    12

     

     

     

    12

    168

    10

     

     

     

    12

     

     

     

     

     

    16

     

     

     

     

    162

    20

     

     

     

     

     

    6

     

     

     

     

    160

    8

     

     

     

     

     

    12

     

     

     

     

     

    6

     

     

     

     

     

    6

     

     

     

     

    159

    7

     

     

     

     

    166

    8

     

     

     

     

    155

    9

     

     

     

     

    moyennes

    156,7

    10,57

    153,92

    9,18

    153,38

    11,14

    Mulets sauf si * => mule

     

    8

    150

    6

    159*

    7*

     

    12

    153

    10

    154*

    13*

    146

    6

     

    5

    144

    14

    148

    15

    157

    5

    150

    9

    151

    14

    158

    15

     

     

    156

    20

    159

    15

     

     

     

    155

    9

     

     

     

     

    20

     

     

     

     

    5

     

     

     

     

    5

     

     

    moyennes

    150,25

    12,5

    155,33

    9,5

    151,75

    10,75

    Figure 1

    Figure 1

    Aquarelle de Robert Rolland, « La réquisition », illustrant l’ouvrage « Ceux de l’artillerie, 1939-1940 », par Étienne Debuison, Éditions Archat, Lyon 1941.

    © Musée de l’Artillerie- DR.

    Histoire des représentations : les chevaux et les militaires au milieu du XXe siècle

    13Après cette approche économique et statistique du patrimoine équestre militaire, envisageons un autre angle d’étude : celui des représentations à travers les affiches et les insignes marqués par la présence du cheval dans l’armée française au milieu du XXe siècle. Il s’agit d’un domaine assez peu exploré, connu certes de certains spécialistes mais plus dans une approche de collectionneur que dans une perspective académique.

    14Le militaire, hier et aujourd’hui, est très sensible à l’image. Image qu’il se donne de lui-même et image qu’il donne à voir aux autres, à l’intérieur de son groupe mais aussi à l’extérieur. Aussi, l’étude des images qu’il produit ou qu’il regarde est-elle des plus intéressantes car elle donne des explications souvent plus précises que ce que l’on trouve dans les mots, les écrits, les rapports, les archives. Le militaire est souvent grégaire et l’image est parfois aussi l’image d’un groupe, le groupe n’existant que par contraste avec un autre groupe : cette réflexion crée l’identité car la fierté d’appartenance est un facteur de l’efficacité opérationnelle.

    15De façon plus particulière et dans la thématique qui est celle de cette étude, le cheval n’existe que par opposition au moteur. En effet, le cheval a été pendant des siècles quasi consubstantiel au militaire. Le cheval était un moyen de transport, un animal de combat et une force motrice. Durant la Première Guerre mondiale le cheval-vapeur commence à détrôner l’animal mais il faut attendre le second conflit pour totalement franchir le pas. L’entre-deux-guerres est ainsi très riche en représentations du cheval et du moteur qui s’opposent dans des représentations telles que les affiches du carrousel de l’École d’Application de l’Artillerie de 1930 à 1942 ou encore les insignes métalliques spécifiques à chaque unité, des années trente jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie, puisque c’est au début des années soixante que les derniers régiments de cavalerie – les spahis – disparaissent de l’ordre de bataille français.

    Que nous montre le cheval sur les affiches du carrousel de l’artillerie ?

    16Il s’agit ici d’étudier deux affiches du carrousel de Fontainebleau datant de 1930 et de 1934 et une troisième, du carrousel de Nîmes en 1942.

    • 3 - Peut-être y a-t-il d’autres affiches, pour cette période, que celles connues actuellement au musé (...)

    17Au moment de la Révolution, la première école d’application avait été créée d’abord à Châlons puis transférée à Metz. Elle recevait les officiers de l’artillerie et du génie sortant d’une autre école, celle de Polytechnique, afin de mettre en pratique les théories apprises – en application, d’où le nom d’école d’application – au profit du tir au canon ou de la fortification. Lors de l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’Allemagne, Metz devient une ville allemande et l’école emménage à Fontainebleau dès l’automne de 1871. Cette école née avec la IIIe République disparaît avec elle en 1940 pour s’installer à Nîmes en zone dite libre dans le cadre de l’armée d’armistice. Dans l’artillerie, la pratique de l’équitation est tout aussi importante que dans la cavalerie. Le carrousel de Fontainebleau est alors aussi connu que celui de Saumur et draine autant de curieux que d’amateurs. Ces trois affiches sont un concentré d’histoire et, sans être sur-interprété, leur message est des plus intéressants3.

    Figure 2

    Figure 2

    Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Fontainebleau en 1930 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.

