Navigation – Plan du site
Bâtiments et collections/fonds
Stratégies et méthodologies

Un cas d’école au CMN : le domaine de Bouges-le-Château (Indre)

Isabelle Stetten

Résumés

Le Château XVIIIe siècle de Bouges (Indre) et sa collection, classés Monument historique, ont été légués aux Centre des Monuments Nationaux en 1967. Après plus de quarante ans de fonctionnement, le château de Bouges montre ses limites à couvrir ses missions de conservation et de diffusion. Face à une situation d’urgence, révélée par le constat d’état et selon notre diagnostic, nous avons pu préconiser et planifier des actions à mener. Le premier volet est l’élaboration de recommandations destinées à améliorer aussi bien instantanément que durablement les conditions de conservation de la collection du domaine de Bouges. Le second volet vise à produire un outil de gestion matérielle pour la conservation des collections exposées ou non exposées, en vue d’un chantier des collections, en aménageant des espaces exploitables in situ, comme des réserves dans les combles ou une salle d’anoxie. Cette évaluation met en valeur une situation d’urgence tant du point de vue de la conservation des collections, que de la sensibilisation des acteurs du CMN et du personnel in situ, au concept de conservation préventive.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La restructuration du Centre des Monuments Nationaux (CMN) et la présence de la conservation préventive ont abouti à la mise en place d’une politique naissante que l’on pourrait qualifier d’audit sur la préservation des collections contenues dans les monuments, l’entretien des bâtiments ayant été pendant des décennies privilégié par rapport à la conservation des collections.

2Ce travail réalisé n’a en effet de sens qu’à la condition de le contextualiser précisément dans le champ de la nouvelle politique et la récente organisation du CMN.

3Trois directions se partagent la responsabilité de la conservation du patrimoine mobilier et immobilier de façons directes ou indirectes : la direction scientifique, la direction de la maîtrise d’ouvrage, la direction du développement culturel et des publics. Trois directions hébergées sous le même toit institutionnel, qui sont en relation, mais ne coordonnent pas encore leurs objectifs de manière systématique. L’étude systémique de conservation préventive présentée ici est un exemple de cette analyse.

  • 1 - Formation universitaire : Master 2 professionnel. Histoire de l’art/conservation préventive du pa (...)

4L’objectif de mon étude réalisée dans le cadre universitaire1, commandée et dirigée par la Direction Scientifique du CMN, est d’analyser de manière globale l’entité bâtiment/collections et de trouver des solutions conservatoires satisfaisant l’ensemble.

5C’est une évaluation de situation et de fonctionnement du domaine de Bouges-le-Château.

6Elle a pour but d’acquérir une vision synthétique des conditions de conservation, de l’état sanitaire des collections du monument, puis de soumettre à l’ensemble des gestionnaires des recommandations conservatoires et organisationnelles afin d’optimiser la pérennisation des collections.

7Le Château de Bouges et sa collection, classés Monument historique, ont été légués à la caisse des Monuments historiques en 1967. Après plus de quarante ans de fonctionnement, ce Monument montre ses limites à couvrir ses missions de conservation et de diffusion.

8- Le premier objectif de cette étude est l’élaboration de recommandations destinées à améliorer aussi bien instantanément que durablement les conditions de conservation de la collection.

9- Le second objectif vise à produire un outil de gestion matérielle pour la conservation de la collection et en vue d’un chantier de la collection, en aménageant des espaces exploitables in situ.

10Ce bilan met en valeur une situation d’urgence tant du point de vue de la conservation des collections que de la sensibilisation des acteurs du CMN et du personnel in situ, au concept de conservation préventive.

Le domaine de Bouges-le-Château, un cas d’école

11Le domaine de Bouges-le-Château, situé dans l’Indre au nord de Châteauroux, a été racheté à la famille Dufour en 1917, par M. Henry Viguier alors propriétaire du BHV à Paris. Le château, entièrement reconstruit au XVIIIe siècle, surnommé actuellement « le petit Trianon du Berry », a été entièrement redécoré et remeublé par Mme Viguier, tandis que Henry Viguier y installait sa propre écurie et organisait des chasses sur le domaine.

12Actuellement, le nouvel administrateur de Bouges, M. E. De Lumley, succède à Mme Maldent puis à sa mère plus ou moins intendante du château au temps des Viguier. L’équipe in situ est composée de sept personnes : 4 jardiniers, 2 agents du patrimoine, 1’assistante de Direction qui sont en poste depuis plus de 10 ans.