    18L’affiche de 1930 est très classique. Il s’agit d’un officier de l’encadrement de l’école d’artillerie qui saute, avec son cheval, au-dessus d’un haut portail. Le dessin n’a rien de vraiment original. Les uniformes sont majoritairement bleu-horizon, ceux hérités de la Grande Guerre. Le cheval domine les hommes et même le velo(cipède) qui est la seule illustration de la modernité. Ce saut au-dessus du portail pourrait symboliser le départ de l’école des sous-lieutenants qui ayant terminé leur année d’application partent « vers la vraie vie », celle des régiments. Finalement, la seule vraie actualité de cette affiche serait peut-être le petit chien ! Il ressemble à Milou, le compagnon de Tintin. Milou est né en janvier 1929…

    19L’affiche de 1934 est assez différente à la fois par son graphisme et par les symboles qu’elle met en scène. Il y a deux scènes qui « se regardent ». En haut à gauche, des petits chevaux de bois tournent sur un manège, les cavaliers portent des uniformes du XIXe siècle et semblent fort joyeux. En bas à droite, un sous-lieutenant en tenue kaki conduit une voiture à pédales qui tracte un canon qui rappelle, par son profil, ceux des campagnes napoléoniennes.

    • 4 - PORTE, Rémy. « L’artillerie de l’entre-deux-guerres, du crottin au pétrole, à travers la revue de (...)

    20Il semble qu’il y ait sur cette seconde affiche un message bien plus fort que sur la précédente. Ce manège qui tourne – en rond – n’est-il pas une critique de l’artillerie et de l’équitation du passé ? Et le jeune officier en tenue kaki, est à l’aune de la modernité et est acquis à la motorisation : le moteur tracte le canon. Mais le canon est-il technologiquement à la hauteur de son tracteur et de ses officiers ? Cette affiche constitue une excellente analyse de l’artillerie en 1934, entre l’avoine et l’essence4. Hitler est arrivé au pouvoir en 1933. Il y a eu le 6 février 1934. Le colonel de Gaulle s’est fait connaître en 1932 par son ouvrage « Le fil de l’épée » et, en 1934, il publie « Vers l’armée de métier ». Quant au chien il ne regarde pas la scène comme en 1930, mais il semble joyeux ! L’affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Fontainebleau de 1934 est donc bien une interrogation, voire un jugement. Ce n’est pas simplement une information touristique pour amateur de chevaux.

    Figure 3

    Figure 3

    Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Fontainebleau en 1934 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.

    • 5 - AUBAGNAC, Gilles. « De la défaite à la victoire : les bataillons de chasseurs, 1941-1946 ». Revue (...)

    21Après la défaite de l’été de 1940, les conventions d’armistice avec l’Allemagne et l’Italie ont permis à la France de conserver une armée de 100 000 hommes en métropole dans la partie sud du pays dite « zone libre ». Cette armée a peu de moyens mécaniques car ils lui sont refusés par les termes des conventions. Néanmoins, il s’agit d’une armée, uniquement constituée d’engagés, qui garde un moral élevé et qui est animée par un fort sentiment antiallemand5. Elle veut se préparer à une revanche que finalement elle n’a pu mettre en œuvre car elle a été dissoute en novembre 1942 lorsque la zone libre a été envahie par les Allemands en réaction au débarquement anglo-américain en Afrique française du Nord.

    22L’affiche du carrousel de 1942 est totalement différente des deux précédentes. Elle semble être un retour vers le passé, vers les riches heures de l’artillerie du Premier Empire ou du Second, car le rendu des uniformes n’est pas très précis. Ces artilleurs ne voudraient pas regarder la réalité ; ils rêvent d’un passé glorieux dans lequel ils recherchent, peut-être, la force de préparer une revanche. Ce cheval, à l’ancienne, devient intemporel, c’est la tradition de L’Artillerie et non pas l’artillerie. Le cheval n’est plus un moyen de faire la guerre mais sans nul doute un symbole : celui d’une belle artillerie victorieuse !... L’histoire montre que cela n’était pas faux. L’artillerie du corps expéditionnaire en Italie a été l’une des plus brillantes de l’histoire, en 1943-1944 ; elle a même donné des leçons à son homologue américaine.

    Figure 4

    Figure 4

    Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Nîmes en 1942 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.

    Le cheval et le moteur sur les insignes de l’artillerie au milieu du XXe siècle

    • 6 - Ces insignes sont plus connus sous le nom de « pucelles » par des générations de soldats appelés (...)

    23L’autre angle d’approche de l’histoire culturelle de l’artillerie peut être ainsi celui de l’étude des insignes de l’artillerie ou plus précisément des insignes métalliques de poitrine6. En général et de façon traditionnelle, le cheval est peu présent dans l’héraldique française. Il porte le cavalier et ses armes, mais ne figure pas sur les armes du cavalier. Cette situation se retrouve sur les insignes militaires. Ainsi, en 1939, sur trente-et-un régiments de cavalerie métropolitaine, seuls trois arborent un cheval sur leur insigne : le 20e dragons, le 3e hussards et le 18e chasseurs, soit moins de 10 %.