13Ce site comprend un jardin bouquetier, un parc de 80 hectares, un château, une orangerie, des communs et quelques autres dépendances.

14Les collections sont contenues dans deux bâtiments : le château et les communs. Le château, d’une surface de 1 400 m2, est construit sur trois niveaux et deux entresols, il comporte 58 pièces. Les communs, bâtiment de deux niveaux d’environ 1 020 m2, regroupent 33 pièces dont deux greniers.

Figure 1

Figure 1

Vue aérienne du domaine de Bouges-le-Château (Indre). Les deux pavillons de l’entrée ; le château ; les communs ; l’orangerie ; La grange des hippomobiles ; les serres et jardins bouquetiers ; la maison des jardiniers.

Phot. Bouissy, Damien. © Wphotoaérienne-en-paramoteur. fr, 2011

Présentation des collections étudiées2

  • 2 - Les collections étudiées ne tiennent pas compte des voitures hippomobiles et du bâtiment qui les (...)

15Typologie de la collection : (Tableau A)

Tableau A - Typologie de la collection. Tableau Stetten Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

16La collection regroupe 2 343 objets, en grande partie du mobilier domestique et de luxueux éléments d’harnachement. S’y ajoutent de nombreuses estampes, divers textiles, des peintures à l’huile, trumeaux ou paravents peints.

17Matériaux constitutifs et nature de la collection : (Graphiques B et C)

18Au regard de la diversité des substances constitutives des objets, nous avons synthétisé les divers matériaux en sept catégories :

19- Le « mobilier et objets d’art », 31 % de la collection, est le plus élevé.

20- Les objets métalliques représentent ensuite 20 % de la collection.

21- Les deux catégories d’art graphique (papier, carton) 16 % et de textile (soie, coton, laine) 16 % se suivent dans les mêmes proportions.

22- Les arts du feu 8 %, de la sellerie 6 % et de la peinture 3 % représentent un pourcentage beaucoup moins élevé.

Tableau B - Matériaux constitutifs de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

23La collection est composée à 75 % d’objets organiques et composites, ce qui la rend très sensible aux agents de dégradations. Le reste des objets, soit 25 %, est inorganique, en grande partie des objets métalliques sensibles à l’humidité.

Tableau C - Nature de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

24Répartition de la collection : (Tableau D)

25La collection représente 473 m3, répartie dans 72 salles sur une surface de 1 800 m2.

2658 % de la collection sont exposés dans les 25 salles visitables du château et les trois salles (une écurie et deux selleries) du RDC des communs.

2742 % sont entreposés dans les 44 chambres ou pièces dites de services des deux bâtiments et sont inaccessibles au public.

Tableau D - Répartition de la collection. Tableau Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

28Bilan sanitaire de la collection : (Tableau E)

29La méthode d’évaluation de l’état de conservation de la collection s’est construite à partir d’observations visuelles et de quelques notes puisées dans l’inventaire Grahal. Le constat d’état a été effectué objet par objet de manière systématique.

30L’évaluation nous fournit ainsi une vision représentative des altérations classées en trois catégories :

31- Les altérations de surface : les surfaces empoussiérées et tâchées, oxydées ou corrodées, décolorées, écaillées, usées, et les lacunes superficielles.

32- Les altérations structurelles : les déformations et mauvaises tensions, les déchirures, fissures, lacunes structurelles et les dégradations structurelles fondamentales.

33- Les infestations : traces d’infestations et/ou de moisissures actives ou inactives. Présence de trous d’envol, de galeries ou lacunes.

34En ce qui concerne les infestations, vu le nombre élevé d’objets possédant des trous d’envols (environ 300 objets), un examen a été réalisé dans un second temps, afin de repérer plus précisément les foyers d’infestations actifs. Nous avons opéré des prélèvements de manière à identifier les types d’insectes présents.

Tableau E - Altérations de la collection. Tableau Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

Figure 2

Figure 2

Altérations de surface : empoussièrement.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 3

Figure 3

Altérations de surface : oxydation.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 4

Figure 4

Altérations de surface : décoloration.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 5

Figure 5

Altérations structurelles : déchirures et lacunes.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 6

Figure 6

Altérations structurelles : déchirures et lacunes.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 7

Figure 7

Altérations structurelles : rupture structurelle.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 8

Figure 8

Infestations : anthrènes.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 9

Figure 9

Infestations : cône de sciure, grosse vrillette.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 10

Figure 10

Infestations : dermeste.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

35Bilan sanitaire de la collection : (Graphiques F et G)

36- Sur l’ensemble de la collection, 25 % des objets seulement sont en bon état de conservation.

37- Plus de 75 % de la collection sont en mauvais état et présentent des altérations superficielles et structurelles visibles à l’œil nu.

38- 75 % de la collection sont susceptibles d’être attaqués par les microorganismes, les insectes.

39- Près de 60 % de la collection sont à traiter dans l’urgence, compte tenu de la quantité d’objets susceptibles d’être infestés et de leurs dégradations évolutives.

Tableau F - État de conservation de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

Tableau G - Objets à traiter, urgence. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

40À ce bilan alarmant, dessinant une situation d’urgence, il faut ajouter qu’aucun objet n’est marqué, que le dernier inventaire, datant de 1995, est incomplet et peu exploitable. Le risque de dissociation des objets reste très élevé : les 300 objets supplémentaires répertoriés à l’occasion de cette étude en sont l’illustration.

Présentation des bâtiments

L’entretien des bâtiments

41Si la structure des bâtiments a été bien entretenue depuis le legs du monument3 il n’en est pas de même pour les revêtements intérieurs du château et des communs qui sont en mauvais état de conservation. Les projets de restauration des décors intérieurs prévus par la direction de la maîtrise d’ouvrage du CMN nécessitent l’évacuation d’objets s’y trouvant. À ce jour, rien n’est programmé pour la mise en œuvre du transfert provisoire de ces objets, aucun local n’étant prévu à cet effet.

42Bâtiments et collections sont encore traités indépendamment, ce qui n’est pas favorable à la conservation de la collection.

Figure 11

Figure 11

Tenture déchirée.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 12

Figure 12

Boiseries dégradées.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 13

Figure 13

Peinture murale écaillée.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Figure 14

Figure 14

Trace d’ancienne fuite d’eau.

Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.

Le climat des bâtiments

43Malgré la bonne inertie des deux bâtiments l’instabilité climatique a été constatée. Les variations de température et d’humidité relative sont fréquentes et les amplitudes thermiques et hydriques sont très élevées.

44L’absence d’isolation des murs, la surface vitrée très élevée du château, les huisseries en mauvais état, les deux selleries ouvertes directement sur l’extérieur, l’habitude d’ouvrir les fenêtres en grand chaque jour, ou encore celle de ne jamais fermer les rideaux ou les volets et la régulation intuitive des chauffages contribuent à créer cette instabilité climatique.

La lumière naturelle des bâtiments

45La surface vitrée du château est de 210 m2, toutes les salles d’exposition possèdent des ouvertures sur l’extérieur.

46Il n’existe pas de mouvement de rotation des œuvres ce qui induit une exposition permanente des objets à la lumière. Volets, rideaux et fenêtres sont constamment ouverts.

47Dans ces conditions, les bâtiments ne peuvent pas jouer leur rôle de première enveloppe de protection pour les collections et ces dernières sont soumises en permanence aux variations de la température, de l’humidité relative et de la lumière.

Les préconisations et les aménagements

48Le diagnostic : (Graphique H)

Tableau H - Diagnostic, fonctionnement et situation du domaine de Bouges-le-Château (Notes sur 20 (20 = situation idéale)). Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

49Le constat d’état nous a révélé une situation d’urgence, le diagnostic ci-dessus illustré indique que la situation du château de Bouges comporte des dysfonctionnements relatifs à « la gestion du milieu », à « la gestion du bâtiment » et celle de « la collection ». La sûreté et la sécurité sont beaucoup moins préoccupantes.

50Le plan d’actions à mener synthétise l’ensemble des mesures destinées à améliorer aussi bien instantanément que durablement les conditions de conservation de la collection du domaine de Bouges. En proposant l’aménagement d’espaces exploitables in situ, il vise à produire un outil de gestion matérielle des collections. Cet outil indispensable pour la conservation durable de la collection permet aussi d’envisager la réalisation d’un chantier des collections.

51Le plan d’actions rassemble près de cent préconisations à mener immédiatement (sous 1 an), à court (sous 2 ans), moyen (sous 4 ans) ou long terme (sous 10 ans).