    • 7 - AUBAGNAC, Gilles. « Fêtes et défaites sublimées dans l’armée française ». Dans Le sacrifice du so (...)

    24Les insignes métalliques sont nés durant la Grande Guerre. Lorsque tous les soldats portaient l’uniforme bleu-horizon, il n’était plus possible de distinguer un artilleur d’un fantassin, un chasseur d’Afrique, d’un chasseur à cheval. Dans le domaine militaire cette question d’arme ou de subdivision d’armes est des plus importantes. La fierté d’appartenance à un corps est un des éléments essentiels du monde militaire. Elle constitue une sorte de généalogie qui pousse le soldat à dépasser les contingences du moment pour être à la hauteur du souvenir héroïsé de ses « ancêtres »7.

    • 8 - Les dessins de ces projets sont conservés au Service historique de la Défense à Vincennes.
    • 9 - Voir le descriptif de ces insignes sur L’Illustration du 15 juillet 1939 ou sur le site http://gu (...)
    • 10 - Ce bureau existe toujours avec les mêmes missions, mais qui sont devenues interarmées, et dépend (...)

    25Ainsi, à partir de 1916, des insignes ont été créés d’abord pour les unités du Train des Équipages et surtout dans l’entre-deux-guerres pour une grande majorité des unités. Le commandement a d’abord voulu interdire le port de ces « breloques » selon la terminologie dépréciative de cette époque. Puis il a fallu envisager d’accepter ce que l’on ne pouvait interdire. Les premiers essais officiels ont justement été faits dans la cavalerie. Les premiers dessins de ces insignes qui auraient pu devenir officiels sont réalisés par des bureaux du ministère de la Guerre en 1936. Ceux qui sont en charge de ce projet recherchent alors les racines généalogiques des régiments de cavalerie et remontent, à juste titre, jusqu’à l’Ancien Régime. Les dessins de ces premiers insignes comportent ainsi beaucoup de blasons et de fleurs de lis8. Le gouvernement est alors celui du Front Populaire : le projet n’est pas accepté. En 1939, de nouveaux projets sont réalisés sur un échantillon assez large de régiments de l’armée de Terre mais aussi de la jeune armée de l’Air et de bâtiments de la Marine nationale. Ils sont publiés sur une double page du journal L’Illustration du 15 juillet 19399. Si de nombreux régiments d’active et de réserve réalisent leurs insignes durant la drôle de guerre, la majorité des projets disparaissent dans la tourmente du printemps et de l’été de 1940. L’armée française reprend le combat en 1942 en Tunisie, après le débarquement français en Afrique du Nord puis en Italie en 1943 après avoir été équipée en matériel américain. Le soldat français, dans cette nouvelle tenue, a les mêmes réactions que celles de ses aînés à la fin de la Grande Guerre et les insignes métalliques fleurissent sur les poitrines et deviennent tout à fait officiels à partir de 1945 date à laquelle est créé un bureau de la symbolique militaire et des homologations à l’État-major de l’armée de Terre10.

    26Ainsi, comme nous l’avons constaté plus haut pour les régiments de cavalerie en 1939, le cheval est peu présent sur les insignes et cela devient encore plus évident après le réarmement américain de 1943. En revanche, on le retrouve sur d’autres insignes, ceux des régiments de cavalerie de l’armée d’Afrique, des régiments d’artillerie, des unités moins prestigieuses ou dotées de mulets.

    Un retour à la mythologie

    • 11 - Pour toutes les illustrations des insignes, clichés (C) DR. Voir aussi : BINET, Luc. « Mécanisati (...)

    27Pour de nombreux régiments d’artillerie surtout, vers 1939, le cheval est d’abord un retour à la mythologie, comme pour le 75e régiment d’artillerie où Pégase symbolise la vélocité du cheval ailé dont s’inspire la batterie de canons de 75mm à cheval qui se déplace avec rapidité sur le champ de bataille. Le centaure est de la même veine : c’est la force et la rapidité du cheval alliées à l’intelligence de l’homme pour le 74e d’artillerie. Ces deux unités appartiennent à la « volante », cette artillerie de division de cavalerie qui peut se mettre en batterie au galop. Il en est de même pour l’insigne du 13e RA sur lequel le centaure envoie l’obus avec une redondance sur la symbolique du cheval puisque l’insigne est inscrit dans un fer à cheval qui aurait pour vertu de porter chance. Le 388e régiment d’artillerie va plus loin dans le réalisme car le centaure emporte Déjanire au corps dévêtu ; il faudrait peut-être voir dans cette réalisation, pour ce régiment de réserve mis sur pied à la mobilisation de 1939, un fantasme de conversation de popote, certes cultivée, durant la drôle de guerre11.