La gestion du milieu

52Nous avons pu préconiser plus de cinquante actions réalisables dans l’immédiat. Elles relèvent du bon sens, d’un certain pragmatisme et sont souvent peu coûteuses. Elles modifient les habitudes du personnel, demandent une sensibilisation préalable des acteurs du CMN et du personnel en place in situ à la conservation préventive ou font intervenir des entreprises extérieures. Elles suivent l’exigence conservatoire des collections tout en restant dans un compromis les rendant réalisables sur le terrain. Elles concernent principalement la gestion du milieu et du climat (T°, HR, lumière, infestation, pollution, forces mécaniques).

53En voici quelques exemples :

54- Nouvelle gestion de l’ouverture des volets, portes, rideaux et fenêtres

55- Pose de filtres anti-UV sur les vitres du château

56- Contrôle et nouvelle régulation des chauffages en rapport avec la collection (passage progressif de la température maintenue à 13 C° l’hiver)

57- Contrôle des fuites d’eau dans les entresols deux fois par an

58- Extinction de l’éclairage électrique en dehors des heures de visites

59- Étude du degré d’infestation, pose, maintenance et suivi régulier des pièges à phéromones

60- Étude sur le degré de l’éclairement… etc.

61Ce type de préconisations constitue la première pierre jetée pour la sauvegarde de la collection. Cela reste insuffisant si l’on pense sur du plus long terme.

La gestion des bâtiments

62Si la gestion conservatoire de la collection n’a pu se mettre en place à Bouges, c’est par faute de moyens et de conscience politique de la part des instances publiques ayant cette collection en charge. Nous savons que si ces monuments historiques ont été bien entretenus structurellement, l’intérieur des bâtiments est à améliorer. La collection de Bouges en « état d’urgence » ne supportera pas dix ans d’existence supplémentaires dans de telles conditions environnementales sans être à 100 % dégradée.

63Elle est soumise aux contraintes du legs mais surtout à celles du temps. Rappelons que 65 % de la collection sont en mauvais ou très mauvais état et plus de 1 380 objets sont à traiter de façon très urgente ou urgente.

64Aujourd’hui, le CMN a pour objectif de conserver ses collections et a pour projet de mettre en place un chantier des collections à Bouges.

65Les aménagements et nouvelles affectations des locaux font partie des propositions les plus importantes à mettre en place avant d’intervenir directement sur les collections.

66Elles concernent principalement le bâtiment des communs qui jusque là sous exploité, pourra renaître sous la forme d’un pôle de conservation à la mesure du domaine historique de Bouges.

Proposition de l’aménagement d’un pôle de conservation dans le bâtiment des communs

67La collection de Bouges ne possède aucun espace pour sa gestion matérielle. Or, des espaces volumineux comme des salles vides ou des combles sont potentiellement exploitables.

68Par souci d’unité identitaire entre le monument et ce qu’il contient, d’économie d’énergie, de coût en moyens humain et technique, de risques encourus par les collections liés au transport et à la manipulation, l’aménagement des combles est à étudier avant d’imaginer d’éventuelles solutions externes au site.

69Nous avons donc choisi de mettre en place un scénario comprenant plusieurs aménagements dans le bâtiment des communs, d’abord au RDC puis à l’étage :

70- Créer dans l’immédiat une salle de quarantaine au rez-de-chaussée des communs afin d’isoler et traiter les objets infestés et de limiter la propagation de l’infestation qui est en cours de développement

71- Aménager des réserves, statiques et actives, dans les deux vastes greniers des communs, afin d’y entreposer les collections non exposées et de créer un mouvement des œuvres exposées pour limiter leur durée d’exposition

72- Créer des espaces fonctionnels comme une salle de dépoussiérage ou de conditionnement ou encore de saisie d’inventaire ou autre dans les réserves actives (dans les chambres des combles des communs) en vue du futur chantier des collections

73- Aménager des zones de stockage pour le matériel d’exposition et celui de la boutique (chambres des combles des communs)

74- Aménager une zone de location dans trois chambres des communs en relation avec la location existante de l’orangerie

75- Aménager une buvette au RDC des communs pour le public.

76L’étude de la circulation des objets, du personnel et des publics et l’adéquation des bâtiments à la création de ces locaux fonctionnels ont été étudiés et prévus. Les communs accueillent ainsi indépendamment des autres bâtiments toutes les fonctions adaptées à la gestion matérielle de la collection sans en dénaturer l’architecture.

77Les travaux n’obligent pas à la fermeture de l’établissement et les travaux les plus lourds et les plus dérangeants peuvent être programmés durant la période de fermeture de l’établissement.