    Figure 5

    Figure 5

    Insigne du 75e RA.

    © DR.

    Figure 6

    Figure 6

    Insigne du 74e RA.

    © DR.

    Figure 7

    Figure 7

    Insigne du 13e RA.

    © DR.

    Figure 8

    Figure 8

    Insigne du 388e RAPT.

    © DR.

    Les cavaliers d’Afrique

    28Les cavaliers d’Afrique sont plus fidèles à leurs montures que leurs camarades de métropole. En effet, 40 % des insignes font référence de manière directe ou indirecte au cheval comme le 7e régiment de spahis algériens sur lequel figure un magnifique cheval arabe « blanc », celui du 5e régiment de spahis algériens où un tout petit char est noyé dans un bel étrier arabe, ou encore le 5régiment de chasseurs d’Afrique où la mer, une mosquée avec son minaret et une automitrailleuse sont inscrites dans un fer à cheval.

    Figure 9

    Figure 9

    Insigne du 7e Régiment de Spahis algériens.

    © DR.

    Figure 10

    Figure 10

    Insigne du 5e Régiment de Spahis algériens.

    © DR.

    Figure 11

    Figure 11

    Insigne du 5e Régiment de chasseurs d’Afrique.

    © DR.

    29Tous ces insignes sont très réalistes, de belle fabrication avec de beaux émaux.

    Entre l’avoine et l’essence, le cheval et le moteur

    Figure 12

    Figure 12

    Insigne du DGA 41.

    © DR.

    Figure 13

    Figure 13

    Insigne de la 904-20e Cie de Camions-Réservoirs.

    © DR.

    30On retrouve le cheval Pégase de façon plus surprenante, sur d’autres insignes comme celui de la 904e compagnie de camions-citernes avec une roue dentée qui rappelle la motorisation ou celui de la DGA de Vincennes où il surmonte le donjon du château, un canon lourd est entouré d’une roue dentée symbole de la motorisation associée à un sautoir de bombardes typique des insignes de l’artillerie depuis le milieu du XVIIIe siècle. Pour ces unités, c’est le moteur qui, d’une certaine manière, donne des ailes au cheval.

    31Le cheval et le moteur se retrouvent sur d’autres insignes de manière plus réaliste avec une roue dentée qui est devenue le symbole de la mécanisation, comme sur l’insigne du cours du Train de l’école de cavalerie et du train de Saumur reconnaissable au S à la base du volant. À la roue est donc associé parfois un volant comme sur le 14e groupe de reconnaissance de corps d’armée (14e GRCA). Le volant est aussi associé au fer à cheval et au casque de dragons (ou de cuirassiers ?) pour le 20e groupe de reconnaissance de division d’infanterie.

    Figure 14

    Figure 14

    Insigne du Cours train de l’école d’application de la cavalerie et du train.

    © DR.

    Figure 15

    Figure 15

    Insigne du 14e GRCA.

    © DR.

    Figure 16

    Figure 16

    Insigne du 20e GRDI.

    © DR.

    32L’insigne du 1er groupe de reconnaissance de division d’infanterie (GRDI) est, quant à lui, d’une grande originalité à la fois par sa forme – un rectangle horizontal très allongé – que par la superposition d’une tourelle de char et de la tête d’un cheval. Les formes sont très épurées et d’une esthétique parfaite. Les GRDI, comme le 1er ou le 20e, ont été créés en 1939 à partir d’éléments provenant de régiments de cavalerie métropolitaine ; ces deux insignes montrent bien qu’une création administrative identique donne des résultats symboliques différents à l’image des hommes qui, eux, ne sont pas des produits administratifs.

    Figure 17

    Figure 17

    Insigne du 1er GRDI.

    © DR.

    33L’insigne du 6e groupe d’automitrailleuses est, lui, des plus classiques dans sa forme et l’on sent bien un certain regret de ces cavaliers qui ont abandonné le cheval et son panache pour des véhicules à moteur. Tout comme à la 339e compagnie automobile de transport où le cheval avec une tête très réaliste et un fer domine largement la roue dentée.

    Figure 18

    Figure 18

    Insigne du 6e groupe d’automitrailleuses.

    © DR.

    Figure 19

    Figure 19

    Insigne de la 339-22e Cie Automobile de Transport.

    © DR.

    34Dans les compagnies hippomobiles du train ou de quartier général, on sent aussi un certain regret de ne pas être motorisé : l’escargot et la tortue parlent d’eux-mêmes. L’escargot qui porte un casque en guise de coquille surmontée d’une roue de matériel hippomobile – par opposition à la roue dentée des motorisés – est l’insigne d’une compagnie hippomobile qui certainement regrette de ne pas être encore passée au cheval-vapeur, tout comme la 136/187e compagnie hippomobile de quartier général qui doit mêler le foin et l’essence et qui avance donc à la vitesse des chevaux ou mulets dont la lenteur est représentée par un escargot stylisé.

    Figure 20

    Figure 20

    Insigne de la compagnie hippomobile.

    © DR.

    Figure 21

    Figure 21

    Insigne de la 136-18e Cie hippomobile de quartier général.

    © DR.

    35En revanche, une autre compagnie hippomobile du Train avec une tortue et un fer à cheval semble satisfaite de son sort si l’on en croit la devise : « lentement mais sûrement ». La 24e compagnie hippomobile de QG, stationnée à Paris, semble satisfaite elle aussi puisque la tête de cheval est associée à une flèche, symbole de vitesse. Quant à la 260e, on ne sait guère qu’en penser, l’hermine de Bretagne est entourée d’un fer à cheval, tout comme pour la 114e.

    Figure 22

    Figure 22

    Insigne de la Cie Hippomobile du Train (non identifié).

    © DR.

    Figure 23

    Figure 23

    Insigne de la 271-24e Cie Hippomobile de Quartier Général.

    © DR.

    Figure 24

    Figure 24

    Insigne de la 260-44e Cie Hippomobile de Quartier Général.

    © DR.

    Figure 25

    Figure 25

    Insigne de 114-44e Cie Auxiliaire de Transport Hippomobile.

    © DR.

    Et même le cheval et l’humour, avec ou sans moteur

    • 12 - Instruction ministérielle N° 685/DEF/EMAT/SH/ D de 1985 parue au BO CPP N° 32 relative aux tradit (...)

    36Néanmoins, à cette époque des débuts de la motorisation, certains insignes manient l’humour qui peut être parfois grinçant. Le Bureau des homologations du service historique (créé en 1945) ne laisse plus passer de telles représentations aujourd’hui : le règlement bride l’imagination12.

    37L’insigne du 2e régiment de chasseurs d’Afrique (2CA) aurait été réalisé par un lieutenant mécontent de son affectation. La chéchia rouge est bien reconnaissable ainsi que le cheval mécanique muni de phares et de roulettes. Le cavalier semble beaucoup suer à chevaucher cette monture hybride. L’ensemble est circonscrit dans un fer à cheval. Quant au dragon du 2e régiment du même nom, il chevauche une chenille, plus animale que celles des véhicules chenillés. Cet insigne du 2e bataillon de dragons portés (2e BDP) de la fin des années 1930 rappelle par son graphisme le début des dessins animés du cinéma américain ou le graphisme des bandes dessinées d’alors. Aujourd’hui, ce type d’insigne n’est plus réalisable : les règlements, les stéréotypes freinent une telle liberté.

    Figure 26

    Figure 26

    Insigne du 2e Régiment de Chasseurs d’Afrique (1935).

    © DR.

    Figure 27

    Figure 27

    Insigne du 2e BDP - 1er escadron.

    © DR.

    Et les mulets...

    • 13 - MILHAUD, Claude L. « L’utilisation militaire des mulets pendant la première moitié du XXe siècle  (...)

    38Ils sont les parents pauvres des armées et pourtant ils sont aussi de toutes les corvées13. Sur certains insignes les mulets sont parfaitement représentés que ce soit dans l’artillerie (93e RAM, régiment d’artillerie de montagne) dans les chasseurs alpins (86e bataillon) ou dans les compagnies muletières du Train (50/22 ; 157 et 551e).

    Figure 28

    Figure 28

    Insigne du 93°RAM.

    © DR.

    Figure 29

    Figure 29

    Insigne du 86e BCA, version émaillée.

    © DR.

    Figure 30

    Figure 30

    Insigne de la 50-22e Cie Hippomobile de Quartier Général.

    © DR.

    Figure 31

    Figure 31

    Insigne de la 157-14e Cie Muletière.

    © DR.

    Figure 32

    Figure 32

    Insigne de la 551e Cie Muletière.

    © DR.

    39Pour terminer, un insigne qui annonce le tiercé qui n’est créé qu’en 1954 mais surtout qui rappelle que les chevaux blancs ou noirs sont rares et que l’immense majorité est constitué de chevaux gris…

    Figure 33

    Figure 33

    Insigne du DRM1.

    © DR.

    Pourquoi un militaire devrait-il monter (à cheval) ? Surtout s’il n’aime pas cela !...

    40La première réaction d’un lecteur à la question posée par ce titre serait sans doute de répondre, avec ironie : par tradition ! Ou encore, puisque ce texte est écrit par un ancien officier d’artillerie, parce que l’artillerie est une arme qui était (dite) montée et qu’il y avait plus de chevaux dans l’artillerie que dans la cavalerie !... Certes, c’est juste pour le nombre de chevaux, mais sûrement pas par tradition. Néanmoins, la réponse n’est pas à rechercher là même si, dans certains cénacles, le passé a parfois, à tort, plus de poids que le présent.