Figure 15

Figure 15

Plan et coupes des futures réserves statiques et actives dans les combles des communs du domaine de Bouges.

Scan image Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.

Proposition d’aménagements dans le château

78Les aménagements des espaces du château proposés modifient beaucoup moins l’organisation du bâtiment que dans les communs. L’accent est plutôt mis sur une amélioration des conditions de conservation par l’attribution de fonctions plus affirmatives et précises d’espaces préexistants et par la valorisation des chambres des domestiques.

79- Adapter une zone de stockage de matériel d’entretien à l’étage pour limiter les trajets du personnel.

80- Restaurer deux chambres des domestiques dans les entresols du premier étage pour présenter au public les conditions de vie du personnel de service à la fin du XIXe siècle, dans un souci d’authenticité.

81- Désinfecter et réadapter l’ancienne réserve de l’entresol.

Une gestion de la collection possible

82Les aménagements d’espaces de réserves et de quarantaine, préconisés dans cette étude, sont les corollaires des prescriptions concernant la gestion des collections applicables sur le terrain.

Le pôle de conservation in situ permet :

83L’amélioration du mode de stockage et le conditionnement des objets sur du long terme

84- La mise en place d’un mouvement de rotation des objets exposés avec des fiches de mouvement d’œuvre

85- Le regroupement et l’enrichissement de la documentation sur la collection qui est actuellement succincte et dispersée

86- La valorisation de la collection et du site par une étude et une révision de la muséographie, du parcours de visite, de la signalétique

87L’élaboration d’un plan de sauvegarde des œuvres.

Le pôle de conservation in situ permet de réaliser un chantier des collections comprenant :

88La mise en place du récolement qui paraît urgent car le risque de dissociation a déjà atteint 12 % de la collection sur une période de 40 ans

89- La réalisation de l’inventaire sur une nouvelle base de données en cours de réalisation, avec fiches de constat d’état

90La mise en place d’une campagne de dépoussiérage, marquage et conditionnement des œuvres

91- La programmation des actions de conservation et de restauration des objets

92- L’isolement et la programmation du traitement des objets infestés.

La gestion administrative du site

93La pluridisciplinarité du personnel à Bouges est clairement affichée et remarquable, pour autant les profils de poste sont à réviser car ils ne correspondent pas aux fonctions. Pour mener à bien la gestion des collections de Bouges, la mise en place d’une procédure de conservation préventive, de formation du personnel et une enveloppe budgétaire doivent être étudiées de plus près en fonction des préconisations classées dans notre plan d’actions.

94Un poste de régisseur ou d’attaché aux collections in situ deviendra indispensable si le CMN décide de gérer la collection de Bouges et si les réserves internes sont créées.

95Cette étude a permis de mettre en évidence les potentialités de la collection, mais aussi les risques qu’elle encoure. Les conditions actuelles de conservation ne lui sont pas favorables et son état sanitaire alarmant incite à l’urgence du remède. De fait, nos préconisations ont pour la plupart un impact très important et direct sur la collection.

Conclusion

96Lors de notre évaluation, les indices de fonctionnement ont été jugés à 70 % mauvais ou inacceptables. Ce résultat indique que malgré l’état préoccupant de la collection, il n’existe pas de fatalité à Bouges, mais qu’il est possible d’améliorer les modes de fonctionnements et les conditions de conservation de la collection.

97La nouvelle politique du CMN mise en place récemment et l’arrivée du nouvel administrateur sont des opportunités à saisir pour que Bouges évolue.

98- Par souci d’unité identitaire patrimoniale entre le monument et ce qu’il contient, l’aménagement de réserves internes aux monuments historiques de ce type doit être préféré à d’autres solutions telles que l’externalisation complète des réserves.

99- Pour parer aux dysfonctionnements tels que la prévision de restauration d’une zone bâtie sans considération pour la collection qu’elle contient, une amélioration de la communication et une meilleure coordination entre les directions du CMN ayant à charge les biens mobiliers et immobiliers pourraient se réaliser.

100- Des ateliers de travail regroupant les acteurs des départements scientifiques et ceux de la maîtrise d’ouvrage permettraient de coordonner les projets et besoins communs relatifs aux collections et aux bâtiments.

101- La présence de la direction de la médiation culturelle est aussi indispensable dès l’amorce du projet puisqu’elle gère par exemple le parcours de visite qui dépendra aussi bien de la circulation du public que de l’état sanitaire de la collection ou l’agencement et le climat des bâtiments.