    41Il est nécessaire d’affirmer que l’équitation est un sport au même titre que beaucoup d’autres mais paré pour les militaires d’une vertu toute particulière : c’est une excellente école de commandement qui renforce la capacité opérationnelle.

    42D’abord, comme beaucoup de pratiques sportives, l’équitation permet de connaître ses propres limites, d’affronter ses propres peurs. Il est possible d’aborder l’équitation comme la piste du risque. Aime-t-on vraiment se confronter à une « asperge » ? Est-il vraiment amusant de courir les 42 km d’un marathon, d’affronter la boue en Guyane ou de lutter contre la soif à « l’école du désert » à Djibouti ? Non, ce n’est pas un plaisir. C’est avant tout une affaire de volonté. Le cheval c’est la même chose. Pour progresser, dans toutes choses, il faut faire ce que l’on n’aime pas faire, ce que l’on ne sait pas faire… Voilà pour la première raison.

    43Ensuite, et surtout, l’équitation est la quintessence de la relation entre le chef et le subordonné, à tous les niveaux, du brigadier au général, sans jeu de mots. L’équitation est une école de commandement.

    44Pour commander, il faut s’imposer dès les premiers instants, après c’est souvent trop tard ! Un cheval sait qui est le chef dans les secondes qui suivent l’entrée du cavalier dans le box. Si c’est lui – le cheval – ou bien celui qui envisage de monter en selle.

    45Pour commander, il faut donc imposer sa volonté mais sans « casser » le subordonné. Pour imposer sa volonté à un cheval, il ne faut pas lui martyriser la bouche sinon il prendra le mors aux dents et vous emportera. Il ne faut pas transformer la cravache ou les éperons en outils de tortionnaire. Le cheval va prendre appui sur le mors qui lui fait mal, va vouloir se dégager des éperons qui le blessent et c’est parti au grand galop, avant le grand saut. Le cavalier n’est plus le maître, il ne commande plus rien.

    46Pour commander, il faut un parfait équilibre entre le chef et la troupe. Un parfait équilibre aussi entre le cavalier et le cheval. C’est au cavalier – pas au cheval – de rechercher l’équilibre : le poids de son corps, la position des mains, des jambes, qui vont agir sur l’équilibre du couple cavalier-cheval. Néanmoins, c’est le cheval qui dit si cet équilibre est trouvé et s’il accepte la volonté du cavalier, du chef. C’est le cheval qui révèle le bon cavalier. C’est la troupe, dans sa façon d’agir aux ordres reçus, qui détermine la valeur du chef.

    47Pour commander, il faut enfin une confiance réciproque entre le chef et la troupe. Cette confiance mutuelle, entre le cheval et le cavalier, est aussi la clef du succès. Néanmoins, la confiance n’exclut pas le contrôle et c’est le chef, le cavalier, qui contrôle ; ni la troupe ni le cheval.

    48Le commandement est ainsi une dialectique des intelligences, à tous les niveaux de la hiérarchie entre le chef et le subordonné. À cheval c’est mieux qu’en VTT ou qu’avec de la fonte en salle de musculation. C’est de l’intelligence de l’homme et du cheval dont il s’agit.

    49Pour terminer, un dernier argument qui peut paraître plus terre à terre mais qui est réellement lié à la capacité opérationnelle. L’armée actuelle est majoritairement issue de la civilisation urbaine, du soldat au général. Dans les opérations en Afrique, en Afghanistan, ces troupes sont majoritairement confrontées à une société rurale. La connaissance des animaux en général, via le cheval, peut être un plus pour comprendre les populations et les milieux au sein desquels les armées sont actuellement engagées.

    • 14 - Pour avoir un aperçu de cette question (mission et moyens) voir : DUBOIS, Thierry (chef de la sec (...)

    50Le cheval nous apprend l’humilité et nous aide à répondre à la fameuse question, philosophique et essentielle, connais toi toi-même... Question fondamentale pour un militaire. C’est sans nul doute pour ces raisons qu’il existe encore dans les armées françaises des chevaux et des manèges14.

    51Ces trois façons d’aborder le patrimoine équestre militaire français avaient pour simple but de montrer la richesse du sujet, d’hier à aujourd’hui, sans pouvoir – et sans prétendre – l’épuiser.

    52L’histoire militaire ne doit pas être seulement une « histoire bataille », souvent épique, parfois hagiographique, généralement parcellaire car l’historien militaire – terme ô combien réducteur – n’est parfois que le Fabrice del Dongo de la Chartreuse de Parme. Cette histoire militaire est aussi une histoire sociale, économique, une histoire des mentalités et des représentations. Il y a un vaste champ d’études en devenir et des pistes de recherches universitaires et scientifiques qui pourraient être menées à bien sur le patrimoine équestre qui n’est pas uniquement une façon, avec un je-ne-sais-quoi, de monter à la française.

    53Et finalement, que pense la cocotte en papier de tout cela ?

    Figure 34

    Figure 34

    Insigne Hue Cocote, DRM.

    © DR.

    Haut de page

    Notes

    1 - ALLIONE, Alexandra. « Les réquisitions de chevaux et charrettes à la fin du XIXe siècle ; le cas de Salernes dans le Var en 1878, 1881 et 1884 ». Dans L’artillerie, le militaire et le cheval, dir. AUBAGNAC, Gilles et RICHARDOT, Philippe. Actes de la journée d’études sur le même thème organisée par Gilles AUBAGNAC, conservateur du musée de l’Artillerie à Draguignan (Var) le 8 octobre 2008 dans ce musée. Panazol : Édition Lavauzelle, 2009.

    2 - GRENIER, Jean-Yves. « Réflexions libres sur l’usage des méthodes statistiques en histoire ». Histoire & Mesure, 1991 volume 6, n°1-2, p. 177-187.

    3 - Peut-être y a-t-il d’autres affiches, pour cette période, que celles connues actuellement au musée de l’Artillerie. Il en existe d’autres pour la deuxième moitié du XXe siècle à l’époque de l’EAA à Châlons-sur-Marne puis, à partir de 1983, à Draguignan, mais le message n’est plus le même car il n’y a plus de carrousel et plus de chevaux mais des journées « Portes Ouvertes ».

    4 - PORTE, Rémy. « L’artillerie de l’entre-deux-guerres, du crottin au pétrole, à travers la revue de l’artillerie (1920-1930) ». Dans L’artillerie, le militaire et le cheval, dir. AUBAGNAC, Gilles et RICHARDOT, Philippe. Actes de la journée d’études sur le même thème organisée par Gilles AUBAGNAC, conservateur du musée de l’Artillerie à Draguignan (Var) le 8 octobre 2008 dans ce musée. Panazol : Édition Lavauzelle, 2009.

    5 - AUBAGNAC, Gilles. « De la défaite à la victoire : les bataillons de chasseurs, 1941-1946 ». Revue Historique des Armées, n°2, 1994, p. 31 à 46.

    6 - Ces insignes sont plus connus sous le nom de « pucelles » par des générations de soldats appelés du contingent.

    7 - AUBAGNAC, Gilles. « Fêtes et défaites sublimées dans l’armée française ». Dans Le sacrifice du soldat, (ouvrage collectif). ECPA/D et CNRS Éditions, 2009, p. 33- 45.

    8 - Les dessins de ces projets sont conservés au Service historique de la Défense à Vincennes.

    9 - Voir le descriptif de ces insignes sur L’Illustration du 15 juillet 1939 ou sur le site http://guy.joly1.free.fr/insignes_militaire_1939.html qui permet de visualiser des réalisations.

    10 - Ce bureau existe toujours avec les mêmes missions, mais qui sont devenues interarmées, et dépend du Service historique de la Défense à Vincennes.

    11 - Pour toutes les illustrations des insignes, clichés (C) DR. Voir aussi : BINET, Luc. « Mécanisation, chevaux et mulets dans la symbolique militaire française 1930-1945 ». Dans L’artillerie, le militaire et le cheval, dir. AUBAGNAC, Gilles et RICHARDOT, Philippe. Actes de la journée d’études sur le même thème organisée par Gilles AUBAGNAC, conservateur du musée de l’Artillerie à Draguignan (Var) le 8 octobre 2008 dans ce musée. Panazol : Édition Lavauzelle, 2009.

    12 - Instruction ministérielle N° 685/DEF/EMAT/SH/ D de 1985 parue au BO CPP N° 32 relative aux traditions, emblèmes et insignes de l’armée de Terre.

    13 - MILHAUD, Claude L. « L’utilisation militaire des mulets pendant la première moitié du XXe siècle ». Dans L’artillerie, le militaire et le cheval, dir. AUBAGNAC, Gilles et RICHARDOT, Philippe. Actes de la journée d’études sur le même thème organisée par Gilles AUBAGNAC, conservateur du musée de l’Artillerie à Draguignan (Var) le 8 octobre 2008 dans ce musée. Panazol : Édition Lavauzelle, 2009.