102- La sensibilisation à la conservation préventive des acteurs du CMN permettrait de tisser un fil conducteur entre les divers secteurs d’activités, les guidant vers de multiples projets dans un objectif commun.

103D’autre part, la réalisation d’un chantier des collections dans un monument historique de ce type nécessite, comme nous l’avons vu, l’étude d’opérations conjoncturelles et particulières au monument. C’est dans cette phase d’étude que peuvent être prévus les outils propres à la gestion des collections.

104Nous pouvons alors nous poser ces dernières questions :

105Combien et quels sont les monuments du CMN en mesure de gérer leurs propres collections? Quels sont ceux susceptibles de recevoir un chantier des collections en cas de nécessité ?

106Si chaque monument doit être traité au cas par cas, ces problématiques doivent-elles être évaluées globalement au niveau du parc des monuments du CMN ?

107Enfin, les divers outils utilisés lors de cette évaluation de fonctionnement et de situation permettent de mesurer les risques, les menaces, les urgences mais aussi les atouts et le potentiel liés aux collections attachées à leur monument.

108Face à une situation qui paraît irréversible et inextricable, cette méthode d’analyse systémique apporte des mesures et actions qui s’inscrivent dans le domaine de l’accessible, du possible, de l’applicable dans un temps donné.

109La conservation préventive se place alors en amont de toute intervention conservatoire d’envergure, elle en définit précisément les objectifs, mais aussi les solutions applicables sur le terrain.

Haut de page

Notes

1 - Formation universitaire : Master 2 professionnel. Histoire de l’art/conservation préventive du patrimoine. Paris 1 Sorbonne. 2011. Directeur de l’UFR Denis Guillemard.

2 - Les collections étudiées ne tiennent pas compte des voitures hippomobiles et du bâtiment qui les héberge. Une étude spécifique pourrait y être consacrée en totalité.

3 - Voir le site : http://collections.culture.fr. SILL, Jean-Jacques. Restauration des façades nord et est. Partie d’édifice : Extérieurs. France ; Centre ; Indre ; Bouges-le-Château. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine (Saint-Cyr).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Vue aérienne du domaine de Bouges-le-Château (Indre). Les deux pavillons de l’entrée ; le château ; les communs ; l’orangerie ; La grange des hippomobiles ; les serres et jardins bouquetiers ; la maison des jardiniers.
Crédits Phot. Bouissy, Damien. © Wphotoaérienne-en-paramoteur. fr, 2011
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Tableau A - Typologie de la collection. Tableau Stetten Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Tableau B - Matériaux constitutifs de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau C - Nature de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Tableau D - Répartition de la collection. Tableau Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Tableau E - Altérations de la collection. Tableau Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2
Légende Altérations de surface : empoussièrement.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3
Légende Altérations de surface : oxydation.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 4
Légende Altérations de surface : décoloration.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 5
Légende Altérations structurelles : déchirures et lacunes.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 6
Légende Altérations structurelles : déchirures et lacunes.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 7
Légende Altérations structurelles : rupture structurelle.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 8
Légende Infestations : anthrènes.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 9
Légende Infestations : cône de sciure, grosse vrillette.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 10
Légende Infestations : dermeste.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Tableau F - État de conservation de la collection. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Tableau G - Objets à traiter, urgence. Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 11
Légende Tenture déchirée.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 12
Légende Boiseries dégradées.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 13
Légende Peinture murale écaillée.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 14
Légende Trace d’ancienne fuite d’eau.
Crédits Phot. Stetten, Isabelle. © Bouges-le-Château, juin 2011.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau H - Diagnostic, fonctionnement et situation du domaine de Bouges-le-Château (Notes sur 20 (20 = situation idéale)). Graphique Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 15
Légende Plan et coupes des futures réserves statiques et actives dans les combles des communs du domaine de Bouges.
Crédits Scan image Stetten, Isabelle, septembre 2011, Montreuil.
URL http://insitu.revues.org/docannexe/image/9801/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Stetten, « Un cas d’école au CMN : le domaine de Bouges-le-Château (Indre) », In Situ [En ligne], 19 | 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://insitu.revues.org/9801 ; DOI : 10.4000/insitu.9801

Haut de page

Auteur

Isabelle Stetten

Consultante en conservation préventive du patrimoine, Conservation-restauration de peinture isabelle.stetten@free.fr

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
In Situ Revues des patrimoines est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page