    14 - Pour avoir un aperçu de cette question (mission et moyens) voir : DUBOIS, Thierry (chef de la section équestre militaire de l’école d’artillerie). « Les sports équestres militaires français aujourd’hui ». Dans L’artillerie, le militaire et le cheval, dir. AUBAGNAC, Gilles et RICHARDOT, Philippe. Actes de la journée d’études sur le même thème organisée par Gilles AUBAGNAC, conservateur du musée de l’Artillerie à Draguignan (Var) le 8 octobre 2008 dans ce musée. Panazol : Édition Lavauzelle, 2009.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1
    Légende Aquarelle de Robert Rolland, « La réquisition », illustrant l’ouvrage « Ceux de l’artillerie, 1939-1940 », par Étienne Debuison, Éditions Archat, Lyon 1941.
    Crédits © Musée de l’Artillerie- DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 380k
    Titre Figure 2
    Légende Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Fontainebleau en 1930 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 328k
    Titre Figure 3
    Légende Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Fontainebleau en 1934 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 396k
    Titre Figure 4
    Légende Affiche du carrousel de l’école d’artillerie de Nîmes en 1942 (Musée de l’Artillerie). de LOMBARES, Michel. Histoire de l’artillerie française. Édition Lavauzelle.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 384k
    Titre Figure 5
    Légende Insigne du 75e RA.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 484k
    Titre Figure 6
    Légende Insigne du 74e RA.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 336k
    Titre Figure 7
    Légende Insigne du 13e RA.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 480k
    Titre Figure 8
    Légende Insigne du 388e RAPT.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 576k
    Titre Figure 9
    Légende Insigne du 7e Régiment de Spahis algériens.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 204k
    Titre Figure 10
    Légende Insigne du 5e Régiment de Spahis algériens.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 192k
    Titre Figure 11
    Légende Insigne du 5e Régiment de chasseurs d’Afrique.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 104k
    Titre Figure 12
    Légende Insigne du DGA 41.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 152k
    Titre Figure 13
    Légende Insigne de la 904-20e Cie de Camions-Réservoirs.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 372k
    Titre Figure 14
    Légende Insigne du Cours train de l’école d’application de la cavalerie et du train.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 476k
    Titre Figure 15
    Légende Insigne du 14e GRCA.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 492k
    Titre Figure 16
    Légende Insigne du 20e GRDI.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 36k
    Titre Figure 17
    Légende Insigne du 1er GRDI.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 240k
    Titre Figure 18
    Légende Insigne du 6e groupe d’automitrailleuses.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 19
    Légende Insigne de la 339-22e Cie Automobile de Transport.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre Figure 20
    Légende Insigne de la compagnie hippomobile.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    Titre Figure 21
    Légende Insigne de la 136-18e Cie hippomobile de quartier général.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-21.jpg
    Fichier image/jpeg, 36k
    Titre Figure 22
    Légende Insigne de la Cie Hippomobile du Train (non identifié).
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-22.jpg
    Fichier image/jpeg, 104k
    Titre Figure 23
    Légende Insigne de la 271-24e Cie Hippomobile de Quartier Général.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-23.jpg
    Fichier image/jpeg, 76k
    Titre Figure 24
    Légende Insigne de la 260-44e Cie Hippomobile de Quartier Général.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-24.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 25
    Légende Insigne de 114-44e Cie Auxiliaire de Transport Hippomobile.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-25.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 26
    Légende Insigne du 2e Régiment de Chasseurs d’Afrique (1935).
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-26.jpg
    Fichier image/jpeg, 188k
    Titre Figure 27
    Légende Insigne du 2e BDP - 1er escadron.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-27.jpg
    Fichier image/jpeg, 252k
    Titre Figure 28
    Légende Insigne du 93°RAM.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-28.jpg
    Fichier image/jpeg, 216k
    Titre Figure 29
    Légende Insigne du 86e BCA, version émaillée.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-29.jpg
    Fichier image/jpeg, 240k
    Titre Figure 30
    Légende Insigne de la 50-22e Cie Hippomobile de Quartier Général.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-30.jpg
    Fichier image/jpeg, 124k
    Titre Figure 31
    Légende Insigne de la 157-14e Cie Muletière.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-31.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    Titre Figure 32
    Légende Insigne de la 551e Cie Muletière.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-32.jpg
    Fichier image/jpeg, 136k
    Titre Figure 33
    Légende Insigne du DRM1.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-33.jpg
    Fichier image/jpeg, 160k
    Titre Figure 34
    Légende Insigne Hue Cocote, DRM.
    Crédits © DR.
    URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9714/img-34.jpg
    Fichier image/jpeg, 93k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Gilles Aubagnac, « Trois aspects du patrimoine équestre militaire : des archives du XIXe, des traditions du XXe et une pratique actuelle », In Situ [En ligne], 18 | 2012, mis en ligne le 31 juillet 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://insitu.revues.org/9714 ; DOI : 10.4000/insitu.9714

    Haut de page

    Auteur

    Gilles Aubagnac

    Conservateur du musée de l’Artillerie (2001-2010) et du département contemporain du musée de l’Armée (1997-2001) gilles.aubagnac@intradef.gouv.fr

    Haut de page

    Droits d'auteur

    Licence Creative Commons
    In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page